Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Institutional links

Suivez le CCHST sur:
Facebook  Twitter  PinInterest LinkedIn
Youtube  Google Plus  RSS


Y a-t-il une température maximale à laquelle les travailleurs peuvent être exposés au travail?

En fait, non. La loi ne précise pas la température maximale à laquelle vous pouvez être exposé(e), ni la température au-dessus de laquelle vous devriez arrêter de travailler. Bien entendu, certaines températures et combinaisons d'humidité relative provoquent de l'inconfort. Cependant, dans certains cas, l'exposition à une chaleur excessive peut mener à un stress dû à la chaleur, et même à de l'épuisement par la chaleur, à l'évanouissement, à des coups de chaleur et à d'autres problèmes.


Pourquoi n'y a-t-il pas de température maximale?

Les limites d'exposition au travail ou les directives sur l'exposition à des températures élevées dépendent en fait d'un bon nombre de facteurs, et pas seulement de la température. Ces autres facteurs comprennent :

  • l'humidité relative;
  • l'exposition au soleil ou à d'autres sources de chaleur;
  • la quantité de mouvement d'air;
  • l'exigence de travail – p. ex. le travail est-il exigeant sur le plan physique?
  • le travailleur est-il acclimaté ou non à la charge de travail et aux conditions de travail;
  • quel genre de vêtement porte le travailleur (y compris les vêtements protecteurs);
  • quel est le cycle de travail-repos (pourcentage de temps passé à travailler par rapport au pourcentage de temps de repos).

Y a-t-il des directives en ce qui concerne la température?

Pour des situations de travail hors bureau, les organismes de santé et de sécurité au travail utilisent généralement le guide « Threshold Limit Values for Heat Stress » publié par l'American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH). Les valeurs limites d'exposition pour le travail à la chaleur sont exprimées par l'indice WBGT (« Wet Bulb Globe Temperature ») exprimée en degré Celsius (°C). La mesure de la WBGT tient compte de la température de l'air, des mouvements de l'air, de la chaleur radiante et de l'humidité. Les instruments de lecture directe de la WBGT, aussi appelés « indicateur du stress thermique », sont offerts sur le marché. Les mesures de la WBGT peuvent être liées aux exigences physiques d'un emploi. Seules les personnes qualifiées, que ce soit les employés réguliers, des consultants ou des employés d'organismes locaux de réglementation de la santé et de la sécurité au travail, devraient effectuer ces mesures.

Malheureusement, la comparaison directe entre la WBGT et l'indice humidex n'est pas faisable : aucun tableau de conversion standard ni de formule mathématique n'existe à cet effet. Davantage d'information sur la WBGT se trouve dans le document Réponses SST intitulé Travail dans des ambiances thermiques chaudes – Mesures de protection des travailleurs.

En outre, bien qu'il n'y ait pas de température maximale, la loi fournit une série de températures acceptables pour diverses circonstances. Pour plus de renseignements, consulter le document Réponses SST intitulé Travail dans des conditions de chaleur ou de froid extrêmes.


Y a-t-il des directives générales concernant les températures maximales dans les bureaux?

Le document Réponses SST intitulé Confort thermique au bureau traite des températures confortables et des conditions d'humidité lorsque le travail se fait surtout en position assise ou ne requière pas beaucoup d'activité physique.

Le tableau 4 sous le titre Quelles devraient être les limites d'exposition à la chaleur au travail? résume les limites ou les directives du Règlement canadien sur la santé et la sécurité au travail pour les conditions thermiques au bureau.

Avec un taux d'humidex qui se situe de 40 à 45 °C, la plupart des personnes ressentent de l'inconfort. Cependant, certaines restrictions doivent être imposées lorsque l'humidex est supérieur à 45 °C.

À notre connaissance, une seule autorité a adopté une directive sur les conditions en matière de température et d'humidité indiquant quand les employés devraient changer de lieu de travail ou le quitter. Cette référence est fournie par le Conseil national mixte et elle se trouve dans la Partie II – Ouvrages permanents et séjourner en sécurité dans un lieu de travail (Utilisation et occupation des bâtiments). Cette directive s'applique seulement aux fonctionnaires fédéraux. Elle indique, en partie, que si l'indice d'humidité dépasse 40 °C (à l'intérieur d'un immeuble et non selon les bulletins de la météo ou la température à l'extérieur), les conditions sont considérées comme insatisfaisantes. « Dans ce cas, l'employeur doit cesser ses activités et permettre aux employés de quitter le lieu de travail s'il n'est pas possible de les réaffecter à un autre endroit. » [Paragraphe 2,2(b), Conditions ambiantes].


Quelles mesures peuvent être prises en cas de chaleur ou d'humidité trop élevées?

Il incombe aux employeurs de prendre toutes les précautions raisonnables pour rendre le lieu de travail sécuritaire pour les travailleurs. Des mesures efficaces devront être prises pour protéger les travailleurs des troubles de stress liés à l'exposition à la chaleur s'il y a des raisons pratiques qui empêchent de réglementer les conditions à l'intérieur de manière adéquate, ou quand le travail se déroule à l'extérieur.

Certaines étapes peuvent être suivies pour réduire le niveau d'inconfort :

  • Utiliser la ventilation ou la climatisation.
  • Porter des vêtements légers et amples.
  • Faire des pauses plus fréquentes.
  • Boire des boissons froides (sans caféine ni alcohol).
  • Permettre d'effectuer moins d'activités physiques durant les périodes les plus chaudes.
  • Utiliser des cloisons ou des parasols pour créer de l'ombre.

Vous pouvez obtenir davantage de renseignements sur les moyens de contrôler le stress dû à la chaleur en consultant le document Réponses SST intitulé Travail dans des ambiances thermiques chaudes – Mesures de protection des travailleurs.

Remarque : Un employé a toujours le droit de refuser de travailler dans des conditions insécuritaires. S'il croit que le degré de stress dû à la chaleur peut constituer un risque pour sa santé et sa sécurité, ou celles d'un collègue, un refus de travail peut être entamé.


Où peut-on trouver davantage d'information sur les effets sur la santé des conditions thermiques chaudes au travail ?

Consulter le document Réponses SST intitulé Travail dans des ambiances thermiques chaudes – Mesures de protection des travailleurs.


Où trouver davantage d'information sur l'humidex?

Des renseignements sur l'humidex se trouvent dans le document Réponses SST intitulé Indice humidex et le travail.

Des renseignements supplémentaires sur l'humidité et le confort thermique se trouvent sous la rubrique Confort thermique au bureau.

Retourner au haut de la page

Vous désirez obtenir de plus amples renseignements?

Vous pourriez être intéressé par ces produits et services du CCHST:

Pour obtenir de l'aide sur une question ou un sujet particulier, communiquez avec notre équipe du Service de renseignements et à la clientèle. Ce service est gratuit, fiable et confidentiel.


Dernière mise à jour du document le 20 juillet 2011

Droit d'auteur ©1997-2014 Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail