Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Aperçu

Pourquoi accorder tant d'importance au travail en position assise?

La mécanisation et l'automatisation à grande échelle ont touché presque tous les secteurs de l'économie canadienne. Du bureau à l'usine, les nouvelles technologies ont changé nos façons de travailler. Les machines exécutent des tâches qui autrefois se faisaient à la main. De plus en plus de personnes travaillent en position assise pour faire fonctionner ces machines.

Il est vrai que le fait d'être assis requiert un moins grand effort musculaire. Toutefois, les personnes qui travaillent dans cette position ne sont pas exemptes des risques de blessures que l'on associe à des tâches physiques plus exigeantes. Par exemple, les commis, les travailleurs des chaînes de montage de pièces électroniques et les préposés à la saisie de données, qui sont toujours assis, souffrent également de maux de dos et de douleurs musculaires. En fait, on rapporte davantage de cas de varices, de raideurs articulaires de la nuque et d'engourdissement chez les personnes qui travaillent en position assise que chez celles qui effectuent des tâches plus exigeantes physiquement.

Les blessures attribuables à de longues périodes en station assise constituent un grave problème de santé et de sécurité au travail. Ce problème risque de prendre de l'ampleur au cours des années à venir, car de plus en plus d'emplois supposent un travail effectué assis.


Un travail en position assise peut-il nuire à la santé?

Lorsque le travailleur peut alterner entre une position assise et d'autres positions à sa guise, il risque moins de ressentir de l'inconfort et est moins vulnérable aux blessures.

Pour les personnes qui n'ont pas d'autres choix et qui doivent demeurer assises pendant de longues périodes, la situation n'est pas la même. Même si un travail assis requiert moins d'efforts musculaires qu'un travail plus physique, comme jardiner ou nettoyer les planchers, il cause tout de même une certaine fatigue. Lorsque l'on est assis, les muscles du tronc, du cou et des épaules sont en position fixe. Le maintien de cette position comprime les vaisseaux sanguins dans les muscles, ce qui nuit à la circulation du sang vers les muscles en activité, justement au moment où ils en ont le plus besoin. Un apport sanguin insuffisant accélère l'apparition de la sensation de fatigue et rend les muscles vulnérables aux blessures.

Les employés sédentaires peuvent également subir une dégradation graduelle de leur état de santé (s'ils ne font pas d'exercice ou ne mènent pas une vie active). Les longues périodes passées en position assise diminuent le niveau d'activité physique jusqu'à la limite minimale nécessaire au fonctionnement normal du corps. Les problèmes les plus souvent observés sont les troubles de la circulation sanguine et les blessures qui limitent la motricité.


Comment le fait d'être assis peut-il nuire à la circulation sanguine?

Lorsque l'on est assis, l'appareil circulatoire travaille moins car les mouvements sont alors limités. Par conséquent, le rythme cardiaque et le flux sanguin ralentissent. Le fait de demeurer le torse droit en station assise ralentit encore davantage le débit sanguin.

Un apport en sang insuffisant, plus particulièrement du sang qui circule dans les jambes et revient au coeur, entraîne une accumulation locale de sang. La pression exercée sur la face inférieure des cuisses lorsque le siège est trop haut peut aggraver cette situation et causer une enflure et un engourdissement des jambes, et tôt ou tard, des varices. Également, un afflux sanguin réduit vers les muscles accélère l'apparition de la sensation de fatigue. C'est pourquoi un travailleur qui est assis toute la journée et qui déploie peu d'efforts physiques se sent souvent fatigué à la fin de sa journée.


Le travail en position assise peut-il causer des blessures qui limitent les mouvements?

Une mobilité réduite contribue à des blessures des muscles, des os, des tendons et des ligaments : ces derniers sont tous essentiels aux mouvements du corps. La tension constante et localisée dans certaines régions du corps constitue un autre facteur. Le cou et le bas du dos sont habituellement les régions les plus fréquemment affectées. Pourquoi? Parce que le fait de demeurer assis pendant de longues périodes peut :

  • Réduire les mouvements du corps, ce qui rend les muscles plus vulnérables à des étirements, des crampes ou des foulures lorsqu'ils sont soudainement détendus.
  • Causer une sensation de fatigue dans le dos et les muscles du cou en ralentissant le flux sanguin et accroît la tension dans la colonne, plus particulièrement dans le bas du dos ou dans le cou.
  • Comprimer de façon constante les disques de la colonne vertébrale, nuisant ainsi à leur nutrition et contribuant à leur dégradation prématurée.

Le travail en position assise a-t-il d'autres effets néfastes?

Les travailleurs qui, pendant des années, ont passé la plupart de leur temps assis, subissent également d'autres problèmes de santé moins précis. La dégradation de la forme physique, la diminution de la capacité cardiaque et pulmonaire et les problèmes de digestion sont fréquents. Même si ces conditions ne sont pas des maladies comme telles ou des blessures, elles prédisposent les travailleurs à d'autres maladies.


Quels aspects d'un travail en position assise sont responsables de ces effets néfastes?

La mauvaise posture est en grande partie responsable des effets néfastes d'une position assise prolongée. Cette mauvaise posture peut être la conséquence d'une conception inadéquate du travail, qui oblige le travailleur à demeurer assis sans interruption pendant plus d'une heure. La durée de la période en position assise, ainsi que la forme que prend le corps dans cette position, sont les facteurs de risque les plus importants.

Une aire de travail inadéquate qui empêche le travailleur de s'asseoir en maintenant un bon équilibre peut favoriser de mauvaises postures. Il est possible que l'aménagement physique de l'aire de travail, comme la surface de travail, les outils et l'équipement, ne soit pas conçu en fonction de l'amplitude des mouvements que doit effectuer le travailleur pour atteindre aisément les objets qui l'entourent. Il est également possible que le poste de travail ne soit pas adéquat parce que la chaise est trop élevée ou trop basse pour le travailleur et ne convient pas à sa taille ou à la forme de son corps.

Une formation insuffisante ou inexacte peut également expliquer une mauvaise posture. En effet, les travailleurs n'ont peut-être pas été informés des dangers que présente cette position de travail sur leur santé, parce qu'ils ne sont pas aussi évidents que les dangers des emplois plus physiques. Par conséquent, les travailleurs ne savent pas quelles pratiques ils doivent adopter ou éviter.


Existe-t-il une bonne façon de s'asseoir?

À chaque articulation importante, comme les hanches, les genoux et les coudes, s'assortit une amplitude dans laquelle toute personne en santé peut trouver une position confortable. Ces positions ne doivent pas nuire à la circulation sanguine ou à la respiration, gêner le mouvement des muscles ou les fonctions normales des organes internes. Changer de position constitue le fondement d'une « bonne habitude » pour ceux qui travaillent assis. Ainsi, le travailleur doit pouvoir varier ses positions fréquemment et naturellement, à sa guise, sans être gêné par son poste de travail ou la nature du travail.

La meilleure description d'une « bonne » position est sans doute un ensemble de positions corporelles que l'on choisit naturellement et qui respectent les limites d'une amplitude acceptable. Un poste de travail conçu de façon à permettre des changements de position fréquents et une plus grande mobilité rend le travail plus sain et plus naturel.


Comment peut-on limiter les effets néfastes des longues périodes en position assise?

Il n'est pas obligatoire de suivre les recommandations sur la bonne façon de s'asseoir. Parfois, on peut déroger à ces recommandations et s'étirer ou contracter les muscles pour soulager la tension musculaire.

On peut maintenir une « bonne » position assise au travail en mettant l'accent sur trois éléments potentiellement dangereux :

  • conception du lieu de travail (y compris les tâches, le poste de travail et la conception de la chaise)
  • conception du travail
  • formation

Ces trois éléments sont également importants, et chacun pris indépendamment ne donne pas d'améliorations qui en valent la peine.


Quels éléments du lieu de travail sont importants au confort des employés qui travaillent assis?

Le lieu de travail devrait permettre aux employés d'effectuer leur travail en tout confort et en toute sécurité, tout en leur donnant l'occasion de changer de position de travail. La conception du travail devrait donc tenir compte des éléments suivants :

  • les tâches
  • le poste de travail
  • la chaise

Comment la conception des tâches peut-elle améliorer le travail en position assise?

Avant d'examiner les exigences liées à la conception d'un poste de travail ou d'une chaise, il faut tenir compte des tâches prévues. Le travail peut exiger des tâches visuelles, manuelles ou effectuées avec le pied, ou une combinaison de ces dernières. Chacun de ces types de tâches requiert des modifications à la conception du poste de travail.

Les tâches visuelles créent une tension dans le cou, le tronc et le bassin, tension nécessaire afin de pouvoir maintenir toute l'attention visuelle requise pour une période donnée. La conception du poste de travail doit permettre de réduire cette tension dans le cou. Dans certaines situations, on peut y parvenir en positionnant adéquatement les tâches visuelles. Lorsque ce n'est pas possible, il faut modifier l'horaire de travail de façon à ce que les travailleurs consacrent moins de temps à chaque tâche.

Les mouvements et la force nécessaires à l'exécution des tâches manuelles se répercutent sur la position du corps. Pour les tâches de manipulation légère, un appui-poignets ou un appui-bras peut se révéler utile. Pour les tâches plus exigeantes, il est souhaitable de placer la surface de travail à la hauteur du coude du travailleur, ou légèrement en dessous. L'organisation du poste de travail doit permettre à l'employé de tenir sa colonne vertébrale alignée verticalement lorsqu'il déploie un effort. Les travailleurs ne devraient ni soulever ni déplacer des charges horizontalement.

Les employés qui exécutent des tâches avec le pied doivent disposer de pédales situées directement devant eux pour prévenir tout mouvement de torsion des hanches. Il est important qu'ils puissent maintenir un bon équilibre.


Pourquoi la conception du poste de travail est-elle si importante?

La chaise doit toujours être considérée comme une partie intégrante du poste de travail, et non pas comme un élément autonome. Les autres composantes, comme le bureau et l'écran d'ordinateur, l'établi ou le panneau dans une salle de contrôle, ont toutes une incidence sur la posture de l'employé. L'ensemble de ces composantes, avec la chaise, favorise le maintien d'une position équilibrée. Un poste de travail doit être conçu de façon à permettre de fréquents changements de position.


Comment choisir une chaise qui me convient?

En ergonomie, le concept de personne « moyenne » n'existe pas. Toutefois, il est impossible d'offrir à chacun une chaise spécialement adaptée à ses besoins. La seule solution est de proposer aux travailleurs des chaises totalement réglables, qui conviennent à un large éventail de types physiques (environ 90 % à 95 % de la population). La chaise doit être dotée de manettes qui permettent un réglage facile de la hauteur du siège et de son inclinaison, ainsi que de la hauteur et de l'angle du dossier. Il est important que le travailleur puisse utiliser ces manettes en position assise. La conception de la chaise doit également convenir à la tâche à effectuer.

Il est essentiel de prévoir une période d'essai avant de choisir une chaise. Les employés doivent essayer la chaise en situation de travail réel et s'assurer qu'elle répond à leurs besoins avant de prendre une décision finale.

Les chaises « ergonomiques » sont conçues pour un large éventail de types physiques, mais non pour une personne en particulier. En outre, elles ne sont pas conçues pour une tâche donnée ou en fonction de l'aménagement d'un poste de travail. Une chaise n'est ergonomique que lorsqu'elle est adaptée à la taille du travailleur (ses dimensions) ou d'un groupe de travailleurs, au poste de travail et aux tâches qui doivent y être exécutées.


Comment concevoir un travail qui requiert de longues périodes en position assise?

Même si le lieu de travail est bien aménagé, un employé qui reste assis pendant de longues périodes ressentira un certain inconfort. Le principal objectif de la conception du travail d'un employé qui doit demeurer assis est de réduire la durée des stations assises. Les changements de position fréquents ne suffisent pas pour éviter l'accumulation de sang dans les jambes.

Cinq minutes ou plus d'activité vigoureuse, par exemple une petite marche après 40 ou 50 minutes en position assise, peut empêcher l'enflure des jambes. Ces pauses sont également bénéfiques parce qu'elles permettent d'activer le coeur, les poumons et les muscles et ainsi de compenser les effets néfastes d'une position assise prolongée. Lorsque c'est possible, prévoyez des « pauses actives », par exemple, une tâche qui n'est pas effectuée au bureau, ou de simples exercices que les employés peuvent faire sur le lieu de travail.

La rétroaction des employés constitue un autre aspect important de la conception du travail. Même si le lieu de travail et les tâches sont bien conçus, il est toujours possible de personnaliser le travail. Consultez les employés pour obtenir leur participation au processus et adapter leurs tâches à leurs besoins personnels.


Quels éléments d'un programme de formation sont importants pour les employés qui travaillent assis?

Les habitudes de travail individuelles, comme la façon de s'asseoir, sont modelées par une bonne formation. La formation doit encourager les employeurs et les employés à adopter des méthodes qui réduisent la fatigue liée à une charge de travail trop lourde, ou à une inactivité prolongée. Il est maintenant faux de dire qu'« un travail assis n'est pas un vrai travail », ou « qu'on travaille plus fort debout ».

Dans le cadre de la formation, il faut expliquer les dangers que présente une position assise prolongée pour la santé et prévoir des recommandations sur ce qu'un travailleur peut faire, dans son environnement, pour améliorer sa position de travail. Le travailleur doit savoir comment régler son poste de travail de façon à ce qu'il réponde à ses besoins personnels et à ses tâches particulières. Il doit également savoir comment effectuer divers réglages tout au long de la journée pour soulager la tension musculaire.

La formation doit également souligner l'importance des périodes de repos pour la santé et expliquer comment un repos actif aide davantage les employés à demeurer en bonne santé qu'un repos passif. Les effets de cette formation peuvent dépasser le contexte professionnel parce que les travailleurs appliquent les notions acquises à leur vie hors du lieu de travail.

Dernière mise à jour du document le 19 juin 1998
Document á jour au 6 octobre 2010

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.