Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 10, No. 8

Quoi de neuf?

Stratégies gagnantes tirées de la construction des installations olympiquesprint this article

Une étude conclut que les techniques efficaces en matière de santé et de sécurité mises au point lors de la construction des installations olympiques peuvent être utilisées dans d'autres projets de construction afin de protéger les travailleurs contre les blessures.


Alors que le monde est encore tout imprégné de l'atmosphère enthousiaste et palpitante des Jeux olympiques, une étude récente soutient que les techniques de communication novatrices utilisées lors des préparatifs des Jeux olympiques de 2012, à Londres, qui a aidé à prévenir les décès chez les travailleurs, pourraient être mises à profit dans d'autres projets de construction.

L'Institution of Occupational Safety and Health (IOSH) et le Health and Safety Executive (HSE) du Royaume-Uni ont demandé à l'université Loughborough d'effectuer une étude sur l'efficacité des communications en matière de santé et de sécurité, et de son incidence sur la sensibilisation des travailleurs, leurs attitudes et leurs comportements durant le projet de construction des installations olympiques. L'étude a également examiné le transfert des connaissances à l'intérieur et à l'extérieur du parc olympique.

Les chercheurs ont recueilli des renseignements à partir d'entrevues avec des gestionnaires et des superviseurs, de groupes de consultation composés de travailleurs et d'une analyse documentaire des campagnes. Les résultats ont été utilisés pour formuler des recommandations à l'intention de l'industrie.

L'étude a été menée dans le cadre du programme Learning Legacy de l'Olympic Delivery Authority (ODA). Le programme visait à cerner et à analyser les pratiques exemplaires en matière de santé et de sécurité, et à tirer des leçons du projet de construction des installations olympiques de 2012, à Londres, que les entreprises pourraient utiliser afin de réduire le nombre de blessures et de maladie au sein de leur main-d'œuvre.

À partir de ces résultats, l'IOSH a formulé des recommandations dans cinq domaines importants, qui peuvent être utilisées par les entreprises de construction et dans des projets de toute envergure.

1. Diriger par le haut. L'ODA a établi des normes et s'est engagée activement envers les travailleurs à diriger, motiver et modifier les comportements en mettant l'accent sur les objectifs à long terme.

2. Former des superviseurs compétents. Les superviseurs constituent souvent le canal de communication et doivent posséder des habiletés techniques, interpersonnelles et de communication. Lorsque les superviseurs possèdent ces habiletés, l'efficacité et l'impact des messages en matière de santé et de sécurité augmentent. Les superviseurs ont également une forte influence sur l'attention, la compréhension et le comportement des travailleurs.

3. Favoriser une culture axée sur la sécurité, ouverte et positive. Il est important que les travailleurs sentent qu'ils peuvent parler des problèmes sans crainte de représailles. Les employés qui sont mobilisés et qui sentent que les gestionnaires ont à cœur leur mieux-être sont plus susceptibles de participer au processus lié à la santé et à la sécurité.

4. Récompenser les bons comportements. Les mesures incitatives et les récompenses aident à promouvoir et à favoriser les comportements sécuritaires, par exemple en signalant les accidents évités de justesse. Dans de nombreux cas, une rétroaction positive constituait la vraie récompense parce qu'elle rehaussait le moral.

5. Examiner et apprendre. Tous les problèmes étaient sans cesse examinés et communiqués à l'ensemble de l'organisation. Le plus important, les leçons retenues des problèmes rencontrés étaient utilisées afin d'améliorer la santé et la sécurité.

L'ODA a estimé à 40 000 le nombre de travailleurs au parc olympique, au village des athlètes et sur les autres sites durant la phase de construction des Jeux.

Le projet de construction des installations olympiques a offert une occasion unique d'étudier l'incidence des initiatives en matière de sécurité et de communication sur une variété d'organisations travaillant côte à côte. Il a également donné l'occasion d'assurer le suivi des messages sur la santé et la sécurité qui étaient communiqués aux travailleurs.

M. Alistair Cheyne, Ph. D., chef de l'équipe de recherche, a déclaré qu' « un leadership fort, des superviseurs accessibles, des travailleurs engagés et la révision des pratiques de travail sont les outils couramment utilisés par les gestionnaires dans tous les secteurs, et ces outils peuvent être facilement adoptés par d'autres organisations ».

Le directeur général des politiques de l'IOSH, M. Luise Vassie, Ph. D., a déclaré pour sa part qu' « une partie de l'investissement du Royaume Uni dans l'accueil des Jeux olympiques réside dans l'héritage qui a été légué. Nous espérons que cet investissement jouera un rôle pour des années à venir, en constituant une source d'inspiration pour améliorer les normes en matière de santé et de sécurité afin de réduire le nombre de blessures et de maladies dans une de nos industries les plus dangereuses ».

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les résultats de cette étude, consultez les sites Web suivants :

« Lessons learned from the London 2012 Games construction project » (PDF)


« Safety and communication initiatives at the Olympic Park » (PDF), IOSH

Alertes au danger

Lève-patients et risques pour les travailleursprint this article

Si vous avez déjà tenté de déplacer ou de soulever une personne vous-même, sans aide, vous êtes bien conscient des difficultés auxquelles font face le personnel soignant et les travailleurs de la santé pour qui la manipulation de patients fait partie intégrante de leur travail quotidien. Bien que les dispositifs de levage mécaniques facilitent davantage le déplacement et le levage des patients et peuvent réduire les risques ergonomiques liés à la manipulation de patients, ils présentent également de nouveaux dangers en milieu de travail. Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a récemment publié une alerte au danger pour réduire le nombre de blessures chez les préposés utilisant des lève-patients (aussi appelés lève-personnes) dans le cadre de leur travail.

On compte de nombreux types de dispositifs de levage, notamment les suivants :


  • lève-personnes sur roues / lève-patients mobile au sol

  • lève-personnes stationnaire / dispositif de levage fixé

  • lève-personnes motorisé sur rails au plafond

  • dispositif d'aide au levage en position assise ou debout

  • siège élévateur de bain


Des systèmes de levage mécaniques sont utilisés dans les hôpitaux, les établissements de soins de longue durée et les résidences privées en vue de déplacer ou de repositionner les patients/clients ayant des problèmes de mobilité. Comme le levage des patients présente un risque de blessure pour les préposés et que les tâches connexes de ces derniers ne peuvent pas être éliminées, des solutions techniques de levage mécanique ont dû être mises en œuvre.

Les dispositifs de levage mécaniques se sont toutefois avérés une cause de blessures, voire de décès, chez des clients et des préposés au Canada et dans le monde entier, principalement en raison d'un mauvais fonctionnement, de pannes ou d'un mauvais usage de lève-patients. La présente alerte au danger cible les dangers auxquels font face les préposés (travailleurs).

Parmi les nouveaux dangers liés aux lève-patients, on compte la chute de pièces suspendues, la chute de charges, un bris d'équipement, une défaillance de la structure et des chocs électriques. Il faut aussi compter le risque d'entorse chez les préposés qui tentent de rattraper un client sur le point de tomber lors d'un bris soudain du lève-personnes.

PRÉVENTION DES BLESSURES

Les conseils suivants fournis par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse et les pratiques exemplaires de la Food and Drug Administration des États-Unis offrent une orientation pratique pour aider à prévenir les blessures chez les préposés utilisant des lève-patients.

Dispositions législatives

Il convient de connaître les obligations réglementaires imposées par votre sphère de compétence concernant l'utilisation de dispositifs de levage de patients / résidents / clients au sein de votre milieu de travail. Parmi les exigences générales, on compte la présence de dispositifs de levage adéquats; la formation adéquate des employés qui utilisent ces dispositifs; l'installation, la mise à l'essai, le fonctionnement, l'utilisation, l'entretien, la maintenance et la réparation appropriés de tout dispositif de levage, conformément aux spécifications du fabricant ou d'un ingénieur.

Sécurité de la toile

La toile est une composante essentielle du dispositif de levage. Il est donc primordial d'utiliser la toile adaptée à un lève-personne particulier. La charge de travail admissible doit être indiquée clairement sur le dispositif de levage et sur la toile. Vous devez vous assurer que la toile est conforme à la charge limite indiquée sur le dispositif de levage et qu'elle peut supporter le poids du patient. La toile utilisée doit être approuvée par le fabricant du lève-patients, et son entretien doit se faire conformément aux spécifications du fabricant. Inspectez le tissu de la toile et des courroies pour vous assurer qu'il n'est pas effiloché et que les coutures ne sont pas trop tendues. Notez aussi tout signe de dégradation et d'usure du tissu et des courroies et, le cas échéant, ne les utilisez pas.

Inspections de l'équipement

La fréquence des inspections périodiques et préalables à l'utilisation sera probablement précisée dans les spécifications du fabricant. Les inspections périodiques doivent être consignées dans un document pour prouver qu'elles ont été réalisées. Les inspections préalables à l'utilisation servent à s'assurer que les pièces compatibles sont utilisées, qu'elles sont bien ajustées et que les limites de charge ne sont pas dépassées. Elles permettent aussi de détecter tout signe visible de dégradation de l'équipement pouvant entraîner un bris. Il convient de créer un système visant à marquer clairement tout équipement défectueux et à s'assurer qu'il ne puisse pas être utilisé jusqu'à ce qu'il soit réparé ou remplacé.

Conseils à l'intention des utilisateurs de lève-patients

  • Avoir une bonne formation sur l'utilisation d'un lève-patients et une bonne compréhension de son fonctionnement.
  • Fixer toutes les attaches et barres de suspension et tous les verrous de façon sécuritaire pendant l'utilisation du lève-patients.

  • Ajuster l'ouverture de la base (pieds) du lève-patients au maximum et positionner ce dernier de façon à en assurer la stabilité.

  • Veiller à ce que les bras du patient soient à l'intérieur des courroies de la toile.

  • Verrouiller les roues du dispositif sur lequel le patient sera transféré, comme un fauteuil roulant, une civière, un lit ou une chaise.

  • Veiller à ce que le poids limite indiqué sur le dispositif de levage et la toile ne soit pas dépassé.

  • Suivre les instructions pour le nettoyage et l'entretien de la toile.

  • Procéder à une inspection de sécurité et d'entretien au moyen d'une liste de vérification pour détecter toute usure ou détérioration des pièces, lesquelles devront être remplacées sur-le-champ.


Tous les milieux de travail, sans égard à leur taille, peuvent bénéficier d'un code de pratiques ou de procédures de travail sécuritaire pour l'utilisation, l'inspection et la maintenance des lève-personnes.

Renseignements supplémentaires


Incidents liés à l'utilisation de lève-patients, Santé Canada

« Hazard Alert; Patient and Resident Lifts » (PDF), gouvernement de la Nouvelle-Écosse

« Patient Lifts », FDA, U.S. Food and Drug Administration

Nouvelles sur nos partenariats

Possibilité de financement : Programme de chaires sur le genre, le travail et la santéprint this article

Le 26 juin 2012, l'Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC lançait le programme de chaires de recherche sur le genre, le travail et la santé. Cette initiative est lancée en partenariat avec l'Institut de la santé publique et des populations des IRSC, l'Institut de l'appareil locomoteur et de l'arthrite des IRSC, le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail et l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

Les objectifs particuliers du programme de chaires de recherche sur le genre, le travail et la santé sont les suivants :

  • soutenir des chercheuses et chercheurs de renom dans l'élaboration de leurs programmes de recherche sur le genre, le travail et la santé;

  • accroître les ressources nécessaires pour effectuer de la recherche sur le travail et la santé qui tient compte du genre et du sexe;

  • favoriser l'application de cette recherche en vue d'établir des politiques et des interventions qui intègrent les notions de genre et de sexe et qui améliorent la santé des travailleurs et des travailleuses.


Le montant total disponible dans le cadre de cette possibilité de financement est de 7,2 millions de dollars, ce qui devrait permettre d'accorder quelque 8 bourses. Chaque bourse totalise 800 000 $ sur cinq ans. Ce montant pourra augmenter si d'autres partenaires financiers décident d'y participer.

Travail et santé sont indissociables. L'Organisation mondiale de la santé (2010) estime que presque deux millions de personnes meurent d'accidents du travail et de maladies ou blessures professionnelles chaque année, et que 268 millions d'accidents du travail non mortels de plus se traduisent annuellement par 160 millions de nouveaux cas de maladies et blessures liées au travail. Les effets du travail (rémunéré ou non) sur la santé physique et mentale se répercutent sur la personne qui travaille, ses proches, sa communauté et son milieu de travail, tandis que tous doivent composer avec les effets des maladies et blessures professionnelles et s'y adapter.

La prise en compte du genre et du sexe dans la recherche sur le travail et la santé se traduira par une recherche plus juste, plus rigoureuse et plus utile. Les femmes et les hommes ont tendance à travailler au sein de secteurs d'activité différents. Lorsque, au contraire, hommes et femmes oeuvrent dans un même secteur d'activités, ils peuvent en théorie occuper des fonctions identiques ou effectuer les mêmes tâches, mais la nature de ces fonctions ou tâches peut en pratique différer, soit à cause de la façon dont on impose les rôles et rapports de genre dans les milieux de travail, soit à cause de variantes morphologiques liées au sexe. Tout comme pour les variations concernant la division entre travail non rémunéré et soins dispensés par des proches aidants, ces éléments peuvent agir sur les expositions professionnelles et sur leurs effets. Le genre et le sexe influent sur notre façon de définir les emplois et de répartir les tâches; sur l'adaptation des lieux de travail et du matériel à la morphologie de l'homme et à celle de la femme; et sur la façon dont les risques tels que les expositions professionnelles affectent la main-d'oeuvre, chez qui le genre, le sexe et les caractéristiques connexes comme la masse corporelle, les taux de graisse corporelle, l'état reproducteur ou les niveaux hormonaux peuvent varier.

Cette possibilité de financement vise à soutenir les chercheurs et chercheuses de renom pour renforcer leurs capacités et leurs programmes interdisciplinaires de recherche sur le genre, le travail et la santé par la formation et le mentorat et par l'application efficace des connaissances en vue de politiques et d'interventions qui, d'une part, améliorent la santé des travailleuses et des travailleurs, et, d'autre part, sont spécifiques au genre et au sexe.

Les demandes liées à cette possibilité de financement doivent être présentées d'ici le 1er octobre 2012.

Renseignez-vous davantage sur les détails de cette possibilité de financement.

IRSC Institut de la santé des femmes et des hommes

IRSC Institut de l'appareil locomoteur et de l'arthrite

IRSC Institut de la santé publique et des populations

Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail

De la SST pour emporter

Balados : Une approche proactive de gestion de la santé mentale et le virus du Nil occidental print this article

Ce mois-ci, les balados de la série De la SST pour emporter! explorent une approche proactive pour faire face aux problèmes de santé mentale au travail et le virus du Nil occidental.

« Taking a Proactive Approach to Maintaining a Mentally Healthy Workplace »

Mme Donna Hardaker, spécialiste en santé mentale en milieu de travail au Bureau de l'Association canadienne pour la santé mentale de la région de York, communique par téléphone avec le CCHST pour expliquer de quelle manière les organisations peuvent adopter une approche proactive en vue de faire face aux problèmes de santé mentale en milieu de travail.

Mme. Hardarker sera conférencier invité à l'occasion du IVe Forum, qui aura lieu les 29 et 30 octobre 2012.

La durée du balado est de 15 min 58 s. Écoutez le balado maintenant.

Prévenir une infection par le virus du Nil occidental

Le CCHST diffuse des conseils concernant la protection des travailleurs contre le virus du Nil occidental.

La durée du balado est de 4 min 04 s. Écoutez le balado maintenant.

Le CCHST produit chaque mois des balados GRATUITS conçus pour vous informer des derniers renseignements, conseils, études et avis d'experts diffusés en ce qui concerne la santé, la sécurité et le mieux-être des travailleurs canadiens. Cette collection de balados que vous pouvez télécharger et écouter au moment et à l'endroit de votre choix vous offre vraiment De la SST pour emporter!.

Parcourez la liste complète des sujets traités dans les balados. Mieux encore, abonnez-vous sur iTunes afin de ne pas manquer un seul épisode.

Nouvelles du CCHST

IVe Forum du CCHST - les places sont limitéesprint this article

Le IVe Forum du CCHST est un événement national unique sur la santé et la sécurité d'une durée de deux jours qui réunit dans un même environnement dynamique des spécialistes du domaine, des travailleurs, des employeurs et des représentants du gouvernement venus mettre en commun leurs connaissances et leurs points de vue entourant le mieux-être global des travailleurs.

Le Forum approche à grands pas, et les places disponibles s'envolent rapidement. Vous vous demandez si cet événement s'adresse à vous ? Écoutez le balado du CCHST qui présente le conférencier du IVe Forum, M. Kevin Kelloway, expliquant en quoi consiste la psychologie positive et de quelle façon celle-ci influe sur le stress en milieu de travail. M. Kevin Kelloway est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en psychologie de la santé au travail à l'Université Saint Mary's, à Halifax, en Nouvelle Écosse. Il explorera le sujet plus en profondeur pendant sa présentation au Forum, et animera des discussions interactives.

Le Forum se tiendra les 29 et 30 octobre 2012, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Prenez part à la discussion pour favoriser la création de solutions novatrices. Ne manquez pas l'occasion d'être inspiré et d'élargir votre réseau professionnel en venant rencontrer des spécialistes de la santé et de la sécurité de partout au Canada.

Renseignements supplémentaires sur le IVe Forum.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail