Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

>Le dioxyde de titane est jugé susceptible d’être cancérogène pour l’humain

Récemment, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a déterminé que le dioxyde de titane est un cancérogène du groupe 2B « susceptible d’être cancérogène pour l’humain ». Le dioxyde de titane représente 70 % du volume total de la production mondiale de pigments. Il est largement utilisé comme agent blanchissant et opacifiant dans des produits tels que la peinture, le plastique, le papier, l’encre, les aliments et les dentifrices. Il est également présent dans des produits cosmétiques et des produits de soins de la peau ainsi que dans presque tous les écrans solaires, où il contribue à protéger la peau contre les rayons ultraviolets.

Étant donné l’utilisation massive du dioxyde de titane, il est important de comprendre que les conclusions du CIRC sont basées sur des preuves très précises. Des concentrations élevées de dioxyde de titane de qualité pigment (en poudre) et de poussière de dioxyde de titane ultrafin ont causé un cancer des voies respiratoires chez des rats exposés par inhalation et par instillation intratrachéale*. La série d’évènements, ou de stades, biologiques ayant mené au cancer du poumon chez les rats (c.-à-d. dépôt de particules, détérioration de la clairance pulmonaire, atteinte cellulaire, fibrose, mutations et, finalement, cancer) a aussi été observée chez des travailleurs en milieu poussiéreux. C’est pourquoi le CIRC juge que les observations concernant le cancer chez les animaux s’appliquent également aux personnes exposées à la poussière de dioxyde de titane au travail. Par exemple, les travailleurs de la production de dioxyde de titane peuvent être exposés à de fortes concentrations de poussière pendant l’emballage, le broyage, le nettoyage et l’entretien si les mesures de dépoussiérage en place sont inadéquates. Il importe toutefois de noter que les études effectuées chez l’humain à ce jour n’évoquent pas de lien entre l’exposition professionnelle au dioxyde de titane et l’augmentation du risque de cancer.

Le Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) est la norme canadienne en matière de communication des renseignements sur les dangers. En vertu du Règlement sur les produits contrôlés, qui régit le SIMDUT, les produits chimiques du groupe 1 ou du groupe 2 des Monographies du CIRC sur l’évaluation des risques de cancérogénicité pour l’homme doivent être classés dans la catégorie D2A (cancérogène) du SIMDUT. La décision relative à la classification du dioxyde de titane a été publiée sur le site Web du CIRC et un résumé de l’article a été publié dans The Lancet.

Des représentants de Santé Canada (Bureau national du SIMDUT) ont récemment consulté la CSST du Québec et le CCHST (les deux principaux organismes donnant accès au public à la classification du SIMDUT) au sujet des conséquences de la décision du CIRC sur la classification SIMDUT du dioxyde de titane. Il a été convenu que selon les renseignements publiés à ce jour par le CIRC, le dioxyde de titane RÉPOND maintenant aux critères de la catégorie D2A (cancérogène) du SIMDUT; il n’est pas nécessaire d’attendre la publication de la monographie complète.

On conseille aux fabricants et aux fournisseurs de dioxyde de titane de réviser et de mettre à jour, dès que possible, leurs fiches signalétiques et étiquettes de produit à la lumière de ces nouveaux renseignements. Les employeurs devraient modifier leurs programmes d’hygiène du travail afin de s’assurer d’éliminer ou de réduire le plus possible l’exposition à la poussière de dioxyde de titane. Les travailleurs devraient être éduqués au sujet de ce risque pour la santé nouvellement reconnu et recevoir une formation sur les méthodes de travail appropriées.

* L’administration intratrachéale est une méthode d’exposition qui introduit le produit directement dans les poumons par la trachée en évitant les mécanismes de protection du système respiratoire.

Pour de plus amples renseignements :

International Agency for Research on Cancer (IARC): Titanium dioxide (IARC Group 2B), Summary of reported data, Feb. 2006

Santé Canada : Questions reliées à des dangers spécifiques – substances évaluées pour leur cancérogénicité

Baan, R., et al. Carcinogenicity of carbon black, titanium dioxide, and talc. The Lancet Oncology. Vol. 7 (Apr. 2006). P. 295-296

Pour en savoir plus sur CHEMINFO (préparée par les spécialistes en santé et sécurité au travail du CCHST). Cette base de données offre de l’information détaillée et pratique concernant la santé et la sécurité au travail pour plus de 1 300 produits chimiques importants utilisés au travail.

août 2006