Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 5, No. 4 avril 2007

Quoi de neuf?

Travailler assis et les risques de thrombose veineuse profondeprint this article

Qu'est-ce que les chauffeurs de taxi, les professionnels des centres d'appel et les employés de bureau ont en commun? S'ils passent de longues heures en position assise, sans bouger, ils peuvent partager un risque accru de thrombose veineuse profonde. La thrombose veineuse profonde (TVP) est un problème de santé résultant de la formation d'un caillot dans une veine de gros calibre chez les personnes qui restent assises pendant une période prolongée. Ce problème, que l'on associe souvent aux passagers des vols long courrier qui doivent rester assis pendant de longues heures dans des sièges étroits, peut provoquer une gêne ou une douleur, ou pire, une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC) mortel.

Comme le chante Gino Vanelli, " People Gotta Move ". Selon une étude réalisée en 2005 par le Medical Research Institute de Nouvelle-Zélande, un tiers des patients hospitalisés par suite d'une TVP avaient un travail qui les obligeait à rester assis à leur bureau sans bouger pendant de longues périodes. Des employés de bureau qui ont eu des caillots passaient 14 heures par jour assis devant leur ordinateur, et certains pouvaient rester trois ou quatre heures sans même se lever. L'étude a également révélé que des antécédents de TVP dans la famille constituaient un facteur important dans la survenue de la maladie.

Les travailleurs sédentaires, quelle que soit la nature de leur travail, sont plus à risque parce que la position assise entrave la circulation du sang. Ne pas tenir en place et ressentir le besoin de se lever et de bouger ne reflètent pas nécessairement une absence de concentration. Souvent, c'est notre corps qui nous signale le besoin de faire circuler le sang dans nos jambes.

La TVP se produit surtout dans les veines du bas des jambes et des cuisses. Les caillots qui se forment dans les grosses veines de cette partie du corps peuvent entraver la circulation. Il y a danger lorsque le caillot se brise et que des fragments parcourent le système sanguin et se logent dans le cerveau, les poumons, le cœur ou d'autres organes du corps, provoquant d'importants dommages au niveau de l'organe touché ou éventuellement une crise cardiaque ou à un AVC mortel.

Si rester assis longtemps n'est jamais une bonne idée, d'autres facteurs de risque peuvent favoriser la survenue de la TVP. Les personnes qui ont un problème de coagulation sanguine, inné ou acquis, les personnes chez qui la circulation du sang est ralentie dans une veine profonde (par suite d'une blessure, d'une opération ou d'une immobilisation) et les personnes qui sont traitées pour un cancer sont plus à risque. Les femmes enceintes ou les femmes qui ont accouché dans les six mois précédents peuvent aussi présenter des risques. D'autres facteurs de risque peuvent être l'embonpoint, la prise de contraceptifs oraux ou l'hormonothérapie, le fait d'avoir un cathéter veineux et l'âge (plus de 60 ans). Toutefois, la TVP peut toucher les personnes de tous âges, y compris quiconque reste immobile pendant de longues heures en avion ou en voiture, sur une chaise ou dans un lit.

Les symptômes sont semblables à ceux d'autres problèmes de santé, ce qui fait que la TVP n'est pas facile à diagnostiquer sans tests particuliers. La douleur, la sensibilité au toucher ou l'enflure, la chaleur accrue ou la rougeur d'une jambe figurent parmi les symptômes de la TVP. La moitié de tous les cas de TVP produisent des symptômes légers seulement, sinon aucun.

Si vous présentez l'un de ces symptômes, consultez votre médecin. Toutefois, en cas de douleur thoracique, de difficulté à respirer, de syncope, d'évanouissement ou en présence d'autres symptômes inquiétants, dirigez-vous vers les urgences ou appelez pour obtenir rapidement des soins médicaux d'urgence.

Les personnes qui ont déjà souffert d'une TVP peuvent éviter d'autres crises en prenant les médicaments prescrits par leur médecin et en se soumettant à un suivi médical régulier. Le meilleur remède contre la TVP est d'être actif et de bouger, et de marcher dès que possible après être resté assis ou allongé longtemps. Si vous êtes enclin à avoir des caillots ou si vous avez été opéré, votre médecin peut vous prescrire des médicaments pour prévenir ou pour traiter les caillots.

Recommandation ultime pour réduire le risque : si votre travail vous enchaîne à votre bureau ou vous oblige à rester assis pendant de longues heures sans bouger, levez-vous et marchez un peu toutes les heures pour faire circuler le sang.

Alertes au danger

Rencontres du type extrêmeprint this article

Des alertes au danger publiées récemment par WorkSafe BC et la Commission de la santé, de la sécurité et de l'indemnisation des accidents au travail du Nouveau-Brunswick montrent comment un groupe de personnes ont échappé de peu à de graves blessures, et comment un risque professionnel bien connu pourrait avoir d'importants effets sur la santé à long terme d'autres personnes.

Le danger caché…

Des travailleurs rénovaient une classe d'une école secondaire du Lower Mainland en Colombie-Britannique. Il leur fallait enlever le revêtement de sol et les carreaux en vinyle, mais ils ignoraient que ces matériaux contenaient de l'amiante. Les travailleurs ne portaient pas d'équipement de protection individuelle et aucune mesure de protection n'avait été prévue pendant l'exécution de ces travaux. Huit ouvriers du bâtiment ont été exposés à l'amiante, et les enseignants se trouvant à proximité se sont plaints de la poussière qui contaminait d'autres salles de classe de l'école. Certains enseignants ont souffert de problèmes respiratoires.

L'exposition de courte durée à l'amiante n'est pas censée avoir d'effets importants sur la santé. Mais cet incident pourrait quand même avoir de lourdes conséquences pour la santé des personnes concernées. Les maladies provoquées par l'amiante, comme le cancer du poumon, l'amiantose et le mésothéliome, ont une longue période de latence. Par conséquent, les effets sur la santé de ces personnes ne seront pas entièrement connus avant une vingtaine d'années.

Selon WorkSafe BC, plus de 380 travailleurs sont décédés de maladies associées à l'amiante entre 1996 et 2005 en Colombie-Britannique. La plupart des cas d'exposition à l'amiante se produisent dans l'industrie du bâtiment.

Les lois relatives à la santé et à la sécurité obligent les lieux de travail à tenir un inventaire à jour de tous les matériaux contenant de l'amiante et à signaler les zones contenant de l'amiante ou les matériaux amiantés en apposant des panneaux, des étiquettes ou en faisant appel à d'autres moyens. Les registres doivent être conservés pendant au moins 10 ans. Ces mesures s'appliquent également aux écoles. Avant le début de travaux de démolition ou de rénovation, les autorités scolaires doivent faire le point sur la question de l'amiante et informer les travailleurs en cas de risque d'exposition.

Les lois prescrivent également que les matériaux contenant de l'amiante ne doivent pas être déplacés ou, s'ils doivent être enlevés, que seuls des travailleurs suffisamment formés procèdent à leur enlèvement, après s'être assurés que les mesures de protection adéquates ont été prises en vue du désamiantage.

L'incident susmentionné s'est produit parce qu'un chef principal des opérations n'a pas lu attentivement le rapport sur les risques liés à l'amiante et n'a pas informé les travailleurs de ce risque. La commission scolaire a dû payer une amende de 75 000 $.

Juste sous le fil

Lors d'un autre accident évité de justesse, le travailleur était propriétaire/exploitant d'une petite entreprise d'abattage mécanique au Nouveau-Brunswick. Il venait de terminer sa coupe et déplaçait sa machine vers une autre zone boisée. Il commençait à faire noir. Le conducteur a mis l'ébrancheuse sur la remorque, mais la flèche n'était pas dans la position de transport. Sur le chemin, la flèche est entrée en contact avec des lignes électriques aériennes. Trois lignes sont tombées et des poteaux ont été brisés. Deux scieries et une ville entière ont été privées d'électricité pendant plusieurs heures. Heureusement, personne n'a été blessé.

Pour prévenir ce type d'incident, il suffit d'éviter de construire des routes qui passent sous les lignes électriques, et de placer des panneaux réfléchissants partout où les lignes traversent un chemin d'accès. Les conducteurs et les opérateurs doivent savoir où les lignes électriques se trouvent.

Bien que personne n'ait été grièvement blessé lors de ces deux incidents récents, nous savons que les mêmes dangers ont déjà tué. Pour garantir votre sécurité et ceux de vos travailleurs, veuillez lire les articles complets des alertes au danger :


Réponses SST

Liste de contrôle à l'intention des comités de santé et de sécuritéprint this article

La plupart des entreprises ont une forme quelconque de comité de santé et de sécurité, que la loi rend obligatoire dans la majorité des lieux de travail. Le comité représente les intérêts à la fois de la direction et des travailleurs. Un comité qui bénéficie d'un soutien et d'un engagement suffisants, et qui est bien dirigé, peut avoir un effet positif sur la culture d'une société et sur son bilan en matière de sécurité. Comment se classe votre comité?

Vous trouverez ci-dessous une liste de contrôle que vous pouvez utiliser pour évaluer l'efficacité de votre comité de santé et de sécurité.

Raison d'être, autorité et obligation de rendre compte clairement définies

Voici un conseil : la réglementation en matière de santé et de sécurité du travail dans la sphère de compétence dont vous relevez définit déjà ce qu'est - et ce que devrait être - un comité de santé et de sécurité au travail. Résumer la mission du comité en quelques mots est une bonne idée, par exemple : " Favoriser une meilleure compréhension des questions relatives à la santé et à la sécurité, et promouvoir un climat de coopération entre la direction et les travailleurs ".

Chacun devrait clairement comprendre quelle est l'autorité des membres du comité de santé et de sécurité dans le milieu de travail. Déterminez les droits des membres du comité, par exemple le droit d'examiner avec tout superviseur les préoccupations en matière de santé et de sécurité, et mettez-es par écrit. Votre exposé écrit des responsabilités du comité devrait aussi clairement mentionner le fait que les membres du comité ne sont pas les seules personnes au sein de l'entreprise à assumer des responsabilités en matière de santé et de sécurité. Chacun à une responsabilité à exercer en vertu des lois sur la santé et la sécurité au travail - les employeurs, les gestionnaires et les superviseurs, ainsi que tous les employés.

Le comité de santé et de sécurité au travail devrait également relever d'une personne qui comprend et qui appuie entièrement le programme de santé et de sécurité au travail, et qui donnera rapidement suite aux recommandations du comité; cette personne sera idéalement un membre de la haute direction.

Heure, lieu et fréquence des réunions

Pour maintenir son dynamisme, votre comité devrait se réunir de façon régulière, tous les mois ou à la fréquence prévue par la réglementation en vigueur en matière de santé et de sécurité au travail. Fixez les dates des réunions bien à l'avance, et choisissez toujours le même jour de la semaine et la même heure si possible. Montrez votre engagement face à la santé et la sécurité en respectant le calendrier des réunions et en ne les reportant qu'en dernier recours.

Choisissez un lieu calme et bien équipé pour vos réunions. Une salle de conférence disposant d'un tableau à feuilles mobiles, d'un tableau mural ou de tout autre matériel de présentation constitue un lieu idéal.

Temps judicieusement mis à profit

Est-ce que les réunions du comité de santé et de sécurité se déroulent rondement? Le fait de ne pas débuter à l'heure, l'absence d'assiduité, des reports ou des changements de date fréquents et de nombreuses interruptions reflètent un manque d'engagement, ou un manque d'efficacité en général. À l'inverse, des réunions qui se déroulent comme prévu sont le signe d'un fort engagement vis-à-vis de la santé et de la sécurité. Les réunions ont alors de bien meilleures chances de générer les résultats voulus.

Vous trouverez dans le document Réponses SST du CCHST des informations plus précises sur ce à quoi devrait et ne devrait pas servir les réunions du comité.

Marche à suivre

Préparez un ordre du jour pour chaque réunion et distribuez-le à tous les membres au préalable. L'ordre du jour devrait faire état des questions à traiter en priorité. Prenez garde de ne pas perdre un temps utile pendant les réunions à décider de l'ordre du jour de la prochaine réunion… Laissez les coprésidents des parties patronale et syndicale s'en occuper.

Un ordre du jour comprend généralement les points suivants : appel nominal; présentation des invités; adoption du procès-verbal; revue de la dernière réunion; rapports; affaires nouvelles; séance de formation; date, heure et lieu de la prochaine réunion; et levée de la séance.

Faites un bref compte rendu de chaque réunion, et affichez-le pour que toutes les personnes sur place puissent savoir ce à quoi travaille le comité.

Action efficace

Quelle que soit la question traitée, le comité devrait étudier à fond le problème et essayer d'en déterminer les causes fondamentales. Un comité efficace agit beaucoup plus qu'il ne parle. En règle générale, le comité de santé et de sécurité au travail devrait prendre ses décisions de façon consensuelle (plutôt que par vote). La principale fonction du comité est de présenter des recommandations visant à améliorer la santé et la sécurité dans le milieu de travail. Chaque point traité devrait donner lieu à une recommandation précise sur les mesures à prendre dans un délai déterminé.

Vous aurez peut-être à vous pencher sur des risques nouvellement signalés, des dangers existants pour lesquels des mesures de protection adéquates n'ont pas été prises encore ou des mesures de sécurité onéreuses qui doivent être portées à l'attention de la haute direction. Que ces questions aient une importance secondaire ou que ces mesures puissent sauver des vies, un comité de santé et de sécurité au travail bien organisé et dévoué est mieux armé pour faire le travail.

Nouvelles sur nos partenariats

La SNASST met la santé et la sécurité au travail sous les feux de la rampeprint this article

Notez les dates sur votre calendrier, et comme le thème vous y incite, Commencez dès aujourd'hui! Durant la Semaine nord-américaine de la sécurité et de la santé au travail (SNASST) 2007, qui se déroulera du 6 au 12 mai, la santé et la sécurité des travailleurs seront à l'avant-scène. Cette année, sous le thème Santé et sécurité : un engagement pour la vie - Commencez dès aujourd'hui!, la SNASST vise à attirer l'attention des employeurs, des employés, du grand public et de tous les partenaires en matière de santé et de sécurité au travail sur l'importance de la prévention des blessures et des maladies dans le milieu de travail, au foyer et dans la collectivité.

Vous trouverez sur le site Web de la SNASST différents outils, suggestions et ressources qui vous aideront, vous et votre organisation, à participer aux activités prévues dans le cadre de la SNASST et à créer vos propres activités. Consultez le site Web de la SNASST à l'adresse www.naosh.org.



Les séminaires Web du CCHST aident à diffuser le message

Comme les années précédentes, le CCHST participe à la SNASST en produisant une série de webinaires gratuits sur des sujets d'actualité relatifs à la santé et à la sécurité :


  • 7 mai : Portail Planification de pandémie

    Découvrez un nouveau service gratuit du CCHST qui offre les ressources de planification les plus utiles en cas de pandémie! Le responsable du projet, Jan Chappel, vous propose une visite guidée du portail. Il vous expliquera comment utiliser les affiches, la liste de contrôle et les différents outils offerts pour la planification et la préparation en prévision d'une pandémie.


  • 8 mai : Sensibilisation à la violence

    Des informations seront disponibles sous peu.


  • 9 mai : Survol du Système général harmonisé (SGH)

    L'objectif de cette séance est d'expliquer où en est le SGH aujourd'hui au niveau mondial et national, et ce qui est prévu pour les quatre ou cinq prochaines années.


  • 10 mai : L'apprentissage en ligne comme outil de formation

    De nombreuses organisations utilisent des programmes d'apprentissage en ligne pour répondre aux besoins de formation en santé et en sécurité au travail. Nous examinerons les avantages et les inconvénients de cette méthode pour les apprenants, les organisations et les formateurs, en nous fondant sur la vaste expérience du CCHST dans la préparation de cours d'apprentissage en ligne.


Vous trouverez le programme complet des webinaires organisés dans la cadre de la SNASST sur le site Web du CCHST.

Steps for Life - Marcher pour les victimes d'une tragédie au travail

La campagne de financement annuelle Marcher pour les victimes d'une tragédie au travail (Traduction libre de Walking for Victims of Workplace Tragedy) parrainée par Threads of Life donnera le coup d'envoi à la SNASST le dimanche 6 mai 2007. La marche de cinq kilomètres Steps for Life aide à faire prendre conscience que toutes les blessures, les maladies et les décès qui surviennent au travail et qui bouleversent des vies peuvent être évités. Il s'agit d'une activité n'ayant aucun caractère compétitif à laquelle chacun peut prendre part - familles, professionnels et partenaires.

Cette année, la campagne Steps for Life se déroule dans trois villes - Toronto, Hamilton et Thunder Bay. Tous les bénéfices seront versés aux programmes et services d'aide aux familles appuyés par Threads of Life. En tant qu'organisme national sans but lucratif, Threads of Life accompagne les familles canadiennes qui doivent surmonter une tragédie survenue au travail.

Vous trouverez sur le site Web de Threads of Life les formulaires d'inscription à la marche ainsi que de plus amples renseignements sur Threads of Life, notamment sur les dons que vous pouvez lui verser.

À propos de la SNASST

La SNASST est une activité annuelle organisée par la Société canadienne de la santé et de la sécurité au travail (SCSST) en collaboration avec le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) et Ressources humaines et Développement social Canada (RHDSC). Organisée de concert avec des partenaires nord-américains aux États-Unis et au Mexique, la SNASST continue d'avoir une portée réellement continentale.



Nouvelles du CCHST

Un portail répond au besoin de planification centralisée en cas de pandémieprint this article

Les récentes années ont donné au monde un aperçu de l'ampleur des ravages que pouvaient provoquer une maladie infectieuse. Les éclosions de SRAS et de grippe aviaire ont montré comment une mauvaise planification ou un manque de connaissances pouvaient entraîner la maladie et le décès de nombreux employés, faire naître l'appréhension et la crainte parmi la population, causer un manque à gagner pour le secteur touristique, réduire l'activité économique, et engendrer le chaos dans les foyers et les milieux de travail.

Riche en informations pratiques, un nouveau portail Web, le premier du genre, permet aux Canadiens de savoir exactement ce qu'ils doivent faire pour se préparer à une pandémie de grippe.

Le CCHST a lancé le portail Planification de pandémie pour que les employeurs, les employés et les praticiens canadiens disposent des informations, des connaissances, des outils et des ressources nécessaires pour mettre leurs lieux de travail à l'abri en cas de pandémie de grippe. Le portail offre des documents d'orientation préparés par le CCHST afin d'aider les sociétés à se préparer à une pandémie, à éviter que les travailleurs ne soient exposés à la grippe, et à minimiser les effets de la pandémie sur l'activité économique et les travailleurs.

Au travail, les employés, les employeurs et les praticiens peuvent tirer profit du portail. Sous les onglets " À la maison " et " Au travail ", les employés trouveront facilement des informations pratiques sur la manière de se protéger de la grippe à la maison et au travail. Les employeurs peuvent contribuer à réduire la panique ou la peur occasionnée par la pandémie et proposer des solutions visant à promouvoir la santé et le bien-être des employés. Le portail est aussi utile aux praticiens, qui pourront y apprendre à établir un plan de poursuite des activités et à maintenir une activité viable pendant une pandémie. Des ressources et des outils ont été spécialement préparés à cet effet.

Une section " La communauté " explique aussi comment les écoles, les centres sportifs, les centres de loisirs et les associations amicales peuvent jouer un rôle dans la prévention d'une pandémie et la préparation en vue d'une pareille éventualité.

L'information est offerte gratuitement en anglais et en français.

Si personne n'est en mesure de dire quand une pandémie frappera, on estime que l'intervalle entre la confirmation de la transmission de personne à personne d'un nouveau virus et son arrivée au Canada sera d'environ trois ou quatre semaines seulement.

Il est important que nous soyons informés et préparés.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail