Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Pompier

Que faut-il savoir au sujet de ce métier?

Le présent document résume les principales facettes et fonctions du travail des pompiers. Les pompiers peuvent être appelés à intervenir dans de nombreux environnements ou lieux de travail. Il est impossible de prévoir tous les risques auxquels les pompiers peuvent être exposés. Les demandes du métier de pompier peuvent être sporadiques et imprévisibles et la pratique de ce métier peut comprendre des périodes intermittentes de stress physique et psychologique intense. Ce résumé met l'accent sur les principales fonctions que la majorité des pompiers (qui combattent essentiellement des incendies de bâtiment) ont en commun.


En peu de mots, que font les pompiers?

Voici les principales fonctions d'un pompier :

  • Intervenir en cas d'incendies, d'accidents (routiers, industriels, aériens, etc.), d'effondrements de bâtiment, de catastrophes naturelles (tornades, inondations, p. ex.), etc.
  • Porter secours à des victimes.
  • Combattre des incendies au moyen de divers équipements et méthodes (haches, eau, extincteurs chimiques, échelles, véhicules, bateaux, etc.).
  • Employer des méthodes de premiers soins appropriées.
  • Éduquer le public en matière de sécurité.

Des équipes spécialisées peuvent être constituées pour neutraliser des matières dangereuses particulières.


Quels sont quelques-uns des risques pour la santé et la sécurité des pompiers?

Les risques appartiennent habituellement à l'une des six catégories énumérées ci-après. Pour obtenir de plus amples renseignements à ce sujet, sur les moyens de prévention ou sur la manière de travailler en toute sécurité avec un produit chimique ou un matériau, cliquer sur les liens ci-après, s'il y a lieu.

Risques biologiques

Lors du sauvetage de victimes d'incendie ou d'accident, les pompiers peuvent être exposés à des maladies contagieuses ou infectieuses, y compris des maladies transmissibles par le sang telles que le SIDA, et l'hépatite B et C.

Risques chimiques

Sur les lieux d'un incendie, les pompiers sont exposés à de nombreux produits de combustion. La toxicité de la fumée dépend beaucoup du combustible (les matériaux ou les produits chimiques qui brûlent), de la chaleur dégagée par l'incendie et de la quantité d'oxygène qui alimente la combustion. Voici les produits de combustion les plus courants :

  • monoxyde de carbone
  • acide cyanhydrique
  • dioxyde d'azote
  • de nombreux autres gaz

En outre, il est fréquent que l'oxygène se raréfie dans l'air pendant les incendies. L'hypoxie (c.-à-d. l'insuffisance ou le manque d'oxygène dans l'air) peut entraîner une diminution des performances physiques, de la confusion et une incapacité à s'échapper en cas de danger.

L'exposition à ces risques dépend également des fonctions du pompier (p. ex. les pompiers qui entrent dans le bâtiment en flammes et ceux qui nettoient une fois que l'incendie est éteint ne sont pas exposés aux mêmes risques).

Risques ergonomiques

Il existe beaucoup de situations où le travail exige un effort considérable, de la force, des mouvements répétitifs, des postures contraignantes et des activités prolongées, souvent dans des conditions extrêmes. En voici quelques exemples :

  • Exercer des efforts excessifs (atteindre, transporter, etc.).
  • Marcher ou travailler debout pendant de longues périodes.
  • Soulever.

Les pompiers doivent également travailler et s'entraîner en utilisant des équipements lourds, un appareil de protection respiratoire autonome (APRA) et l'équipement de protection individuelle. Ce surplus de poids exige plus d'efforts qu'en temps normal.

Risques physiques

Le stress thermique est fréquent. La chaleur peut provenir de diverses sources, y compris de l'incendie et du lieu d'intervention. Le corps peut également dégager beaucoup de chaleur pendant le travail (exercices). Cet effet peut être aggravé par les propriétés des vêtements de protection et l'effort physique continu. Le stress thermique et l'effort peuvent causer de la fatigue.

Les pompiers peuvent être exposés à des niveaux de bruit excessifs.

Les pompiers peuvent également être appelés à travailler à l'extérieur pendant de longues périodes. Par conséquent, ils peuvent être exposés à des températures extrêmes (froid ou chaleur), outre la chaleur du feu.

 

Risques liés à la sécurité

Lors d'un incendie, bon nombre de situations peuvent engendrer des blessures (y compris l'incendie, l'effondrement des bâtiments, les planchers instables, les objets qui tombent). Les chutes d'un point en hauteur sont également fréquentes.

Les incendies peuvent créer des situations dangereuses, notamment :

  • inflammation soudaine de matériaux qui engendre un embrasement instantané
  • explosion de fumée à l'apport soudain d'air dans un local surchauffé où l'atmosphère est pauvre en oxygène

Les pompiers qui se rendent sur le lieu d'un incident à bord d'un engin d'incendie sont davantage exposés aux risques d'accidents routiers en raison de la vitesse et des conditions routières et météorologiques. Pour plus de renseignements sur la conduite hivernale, voir notre document Réponses SST intitulé Conseils pour la conduite hivernale.

Les pompiers présentent également un risque élevé de brûlures, en particulier ceux qui entrent en premier dans les bâtiments/structures en feu et ceux qui tiennent l'extrémité avant de la lance d'incendie. L'air chaud et sec est généralement sans danger, mais la vapeur ou l'air chaud et humide peuvent causer des brûlures. La chaleur rayonnante est également une préoccupation, car des brûlures peuvent survenir à la suite d'une exposition prolongée.

Risques psychologiques

Les pompiers doivent affronter des situations dangereuses où les risques sont souvent importants ou inconnus. Être confronté à de graves événements traumatisants (ou aux conséquences de ceux-ci) constitue une autre source de stress. Dans la plupart des services d'intervention en cas d'urgence, à de longues périodes de calme ou d'activités routinières succèdent brusquement de longues périodes de stress ou d'activités intenses.

Il est toutefois important de souligner les aspects positifs du métier de pompier. Il s'agit d'un métier très respecté et valorisé dans la collectivité. De plus, les pompiers ont généralement un fort sentiment d'appartenance à une équipe.

De plus, la plupart des pompiers travaillent en rotation et selon des horaires de journées prolongées, ce qui peut avoir des répercussions négatives sur leur santé.


Y a-t-il des effets à long terme rattachés au métier de pompier?

Selon l'Organisation internationale du Travail (OIT), certaines études ont démontré qu'il existe des effets à long terme pour la santé imputables à l'extinction des incendies. D'autres études ne sont pas parvenues à établir de tels liens. Quoiqu'il en soit, il est primordial d'appliquer des méthodes sécuritaires de travail.

Les pompiers peuvent subir :

  • des cancers, en particulier du système génito-urinaire (reins, urètre et vessie)
  • des lésions au dos et d'autres foulures
  • des maladies, comme le SIDA et l'hépatite
  • des maladies cardio-vasculaires causées par une vaste gamme de produits toxiques présents lors de l'extinction d'un incendie - par exemple, l'exposition à du monoxyde de carbone est directement liée à la toxicité cardiaque

D'autres études s'intéressent :

  • aux maladies chroniques et pulmonaires, que l'on croit causées en partie par les gaz toxiques générés pendant un incendie, mais également par l'intensité des efforts physiques exigés pendant certaines périodes
  • aux cancers du système lymphatique ou hématopoïétique (sanguin), du cerveau, du poumon et du système nerveux central.

(Source: Firefighting Hazards. T. L. Guidotti. Fiches internationales des risques par profession. Encyclopédie de la santé et de la sécurité au travail, Bureau international du Travail, Genève. [Cette version de l'article est disponible en anglais seulement.])

Le NIOSH (National Institute for Occupational Safety and Health, É.-U.) signale que les pompiers sont à risque d'événements ou de décès cardiovasculaires (notamment de crises cardiaques et de coronaropathies) soudains ou lorsqu'ils sont en service. D'après le NIOSH, une combinaison de facteurs personnels (âge, sexe, antécédents familiaux, diabète, hypertension, tabagisme, cholestérol sanguin élevé, obésité et manque d'activité physique) et de facteurs liés au milieu de travail (effort intense, stress thermique, niveaux de bruit très élevés, travail par quarts/heures supplémentaires et exposition au monoxyde de carbone, à l'acide cyanhydrique, aux matières particulaires et à la fumée de tabac ambiante) est associée à ces événements.

(Source : Alert: Preventing Fire Fighter Fatalities Due to Heart Attacks and Other Sudden Cardiovascular Events. NIOSH)


Quelles sont les mesures de prévention que l'on peut adopter?

En raison des nombreux risques auxquels sont exposés les pompiers, le meilleur moyen de prévenir les blessures consiste à offrir une formation approfondie et à ne pas négliger l'importance de l'expérience.

Voici d'autres mesures de prévention :

  • Se laver les mains est extrêmement important pour prévenir les infections.
  • S'informer sur les pratiques courantes et les mettre en pratique pour éviter de contracter une infection due à des pathogènes transmissibles par le sang.
  • Toujours utiliser l'équipement de protection individuelle (ÉPI) et autres protections appropriées à la tâche.
  • Apprendre les techniques sécuritaires de levage.
  • Si un travail exige d'adopter une posture contraignante (p. ex. mains au-dessus du niveau des épaules), s'assurer de prendre des pauses lorsque cela est possible.
  • Suivre un cycle de quarts de travail recommandé et connaître les risques associés au travail par quarts.
  • Demander à la direction d'élaborer des marches à suivre visant à assurer la sécurité des personnes qui travaillent seules ou de mettre en place des marches à suivre éliminant le travail en solitaire.
  • Participer à des sessions de verbalisation post-traumatique pour réduire les répercussions du stress causé à la suite d'un incident grave.
  • Demeurer en forme en faisant de l'exercice et en s'entraînant régulièrement. Cela permettra de s'assurer que le pompier peut effectuer son travail de manière satisfaisante, tout en diminuant les risques de blessures.

Quelles sont quelques-unes des méthodes sécuritaires de travail générales qu'il faut connaître?

Les pompiers doivent connaître :

Tous les travailleurs doivent :

  • Respecter les règles de sécurité de l'entreprise.
  • Connaître le SIMDUT et les FS.
  • Connaître la procédure à suivre pour signaler les risques.
  • Suivre des méthodes d'entretien appropriées.

Où peut-on obtenir de plus amples renseignements?

Vu la très grande diversité des situations, activités et matériaux rencontrés par les pompiers, ce document ne pouvait pas aborder tous les cas possibles.

NOTA : En cas de problèmes de santé, consulter son médecin ou un professionnel de la santé.

Pour toute question ou problème concernant son propre lieu de travail, il est possible de s'adresser :

De l'information générale est disponible dans la section Réponses SST de notre site Web ou par l'entremise du Service de renseignements de personne-à-personne du CCHST.

Dernière mise à jour du document le 28 août 2013

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.