Mois : décembre 2013

Sur la voie de la sécurité

Date de publication :

Au cours des deux dernières semaines, j’ai eu le privilège d’établir des liens avec plusieurs groupes diversifiés œuvrant dans le domaine sans cesse croissant de la santé, de la sécurité et de la prévention au travail au Canada. Il est toujours encourageant d’entendre les réalisations d’autres organisations et de les partager, ainsi que de comprendre dans quelle mesure le CCHST peut activement contribuer à leurs succès. Parmi ces organisations, notons Electrical Safety Foundation International (ESFI), Parachute Canada, dans le cadre de son symposium, l’OIT, concernant le réseau CIS, et la Société canadienne de la santé et de la sécurité au travail (SCSST).

J’ai d’abord discuté avec des représentants de l’ESFI à propos de l’opinion du CCHST sur des questions liées à la sécurité en matière d’électricité d’un point de vue national, des statistiques et des résultats de leur analyse, ainsi que de la nature unique de l’industrie électrique, au sein de laquelle les taux de blessures ont augmenté. Fait intéressant, les statistiques canadiennes révèlent que la grande majorité des blessures subies par des ouvriers en électricité ne sont pas causées par un choc ou un trouble électrique. En réalité, la plupart des blessures et des décès attribuables à l’électricité surviennent chez les employés qui ne travaillent pas dans le domaine de l’électricité. Ces statistiques ont suscité bien des discussions, tout comme les mesures à prendre pour développer une culture axée sur la prévention de ces blessures.

La présentation de mon atelier dans le cadre du symposium de Parachute Canada m’a permis d’entendre directement les propos tenus non seulement sur les difficultés auxquelles sont confrontés les groupes traitant des questions de santé et de sécurité dans les communautés, mais également sur les initiatives qu’ils ont adoptées pour les surmonter. Au même moment, le CCHST pouvait expliquer, dans la perspective du milieu de travail, dans quelle mesure les questions d’ordre national et communautaire et la vie professionnelle des gens sont de plus en plus inextricablement liées. Encore une fois, certaines stratégies de prévention ont fait l’objet de discussions.

Dans le cadre de ma rencontre avec la SCSST à Edmonton, on a discuté très ouvertement et très sincèrement de nouvelles questions concernant les professionnels de la sécurité, de même que de certaines solutions progressives visant à traiter des questions existantes qui continuent d’influer sur les taux de blessures et des nouveaux dangers sur lesquels nous devons nous pencher. Il s’agissait aussi d’une occasion pour discuter des statistiques de l’Alberta en les comparant aux données nationales et à celles des autres provinces, ainsi que pour traiter de ces questions en regard d’une stratégie de leadership et de communication claire et de l’intégration des principes de prévention aux processus de planification des activités.