Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Superficie minimale du poste de travail dans un bureau

Qu'entend-t-on par espace de travail?

Le travail de bureau comporte une grande variété d'activités physiques et mentales, dont les principales sont souvent effectuées à son poste de travail ou à son bureau. Les documents Réponses SST offrent des renseignements additionnels sur l'ergonomie au bureau.

Outre les dimensions physiques de l'espace de travail et le mobilier, d'autres aspects doivent également être pris en considération dans tout projet de conception, de réaménagement ou de réinstallation. Il faut se poser certaines questions, entre autres :

  • L'espace de travail permet-il, sur le plan acoustique, de préserver la confidentialité? ( p. ex. les personnes peuvent-elles parler sans être entendues, comptetenu du niveau de confidentialité requis? Les bruits et les conversations nuisent-ils à la concentration ou font-ils obstacleà l'écoute ou à la compréhension des interlocuteurs, lorsque l'utilisation du téléphone occupe une grande part du travail?)
  • Les murs sont-ils permanents (p. ex. fixes) ou le bureau est-il aménagé en espace fonctionnel?
  • L'espace de travail permet-il de s'isoler sur le plan visuel?
  • Un employé peut-il personnaliser son poste de travail personnel?
  • A-t-il accès à la lumière naturelle ou seulement à l'éclairage artificiel?
  • L'aménagement du lieu de travail facilite-t-il les relations interpersonnelles?
  • Faut-il prévoir une aire d'entreposage ou l'espace requis pour de l'équipement (p. ex. l'accès immédiat à des documents matériels ou un deuxième écran de visualisation)?

De combien d'espace a-t-on besoin?

Il est difficile de répondre de façon claire et nette à cette question à prime abord toute simple, puisqu'il faut pour ce faire tenir compte de nombreux aspects, dont les principaux sont énoncés ci-après :

Nature du travail. Si la plus grande partie de la journée de travail est consacrée à des tâches effectuées sur le terrain, des réunions, des visites de chantier et des consultations, un plus petit espace de travail peut très bien convenir.  Par contre, pour les employés de bureaux passant le plus clair de leur temps à leur poste de travail, un espace restreint peut être une source d'inconfort à cause de l'impression d'isolement. Certaines tâches professionnelles, par exemple, qui entraînent de fréquentes réunions dans cet espace de travail ou exigent l'emploi de multiples sources de renseignements à des fins de consultation, de recherche, d'écriture, etc. peuvent justifier l'attribution d'un espace de travail plus étendu.

Aspects culturels. Ils influencent notre perception de ce qu'est un espace suffisant. Pour les Nord-Américains, notamment les Canadiens, de même que pour les habitants de l'Europe du Nord, la notion d'espace de travail personnel « adéquat » est un facteur important. Pour les personnes issues d'autres cultures souvent familières avec une forte densité de population, un espace beaucoup moins grand pourrait être perçu comme « adéquat », autrement dit, suffisant. Cette question peut revêtir une grande importance dans une société multiculturelle comme le Canada.

Climat de travail. Notre perception d'un espace personnel donné est souvent déterminée par des comparaisons. Les employés acceptent généralement que ceux occupant des postes de gestion de niveau supérieur disposent de bureaux de plus grandes dimensions. Par contre, peu importe l'espace de travail attribué à un employé, s'il est moindre que celui d'un pair, alors il est trop petit.

Perception individuelle. Le volume d'espace disponible peut avoir une profonde incidence psychologique. Il est naturel que les gens cherchent à occuper plus d'espace, puisque ce « plus » peut signifier davantage d'importance, de respect et d'autorité ou de pouvoir. Dans les milieux de travail, les dimensions de l'espace personnel sont souvent liées à notre statut au sein de l'organisation.

Anthropométrie (dimensions physiques du corps humain). Les besoins en matière d'espace de travail dépendent aussi de la taille et de la silhouette de chaque employé; cet espace doit être suffisant pour que chacun puisse s'y mouvoir librement, de façon sécuritaire, et s'acquitter de ses tâches.


Les lignes directrices définissent-elles les dimensions recommandées pour un poste de travail?

Les locaux à bureau devraient permettre de bouger librement, d'accueillir des visiteurs au besoin et de stocker le matériel requis. Le tableau ci-après propose des plages de dimensions acceptables :

Tableau 1
Application Dimensions minimales recommandées*
Espace de travail destiné à accueillir deux personnes, séparées par une table ou un bureau (p. ex. un superviseur et un employé)60 à 72 po x 90 à 126 po 152 à 183 cm x 228 à 320 cm
Espace de travail doté d'une surface de travail principale et d'une surface d'appoint, telle qu'une rallonge60 à 72 po x 60 à 84 po 152 à 183 cm x 152 à 213 cm
Bureau de direction où peuvent se réunir de 3 à 4 personnes105 à 130 po x 96 à 123 po267 à 330 cm x 244 à 313 cm
Poste de travail de base, tel qu'uncentre d'appel42 à 52 po x 60 à 72 po107 à 132 cm x 152 à 183 cm

*Toutes les dimensions précisées dans ce tableau sont tirées du document intitulé « Human Dimension & Interior Space » de Panero, Julius and Zelnik, Martin. New York : Whitney Library of Design, 1979. (Bien que ce document ait été publié depuis longtemps déjà, aucun renseignement récent n'est venu modifier les valeurs recommandées.)

Toutefois, l'attribution du volume d'espace de travail nécessaire pour les bureaux et pour les milieux de travail en général constitue une tâche complexe, et il est difficile de trouver des normes que l'on puisse appliquer à toutes sortes de situations de travail. C'est pourquoi les normes existantes et les lignes directrices semblables à celles dont nous parlons traitent seulement d'exigences générales, le cas échéant.

La norme CSA Z412-00 – L'ergonomie au bureau (R2011) du Groupe CSA (Canadian Standards Association) présente des recommandations générales, précisant notamment que chaque travailleur de bureau doit disposer de suffisamment d'espace pour accomplir ses tâches de façon confortable et sécuritaire. Le volume d'espace tertiaire nécessaire pour chaque personne est déterminé par l'examen des éléments suivants :

  • les diverses tâches exécutées;
  • les dimensions globales de la surface de travail;
  • les autres éléments de mobilier requis, tels qu'un fauteuil pour visiteur, des classeurs, etc.;
  • les besoins en stockage;
  • la disposition et l'assemblage des éléments de mobilier.

Les Normes d’aménagement du gouvernement du Canada relatives à l’initiative Milieu de travail 2.0, telles qu'elles ont été publiées par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (2012), ont défini quatre profils de travailleurs et quatre espaces de travail correspondants en fonction du temps passé par chacun d'eux à son poste de travail.

  • Poste de leadership : 10 m² – maximum de 18,5 m². On peut attribuer un bureau fermé aux employés exerçant un rôle de leadership. Toutefois, il ne s’agit ni d'une obligation ni d'un droit, mais bien d'une allocation. Exemples : directeur, directeur général ou poste supérieur.
  • Travailleur fixe : maximum de 4,5 m². Les employés qui sont à leur bureau pendant plus de 60 % de leur journée de travail. Exemples : analyste des politiques, adjoint administratif, téléphoniste de centre d'appels/centres d'information, traducteur.
  • Travailleur flexible : maximum de 3,0 m². Les employés qui sont à leur bureau pendant environ 40 % de leur journée de travail. Exemples : chargé de compte, vérificateur, télétravailleur à temps partiel, inspecteur.
  • Travailleur itinérant : maximum de 1,5 m². La nature du travail des employés ne nécessite pas qu'on leur attribue un poste de travail individuel au sein du bureau. Habituellement, ils ne seront présents que pendant peu de temps, et ce, périodiquement, afin d'assister à des réunions avec leurs collègues, de s'informer de l'avancement de projets ou simplement d'échanger. Exemples : expert-conseil, travailleur à distance, employé régional, télétravailleur à temps plein. Il convient de noter que les postes de travail pour les travailleurs itinérants ne sont pas attribués à un employé en particulier.

La superficie des postes de travail peut varier et atteindre le maximum spécifié, et les dimensions de même que la configuration réelles dépendront des conditions propres au lieu de travail, des besoins fonctionnels des utilisateurs et de la disponibilité de l'espace. La hauteur maximale des écrans recommandée pour séparer les postes de travail est de 1,37 m (54 po) au maximum, compte tenu du fait que les écrans bas permettent d'améliorer la distribution de la lumière et la circulation d'air en plus d'assurer l'intimité des occupants assis. Les Normes d'aménagement relatives à l'initiative Milieu de travail précisent aussi que « grâce à la superficie réduite réservée à chaque poste de travail, les clients peuvent aménager avec souplesse des zones de collaboration, de travail en équipe et de réunion ».

Dernière mise à jour du document le 24 juillet 2012

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.