Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 5, No. 6 juin 2007

Quoi de neuf?

Abritez-vous de l'orage - à l'intérieur!print this article

Saviez-vous que, durant les mois d'été, au Canada, la foudre frappe toutes les trois secondes? Le risque de se faire frapper par la foudre est de moins d'une chance sur un million. Cependant, selon Environnement Canada, la foudre tue entre six et douze personnes chaque année au pays et en blesse sérieusement soixante ou soixante-dix autres.

Plusieurs décès et blessures associés à la foudre pourraient être prévenus grâce à une préparation adéquate et à certaines mesures de sécurité.

Il est particulièrement important que les personnes qui travaillent à l'extérieur (p. ex. les travailleurs de la construction, les équipes de voirie, les paysagistes et les travailleurs agricoles) soient mises en garde des dangers de la foudre. Les employeurs doivent être conscients des risques associés aux orages électriques et, le cas échéant, ils doivent mettre en place des procédures et des méthodes de travail sécuritaires afin de réduire les risques de blessures ou de préjudices chez leurs employés, et ils doivent réviser ces dernières à toutes les saisons.

Un éclair est un million de fois plus puissant que le courant ordinaire à 60 Hz, transportant jusqu'à 100 millions de volts d'électricité. Lorsqu'une personne est frappée par la foudre, elle reçoit un choc électrique qui peut lui causer des blessures et même l'empêcher de respirer. On peut toucher, sans danger, une personne victime de la foudre. Les personnes présentes ne doivent pas hésiter à sauver la vie de la victime en demandant de l'aide. Si la personne ne respire plus, on doit lui administrer le bouche-à-bouche. Si la respiration et le pouls sont inexistants, un sauveteur qualifié doit pratiquer la réanimation cardio-pulmonaire.

Que vous la craigniez ou la considériez une merveille de la nature, la foudre représente un danger réel qui oblige à la prudence. Il faut se protéger contre la foudre avant que l'orage ne frappe. Le fait de porter attention aux conditions et aux prévisions météorologiques vous accordera le temps nécessaire pour planifier votre retraite en cas de météo menaçante et pour réagir de façon appropriée.

Bien que les orages et la foudre puissent parfois se manifester durant une tempête de neige, les orages électriques au Canada surviennent principalement d'avril à octobre. Les orages frappent principalement à la fin de l'après-midi et juste avant le lever du soleil.

Connaître le comportement de la foudre peut vous aider à planifier vos réactions en prévision d'un orage qui approche. La foudre a tendance à frapper les régions de haute altitude et les objets proéminents, particulièrement les bons conducteurs d'électricité comme le métal. Le tonnerre peut être un bon indicateur de la proximité de la foudre - un craquement sec signifie que la foudre est proche, tandis qu'un grondement signifie qu'elle est loin.

Comme la lumière voyage plus vite que le son, vous pouvez voir l'éclair avant d'entendre le grondement de tonnerre. Chaque seconde qui s'écoule entre l'éclair et le tonnerre représente environ 300 mètres. Si vous comptez moins de 30 secondes entre l'éclair et le tonnerre, l'orage se trouve alors à moins de 10 km, et il y a 80 % des chances pour que le prochain coup de foudre survienne à moins de 10 km. Si vous pouvez entendre le tonnerre, vous êtes à peu de distance de la foudre. Courrez immédiatement vous abriter dans le bâtiment sécuritaire le plus près ou dans un véhicule fermé. Il n'y a PAS d'endroit sécuritaire à l'extérieur pendant un orage.

Abris sécuritaires contre la foudre

Un bâtiment sécuritaire est l'endroit le plus sûr pour s'abriter durant un orage. Un bâtiment sécuritaire est complètement encloisonné par un toit, des murs et un plancher, et le câblage électrique, la plomberie, la ligne téléphonique ou les antennes sont mis à la terre pour empêcher que la foudre frappe directement le bâtiment. Même à l'intérieur, certaines mesures de sécurité sont à prendre. Choisissez l'endroit où il y a le plus de murs entre vous et l'extérieur. Tenez-vous à l'écart des portes, des fenêtres, des foyers et de tout objet conducteur d'électricité, p. ex. les radiateurs, les cuisinières, les éviers, les tuyaux et les canalisations métalliques. Ne vous servez pas de matériel électrique ni du téléphone. Utilisez seulement des appareils à piles.

Le deuxième meilleur abri demeure une automobile (pas une décapotable), un camion ou une fourgonnette (PAS un tracteur, une voiturette de golf, un véhicule sans capot ni un véhicule bâché). Assurez-vous que le véhicule n'est pas stationné sous un arbre ou autres objets de grande taille qui peuvent l'écraser durant l'orage. À l'intérieur du véhicule, durant un orage électrique, levez les fenêtres et évitez de toucher aux parties métalliques du cadre ou à tout dispositif câblé (y compris le volant ou les prises de téléphone cellulaires). L'éclair qui frappera directement votre véhicule se propagera dans le cadre du véhicule, puis passera par les pneus pour finalement atteindre le sol.

Méfiez-vous des câbles électriques qui sont tombés et qui pourraient toucher votre automobile. Vous êtes en sécurité à l'intérieur de l'auto, mais vous pourriez recevoir un choc si vous la quittez.

Abris non sécuritaires

Les bâtiments et les constructions sans électricité ni plomberie mise à la terre ne procurent aucune protection contre la foudre. Les abris non sécuritaires comprennent les abris de pique-nique, les abris à voitures, les tentes, les abris des joueurs de baseball, et les petits bâtiments non métalliques (remises de jardin et serres).

Si vous ne pouvez vous abriter de façon sécuritaire…

Il n'y a pas d'endroit sécuritaire à l'extérieur pour s'abriter durant un orage. Cependant, il y a des endroits moins dangereux que d'autres - et qui réduisent le risque d'être frappé par la foudre à l'extérieur.

Tenez vous à l'écart d'objets de grande taille (arbres, mâts porte-drapeau ou poteaux), de l'eau et autres objets qui conduisent l'électricité (tracteurs, clôtures en métal, tondeuses à gazon, bâtons de golf).

Si vous ne souhaitez pas être la cible la plus facile, ne choisissez pas un endroit surélevé par rapport au paysage environnant. Cherchez un abri dans un endroit à basse altitude comme une vallée, ou un fossé, mais prenez garde aux inondations.

Si vous êtes en groupe en plein air, éparpillez-vous et distancez-vous de plusieurs mètres.

Si vous vous trouvez sur un terrain plat, loin d'un abri, et que vos cheveux se dressent sur votre tête, il se pourrait que vous soyez sur le point d'être frappé par la foudre. Assoyez-vous sur vos talons et gardez vos pieds bien ensemble. Placez vos mains sur vos genoux et penchez la tête. Faites en sorte de constituer la cible la plus petite possible et réduisez votre contact avec le sol. Ne vous étendez pas de tout votre long.

Rappelez-vous la règle 30-30


  • Cherchez un abri approprié si vous pouvez compter 30 secondes ou moins entre l'éclair et le tonnerre.
  • Restez à l'abri pendant 30 minutes après le dernier grondement de tonnerre.


Lorsque Environnement Canada émet un avertissement d'orage, ou que vous entendez déjà le grondement spectaculaire du tonnerre, souvenez-vous de vous abriter de l'orage et de vous protéger du courant électrique impressionnant, mais oh! combien mortel, de dame nature…

Alertes au danger

Les arcs électriques - Un risque électrique intense!print this article

Les ouvriers travaillant avec l'électricité risquent de subir un choc électrique au contact direct de conducteurs sous tension, un risque fréquent en raison de la demande soutenue d'alimentation en électricité. Le Department of Government Services de Terre-Neuve-et-Labrador a émis récemment un avertissement concernant un autre danger : les arcs électriques.

Un arc électrique est un embrasement éclair qui se produit lorsque le courant électrique traverse l'espace d'air séparant des conducteurs nus sous tension ou des conducteurs nus sous tension et la terre. Les arcs électriques peuvent produire des températures allant jusqu'à 35 000 degrés Fahrenheit, un degré de chaleur qui vaporise instantanément toute matière.

Les températures s'élevant subitement à un tel degré peuvent causer l'expansion soudaine de l'air environnant et entraîner l'explosion d'une très haute pression d'air. Cette explosion, à son tour, peut disséminer avec force des particules de métal fondu sur de grandes distances. Un arc dans une enceinte, p. ex. un centre de commande de moteurs ou un appareil de commutation, est considérablement amplifié et l'énergie transmise se dirige avec force vers le côté ouvert de l'enceinte, puis vers le travailleur, qui peut subir des blessures et des brûlures graves.

Les principales causes des arcs électriques sont les suivantes : poussières et impuretés, corrosion, condensation de l'eau sur la surface d'un matériau isolant, jaillissement d'une étincelle, contact accidentel, outils échappés, compteurs électriques mal entretenus, surtension entre des espaces étroits, matériaux mal isolés, équipements mal conçus ou mal utilisés, méthodes de travail non appropriées, erreur humaine.

Le Department of Government Services de Terre-Neuve-et-Labrador suggère que les employeurs effectuent une évaluation des risques et des dangers, et mettent sur pied des mesures de contrôle pour protéger les travailleurs contre les arcs électriques. Les employeurs doivent élaborer et mettre en œuvre un programme sur les risques des arcs électriques conformément à la norme NFPA 70E ou une norme équivalente.

Les travailleurs doivent également se protéger. Ils doivent suivre une formation afin de bien comprendre le risque lié aux arcs électriques, la façon dont ils sont produits, quel est l'équipement de protection individuelle (EPI) approprié et comment utiliser celui-ci lors de travaux visant des installations électriques. Dans la mesure du possible, on doit dissuader les travailleurs d'effectuer des travaux sur un équipement sous tension. Cette tâche doit être réservée uniquement à des personnes qualifiées une fois que l'équipement a été mis hors tension et cadenassé. La norme CSA Z460-2004, Maîtrise des énergies dangereuses : cadenassage et autres méthodes, couvre ce sujet de façon exhaustive.

Afin de protéger les travailleurs et le public, il est essentiel d'identifier clairement l'équipement électrique, tel que les tableaux de distribution, les panneaux de commande industriels et les centres de commande des moteurs installés dans des locaux autres que d'habitation, et qui sont aptes à exiger une inspection, un entretien courant et une maintenance pendant qu'ils sont sous tension. Même les personnes qualifiées qui ont reçu une formation sur la sécurité électrique doivent toujours rester vigilantes afin de déceler les risques d'arcs électriques potentiels.

Réponses SST

Tondre intelligemment - en toute sécurité!print this article

Quel est la pire menace pour les enfants et la principale cause d'amputation chez les adolescents? La tondeuse à gazon, une machine saisonnière pourtant bien connue dont les victimes ne se limitent pas seulement aux jeunes.

Selon l'Institut canadien d'information sur la santé, 95 personnes ont été admises dans les hôpitaux canadiens en 2003-2004 pour le traitement de blessures liées à l'utilisation de tondeuses à gazon. La plupart ont subi une amputation ou une hémorragie grave. Les lacérations, les fractures et les amputations touchent généralement les doigts, les mains, les orteils, les pieds et les jambes.

Le John Hopkins Children's Center, aux États-Unis, rapporte que 9 400 enfants américains sont admis dans les hôpitaux chaque année en raison d'accidents associés aux tondeuses à gazon. Entre 2000 et 2005, 95 pour 100 des enfants admis ont dû subir une amputation qui a nécessité le regreffage d'un membre ou une chirurgie reconstructive.

Quelles soient de type à pousser ou à siège (autoportée), les tondeuses à moteur doivent être considérées comme des équipements dangereux, et toutes les précautions doivent être prises pour s'assurer qu'elles sont utilisées de façon sécuritaire. Bien qu'elles soient simples à utiliser en apparence, les tondeuses peuvent causer des blessures douloureuses. Au cours de la présente saison de tonte, mettez en pratique les consignes de sécurité ci-après, au travail et à la maison.

Avant de tondre

Assurez-vous de bien connaître et de bien comprendre l'information qui se trouve dans le manuel d'utilisation du fabricant de votre tondeuse, notamment comment arrêter le moteur et inspecter cette dernière. Assurez-vous que la lame est affûtée et solidement fixée. Remplacez les lames minces ou usées. Assurez-vous également que les écrans protecteurs et autres dispositifs de sécurité sont en place et fonctionnent correctement.

Utilisez un entonnoir pour faire le plein et éviter ainsi tout déversement d'essence. Remplissez le réservoir de la tondeuse lorsque le moteur est froid, et non après son utilisation ni lorsque le moteur est encore chaud. Évitez d'allumer une allumette ou de fumer près du carburant. Si vous vous servez d'une tondeuse électrique, utilisez une rallonge électrique recommandée avec mise à la terre.

Éloignez les personnes qui se trouvent dans la zone de travail pour éviter qu'elles ne reçoivent des objets qui peuvent être projetés à plusieurs pieds par la tondeuse. Gardez, en particulier, les enfants de moins de six ans et les animaux à l'intérieur.

Avant de tondre, débarrassez le gazon des débris, tels que bâtons, bouteilles et roches. Portez des vêtements ajustés, un pantalon long, des lunettes protectrices, des chaussures fermées munies de semelles antidérapantes ainsi qu'un dispositif de protection pour les oreilles - ce qui signifie que vous devrez redoubler de prudence en présence d'enfants et d'animaux de compagnie dans la zone de travail.

Comment tondre

Mettre la tondeuse en marche à l'extérieur pour éviter l'accumulation de fumées. Faites attention au débris jonchant le sol. Mettez la commande des gaz en position de ralenti pour vous assurer que la tondeuse ne roulera pas si vous vous arrêtez pour ramasser des débris. Sur un terrain accidenté, réglez la hauteur de coupe au niveau le plus élevé.

Si vous utilisez une tondeuse à pousser, tenez-vous bien droit pendant que vous tondez.

Lorsque vous tondez sur un terrain en pente, déplacez-vous en travers de la pente plutôt que du haut vers le bas afin d'éviter de glisser. Utilisez la méthode contraire pour une tondeuse à siège, en vous déplaçant dans le sens de la pente, du haut vers le bas, pour éviter de basculer.

Si vous devez examiner le dessous de la tondeuse aux fins d'entretien, ÉTEIGNEZ d'abord le moteur. Assurez-vous que la lame est immobile. Débranchez le fil de la bougie (ou débranchez le cordon d'alimentation d'une tondeuse électrique), puis servez-vous de la poignée pour incliner la tondeuse. Si vous devez enlever de l'herbe ou une autre matière, utilisez un bâton. Tenez vos mains à l'écart des lames et des pièces chaudes du moteur.

Déplacez-vous en tenant votre corps et vos pieds éloignés de la tondeuse et en éloignant le cordon d'alimentation. Si vous devez traverser une surface en gravier, éteignez d'abord le moteur de la tondeuse.

Si la tondeuse heurte un objet dur, arrêtez de tondre et éteignez le moteur de la tondeuse immédiatement. Inspectez la lame (voir la consigne de sécurité ci-dessus) et effectuez les réparations nécessaires avant d'utiliser de nouveau la tondeuse.

Si vous utilisez une tondeuse à siège, désengagez tous les embrayages et mettez la tondeuse au point mort avant de démarrer le moteur. Regardez toujours derrière vous lorsque vous reculez. Conduisez prudemment, particulièrement dans les virages serrés et sur des pentes, et ne laissez jamais la tondeuse sur une pente. Ne montez pas dans une tondeuse en marche et n'en descendez pas, parce qu'il y a juste assez d'espace sous la tondeuse pour que vos orteils soient heurtés par les lames. Enfin, ne faites pas monter de passagers sur une tondeuse!

Maintenant, vous savez comment tondre - de façon sécuritaire!

Nouvelles sur nos partenariats

Radiométéo - Prêt à affronter la tempête print this article

Trouveriez-vous utile de connaître à l'avance les urgences météorologiques, de façon assurée, qu'il vous arrive ou non d'écouter ou de regarder les nouvelles à la radio ou à la télévision? C'est exactement ce que peut faire Radiométéo. Il vous avertit lorsqu'un temps violent est prévu, ce qui vous laisse plus de temps pour vous préparer et prendre les précautions qui s'imposent.

De nombreux secteurs d'activités - agriculture, pêche, foresterie, construction, pilotage - dépendent de bonnes conditions météorologiques. Les personnes qui travaillent dans ces secteurs doivent bien comprendre la nature de leurs activités et adapter celles-ci selon la température. Nous prenons tous des décisions en fonction des conditions météorologiques. Est-ce que je dois prendre l'autobus ou marcher? Est-ce une bonne journée pour planter? Est-ce un bon temps pour naviguer - ou non? Pour certains travailleurs, par exemple les pilotes qui naviguent, les décisions qu'ils prennent peuvent être une question de vie ou de mort.

Les conditions météorologiques peuvent changer rapidement et peuvent parfois mettre les personnes - les travailleurs en particulier - en danger. Chaque minute d'avertissement supplémentaire est une minute de plus pour réagir et se protéger, pour protéger ses employés ou sa famille.

Dernièrement, dans l'État du Kentucky, où des tornades se sont produites au milieu de la nuit, beaucoup d'utilisateurs de Radiométéo ont affirmé que c'est l'alarme de leur Radiométéo qui les a réveillés. La Radiométéo était leur seul moyen de savoir que des tornades passaient dans leur région.

Le service

Radiométéo a été lancé en 1977 par le gouvernement canadien pour combler un besoin de renseignements météorologiques diffusés 24 heures par jour, directement par Environnement Canada. Radiométéo est un réseau national de radio à très haute fréquence (VHF) qui diffuse, dans les deux langues officielles, des informations et des avertissements météorologiques qui ne sont pas toujours accessibles à partir des médias d'information - et qui ne le seront certainement pas aussi rapidement.

Radiométéo est le moyen le plus rapide pour recevoir les avertissements météorologiques transmis par les ondes. Ces avertissements sont les suivants :



  • Tornades
  • Tempêtes hivernales
  • Orages violents
  • Très forts vents


Grâce à sa fonctionnalité d'alerte automatique, Radiométéo se met en mode d'attente/de rappel d'alarme, puis passe en mode d'écoute lorsqu'un avertissement est émis, alertant les Canadiens de façon proactive des dangers météorologiques.

Radiométéo peut être particulièrement utile aux employeurs, aux superviseurs et aux personnes qui travaillent en plein air - foresterie, construction, agriculture, aménagement paysager - pour prévenir les blessures liées aux dangers météorologiques. Radiométéo fournit de l'information qui permet de prendre des mesures proactives afin d'assurer la sécurité des travailleurs qui peuvent être exposés aux conditions météorologiques. Le service est calqué sur un réseau similaire déjà en place aux États-Unis et demeure l'un des secrets du gouvernement canadien les mieux gardés - jusqu'à présent !

Comment ça fonctionne

L'information est diffusée sans délai, directement à partir des centres de prévision des tempêtes d'Environnement Canada. Radiométéo utilise une bande VHF, connue également sous le nom de bande météo (WB pour Weather Band), qui est protégée contre les interférences d'autres diffuseurs. La plupart de ces avertissements ne sont pas diffusés à la radio AM ou FM.

Les nouveaux récepteurs Radiométéo offrent la fonctionnalité de décodage MSSC, " Message de secteur spécifique coder ", qui élimine les messages d'alerte qui ne s'appliquent pas à une zone locale. Cette fonctionnalité permet également aux utilisateurs de recevoir uniquement les alertes qui correspondent à des types particuliers de risques.

Les récepteurs Radiométéo à fonctionnalité de décodage MSSC demeurent la meilleure option. Cependant, il existe d'autres récepteurs qui peuvent recevoir les bulletins de Radiométéo, notamment les récepteurs à balayage, les radios maritimes, les radios multi-bandes, les radios de secours et les radios SRF, SRMG ou PB dotées des caractéristiques appropriées. Tous ces récepteurs peuvent être utilisés au Canada et aux États-Unis.

Afin d'assurer la sécurité publique, Environnement Canada souhaite que les récepteurs Radiométéo deviennent aussi courants que les détecteurs de fumée. Les pêcheurs en haute mer, les fermiers, les équipes des installations de forage pétrolier en mer, les kayakistes aventuriers et toutes les autres personnes qui travaillent ou jouent à l'extérieur ont profité des mises en garde souvent cruciales d'une Radiométéo qu'ils avaient sous la main. Le gouvernement souhaite que le récepteur Radiométéo devienne un équipement standard dans les centres de gestion des urgences et les bureaux gouvernementaux, les services de police et les services des incendies, les centres d'exploitation des routes et les patrouilles, les hôpitaux, les écoles, les parcs, les terrains de camping, les ports de plaisance ainsi que tous les foyers et toutes les entreprises au Canada.

Le service de Radiométéo évolue vers un système d'alerte " tous risques ". Il diffusera, un jour, des avertissements en cas de désastres naturels ou technologiques non liés aux conditions météorologiques, d'alertes AMBER et d'attaques terroristes.



Nouvelles du CCHST

Des experts examineront des questions de SST dans les milieux de travail en constante évolutionprint this article

Tant de choses ont changé depuis que nombre d'entre nous ont joint le marché du travail. La population active comprend maintenant plus de femmes, de travailleurs provenant de diverses origines ethniques et un nombre croissant de travailleurs âgés. L'ancienne norme du neuf à cinq a fait place, dans le milieu de travail d'aujourd'hui, à un plus grand nombre d'emplois précaires - emplois contractuels, emplois autonomes, emplois à temps partiel ou postes temporaires, et travailleurs qui cumulent plusieurs emplois. Le milieu de travail en constante évolution présente des lacunes dans le domaine de la protection des travailleurs et soulève la question de la responsabilité de la santé et de la sécurité des travailleurs.

Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) est l'hôte du Forum 2007 intitulé " Nouveaux enjeux de santé et de sécurité dans les milieux de travail en constante évolution : un débat canadien ", qui aura lieu les 17 et 18 septembre 2007, à Vancouver, en Colombie-Britannique. Deuxième événement du genre, Forum 2007 réunit des experts, des travailleurs, des employeurs et des représentants du gouvernement qui partageront leur savoir et leur expérience, examineront les problèmes et exploreront des solutions.

Le CCHST a réuni une brochette d'experts prestigieux du Canada et de l'Australie qui font autorité. Ces experts présenteront les défis en matière de santé et de sécurité qui émergent dans les milieux de travail en constante évolution. Forum 2007 fournira aux participants l'occasion d'explorer ces défis uniques et de mieux comprendre leur incidence sur la santé, la sécurité et le bien-être des travailleurs.

Michael Quinlan, membre du Safety Institute of Australia ainsi que professeur à la School of Organisation and Management de l'Université de la Nouvelle-Galles du Sud, se rendra à l'autre bout du monde pour partager ses points de vue et discuter des effets du nombre sans cesse croissant des emplois précaires, qu'il présente dans Le milieu de travail en constante évolution. Ses recherches portent sur les effets des organismes institutionnels, des règlements en vigueur et des conditions de travail sur la SST. Ces dernières années, il a publié de nombreux articles sur l'emploi précaire et ses effets sur la santé et la sécurité au travail.

Katherine Lippel est professeure de droit à la Faculté de droit (Section de droit civil) de l'Université d'Ottawa. Mme Lippel examinera les Lacunes dans les domaines de la protection, de la reddition de compte et des responsabilités en matière de SST dans un milieu de travail en évolution. Mme Lippel explorera la question de l'assujettissement des travailleurs qui ont des emplois précaires aux mêmes normes de SST que les employés permanents, et de la protection que leur assure la législation en matière de santé et de sécurité. Mme Lippel se spécialise dans les questions juridiques liées à la santé et la sécurité au travail, et les indemnisations des accidentés du travail. Elle est l'auteure de plusieurs articles et ouvrages dans ce domaine.

Catherine M. Burns, qui est professeure agrégée en génie d'étude de systèmes à l'Université de Waterloo, s'attaquera au problème des Méthodes et technologies naissantes qui entraînent de nouveaux risques pour les travailleurs. Comment pouvons-nous suivre les progrès technologiques et maîtriser les nouveaux risques dans les milieux de travail? Mme Burns dirige le Advanced Interface Design Lab de Waterloo. Ses recherches portent sur la conception de l'interface utilisateur, la visualisation et l'analyse du travail cognitif. Ses recherches ont été appliquées à divers secteurs, dont les systèmes militaires, les soins de santé, les commandes de moteur et le raffinage du pétrole et du gaz. Mme Burns a aussi signé une centaine de publications.

Linda Duxbury examinera la question suivante : Pourquoi les organisations doivent-elles mettre l'accent sur le bien-être des employés? Mme Duxbury compte parmi les principaux chercheurs au Canada dans le domaine de la santé au travail. Mme Duxbury est professeure à la School of Business de l'Université Carlton et directrice de la recherche au Centre for Research and Education on Women and Work. Au cours des dix dernières années, ses recherches ont surtout porté sur l'équilibre travail-vie familiale et elles ont fortement contribué à la progression des pratiques et des attitudes sur l'équilibre travail-vie familiale dans les secteurs public et privé.

Des ateliers informatifs et interactifs ainsi que des séances plénières présentées par de grands spécialistes pourront inspirer de nouvelles idées qui favoriseront diverses améliorations en matière de santé et de sécurité au travail.

Le nombre d'inscription est limité et les places diminuent rapidement pour le Forum 2007. Aussi, profitez de l'offre de préinscription. Inscrivez-vous avant le 30 juin et épargnez 100 $.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail