Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Bonnes pratiques d'hygiène – Réduire la propagation des infections et des virus

Que peut-on faire pour réduire la dissémination des germes?

Se laver les mains régulièrement est la meilleure façon de réduire la propagation des infections – toujours utiliser du savon et de l'eau. Il importe aussi d'être vacciné contre les infections et les virus, lorsque de tels vaccins existent.

Pour de plus amples renseignements, consulter le document Réponses SST intitulé Lavage des mains : réduire le risque d'infections courantes.

Ce document traite également d'autres méthodes permettant de ralentir ou d'arrêter la propagation des infections.


Quelles sont les bonnes pratiques d'hygiène permettant de ralentir la propagation des infections?

Il est possible de réduire ou de freiner la propagation des infections en prenant certaines précautions, entre autres :

  • Recevoir le vaccin approprié.
  • Se laver souvent les mains.
  • Rester à la maison lorsque l'on est malade (on évite ainsi de contaminer d'autres personnes).
  • Utiliser un papier-mouchoir ou encore tousser ou éternuer contre le creux du coude, et non dans votre main. Se détourner des autres gens.
  • Utiliser des papiers-mouchoirs jetables et les jeter immédiatement après s'en être servi.
  • Se laver les mains après avoir toussé, éternué ou s'être mouché.
  • Si l'on travaille au contact d'enfants, mettre à leur disposition des jouets dont la surface est dure et facile à nettoyer.
  • Éviter de se toucher les yeux, le nez ou la bouche (les virus présents sur les mains peuvent s'infiltrer dans l'organisme).
  • Éviter de partager des tasses, verres, assiettes et ustensiles.

Quelles mesures les entreprises peuvent-elles prendre?

Les entreprises peuvent contribuer à prévenir la propagation des infections et des virus en prenant les mesures suivantes :

  • Disposer d'un plan de lutte contre les infections.
  • Fournir des installations propres pour le lavage des mains.
  • Mettre à la disposition du personnel des préparations à base d'alcool (rince-mains), lorsque celui-ci n'a pas accès aux installations sanitaires habituelles (ou pour le personnel sur la route).
  • Fournir des boîtes de mouchoirs de papier et encourager leur utilisation.
  • Rappeler au personnel de ne pas échanger leurs tasses, verres, assiettes et ustensiles. Veiller à ce que la vaisselle soit lavée dans de l'eau savonneuse.
  • Enlever les revues et les documents des aires d'attente ou des salles communes (p. ex. dans les locaux réservés à la pause-café et les cuisinettes).
  • Songer à faire nettoyer les postes de travail et d'autres endroits où des personnes présumées ou réellement atteintes de la grippe ont pu se trouver.
  • Assurer le bon fonctionnement des systèmes de ventilation.

Dans l'éventualité d'une pandémie de grippe, l'Agence de santé publique du Canada est d'avis que le port d'un masque, lorsque l'on se trouve face à face avec des personnes qui toussent, n'est ni pratique ni utile une fois que l'infection ou le virus s'est introduit dans la collectivité. Il n'est pas non plus nécessaire de recourir à des précautions spéciales pour manipuler le linge ou des déchets contaminés par des sécrétions provenant de personnes présumées ou réellement malades.


Quelle technique de nettoyage doit-on utiliser, au besoin?

Il peut être nécessaire de prendre des mesures additionnelles pour réduire le plus possible la transmission des virus par contact avec des surfaces dures (poignées des robinets de lavabo, des portes et des armoires, rampes d'escalier, objets, comptoirs et plans de travail, etc.). La durée de vie d'un virus sur des surfaces dures varie selon le type de virus dont il s'agit. Le Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis précise que « La majorité des études ont montré que le virus de l'influenza peut survivre et possiblement infecter une personne pendant 2 à 8 heures seulement après s'être déposé sur une surface ». D'autres estimations indiquent une durée de vie pouvant atteindre 24 et 48 heures.

Dans la plupart des maisons et des milieux de travail, le nettoyage régulier des planchers, des murs, des poignées de porte, etc. avec des produits désinfectants ou du savon et de l'eau demeure très efficace. Dans certains lieux de travail tels que les hôpitaux et les établissements de soins de santé, des mesures particulières doivent souvent être prises pour assurer un nettoyage et une désinfection acceptables.


Que signifie l'éloignement social?

L'éloignement social est une stratégie qui consiste à éviter, dans la mesure du possible, les endroits bondés, les lieux de rassemblement ou les contacts étroits avec un groupe de personnes, car ces situations permettent aux virus de se propager facilement d'une personne à l'autre. Il est généralement possible de freiner la propagation d'une maladie en maintenant une distance d'un mètre (3 pieds) entre les gens, mais plus grande est la distance, plus efficace est la stratégie.

Dans l'éventualité où l'éloignement social serait recommandé, certaines mesures devront être prises, entre autres :

  • Utiliser le téléphone, la vidéoconférence ou l'Internet pour s'acquitter du plus grand nombre possible de tâches (même lorsque le tout se déroule à l'intérieur du même bâtiment).
  • Autoriser les employés à travailler à la maison ou selon des horaires variables, afin de restreindre le nombre d'employés sur les lieux de travail.
  • Annuler ou remettre les voyages, réunions, ateliers et autres activités qui ne sont pas indispensables.
  • Se rendre au travail en voiture, à pied ou à bicyclette, afin d'éviter les transports en commun. Ou bien songer à permettre aux employés d'arriver plus tôt ou plus tard au travail, de manière à ce qu'ils puissent éviter les heures de pointe.
  • Permettre aux employés de manger à leur poste de travail ou organiser des horaires de repas décalés pour éviter l'encombrement des aires de repas.
  • Éviter de s'attarder dans les endroits réservés à la pause-café ou dans les salles de photocopies.
  • Utiliser des salles de grandes dimensions lorsque des réunions doivent avoir lieu afin de permettre aux gens de laisser plus d'espace entre eux (au moins un mètre de distance). Éviter les poignées de main et les accolades.
  • Encourager les employés à éviter les réunions mondaines à l'extérieur du travail, dans des endroits où ils sont susceptibles d'entrer en contact avec des personnes contagieuses.

Que devrait faire une entreprise lorsqu'un employé tombe malade au travail?

Les critères permettant de déterminer l'« aptitude au travail » dépendent d'un certain nombre de facteurs, tels que la taille de l'entreprise, son secteur d'activité, les responsabilités professionnelles des employés et les installations se prêtant au travail à la maison (accès à Internet, etc.).

Normalement, les employés devraient être autorisés et encouragés à rester à la maison s'ils ne se sentent pas bien; toutefois, dans l'éventualité d'une pandémie, il convient d'utiliser des outils de dépistage ou une liste de symptômes qui serviront de liste de vérification. Tout employé présentant des signes quelconques de maladie doit être autorisé à retourner chez lui ou à y demeurer. Si l'on présume qu'un individu est malade, il devrait rester à la maison jusqu'à ce qu'il se sente assez bien pour reprendre ses activités normales.

Remarque : Il est probable que, dans le contexte d'une pandémie, les renseignements diffusés changeront rapidement. Pour obtenir une liste des organismes de soutien, veuillez consulter la dernière question du document Réponses SST intitulé Pandémie d'influenza.

Dernière mise à jour du document le 6 juin 2014

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.