Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Institutional links

Suivez le CCHST sur:
Facebook  Twitter  PinInterest LinkedIn
Youtube  Google Plus  RSS


Qu'est-ce que la dermatite de contact professionnel?

La dermatite de contact professionnel est une inflammation locale de la peau. L'inflammation se manifeste par des démangeaisons, de la douleur, une rougeur, une enflure et des petites vésicules ou des papules (petits cercles rouges à centre blanc donnant des démangeaisons) sur la peau. L'inflammation est due à une allergie ou à une irritation provoquées par des substances qui sont présentes dans les lieux de travail et qui viennent directement en contact avec la peau. Près de 3 000 substances sont reconnues allergènes de contact, alors que 25 d'entre elles seulement sont responsables de presque la moitié des cas de dermatite de contact allergique. Des détails sont donnés ci-après sur la dermatite de contact allergique.


Comment la dermatite de contact allergique apparaît-elle?

La dermatite de contact allergique d'origine professionnelle apparaît graduellement. Pendant un certain temps, le travailleur peut être continuellement en contact avec des substances allergènes sans avoir de réaction cutanée. Cette période peut durer toute la vie ou seulement quelques jours. L'action allergène d'une substance dépend de son aptitude à modifier certaines des propriétés de la couche externe de la peau. Cette couche est une barrière qui protège l'organisme des substances toxiques. Certaines substances font disparaître les graisses, les huiles et l'eau de la couche cutanée externe, de sorte qu'elles en réduisent l'action protectrice et peuvent ainsi pénétrer plus facilement dans la peau.

En fait, l'allergie cutanée commence par un processus de sensibilisation au cours duquel des substances allergènes pénètrent dans la couche externe de la peau. Le processus peut durer de 4 jours à 3 semaines. Au cours de cette période, aucun signe de lésion cutanée ne s'observe.

Une fois qu'elle a pénétré dans la peau, la substance allergène se lie à des protéines naturelles du tissu cutané. Le complexe ainsi formé est ensuite transporté dans l'organisme par des globules blancs appelés lymphocytes.

Les lymphocytes font partie du système immunitaire, le mécanisme qui protège l'organisme des germes et des substances étrangères. Le système immunitaire a une "mémoire" qui lui permet de reconnaître et de neutraliser les germes et les substances qui ont pénétré auparavant dans l'organisme.

Lorsqu'un travailleur sensibilisé est exposé de nouveau, les lymphocytes de son organisme reconnaissent l'agent allergène et y réagissent. Toutefois, les choses ne s'arrêtent pas là : l'organisme libère aussi des lymphokines, produits chimiques qui endommagent les tissus. Les lymphokines sont à l'origine des démangeaisons, de la douleur, de la rougeur, de l'enflure et de la formation des petites papules ou des vésicules.

Ordinairement, l'inflammation est limitée à la région en contact avec l'agent allergène, mais dans les cas graves, elle peut s'étendre à des surfaces importantes du corps. Elle débute habituellement au cours des douze heures qui suivent l'exposition et atteint son paroxysme au bout de trois ou quatre jours. Les choses s'améliorent ensuite graduellement dans l'ordre et, au bout de sept jours environ, tout est rentré dans l'ordre. La personne peut rester sensibilisée jusqu'à la fin de sa vie. Si elle n'entre plus en contact avec l'agent allergène, la sensibilité peut s'atténuer graduellement.


Quels facteurs favorisent la dermatite de contact allergique?

Parmi les facteurs qui favorisent la dermatite de contact allergique, les plus courants sont les maladies de la peau comme la dermatite de contact irritant (voir le document Réponses SST intitulé La dermatite de contact irritant). Les coupures et les égratignures, voies d'entrée des agents allergènes, peuvent aussi favoriser la dermatite de contact allergique. Les propriétés chimiques de la substance ont aussi de l'importance (par exemple, le fait qu'il s'agit d'un acide, d'une base ou d'un sel), tout comme la quantité de produit venant en contact avec la peau, sa concentration ainsi que la durée et la fréquence de l'exposition.

Parmi les facteurs individuels importants, signalons la résistance de la peau, laquelle s'accroît avec l'âge. Les facteurs héréditaires expliquent les différences de réaction observées entre des personnes exposées au même agent allergène.

Les facteurs du milieu jouent un rôle important. Par exemple, lorsqu'il fait chaud dans les lieux de travail, le travailleur transpire, et certains produits chimiques industriels en poudre peuvent être dissous dans la sueur et devenir plus toxiques pour la peau. En revanche, la sueur peut aussi avoir un effet de protection, car elle dilue ou « lessive » les substances. Quant à l'air sec, il peut faire gercer la peau, ce qui accroît le risque d'allergie.

Le frottement (qui peut s'observer, par exemple, chez les conducteurs d'affûteuse ou d'autres machines de meulage) peut user ou râper la peau, diminuant ainsi son action protectrice contre certains agents allergènes.


Quels métiers sont à risque?

Certains des métiers où l'on a observé de la dermatite de contact allergique sont énumérés ci-après. Il se peut que des substances industrielles causant la dermatite de contact allergique ne figurent pas dans ces tableaux. Les nouvelles substances et les nouveaux procédés peuvent être à l'origine de nouveaux risques.

Agents allergènes rencontrés dans divers métiers
Métiers Agents allergènes
Travailleurs agricoles Caoutchouc, avoine, orge, aliments pour animaux, médicaments pour animaux, ciment, plantes, pesticides, agents de préservation du bois
Artistes Térébenthine, pigments, colorants, colophane, résine époxyde
Travailleurs de l'industrie de l'automobile et de l'avionnerie Chromates, nickel, cobalt, caoutchouc, résines époxyde et diméthacrylate
Boulangers et confiseurs Aromates et épices, orange, citron, huiles essentielles, colorants, persulfate d'ammonium, peroxyde de benzoyle
Barmen Orange, citron, citron vert, aromates
Relieurs Colles, résines, cuirs
Bouchers Nickel, sciure
Ébénistes et menuisiers Teintures, colles, bois, térébenthine, vernis, colophane
Travailleurs des services de nettoyage Gants de caoutchouc
Travailleurs des mines de charbon Bottes et masques de caoutchouc
Travailleurs de la construction Chromates, cobalt, gants de caoutchouc et de cuir, résines, bois
Cuisiniers et traiteurs Aliments, oignons, ail, épices, arômes, gants de caoutchouc, métabisulfite de sodium, gallate de lauryle, gallate d'octyle, formaldéhyde
Dentistes et techniciens en dentisterie Anesthésiques locaux, mercure, méthacrylates, eugénol, désinfectants, caoutchouc, matériau d'empreintes dentaires
Nettoyeurs Gants de caoutchouc
Électriciens Fondants, résines, caoutchouc
Travailleurs de l'électro-déposition Nickel, chrome, cobalt
Embaumeurs Formaldéhyde
Poseurs de revêtements de plancher Ciment, résines, bois, vernis
Fleuristes et jardiniers Plantes, pesticides, gants de caoutchouc
Travailleurs de l'industrie sidérurgique Résines phénol-formaldéhyde et urée-formaldéhyde, colophane
Coiffeurs Colorants, persulfates, nickel, parfums, gants de caoutchouc, formaldéhyde, résorcinol, pyrogallol
Ménagères Gants de caoutchouc, aliments, épices, arômes, nickel, chromates, produits de polissage
Bijoutiers Résine époxyde, métaux, fondants de soudage
Mécaniciens Gants de caoutchouc, chromates, résine époxyde, antigel
Personnel médical Gants de caoutchouc, anesthésiants, antibiotiques, antiseptiques, phénothiazines, formaldéhyde, glutaraldéhyde, chloroxylénol liquide, crèmes à main
Travailleurs de la métallurgie Nickel, chromates, additifs de certaines huiles de coupe
Travailleurs de bureau Caoutchouc, nickel, colle
Peintres Térébenthine, diluants, cobalt, chromates, résines de polyester, formaldéhyde, résine époxyde, adhésifs, peintures
Travailleurs de l'industrie de la photographie Gants de caoutchouc, révélateurs chromogènes, para-aminophénol, hydroquinone, formaldéhyde, métabisulfite de sodium, chromates
Travailleurs de l'industrie du plastique Durcisseurs, résines phénoliques, polyuréthanes, acryliques, plastifiants
Travailleurs de l'imprimerie Nickel, chromates, cobalt, colophane, formaldéhyde, térébenthine
Travailleurs de l'industrie du caoutchouc Produits chimiques du caoutchouc, colorants, colophane
Travailleurs de l'industrie de la chaussure Colles, cuir, caoutchouc, térébenthine
Travailleurs de la tannerie Chromates, formaldéhyde, agents de tannage, fongicides, colorants
Travailleurs du textile Résines de formaldéhyde, colorants, chromates, nickel
Vétérinaires Gants de caoutchouc, médicaments

Comment reconnaît-on la dermatite de contact allergique?

Souvent, les personnes qui font de la dermatite de contact allergique consultent un médecin. Dans l'évaluation de la dermatite de contact allergique d'origine professionnelle, on détermine les conditions d'exposition. L'évaluation commence par l'analyse du travail et nécessite une description détaillée de tous les procédés utilisés au cours d'une journée de travail normale. On dresse aussi une liste détaillée de tous les produits chimiques se retrouvant dans le milieu de travail et on détermine si d'autres travailleurs sont aussi atteints.

Le diagnostic de la dermatite de contact allergique se confirme par un test épicutané dans lequel les substances qui pourraient être à l'origine de la dermatite sont appliquées en petite quantité sur la peau du sujet, d'habitude dans le haut du dos. L'apparition d'une inflammation à l'endroit où une substance a été appliquée signifie que la personne est allergique à la substance en question.


Comment traite-t-on la dermatite de contact allergique?

Le travailleur sensibilisé doit éviter de s'exposer de nouveau à l'agent allergène. Cette mesure est suffisante pour régler le problème. On peut traiter la dermatite de contact allergique avec des anti-inflammatoires, des onguents et des produits nettoyant la peau. En général, pendant le stade actif, il vaut mieux que la région touchée soit protégée des chocs, du soleil, du vent et des changements brusques de température.


La dermatite de contact allergique est-elle répandue?

On ignore combien de personnes font actuellement de la dermatite de contact allergique au Canada. D'après certaines statistiques américaines, les affections cutanées représentent plus de 35 % de l'ensemble des maladies professionnelles, et, sur l'ensemble des dermatites professionnelles, la dermatite de contact allergique représente environ 20 % des cas.


Comment prévient-on la dermatite de contact allergique?

On peut prévenir la dermatite de contact allergique d'origine professionnelle par une bonne hygiène personnelle, des mesures d'ingénierie, la bonne tenue des installations et l'utilisation de vêtements et d'accessoires de protection. L'hygiène personnelle, notamment le lavage des mains, est un facteur de prévention très important, mais il faut se rappeler que l'usage excessif de savon et de détergents pour se laver les mains peut aussi abîmer la peau.

Les mesures d'ingénierie consistent notamment à isoler les procédés dans une enceinte de façon que les travailleurs ne soient pas en contact avec les substances dangereuses utilisées. Si des gaz toxiques risquent de s'échapper dans les lieux de travail, il faut installer les dispositifs nécessaires pour les évacuer. Autant que possible, il faut aussi remplacer les substances dangereuses par des produits sans danger. Enfin, il faut bien tenir les installations, notamment en remisant les produits dans des conditions adéquates, en éliminant les déchets sans trop de délais, en recueillant promptement les produits répandus et en veillant à ce que l'équipement soit exempt de poussière, de crasse et de coulures.

La législation adoptée sur le droit à l'information (Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail - SIMDUT) stipule que les travailleurs doivent être informés de la nature des substances auxquelles ils sont exposés et des méthodes à employer pour se servir des substances dangereuses en toute sécurité.

Les vêtements et accessoires de protection personnelle doivent être choisis en fonction de l'usage qu'on veut en faire, car certains ne résistent pas à tous les produits. Il faut suivre les recommandations des fabricants. Les crèmes protectrices peuvent remplacer les vêtements protecteurs, surtout lorsque les gants et les vêtements à manches longues ne peuvent être portés sans danger, mais leur action protectrice est moins efficace. Les salles de bain, les toilettes et les douches doivent être faciles d'accès, et les travailleurs doivent avoir suffisamment d'eau chaude, de serviettes jetables et de savon.

Pour éliminer la dermatite de contact allergique, il est indispensable d'instaurer un programme de prévention efficace destiné à éviter l'exposition de la peau aux agents allergènes.

Retourner au haut de la page

Dernière mise à jour du document le 15 octobre 2008

Droit d'auteur ©1997-2014 Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail