Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 5, No. 7 juillet 2007

Quoi de neuf?

Couler ou nager? - Non, rester à flot!print this article

Chaque année au Canada, des centaines de personnes se noient - la plupart en randonnée nautique. Selon Transports Canada, plus de
87 % des victimes de noyade ne portaient ni gilet de sauvetage ni vêtement de flottaison individuel (VFI), ou n'avaient pas enfilé ce dispositif de protection de façon appropriée. Choisir de PORTER convenablement son gilet de sauvetage ou son VFI est le meilleur moyen de ne pas se noyer.

Les dispositifs de flottaison ont été conçus pour protéger les matelots contre les conditions extrêmes et les risques élevés de blessures. Ces gilets de sauvetage de rendement élevé ont été conçus pour procurer une capacité de flottaison maximale afin de sauver la vie des personnes qui seraient obligées d'abandonner le navire.

Malheureusement, ces gilets de sauvetage étaient tellement encombrants, restreignants et inconfortables que ce n'était pas tous les plaisanciers qui les portaient comme ils auraient dû et, par conséquent, ces derniers n'étaient pas protégés. Les vêtements de flottaison individuels (VFI) ont été conçus comme une solution de rechange plus pratique pour les plaisanciers. Ces nouveaux vêtements offrent une moins grande flottabilité et sont un peu moins efficaces, mais ils sont plus confortables et sont plus susceptibles d'être portés - et, de ce fait, de sauver plus de vies.

Conformément à la loi, on doit trouver à bord d'une embarcation de plaisance des dispositifs de flottaison approuvés au Canada, de la bonne taille pour chaque personne. Il y a cependant deux exceptions. Il n'est pas obligatoire d'avoir un dispositif de flottaison de la bonne taille pour les personnes dont le tour de poitrine excède 140 cm (55 pouces) et pour les enfants pesant moins de 9 kg (20 lb).

Si vous travaillez ou jouez dans l'eau ou près de l'eau, vous devez connaître le type de dispositifs de flottaison (gilet de sauvetage ou VFI) approuvé qui convient le mieux pour votre embarcation et vos activités.

Gilets de sauvetage

Quiconque se trouve à bord d'un bâtiment commercial doit porter un gilet de sauvetage. Étant donné les eaux potentiellement dangereuses et les longues heures passées en mer, le port d'un VFI n'est pas acceptable. Les gilets de sauvetage ne sont offerts qu'en rouge, orange et jaune - les couleurs les plus visibles dans l'eau. Il existe trois types de gilets de sauvetage approuvés au Canada :


  1. Les gilets de sauvetage SOLAS (Safety of Life at Sea) sont exigés sur tous les bâtiments commerciaux inspectés et sont approuvés pour tous les bâtiments. Ils respectent des normes de rendement très élevées. Ils vous retournent sur le dos en quelques secondes de sorte que votre visage ne touche pas l'eau afin que vous puissiez respirer, que vous soyez conscient ou non. Ils existent en plusieurs styles confortables, compacts et gonflables automatiquement, manuellement ou oralement. Deux tailles sont offertes : une pour les personnes pesant plus de 32 kg (70 lb) et une pour celles pesant moins de 32 kg.


  2. Le gilet de sauvetage normalisé est obligatoire à bord des bâtiments commerciaux, par exemple à bord des bateaux de pêche, des traversiers et des navires de haute mer. Il est approuvé pour tous les bâtiments navigant dans les eaux canadiennes, à l'exception des navires ressortissant à la Convention SOLAS. Ce gilet vous retourne aussi sur le dos de sorte que votre visage ne touche pas l'eau, que vous soyez conscient ou non. Il doit avoir une forme en trou de serrure. Deux tailles sont offertes : une pour les personnes pesant moins de 40 kg (88 lb) et une pour celles pesant plus de 40 kg.


  3. Le gilet de sauvetage pour petits bâtiments est approuvé pour une utilisation à bord de petits bâtiments commerciaux de moins de 15 tonneaux de jauge et à bord de petits navires à passagers. Il existe deux modèles : en forme de trou de serrure et de type veste. Les deux sont confortables et ressemblent à un VFI. Ils offrent une moins grande flottabilité que les gilets de sauvetage normalisés. Ils vous retournent également sur le dos, mais plus lentement. Ils sont offerts en trois tailles : une pour les personnes pesant plus de 41 kg (90 lb); une pour celles pesant entre 18 kg (40 lb) et 41 kg (90 lb); et une pour celles pesant moins de 18 kg (40 lb).


Vêtements de flottaison individuels (VFI)

Les vêtements de flottaison individuels homologués au Canada ne doivent être utilisés qu'à bord d'embarcations de plaisance et sont conçus pour vous garder la tête hors de l'eau. Ils sont généralement plus petits, moins encombrants et plus confortables que les gilets de sauvetage, et sont conçus pour être portés en tout temps en randonnée nautique. Toutes les couleurs sont approuvées pour les VFI, mais la Garde côtière canadienne recommande aux plaisanciers de porter un VFI de couleur vive pour être plus visible dans l'eau. Les VFI sont moins efficaces pour faire renverser l'utilisateur sur le dos, le visage hors de l'eau.

Il existe deux types de vêtements de flottaison individuels homologués :

  1. Les VFI gonflables se gonflent automatiquement lorsqu'ils sont immergés, ou peuvent se gonfler à l'aide d'un dispositif de gonflage oral ou manuel que l'utilisateur doit actionner. Ils doivent être portés par des adultes âgés d'au moins 16 ans et pesant plus de 36 kg. Les conducteurs de motomarines ne doivent pas porter ce type de VFI.


  2. Les VFI à matériau insubmersible offrent une moins grande flottabilité que les gilets de sauvetage. Il se peut que ce type de VFI ne vous renverse pas sur le dos, le visage hors de l'eau.


Homologation

Recherchez un gilet de sauvetage ou un VFI portant une étiquette qui précise qu'il est approuvé par Transports Canada, la Garde côtière canadienne, Pêches et Océans Canada ou toute combinaison de ces organismes. Les visiteurs étrangers peuvent amener au Canada un dispositif de flottaison pour leur usage personnel, à condition que celui-ci soit conforme aux lois de leur pays.

Autres conseils pour sauver des vies :

  • Attachez un sifflet à votre dispositif de flottaison. Il améliorera grandement vos chances d'être secourus sur une grande surface d'eau.

  • Entreposez et entretenez de façon appropriée votre dispositif de flottaison. Il ne vous sera d'aucun secours s'il est usé, moisi ou déchiré.

  • Portez une attention particulière aux enfants. Fournissez-leur un VFI approuvé, correctement ajusté et assurez-vous qu'ils le portent près de l'eau, dans l'eau et sur l'eau. Gardez les enfants à proximité, à portée de mains.


Rappelez-vous qu'un dispositif de flottaison n'est utile que si on le porte.

Les gilets de sauvetage et les vêtements de flottaison individuels sont conçus pour être portés. Ne songez même pas à vous en servir comme coussin ou à le " garder sous la main " uniquement. Si vous tombez à l'eau, vous pourriez avoir de la difficulté à récupérer votre VFI s'il est hors de portée, à l'enfiler et à l'attacher en raison du vent, des vagues et de l'eau froide. Portez un dispositif de flottaison et rester à flot - ce geste pourrait vous sauver la vie!

Lectures complémentaires :

Bureau de la sécurité nautique (Transports Canada)

giletdesauvetage.com (un projet de Fonds commémoratif Cook-Rees pour le sauvetage et la sécurité nautique, en collaboration avec la Croix rouge, un partenaire en matière de sécurité)

Alertes au danger

Connaître ses matières dangereuses print this article

Un programme de sécurité des produits chimiques n'est efficace que si vous pouvez identifier les produits chimiques dans votre lieu de travail. Prenons, par exemple, deux incidents récents.

Rejets de matières non identifiées dans l'air

La vie des employés d'une usine en Australie a été mise en péril parce que personne n'avait prévu qu'un contaminant - le benzène - se formerait durant un procédé chimique. L'incident est survenu durant un arrêt pour des travaux d'entretien. Lorsque les activités ont repris dans plusieurs parties de l'usine, une forte odeur a été détectée. On a constaté que les employés pouvaient avoir été exposés au benzène provenant de ce sous-produit.

Le benzène, un produit chimique extrêmement inflammable qui peut causer le cancer et des troubles hématologiques, était l'un des nombreux produits chimiques qui s'était formé comme sous-produit résultant du procédé. L'entreprise avait élaboré des mesures de sécurité au cas où un tel incident se produirait, mais elle ne les avait pas mises en œuvre parce que personne n'avait prévu le risque d'une exposition au benzène associée à cette étape du procédé.

La loi australienne en matière de santé et de sécurité exige que les employeurs :


  • s'assurent qu'une évaluation est effectuée afin de déterminer s'il y a un risque associé à l'utilisation de matières dangereuses dans le lieu de travail;


  • s'assurent que tout risque associé à l'utilisation d'une matière dangereuse est éliminé ou réduit le plus possible.


Après l'incident décrit plus haut, l'entreprise a examiné ses procédés chimiques dans toutes les parties de son usine. Elle a identifié toutes les autres matières intermédiaires ou tous les sous?produits pouvant constituer un danger pour les travailleurs, ainsi que tous les risques associés à la présence de ces matières.

Tuyaux mystérieux

Il n'est pas inhabituel de trouver dans des lieux de travail une série de tuyaux, tous peints de la même couleur, contenant du propane, des produits pétroliers en vrac, de l'air comprimé ainsi que les câbles du service public d'électricité. En mai dernier, le ministère de l'Environnement et du Travail de la Nouvelle-Écosse a émis une alerte au danger concernant ce risque d'accident.

Quiconque travaille dans une zone où se trouvent des tuyaux doit savoir ce qu'ils contiennent et les mesures à prendre en cas d'incident.

Lorsqu'un produit contrôlé dans le lieu de travail est contenu ou transféré dans un tuyau, les employeurs doivent prendre toutes les précautions raisonnables afin d'assurer l'utilisation, l'entreposage et la manipulation sécuritaire du produit contrôlé. L'éducation des employés et l'utilisation de codes de couleur, d'étiquettes, d'affiches ou de tout autre type d'identification clairement lisible pour les employés constituent une partie importante des mesures préventives.

La N.-.É. fournit un exemple de code de couleur qui pourrait être utilisé et la signification de chaque couleur.





Catégorie

Matières inflammables ou explosives

Matières toxiques ou chimiquement actives

Températures ou pressions extrêmes

Liquide ou mélange liquide

Gaz ou mélange gazeux

Eau, mousse, C02, halon, etc.




Couleur

Jaune

Jaune

Jaune

Vert

Bleu

Rouge



Quel que soit le code de couleur utilisé, les employeurs doivent afficher l'information concernant ce code à un endroit où tous peuvent le voir et faire connaître aux employés, par l'éducation et la formation, la signification des couleurs.

Consultez les alertes au danger aux adresses suivantes :

Étiquetage des tuyaux contenant des produits contrôlés - Nouvelle-Écosse (en anglais)

Exposition aux matières dangereuses (sous-produits)- Victoria, Australie (en anglais)

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le benzène, consultez le site Web du CCHST

Réponses SST

Chaise à basculement frontal - une approche proactive!print this article

À vrai dire, l'ergonomie est une science en évolution, particulièrement en ce qui concerne la conception de chaises de bureau. Le nœud du problème est que trop de quoi que ce soit, même une chose qui semble inoffensive comme s'asseoir sur une chaise, peut avoir un effet néfaste sur le corps.

La science a cherché depuis des décennies à comprendre comment soulager les douleurs au dos et aux jambes des travailleurs assis pendant une grande partie de leur journée de travail. Malgré l'avènement des innombrables chaises de bureau " conçues ergonomiquement ", le nombre de personnes souffrant de problèmes liés à la posture et de maux de dos en raison d'une position assise prolongée ne diminue pas.

Un détail a provoqué de nombreuses discussions : que faire au sujet de la courbure de la colonne lombaire?

La plupart des recommandations, y compris celles qui se trouvent dans nos Réponses SST (Travail en position assise - Bonne posture, et Réglage des chaises de bureau) préconisent de s'asseoir le dos droit en respectant un angle de 90 degrés entre le torse et les cuisses, ce qui a pour effet d'atténuer l'angle que décrit la courbe lombaire.

Les chercheurs ont réalisé cependant qu'une courbe lombaire atténuée augmente la charge mécanique exercée dans la région lombaire ainsi que l'activité des muscles du dos. Par conséquent, s'asseoir le dos droit peut entraîner à la longue des douleurs chroniques au bas du dos.

C'est pourquoi certains experts croient qu'il est temps de revoir en entier le concept de la position assise " appropriée " et la conception d'une bonne chaise. En fait, certains reprennent un vieux concept de la position assise décrit par A.C. Mandal dans son ouvrage de 1985, The Seated Man: Homo Sedens. Mandal croyait que le maintien de la courbure lombaire est absolument essentiel à un dos sain, sans douleur.

Une nouvelle façon de s'asseoir?

Une solution possible est d'utiliser une chaise dont le plateau de siège est à basculement. Ce type de chaise permet de maintenir un angle d'environ 105 degrés entre le torse et les cuisses, les pieds à plat sur le sol ou appuyés sur un repose-pieds.

L'utilisation d'une chaise à basculement frontal peut comporter certains désavantages - la sensation de devoir constamment compenser l'effet de la pesanteur pour éviter de glisser hors de la chaise. Dans ce cas, il faut exercer un certain effort sur les muscles des jambes pour demeurer assis. Cet effort est en fait bénéfique parce qu'il permet d'améliorer la circulation sanguine dans les jambes.

L'autre désavantage cité parfois concerne la tendance des vêtements à glisser vers le haut des jambes. Cet inconvénient peut être surmonté si la chaise est bien conçue et comporte un revêtement antidérapant.

Les avantages semblent cependant surpasser les désavantages. S'asseoir en maintenant les cuisses inclinées vers l'avant et vers le bas augmente l'activité des muscles des jambes et améliore la circulation sanguine. Par conséquent, cette position peut réduire la probabilité de développer une maladie variqueuse.

De plus, il est beaucoup plus facile de se lever d'une chaise dont le plateau de siège est à basculement que d'une chaise munie d'un plateau de siège horizontal. Mais le plus important est qu'une chaise à basculement frontal diminue la charge exercée au bas du dos et réduit les risques de douleur lombaire. Ce type de chaise offre également une plus grande possibilité de varier les positions du corps. Les experts s'entendent pour dire que tout ce qui peut réduire la position assise statique de longue durée est bénéfique.

Idéalement, les utilisateurs d'une chaise à basculement frontal devraient envisager l'utilisation d'une surface de travail inclinée afin de réduire la flexion du cou et du torse, améliorant ainsi le confort de la posture.

Que nous réserve la science des chaises?

S'asseoir pendant de longues périodes entraîne des douleurs au bas du dos, notamment si la tâche ou la chaise est mal conçue. Il est important (mais difficile) de trouver d'autres positions lorsqu'on travaille assis. Il se peut qu'une chaise dont le siège est à basculement frontal ne soit pas le remède idéal, mais c'est une option valable qui peut être bénéfique.

Faites ce que vous jugez être le mieux et restez à l'écoute. Nous vous tiendrons au courant des recherches qui ne cessent d'évoluer.

Pour en savoir davantage sur la chaise à basculement frontal, consultez le site Web du CCHST

Nouvelles sur nos partenariats

Avoir la sécurité à cœur, c'est payant print this article

Des prix récompensent les étudiants qui ont tenu compte de la santé et la sécurité au travail dans leur projet

Le printemps dernier, quelques étudiants en génie et des programmes de santé et de sécurité au travail se sont démarqués et ont décroché des prix et des bourses. Minerva Canada et le CCHST ont chacun annoncé les gagnants de leur concours.

La bourse d' études Dick Martin du CCHST

CCHST a annoncé, au cours de la Semaine de la santé et de la sécurité au travail, les trois lauréats de la bourse d'études Dick Martin de cette année. Le CCHST décerne chaque année cette bourse d'études nationale à des étudiants du postsecondaire inscrits dans un programme canadien de santé et de sécurité au travail au Canada. Elle vise à stimuler leur intérêt pour ce domaine.

Cette année, les récipiendaires couvrent tout le pays. Le CCHST a décerné une bourse de 3 000 $ à Robin Van Driel, de Vancouver, en Colombie-Britannique; à Brent MacDonald, de Saskatoon, en Saskatchewan; et à Craig Journeay, de Milton, en Nouvelle-Écosse. Ils ont tous trois exprimé leur intérêt à comprendre mieux la santé et la sécurité au travail dans le but d'améliorer les conditions du milieux de travail et aider à prévenir les blessures et les maladies professionnelles.

Au printemps 2002, le Conseil des gouverneurs du CCHST a créé un fonds de bourses d'études à la mémoire de Dick Martin, infatigable pionnier de la santé et de la sécurité en milieu de travail au Canada.

La bourse James Ham de design sécuritaire de Minerva Canada

Minerva Canada Safety Management Education Inc. a annoncé les gagnants de sa première bourse James Ham de design sécuritaire, qui sera désormais décernée chaque année, à la conférence et foire commerciale annuelle sur la santé et la sécurité de l'APAI à Toronto en avril. Les étudiants de génie des universités ontariennes ont été mis au défi : ils ont dû intégrer la sécurité dans la création technique.

Trois étudiants du département de génie de l'université McMaster ont décroché le premier prix grâce leur invention originale permettant de monter les escaliers sans se blesser le dos. Stephen Niedojadlo, Jonathan Kwok Kin Ho et Chin Hung Jonathan Lo se partagent la bourse de 3 500 $.

Une équipe de l'Institut universitaire de technologie de l'Ontario s'est vu décerner la deuxième bourse, d'une valeur de 1 500 $. Les quatre étudiants, Mark Bernacki, Matt Van Wieringen, Mike MacLeod et Ben Fagan, ont mis au point un appareil régénérateur permettant aux portes automatiques de continuer de fonctionner même en cas de pannes de courant.

Minerva Canada est une organisation à but non lucratif qui a comme mandat de faire la promotion de la gestion de la sécurité, de la santé et de l'environnement dans les écoles secondaires partout au Canada. Le CCHST est fier d'offrir son soutien à Minerva Canada et à son programme de promotion.

Visitez ce lien si vous connaissez un étudiant d'un programme de santé et de sécurité au travail qui voudrait obtenir une bourse d'étude Dick Martin pour 2008 :
www.cchst.ca/scholarship/entries/

Pour en savoir plus sur Minerva Canada, consultez www.safetymanagementeducation.com (en anglais)

Nouvelles du CCHST

Nouveau guide sur la sécurité à l'intention des travailleurs des services de nettoyage et d'entretienprint this article

Pendant que les personnes dans les écoles, dans les installations de santé ou dans les immeubles à bureau vaquent à leurs occupations, le personnel chargé du nettoyage et de l'entretien travaille en coulisse. Il travaille sur les toits, dans les chaufferies des sous-sols et partout entre ces deux endroits, entrant en contact avec des produits chimiques, des machines, des surfaces chaudes et d'autres risques - tout ce personnel assure un milieu sécuritaire, confortable et sain aux personnes qui se trouvent dans le bâtiment.

Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) a publié récemment à l'intention de ces travailleurs le Guide santé sécurité de l'entretien d'immeubles. Le dernier titre paru de la populaire série de guides de référence du CCHST indique comment reconnaître et maîtriser les risques en matière de santé et de sécurité en ce qui concerne les travaux de nettoyage et d'entretien. Dans un format facile à lire, ce guide décrit les pratiques de travail sécuritaires liées aux tâches de nettoyage et d'entretien courantes. Il donne un aperçu des procédures relatives au travail seul, des préparatifs en cas d'urgence et aborde les questions liées à la violence en milieu de travail. Les travailleurs des services de nettoyage et d'entretien peuvent également se reporter au guide pour obtenir des conseils sur l'équipement de protection individuelle (EPI), sur la façon d'améliorer leur environnement de travail et sur beaucoup d'autres sujets.

Ce guide de 170 pages aidera les travailleurs des services de nettoyage et d'entretien, les membres du comité de santé et de sécurité, les superviseurs, les gestionnaires, les ingénieurs et les professionnels en santé et sécurité. Toutes les personnes concernées par la santé et la sécurité liées aux travaux de nettoyage et d'entretien peuvent consulter au besoin, sur place, cet outil de référence. Il décrit, étape par étape, la façon d'élaborer et de mettre en œuvre des programmes visant à prévenir les blessures et les maladies professionnelles. De plus, ce guide donne un aperçu des exigences de la loi en matière de santé et de sécurité auxquelles les travailleurs, les gestionnaires et les superviseurs doivent se conformer, et la façon d'y parvenir. Le guide est une ressource utile pour mettre en place dans le lieu de travail une culture axée sur la sécurité.

Comme toutes les publications du CCHST, le Guide santé sécurité de l'entretien d'immeubles est un travail de collaboration. Il a été rédigé par des experts en santé et sécurité et examiné par les instances gouvernementales en matière de santé et de sécurité, des représentants syndicaux et des employeurs, ainsi que par des spécialistes dans le domaine des travaux de nettoyage et d'entretien.

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour commander le guide : www.cchst.ca/products/publications/custodial_workers.html

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail