Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Institutional links

Suivez le CCHST sur:
Facebook  Twitter  PinInterest LinkedIn
Youtube  Google Plus  RSS


Le soleil cause-t-il le cancer de la peau?

Il a été prouvé que le soleil est l'une des principales causes du cancer de la peau. Il est possible de traiter et de guérir le cancer de la peau sans qu'il y ait de graves conséquences; toutefois, dans certains cas, ce type de cancer peut être mortel s'il n'est pas décelé à temps.

Le cancer de la peau est préoccupant pour les personnes qui travaillent au grand air, exposées au soleil. Cependant, on peut réduire le risque de contracter cette maladie en étant bien informé du problème et en prenant des mesures pour prévenir l'exposition au soleil.


La lumière solaire émet-elle différents types de rayonnements?

Oui. Les types de rayonnements émis par la lumière solaire comprennent :

  • la lumière visible, celle-là même qui nous permet de distinguer les couleurs
  • le rayonnement infrarouge, qui nous procure la chaleur que nous ressentons
  • le rayonnement ultraviolet (UV)

Sauf dans les situations extrêmes, ni la lumière visible ni le rayonnement infrarouge émis par le soleil ne causent de problèmes de santé. Il en va autrement du rayonnement ultraviolet (UV) dont les effets sur la peau sont néfastes.

Il existe trois grands types de rayons ultraviolets :

  • les UVA (rayons ultraviolets A ou UV de grandes longueurs d'onde)
  • les UVB (rayons ultraviolets B ou UV responsables des coups de soleil)
  • les UVC (rayons ultraviolets C ou UV de courtes longueurs d'onde)

Le tableau 1 résume les caractéristiques générales de chaque type de rayons.

Tableau 1
Les types de rayons ultraviolets et leurs caractéristiques
Type de rayons ultraviolets Caractéristiques générales
Rayons ultraviolets A
(UVA, UV de grandes longueurs d'onde)
– non filtrés dans l'atmosphère
– traversent le verre
– entraînent un certain bronzage, selon le type de peau;
– autrefois considérés comme inoffensifs, on les juge aujourd'hui néfastes à long terme
– l'intensité des rayons est relativement constante tout au long de la journée
Rayons ultraviolets B
(UVB, responsable des coups de soleil)
– une partie est filtrée dans l'atmosphère par la couche d'ozone
– ne traversent pas le verre
– causent les coups de soleil et le bronzage, l'apparition des rides, le vieillissement accéléré de la peau et le cancer de la peau
– intensité maximale à midi
Rayons ultraviolets C
(UVC, UV de courtes longueurs d'onde)
– filtrés dans l'atmosphère par la couche d'ozone, avant qu'ils n'atteignent la terre
– les lampes germicides en sont les principales sources artificielles
– brûlent la peau et causent le cancer de la peau

Comment la lumière solaire affecte-t-elle la peau?

Lorsque le rayonnement ultraviolet atteint la peau, la surface de celle-ci en réfléchit une partie. Le rayonnement résiduel est ensuite diffusé dans les tissus situés juste sous la surface de la peau. Une fraction de ce rayonnement est alors absorbée par les cellules vivantes de la peau et a pour effet d'endommager les substances sensibles influant sur le développement et l'aspect normaux de la peau.

Les lésions cutanées qui en résultent peuvent entraîner :

  • des coups de soleil
  • le vieillissement prématuré de la peau
  • le cancer de la peau

Coups de soleil

Le coup de soleil est le plus connu et le plus immédiat des effets du rayonnement ultraviolet sur la peau. Il s'agit d'une inflammation causée par un accroissement du débit sanguin sous la peau. La réaction n'est habituellement pas instantanée, mais la peau prend une coloration rouge vif dans les 15 à 20 heures qui suivent l'exposition. Les coups de soleil peuvent être douloureux et, éventuellement, entraîner la desquamation de la peau.

Une exposition brève et intense peut causer un coup de soleil grave chez les personnes qui n'ont pas l'habitude de s'exposer à une lumière solaire intense. Il est d'ailleurs prouvé que de telles expositions, tout comme les expositions prolongées, peuvent être liées à la manifestation de formes graves de cancer de la peau, plus tard, au cours de la vie.

Vieillissement accéléré de la peau

L'exposition répétée au rayonnement ultraviolet solaire cause éventuellement des lésions cutanées similaires à celles résultant du processus normal de vieillissement. La peau s'amincit par endroits et perd de son élasticité, alors que des plaques blanchâtres, des taches de rousseur et des rides font leur apparition. Ces changements peuvent se produire après de nombreuses années d'exposition, mais lorsqu'ils surviennent, les dommages sont irréversibles.

Cancer de la peau

Lorsqu'il y a exposition chronique au soleil, pendant plusieurs années, la peau endommagée devient alors un terrain propice à l'apparition d'une des formes de cancer de la peau. L'exposition au rayonnement ultraviolet accroît le risque de cancer de la peau (mais elle n'est pas forcément l'unique cause de la maladie). Il semble que l'exposition intermittente (occasionnelle) et l'exposition pendant l'enfance et l'adolescence jouent un rôle particulièrement important dans la formation d'un carcinome basocellulaire ou d'un mélanome malin, bien que la nature exacte de ce lien ne soit pas entièrement élucidée. Une exposition chronique à des niveaux élevés de rayonnement ultraviolet, comme dans le cas des personnes qui travaillent au grand air, est plus souvent associée aux épithéliomas spinocellulaires.

Les faits suivants établissent un lien causal entre l'exposition à la lumière solaire et le cancer de la peau :

  • La plupart des cancers de la peau apparaissent là où la peau a été exposée au soleil de façon chronique (oreilles, front, bras, etc.).
  • Dans les régions très ensoleillées, le cancer de la peau touche plus souvent les personnes sensibles au soleil.
  • Les personnes atteintes d'une maladie génétique étant plus vulnérables au soleil, elles courent un risque accru de contracter un cancer de la peau.
  • Des études révèlent que le rayonnement ultraviolet imitant celui de la lumière solaire cause le cancer de la peau chez les animaux.

Quels sont les types de cancer de la peau liés à l'exposition au soleil?

L'exposition au soleil peut engendrer trois types distincts de cancer :

  • le carcinome basocellulaire
  • l'épithélioma spinocellulaire
  • le mélanome malin

Carcinome basocellulaire

Le carcinome basocellulaire est le plus répandu de tous les cancers en Amérique du Nord et en Europe. Il s'attaque généralement aux parties de la peau exposées fréquemment au soleil, mais il arrive aussi qu'il se manifeste en d'autres endroits. Ce type de cancer ressemble à une plaie saillante, dure, d'un rouge franc ou grisâtre et d'aspect perlé, qui se forme le plus souvent sur le front, les paupières, les joues, le nez et les lèvres. Même s'il subsiste un risque qu'il s'aggrave, en général, le carcinome basocellulaire ne se propage pas et, dans la plupart des cas, il se traite et se guérit facilement.

Épithélioma spinocellulaire

L'épithélioma spinocellulaire se manifeste le plus souvent lorsque la peau a été exposée au soleil pendant de longues périodes. Ainsi, ce type de cancer de la peau apparaît généralement sur les parties du corps surexposées au rayonnement solaire, soit le front, les joues, le nez, la lèvre inférieure et l'extrémité supérieure des oreilles. En outre, il prend généralement naissance là où la peau a subi des lésions dues au soleil, c'est-à-dire là où des imperfections et des taches de rousseur causées par le soleil sont présentes. Les imperfections évoluent, prenant l'aspect de plaques rugueuses et squameuses présentant de petites lésions qui ne cicatrisent pas et qui, éventuellement, s'agrandissent et deviennent croûteuses. L'épithélioma spinocellulaire peut être extirpé et, s'il est décelé à temps, les chances de guérison totale sont bonnes. Dans sa forme la plus grave, il s'attaque aux muqueuses telles les lèvres.

Mélanome malin

En dépit de sa rareté, le mélanome malin est le plus redoutable de tous les cancers de la peau. Il se présente souvent sous la forme d'un grain de beauté ou d'une tache pigmentaire qui se met soudainement à saigner ou change de couleur, de forme ou de texture. En l'absence d'un traitement précoce, le mélanome malin va généralement se propager. La nature exacte du lien entre le mélanome malin et la lumière solaire n'est pas entièrement élucidée. Cependant, il semble que, chez les personnes qui n'ont pas l'habitude de s'exposer au soleil, le risque de contracter un mélanome malin soit accru à la suite d'expositions brèves (intermittentes) à une lumière solaire intense. Le mélanome malin peut être traité et guéri s'il est diagnostiqué à un stade précoce. En revanche, si le traitement est amorcé à un stade avancé de la maladie, ce cancer est souvent mortel.


Quels sont les facteurs augmentant le risque de cancer de la peau?

Quatre facteurs principaux prédisposent au cancer de la peau :

  • la pigmentation de la peau et sa capacité à bronzer
  • l'hérédité
  • l'exposition à des produits chimiques
  • la durée de l'exposition au soleil

Pigmentation de la peau et capacité à bronzer

Le rayonnement ultraviolet émit par le soleil affecte, jusqu'à un certain point, la peau de tout le monde, mais la réaction de la peau varie énormément d'une personne à l'autre. La mesure dans laquelle une personne est sensible au soleil dépend de la pigmentation de sa peau et de sa capacité à bronzer.

Le bronzage induit par le rayonnement ultraviolet se produit de deux façons différentes : instantanément ou à retardement. Le bronzage instantané est causé par l'action des UVA sur la peau. La peau prend une teinte colorée au cours de l'exposition, mais elle retrouve graduellement sa teinte naturelle dans les quelques heures ou jours qui suivent. La peau sera plus ou moins hâlée, selon que sa carnation est d'un naturel foncé à claire et en fonction du hâle hérité d'expositions antérieures.

La peau exposée aux UVA ou aux UVB met de deux à trois jours avant de se colorer. Ce type de bronzage dit « à retardement », peut persister plusieurs semaines, voire plusieurs mois, et est conservé grâce à des expositions répétées au soleil. Lors du processus de bronzage à retardement, la peau accroît sa production et sa distribution de pigment foncé, en outre, la peau s'épaissit. Ces changements peuvent survenir à la suite d'un coup de soleil ou se manifester graduellement sur une longue période d'expositions brèves et répétées au soleil.

Au printemps ou après quelque temps passé sans s'exposer au soleil, certaines personnes brûlent facilement, dès la première heure d'exposition. En revanche, ceux et celles ayant une carnation foncée ne brûlent jamais. Ces différentes réactions nous amènent à définir six types de peau différents (voir le tableau 2).

Tableau 2
Classification des types de peau
Type Teint naturel de la peau Sensibilité aux UV et disposition aux brûlures Risque de cancer de la peau
1 Très clair, blanc pâle, présente souvent des taches de rousseur Très sensible.
Brûle toujours; ne bronze jamais.
Risque accru de cancer de la peau.
2 Teint clair, blanc Très sensible. Brûle facilement; bronze de façon minimale. Risque élevé de cancer de la peau.
3 Brun clair Sensible.
Brûle de façon modérée; bronze généralement.
Risque élevé de cancer de la peau.
4 Brun moyen Moins sensible.  
Brûle de façon minimale; bronze facilement.
Risque de cancer de la peau.
5 Brun foncé Sensibilité minimale. Ne brûle que rarement. Les cancers de la peau sont relativement rares, mais lorsqu’ils surviennent, ils sont souvent détectés à un stade avancé, plus dangereux pour la santé. Risque accru de faibles taux de vitamine D.
6 Brun foncé à noir Sensibilité minimale.
Ne brûle jamais.
Les cancers de la peau sont relativement rares, mais lorsqu’ils surviennent, ils sont souvent détectés à un stade avancé, plus dangereux pour la santé. Risque accru de faibles taux de vitamine D.

Tableau adapté à partir du site Web SunSmart Victoria (2012), Cancer Council Victoria, Australie

En général, le risque de cancer de la peau dû au soleil est étroitement lié aux profils décrits ci-dessus. Ainsi les personnes de carnation foncée sont moins sujettes à un cancer de la peau lié au soleil. En revanche, ce risque est maximal chez les personnes qui bronzent peu ou pas du tout, et qui sont sujettes aux coups de soleil. Des études ont révélé l'existence d'un lien entre les enfants au teint clair et rousselé et l'apparition d'un mélanome malin à l'âge adulte.

Hérédité

Pour des raisons que l'on ne comprend pas encore parfaitement, les personnes d'origine celtique (Irlandais, écossais ou Européens du Nord) sont davantage sujettes à un cancer de la peau dû au soleil. Les maladies génétiques qui affectent la peau peuvent aussi accroître ce risque. L'albinisme, par exemple, est une anomalie d'origine congénitale caractérisée par une absence de pigmentation, ce qui entraîne une sensibilité accrue de la peau au rayonnement ultraviolet.

Exposition aux produits chimiques

L'exposition à certains produits chimiques peut sensibiliser la peau vulnérable au rayonnement ultraviolet par le biais d'un processus appelé photosensibilisation. Voici des exemples de ces produits chimiques :

  • le brai de goudron de houille et les produits pétroliers contenant des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP);
  • certains produits chimiques utilisés en imprimerie dans les processus d'impression sur matière photosensible;
  • certains médicaments et antibiotiques comme la tétracycline, les sulfamides, les diurétiques thiazidiques, la chlorpromazine et les contraceptifs oraux;
  • les psoralènes présents naturellement dans certaines plantes, fruits et légumes.

Les antibiotiques doivent avoir été ingérés avant l'exposition pour que la peau devienne sensible au soleil. (Consultez votre médecin ou pharmacien si vous soupçonnez qu'une réaction anormale ou grave à une exposition au soleil est liée à la prise d'un nouveau médicament.) Cependant, retenez que, chez certaines personnes, un simple contact cutané avec des psoralènes présents dans les figues, le panais, les agrumes ou le céleri moisi peut rendre la peau davantage sensible aux coups de soleil.

Des études expérimentales révèlent que les produits chimiques dits « promoteurs » peuvent accroître les propriétés cancérogènes du rayonnement ultraviolet. Cela dit, le rayonnement ultraviolet (rayons UV) peut, en soi, agir comme un promoteur. Plus précisément, il peut accroître le pouvoir cancérogène des produits chimiques contenus dans le brai de goudron de houille.

Durée d'exposition au soleil

Au fil des ans, les effets destructeurs du rayonnement ultraviolet s'accumulent. En général, le risque de cancer de la peau augmente en fonction de la durée d'exposition au soleil et de l'intensité du rayonnement. De son côté, l'intensité du rayonnement dépend de nombreux facteurs, dont : la saison, le moment de la journée, la situation géographique (latitude), l'altitude par rapport au niveau de la mer, la réflexion sur les surfaces (p. ex. sable blanc ou béton, eau, neige), l'ozone de la stratosphère, les nuages et la pollution de l'air.

Des études récentes comparent les effets d'une exposition intermittente au soleil (de courte durée et occasionnelle) à ceux d'une exposition chronique (de longue durée et fréquente). Il semble que le type d'exposition ait une incidence sur l'apparition d'une forme de cancer ou d'une autre. Par exemple, une exposition intermittente au soleil peut être un facteur important conduisant à la survenue d'un carcinome basocellulaire. L'exposition au soleil pendant l'enfance peut aussi jouer un rôle déterminant dans la manifestation de ces cancers à l'âge adulte. Par ailleurs, le mode de formation du mélanome malin est similaire à celui du carcinome basocellulaire.

Par opposition, il semble que le lien entre l'épithélioma spinocellulaire et le rayonnement ultraviolet solaire soit assez différent. Ce type de tumeurs, associé à des niveaux élevés d'exposition professionnelle chronique au soleil, surtout dans les 10 années précédant le diagnostic, accroît le risque de cancer de la peau dans le groupe le plus exposé.


Qu'est-ce que l'indice UV?

Afin de faire écho à l'inquiétude croissante de la population canadienne concernant le changement d'intensité du rayonnement ultraviolet engendré par l'appauvrissement de la couche d'ozone, Environnement Canada évalue l'intensité du rayonnement ultraviolet, ou indice UV, sur une échelle de 0 (en l'absence de soleil) à plus de 11 (intensité extrême). Dans les tropiques, l'indice UV peut atteindre une valeur de 15 en milieu de journée. Au Canada, l'indice UV comporte les catégories « faible » (entre 0 et 2), « modéré » (entre 3 et 5), « élevé » (entre 6 et 7), « très élevé » (entre 8 et 10) et « extrême » (supérieur à 11).

Les effets sur la santé humaine associés à l'indice UV et les précautions à prendre à cet égard sont résumés dans le tableau suivant.

Tableau 3
Indice UVQualificatifMesures de protection contre le soleil
0 à 2Bas
  • Protection solaire minimale requise pour les activités normales.
  • Portez des lunettes de soleil, les journées ensoleillées. Si vous demeurez à l'extérieur plus d'une heure, couvrez-vous et utilisez un écran solaire.
  • La réflexion sur la neige peut presque doubler l'intensité des rayons UV. Portez des lunettes de soleil et appliquez un écran solaire.
3 à 5Modéré
  • Prenez des précautions – couvrez-vous, portez un chapeau et des lunettes de soleil, et appliquez un écran solaire – surtout si vous demeurez à l'extérieur pendant 30 minutes ou plus.
  • Cherchez l'ombre en mi-journée, soit au plus fort du soleil.
6 à 7Élevé
  • Protection nécessaire – les rayons UV endommagent la peau et peuvent causer des coups de soleil.
  • Réduisez l'exposition au soleil entre 11 h et 16 h, et prenez toutes les précautions : recherchez l'ombre, portez un chapeau et des lunettes de soleil, et appliquez un écran solaire.
8 à 10Très élevé
  • Précautions supplémentaires nécessaires : la peau non protégée sera endommagée et peut brûler rapidement.
  • Évitez le soleil entre 11 h et 16 h, et prenez toutes les précautions : recherchez l'ombre, couvrez-vous, portez un chapeau et des lunettes de soleil, et appliquez un écran solaire.
11 et plusExtrême
  • Les valeurs de 11 ou plus sont très rares au Canada. Cependant, l'indice UV peut atteindre 14 ou plus dans les tropiques ou le sud des États-Unis.
  • Prenez toutes les précautions. La peau non protégée sera endommagée et peut brûler en quelques minutes. Évitez le soleil entre 11 h et 16 h, couvrez-vous, portez un chapeau et des lunettes de soleil, et appliquez un écran solaire.
  • Le sable blanc et les autres surfaces brillantes réfléchissent les UV et augmentent l'exposition aux UV.

Sources :

Indice UV et ozone, Environnement Canada

« Global Solar UV Index: A Practical Guide; » (en anglais seulement). Recommandation commune de l'Organisation mondiale de la Santé, de l'Organisation météorologique mondiale, du Programme des Nations Unies pour l'environnement et de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants.


Quels sont les travailleurs exposés à un risque accru de cancer de la peau?

Le rayonnement ultraviolet solaire présente un risque pour tous ceux qui travaillent en plein air et qui y sont potentiellement exposés, soit les :

  • travailleurs agricoles
  • fermiers
  • horticulteurs
  • préposés aux travaux d'entretien
  • ouvriers de pipeline
  • exploitants de ranch
  • athlètes
  • pêcheurs
  • paysagistes
  • militaires
  • policiers
  • moniteurs de ski
  • maçons
  • jardiniers
  • maîtres-nageurs/sauveteurs
  • ouvriers de champ pétrolifère
  • facteurs
  • marins
  • travailleurs de la construction
  • préposés à l'entretien de terrains
  • bûcherons
  • ouvriers d'exploitation à ciel ouvert
  • employés des chemins de fer
  • arpenteurs

Comment peut-on réduire le risque de cancer de la peau induit par le soleil?

Le cancer de la peau résulte de décennies d'exposition au soleil. Il importe de connaître les risques associés à l'exposition au soleil et de prendre des précautions pour s'en prémunir dès la plus tendre enfance. Les mesures suivantes contribuent à réduire le risque de cancer de la peau :

  • réduction de l'exposition au soleil;
  • port de vêtements protecteurs;
  • application d'un écran solaire sur la peau exposée;
  • examen régulier de la peau à la recherche de taches suspectes.

Pendant l'hiver, il est conseillé de suivre les précautions susmentionnées lors d'expositions prolongées au soleil, en particulier dans des endroits enneigés ou en haute altitude.

Réduction de l'exposition

L'été, les travailleurs doivent éviter de s'exposer inutilement au soleil, en particulier en mi-journée, entre 11 h et 16 h, alors que le rayonnement solaire est d'une intensité maximale. Dans la mesure du possible, il vaut mieux planifier l'exécution des travaux à l'extérieur en début de matinée ou en fin d'après-midi, et travailler à l'ombre. Les parapluies, les bâtiments, les arbres, les auvents, etc. peuvent protéger la peau contre les rayons directs du soleil. Durant les périodes de travail, il est important de prendre ses pauses à l'ombre chaque fois que la chose est possible. On peut aussi ériger des structures créant une zone ombragée s'il est autrement impossible de s'abriter à l'ombre. En outre, puisque l'eau, le sable blanc, le béton, la neige et la glace peuvent réfléchir près de 10 à 85 pour cent du rayonnement ultraviolet solaire, il peut s'avérer nécessaire de recourir à une protection supplémentaire contre l'exposition indirecte créée par ces rayons réfléchis.

Les responsables des lieux de travail peuvent aussi prévoir la rotation des travailleurs d'un endroit à un autre pour contribuer à réduire l'exposition de ces derniers aux rayons UV.

Port de vêtements protecteurs et de lunettes de soleil

Le port d'un chapeau à large bord et de vêtements dont le tissu est étroitement tissé peut protéger la peau et le cuir chevelu contre le rayonnement ultraviolet. Même si les chemises à manches longues et les pantalons ne sont pas des plus confortables par temps extrêmement chaud, ils aident efficacement à protéger la peau; toutefois, ils n'offrent pas tous la même protection. Par exemple, un tee-shirt de coton blanc peut fournir un facteur de protection solaire (FPS) 7, alors que pour une chemise à manches longues en denim, ce facteur est estimé à 1 700! De même, certains tissus comme le coton perdent environ 50 % de leur FPS une fois mouillés. Il importe donc que les travailleurs soient informés des différentes caractéristiques des tissus qui influent sur la capacité de pénétration de la lumière solaire. On recommande également le port de lunettes de soleil enveloppantes capables de filtrer les UVA et les UVB.

Application d'un écran solaire

Avant d'effectuer tout travail à l'extérieur, les travailleurs devraient appliquer sur leur peau un écran de protection solaire et, au cours de l'exposition, répéter l'application (habituellement, toutes les deux heures), tel que recommandé par le fabricant. La plupart des écrans solaires sont incolores, inodores et acceptables sur le plan esthétique, en autant qu'ils ne tachent pas les vêtements ni ne suscitent de réactions cutanées indésirables.

L'application d'un écran solaire constitue une mesure de protection supplémentaire et ne remplace aucunement les mesures de protection tels le travail à l'ombre et le port de vêtements adéquats, d'un chapeau et de lunettes de soleil. Les écrans solaires ne sont pas conçus pour prolonger la durée d'exposition au soleil, mais plutôt pour en réduire les effets chez les personnes qui ne peuvent éviter de s'exposer au soleil. Le niveau de protection assuré dépend considérablement de la façon dont cet écran solaire est appliqué.

Il existe une vaste gamme d'écrans solaires. Ces produits contiennent des ingrédients chimiques qui atténuent (mais n'éliminent pas) les effets du rayonnement ultraviolet. Les produits chimiques de protection les plus largement utilisés sont le PABA (acide para-aminobenzoïque) et des produits chimiques étroitement apparentés comme les cinnamates, les salicylates, les benzophénones ou les anthranilates. Certains écrans solaires ne contiennent qu'un seul de ces produits chimiques protecteurs, alors que d'autres peuvent en renfermer plusieurs, offrant ainsi une protection supérieure. Les produits comme l'huile pour bébé, le beurre de cacao ou les huiles pour la peau, qui ne renferment aucun produit chimique protecteur, ne protègent nullement la peau contre les coups de soleil, le vieillissement prématuré et le cancer.

Les fabricants indiquent un facteur de protection solaire (FPS) sur l'étiquette de leurs produits. Plus ce facteur est élevé, plus la protection solaire est grande.

  • Un écran solaire doté d'un FPS 15 peut absorber plus de 92 % des rayons UVB.
  • Un écran solaire doté d'un FPS 30 peut absorber jusqu'à 96,7 % des rayons UVB.
  • Un écran solaire doté d'un FPS 40 peut absorber jusqu'à 97,5 % des rayons UVB.

Les personnes dont la peau est sensible au soleil doivent utiliser un écran solaire ayant un FPS élevé. L'efficacité d'un écran solaire dépend aussi de sa résistance à la chaleur, à l'humidité et à la transpiration. La plupart des écrans solaires ne résistent pas à l'eau; il faut donc en appliquer de nouveau après avoir transpiré ou s'être mouillé.

Les écrans solaires doivent être appliqués 20 minutes avant de sortir à l'extérieur et l'application doit être répétée tous les deux heures ou plus souvent si la personne transpire.

Il importe de faire l'essai de différents types d'écrans solaires afin de trouver celui qui convient tout particulièrement à notre type de peau et d'activités. L'Association canadienne de dermatologie recommande l'utilisation de produits de protection solaire avec un FPS 30 ou plus (protégeant contres les UVA et les UVB). Un baume à large spectre pour les lèvres offrant un FPS de 30 ou plus est également recommandé.

Examen régulier de la peau

Les personnes qui travaillent en étant exposées au soleil doivent examiner régulièrement leur peau et être à l'affût de tout changement inhabituel. Les signes alarmants comprennent toute lésion, plaie ou partie de peau qui ne cicatrise pas ou qui se desquame continuellement. Il faut aussi surveiller toute grosseur qui prend du volume, surtout si elle est de couleur brune ou bleuâtre. Il importe de consulter un médecin dès le moindre signe cutané suspect, plutôt que d'attendre que le problème soit irrémédiable.

Retourner au haut de la page

Vous désirez obtenir de plus amples renseignements?

Vous pourriez être intéressé par ces produits et services du CCHST:

Pour obtenir de l'aide sur une question ou un sujet particulier, communiquez avec notre équipe du Service de renseignements et à la clientèle. Ce service est gratuit, fiable et confidentiel.


Dernière mise à jour du document le 2 avril 2012

Droit d'auteur ©1997-2014 Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail