Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Téléchargez l’application gratuite Réponses SST
Télécharger dans l’App Store Disponible sur Google Play

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Buanderie d'hôtel

Quel genre de travail fait-on dans une buanderie d'hôtel?

Le travail dans une buanderie d'hôtel est divisé en deux opérations effectuées par deux groupes de travailleurs : deux ouvriers s'occupent du tri, du lavage et du séchage des serviettes, et un groupe de six travailleurs s'occupe du séchage (à l'exception des serviettes) et du pliage.


Quelles tâches comporte le tri et le lavage?

Dans cet hôtel, les responsables de l'entretien utilisent une descente de linge pour acheminer le linge sale des étages vers la buanderie. L'opération du tri et du lavage comporte les tâches suivantes :

  • Trier le linge.
  • Remplir des bacs qui pèsent 27 kg (60 lb) lorsque le linge est sec, et 55 kg (120 lb) lorsque le linge est mouillé.
  • Transporter (pousser ou tirer) les bacs vers la lessiveuse.
  • Charger la lessiveuse.
  • Décharger la lessiveuse.
  • Transporter (pousser ou tirer) les bacs vers la sécheuse.
  • Mettre les serviettes dans la sécheuse.
  • Sortir les serviettes de la sécheuse.

Au cours d'un quart de travail de huit heures, deux ouvriers traitent 20 bacs à linge (figure 1). Le linge sec est manipulé quatre fois 27 kg (60 lb) x 4 manipulations x 20 bacs = 2 200 kg (4 800 lb); le linge mouillé est manipulé deux fois 55 kg (120 lb) x 2 manipulations x 20 bacs = 2 200 kg (4 800 lb). La charge de travail est distribuée de façon uniforme; chaque ouvrier manipule donc environ 2 200 kg ou (4 800 lb) de linge chaque jour.

Figure 1 - Trier le linge
Figure 1 - Trier le linge

La manipulation du linge demande une force considérable :

  • Tirer le linge de la pile sous la descente (figures 2 et 3).
  • Mettre le linge dans la lessiveuse (figure 4).
  • Sortir le linge mouillé de la lessiveuse (figure 5).
Figure 2 - Trier le linge
Figure 2 - Trier le linge
Figure 3 - Trier le linge
Figure 3 - Trier le linge
Figure 4 - Remplir la lessiveuse
Figure 4 - Remplir la lessiveuse

Ces mouvements sont particulièrement stressants pour les mains, les poignets et les épaules.

Lors de la manipulation du linge, tout le corps fait des mouvements au-delà de l'amplitude acceptable, par exemple : s'étirer au-dessus du niveau des épaules, se pencher jusqu'au sol (figure 5) et se tourner. De plus, le travail se fait debout sur un plancher de béton, ce qui ajoute au stress imposé aux pieds et aux jambes, ainsi que sur le reste du corps.

Figure 5 - Tirer le linge mouillé de la lessiveuse
Figure 5 - Tirer le linge mouillé de la lessiveuse

Quels sont les facteurs de risque du tri et du lavage?

La section Ergonomie du répertoire de Réponses SST contient de plus amples informations sur les troubles musculo-squelettiques liés au travail. Ces tâches peuvent présenter certains dangers pour les travailleurs. Il y a trois principaux facteurs de risque :

  • La lourde charge de travail (manipuler plus de 2 tonnes de linge chaque jour de travail), combinée aux mouvements au-delà de l'amplitude acceptable, crée un risque de lésions au dos. Les mouvements violents et fréquents (tout en tirant ou en poussant le linge) et la forte pression de la poigne créent un risque élevé de lésions aux poignets et aux membres supérieurs.
  • Travailler tout en se tenant debout ou en marchant sur un plancher dur crée le risque d'inconfort dans le bas des jambes et accélère le développement de la fatigue.

Ces facteurs ont un effet cumulatif; autrement dit, chacun augmente l'effet des autres.


Quelles tâches comporte le séchage et le pliage?

Dans cette opération, il y a trois postes de travail où on effectue cinq tâches différentes :

  • Alimenter la sécheuse rotative avec de petits morceaux de linge (figure 6).
  • Alimenter la sécheuse rotative avec de gros morceaux de linge (figure 7).
  • Récupérer les petits morceaux de linge de la sécheuse rotative (figure 8).
  • Récupérer les gros morceaux de linge de la sécheuse rotative (figure 9).
  • Plier les serviettes (figure 10).
Figure 6 - Alimenter la sécheuse rotative
Figure 6 - Alimenter la sécheuse rotative
Figure 7 - Alimenter la sécheuse rotative
Figure 7 - Alimenter la sécheuse rotative
Figure 8 - Récupérer le linge de la sécheuse rotative
Figure 8 - Récupérer le linge de la sécheuse rotative
Figure 9 - Récupérer le linge de la sécheuse rotative
Figure 9 - Récupérer le linge de la sécheuse rotative

Par exemple, pour alimenter la sécheuse rotative avec de petits morceaux de linge comme des taies d'oreiller (figure 6), un travailleur doit effectuer les opérations suivantes :

  • Se pencher pour prendre le linge dans le bac (figure 11).
  • Déplier et étirer le linge.
  • Étendre le linge sur les rouleaux (figure 6).
Figure 10 - Plier les serviettes
Figure 10 - Plier les serviettes
Figure 11 - Se pencher pour prendre le linge
Figure 11 - Se pencher pour prendre le linge

Pour alimenter la sécheuse avec du linge comme des draps, deux travailleurs forment une équipe (figure 7). Cette tâche comporte les opérations suivantes : 

  • Se pencher pour prendre les draps dans le bac (figure 11).
  • Déplier les draps.
  • Tendre les draps (figure 12).
  • Étendre les draps sur les rouleaux.
Figure 12 - Tendre le linge
igure 12 - Tendre le linge

Quels sont les facteurs de risque du séchage et le pliage?

Plusieurs aspects de l'alimentation de la sécheuse avec de petits et de gros morceaux de linge présentent des risques de lésions dus aux mouvements répétitifs. Les travailleurs sont exposés à des risques de lésions aux bras, au cou et aux épaules en raison du peu de contrôle qu'ils ont sur le rythme de travail, des mouvements très répétitifs (une opération dure environ de 3 à 8 secondes), du fait de travailler les bras au niveau des épaules ou plus haut et des manipulations tout en tenant le linge. Le fait de se pencher et de tourner le torse, de s'étirer vers l'avant et vers le haut, et se tenir debout, penché vers l'avant, contribue au développement de lésions lombaires. Le fait de rester longtemps debout sur un plancher dur contribue à l'inconfort dans le bas des jambes et accélère le développement de la fatigue musculaire. Tous ces facteurs ont un effet cumulatif; autrement dit, chacun augmente l'effet des autres.


Quelles tâches comporte la récupération du linge?

Pour récupérer de petits morceaux de linge, comme des taies d'oreiller, de la sécheuse ordinaire (figure 8), un ouvrier effectue les opérations suivantes :

  • Se pencher vers l'avant pour ramasser le linge.
  • Plier le linge.

Pour récupérer de gros morceaux de linge, comme des draps, qui sortent de la sécheuse partiellement pliés (figure 13), un ouvrier effectue les opérations suivantes :

  • Se pencher et prendre le drap.
  • Plier le drap.
  • Empiler les draps.
Figure 13 - Récupérer les draps
Figure 13 - Récupérer les draps

Quels sont les facteurs de risque de la récupération du linge?

Les travailleurs qui récupèrent de petits morceaux de linge sont exposés à des lésions dues aux mouvements répétitifs. Les conditions qui présentent des risques sont :

  • Avoir aucun contrôle sur le rythme de travail
  • Avoir des mouvements répétitifs.
  • Avoir des postures de travail contraignantes.
  • S'étirer vers l'avant tout en se tenant debout.
  • S'étirer vers l'avant au-delà de la portée recommandée.
  • Travailler les bras étirés.
  • Se tenir debout sur un plancher dur.

L'absence de contrôle sur le rythme de travail, les mouvements très répétitifs, les postures de travail contraignantes et le fait de travailler en étirant les bras créent un risque élevé de LMR. Le cou, les épaules et les bras sont les plus exposés aux lésions. Le fait de se pencher vers l'avant, de s'étirer trop loin et de rester longtemps dans une position restreinte expose les travailleurs à un risque élevé de lésions lombaires. Le fait de se tenir debout sur un plancher dur contribue à l'inconfort dans le bas des jambes et accélère le développement de la fatigue musculaire. Tous ces facteurs ont un effet cumulatif; autrement dit, chacun augmente l'effet des autres.


Quelles tâches comporte le pliage des serviettes?

Les serviettes sont séchées dans une sécheuse à tambour. Les serviettes sèches sont placées dans un bac et triées en fonction de leur taille et ensuite pliées (figure 10). Cette tâche comporte les opérations suivantes :

  • Tendre le bras dans le bac.
  • Saisir les serviettes.
  • Les plier.
  • Les empiler en fonction de leur taille.

Quels sont les facteurs de risque du pliage des serviettes?

Les ouvriers qui effectuent cette tâche sont exposés aux lésions dues aux mouvements répétitifs, dont des lésions lombaires. Les conditions qui présentent des risques sont :

  • Se pencher et se tourner continuellement.
  • Travailler les bras allongés.
  • Se tenir debout sur un plancher dur.

Le pliage des serviettes expose les travailleurs à des lésions au cou et aux épaules. Se pencher et se tourner présentent le risque de lésions au dos. Le fait de rester longtemps debout sur un plancher dur contribue à l'inconfort dans le bas des jambes et aux maux dans le bas du dos.


Comment pouvons-nous réduire les facteurs de risque de LMR?

Généralités

Le fait de continuellement se tourner et s'allonger, les bras étirés, peut contribuer au développement de lésions dues aux mouvements répétitifs. Toutefois, le risque de telles lésions lors du pliage des serviettes en plus faible que lors du séchage et du pliage des draps et des taies d'oreiller en raison d'un certain contrôle sur le rythme de travail et d'une certaine souplesse au niveau des postures de travail.

Voyons comment nous pouvons améliorer les opérations dans cette installation de buanderie d'hôtel :

Tri et lavage

Dans le service de traitement du linge, le tri et le lavage sont des tâches types de manipulation de matières. Elles présentent un risque de douleurs lombaires.

La manipulation des matières ne peut pas s'effectuer en réduisant les mouvements violents lors de la manipulation du linge. Par exemple, au lieu de trier les serviettes et les draps avant de les mettre dans les bacs, il serait préférable de mettre le linge dans les bacs directement à partir de la pile sous la descente, ce qui éliminerait la nécessité de manipuler deux fois le même linge.

On peut améliorer davantage les conditions de travail en réduisant les mouvements violents lors de la manipulation du linge. Raccourcir la descente à linge (tube) permettrait de créer plus d'espace, de sorte que le linge ne soit pas tassé sur le tube; il faudrait alors exercer moins de force lors du tri.

On conseille d'utiliser différents types de bacs afin de réduire l'obligation de se pencher pour atteindre le linge dans le fond des bacs. Par exemple, un bac avec un côté qui ouvre, monté sur une table basculante/élévatrice mobile (figure 14).

On conseille d'utiliser des bacs plus légers équipés de roues conçues pour les planchers durs afin de réduire le tirage et le poussage tout en manoeuvrant les bacs pleins de linge. Il faut les entretenir régulièrement, avec une attention particulière sur les roues.

Figure 14 - Table basculante/élévatrice
Figure 14 - Table basculante/élévatrice

Dans les zones de tri et de lavage, les ouvriers travaillent debout sur un plancher de béton. Les travailleurs doivent porter des souliers bien coussinés ou mettre des semelles appropriées afin d'atténuer le stress sur les pieds et dans le bas du dos, et faire l'utilisation de tapis anti-fatigue si c'est pratique.

Séchage et pliage

La charge de travail, la piètre conception du poste de travail, les bacs à linge inappropriés et la répétitivité du travail constituent les principaux facteurs de risque de lésions dues aux mouvements répétitifs de cette opération.

Le fait de fournir des bacs ayant un côté qui s'ouvre et montés sur des tables élévatrices réduirait la nécessité de se pencher et de prendre des postures inconfortables lorsqu'il faut ramasser des serviettes au fond des bacs.

On conseille d'utiliser une plate-forme pour réduire les postures inconfortables, comme le fait d'étirer les bras au-dessus des épaules pour alimenter la sécheuse. Rétrécir le comptoir qui sépare le travailleur de la sécheuse permettrait de réduire la nécessité de s'étirer vers l'avant.

Récupération de linge et pliage des serviettes

On conseille d'utiliser une plate-forme (figure 15) pour réduire les postures inconfortables, comme le fait d'étirer les bras au-dessus des épaules pour récupérer les taies d'oreiller de la sécheuse. Rétrécir le comptoir qui sépare le travailleur de la sécheuse permettrait de réduire la nécessité de s'étirer vers l'avant. Les travailleurs devraient avoir un tabouret « debout-assis » afin de se reposer entre les opérations. Il devrait également y avoir un repose-pieds pour permettre au travailleur de déplacer son poids.

Figure 15 - Se tenir sur une plate-forme
Figure 15 - Se tenir sur une plate-forme lors de la récupération du linge

Les draps partiellement pliés qui sortent de la sécheuse devraient être déposés dans un panier (figure 16), de sorte que lorsqu'il a terminé le pliage, un travailleur puisse utiliser un comptoir de hauteur appropriée pour réduire le nombre de fois qu'il doit se pencher.

Figure 16 - Ramasser les draps dans un panier
Figure 16 - Ramasser les draps dans un panier

On devrait utiliser un tapis anti-fatigue afin de réduire l'inconfort dû à la station debout prolongée lors du pliage des serviettes. Il faudrait également mettre un tabouret « debout-assis » et un repose-pied à la disposition de l'ouvrier (figure 17). 

S'ils ne peuvent pas s'asseoir lorsqu'ils effectuent cette tâche, les ouvriers doivent pouvoir utiliser ces dispositifs entre les tâches.

Figure 17 - Utiliser un tabouret «debout-assis »
Figure 17 - Utiliser un tabouret « debout-assis »

Recommandations générales

La répétitivité du travail est l'un des principaux facteurs de risque de lésions dues aux mouvements répétitifs. Incorporé des tâches différentes afin de changer le caractère répétitif du travail. Le travail par rotation et le travail d'équipe sont deux options qui permettent aux ouvriers de varier leurs tâches.

Dans un régime de rotation, les travailleurs font des tâches différentes à des périodes fixes ou irrégulières. Dans une buanderie, les travailleurs ne peuvent pas profiter complètement de ce type de régime étant donné que toutes les tâches sont semblables. Néanmoins, la sensation de changement réduit la monotonie et ralentit le développement de la fatigue.

Dans le travail d'équipe, les ouvriers forment une équipe et chaque membre partage plusieurs tâches différentes. Toute l'équipe participe à la planification du travail. L'équipe contrôle tous les aspects du travail, ce qui permet d'améliorer l'attitude des travailleurs et leur satisfaction, facteurs importants dans la prévention de blessures et de maladies professionnelles.

Remerciements

Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, de concert avec l'Occupational Health and Safety Branch du Department of Employment and Labour Relations du Gouvernement de Terre-Neuve et du Labrador, aimerait remercier l'Hôtel Newfoundland (un hôtel du Canadien Pacifique) qui nous a généreusement accordé de leur temps et de leurs ressources pour nous aider à faire cette étude de cas.

Dernière mise à jour du document le 6 janvier 1998
Document á jour au 8 janvier 2016

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.