Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Influenza aviaire

Qu'est-ce que l'influenza aviaire?

L'influenza aviaire, aussi appelée la grippe aviaire, est une maladie contagieuse causée par des virus qui s'attaquent aux voies respiratoires, y compris le nez, la gorge et les poumons. Il existe plusieurs types de virus grippaux. Certains n'infectent que les humains; d'autres, uniquement les oiseaux, les porcs ou les chiens. Certains virus, qualifiés d'« espèces croisées », peuvent même infecter plusieurs espèces de mammifères. Chez les oiseaux, on parle d'influenza ou de grippe aviaire ou encore de « grippe du poulet ».

L'influenza aviaire circule depuis plus d'une centaine d'années. En 1878, une première manifestation, qui causa la mort de nombreux poulets en Italie, lui a valu le nom de « peste aviaire ».

L'influenza aviaire peut affecter les systèmes respiratoire, gastro-intestinal, reproducteur ou nerveux (ou une combinaison de ceux-ci) de nombreuses espèces d'oiseaux. Les signes avant-coureurs de l'infection chez les poulets sont une perte d'appétit et une diminution de la production d'œufs. Les symptômes de la grippe aviaire peuvent varier considérablement, allant d'une infection bénigne à une maladie très contagieuse qui peut décimer un élevage entier de poulets en quelques heures. Certains oiseaux sauvages et la sauvagine (comme les canards et les oies) peuvent être porteurs du virus sans manifester de signes d'infection. Les pigeons semblent résistants à l'infection. Les poulets domestiques sont quant à eux très réceptifs aux infections grippales, lesquelles peuvent se transmettre facilement à d'autres poulets et entraîner rapidement des épidémies (chez la volaille).

REMARQUE : Pour obtenir des renseignements sur la grippe humaine courante, consulter le document Réponses SST intitulé Influenza.


Comment l'influenza aviaire se transmet-elle entre les oiseaux?

L'influenza aviaire se transmet principalement par le contact direct entre des oiseaux infectés et des oiseaux sains. Sa transmission est également possible lorsque des oiseaux entrent en contact avec de l'équipement ou des matières (notamment de l'eau et de la nourriture) contaminées par des fientes ou des sécrétions provenant des narines ou du bec d'oiseaux infectés.

Les humains peuvent également propager indirectement la maladie d'une ferme à l'autre en transportant le virus sur leurs vêtements ou leurs bottes, ou sur les roues de véhicules.

Normalement, les oiseaux sauvages peuvent être porteurs du virus sans être eux-mêmes malades; toutefois, en de rares occasions, des bandes d'oiseaux sauvages sont tombées malades ou des oiseaux migrateurs ont infecté des élevages de volaille locaux le long de leurs itinéraires de vol. Les scientifiques tentent actuellement de déterminer comment et pourquoi ces phénomènes inhabituels se produisent.


Les virus de l'influenza aviaire sont-ils tous aussi dangereux les uns que les autres?

Non. Les virus de l'influenza aviaire peuvent être classés en deux catégories : faiblement pathogènes (GAFP) ou hautement pathogènes (GAHP), selon la gravité de la maladie qu'ils causent. Les premiers entraînent chez la volaille une maladie bénigne caractérisée, entre autres, par un plumage hirsute et une diminution de la production d'œufs; les seconds, extrêmement contagieux, peuvent décimer entièrement un élevage atteint.


Qu'est-ce qui cause l'influenza aviaire?

L'influenza aviaire est causée par les virus grippaux de type A (virus Influenza de type A).


Existe-t-il plus d'un type de virus de la grippe?

Oui. Le virus grippal appartient à la famille des Orthomyxoviridés, qui compte les types A, B et C.

Seuls les virus grippaux de type A causent la grippe chez les oiseaux. Ces virus ont été identifiés chez des oiseaux sauvages et domestiques de partout dans le monde, dont une majorité chez la sauvagine (p. ex. canards, oies, mouettes et sternes) et les oiseaux domestiques (p. ex. poulets, dindes, canards, oies, faisans et cailles). Il existe de nombreuses souches distinctes de virus de l'influenza aviaire de type A, mais la plupart des souches circulant chez les canards et d'autres oiseaux n'entraînent aucun symptôme de maladie.

Les virus grippaux de type A peuvent aussi infecter l'humain, le porc, le cochon sauvage, le chien, le cheval, le phoque, la baleine et le vison.

Les virus grippaux de type B n'infectent généralement que les humains. Ces virus peuvent être à l'origine d'épidémies humaines, sans toutefois causer de pandémies.

Les virus grippaux de type C provoquent des symptômes bénins chez les humains et ne causent pas d'épidémies ni de pandémies. Ils ont aussi été isolés chez des cochons et des chiens.


Que signifie le virus H5N1 ou H7N9?

Les virus grippaux de type A sont divisés en sous-types et chacun de ces sous-types est subdivisé en souches.

Les lettres « H » et « N » désignent les différents types de protéines présentes à la surface de l'enveloppe du virus grippal. Les différents sous-types de virus grippaux de type A sont donc fonction du type de protéines qui se fixe à la surface du virus : l'hémagglutinine ou protéine HA et la neuraminidase ou protéine NA. Le système immunitaire de l'organisme peut fabriquer des anticorps capables de reconnaître ces protéines virales spécifiques (antigènes) et peut donc les combattre.

Parmi les virus grippaux s'attaquant aux oiseaux, les chercheurs ont découvert 16 types de protéines HA et 9 types de protéines NA se présentant sous une grande variété de combinaisons. Chacune de ces combinaisons est signalée comme une souche distincte du virus grippal comportant un nombre donné de protéines des type H (nombre) et N (nombre), par exemple, les souches H7N1, H9N2, H5N1, H7N9, etc.


L'influenza aviaire est-elle transmissible aux êtres humains?

Normalement, les virus de l'influenza aviaire ne s'attaquent pas aux êtres humains. On croit que la plupart des cas humains sont attribuables à des contacts directs avec de la volaille infectée ou des surfaces contaminées par le virus.

De tous les virus de l'influenza aviaire responsables de maladies chez l'humain, le sous-type H5N1 est le seul ayant provoqué des maladies très graves et des décès. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), dans la majorité d'éclosions, plus de la moitié des sujets infectés par le virus sont décédés. Les personnes atteintes étaient, pour la plupart, des enfants ou de jeunes adultes auparavant en santé. En fait, nous n'avons pas d'immunité naturelle contre ces virus puisque, normalement, ils ne s'attaquent pas aux humains.

Le virus H7N9 est détecté chez des oiseaux et des personnes en Chine depuis 2013. L'Agence de la santé publique du Canada a déclaré un seul cas d'influenza aviaire (H7N9) chez une personne qui était récemment revenue d'un voyage en 2013. Selon les CDC, le virus H7N9 cause une maladie bénigne chez certaines personnes infectées, mais il provoque une maladie respiratoire grave dans la plupart des cas. Environ le tiers des cas recensés se sont conclus par un décès. Encore une fois, on ne dispose que de données limitées sur de rares cas de transmission de personne à personne.


Comment l'influenza aviaire est-elle transmise aux êtres humains?

En dépit de la rareté des cas, les cas humains de grippe aviaire découlent, pour la plupart, de contacts avec :

  • des poulets ou d'autres espèces d'oiseaux infectés;
  • du fumier ou de la litière contenant de fortes concentrations du virus aviaire;
  • des surfaces contaminées;
  • des véhicules, de l'équipement, des vêtements et des chaussures utilisés sur des fermes où se trouvent des oiseaux atteints;
  • des oiseaux infectés lors de leur plumage et de leur préparation pour la vente.

Pour l'instant, le virus ne se transmet pas facilement des oiseaux aux humains ou des humains aux humains. Cependant, en de très rares occasions, le virus s'est propagé d'une personne infectée à une autre, mais dans tous les cas, la transmission s'est limitée à cette seconde personne.

Les virus grippaux étant capables de se transformer, il est possible que le virus H5N1 parvienne éventuellement à s'adapter à l'homme, ce qui lui permettra de se propager facilement d'une personne à l'autre.


Quelles précautions les travailleurs de l'industrie de la volaille peuvent-ils prendre?

L'Agence canadienne d'inspection des aliments recommande aux personnes qui travaillent ou qui sont en contact avec de la volaille soupçonnée d'être infectée par des virus de l'influenza aviaire de porter des vêtements de protection, y compris un masque facial, des lunettes protectrices, des gants et des bottes.

Si vous entrez en contact avec des oiseaux infectés, les mesures d'hygiène personnelle à prendre consistent à vous laver les mains, à prendre une douche et à laver tous vos vêtements. Vous devez également nettoyer et désinfecter vos chaussures.


Quels sont les symptômes de l'influenza aviaire chez l'humain?

Les symptômes de l'influenza aviaire chez l'humain sont similaires à ceux de la grippe humaine courante et peuvent comprendre une fièvre, une toux, des douleurs musculaires, un mal de gorge, des infections oculaires et des infections respiratoires graves, y compris une pneumonie.

Il n'existe habituellement aucun vaccin contre les nouvelles souches du virus de la grippe. Quelques études indiquent que certains médicaments contre la grippe humaine peuvent aider à prévenir les formes graves de la maladie chez les personnes infectées par le virus de l'influenza aviaire.


Peut-on contracter l'influenza aviaire en consommant de la volaille contaminée par le virus grippal?

Non. Il est impossible de contracter l'influenza aviaire par l'ingestion d'aliments cuits. À titre de bonne pratique d'hygiène générale, l'Organisation mondiale de la santé recommande de bien faire cuire les aliments; le respect de cette pratique est encore plus important dans les pays où des éclosions de grippe aviaire ont cours. Par exemple, le virus ne peut survivre à la chaleur, il est conseillé de cuire les aliments à une température de 70 °C (la chair ne doit pas avoir une teinte rosée) afin de s'assurer que leur consommation ne pose aucun risque. Quant aux œufs, ils doivent être bien cuits, y compris le jaune.

La façon de préparer les aliments est aussi très importante. On doit veiller à ce que les liquides provenant de volaille ou de produits de volaille crus n'entrent pas en contact ou ne se mélangent pas avec d'autres aliments destinés à être mangés crus. Après avoir manipulé des produits de volaille, il importe de toujours se laver les mains avec soin et de nettoyer les surfaces ayant servi à la préparation des aliments. Pour ce faire, il convient d'utiliser de l'eau et du savon.


L'influenza aviaire peut-elle entraîner une pandémie de grippe chez les êtres humains?

Bien des scientifiques pensent que ce n'est qu'une question de temps avant que ne survienne la prochaine pandémie de grippe. Les cas humains de grippe aviaire sont donc surveillés et étudiés de près, puisqu'ils pourraient en être le « signe avant-coureur ».

Une pandémie est généralement précédée par l'apparition d'un nouveau virus grippal de type A. Nous ignorons si la prochaine pandémie sera réellement causée par les virus actuels de l'influenza aviaire de type A, mais peu importe qu'elle en sera l'origine, les spécialistes des maladies soulignent généralement qu'il y a déjà un certain temps que nous sommes en sursis. Quant à l'Organisation mondiale de la santé, elle estime que le risque d'une pandémie est très élevé.


Que doit-on faire pour prévenir la grippe?

Pour prévenir l'influenza aviaire, la mesure la plus importante consiste à réduire le risque d'infection en se lavant les mains régulièrement (toujours utiliser de l'eau chaude et du savon).

Pour de plus amples renseignements à ce sujet, consulter le document Réponses SST intitulé Lavage des mains : réduire le risque d'infections courantes.

D'autres mesures d'hygiène personnelle sont recommandées dans le document Réponses SST intitulé Bonnes pratiques d'hygiène : réduire la propagation des infections et des virus.


Où peut-on obtenir d'autres renseignements au sujet de la pandémie?

L'Agence de santé publique du Canada (ASPC), en collaboration avec d'autres ministères des gouvernements fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux, poursuit plusieurs activités afin de protéger la population canadienne.

Une de ces activités consiste à tenir à jour l'information sur la préparation en cas de pandémie.

Le site Web de l'Agence de santé publique du Canada liste divers documents sur les différents types de grippes.

Pour de plus amples renseignements sur le sujet et pour savoir où obtenir des renseignements de dernière heure concernant la grippe pandémique, consulter également le document Réponses SST intitulé Pandémie d'influenza.

Dernière mise à jour du document le 17 août 2015

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.