Mois : décembre 2012

Rétrospective 2012

Date de publication :

Cette année a marqué un tournant au Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST). Nous avons cultivé des relations auprès de diverses industries, organisations de SST et institutions dans l’ensemble du pays. Nous nous sommes appuyés sur celles-ci pour en retirer des collaborations mutuellement avantageuses qui ont permis à leur tour d’offrir plus de services, d’accéder à de nouveaux marchés et d’accroître notre visibilité partout au Canada.

C’est avec beaucoup de fierté que je fais un retour sur nos réussites dans tous nos services internes. Nous avons connu un forum national très réussi qui a su mettre en lumière notre capacité de réunir des représentants d’une diversité de groupes pour discuter de solutions qui touchent tous les Canadiens. Des collaborations auprès de groupes comme CARMHA, la Commission de la santé mentale du Canada, Carex Canada, NIDMAR, VuBiz, l’Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH), l’OIT et le High Point Wellness Centre ont mené à la création de nouveaux programmes et produits qui ont fait connaître le CCHST auprès de nouveaux intervenants et augmenté la visibilité de la prévention des blessures et des maladies professionnelles dans toutes les sphères de compétence. Nous avons également endossé un rôle de chef de file dans la communication des lois et des règlements fédéraux liés au SGH, des normes liées à la santé mentale et des initiatives se rapportant aux travailleurs vulnérables, ainsi que dans l’accessibilité des programmes de SST pour les petites et moyennes entreprises et les régions éloignées.

Toutefois, notre équipe de direction et notre personnel demeurent ma plus grande source de fierté, de par leur dévouement et leur capacité à s’adapter aux changements internes en cours, de même qu’à un environnement externe en constante mouvance. Notre capacité d’adaptation et notre processus décisionnel souple définissent notre organisation et viennent appuyer toutes nos réussites.

Je vous souhaite à tous un heureux temps des Fêtes et une bonne et heureuse année.

Notes de Chongqing : pleins feux sur les problèmes de santé mentale

Date de publication :

Cette semaine, le CCHST a mené à bon terme la première phase de notre projet le plus récent en Chine. Le projet vise l’élaboration et la mise en œuvre de politiques de protection juridique pour la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail des travailleurs migrants de Chongqing. Le représentant du CCHST, M. Abeytunga, a rencontré un vaste groupe de représentants des gouvernements locaux et étatiques à Chongqing. Un haut fonctionnaire officiel du gouvernement central, présent en vue d’appuyer notre projet, a affirmé que la réussite du projet était « très importante pour lui ». J’étais très heureux d’entendre ces détails rapportés par M. Abeytunga, tout comme l’étaient les représentants chinois présents, puisque cela constitue une affirmation vigoureuse du travail que nous accomplissons.

Des membres de la délégation de Chongqing rencontrent le CCHST en décembre. .

Plusieurs facteurs ont mené à notre collaboration auprès du gouvernement chinois sur ce projet. Tout d’abord, en 2012, le Conseil d’État a adopté une règlementation spéciale exigeant que les employeurs prennent les mesures de prévention nécessaires contre le harcèlement sexuel. Cette décision marque un changement de l’orientation de la règlementation chinoise sur le travail en matière de SST, pour passer d’une perspective de protection de la santé physique, à une perspective de protection de la santé mentale. Ensuite, il y a près de neuf millions de travailleurs migrants dans la municipalité de Chongqing, et ceux-ci constituent une partie intégrante de la population active de la ville de Chongqing. Malheureusement, une série de suicides parmi les travailleurs migrants d’une fonderie de Shenzhen, en 2010, a mis en lumière l’importance de se pencher sur les problèmes de santé mentale au sein de la nouvelle génération de travailleurs migrants afin de prévenir d’autres tragédies semblables.

La violence en milieu de travail, le harcèlement et l’intimidation, les pressions pour faire de longues heures de travail ainsi que le comportement irrespectueux à l’endroit des travailleurs influent tous sur la santé mentale des travailleurs migrants. Il est impératif d’établir une règlementation locale pour veiller à ce que les employeurs favorisent et protègent la santé mentale des travailleurs migrants, afin que nous puissions améliorer leur santé et leur sécurité globales au travail.