Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Téléchargez l’application gratuite Réponses SST
Télécharger dans l’App Store Disponible sur Google Play

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Bronchopneumopathie chronique obstructive

Qu'est-ce que la bronchopneumopathie chronique obstructive?

L'expression bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) regroupe des affections caractérisées par une insuffisance de la ventilation pulmonaire. Ce groupe de maladies comprend essentiellement la bronchite chronique, l'emphysème et l'asthme. Les personnes affectées peuvent présenter divers symptômes, tels que de l'essoufflement s'aggravant avec les années, de la toux chronique ainsi que l'obstruction des voies respiratoires dans certaines conditions. La BPCO semble affecter davantage les personnes plus âgées (plus de 60 ans).

Dans la profession médicale, on ne s’entend pas sur la terminologie ni sur les critères de diagnostic définissant chacune des maladies de ce groupe. Il peut se révéler difficile de diagnostiquer une affection comme étant une bronchite chronique, de l’emphysème ou une combinaison des deux. Ce désaccord a entraîné une grande confusion quant à la cause de ces maladies, aux dommages qu’elles causent, à leur pronostic (c’est-à-dire leur issue probable) et à leur prévalence. La BPCO est une maladie courante au Canada; elle touche au moins 4 % des adultes et constitue la quatrième plus importante cause de décès.

La bronchite chronique

La bronchite chronique est une affection caractérisée par la production excessive et chronique de sécrétions muqueuses dans l'arbre bronchique. La bronchite est une inflammation de la tunique muqueuse des bronches, qui naissent à la trachée et se ramifient dans les lobes des poumons gauche et droit. Les bronches enflammées peuvent enfler (ce qui réduit leur diamètre) et produire une quantité excessive de crachats (mucosités) qui sont expectorés (crachés). L'enflure des bronches et des bronchioles ainsi que les mucosités s'y trouvant en quantité excessive entraînent une diminution de l'écoulement gazeux.

On dit d'un patient qu'il est atteint de bronchite chronique lorsqu'il produit des crachats de façon presque quotidienne au moins trois mois par année, et ce, pendant au moins deux ans. Une personne ainsi affectée peut souffrir d'infections respiratoires et d'essoufflement.

L'emphysème

L'emphysème, souvent associé à la bronchite chronique, est une pneumopathie chronique dans laquelle les sacs alvéolaires (les alvéoles) situés à l'extrémité des petites bronchioles sont dilatés ou trop gonflés et finissent par être détruits. Les alvéoles sont la partie des poumons où a lieu la majeure partie des échanges gazeux : c'est là où l'oxygène présent dans l'air pénètre dans le flot sanguin et où le sang est débarrassé du dioxyde de carbone, qui est expiré. À cause de la réduction des échanges gazeux, la personne atteinte d'emphysème souffre d'essoufflement. Aux premiers stades de la maladie, ce symptôme apparaît lors d'un violent effort; aux stades ultérieurs cependant, il peut survenir même au repos.

L'asthme

L'asthme est caractérisé par un resserrement réversible des voies respiratoires pouvant entraîner des lésions permanentes. Les symptômes en sont l'oppression thoracique, de l'essoufflement et la respiration souvent sifflante et accompagnée de toux. Les voies respiratoires des asthmatiques réagissent beaucoup plus que la normale à différents stimuli (les agents chimiques présents dans l'air et le pollen, par exemple) et peuvent se resserrer très rapidement.


Quels sont les facteurs de risque de bronchopneumopathie chronique obstructive?

De nombreux facteurs contribuent à l’apparition de la bronchopneumopathie chronique obstructive. Des études indiquent que 15 % environ de tous les cas de BPCO sont d’origine professionnelle. Des emplois tels que travailleurs des mines de charbon, mineurs de roche dure, travailleurs en tunnel, ouvriers de l’industrie du béton ainsi que travailleurs de divers autres secteurs englobant le caoutchouc, les matières plastiques, le cuir, les services d’utilité publique, le bâtiment, les textiles et la construction sont souvent associés à la BPCO. Ils peuvent être reliés à des conditions ou à des activités personnelles, ainsi qu’à des conditions de travail. La fumée de cigarette, la pollution de l’air ainsi que différents gaz, poussières, fumées, et vapeurs présents sur les lieux de travail ont tous été associés à la bronchopneumopathie obstructive.

Selon l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), le tabagisme est la principale cause sous-jacente dans 80 à 90 % des cas de BPCO. L’ASPC signale également qu’un autre facteur de risque important est l’exposition professionnelle à la poussière (par exemple, la poussière de charbon, la poussière céréalière) et à certaines fumées. L’exposition à des poussières non spécifiques risque d’aggraver l’effet du tabagisme.

De nombreuses études épidémiologiques démontrent de façon constante le rapport existant entre l'exposition professionnelle aux contaminants dans l'air et l'incidence des maladies chroniques des voies respiratoires. Comme de nombreux facteurs favorisent son apparition, la bronchopneumopathie chronique obstructive ne peut pas être classée dans la catégorie des maladies professionnelles. Elle est considérée comme un état pathologique relié au travail pour lequel la nature de celui-ci (ou les substances auxquelles sont exposés les travailleurs) peut représenter :

  • un facteur à l'origine de la pathologie;
  • un facteur qui lui est favorable;
  • un facteur qui déclenche ou aggrave un état pathologique déjà existant.

Quelles sont les complications ou les répercussions de la BPCO?

Les adultes atteints de BPCO risquent davantage :

  • d’avoir des limitations d’activités, comme de la difficulté à marcher ou à monter les escaliers;
  • d’avoir besoin d’équipement spécial, comme des réservoirs d’oxygène portatifs;
  • de ne pas participer à des activités sociales, comme manger à l’extérieur, aller dans un lieu de culte, participer à des événements de groupe ou se réunir avec des amis ou des voisins;
  • d’être atteints de confusion ou de pertes de mémoire;
  • de visiter le service des urgences ou d’être hospitalisés;
  • d’être atteints d’autres maladies chroniques comme l’arthrite, l’insuffisance cardiaque congestive, le diabète, les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux ou l’asthme;
  • de souffrir de dépression ou d’autres troubles mentaux ou émotionnels;
  • de signaler un état de santé passable ou mauvais.

Dernière mise à jour du document le 2 novembre 2016

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.