Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Tuberculose multirésistante (TB-MR)

  |  

Qu'est-ce que la tuberculose multirésistante?

La tuberculose est une maladie infectieuse causée par un germe appelé Mycobacterium tuberculosis. Cette malade se transmet par voie aérienne, lorsqu'une personne infectée éternue, tousse ou respire. La tuberculose est dite multirésistante, en raison de sa résistance à au moins deux des principaux antituberculeux, soit l'isoniaside (INH) et la rifampine.

La tuberculose s'attaque principalement à l'appareil respiratoire, mais elle peut tout aussi bien s'en prendre à d'autres organes. Elle se manifeste notamment par de la fièvre, des sueurs nocturnes, une perte de poids, une douleur thoracique et de la toux.


Comment la tuberculose acquiert-elle une résistance aux antituberculeux?

La tuberculose acquiert une résistance aux antituberculeux lorsqu'un patient reçoit un traitement inadéquat ou d'une durée insuffisante, ou qu'il n'observe pas le traitement prescrit.


Pourquoi la TB-MR est-elle plus dangereuse?

Outre les difficultés croissantes que pose le traitement de la maladie, le patient demeure infectieux plus longtemps, ce qui accroît le risque d'exposition de la population et des travailleurs de la santé.

La TB-MR se rencontre aussi chez les personnes infectées par le VIH ou le sida; la co-infection par le VIH/sida compromet davantage la santé et le système immunitaire de ces patients. En soi, l'infection à VIH n'accroît pas le risque de résistance aux médicaments, mais elle accélère l'évolution d'une infection à la tuberculose en une maladie évolutive.

La TB-MR peut entraîner le décès d'une personne atteinte de l'infection à VIH/du sida en quelques semaines.


Au Canada, la TB-MR pose-t-elle un problème?

On estime que le tiers de la population mondiale est infecté par le bacille tuberculeux. En 1999, on a évalué à 8,4 millions le nombre de nouveaux cas.

Au Canada, le taux d'incidence annuel de la tuberculose est demeuré stable au cours de la dernière décennie, avec, chaque année, un nombre approximatif de 2 000 nouveaux cas. (Bureau du VIH/sida, des MTS et de la tuberculose, Division de la lutte antituberculeuse, Santé Canada).

Même si la tuberculose multirésistante n'est pas encore considérée comme un problème majeur au Canada, il reste que l'augmentation des voyages internationaux ne nous permet pas d'exclure la possibilité qu'elle en devienne un.


Peut-on prévenir la résistance aux antituberculeux?

Actuellement, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise le recours à la thérapie sous observation directe (TOD). L'OMS recommande que le patient prenne son médicament sous les yeux d'une personne ayant reçu une formation adéquate (pas nécessairement une formation médicale). En plus de la prescription d'antituberculeux appropriés, l'OMS croit que la stratégie TOD, qui permet de s'assurer que les patients prennent les médicaments prescrits pendant la période requise, réduira substantiellement l'incidence de la tuberculose multirésistante.


Comment peut-on prévenir la transmission de la TB-MR?

L'Agence de santé publique du Canada a élaboré des Lignes directrices pour la lutte antituberculeuse dans les établissements de soins et autres établissements au Canada.

Les lignes directrices recommandent l'établissement d'un programme de lutte antituberculeuse efficace, axé sur les éléments suivants :

  • la détection précoce de la tuberculose, ainsi que l'isolement et le traitement immédiats des patients;
  • la formation adéquate des travailleurs de la santé en matière de tuberculose;
  • le dépistage de la tuberculose chez les travailleurs de la santé;
  • la mise en place de pratiques de travail sécuritaires, notamment le port d'un appareil de protection respiratoire adéquat;
  • la prévention de la transmission par voie aérienne de gouttelettes infectieuses, au moyen d'un système de ventilation par aspiration;
  • la circulation dirigée de l'air, afin de prévenir la contamination de l'air environnant par la source infectieuse;
  • la dilution de l'air par ventilation générale (renouvellement de l'air);
  • la purification de l'air par filtration.

  |  

Dernière mise à jour du document le 31 août 2006

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.