Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Institutional links

Suivez le CCHST sur:
Facebook  Twitter  PinInterest LinkedIn
Youtube  Google Plus  RSS


Qu'est-que la vermiculite?

La vermiculite est un minerai dont la teinte varie de l'argent-or au gris-brun. Elle est plate et brillante à l'état naturel. Lorsqu'elle est chauffée à environ 1 000 °C, elle éclate (ou se gonfle), ce qui crée des poches d'air. C'est cette propriété, combinée au fait qu'elle ne brûle pas, qui a fait d'elle un matériau adéquat pour l'isolation.


La vermiculite présente-t-elle toujours des risques pour la santé?

La vermiculite ne constitue pas en elle-même un risque pour la santé. Toutefois, certains isolants de vermiculite contiennent des fibres d'amiante, lesquelles peuvent entraîner des problèmes si elles sont inhalées. Tant que ce type d'isolant de vermiculite demeure bien en place derrière des murs intacts ou dans les greniers et n'est pas aéroporté, il ne devrait pas y avoir lieu de s'inquiéter. En fait, c'est l'isolant ZonoliteMD Attic Insulation qui suscite des préoccupations. Cet isolant était vendu au Canada sous le nom de ZonoliteMD, et la vermiculite qu'il contenait provenait de la mine Libby située au Montana, aux États-Unis. Cette mine renfermait un dépôt naturel d'amiante, ce qui a eu pour effet de contaminer la vermiculite qui y était extraite. La vermiculite issue de la mine Libby n'est plus sur le marché canadien depuis plus de dix ans. Les isolants de vermiculite vendus au Canada avant 1990 ne contiennent pas tous des fibres d'amiante. Toutefois, si vous croyez que votre maison pourrait être isolée avec de la vermiculite, il est raisonnable de croire que celle-ci est peut-être contaminée par de l'amiante.


Quels risques la vermiculite contenant de l'amiante présente-t-elle pour la santé?

L'amiante peut causer des problèmes de santé lorsqu'elle est inhalée dans les poumons. L'inhalation de fibres d'amiante aéroportées en particules très fines a été associée à des maladies comme l'amiantose, le mésothéliome et le cancer du poumon. (Consulter le document Réponses SST intitulé Comment les matières particulaires passent-elles dans l'appareil respiratoire? pour connaître la taille que doivent avoir les particules pour pénétrer jusqu'aux poumons.)

  • Amiantose – L'amiantose est une maladie pulmonaire consécutive à l'inhalation de fibres d'amiante. C'est une affection chronique qui apparaît lentement, habituellement après plusieurs années d'exposition. L'apparition et l'évolution de l'amiantose varient d'une personne à l'autre. Souvent, l'évolution est lente et peu de changements sont constatés au bout de cinq ou dix ans, parfois davantage. Dans de nombreux cas, la maladie n'évolue pas après le diagnostic. Elle peut toutefois se développer plus rapidement chez certaines personnes, en raison d'antécédents différents d'exposition à la poussière. L'amiantose se caractérise par une fibrose pulmonaire (formation de tissu de type cicatriciel). L'essoufflement est le symptôme le plus courant. Dans la plupart des cas, le premier signe physique, et souvent le seul, est la présence de crépitation, que l'on peut entendre à l'aide d'un stéthoscope. Souvent appelés « râles », ces bruits sont habituellement perçus vers la fin d'une inspiration complète. Les radiographies révèlent de petites zones opaques irrégulières (points noirs sur la radiographie correspondant aux zones où les rayons X n'ont pas pu traverser le tissu). On les observe généralement dans les lobes moyens et inférieurs du poumon. L'exploration fonctionnelle pulmonaire peut aider à déterminer le degré de gravité de la maladie.
  • Mésothéliome – Le mésothéliome est une tumeur maligne dérivée des cellules pleurales ou péritonéales (tapissant le poumon et la cavité abdominale). Cette tumeur peut se développer au niveau du poumon (mésothéliome pleural) ou de l'abdomen (mésothéliome péritonéal). Les patients atteints d'un mésothéliome pleural présentent des douleurs à la poitrine et aux épaules; une toux sèche est fréquente. À mesure que la tumeur grossit, on peut également observer une perte de poids, une faiblesse et de la fièvre. Le délai entre l'exposition initiale à l'amiante et la manifestation clinique de la maladie (période de latence) est difficile à déterminer, mais cette période étant plutôt longue dans le cas d'un mésothéliome, elle est rarement inférieure à dix ans et peut même se prolonger jusqu'à 40 ans après la première exposition.
  • Cancer du poumon – L'amiante peut causer le cancer du poumon. Ce type de cancer peut prendre de nombreuses années à se développer, mais des atteintes pulmonaires peuvent se produire presque aussitôt qu'une personne est exposée à l'amiante. En général, on n'observe aucun symptôme au stade précoce de la maladie. Lorsque les symptômes se manifestent, le cancer est souvent à un stade avancé. Les symptômes du cancer du poumon comprennent une toux chronique, une perte de poids, une dyspnée, de la fièvre et une douleur thoracique. Ces symptômes sont aussi couramment associés à d'autres affections pulmonaires, c'est pourquoi il est nécessaire d'effectuer des analyses de laboratoire, y compris une radiographie pulmonaire, pour confirmer le diagnostic.

Comment peut-on réduire les risques au minimum?

La meilleure façon de réduire l'exposition à l'amiante contenue dans la vermiculite consiste à NE PAS enlever ni déplacer l'isolant. En effet, c'est lors du déplacement de la vermiculite que les fibres deviennent aéroportées. Les précautions suivantes permettront d'éviter que des fibres d'amiante ne soient libérées dans l'air :

  • Ne rien entreposer au grenier.
  • Ne laisser personne aller dans le grenier.
  • Engager un professionnel qualifié et accrédité dans la manipulation de l'amiante si on prévoit effectuer des travaux de rénovation.
  • Ne jamais enlever l'isolant soi-même.
  • Sceller toutes les fissures et tous les trous des plafonds pour éviter que l'isolant ne s'y infiltre.

Où puis-je obtenir de plus amples renseignements?

Retourner au haut de la page

Dernière mise à jour du document le 1 septembre 2006

Droit d'auteur ©1997-2014 Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail