Le rapport sur la santé et la sécuritéFévrier 2009 - Vol. 7, No. 2

Quoi de neuf?

Évitez le piège à souris print this article

Si vous êtes assis à un ordinateur, vous utilisez sans doute une souris. Ce petit dispositif de pointage manuel a transformé notre façon d'utiliser les ordinateurs. Depuis le lancement de la technologie Windows dans les années 1990, les logiciels exigeant l'utilisation de la souris sont incontournables pour le travail de bureau. Il s'agit d'un objet ingénieux qui effectue des tâches complexes " d'un seul clic ". La souris, cependant, présente des inconvénients. Elle exige l'utilisation des petits muscles de la main, des doigts et du pouce afin de répéter les mêmes mouvements précis tout au long de la journée et, dans le cas des travailleurs de bureau, chaque jour.

L'utilisation d'une souris peut causer de la douleur dans la main, le poignet, l'avant-bras et le coude. Des nodules et des kystes ganglionnaires peuvent se former le long des articulations et des tendons. L'utilisation intensive de la souris peut causer également de l'engourdissement et une sensation de fourmillement dans le pouce et l'index, et peut entraîner le syndrome du canal carpien.

Le problème s'aggrave lorsque la souris est difficile à atteindre et que l'utilisateur doit maintenir le bras en extension et sans appui pour la manipuler. Tendre le bras continuellement dans cette position cause de la douleur et de la fatigue. Cette tension peut fatiguer les muscles du haut du dos, des épaules et du cou. De nombreux utilisateurs de souris adoptent des positions inconfortables et une mauvaise posture qui peut fatiguer le bas du dos.

Conseils pour prévenir la douleur

Si la souris de votre ordinateur vous cause un inconfort, suivez ces conseils et observez comment votre corps réagit. Les solutions proposées ne conviennent pas à tous. Si vous éprouvez de la douleur, il serait bon d'envisager d'autres solutions.

Ménagez votre poignet. Plutôt que de glisser la souris ou de donner de petits coups avec le poignet, maintenez ce dernier en position neutre et utilisez votre coude comme pivot.

Limitez le temps d'utilisation de la souris. Évitez d'utiliser la souris pendant de longues périodes. N'attendez pas que la douleur se manifeste. Prenez des pauses fréquentes même lorsque vous vous sentez bien.

Placez la souris dans une position optimale. Essayez de trouver la position qui vous convient le mieux. Asseyez-vous confortablement dans votre chaise/fauteuil, relaxez, puis soulevez la main et faites pivoter votre coude jusqu'à ce que votre main soit juste au niveau ou au-dessus du niveau de votre coude. Votre souris devrait être placée à peu près à cet endroit. Si cet endroit se trouve au-dessus du pavé numérique, placez une plate-forme à souris plane à environ 2,5 à 5 cm (1 à 2 pouces) plus haut que le niveau du clavier et au-dessus du pavé numérique, si cela est possible. Si vous avez une plate?forme à souris inclinée vers le bas, placez-la à côté du clavier afin que vous puissiez utiliser la souris tout en maintenant votre poignet en position neutre. Une autre solution consiste à placer la souris entre votre corps et le clavier, ou à utiliser un pavé tactile intégré au clavier.

Ménagez votre souris. Ne serrez pas la souris. Tenez-la légèrement dans votre main, sans pression indue.

Gardez votre souris propre. La souris se déplacera plus facilement si vous gardez la roulette propre, exempte de poussière.

Employez les touches de raccourci. Utiliser les touches de raccourci et les touches de fonction du clavier plutôt que la souris permet aux petits muscles de se reposer et aide à maintenir la circulation sanguine dans la main.

Protégez votre poignet. Les poignets sont délicats. Des vaisseaux sanguins sont exposés à la surface du poignet. L'anatomie de la paume de la main et de l'avant-bras est prévue pour absorber les chocs afin de protéger le poignet. Si vous déposez votre main/bras sur une surface, vous remarquerez que la partie intérieure du poignet est courbée afin d'éviter que ce dernier entre en contact direct avec une surface. Toute pression directe sur le poignet bloque la circulation du sang vers la main et augmente le risque de blessures.

N'utilisez pas de repose-poignets. Pour les raisons mentionnées plus haut, une pression directe contre le poignet peut causer des blessures.

Évitez de restreindre le mouvement de vos bras. Évitez d'utiliser un repose-poignets coussiné ou un appui-bras souple sur votre fauteuil, car l'avant-bras peut se trouver bloqué dans cette position et seul le poignet effectue tout le travail.

Utilisez une souris plate et grosse. Choisissez une souris plate, non incurvée, afin de maintenir la courbe naturelle de votre avant-bras et de protéger votre poignet. Une grosse souris favorise l'utilisation de votre bras plutôt que de votre poignet.

Changez de mains. Alterner entre la main droite et la main gauche, ou " partager le fardeau ", aide à prévenir la surutilisation d'une main. Pour ce faire, il suffit de prévoir l'espace nécessaire pour la souris à gauche et à droite du clavier, et une souris ayant une forme symétrique qui peut être utilisée par l'une ou l'autre main.

La meilleure façon d'éviter les blessures causées par une souris d'ordinateur est, évidemment, de cesser d'utiliser cette dernière. Dans le cas contraire, utilisez la souris avec modération et suivez ces conseils. Pensez-y : un clic de moins pourrait soulager votre douleur.

Pour obtenir de plus amples renseignements :

Renseignements particuliers concernant l'utilisation d'une souris au travail, CCHST

Towards Pain Free Mousing, York University (en anglais)

Mouse Tips, Cornell University (en anglais)


Alertes au danger

Protéger les travailleurs contre les objets lourds ou projetés à grande vitesseprint this article

Le WorkSafeBC a diffusé une alerte de danger à la suite de deux incidents ayant entraîné le décès d'un travailleur et de graves blessures à un second travailleur.

Au cours du premier incident, un travailleur d'une usine de transformation du bois de la Colombie-Britannique chargeait des pièces de bois brut dans une scie à refendre. L'employeur avait donné comme consigne aux travailleurs de charger le bois par le côté de la scie. Le travailleur a plutôt inséré les planches à l'extrémité de la table d'entrée, probablement pour être en mesure d'effectuer la manœuvre avec une plus grande force. Mais lorsqu'une planche a rebondi en dehors de la scie, elle s'est brisée en trois morceaux. Un de ces morceaux a frappé une autre planche sur la table, qui à son tour a rebondi et a heurté le travailleur. Ce dernier a succombé à ses blessures.

Afin de prévenir les blessures que peut causer l'impact ou le rebond de certains matériaux, WorkSafe BC recommande les pratiques de travail sécuritaires qui suivent :

Les employeurs doivent effectuer une évaluation des risques associés à chaque machine en vue de déterminer les mesures de protection les plus appropriées en fonction du degré de risque présent. La méthode la plus sûre consiste à éliminer le danger ou à trouver un élément de substitution, par exemple en mécanisant un procédé jusqu'ici exécuté par des travailleurs. Dans la hiérarchie générale des méthodes de protection, citons les autres moyens par ordre d'importance :



  • Mesures d'ingénierie - des griffes anti-rebond efficaces, des protecteurs fixes, des commandes à deux mains ou des détecteurs de présence;

  • Sensibilisation des employés aux panneaux et aux étiquettes d'avertissement, aux alarmes informatisées et autres dispositifs avertisseurs;

  • Formation concernant les méthodes de travail sécuritaires et le cadenassage;

  • Équipement de protection individuelle, tel que lunettes de protection et protecteurs d'oreilles.


Les autres recommandations visent à garantir que les travailleurs opérant des machines dangereuses sont correctement supervisés. Ils doivent recevoir comme consignes de signaler toutes les conditions et actes dangereux afin que ceux-ci puissent être corrigés sans délai, et de se conformer aux méthodes de travail sécuritaires établies.

Au cours d'un autre incident, un jeune employé travaillant dans la cour de triage d'une usine de pâtes et papiers préparait le chargement de wagons destinés à l'entrepôt. Au moment où il a poussé une des portes coulissantes d'un wagon, la porte dont le bas se trouvait à 1,5 mètre (4,5 pieds) au-dessus du sol s'est décrochée du coulisseau supérieur et elle est tombée sur le travailleur. Cette porte de 630 kilogrammes (1 390 livres) a maintenu le travailleur au sol jusqu'à ce que trois de ses collègues parviennent à la soulever et à la déplacer. Le travailleur a subi de graves blessures internes et de nombreuses fractures.

WorkSafeBC recommande que la totalité de l'équipement soit inspecté avant sa livraison à un lieu de travail. Les employeurs doivent consigner toutes les inspections dans des registres. Toute pièce d'équipement défectueuse ou non sécuritaire doit être retournée au fournisseur en vue de sa réparation ou doit être mise hors service. Les fournisseurs tiennent des registres d'entretien pour tous les appareils et équipements qu'ils distribuent; les employeurs devraient donc demander copie de ces registres et informer les fournisseurs de toute préoccupation sur le plan de la sécurité.

Les responsables des lieux de travail concernés doivent suivre les méthodes de travail sécuritaires se rapportant précisément aux wagons, lesquelles sont énoncées ci-après :


  • Inspecter les portes. Les portes des wagons doivent être en bon état de marche et munies d'une butée de chaque côté. Les employeurs doivent préparer et utiliser une liste de vérification établie pour l'inspection des wagons.

  • Signaler les dommages. Les superviseurs doivent être informés aussitôt qu'un employé craint qu'un wagon ne soit endommagé ou dangereux.

  • Se protéger contre un bris de porte. Il est plus prudent d'ouvrir les portes d'un wagon seulement dans un endroit où un chariot élévateur à fourches ou autre matériel peut être placé devant la porte pour empêcher celle-ci de tomber en cas de bris.

  • Se placer à un endroit sûr. Plutôt que de faire face aux portes du wagon pendant leur ouverture, les travailleurs doivent pousser les portes des wagons loin d'eux en se plaçant sur le côté. Ils doivent surveiller les portes avec soin jusqu'à ce qu'elles soient complètement et solidement immobilisées.


Parcourez l'alerte originale sur le site de WorkSafeBC :

Rebond (en anglais)

Portes de wagon (en anglais)

Nouvelles sur nos partenariats

Un guide visant à améliorer la gestion des risques posés par les nanoparticules print this article

Comment peut-on gérer les risques posés par les nanoparticules? Voici un outil précieux, à la portée de votre main. Le tout premier guide québécois portant sur la gestion des risques reliés aux nanoparticules de synthèse vient d'être publié. Préparé conjointement par l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) et NanoQuébec, ce guide de bonnes pratiques propose une stratégie de prévention applicable tant aux travailleurs qu'aux chercheurs utilisant, fabriquant ou synthétisant des nanoparticules.

Les auteurs de ce guide signalent d'emblée que nous disposons de très peu de renseignements sur les risques pour la santé et la sécurité se rapportant spécifiquement aux nanoparticules. Nous savons toutefois que les nanoparticules peuvent être plus toxiques que leurs homologues chimiques de plus grande taille et les renseignements recueillis nous indiquent, même si les niveaux de toxicité et le degré d'exposition ne sont pas très bien définis, qu'il est préférable de gérer efficacement les risques qui s'y rattachent.

Le Guide de bonnes pratiques favorisant la gestion des risques reliés aux nanoparticules de synthèse décrit l'état actuel des connaissances dans ce domaine et formule des recommandations en vue de maîtriser les facteurs de risque pertinents dans le but de prévenir les blessures en milieu de travail. Ce guide définit quels sont les risques posés par les nanotechnologies en ce qui concerne la santé, la sécurité et l'environnement, et propose une méthode permettant d'évaluer et de maîtriser ces risques. Le guide étaye également les méthodes présentement utilisées à l'échelle internationale et détermine quels facteurs devraient être pris en compte dans le programme de prévention d'une organisation.

" Ce guide ne répond pas à toutes les questions que soulèvent les nanoparticules. Il a le mérite de recommander une approche préventive pour minimiser l'exposition professionnelle, de proposer une démarche étape par étape et de donner des exemples concrets d'applications en milieu industriel ou en centre de recherche ", a déclaré la PDG de l'IRSST, Mme Marie Larue.

Nouvelles du CCHST

Prévenir la douleur et les entorsesprint this article

L'expression " troubles musculo-squelettiques " est une façon un peu savante de désigner un groupe de lésions et de blessures communes et douloureuses qui touchent surtout les muscles, les nerfs et les tendons du dos, des jambes, des épaules, du cou, des poignets, des mains et des articulations. Les troubles musculo-squelettiques liés au travail causent des douleurs et des souffrances à des milliers de travailleurs chaque année et constituent la plus importante part des coûts d'indemnisation pour journées de travail perdues au Canada. Ces blessures peuvent être attribuables à des tâches exigeant des mouvements répétitifs, l'application d'une grande force ou le maintien de postures fixes ou contraignantes durant de longues périodes. Les TMS peuvent se transformer à la longue en blessures invalidantes qui empêcheront les travailleurs de conserver leur emploi ou de mener une vie normale.

En vue de la Journée de sensibilisation au LATR célébrée le 28 février, le CCHST lance deux nouveaux cours en ligne visant à sensibiliser davantage les travailleurs et à mieux prévenir les lésions attribuables aux troubles musculo-squelettiques. Officiellement associée au 29 février, la seule journée non répétitive des calendriers, la Journée de sensibilisation au LATR est consacrée chaque année à la sensibilisation aux TMS (anciennement LATR) et au besoin de prendre des mesures favorisant la prévention des blessures ainsi que la réhabilitation et l'indemnisation des travailleurs.

Les deux cours en ligne intitulés Les troubles musculo-squelettiques : sensibilisation et Les troubles musculo-squelettiques : prévention visent à enseigner aux gestionnaires, aux travailleurs, aux praticiens des services de santé, aux chiropraticiens et aux professionnels de la santé et de la sécurité comment prévenir les TMS.

Le cours gratuit d'une durée de 20 minutes intitulé Les troubles musculo-squelettiques : sensibilisation porte sur les risques associés aux efforts ou aux mouvements répétitifs, collectivement désignés par l'expression " troubles musculo-squelettiques " ou TMS.

Le cours intitulé Les troubles musculo-squelettiques : prévention traite de façon plus approfondie des facteurs de risques liés aux TMS et expose quelques-unes des nombreuses mesures de maîtrise des risques ergonomiques qui peuvent contribuer à prévenir ces blessures. Citons en outre l'examen des aspects ergonomiques du poste de travail, l'organisation du travail en soi, l'environnement de travail, et les méthodes de travail sécuritaires recommandées. Ce cours explique comment les blessures et les maladies associées à de mauvaises conditions ergonomiques peuvent être évitées en adaptant les exigences de la tâche et du milieu de travail aux capacités de chaque travailleur.

Tous les cours du CCHST sont élaborés par des spécialistes du domaine traité et revus par des représentants des associations syndicales, des employeurs et des gouvernements afin d'assurer que le contenu ainsi que l'approche utilisée sont fiables et exemptes de tout biais.

Vous trouverez le prix et la marche à suivre pour vous inscrire sur le site Web du CCHST, en cliquant sur l'adresse ci-après :

Les troubles musculo-squelettiques : sensibilisation

Les troubles musculo-squelettiques : prévention

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail