Mois : mars 2012

Réflexions partagées par la CIST

Date de publication :

Steve Horvath et P.K. Abeytunga

Hola amigos et amigas du 30e Congrès de la Commission Internationale de la Santé au Travail qui a eu lieu au Mexique.

Le programme que nous avons tenté de respecter ces derniers jours était pour le moins ambitieux! Les enjeux psychosociaux ont occupé une place particulièrement importante parmi les discussions des représentants de tous les coins du monde. Les maladies non transmissibles et l’intégration de la prestation des soins de santé aux enjeux liés à la santé professionnelle ont également été au cœur de nos entretiens.

On m’a demandé de présenter les discussions et les conclusions d’une table ronde portant sur le transfert des connaissances et la transmission plus efficace des renseignements sur la santé professionnelle. J’ai été fasciné par les échanges que nous avons eus parce que, dans mon esprit, ces derniers ont permis de cerner le problème et de concrétiser les enjeux – bien que je ne crois pas que tous les participants aient partagé mon point de vue.

J’ai précisé dans mon exposé que nous discutions des avantages et des contraintes du réseau Internet comme véhicule de transmission de l’information, mais que notre mode de fonctionnement ressemblait beaucoup à celui du Web. Le libre échange des idées circulant non seulement dans les deux sens, mais dans à peu près toutes les directions, crée en quelque sorte un réseau de dialogue très ouvert.

Les travailleurs se tournent aujourd’hui vers le Web pour trouver l’information dont ils ont besoin et c’est à tous les professionnels de la santé et de la sécurité au travail qu’il incombe de s’adresser directement aux travailleurs et de discuter avec eux de leurs besoins. Pour la première fois, le Web et les outils associés aux médias sociaux ont permis aux travailleurs d’expliquer eux-mêmes quels sont leurs besoins. Les travailleurs recherchent tout d’abord de l’information crédible, compréhensible, pertinente et impartiale. Je crois que les organisations qui puiseront le plus dans ces ressources seront celles qui réussiront le mieux à susciter des changements et à créer des milieux de travail sains.

Certains considèrent encore que le rôle des professionnels consiste à évaluer des données et à les colliger dans un format permettant de les faire circuler au sein d’un réseau réunissant d’autres professionnels. Leurs tâches porteraient principalement sur l’acquisition de compétences dans les communautés. Au niveau local, il s’agit d’un outil éducatif efficace, mais ce n’est pas ce sur quoi le CCHST se concentrera. Nous devons exploiter toute la puissance du Web pour améliorer la vie de tous les travailleurs, où qu’ils soient.

Une soirée culturelle

Hier soir, nos hôtes mexicains avaient organisé pour nous une soirée culturelle qui a débuté par l’exposé d’un historien local nous présentant l’histoire de la civilisation maya. Cet exposé a été suivi par un spectacle de musique et de danse folklorique maya. Tout le monde a passé une excellent soirée.

Accélération du processus au sein de la CIST

Date de publication :

Au début de l’après-midi, le dimanche, avant le début du Congrès de la CIST, j’ai participé à une réunion avec le président et fondateur de la International SOS Foundation, Arnaud Vaissié, et quelques-uns de ses cadres dirigeants. Nous avons discuté de la question du « devoir de diligence et de prudence » de l’employeur et de l’établissement de lignes directrices globales à ce sujet. Nous nous sommes penchés sur des aspects propices à la collaboration et sur diverses façons de faire progresser cette question.

Une discussion entre experts a été organisée le lundi soir pour étudier les enjeux sous différentes perspectives et soupeser d’éventuelles solutions. Le CCHST était bien représenté à ce comité par M. P. K. Abeytunga. Les autres membres réunissaient (de gauche à droite sur la photo) les dirigeants de l’AISS, de l’IOHA, du NIOSH, le président sortant du Finnish Institute, ainsi que les chefs du CCHST, de la CIST et de la International SOS Foundation.

Travailler de concert

Date de publication :

Même avant le lancement des rencontres des Centres collaborateurs de l’OMS, une myriade d’activités avaient une incidence cruciale sur l’initiative principale du CCHST visant les travailleurs les plus vulnérables. Une intervention précoce, un dialogue ouvert et positif avec l’OMS ainsi que le soutien de nos amis du NIOSH, notamment Marilynn Fingerhut et John Howard, ont joué un rôle prépondérant dans l’adoption d’une résolution prévoyant le retour à l’ordre du jour de notre programme à l’intention des travailleurs vulnérables qui, j’en suis persuadé, connaîtra un vif succès et aura une incidence considérable, tant au pays qu’à l’échelle mondiale, sur la santé des jeunes travailleurs, des travailleurs immigrants et des travailleurs vieillissants de même que sur celle des femmes et de ceux qui travaillent au sein de l’économie occulte.

L’OMS a traversé une période exigeante en raison des réalités économiques auxquelles ont été confrontés les pays membres. Par conséquent, l’OMS s’est restructurée et s’est recentrée sur ses priorités clés afin de garantir que ses programmes soient parachevés en deçà des échéances convenues. Nous sommes heureux que notre projet de portail Web multilingue destiné aux « travailleurs vulnérables » et que le programme du NIOSH sur les industries vertes et les nanotechnologies aient été devancés, tout comme les initiatives se rapportant au réseau du savoir mises sur pied en conformité avec les priorités globales de l’OMS.

Depuis le début des rencontres du réseau de Centres collaborateurs, de vifs débats et un consensus fructueux ont favorisé une plus grande compréhension mutuelle et une promotion efficace des milieux de travail sains pour tous les travailleurs.