Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Les liquides inflammables et combustibles et leurs dangers

Qu'est-ce qu'un liquide inflammable ou un liquide combustible?

Ce sont des liquides qui peuvent brûler; ils sont classés dans la catégorie des liquides inflammables ou des liquides combustibles selon leur point d'éclair. De façon générale, les liquides inflammables prennent feu et brûlent facilement aux températures normales des lieux de travail, alors qu'habituellement, les liquides combustibles ne brûlent qu'à des températures supérieures à celle des lieux de travail.

On utilise plusieurs critères techniques et méthodes d'essai spécifiques pour l'identification des liquides inflammables et combustibles. Conformément au Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) 1988, les liquides inflammables ont un point d'éclair inférieur à 37,8 °C (100 °F) et les liquides combustibles, un point d'éclair égal ou supérieur à 37,8 °C (100 °F) et inférieur à 93,3 °C (200 °F).

Il y a des liquides inflammables et combustibles dans presque tous les lieux de travail. Les carburants et de nombreux produits communs comme les solvants, les diluants, les nettoyeurs, les adhésifs, les peintures, les cires et les polis peuvent être des liquides inflammables ou combustibles. Toute personne qui travaille avec ces liquides doit connaître leurs dangers et des méthodes de travail sécuritaires pour leur utilisation.


Qu'est-ce que le point d'éclair?

Le point d'éclair d'un liquide est la température la plus basse à laquelle ce liquide libère assez de vapeur pour s'enflammer (commencer à brûler) à la surface de ce liquide. On trouve parfois plusieurs valeurs de point d'éclair pour un produit chimique donné. Étant donné que les méthodes d'essai et la pureté des liquides à l'essai peuvent varier, on ne doit considérer les points d'éclair que comme des indications qui ne doivent pas servir à départager les conditions sécuritaires de celles qui ne le sont pas.


Est-ce que les liquides eux-mêmes brûlent?

Les liquides inflammables et combustibles ne brûlent pas eux-mêmes : c'est plutôt le mélange vapeur-air qui brûle. L'essence, dont le point d'éclair est de -40 °C (-40 °F), est un liquide inflammable. Même à des températures aussi basses que -40 °C (-40 °F), elle libère assez de vapeur pour former un mélange combustible avec l'air. Le phénol est aussi un liquide combustible mais, comme son point d'éclair est de 79 °C (175 °F), on doit le chauffer au moins à cette température avant qu'il ne s'enflamme à l'air.


Qu'est-ce qu'une limite d'inflammabilité (ou d'explosibilité)?

Les limites d'inflammabilité ou d'explosibilité d'une matière indiquent aussi ses dangers d'incendie et d'explosion. Ces valeurs délimitent l'intervalle compris entre la plus forte et la plus faible concentration dans l'air à laquelle une vapeur brûle ou explose.

La limite inférieure d'inflammabilité ou limite inférieure d'explosibilité (LII ou LIE) de l'essence est de 1,4 pour cent, alors que sa limite supérieure d'inflammabilité ou limite supérieure d'explosibilité (LSI ou LSE) est de 7,6 pour cent. Donc, l'essence peut s'enflammer dans l'air à des concentrations comprises entre 1,4 et 7,6 pour cent. À une concentration de vapeur d'essence inférieure à 1,4 pour cent, le mélange est trop « pauvre » pour brûler, et à une concentration supérieure à 7,6 pour cent, il est trop « riche ». Toutefois, comme les points d'éclair, les limites d'inflammabilité ne sont que des indications et ne doivent pas servir à départager les conditions sécuritaires de celles qui ne le sont pas.


Qu'est-ce que la température d'auto-inflammation?

La température d'auto-inflammation ou d'inflammation d'une matière est celle à laquelle cette dernière prend feu en l'absence d'une source de inflammation apparente comme une étincelle ou une flamme.

La plupart des liquides inflammables et combustibles communs ont une température d'auto-inflammation comprise entre 300 °C (572 °F) et 550 °C (1 022 °F). Pour certains, cette température est très basse, par exemple 160 °C (356 °F) pour l'éther éthylique; il y a eu des cas d'inflammation de vapeurs d'éther réchauffées par des canalisations de vapeur chaudes. De plus, de graves accidents sont survenus lors de l'évaporation de solvants dans des étuves chauffées au-delà de leur température d'auto-inflammation. Toutefois, les températures d'auto-inflammation ne sont que des indications et ne doivent pas servir à départager les conditions sécuritaires de celles qui ne le sont pas.


Comment les liquides inflammables et combustibles peuvent-ils constituer un danger d'incendie ou d'explosion?

Aux températures ambiantes normales, les liquides inflammables peuvent libérer assez de vapeur pour former des mélanges combustibles avec l'air, ce qui peut créer de graves risques d'incendie. Les feux de liquides inflammables brûlent très rapidement en dégageant beaucoup de chaleur et souvent, d'épais nuages de fumée noire toxique.

De plus, les liquides combustibles dont la température dépasse le point d'éclair libèrent assez de vapeur pour former des mélanges combustibles avec l'air. Les liquides combustibles chauds peuvent constituer un risque d'incendie aussi sérieux que les liquides inflammables.

Les brouillards fins de liquides inflammables et combustibles dans l'air peuvent brûler à toute température en présence d'une source d'inflammation. Habituellement, les vapeurs de ces liquides sont invisibles, et leur détection peut être difficile sans instruments spéciaux.

La plupart des liquides inflammables et combustibles s'écoulent facilement. Un petit déversement peut s'étendre sur une vaste zone dans un atelier ou sur un plancher. Les liquides enflammés peuvent s'écouler sous les planchers, descendre les escaliers et même atteindre les bâtiments voisins, contribuant ainsi à propager l'incendie sur une vaste zone. De plus, des matériaux comme le bois, le carton et les vêtements peuvent facilement absorber les liquides inflammables et combustibles. Même après l'assainissement d'un site contaminé par un déversement, il peut rester une importante quantité de liquide dans les matières ou les vêtements sur place, qui sont alors des sources de vapeurs dangereuses.


Qu'est-ce le danger de retour de flamme?

Les vapeurs peuvent s'écouler des contenants de liquide ouverts. Comme les vapeurs de presque tous les liquides inflammables et combustibles sont plus lourdes que l'air, si la ventilation est inadéquate, elles peuvent s'accumuler dans des points bas comme les puisards, les égouts, les fosses, les tranchées et les sous-sols. La traînée de vapeur peut atteindre des points très éloignés du liquide et, si elle entre en contact avec une source d'inflammation, le feu peut remonter à la source jusqu'au liquide. La possibilité de retour de flamme et d'incendie dus à ces vapeurs subsiste même si plusieurs centaines de pieds ou plusieurs étages séparent la source des vapeurs de la source d'inflammation.


Les liquides inflammables ou combustibles peuvent-ils être dangereux pour moi?

Les dangers les plus évidents sont les dangers d'incendie ou d'explosion. Après ces dangers immédiats, on doit tenir compte de certaines autres propriétés de ces liquides qui peuvent être dangereuses pour l'organisme. Le liquides inflammables et combustibles peuvent également causer des problèmes de santé qui dépendent de leur nature et de la voie d'exposition (inhalation de vapeur ou de brouillard, contact avec les yeux ou la peau, ou ingestion). Certains liquides inflammables et combustibles sont corrosifs et bon nombre de ceux-ci peuvent subir des réactions chimiques dangereuses au contact de substances chimiques incompatibles comme les matières comburantes, ou s'ils sont entreposés inadéquatement.

La fiche technique sur la sécurité des substances et les étiquettes du fournisseur sur les contenants devraient vous mettre en garde contre tous les dangers des liquides et solides dangereusement réactifs que vous utilisez au travail.

Prenons le cas du 2-propanol (aussi appelé diméthylcarbinol, isopropanol ou alcool isopropylique), un liquide incolore à forte odeur ressemblant à celle de l'alcool à friction ou d'un mélange d'éthanol et d'acétone. C'est un liquide inflammable, tout comme ses vapeurs qui sont plus lourdes que l'air et peuvent se propager sur de grandes distances, créant un danger d'inflammation et de retour de flamme. On le considère aussi comme un léger dépresseur du système nerveux central. Les fortes concentrations de vapeur peuvent causer des maux de tête, des nausées, des étourdissements, la somnolence, l'incoordination et la confusion, et elles peuvent également irriter les voies respiratoires ou les yeux.

Dernière mise à jour du document le 18 novembre 1997
Document á jour au 15 septembre 2008

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.