Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Maladie de Lyme

Qu'est-ce que la maladie de Lyme?

La maladie de Lyme est causée par une bactérie appelée Borrelia burgdorferi. Cette bactérie est transportée par certaines tiques qui la transmettent ensuite à un hôte par morsure. Cette bactérie est généralement présente chez la souris, l'écureuil, le tamia, la musaraigne et d'autres petits mammifères.

Chez les humains, la maladie de Lyme peut se manifester par une série d'effets prenant la forme d'éruptions cutanées et de symptômes pseudogrippaux dans les cas bénins et, dans les cas graves, de symptômes très marqués affectant les articulations, le cœur et le système nerveux. La plupart du temps, la maladie peut être traitée efficacement, surtout si elle est diagnostiquée à un stade précoce.<

La maladie de Lyme est une préoccupation professionnelle pour les personnes qui travaillent à l'extérieur, mais le risque de contracter la maladie est également présent chez toute personne qui passe du temps en plein air.

Aux États-Unis, la maladie de Lyme est la plus fréquente de toutes les maladies transmises par « vecteur ». (Le terme vecteur désigne tout insecte ou arthropode qui transporte et transmet un organisme pathogène comme un virus, une bactérie, etc.)


Comment la maladie de Lyme se transmet-elle?

Les tiques vivent habituellement dans les zones boisées et les prairies du Canada, des États-Unis, de l'Europe et de l'Asie. Les tiques infectées par Borrelia burgdorferi transmettent la maladie en se nourrissant du sang de l'hôte. Comme elles ne peuvent pas voler, elles s'agrippent aux petits arbustes ou aux herbes hautes, habituellement près du sol. Elles attendent ensuite qu'un animal ou un humain passe à proximité pour s'agripper à sa peau et se nourrir de son sang.

En Amérique du Nord, deux espèces de tiques sont en grande partie responsables de la transmission de la maladie de Lyme :

  • La tique à pattes noires (parfois appelée « tique du chevreuil ») ou Ixodes scapularis.
  • La tique occidentale à pattes noires, Ixodes pacificus.

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a également déclaré que les animaux de compagnie, plus particulièrement les chiens, peuvent contracter la maladie de Lyme; toutefois, aucune preuve probante n'indique que les animaux de compagnie peuvent transmettre cette infection directement aux humains. Il reste que les animaux de compagnie peuvent transporter des tiques infectées dans la maison ou dans la cour.


Quels sont les signes et symptômes de la maladie de Lyme?

Les morsures de tiques sont généralement indolores et passent souvent inaperçues. Quant aux signes et symptômes de la maladie de Lyme, ils varient considérablement d'une personne à l'autre.

Voici les symptômes fréquents :

  • Fatigue
  • Fièvre ou frissons
  • Maux de tête
  • Spasmes ou faiblesse
  • Engourdissements ou picotements
  • Ganglions lymphatiques enflés
  • Éruption cutanée

Un des signes d'infection courants est la présence d'une éruption cutanée grandissante, qui ressemble à une cible qui s'élargit en formant des anneaux autour de la piqûre (appelé érythème migrant). Il est important de noter que des éruptions cutanées n'ayant pas l'aspect d'une cible peuvent se produire, et que ce type de manifestation n'est pas présent dans tous les cas de la maladie de Lyme. En cas d'éruption cutanée, celle-ci apparait généralement de 7 à 14 jours après la piqûre, mais elle peut également se manifester de trois jours à un mois suivant l'infection. L'éruption cutanée peut durer jusqu'à 8 semaines. Elle peut être chaude au toucher, mais ne pas causer de douleur ou de démangeaisons. On peut obtenir des images de l'éruption cutanée auprès de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

Autres symptômes :

  • Maux de tête violents et raideurs au cou
  • Dysfonctionnement cognitif (lassitude du cerveau), ou étourdissements
  • Troubles du système nerveux, y compris la paralysie de Bell ou faciale (perte de tonus musculaire ou affaissement d'un côté ou des deux côtés du visage)
  • Douleur ou raideur des articulations (comparable à de l'arthrite)
  • Rythme cardiaque anormal ou arythmie cardiaque
  • Fatigue extrême

Si elle n'est pas traitée, la maladie de Lyme peut passer au stade avancé de la maladie de Lyme disséminée. Selon l'ASPC, on compte parmi les symptômes l'arthrite chronique (douleurs musculaires et articulaires), les troubles neurologiques et du système nerveux. Les symptômes peuvent aussi comprendre l'engourdissement ou la paralysie (incapacité de bouger certaines parties du corps). Les décès causés par la maladie de Lyme sont rares, mais peuvent cependant se produire.

La maladie de Lyme peut être difficile à reconnaître : c'est pourquoi elle est souvent confondue avec d'autres maladies. Il importe que les personnes qui pensent être atteintes de la maladie de Lyme consultent leur médecin.


Peut-on traiter la maladie de Lyme?

Dans une majorité de cas, oui. Les antibiotiques peuvent être efficaces pour traiter la maladie de Lyme, surtout lorsque le traitement est administré sans tarder. Les cas qui en sont aux derniers stades de la maladie peuvent toutefois être difficiles à traiter et certains symptômes peuvent persister.

L'ASPC affirme que le fait d'enlever la tique dans les 24 à 36 heures élimine habituellement le risque d'infection.


Comment fait-on pour savoir si l'on a été mordu par une tique?

Beaucoup de personnes atteintes de la maladie ne se rappellent pas avoir vu des tiques ou avoir été mordues par elles. Les tiques à pattes noires peuvent être actives presque toute l'année; cependant, le risqué d'être mordu par une tique est plus élevé entre les mois de mai et de septembre en Amérique du Nord. Il arrive que les tiques se déplacent sur le corps de l'hôte, mais en temps normal, elles s'agrippent à un endroit précis et y demeurent. Avant de se nourrir, les tiques ont l'aspect de scarabées bruns ou de taches de rousseur. Après leur repas, elles peuvent prendre un volume considérable et devenir aussi grosses qu'un raisin sec ou qu'un raisin frais.

Cliquer sur le lien du gouvernement du Canada pour obtenir de plus amples renseignements sur les tiques à pattes noires (y compris des photos).


Certains endroits sont-ils plus à risque que d'autres?

Oui et non. Dans certaines régions, la bactérie est endémique, autrement dit la maladie y est établie et pratiquement présente en tout temps dans la collectivité.

Au Canada, la présence ou la croissance des populations de tiques à pattes noires a été confirmée dans les régions suivantes :

  • Le sud de la Colombie-Britannique
  • Le sud-est et le centre-sud du Manitoba
  • Le sud, l'est et le nord-ouest de l'Ontario
  • Le sud du Québec
  • Le sud du Nouveau-Brunswick et l'île de Grand Manan
  • Les rives sud et nord de la partie continentale de la Nouvelle-Écosse

Par ailleurs, il importe de préciser que les tiques (y compris celles infectées par la bactérie Borrelia burgdorferi) peuvent être transportées par des oiseaux, en particulier les oiseaux chanteurs qui se nourrissent à même le tapis forestier. Étant donné que ce sont des oiseaux migrateurs, il est possible que de nouvelles populations de tiques se propagent partout au pays. Autrement dit, il n'est pas nécessaire de se trouver dans une région endémique ou à risque élevé pour être exposé aux tiques et à la maladie de Lyme.


Quels sont les tests disponibles pour dépister la maladie de Lyme?

Lorsqu'une personne est infectée, l'organisme produit des anticorps pour se protéger contre la bactérie. Il existe des analyses sanguines permettant de mesurer la quantité de ces anticorps présente dans l'organisme. Mais il arrive qu'un test soit « faux négatif », lorsqu'il n'y a pas assez d'anticorps dans le sang pour que les analyses permettent de les détecter avec précision. Un médecin doit donc également faire un examen médical complet et obtenir de l'information sur les activités du patient pour pouvoir établir un diagnostic clinique de la maladie de Lyme.


Quelles sont les personnes présentant un risque de contracter la maladie de Lyme?

De nombreux travailleurs peuvent être exposés au risque de contracter la maladie, notamment ceux qui travaillent dans les secteurs de la foresterie, de l'agriculture, de la construction, de l'aménagement paysager, de la gestion des parcs ou de la faune, de même que les vétérinaires, les préposés à l'entretien de terrains et toute personne travaillant en plein air ou en contact avec des animaux susceptibles de transporter des tiques (y compris les animaux domestiques, comme les chiens et les chats, et les animaux de la ferme, comme les chèvres, les vaches, les chevaux, etc.).

Les personnes qui consacrent beaucoup de temps aux loisirs en plein air (randonnée pédestre, camping, observation d'oiseaux, golf, chasse, pêche, etc.), en particulier dans les prairies et les zones boisées, sont également exposées au risque de contracter la maladie.


Comment prévient-on la maladie de Lyme?

Dans les régions infestées de tiques, la population doit être informée du risque de contracter la maladie de Lyme et prendre des précautions pour prévenir l'infection. Une bonne connaissance des signes et symptômes de la maladie de Lyme permet de dépister et de traiter rapidement cette maladie. Voici quelques-unes des précautions à prendre :

  • Communiquer avec le bureau local de la santé publique pour savoir si des tiques sont présentes dans la région, en particulier de l'espèce Ixodes.
  • Porter des vêtements qui couvrent la peau pour empêcher que les tiques ne s'y agrippent. Porter des souliers à bout fermé, ainsi qu'une chemise à manches longues bien ajustée aux poignets et un pantalon long entré dans les bas ou les bottes.
  • Utiliser des insectifuges à base de DEET ou d'Icaridine pour repousser les tiques. Appliquer l'insectifuge sur les vêtements, mais aussi sur la peau. Toujours lire et suivre le mode d'emploi apposé sur l'étiquette du produit.
  • Éviter autant que possible d'entrer en contact avec de petits arbustes et des herbes hautes, par exemple, en circulant au centre des sentiers au cours des promenades et des randonnées.
  • Porter des vêtements de couleur claire pour pouvoir repérer les tiques aisément.
  • Vérifier si des tiques sont présentes sur et sous les vêtements, surtout après s'être rendu dans une région infestée de tiques.
  • Inspecter quotidiennement la peau, à la recherche de tiques; une telle mesure réduit considérablement le risque d'infection, car les tiques peuvent prendre de quelques heures à deux jours avant de s'agripper à la peau et de s'y nourrir de sang. Vérifier attentivement toute la surface du corps, sans omettre les aisselles, le cuir chevelu et les cheveux, le nombril, le pli de l'aine, les oreilles et les genoux. Vérifier également si les enfants et les animaux en sont porteurs.
  • Laver les vêtements exposés sans délai et les sécher à la machine, à l'air chaud, pour aider à éliminer toute tique encore présente.
  • Prendre une douche ou un bain dans les deux heures suivant toute activité en plein air pour enlever les tiques non attachées.
  • Retirer délicatement les tiques qui se sont agrippées à la peau avec une pince à bec fin (pointue), en se plaçant suffisamment près de la peau pour pouvoir saisir la tête et les parties buccales de la tique. Tirer lentement pour enlever complètement la tique. Veiller à ne pas presser ou écraser la tique en la retirant pour éviter que la bactérie ne pénètre dans l'organisme.
    • Si l'appareil buccal de la tique se sépare et reste dans la peau, l'ASPC recommande de le retirer au moyen de pinces à épiler, ou, à défaut d'être capable de les enlever facilement, de cesser les tentatives et de laisser la peau guérir.
    • Laver le site de la morsure avec de l'eau et du savon ou le désinfecter à l'aide d'un désinfectant à base d'alcool une fois les tiques enlevées.
    • Conserver la tique dans un petit contenant hermétique ou dans un sac de type Ziplock (double) pour d'éventuelles analyses. Indiquer la date sur le contenant ou le sac. En cas de symptômes, réels ou soupçonnés, apporter la tique avec soi chez le médecin.
  • Apprendre les signes et symptômes de la maladie de Lyme.
  • Consulter sans tarder un médecin si des symptômes similaires à ceux de la maladie de Lyme se manifestent. S'il a été possible de la conserver, apporter la tique chez le médecin : elle pourrait être utile.

L'Agence de la santé publique du Canada a publié un rappel de santé publique qui affirme que « la maladie de Lyme est une infection grave présente au Canada et en croissance ». Elle a également préparé une boîte à outils sur la maladie de Lyme qui fournit du matériel permettant de diffuser l'information et de rehausser la sensibilisation.


Que faire en milieu de travail ou à la maison pour réduire la présence de tiques?

Bien entretenir la pelouse et le terrain pour éviter la présence de tiques à proximité de la maison ou du lieu de travail.

  • Tondre la pelouse régulièrement. Tailler les arbres et les arbustes.
  • Retirer les couvertures de feuilles mortes, les broussailles et les mauvaises herbes sur le bord de la pelouse, autour des murs de pierre et des piles de bois.
  • Nettoyer et sceller les murs de pierre et les petites ouvertures se trouvant dans votre maison pour entraver l'activité des petits rongeurs.
  • Éloigner les réserves de bois de chauffage et les mangeoires à oiseaux loin des bâtiments.
  • Garder les animaux, particulièrement les chiens, à l'extérieur de la forêt, et parler à un vétérinaire pour trouver un produit contre les tiques qui convient aux animaux de compagnie.
  • Éloigner les portiques et les carrés de sable des enfants du bord des terrains boisés et les placer sur une structure faite de copeaux de bois ou de paillis.
  • Envisager l'utilisation de matériaux de paysagement durs, comme les copeaux de bois, le paillis, les pierres/le gravier, les tuiles ou les métaux.
  • Créer une bordure d'au moins trois mètres de largeur entre la pelouse, la forêt ou les murs de pierre.
  • Élargir les sentiers dans les zones boisées.
  • Utiliser des plantes qui n'attirent pas les cerfs, ou les empêcher de s'approcher en installant une clôture, lorsque c'est possible.
  • Songer à appliquer un pesticide de faible toxicité comme traitement de protection ciblé.

Dernière mise à jour du document le 1 octobre 2015

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.