Mois : avril 2014

Initiative du comité directeur du réseau mondial pour la santé et la sécurité au travail de l’Organisation internationale du travail

Date de publication :

Initiative du comité directeur du réseau mondial pour la santé et la sécurité au travail de l’Organisation internationale du travail

Il faudra bientôt que j’intitule mes entrées : « Blogueur à 30 000 pieds au-dessus du niveau de la mer », puisque, ces derniers temps, mes réflexions se font souvent lorsque je me trouve à bord d’un avion, énergisé par des rencontres auprès d’institutions aux antécédents bien établis, qui sont arrivées à influencer l’orientation de la santé et de la sécurité et à promouvoir des changements positifs.

C’est toujours un honneur d’être associé à une initiative de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la santé et la sécurité au travail, mais ce fut particulièrement gratifiant d’être nommé président d’un comité directeur formé de chefs de file venus représenter toutes les régions du monde, et de superviser un processus axé sur les intervenants dans le cadre d’une initiative de prévention mondiale.

Nous nous sommes réunis autour d’une vision commune de la réforme du réseau mondial de l’OIT pour la SST, formé d’institutions et de professionnels, tout en reconnaissant le dynamisme des environnements internes et externes et la nécessité d’établir un cadre qui appuie l’orientation stratégique de l’OIT. Nous avons la possibilité de réaliser quelque chose d’important et de durable dans l’intérêt du réseau de l’OIT et pour tous les milieux de travail.

Nous comptons sur des réseaux et des partenariats formés par des individus et des institutions, fondés sur une compréhension commune du rôle essentiel que tient la prévention dans le continuum de la SST. Toutes les parties reconnaissent qu’une capacité de programme de prévention institutionnalisée et des politiques de SST progressistes appuyées par des systèmes d’exécution représentent les fondements de la réglementation des risques dans tous les milieux de travail, et font partie intégrante des programmes de développement.

Je suis d’avis que les connaissances facilitent la prévention, et qu’il est essentiel de réunir les chefs de file pour définir et appuyer le rôle de l’OIT, au sein d’un réseau mondial qui joue un rôle actif dans la diffusion de renseignements opportuns et fiables en vue de bâtir des capacités durables en matière de santé et de sécurité au travail, tant aux niveaux régional que national – principalement dans les pays à faible ou à moyen revenu. Ces travaux constituent une bonne occasion d’établir un cadre de travail afin de mettre à profit les réussites des réseaux informels, particulièrement les organismes communautaires ayant suscité le changement localement, et de les utiliser au niveau mondial dans les programmes de connaissances sur la prévention et la sensibilisation à la SST.

Après être parvenus à un consensus concernant l’orientation stratégique et les enjeux liés au cadre, nos travaux se poursuivent.

Table ronde de la première ministre sur la santé mentale en milieu de travail

Date de publication :

J’ai eu le privilège de représenter le CCHST à une table ronde présidée par Mme Kathleen Wynne, première ministre de l’Ontario, en présence des ministres de la Santé des provinces et des territoires, afin de partager nos expériences et nos points de vue sur la question de la santé mentale en milieu de travail. Les cadres dirigeants des principales organisations intéressées représentant des employeurs, des travailleurs et des ONG y participaient aussi. La volonté des ministres de prêcher par l’exemple en ce qui concerne ces efforts de coopération et de jouer un rôle de chef de file à l’égard de cet enjeu crucial en milieu de travail jette les bases nécessaires pour assurer le succès d’une initiative nationale concernant la santé mentale.

À la table ronde, j’ai parlé de l’expérience directe acquise par le CCHST en qualité d’employeur au sujet de la mise en œuvre de la norme (norme canadienne nationale intitulée Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail) dans notre propre lieu de travail. J’ai également souligné tant les défis que les possibilités qui s’y rattachent pour les divers lieux de travail au Canada, particulièrement pour les petites et moyennes organisations, en fonction de notre rôle comme fournisseurs de solutions et promoteurs de la norme. Des exposés ont également été effectués par M. Mike Schwartz de la Great-West, compagnie d’assurance-vie, qui a présenté des données probantes sur l’étendue des enjeux liés à la santé mentale dans les milieux de travail canadiens, et par M. George Cope de Bell Canada, qui a discuté du succès de la campagne de lutte contre la stigmatisation « Bell Cause » lancée par Bell.

Les ministres ont participé tout au long de la rencontre et se sont montrés réceptifs aux idées et aux recommandations provenant des diverses parties. En réunissant des représentants des différentes sphères de compétence pour examiner les occasions de collaborer à l’échelle nationale et de créer un effet de levier pour toutes les initiatives visant à améliorer la santé mentale au travail, nous entamons un processus de transformation. Je suis persuadé que nous parviendrons, grâce à des activités de cette nature, à obtenir un consensus entre toutes les sphères de compétence et à trouver une solution adaptée à tout le pays.

Jour de deuil national : Un jour pour se souvenir et témoigner, et pour résoudre afin de prévenir

Date de publication :

“Ce jour est important pour tous les Canadiens parce qu’il nous offre la possibilité de s’arrêter, de témoigner et de renouveler notre engagement à l’égard de la santé, de la sécurité et du droit à la prévention au Canada.”

Le site Web du CCHST contient de plus amples renseignements concernant le Jour de deuil national.