Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Cancer professionnel

Qu'est-ce qu'une substance cancérogène?

Une substance cancérogène est une substance ou un agent qui peut causer le cancer ou augmenter le risque de cancer. Parmi les substances cancérogènes connues figurent les virus (p. ex. le virus de l'hépatite B), les hormones (p. ex. les oestrogènes), les produits chimiques (p. ex. le benzène), les minéraux naturels (p. ex. l'amiante), l'alcool et les rayonnements solaires (p. ex. les rayonnements ultraviolets).


Qu'est-ce qu'un cancer professionnel?

Un cancer professionnel est un cancer dont la cause ou une des causes est l'exposition à une substance cancérogène au travail.


Les cancers professionnels sont-ils courants?

La recherche révèle que le nombre de cancers reliés à une exposition professionnelle varie selon le type de cancer. Les cancers professionnels les plus courants sont le cancer du poumon, le cancer de la vessie et le mésothéliome.

Type de cancer% estimatif des cancers reliés à une exposition professionnelle (aux É.-U.)
Poumon6,3 à 13 %
Vessie3 à 19 %
Mésothéliome85 à 90 % (hommes); 23 à 90 % (femmes*)
Leucémie0,8 à 2,8 %
Glotte1 à 20 % (hommes)
Cancer de la peau (sans présence de mélanome)1,5 à 6 % (hommes)
Naso-sinusal et nasopharyngien31 à 43 % (hommes)
Rein0 à 2,3 %
Foie0,4-1,1 % (chlorure de vinyle seulement; hommes)

* En général, le risque attribuable global de mésothéliome chez les femmes est de 23 %. Mais chez une femme qui a été exposée à l'amiante « à la maison », le risque peut se situer autour de 90 %. L'exposition « à la maison » résulte du transport au foyer de fibres d'amiante sur les vêtements de travail ou d'autres articles contaminés.

Données tirées de l'article « Dying for work: the magnitude of US mortality from selected causes of death associated with occupation ». Steenland, K. et al. American Journal of Occupational Medicine. Vol. 43 (2003). p. 461-482


Comment savons-nous si une substance peut causer le cancer?

Les scientifiques désignent les agents cancérogènes à partir de l'information tirée de diverses sources :

  • études sur le rapport entre l'exposition à un agent et le risque de cancer dans des populations humaines
  • expériences sur le rapport entre l'exposition à un agent et le risque de cancer chez des animaux de laboratoire
  • essais concernant la capacité d'un agent de causer des mutations génétiques dans des cellules
  • connaissance des structures chimiques et des interactions entre les produits chimiques et l'organisme

Les scientifiques se fient généralement à l'information ou aux preuves émanant de toutes ces sources pour déterminer si un agent peut causer le cancer.


Existe-t-il des listes de substances ou d'agents susceptibles de causer un cancer professionnel?

Dresser la liste des substances cancérogènes est une tâche complexe. Heureusement, il existe plusieurs organismes qui évaluent la masse d'information existante en fonction de critères spécifiques.

Les listes de substances cancérogènes les mieux autorisées sont publiées par les organismes suivants :

  • Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), rattaché à l'Organisation mondiale de la santé
  • American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH), un organisme indépendant des États-Unis
  • National Toxicology Program (NTP), un programme interagences des États-Unis

CIRC

Le CIRC a établi cinq groupes dans lesquels chaque agent (ou exposition à cet agent) est classé selon la solidité des preuves scientifiques de sa cancérogénicité, comme suit :

  • Groupe 1 – L'agent est cancérogène pour l'homme
  • Groupe 2A – L'agent est probablement cancérogène pour l'homme
  • Groupe 2B – L'agent est peut-être cancérogène pour l'homme
  • Groupe 3 – L'agent est inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'homme
  • Groupe 4 – L'agent n'est probablement pas cancérogène pour l'homme

Le CIRC publie une liste d'agents sur leur site Web.

ACGIH

L'ACGIH classe chaque produit chimique ou agent dans l'une des cinq catégories suivantes :

  • A1 – Cancérogène confirmé chez l'humain
  • A2 – Cancérogène présumé chez l'humain
  • A3 – Agent cancérogène confirmé pour les animaux avec pertinence inconnue vis-à-vis des humains
  • A4 – Non classable comme agent cancérogène pour l'humain
  • A5 – Présumé non cancérogène pour l'humain

Les substances cancérogènes reconnues comme telles par l'ACGIH figurent dans la brochure sur les TLV® (« Threshold Limit Values ») et les BEI® (« Biological Exposure Indices ») publiée chaque année par l'ACGIH. Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter leur site Web.

NTP

Le NTP publie tous les deux ans une liste d'agents qui ont été évalués et classés dans l'une des deux catégories suivantes :

  • reconnu comme étant cancérogène pour l'homme
  • présomption raisonnable de cancérogénicité pour l'homme

Le 13e rapport sur les substances cancérogènes du NTP est disponible en ligne (en anglais seulement).


Quel exemples peut-on citer d'expositions professionnelles associées au cancer?

On trouvera regroupés dans le tableau du document Réponses SST intitulé Sièges de cancer associés à des expositions professionnelles une liste de professions et de groupes professionnels qui ont été associés à des cancers professionnels.


Y a-t-il un lien entre l'exposition à un agent cancérogène spécifique et un certain type de cancer?

Il est très courant que certains types de cancer soient associés à des agents cancérogènes spécifiques.Veuillez consulter le document Réponses SST intitulé Professions ou groupes professionnels associés à une exposition à des substances cancérogènes pour des exemples.


L'exposition professionnelle aux agents cancérogènes est-elle réglementée?

Beaucoup de provinces et territoires du Canada réglementent l'exposition professionnelle aux agents cancérogènes (p. ex. l'amiante). Les substances réglementées et la nature des règlements varient d'un endroit à l'autre. La réglementation précise habituellement des limites maximales d'exposition. Certaines réglementations exigent une surveillance systématique du lieu de travail, un suivi médical des travailleurs, la tenue de dossiers spécifiques, etc.

Pour de plus amples renseignements, adressez-vous au ministère ou service responsable de la santé et sécurité au travail de votre province/territoire.


Le SIMDUT s'applique-t-il aux substances cancérogènes?

Le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) est un système appliqué dans tout le Canada, qui met à la disposition des travailleurs toute l'information dont ils ont besoin pour travailler en toute sécurité malgré la présence de matières dangereuses (y compris des substances cancérogènes) dans leur lieu de travail. En 2015, le Canada a harmonisé le SIMDUT au Système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques (SGH). Le système original a été appelé SIMDUT 1988. Les mises à jour effectuées pour tenir compte du SGH seront appelées SIMDUT 2015.

La réglementation du SIMDUT 2015 est actuellement en vigueur. Par « en vigueur », on entend que les fournisseurs peuvent commencer à appliquer les nouvelles exigences relatives aux étiquettes et aux fiches de données de sécurité (FDS) des produits dangereux vendus, distribués ou importés au Canada. Il y aura toutefois une période de transition comportant diverses étapes. Au début de la période de transition, le fournisseur doit se conformer entièrement à l'ancien Règlement sur les produits contrôlés (SIMDUT 1988) ou au Règlement sur les produits dangereux (SIMDUT 2015) pour un produit contrôlé ou dangereux en particulier. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le document Réponses SST SIMDUT 2015 – Généralités.

Conformément aux exigences du SIMDUT 1988, les agents qui figurent sur les listes suivantes sont considérés comme cancérogènes :

  • CIRC, groupe 1 (agent cancérogène pour l'homme)
  • CIRC, groupe 2A (agent probablement cancérogène pour l'homme)
  • CIRC, groupe 2B (agent peut-être cancérogène pour l'homme)
  • ACGIH, A1 (agent cancérogène confirmé chez l'humain)
  • ACGIH, A2 (agent cancérogène présumé chez l'humain)

Dans le cas d'un produit qui est un mélange et qui n'a pas été soumis à des essais visant à déterminer les risques qu'il pose pour la santé, le SIMDUT 1988 stipule que si le produit contient un ingrédient classé en tant que substance cancérogène et que la concentration de cet ingrédient dans le produit contrôlé est égale ou supérieure à 0,1 %, le produit peut également être classé en tant que substance cancérogène.

Les produits classés en fonction de leur cancérogénicité font partie de la catégorie D – Matières toxiques et infectieuses – Division 2 : Matières ayant d'autres effets toxiques, du SIMDUT 1988. Le symbole utilisé sur les produits est un « T » stylisé.

Symbole pour matières ayant d'autres effets toxiques

Conformément aux exigences du SIMDUT 2015, le groupe de dangers Cancérogénicité comprend deux catégories : la catégorie 1 et la catégorie 2. La catégorie 1 comprend deux sous-catégories : la catégorie 1A et la catégorie 1B.

Un produit dangereux qui est une substance est classé dans le groupe de dangers Cancérogénicité ainsi que dans une catégorie d'après l'évaluation des données scientifiques disponibles en fonction de critères détaillés publiés dans le Règlement sur les produits dangereux. Un produit dangereux classé dans la catégorie 1 (1A ou 1B) peut causer le cancer. Un produit dangereux classé dans la catégorie 2 est soupçonné d'être cancérogène.

Un produit dangereux qui est un mélange peut être classé dans le groupe de dangers Cancérogénicité selon les critères suivants :

  • Cancérogénicité – catégorie 1 : il contient au moins un ingrédient classé dans la sous‑catégorie Cancérogénicité – catégorie 1A ou dans la sous-catégorie Cancérogénicité – catégorie 1B dans une concentration égale ou supérieure à 0,1 %,
  • Cancérogénicité – catégorie 2 : il contient au moins un ingrédient classé dans la sous‑catégorie Cancérogénicité – catégorie 2 dans une concentration égale ou supérieure à 0,1 %.

Remarque : D'autres méthodes peuvent être utilisées pour classer les mélanges en fonction de leur cancérogénicité.

Voici les éléments d'information normalisés qui doivent figurer sur l'étiquette des produits dangereux classés dans le groupe de dangers Cancérogénicité :

  Catégorie 1 Catégorie 2
Pictogramme Pictogramme – Danger pour la santé Pictogramme – Danger pour la santé
Mention d'avertissement Danger Attention
Mention de danger Peut causer le cancer Soupçonné d'être cancérogène
Conseils de prudence Obtenir les instructions spéciales avant d'utiliser le produit.

S'assurer de lire et de comprendre toutes les précautions en matière de sécurité avant de manipuler le produit.

Porter des gants de protection, des vêtements de protection, une protection oculaire et une protection faciale.

En cas d'exposition ou d'inquiétude : obtenir des conseils/soins médicaux.

Entreposer sous clé.

Éliminer le contenu/les contenants dans...

Remarque : Le fournisseur peut adapter les conseils de prudence en fonction des dispositions du RPD.

Le SIMDUT 1988 et le SIMDUT 2015 exigent que les gens qui travaillent avec des produits dangereux reçoivent des renseignements et une formation sur les dangers que pourraient présenter les produits et sur la façon de les utiliser en toute sécurité. Les fiches signalétiques (FS) et les fiches de données de sécurité (FDS) contiennent de l'information sur la classification des produits et sur la façon de les utiliser en toute sécurité.


Est-il possible de travailler en toute sécurité avec un agent cancérogène?

Il existe de nombreuses façons de se mettre à l'abri des risques liés à une substance ou un agent cancérogène.

Un programme de maîtrise des risques comprend toutes les mesures qui doivent être prises pour protéger les travailleurs contre l'exposition, de même que les procédures qui permettent de surveiller l'exposition des travailleurs, et de faire un suivi de leur état de santé.

Il n'est pas toujours facile de savoir quelles mesures utiliser. Souvent, il faut d'abord procéder à une évaluation des risques, puis classer les risques et les dangers par ordre de priorité.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter les documents Réponses SST suivants :

Voici quelques conseils de nature générale qui vous aideront à travailler sans danger avec une substance cancérogène :

  • Consulter la fiche signalétique (FS) ou la fiche de données de sécurité (FDS) pour connaître les dangers liés à la matière cancérogène utilisée, et les précautions à prendre.
  • Bien comprendre tous les dangers liés à la matière, notamment les autres risques qu'elle présente pour la santé (p. ex. les effets graves à court terme, l'irritation), sa réactivité et son inflammabilité.
  • Savoir comment utiliser la matière de façon sûre, pour sa propre protection et celle de ses collègues.
  • S'asssurer que les mesures d'ingénierie sont mises en œuvre (p. ex. la ventilation). Un système de manutention fermé peut être nécessaire pour prévenir la libération de la matière (poussières, brouillard, vapeur, gaz) dans le lieu de travail.
  • Utiliser la plus petite quantité de matière possible.
  • Observer les méthodes de travail sécuritaires prescrites par son employeur.
  • Porter l'équipement de protection individuelle prescrit pour la tâche. Cela peut comprendre un appareil de protection respiratoire et des vêtements de protection contre les agents chimiques, comme un tablier et des gants faits de matériaux qui protègent contre les produits chimiques manutentionnés.
  • Signaler immédiatement au superviseur les défaillances du système de ventilation, les fuites ou les déversements.
  • Bien comprendre les procédures en cas d'urgence et faites des exercices pratiques pour savoir quoi faire en cas de déversement ou d'une autre situation d'urgence.

Pourquoi est-il important de réduire au minimum l'exposition aux substances cancérogènes?

En réduisant votre exposition, vous réduisez votre risque de cancer lié à l'exposition à un agent cancérogène.
Dans une situation de travail, il y a trois grands modes d'exposition à des substances cancérogènes – l'inhalation, les contacts avec la peau et l'ingestion. De plus, plusieurs facteurs peuvent influer sur la probabilité qu'une substance entraîne un effet spécifique (p. ex. le cancer). En voici quelques exemples :

  • La voie de pénétration dans l'organisme (p. ex. certaines substances cancérogènes causent le cancer seulement si elles sont inhales, mais non par contact avec la peau).
  • La quantité ou la dose introduite dans l'organisme (en général, plus l'exposition est importante, plus le risque est grand).
  • La puissance cancérogène de la substance (pour certains agents, une exposition très faible suffit à causer le cancer, tandis que pour d'autres, il faut plusieurs années d'exposition intense).
  • La susceptibilité de la personne (p. ex. certaines personnes sont plus à risque de cancer que d'autres, en raison de leur constitution génétique).
  • Les habitudes personnelles (p. ex. le tabac agit en synergie avec plusieurs agents cancérogènes. Cela signifie que si vous fumez, votre risque d'avoir un cancer par suite d'une exposition professionnelle à un agent cancérogène est BEAUCOUP plus élevé que si vous ne fumez pas).

Lorsqu'on s'interroge sur la possibilité qu'une personne ait été exposée à un produit chimique, ou lorsqu'on prend des mesures pour réduire les expositions courantes dans le milieu de travail, de nombreuses questions se posent, dont les suivantes :

  • Inhalation (respiration)
    • L'environnement de travail est-il poussiéreux?
    • Les travailleurs portent-ils un appareil de protection respiratoire?
    • L'agent dangereux est-il utilisé dans un système « ouvert » ou « fermé »?
  • Contacts cutanés/absorption par la peau
    • Y a-t-il un contact de l'agent avec la peau?
    • Les travailleurs portent-ils un équipement de protection (p. ex. gants, tablier)?
    • Les vêtements de travail sont-ils lavés correctement?
    • Les travailleurs ont-ils accès à des installations appropriées pour le lavage des mains?
  • Ingestion (alimentation)
    • Est-il permis de manger ou de fumer dans la zone de travail?
    • Y a-t-il de la nourriture entreposée dans la zone de travail?

Un autre facteur important est la durée et le degré d'exposition à l'agent. Il se peut que l'on soit exposé rarement et faiblement à certains agents, pendant que l'on fait une utilisation quotidienne et intensive d'autres agents. Le nombre de semaines ou d'années dans l'emploi peut donner une indication du degré d'exposition. En général, plus l'exposition est élevée (en durée et/ou en quantité), plus le risque d'un effet sur la santé, y compris le cancer, est élevé.

Pour plus d'information sur la façon dont les substances pénètrent dans l'organisme ou sur ce qui les rend toxiques, et sur d'autres sujets connexes, veuillez consulter nos autres documents Réponses SST :


Où puis-je obtenir plus d'information?

Il existe de nombreux organismes qui viennent en aide aux personnes qui ont le cancer. Voici des sites de quelques-uns* de ces organismes qui abordent spécifiquement la question des cancers professionnels :

(*Nous mentionnons ces organismes à titre de sources d'information utiles. Veuillez communiquer directement avec ces organismes pour obtenir plus de renseignements sur leur services. Certains de ces sites Web sont disponibles en anglais seulement. Veuillez noter que la mention de ces organismes ne signifie aucunement que le CCHST les recommande ou les appuie au détriment d'autres dont vous pouvez avoir connaissance.)

Dernière mise à jour du document le 21 août 2015

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.