Le rapport sur la santé et la sécuritéDécembre 2008 - Vol. 6, No. 11

Quoi de neuf?

Soyez en sécurité pendant les Fêtesprint this article

En plus du tourbillon d'activités que la période des Fêtes entraîne, elle signifie aussi, au Canada, l'arrivée du froid mordant et de la neige. Voici donc quelques conseils pour vous aider à préserver votre santé et votre sécurité, ainsi que celles de votre famille, et à profiter pleinement de cette période de réjouissance.

Gérer le stress du temps des Fêtes

Ne laissez pas le temps des Fêtes miner votre santé. En faisant preuve de modération et en maintenant un style de vie équilibré, vous pourrez jouir du temps des Fêtes de façon saine. Demandez la participation de votre famille et de vos amis pour organiser vos rencontres du temps des Fêtes, ainsi que pour préparer les repas et nettoyer. Réservez-vous du temps : vous accorder ne serait-ce que 15 minutes, sans aucune distraction, peut suffire à vous procurer l'énergie nécessaire pour remplir vos obligations. Baladez-vous au grand air en soirée. Écoutez de la musique douce. Trouvez une activité, peu importe laquelle, qui abaissera votre niveau de stress en libérant votre esprit, en ralentissant votre respiration et en vous permettant de retrouver votre sérénité. N'oubliez surtout pas de maintenir vos bonnes habitudes " quotidiennes ". Continuez de dormir suffisamment et de prendre le temps de faire de l'activité physique, que ce soit danser au rythme de votre musique favorite ou pratiquer un sport extérieur. Pour éviter de vous laisser séduire par trop de sucreries et de consommations, prenez une collation santé avant d'aller à vos rencontres sociales. Préférez les fruits frais au chocolat. Et autre conseil : devant une abondance de plats alléchants, ne choisissez, au plus, que les deux plats dont vous ne pouvez absolument vous passer.

Boire de manière responsable pour assurer sa sécurité

Si vous prévoyez assister à des fêtes ou à des rencontres où de l'alcool sera servi, il est important de planifier d'avance et de boire de manière responsable afin d'assurer votre sécurité et d'éviter de vous blesser ou de blesser les autres.
Avant la première consommation, décidez entre vous du chauffeur désigné, c'est-à-dire celui qui ne boira pas d'alcool. Ne conduisez pas si vous avez bu et ne laissez personne prendre le volant si cette personne a consommé de l'alcool. Prenez un taxi ou les transports en commun ou marchez si possible. Limitez votre consommation d'alcool. Un bon conseil : alternez les boissons alcoolisées et non alcoolisées et espacez d'au moins une heure vos boissons alcoolisées. Rappelez-vous de manger tout en consommant de l'alcool.

Combattre le froid : demeurer au chaud et au sec

Un habillement approprié constitue la meilleure défense contre le froid intense. Veillez à porter :


  • Une tuque qui vous couvre les oreilles

  • Une écharpe, pour couvrir votre bouche et votre visage

  • Des mitaines ou des gants

  • Un manteau et des bottes imperméables

  • Plusieurs épaisseurs de vêtements amples


La couche de vêtements externe devrait être fabriquée d'un tissu tissé serré et devrait, de préférence, couper le vent afin de réduire les pertes de chaleur corporelles causées par le vent. Par-dessus tout, restez au sec : des vêtements mouillés refroidissent le corps rapidement. La transpiration abondante accélère elle aussi la perte de chaleur, alors enlevez une épaisseur de vêtement lorsque vous avez trop chaud. Quand votre corps frissonne, il vous informe qu'il perd sa chaleur et qu'il est temps pour vous d'entrer à l'intérieur. Si vous, ou une personne qui vous accompagne, avez froid et que les frissons ont cessé, entrez à l'intérieur immédiatement, car c'est un signe d'hypothermie et vous devez en tenir compte.

Conseils de sécurité au sujet du sapin de Noël

Lors de l'achat d'un arbre artificiel, cherchez la mention " Résistant au feu ". Lors de l'achat d'un arbre naturel, vérifiez sa fraîcheur : les aiguilles doivent être vertes et difficiles à arracher et le tronc, couvert de résine. Coupez quelques centimètres du tronc pour en exposer le bois frais. Cette coupe améliore l'absorption de l'eau et, si vous maintenez la base du sapin remplie d'eau, empêchera votre arbre de se dessécher trop vite et de créer un risque d'incendie. Fermez les lumières du sapin avant d'aller au lit ou de quitter la maison afin d'éviter que les lumières ne créent un court-circuit et causent un incendie. À la maison ou au bureau, placez votre sapin loin des foyers, des radiateurs et des chaufferettes portatives et veillez à ce qu'il ne bloque pas les entrées de porte.

Autres conseils pour la prévention des incendies

Placez les chandelles dans des chandeliers antibasculants et veillez à ce qu'elles soient disposées loin des rideaux et du sapin de Noël, et hors de la portée des enfants et des animaux domestiques. Ne laissez jamais un foyer, un four ou une chandelle allumés sans surveillance. Installez un détecteur de fumée ainsi qu'un détecteur de monoxyde de carbone dans votre résidence et vérifiez-en le fonctionnement chaque mois. Changez-en les piles deux fois par an (au moment de changer l'heure, au printemps et à l'automne).

Manipuler et préparer la nourriture de manière sécuritaire

De la table à buffet à la fête de bureau, la nourriture occupe une place centrale tout au long de la période des Fêtes. Afin de prévenir les maladies causées par la nourriture, suivez les conseils suivants :
  • Pour éliminer les bactéries présentes dans les aliments crus, cuisez entièrement la viande et la volaille et nettoyez à fond les fruits et les légumes.

  • Lavez vos mains et les surfaces de travail fréquemment et veillez à ce que vos enfants aussi se lavent les mains fréquemment.

  • Évitez la contamination croisée en tenant la viande, la volaille, les poisons, les fruits de mer et les oeufs crus (ainsi que leur jus) à l'écart des aliments cuits prêts à manger. Utilisez des ustensiles différents pour la préparation et le service.

  • Décongelez toujours la viande au réfrigérateur, jamais sur le comptoir.

  • Mettez rapidement la nourriture au frais. Les aliments périssables devant être réfrigérés ne devraient jamais être à la température de la pièce pendant plus de deux heures.

  • Entreposez la dinde, la farce et la sauce séparément.

  • Réchauffez les restants solides à au moins 74°C (165°F). Faites bouillir la sauce tout en la brassant.

  • Utilisez les restants de dinde, d'os, de farce, de sauce et des autres plats cuits dans les quatre jours suivant leur préparation pour une meilleure qualité ou congelez-les pour plus tard.


Fêtez Noël en toute sécurité grâce aux conseils du CCHST.

Lisez la fiche de renseignements de Santé Canada pour savoir comment Boire avec modération dans le temps de Fêtes.

Lisez les Conseils sur la salubrité des aliments durant le temps des Fêtes de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Apprenez comment combattre le froid intense en lisant le document Extreme Cold: A Prevention Guide to Promote Your Personal Health and Safety, produit par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) (en anglais seulement).

Alertes au danger

Des travailleurs tués par des véhicules motorisésprint this article

Le fait que des travailleurs ont été blessés ou tués récemment parce qu'ils ont été frappés par un véhicule en mouvement alors qu'ils étaient au travail a incité WorkSafeBC et Travail sécuritaire NB à émettre des alertes au danger.

Au Nouveau-Brunswick, un travailleur a été tué et un autre blessé dans deux accidents de la route. Dans le premier cas, le travailleur plaçait des cônes de déviation orange le long de la ligne centrale de la route lorsqu'un camion l'a percuté, le tuant et blessant deux de ses collègues. Dans le second accident, un râteleur d'asphalte expérimenté ramassait des débris près d'une entrée. Alors qu'il levait le hayon de son camion, il s'est fait frapper par une fourgonnette, sous laquelle il est tombé et est resté coincé.

Afin de protéger les travailleurs et d'informer le public lorsque des travaux sont exécutés sur la route ou à proximité d'elle, des enseignes adéquates doivent toujours être bien visibles dans les zones de contrôle de la circulation.

Travail sécuritaire NB recommande que les pratiques de travail sécuritaires suivantes soient suivies afin d'assurer la sécurité des employés présents dans les zones de contrôle de la circulation :


  • Les travailleurs qui placent ou enlèvent des dispositifs de signalisation routière doivent porter l'équipement de protection individuel adéquat, dont une veste de sécurité réfléchissante, et doivent faire preuve de prudence en tout temps.

  • Les véhicules utilisés pour le transport des dispositifs de signalisation doivent être équipés de feux clignotants à haute visibilité.


En Colombie-Britannique, un ingénieur parlant au téléphone cellulaire a traversé une zone d'attente pour les camions à benne près de la route où le sable et le gravier étaient déchargés. Un signaleur dirigeait à l'aide de signaux manuels un camion à benne chargé le long de la zone d'attente. Le chauffeur du camion à benne maintenait un contact visuel avec le signaleur grâce à son rétroviseur latéral. L'avertisseur de recul fonctionnait normalement, mais l'avertisseur de recul de plusieurs autres camions en train de reculer se faisaient aussi entendre.

Le signaleur a détourné son attention du camion à benne pendant environ 10 secondes pour vérifier d'autres véhicules, indiquant au camion à benne de continuer à reculer sans maintenir le contact visuel avec lui. Au cours de ces 10 secondes, l'ingénieur, toujours au téléphone, est sorti de la zone d'attente et s'est immobilisé derrière le camion en marche arrière en lui faisant dos, inconscient que le camion s'approchait de lui. Le chauffeur ne pouvait pas voir l'ingénieur et a continué à reculer, suivant les instructions du signaleur. Le signaleur ne voyait pas l'ingénieur.

L'un des pneus arrière du camion à benne a accroché la jambe de l'ingénieur, l'ingénieur a été tiré sous le camion et est mort.

WorkSafeBC recommande les pratiques de travail sécuritaires
suivantes :

  • Établir et mettre en application des pratiques de travail sécuritaires pour les gens qui travaillent près d'équipement mobile :

    • Limiter l'utilisation de téléphones cellulaires et d'autres appareils de communication

    • Porter des vêtements de haute visibilité

    • Établir un contact visuel avec les conducteurs d'équipement ou les signaleurs lorsqu'on entre dans une zone de travail où se trouve de l'équipement mobile

  • Rappeler aux signaleurs de maintenir un contact visuel continu avec les conducteurs d'équipement mobile

  • Si possible, veiller à ce que les avertisseurs de recul soient plus forts que les niveaux de bruit ambiant

  • Si possible, établir sur les sites de travail des routes désignées pour les piétons et utiliser des enseignes qui les indiquent


Lisez la version intégrale de l'alerte sur le site Travail sécuritaire NB.

Lisez la version intégrale de l'alerte sur le site WorkSafeBC. (en anglais seulement)

Réponses SST

Cyberharcèlement print this article

Nous vivons dans un monde où les communications sont instantanées et incessantes, et dont la plupart font appel à une forme de technologie ou à une autre. Les ordinateurs, l'Internet, les téléphones cellulaires ou les autres technologies de l'information, ainsi que les médias sociaux, sont largement utilisés, au travail, à la maison et à l'école. Ces technologies présentent de nombreux aspects positifs, mais il y un revers à la médaille : des gens utilisent ces outils de communication pour menacer, harceler, tourmenter ou embarrasser à répétition des personnes ou des groupes. C'est ce qu'on appelle la cyberintimidation.

La cyberintimidation peut comprendre les aspects suivants :


  • Envoyer ou inciter d'autres personnes à envoyer des courriels non sollicités ou menaçants;

  • Répandre des rumeurs ou afficher des insultes ou des commentaires désobligeants au sujet de quelqu'un dans des groupes de discussion, des pages Web, des blogues ou d'autres produits de médias sociaux;

  • Se faire passer pour la victime sur le Web et envoyer des messages incendiaires ou sujets à controverse à sa place, ce qui ternit sa réputation;

  • Harceler la victime pendant une séance de clavardage;

  • Envoyer à la victime de la pornographie ou d'autre matériel visuel offensant.


Trucs pour éviter la cyberintimidation

  • Dans la mesure du possible, utilisez une adresse courriel sans distinction de sexe.

  • Créez un mot de passe difficile à décoder pour votre courriel. Formez-le en combinant aux moins sept caractères (lettres, symboles, chiffres) et changez-le souvent. Ne transmettez votre mot de passe à quiconque et n'utilisez pas le même mot de passe sur tous vos ordinateurs et pour tous vos comptes Web.

  • Ne transmettez aucun renseignement personnel par courriel (même à quelqu'un en qui vous avez confiance), dans les espaces en ligne publics, dont les clavardoirs.

  • Dans la mesure du possible, n'utilisez pas l'option " Je suis absent du bureau " comme réponse automatique aux courriels que vous recevez. Il est préférable de ne pas rendre public le fait que vous êtes absent ou en vacances.

  • Établissez deux comptes courriel, un pour les affaires et l'autre (portant un nom différent) pour les groupes de discussion, etc. Si vous recevez trop de courriels indésirables, annulez ou changez votre compte.

  • Si vous souhaitez conserver l'anonymat, NE FOURNISSEZ PAS votre adresse courriel dans des pages Web ou des formulaires en ligne.

  • Pour éviter que quelqu'un n'usurpe votre identité ou ne lise vos courriels, chiffrez les courriels que vous envoyez de personne à personne (à l'aide du système Pretty Good Privacy (PGP) par exemple). De plus, ne laissez jamais votre ordinateur connecté sans surveillance. Lisez les questions et réponses relatives au PGP pour en apprendre davantage.

  • Soyez attentifs aux signaux d'alarme, par exemple une personne qui vous demande votre adresse personnelle et l'adresse de votre lieu de travail.

  • Soyez prudent lorsqu'il s'agit de rencontrer en personne des cyberconnaissances. Si vous décidez de rencontrer une cyberconnaissance, faites-le dans un endroit public et demandez à quelqu'un d'autre de vous accompagner.

  • Pour protéger votre vie privée et naviguer sur le Net de façon plus sécuritaire, utilisez un navigateur anonyme. Des sites Web recueillent toutes sortes de renseignements sur vous (le type de navigateur que vous utilisez, votre fournisseur d'accès Internet, votre adresse IP et possiblement votre adresse courriel). Les navigateurs anonymes offrent divers degrés de sécurité, certains sont gratuits et d'autres non.

  • Obtenez soutien et conseils auprès de votre fournisseur d'accès Internet au sujet de votre sécurité et de la protection de vos renseignements personnels.

  • Vérifiez que votre fournisseur d'accès Internet, ainsi que les groupes de discussion et les réseaux de clavardage auxquels vous participez possèdent une Politique d'utilisation acceptable (aucun harcèlement permis) et que cette politique est appliquée par l'administrateur du site.


Nouvelles sur nos partenariats

Faites le point sur la planification de la mise en œuvre du SGH print this article

Divers pays ont mis en œuvre leur propre système de classification et de communication des renseignements relatifs aux dangers liés aux produits chimiques. Bien qu'ils partagent des objectifs communs, ces systèmes diffèrent sur plusieurs points. Au Canada, le système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT), établi en 1988, est le programme national de communication des renseignements relatifs aux risques posés par les produits chimiques utilisés au travail.

Reconnaissant les avantages d'une communication normalisée et uniforme, la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement a convenu, au Sommet de la Terre de Rio, d'élaborer " un système harmonisé mondialement de classification et d'étiquetage compatible ". Cette initiative est maintenant connue sous le nom de Système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques (SGH).

Le Canada participe activement à l'élaboration du SGH sur la scène internationale et s'apprête actuellement à mettre en œuvre ce dernier au Canada. Le SGH changera la façon dont les produits sont classés et normalisera les étiquettes des fournisseurs, la présentation des fiches signalétiques (FS) et les exigences en matière de contenu. On prévoit que le SGH améliorera la protection des travailleurs et de l'environnement, augmentera la sécurité chimique, améliorera l'efficacité et réduira les obstacles commerciaux.

Avons-nous franchi cette étape? Pas tout à fait. Cependant, des progrès sont réalisés. Participez à une séance intitulée Le point sur la planification de la mise en œuvre du SGH dans le SIMDUT offert par le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST).

Durant ce webinaire d'une heure, qui aura lieu le 7 janvier 2009, Abbey Klugerman, responsable des affaires législatives, réglementaires et internationales au bureau national du SIMDUT de Santé Canada, discutera des effets du SGH sur le SIMDUT ainsi que de l'élaboration et de l'état d'avancement des plans de transition du SIMDUT au SGH.

Tout ce dont vous avez besoin est d'un ordinateur muni d'une carte de son et d'une connexion à Internet. Vous pourrez entendre la présentation au moyen des haut-parleurs de votre ordinateur et vous aurez l'occasion de poser des questions à M. Klugerman.

Vous pouvez inviter autant de personnes qu'il vous plaira à participer avec vous à cette séance, dans une salle de réunion ou une salle de conférence, et ce, pour le prix d'une seule inscription.

Cliquez sur ce lien pour en savoir plus sur ce webinaire et inscrivez-vous.

Nouvelles du CCHST

Participez à la discussion sur la santé et la sécurité sur Workscape print this article

CCHST lance un nouveau babillard en ligne


Pouvez-vous partager des idées pour améliorer les programmes d'incitatifs en santé et en sécurité? Avez-vous de l'expérience de la classification du butane? Qu'en savez-vous sur les autocollants des casques de protection?

Ce ne sont là que quelques sujets qui circulent pour l'instant sur Workscape, la nouvelle communauté en ligne du Canada pour les discussions sur la santé et la sécurité. Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) a élaboré et lancé Workscape pour que les personnes concernées par la santé et la sécurité au travail puissent échanger des idées et de l'information en vue d'améliorer la santé et la sécurité des lieux de travail canadiens.

Il n'y a pas de frais pour se joindre à Workscape. Les membres peuvent partager leurs expériences et y afficher de l'information, des commentaires et des questions sur n'importe quel sujet lié à la santé et à la sécurité au travail. Que ce soit sur la sécurité chimique, l'ergonomie, les lieux de travail sains, la législation et la conformité : tout ce qui touche à la santé et la sécurité au travail est bienvenu et pertinent.

Les membres peuvent aussi trouver et afficher des messages sur des possibilités d'emploi, des conférences, des séminaires et des cours de formation. Pour favoriser un sens de communauté, Workscape comporte également des sections officieuses où les membres peuvent se présenter et établir des liens avec d'autres professionnels du domaine de la santé et de la sécurité partout au monde.

" Nous voulions fournir un service où la communauté de la santé et de la sécurité puisse se rassembler et parler au sujet de nouvelles questions sur la santé et la sécurité, les ressources et les connaissances en commun, et apprendre à se connaître dans un environnement accessible et ouvert " explique P.K Abeytunga, vice-président et directeur général du CCHST.

Workscape en est à ses premiers pas et ne peut s'épanouir qu'à l'aide de l'enthousiasme et de l'expertise de ses membres, connus sous le nom de workscapers par les intimes. " Nous invitons toutes les personnes intéressées par la santé et la sécurité à faire partie de Workscape et à participer à la création d'une communauté qui aide toutes les organisations à devenir des lieux de travail plus sécuritaires et plus sains. "

Commencez par visiter le site www.workscape.ca.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail