Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Téléchargez l’application gratuite Réponses SST
Télécharger dans l’App Store Disponible sur Google Play

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Chariots élévateurs à fourche - Véhicules au propane liquide (y compris les chariots élévateurs)

Quels sont les risques professionnels associés au propane liquide?

Les occasions d'exposition à des niveaux élevés de propane surviennent habituellement lors du remplissage des bouteilles ou bien quand il y a une fuite dans une bouteille ou dans le circuit d'alimentation en carburant. Une fuite de propane d'un véhicule en stationnement ou d'une bouteille entreposée dans une fosse non ventilée ou à un niveau inférieur représente un risque parce que le gaz propane est plus lourd que l'air.

Les brèves expositions à des concentrations de propane de 10 000 parties par million (ppm) dans l'air ne causent pas de symptômes chez les humains. Des expositions à de très fortes concentrations de propane (100 000 ppm) peuvent entraîner de légers étourdissements après quelques minutes. À des concentrations extrêmement élevées (plusieurs centaines de milliers de ppm), le propane est un asphyxiant qui provoque une déficience en oxygène. Cela signifie qu'une personne peut suffoquer si elle est exposée à des concentrations de propane suffisamment élevées pour causer une déficience d'oxygène dans l'air.

Très peu de cas ont été rapportés sur la surexposition accidentelle au propane; les victimes ont toutefois rapporté avoir souffert de désorientation, d'excitation, de maux de tête et de vomissements.

Dans la plupart des provinces et territoires canadiens, la limite d'exposition professionnelle au propane est de 1 000 parties par million, échelonnée sur une journée de travail de 8 heures ou sur une semaine de 40 heures. On devrait s'informer auprès de l'organisme chargé de l'hygiène et de la santé au travail de sa province ou de son territoire pour en savoir davantage sur les plus récentes limites d'exposition au propane.

Le gaz propane est très inflammable et doit être considéré comme un risque d'incendie.

Consulter les profils chimiques sur le propane dans la rubrique Réponses SST pour de plus amples renseignements.


Quels sont les risques associés aux produits de combustion du propane?

La combustion complète du propane entraîne la formation de dioxyde de carbone et de vapeurs d'eau. Elle peut aussi générer du monoxyde de carbone comme sous-produit s'il n'y a pas assez d'oxygène pour le brûler complètement.

Le monoxyde de carbone et le dioxyde de carbone représentent des risques pour la santé quand les équipements alimentés au propane sont utilisés dans des endroits clos ou mal ventilés. Parmi les symptômes associés à une surexposition au monoxyde de carbone ou au dioxyde de carbone, citons les maux de tête, la fatigue, les étourdissements et la nausée. Le monoxyde de carbone est un gaz toxique qui peut diminuer la capacité des globules rouges à transporter l'oxygène. Une exposition à des concentrations très élevées de monoxyde de carbone (plus de 4 000 ppm) peut causer un coma ou un décès.

Parce que le dioxyde de carbone est un asphyxiant, une exposition à des concentrations extrêmement élevées (au-dessus de 100 000 ppm) peut entraîner la mort. Il est peu probable que de telles concentrations se retrouvent sur un lieu de travail et qu'on se trouve en danger de mort. Mais il faut quand même être conscient que certains symptômes, comme les maux de tête, la fatigue et les étourdissements, peuvent constituer des signes d'une mauvaise ventilation du lieu de travail. La fréquence des plaintes relatives à ces symptômes augmente au fur et à mesure que les concentrations de monoxyde de carbone atteignent 800 à 1 000 ppm.


Comment peut-on limiter l'exposition au propane et aux produits de sa combustion?

L'entretien régulier et la mise au point des moteurs alimentés au propane ainsi que l'inspection des systèmes d'échappement des véhicules afin d'y déceler les éventuelles fuites permettent de minimiser cette exposition.

On recommande d'adopter les mesures suivantes pendant les remplissages pour éviter les expositions au propane :

  • l'entreposage, le remplissage et la manutention des contenants de propane liquide doivent être effectués par un personnel formé ou qualifié;
  • le remplissage et le transfert des bouteilles de propane portatives doivent être effectués à l'extérieur ou dans des aires bien ventilées, à bonne distance des sources d'inflammation.

L'aire de remplissage doit être équipée d'un extincteur.

Si on utilise un véhicule au propane liquide à l'intérieur, s'assurer que la ventilation est suffisante. Certaines provinces ou certains territoires peuvent prescrire des taux de renouvellement d'air précis.

Le Industrial Ventilation Manual publié par l'American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH) spécifie les taux de renouvellement d'air recommandés en fonction des conditions d'exploitation moyennes à raison de 10 000 pi3/min (ou plus) par camion utilisé. Cette recommandation s'applique dans les conditions suivantes :

  • les véhicules sont entretenus correctement et régulièrement;
  • les chariots élévateurs sont utilisés pendant moins de 50 % de la durée des jours ouvrables (moins de 4 heures au cours d'un quart de 8 heures);
  • la circulation d'air est d'une qualité raisonnablement bonne;
  • le volume d'espace prévu par camion de levage est de 150 000 pi3 ou plus;
  • les camions de levage sont alimentés par un moteur de moins de 60 horse-power.

Vérifier auprès des autorités provinciales appropriées en matière de santé et de sécurité afin d'obtenir les recommandations ou les exigences concernant les chariots élévateurs alimentés au propane ou autres véhicules utilisés à l'intérieur, ou afin de savoir comment les taux recommandés par l'ACGIH peuvent être mis en application dans votre secteur.

Dernière mise à jour du document le 10 juillet 2012

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.