Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 6, No. 7 juillet 2008

Quoi de neuf?

Conseils de sécurité pour voyages d'affairesprint this article

Restez en sécurité où que votre travail vous amène.

Sortir de son cadre de travail familier pour voyager par affaires peut apporter un changement rafraîchissant, constituer une aventure intéressante et modifier la routine. Pour certains, les voyages d'affaires sont un changement apprécié et pour d'autres, il s'agit d'un mode de vie. Dans tous les cas, un voyage d'affaires peut vous amener dans d'autres villes ou pays où la nourriture, l'eau, l'hygiène, le climat et l'environnement sont très différents de ce à quoi vous êtes habitués. Que vous croyez être un " voyageur futé " ou non, voici des mesures de précaution et des conseils de préparation que vous pouvez suivre pour assurer votre sécurité et votre santé en voyage.

Avant de partir

Si vous allez à l'étranger, consultez un médecin ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage au moins quatre à six semaines avant le départ afin de savoir si un vaccin quelconque, un traitement préventif ou d'autres précautions sont nécessaires pour éviter de tomber malade.

Lorsque vous réservez votre vol ou lorsque vous choisissez les heures de départ et d'arrivée, faites en sorte d'arriver à destination durant le jour, si possible. Si vous n'avez d'autre choix que d'arriver tard en soirée ou tôt le matin, réservez une voiture auprès d'une entreprise de transport à l'avance afin d'éviter d'avoir à chercher un taxi. Le centre de conférence ou l'hôtel peuvent être en mesure de vous recommander une entreprise.

N'oubliez pas vos médicaments. Si vous prenez des médicaments pour une condition pré-existante, emportez-en une quantité suffisante en prévision de la durée du voyage et emportez-en plus qu'il ne vous en faut, dans l'éventualité où votre vol de retour serait retardé. Par mesure de précaution, ayez avec vous une copie de votre ordonnance ou une note du médecin au cas où vous auriez à prouver que vous avez besoin de ces médicaments. Pensez à diviser vos médicaments en deux et à les conserver dans deux articles de bagage différents au cas où un article de bagage serait perdu ou volé, ou bien transportez vos médicaments avec vous.

Protégez vos documents. Assurez-vous que votre passeport n'expire pas avant ou pendant votre voyage. Certains pays exigent qu'il soit valide jusqu'à six mois après le retour, il vaut donc mieux vérifier la date d'expiration. Conservez des photocopies de votre passeport et de votre visa et rangez-les séparément des originaux. Conservez une liste de vos numéros de cartes bancaires ou de crédit, et des numéros de téléphone des services à joindre, et laissez une copie de ces documents chez quelqu'un au pays. Conservez votre passeport, vos billets d'avion, votre surplus d'argent et vos autres documents dans le coffre-fort de l'hôtel.

Restez en contact. Utilisez une procédure de confirmation d'arrivée et assurez-vous que vos amis et votre famille au pays savent où vous contacter. Donnez une copie de votre itinéraire à quelqu'un au pays et communiquez avec eux dès votre arrivée, puis régulièrement pendant votre voyage. C'est aussi une bonne idée de s'informer à l'avance des bureaux du gouvernement du Canada à l'étranger.

Soyez renseigné sur votre entourage. Informez-vous auprès du personnel de l'hôtel des lieux que vous pouvez visiter ou des endroits, dans le voisinage, où vous pouvez vous balader en toute sécurité. Il pourra vous dire quels sont les endroits à éviter.

Cachez vos objets de valeur. Utilisez une ceinture porte-billets pour apporter avec vous passeport, documents de voyage, billets d'avion, chèques de voyage et argent. N'attirez pas l'attention sur vous en faisant étalage de grosses sommes d'argent, de bijoux dispendieux ou d'équipement électronique. Si possible, utilisez le guichet automatique plus souvent ou des chèques de voyage plutôt que de transporter des grosses sommes d'argent. Envisagez d'avoir sur vous un deuxième " faux " portefeuille comportant de l'argent local, un petit montant de devises américaines, quelques vieux reçus et des cartes de crédit expirées pour qu'il semble vrai. Gardez un peu d'argent dans une poche extérieure afin d'éviter d'avoir à fouiller dans votre bourse ou votre portefeuille pour les pourboires et autres petites dépenses.

Gardez vos bagages à l'œil. Ne laissez pas vos bagages sans surveillance ou aux soins d'un étranger. Sur votre étiquette à bagage, n'inscrivez que vos initiales, plutôt que votre nom au complet. Pour protéger encore mieux votre identité, inscrivez l'adresse de votre bureau (et non celle de votre domicile) et utilisez une étiquette à bagage avec rabat qui cache vos nom et adresse.

Protégez votre chambre d'hôtel. Demandez une chambre située au-dessus du rez-de-chaussée, mais pas plus haute que le septième étage, à portée de la plupart des nacelles et des échelles d'évacuation des services d'incendie. Demandez une chambre près des ascenseurs et dont la porte est munie d'un judas, d'une serrure à pêne dormant et d'une chaîne de sécurité. Ne dites à personne dans quelle chambre vous restez. Dites au personnel de l'hôtel de ne donner votre numéro de chambre ou votre nom à personne. Si le personnel de l'hôtel annonce accidentellement votre numéro de chambre à haute voix, exigez une autre chambre. Pour plus de sécurité, apportez un simple arrêt de porte (butoir) en caoutchouc que vous pouvez placer sous la porte de votre chambre, afin que personne ne puisse s'introduire en poussant la porte de l'extérieur. Verrouillez la porte de votre chambre chaque fois que vous y entrez et en ressortez, et assurez-vous que les portes patios, les fenêtres et toutes les portes communicantes sont verrouillées en tout temps. N'invitez pas d'étrangers ou de connaissances dans votre chambre, ou n'acceptez pas d'invitation dans d'autres chambres. Choisissez plutôt un lieu de rencontre public, comme un hall d'hôtel ou un restaurant.

Préparez-vous à réagir rapidement. Afin d'éviter les délais dans le corridor, préparez votre clé ou votre carte à l'avance.

Faites un bon voyage et soyez prudents!

Pour plus de renseignements sur la sécurité en voyage, consultez cette réponse SST :
www.cchst.ca/reponsessst/hsprograms/travel_safety.html

Aide-mémoire du voyageur et autres informations du ministère des Affaires étrangères et Commerce international Canada : www.voyage.gc.ca/

Santé de voyageurs, Agence de la santé publique du Canada : www.TravelHealth.gc.ca

Page " La sécurité en vol ça commence au sol " du site de Transports Canada.

Alertes au danger

Les lignes électriques tombées peuvent donner des chocs mortelsprint this article

Un camion d'incendie a roulé sur une plaque de glace noire, a dérapé et s'est ensuite renversé sur le côté. Ce faisant, il a heurté un poteau électrique, et celui-ci s'est cassé en deux. Les lignes de transport, de 60 kilovolts chacune, sont tombées sur le camion, ce qui a causé une série d'arcs électriques et une panne de courant généralisée dans le secteur. Mais il s'agit là d'une histoire qui finit bien. En effet, les quatre pompiers sont restés dans le camion en attendant les secours. Une équipe de sauvetage s'est occupée de maintenir le public, ainsi que les pompiers à l'œuvre, à distance de la zone sous tension. Les pompiers ont attendu que ce soit sécuritaire avant de sortir du camion, et ils s'en sont sortis indemnes.

Le grand public n'est pas équipé pour faire face aux lignes électriques tombées, et les policiers, les ambulanciers et les pompiers ne sont pas toujours conscients du danger. À leur arrivée sur les lieux, les premiers répondants qui voient une ligne tombée devraient toujours supposer qu'elle est sous tension. Le sol autour de la ligne électrique peut aussi être sous tension et dangereux.

Il n'y a jamais de signes clairs permettant de savoir qu'une ligne est sous tension. Il n'y a ni étincelles, ni mouvement. Même une ligne qui n'est pas sous tension peut rapidement revenir sous tension si de l'équipement de commutation automatique rétablit le courant. L'électricité contenue dans une ligne électrique cherche toujours à se frayer un chemin dans le sol. Ce chemin peut être un arbre, un véhicule ou une clôture, et ces éléments deviendront sous tension à leur tour.

Le sol aussi devient sous tension une fois que l'électricité l'atteint. L'électricité peut se propager sur une grande superficie, comme les ondulations sur un plan d'eau, et elle diminue d'intensité graduellement, jusqu'à ce que l'intensité soit de zéro, à environ 10 mètres de la source. Si le sol est mouillé, l'électricité peut se propager à plus de 10 mètres.

WorkSafe BC recommande ces pratiques de travail sécuritaires pour les premiers répondants.



  1. Supposer que les lignes électriques tombées, et que tout ce qui est en contact avec elles, sont sous tension.

  2. Se stationner loin des lignes électriques.

  3. Arrêter la circulation et garder les gens à au moins 10 mètres (33 pieds) de la ligne électrique tombée
  4. .
  5. Éviter de devenir une victime à son tour en touchant une ligne électrique tombée, ne serait-ce qu'avec un bâton sec ou une partie de boyau.

  6. Appeler le fournisseur électrique sur-le-champ pour s'assurer que la ligne électrique ne sera pas réactivée avant que tout le monde soit en sécurité.

  7. Ne pas s'approcher des lieux tant qu'un représentant du fournisseur électrique n'a pas confirmé que c'est sécuritaire.


Si votre véhicule entre en contact avec les lignes électriques, tentez de le déplacer, si possible, afin de briser le contact avec les lignes électriques. Si vous ne pouvez pas déplacer le véhicule, restez à l'intérieur. Si quelqu'un s'approche de votre véhicule, ouvrez la fenêtre et avertissez cette personne de rester éloignée et d'appeler le 9-1-1. Si vous êtes forcé de sortir du véhicule (en cas de feu, par exemple), faites-le en sautant du véhicule à pieds joints. Il ne faut jamais toucher le sol et le véhicule en même temps. Éloignez-vous du véhicule lentement en traînant les pieds par de très petits mouvements, tout en gardant les pieds rapprochés l'un de l'autre afin que la tension soit la même dans chaque pied.

Les lignes électriques tombées sont dangereuses, mais seulement pour les gens non avisés. Souvenez-vous qu'il faut se fier aux experts en électricité, et non aux lignes électriques, pour éviter de recevoir un choc désagréable, voire mortel.

Réponses SST

Détruisez les organismes nuisibles, et non votre santéprint this article

Nous utilisons les pesticides afin de tuer ou de contrôler les organismes nuisibles pour les récoltes, les humains ou les animaux. Les pesticides utilisés pour détruire ou contrôler les organismes nuisibles, comme les insectes, la mauvaise herbe, les rongeurs, les champignons, les bactéries et les virus, sont des substances dangereuses qui peuvent être néfastes pour les travailleurs qui les utilisent.

Les travailleurs peuvent être exposés aux pesticides de nombreuses façons, soit :


  • lorsqu'ils préparent les pesticides en vue de leur utilisation, par exemple lorsqu'ils mélangent un concentré avec de l'eau ou lorsqu'ils remplissent le matériel d'application avec un pesticide;

  • lorsqu'ils appliquent des pesticides, par exemple sur un champ agricole;

  • lorsqu'ils travaillent dans une aire où des pesticides ont été appliqués, par exemple lorsqu'ils font la récolte.


Les pesticides peuvent pénétrer dans l'organisme par la peau, les yeux, la bouche et les poumons (lors de la respiration). Les effets sur la santé des pesticides dépendent du type de pesticide et des autres produits chimiques contenus dans le pesticide que vous utilisez. Certains pesticides peuvent agir sur le système nerveux. D'autres peuvent irriter la peau ou les yeux, et d'autres peuvent causer le cancer. La gravité des effets dépend de la quantité, de la durée et de la fréquence à laquelle vous êtes exposé. Il est primordial de toujours détenir l'information spécifique au produit que vous utilisez afin de pouvoir prendre les mesures appropriées pour protéger votre santé.

Lisez toujours l'étiquette et suivez les instructions s'appliquant au pesticide que vous utilisez.

Minimisez votre exposition. Portez toujours l'équipement de protection individuelle approprié (EPI) tel qu'il est recommandé sur l'étiquette, la fiche signalétique (FS) ou la fiche de renseignements. Selon le pesticide, l'EPI peut comprendre les articles suivants : combinaison, pantalon long, chemise à manches longues, gants, bottes, lunettes de sécurité, écran facial, casque de protection, appareil de protection respiratoire. Il existe divers types de vêtements de protection contre les produits chimiques. Le type de vêtement que vous devrez porter dépend du produit. Gardez le contenant sous le niveau des yeux pour éviter les éclaboussures ou le déversement du pesticide dans le visage et les yeux. Utilisez un couteau ou des ciseaux servant uniquement à ouvrir les sacs de pesticides. Assurez-vous que le local dans lequel vous mélangez les pesticides est bien ventilé et éclairé. Au besoin, augmentez la ventilation pour éliminer les vapeurs ou les aérosols lorsque vous pulvérisez des pesticides à l'intérieur.

Évitez d'ingérer des pesticides par accident. Respectez toujours le temps d'attente recommandé entre l'application d'un pesticide et la récolte (cueillette ou consommation) de fruits ou de légumes. Après la vaporisation, toutes les surfaces qui peuvent entrer en contact avec des aliments doivent être lavées et rincées à l'eau avant leur utilisation. N'utilisez pas votre bouche pour siphonner un pesticide liquide d'un contenant ou pour dégager un tuyau ou une buse obstruée. Lavez-vous les mains et le visage après avoir utilisé un pesticide. On doit toujours se laver les mains avant de manger ou de fumer, avant de quitter le travail ou après chaque usage des cabinets de toilettes.

Évitez d'être recouvert de pesticides par accident. Gardez l'équipement en bon état et exempt de fuites. Ne mélangez pas, ne vaporisez pas ou n'époussetez pas face au vent. Changez de vêtements après avoir appliqué un pesticide. Lavez vos vêtements séparément avant de les porter à nouveau. Faites un cycle de rinçage à vide avant de laver d'autres vêtements. Jetez les bottes, les chaussures, les ceintures, les bracelets de montre ou les vestons qui ont été éclaboussés par des pesticides, parce qu'il est impossible de décontaminer ces derniers.

Ne laissez pas de pesticides dans votre entourage. Nettoyez les déversements immédiatement et éliminez les contenants vides et les déchets conformément aux instructions qui se trouvent sur l'étiquette. Calculez la quantité de produit dont vous aurez besoin à l'avance et n'achetez pas ou n'entreposez pas plus de pesticides que nécessaire.

Ne faites pas un mauvais usage des pesticides. N'utilisez que la quantité de pesticide recommandée (deux fois plus de pesticide ne donnera pas un meilleur résultat). N'utilisez un pesticide qu'aux fins pour lesquelles il a été conçu. Ne brûlez jamais de pesticides et ne les versez jamais dans un tuyau de drainage. Mélangez toujours les pesticides selon la concentration et la quantité recommandées. De nombreux pesticides à vaporiser sont inflammables. Assurez-vous de suivre soigneusement les instructions.

Évitez de répandre les pesticides. Planifiez les applications lorsque les autres travailleurs sont moins susceptibles d'être exposés. Ne vaporisez jamais de pesticide un jour de grand vent, et assurez-vous que le brouillard ne se déplace pas vers vous ni personne d'autre. Réduisez la dérive du brouillard en approchant la buse du vaporisateur de la cible. Ne placez jamais d'appâts ni de trappes à rongeurs ou à insectes dans les endroits accessibles aux enfants ou aux animaux domestiques.

Nouvelles sur nos partenariats

L'évaluation des risques : thème central de la campagne de l'Union européenne print this article

Toutes les trois minutes et demie dans l'UE, quelqu'un meurt de causes liées au travail, soit 5720 décès par an dus à des accidents liés au travail et 159 500 décès par an dus à des maladies professionnelles. Grâce à quelques mesures de prévention ou de protection, on espère que cette tendance peut être renversée.

La campagne de l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA), lancée le 13 juin à Bruxelles, cible l'évaluation des risques comme facteur clé pour prévenir les blessures, les maladies et les décès liés au travail. La campagne, intitulée " Lieux de travail sains. Bon pour vous. Bon pour les affaires. ", est une initiative de l'EU-OSHA. Elle s'adresse spécifiquement aux secteurs à risque élevé, comme les secteurs de la construction, des soins de santé et de l'agriculture, ainsi qu'aux petites et moyennes entreprises qui n'ont souvent pas les ressources nécessaires pour assurer un milieu de travail sécuritaire et sain.

L'EU-OSHA veut faire passer ce message aux employeurs, syndicats, travailleurs et professionnels de la santé et de la sécurité : une évaluation des risques est une mesure efficace et nécessaire pour sauver des vies. Il s'agit d'un examen systématique de tous les aspects du travail, en vue d'établir les causes éventuelles d'accidents ou de blessures, les possibilités d'élimination des dangers et, si elles n'existent pas, les mesures pour maîtriser les risques.

La campagne vise à démystifier le processus d'évaluation des risques et à montrer qu'il n'est pas nécessairement compliqué ou bureaucratique. La participation de la main d'œuvre est un élément clé d'un milieu de travail sécuritaire et sain. Dans sa campagne, l'EU-OSHA proposera des conseils simples et clairs visant à encourager tous les employeurs à effectuer une évaluation des risques et à prendre les mesures nécessaires afin d'éliminer ou de maîtriser les risques.

" Avec cette campagne ", a indiqué Jukka Takala, directeur de l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, " nous voulons encourager les entreprises à effectuer une évaluation sérieuse des risques à laquelle personne ne doit échapper sur le lieu de travail. Nous voulons promouvoir de bonnes pratiques adaptables à d'autres lieux de travail. "

La campagne de l'EU-OSHA s'échelonnera sur deux ans, soit 2008 et 2009.

Nouvelles du CCHST

Maintenir la qualité de l'air que nous respironsprint this article

Bien que nous respirions constamment, automatiquement et même inconsciemment, portons-nous attention à la qualité de l'air que nous respirons? De l'air propre est essentiel pour notre santé, surtout en ce qui concerne l'air intérieur. Nous passons beaucoup de temps à l'intérieur, et les travailleurs de bureau passent même leur journée de travail entière à l'intérieur de bâtiments étanches. Pourtant, beaucoup de personnes ne réalisent pas que la qualité de l'air qu'elles respirent au travail peut influer sur leur santé, leur confort et leur productivité.

Les gens qui travaillent à l'intérieur éprouvent souvent divers symptômes, tels que maux de tête, essoufflement, congestion des sinus, toux ou nausées. Toutefois, en raison du large éventail de contaminants de l'air intérieur auxquels ils sont exposés, par ex. dioxyde de carbone, parfum, poussières, gaz, vapeurs toxiques et moisissures, il est difficile de faire le lien entre ces symptômes et un contaminant en particulier.

Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) a élaboré un cours en ligne, La qualité de l'air intérieur : notions élémentaires, portant sur l'importance de la qualité de l'air intérieur dans les bureaux et dans les autres milieux de travail non industriels, comme les écoles, les bâtiments publics et les centres commerciaux. Le cours, d'une durée d'une heure, traite des facteurs qui influent sur la qualité de l'air intérieur ainsi que des normes et règlements pertinents. Il décrit ce qu'est le " syndrome des bâtiments malsains " et ses diverses causes, comme une mauvaise diffusion de l'air frais, les contaminants provenant de l'intérieur et de l'extérieur du bâtiment et l'humidité. Le cours donne des conseils pratiques sur la façon de trouver et de traiter les problèmes de qualité de l'air intérieur.

L'acquisition de connaissances sur la qualité de l'air intérieur est la première étape en vue de s'assurer que l'air que nous respirons est de bonne qualité.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail