Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

FS - Termes courants : H - M

HAZCOM

Désigne la norme Hazard Communication Standard (29CFR 1910.1200), États-Unis.


IATA

Association du transport aérien international


IDLH

Sigle anglais signifiant Immediately Dangerous to Life or Health. Se traduit en français par DIVS, danger immédiat pour la vie ou la santé. En matière de choix d'un appareil respiratoire, le NIOSH définit la IDLH comme étant la concentration d'une substance dans l'air à laquelle l'exposition risque d'entraîner la mort, de produire immédiatement ou à longue échéance des effets nocifs permanents sur la santé, ou d'empêcher la personne exposée de se soustraire à l'exposition. Cette norme vise à permettre à une personne exposée de quitter les lieux contaminés si son appareil respiratoire fait défaut. Il faut en pareil cas s'efforcer par tous les moyens de quitter les lieux immédiatement.


ILO

Voir BIT.


Imperméable

Le mot imperméable sert ordinairement à décrire des gants et autres vêtements de protection. Lorsqu'on dit qu'une matière est imperméable à une certaine substance, cela veut dire que la substance en question ne la pénètre pas et ne l'endommage pas. Différentes matières sont imperméables à différentes substances. Il n'existe pas de matière qui soit imperméable à toutes les substances. Si une FS recommande de porter des gants imperméables, vous devez déterminer quelle est la matière qui résiste à la substance en cause. Par exemple, les gants de néoprène sont imperméables à l'alcool butylique mais pas à l'alcool éthylique.


Incompatible, incompatibilité

Les substances incompatibles peuvent réagir avec le produit ou avec un de ses ingrédients et :

  • détruire la structure ou la fonction du produit;
  • causer un incendie, une explosion ou une réaction violente; ou
  • occasionner des émanations dangereuses en réagissant avec le produit.

Inflammable, inflammabilité

On dit qu'une substance est inflammable si elle prend feu facilement et entretient la flamme. Inflammabilité est le mot qui définit la capacité de la substance à prendre feu. (Voir aussi Combustible.) Aux fins du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et de la norme HAZCOM de l'OSHA, États-Unis, les substances inflammables sont divisées selon des critères spécifiques. (Voir Aérosol inflammable, Gaz inflammable, Liquide inflammable, Solide inflammable et Matières inflammables réactives.)

Le Règlement sur le transport des marchandises dangereuses (TMD), Canada, et les règlements du Department of Transportation, États-Unis, renferment des critères très semblables quant à la classification des matières inflammables. (Voir TMD, classification d'inflammabilité). Au Canada, les codes d'incendie régionaux, provinciaux et nationaux établissent aussi des catégories et des contrôles quant à l'usage des matières inflammables en milieu de travail. (Voir aussi Combustible.)


Ingestion

Désigne le fait d'absorber une substance par la bouche.


Ingrédient actif

L'ingrédient actif est celui qui produit les effets attendus. Ce n'est pas nécessairement celui qui forme la plus grande partie du produit ni qui présente le plus de danger. Par exemple, un insecticide peut ne contenir que 1 % de pyrethrin, l'ingrédient qui tue les insectes. Les autres ingrédients s'appellent ingrédients inertes.


Ingrédient dangereux

La Loi sur les produits dangereux, Canada, stipule qu'un produit chimique doit figurer à la section Ingrédients dangereux d'une FS dans les conditions suivantes:

  • répond aux critères qui en font un produit contrôlé;
  • figure sur la Liste de divulgation des ingrédients;
  • aucune donnée toxicologique disponible; ou
  • avis de risque de la part du fournisseur.

On peut déroger à la divulgation de certaines matières chimiques sur la FS en présence des critères spécifiques stipulés dans la Loi sur le contrôle des renseignements relatifs aux matières dangereuses.


Ingrédient inerte

Un ingrédient inerte est un composant autre que l'ingrédient actif d'un produit. Il peut s'agir d'un solvant, d'un colorant, d'un blanc de charge ou d'un agent de dispersion. Dans certains cas, les ingrédients inertes peuvent être dangereux.


Inhalation

Absorption par les poumons d'une substance qui a été respirée.


Irritation, irritant

La capacité que possède une substance d'irriter la peau, les yeux, le nez, la gorge ou toute autre partie du corps avec laquelle elle entre en contact. L'irritation se manifeste par différents symptômes : rougeur des yeux, larmoiement, enflure, démangeaison et douleur de la partie affectée.

L'irritation est dite faible, modérée ou grave, selon le degré d'irritation causée par une quantité donnée de la substance. On peut aussi utiliser une échelle de zéro à 4, zéro indiquant que la substance n'a causé aucune irritation et 4 indiquant que la substance a causé une irritation grave. Le degré d'irritation est déterminé par des expériences de laboratoire pratiquées sur des animaux.

Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donnent les critères techniques servant à déterminer qu'un produit est irritant pour la peau ou les yeux aux fins de chaque règlement.


ISO

Organisation internationale de normalisation.


Isolement / isolation du procédé

Le terme, tel qu'il est utilisé dans les FS, signifie que l'opération dans laquelle on utilise la substance dangereuse est effectuée dans un espace complètement clos. Une barrière physique sépare le travailleur de la source possible d'incendie ou de danger pour la santé. On recommande ordinairement qu'un procédé soit isolé lorsqu'il fait appel à une substance très toxique ou inflammable.


Kg

Abréviation de kilogramme


KOW

Coefficient de partage octanol/eau (l'abréviation française COE est parfois utilisée).


LECT

Limites d'exposition à court terme (voir l'explication générale donnée pour Limites d'exposition)


LEMT

Limites d'exposition en milieu de travail (voir l'explication générale donnée pour Limites d'exposition)


LIE

Limite inférieure d'explosivité (voir Limites d'explosivité)


LII

Limite inférieure d'inflammabilité (voir Limites d'explosivité)


Limites d'explosivité / limites d'inflammabilité

Ces limites précisent la gamme des concentrations auxquelles la substance qui se trouve dans l'air peut prendre feu en présence d'une étincelle ou d'une flamme. On les appelle aussi limites d'inflammabilité.

La limite inférieure d'explosivité (LIE) ou limite inférieure d'inflammabilité (LII) est la plus faible concentration de gaz ou de vapeur à laquelle la substance peut prendre feu ou exploser en présence d'une étincelle ou d'une flamme. La limite supérieure d'explosivité (LSE) ou limite supérieure d'inflammabilité (LSI) est la plus forte concentration de gaz ou de vapeur à laquelle la substance peut prendre feu ou exploser en présence d'une étincelle ou d'une flamme. Lorsque la concentration se situe entre la LIE et la LSE, on dit que le mélange est explosif. Lorsque la concentration est inférieure à la LIE, le mélange est trop « faible » pour brûler. Lorsque la concentration est supérieure à la LSE, le mélange est trop "riche" pour brûler; cependant la concentration est malgré tout dangereuse, car elle peut être réduite de manière à entrer dans la gamme des concentrations dangereuses (par exemple si de l'air frais est introduit).

En réalité, les limites d'explosivité varient car elles dépendent de divers facteurs, notamment la température ambiante. Par conséquent, les valeurs indiquées dans les FS sont approximatives. Les limites d'explosivité sont ordinairement exprimées comme pourcentage de la substance dans l'air. Un pour cent par volume égale 10 000 ppm. Par exemple, l'essence a une LIE de 1,4% et une LSE de 7,6%, ce qui veut dire que les vapeurs d'essence dont la concentration se situe entre 1,4% et 7,6% (14 000 à 76 000 ppm) sont inflammables ou explosives.


Limites d'exposition en milieu de travail (LEMT)

Une limite d'exposition est la concentration d'une substance chimique dans l'air du milieu de travail à laquelle la plupart des gens peuvent être exposés sans subir d'effets nuisibles. On ne saurait prendre les limites d'exposition pour des distinctions nettes entre ce qui est dangereux et ce qui ne l'est pas, car une substance chimique peut produire des effets sur la santé d'une personne à des concentrations beaucoup moins élevées que la limite d'exposition.

Les limites d'exposition portent divers noms selon leur origine et elles ne représentent pas toujours des limites réglementaires. Par exemple, les valeurs limites d'exposition (VLE, ou en anglais TLV signifiant Threshold Limit Value) sont des lignes directrices qui ont été mises au point par l'ACGIH (American Conference of Governmental Industrial Hygienists). Elles ont été adoptées comme limites réglementaires par diverses administrations canadiennes. D'autre part, les PEL (Permissible Exposure Limits) sont des limites d'exposition qui ont force de loi aux États-Unis. Il arrive de plus que les fabricants recommandent des limites d'exposition pour leurs produits.

De nombreux produits chimiques n'ont pas encore fait l'objet de limites d'exposition pour diverses raisons. Il arrive souvent, par exemple, que l'information disponible soit insuffisante. On ne peut donc pas conclure qu'un produit est inoffensif parce qu'il n'a pas de limite d'exposition.

On utilise communément trois différents genres de limites d'exposition :

  1. La moyenne pondérée sur le temps (MPT) est la concentration moyenne d'une substance dans l'air sur une période normale de 8 heures de travail par jour ou 40 heures par semaine, à laquelle presque tous les travailleurs peuvent être exposés jour après jour sans subir d'effets nuisibles. Valeur pondérée sur le temps veut dire qu'on a établi une valeur moyenne de la concentration en fonction de la durée de l'exposition à différentes concentrations sur une période déterminée. De cette façon, on obtient une moyenne des concentrations élevées et des concentrations faibles observées au cours d'une semaine ou d'une journée.
  2. La limite d'exposition à court terme est la concentration moyenne à laquelle le travailleur peut être exposé pendant une courte période (ordinairement 15 minutes) sans subir d'irritation ni de dommage chronique ou irréversible aux tissus, et sans perte de vigilance. On peut aussi déterminer le nombre de fois que la concentration peut atteindre ces limites, ainsi que le temps qui doit s'écouler entre chaque exposition à des concentrations limites.
  3. Les valeurs plafonds (P) représentent une concentration maximale qu'il ne faut jamais dépasser. La mention PEAU signifie que le contact direct avec la peau, les yeux ou les muqueuses (par exemple la bouche) peut aggraver l'effet global de l'exposition. Cette mention a pour but de suggérer des mesures visant à empêcher l'absorption par ces voies d'exposition (par exemple le port de gants de protection). Si le produit est absorbé directement par la peau, les limites de concentration du produit dans l'air ambiant ne sont plus valables.

Limites d'inflammabilité

Voir Limites d'explosivité.


Liquide combustible

Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, définit comme combustibles les liquides dont le point d'éclair se situe entre 37,8 et 93,3 degrés C (100 et 200 degrés F) dans des tests en coupelle fermée. Aux États-Unis, la norme HAZCOM de l'OSHA utilise une définition semblable.

Ces températures sont nettement supérieures à la température normale d'une pièce. Les liquides combustibles sont donc un peu moins dangereux que les liquides inflammables. Si un tel liquide risque d'être porté à une température approchant son point d'éclair, il faut prendre les précautions nécessaires pour prévenir l'incendie et l'explosion.


Liquide inflammable

Un liquide inflammable est un liquide qui dégage des vapeurs susceptibles de prendre feu facilement à des températures courantes en milieu de travail. Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, un liquide inflammable est un liquide dont le point d'éclair est inférieur à 37,8 degrés C (100 degrés F) (coupelle fermée). La norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis utilise une définition semblable, bien qu'elle ne soit pas identique.

Les liquides inflammables peuvent être extrêmement dangereux en milieu de travail. Par exemple:

  • Si la ventilation est inadéquate, leurs vapeurs peuvent parcourir une distance considérable pour parvenir à une étincelle ou à une flamme et produire un retour de flamme.
  • L'eau ne se prête pas toujours à l'extinction d'un feu alimenté par un liquide inflammable, car il peut être impossible de faire ainsi baisser la température du liquide plus bas que son point d'éclair.

LSE

Limite supérieure d'explosivité (voir Limites d'explosivité)


LSI

Limite supérieure d'inflammabilité (voir Limites d'explosivité)


M Cu

Abréviation de mètre cube. Aussi m³ ou m(3).


Matières ayant d'autres effets toxiques

Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques permettant d'identifier les matières qui ont des effets toxiques, notamment la sensibilisation de la peau ou des voies respiratoires, et qui peuvent causer des effets mutagènes ou cancérogènes. En se fondant sur ces renseignements, on peut considérer un produit appartenant à la catégorie des matières toxiques et infectieuses comme étant toxique ou très toxique.


Matières ayant des effets toxiques immédiats et graves

Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques permettant d'identifier les matières qui ont des effets toxiques immédiats et graves. Ces critères se basent sur des données telles que la DL50 ou la CL50. En se fondant sur ces renseignements, on peut considérer un produit appartenant à la catégorie des matières toxiques et infectieuses comme étant toxique ou très toxique.


Matières corrosives

Une substance est dite corrosive si elle attaque (corrode) les métaux et les tissus du corps humain, comme ceux de la peau ou des yeux. Les substances corrosives peuvent détériorer les contenants en métal et entraîner une fuite, ou affaiblir les matériaux de charpente et entraîner un effondrement. Les substances corrosives peuvent brûler les tissus du corps humain et causer des cicatrices permanentes ou rendre une personne aveugle.

Le Règlement sur les produits contrôlés au Canada et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donnent les critères techniques servant à identifier les substances qui appartiennent à la catégorie des matières corrosives. (Voir aussi pH.)


Matières dangereusement réactives

Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques servant à identifier les substances qui appartiennent à la catégorie des matières dangereusement réactives.

Une matière dangereusement réactive peut réagir violemment :

  • avec de l'eau pour produire un gaz très toxique;
  • par elle-même par polymérisation ou par décomposition; ou
  • sous l'effet d'un choc ou d'une hausse de pression ou de température.

Selon la définition de l'ANSI, une matière est dangereusement réactive lorsqu'elle peut subir une réaction chimique auto-accélérée exothermique violente au contact de substances courantes ou spontanément.

Une matière dangereusement réactive peut déclencher un incendie ou une explosion, ou donner lieu à d'autres conditions dangereuses. Il est très important de connaître les conditions susceptibles d'occasionner une réaction dangereuse (choc, chaleur, humidité) pour pouvoir prendre les mesures de prévention appropriées.


Matières infectieuses

Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, une matière est dite infectieuse si elle renferme des organismes ou des toxines produites par ces organismes qui peuvent provoquer une maladie chez les humains ou les animaux. Par exemple, une personne exposée à un spécimen de sang contaminé à l'hépatite B peut contracter cette maladie. Certaines administrations exigent que les produits renfermant des matières infectieuses soient accompagnés d'une FS.


Matières inflammables et combustibles

Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, une substance appartient à la catégorie des matières inflammables et combustibles si elle répond aux critères définissant les gaz inflammables, liquides inflammables, liquides combustibles, solides inflammables, aérosols inflammables ou matières réactives inflammables.


Matières inflammables réactives

Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, une matière est réactive et inflammable si elle présente un risque d'incendie parce qu'elle réagit facilement avec l'air ou l'eau. Font partie de cette catégorie les matières qui:

  • sont spontanément combustibles, c'est-à-dire susceptibles de s'échauffer au contact de l'air au point de prendre feu;
  • peuvent réagir violemment avec l'air dans des conditions normales sans prendre feu;
  • dégagent une quantité dangereuse de gaz inflammable en réagissant avec de l'eau;
  • deviennent spontanément combustibles au contact de l'eau ou de la vapeur d'eau.

Il faut tenir les matières réactives inflammables au sec et à l'écart de l'oxygène (dans l'air) et des comburants. C'est pourquoi il arrive souvent qu'on les entrepose ou qu'on les utilise en présence d'un gaz comme l'azote ou l'argon.


Matières toxiques et infectieuses

Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, on considère toxique ou infectieuse toute matière répondant aux critères servant à définir les matières qui produisent des effets toxiques immédiats et graves, les matières ayant d'autres effets toxiques ou les matières infectieuses.


MESA

Mining Enforcement and Safety Administration. MESA était l'agence gouvernementale chargée de la mise en pratique des normes et règlements d'hygiène et de sécurité dans les mines des États-Unis jusqu'à ce que la MSHA soit fondée pour la remplacer en 1978.


Mesures d'ingénierie

Les mesures d'ingénierie (parfois appelées mécanismes techniques) aident à réduire l'exposition au danger, que ce soit en isolant l'élément dangereux ou en l'éliminant du milieu de travail. On compte parmi les mesures d'ingénierie la ventilation mécanique et l'isolement du procédé. Ces mesures sont importantes parce qu'elles sont intégrées au procédé de travail.

Il est ordinairement préférable d'utiliser des mesures d'ingénierie plutôt que des mesures générales, notamment des équipements de protection individuelle. La meilleure façon de réduire le danger que présente une substance ou un procédé industriel est d'y substituer une substance ou un procédé moins dangereux. On considère souvent que la substitution est un genre de mesure d'ingénierie.


mg/m³

L'abréviation mg/m³ signifie milligrammes (mg) d'une matière par mètre cube (m³) d'air. C'est une mesure métrique exprimant la concentration (poids/volume). On peut mesurer la concentration des matières chimiques présentes dans l'air en mg/m³.


MIN

Peut vouloir dire minute ou minimum.


Miscible

Qui peut être mêlé. Ce mot indique que deux liquides peuvent se dissoudre l'un dans l'autre, complètement ou en partie. Ordinairement, miscible veut dire que deux liquides sont complètement solubles l'un dans l'autre. (Voir aussi Solubilité.)


ml

Abréviation de millilitre


mm Hg

L'abréviation mm Hg signifie millimètres (mm) de mercure (Hg). C'est ainsi qu'on mesure communément la pression exercée par des gaz comme l'air. La pression exprimée en mm Hg désigne la hauteur qu'une colonne de mercure doit avoir pour exercer la pression mentionnée. La pression atmosphérique normale est 760 mm Hg.


MPT

Moyenne pondérée sur le temps. (Voir l'explication générale donnée pour Limites d'exposition.)


MSHA

Mine Safety and Health Administration. La MSHA est l'agence gouvernementale chargée de la mise en pratique des normes et règlements sur l'hygiène et la sécurité dans les mines des États-Unis. Elle a remplacé la MESA en 1978.


Mutagène, mutagénicité

Ce terme indique la capacité de produire des mutations, c'est-à-dire des changements dans l'ADN (ou les chromosomes) des cellules.

L'ADN est responsable des traits que nous transmettons à nos enfants et détermine aussi la façon dont les cellules du corps se divisent et se reproduisent.

Certains tests sont effectués pour déterminer la cancérogénicité des produits chimiques ainsi que leurs effets sur la reproduction. En effet, il y a lieu de supposer que les mutations peuvent augmenter le risque de cancer et causer des troubles de la reproduction, dont l'infécondité et les malformations. Cependant, le corps humain possède la capacité de corriger les mutations alors que dans la plupart des tests de mutagénicité, cela n'est pas possible. Ces tests ne sont donc pas de très bons indicateurs.

Si on mentionne la mutagénicité sur les FS, c'est que ces tests sont souvent des indicateurs de danger possible et qu'il n'existe souvent aucune autre preuve quant à la possibilité de cancérogénèse ou d'effets sur la reproduction. Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donnent les critères techniques permettant d'identifier les substances mutagènes.

Dernière mise à jour du document le 6 juin 2006

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.