Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 6, No. 1 janvier 2008

Quoi de neuf?

Les dangers du monoxyde de carboneprint this article

On l'appelle " le tueur silencieux ". C'est un gaz toxique que l'on ne peut voir, sentir, goûter ou toucher. Si le monoxyde de carbone (CO) semble manquer de personnalité, il est en revanche très puissant. L'intoxication au CO est responsable de centaines de décès et de milliers de visites à l'hôpital chaque année en Amérique du Nord. Danger répandu et mortel, le CO est produit lors de la combustion partielle du gaz naturel et de toute autre substance renfermant du carbone, comme l'essence, le kérosène, le pétrole, l'huile, le propane, le charbon et le bois. La fumée de cigarette et les gaz d'échappement émis par les véhicules motorisés sont également des sources de CO. Au sujet de la nocivité du CO
Lorsque nous inspirons du monoxyde de carbone, cela nuit à la capacité des globules rouges de transporter l'oxygène au cœur, au cerveau et aux autres organes vitaux. L'exposition à de très fortes concentrations de monoxyde de carbone peut entraîner un coma ou la mort en quelques minutes, et les signes d'une intoxication sont rares ou absents. Ainsi, le monoxyde de carbone est un gaz extrêmement dangereux. Les premiers symptômes d'une intoxication sont semblables à ceux de la grippe (mais sans la fièvre), soit notamment un serrement de poitrine, des maux de tête, de la fatigue, des vertiges, de la somnolence et des nausées. Avec le temps, les victimes peuvent présenter des symptômes plus graves, comme une faiblesse musculaire, des vomissements, de la confusion et même une perte de connaissance. La confusion que provoque l'exposition à ce gaz peut empêcher la victime de se rendre compte que sa vie est en danger. Risques au travail
Les moteurs à combustion interne sont la principale source de CO au travail. Il existe également un risque d'exposition dans les chaufferies, les entrepôts, les raffineries de pétrole, les aciéries et les usines de pâtes et papiers, ainsi qu'à proximité des hauts fourneaux. On a également recensé des cas d'intoxication au CO chez des agriculteurs qui avaient utilisé des appareils motorisés dans une grange, comme des nettoyeurs haute pression fonctionnant à l'essence. Si les personnes travaillant dans des espaces clos, comme une mine, sont à risque, il faut savoir que l'on peut également trouver des concentrations nocives de CO dans de grands bâtiments ou même à l'extérieur. Les chauffeurs de taxi, les soudeurs et les mécaniciens courent aussi le risque d'être exposés au CO. Des cas de blessure grave et de décès ont également été signalés chez des travailleurs des services d'urgence qui sont entrés dans des milieux non contrôlés sans porter de détecteur de monoxyde de carbone. Ce que les employeurs peuvent faire*

  1. Installez un système de ventilation efficace, qui élimine le monoxyde de carbone présent dans les aires de travail.
  2. Assurez-ous du bon fonctionnement des chauffe-eau, des appareils de chauffage, des cuisinières et de tout autre appareil susceptible de produire du CO.
  3. Utilisez des appareils électriques, à piles ou à air comprimé plutôt qu'à essence.
  4. nstallez des détecteurs de CO fiables qui émettent des signaux d'alarme à la fois visuels et sonores.
  5. Interdisez l'utilisation de moteurs à essence et d'outils fonctionnant à l'essence dans les endroits mal ventilés
  6. .
  7. Vérifiez la qualité de l'air régulièrement dans les endroits où il peut y avoir du CO, y compris les espaces clos.
  8. Assurez-vous que les employés portent un appareil de protection respiratoire autonome certifié, à masque complet et à pression à la demande, ou une combinaison munie d'un appareil de protection respiratoire à adduction d'air, à masque complet et à pression à la demande, avec un système autonome auxiliaire d'approvisionnement en air dans les endroits où les concentrations de CO sont élevées.
  9. Assurez-vous que la qualité de l'air a été mesurée avant que les employés ne pénètrent dans un espace clos où il risque d'y avoir du CO.
  10. Formez les travailleurs qui risquent d'être exposés au CO. Ceux-ci doivent connaître les sources d'exposition et les symptômes d'une intoxication, savoir reconnaître ces mêmes symptômes chez leurs collègues, savoir comment se protéger et savoir quoi faire en cas d'urgence.
Les employés ont un rôle à jouer
Les employés peuvent eux aussi contribuer à prévenir les intoxications au CO en signalant à leur employeur tout risque d'exposition et tout problème touchant les systèmes de ventilation, en particulier dans les espaces clos où des gaz de combustion peuvent être libérés. Ne faites pas fonctionner un moteur à essence dans un espace clos. Signalez tout cas de vertige, de somnolence ou de nausée si vous soupçonnez une intoxication au CO et quittez immédiatement l'aire contaminée. Si vous consultez un médecin, dites-lui que vous pouvez avoir été exposé à du CO. Se protéger du CO à la maison
La nouvelle année vient tout juste de commencer, et l'on compte déjà des cas de décès et de maux découlant d'une intoxication au CO. Nous sommes dans la période de l'année où il fait froid, et de nombreux décès sont attribuables au mauvais fonctionnement ou à la mauvaise utilisation d'appareils de chauffage résidentiels. Voici quelques conseils qui vous permettront de protéger votre famille :
  • Installez, dans la maison, des détecteurs de CO qui émettent des signaux d'alarme à la fois visuels et sonores. Si les détecteurs fonctionnent à piles, remplacez les piles lorsque vous avancez ou reculez l'heure au printemps et à l'automne.
  • Ne faites rien brûler dans un poêle ou un foyer si la ventilation n'est pas adéquate. N'utilisez pas le four comme source de chaleur.
  • Ne faites jamais brûler du charbon de bois dans la maison et n'utilisez pas non plus d'appareils de chauffage à catalyse, de réchauds de camping ou de génératrices à l'intérieur.
  • Ne faites jamais tourner le moteur d'une voiture ou d'un camion dans le garage si la porte du garage est fermée ou si le garage est rattaché à la maison.
* Information tirée de la fiche d'information de l'OSHA sur l'intoxication au monoxyde de carbone Pour de plus amples renseignements sur l'exposition au monoxyde de carbone, consulter les sources suivantes :

Conseil canadien de la sécurité

Fiche d'information de l'Occupational Safety and Health Administration (OSHA) des États-Unis sur l'intoxication au monoxyde de carbone (en anglais)

Alertes au danger

Gare aux palettiersprint this article

Les palettiers sont si largement répandus dans les entrepôts, les centres de distribution, les centres de vente au détail et les usines qu'il est important de reconnaître qu'ils constituent une source de danger. Comme l'effondrement récent d'un palettier en Ontario a causé le décès d'un travailleur, nous aimerions discuter brièvement des dangers associés aux palettiers. Habituellement faits d'acier, les palettiers supportent souvent de lourdes charges. Si les palettiers s'effondrent et que les charges tombent, les travailleurs courent le risque de subir de graves blessures ou de mourir. C'est pourquoi les employeurs, les superviseurs et les travailleurs qui sont responsables des palettiers et qui travaillent près de ces structures doivent prendre toutes les mesures possibles pour voir à ce que l'utilisation et l'entretien des palettiers se fassent de façon sécuritaire. CE QUI PEUT SE PASSER
Il arrive souvent que les palettiers s'effondrent, complètement ou partiellement. Les chariots élévateurs utilisés pour déposer les charges entrent fréquemment en collision avec les palettiers, ce qui peut déplacer du matériel ou endommager la structure des palettiers. Il arrive parfois que du matériel tombe à l'arrière des palettiers. De plus, dans les installations où il existe un phénomène de vibration des planchers, il est possible que les charges bougent sur les palettes et qu'elles tombent. De tels incidents se produisent lorsque la conception, l'assemblage ou l'installation des palettiers est inadéquate, lorsqu'on dépose ou enlève des charges à l'aide du mauvais équipement de manutention, ou encore lorsque les palettiers sont endommagés. Parmi les autres causes d'effondrement, citons les suivantes :

  • Les palettiers sont surchargés ou mal utilisés.
  • Les planchers ou les murs sont instables.
  • Des fissures se sont formées dans les planchers de béton, à l'endroit ou les palettiers sont fixés au sol (en raison de collisions répétées).
  • Les produits dépassent à l'arrière des palettiers, ou il n'y a pas de butée arrière.
  • Une erreur de la part des opérateurs, souvent en raison d'une formation insuffisante sur l'utilisation de l'équipement de manutention (chariots élévateurs, transpalettes, etc.).
  • Après une collision avec un palettier, certains employés peuvent ne pas signaler l'incident à la direction ou ne pas évaluer les dommages en vue d'effectuer les ajustements ou les réparations nécessaires.
  • Les palettiers sont utilisés pour entreposer des produits pour lesquels ils ne sont pas conçus.
  • Les structures de renforcement sont retirées ou ne sont pas installées.
  • Les boulons d'ancrage n'ont pas été installés pour fixer les palettiers au plancher.
  • Il n'y a pas de programme d'inspection et d'entretien périodiques.
Les employeurs ont l'obligation de fournir un milieu de travail sécuritaire. En Ontario, il faut effectuer un examen préalable de santé et de sécurité dans les installations où l'on installe ou modifie des structures (à moins que l'employeur ait des documents indiquant que les palettiers ont été conçus et testés en conformité avec les normes applicables). Consultez les directives sur la santé et la sécurité en vigueur dans votre province pour trouver la réglementation s'appliquant aux palettiers. PRÉVENTION DES INCIDENTS
Les pratiques suivantes sont tirées de rapports sur les lésions et les décès associés à l'utilisation de palettiers; elles sont nécessaires et peuvent sauver des vies. Installation - L'installation des palettiers ne devrait être confiée qu'aux travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et qui connaissent les procédures liées à l'assemblage de palettiers. Il est essentiel que l'installation de nouveaux palettiers et que la modification de palettiers (ce qui altère la capacité de chargement) soient conformes aux directives de santé et de sécurité de votre province et qu'elles soient effectuées en conformité avec les rapports d'ingénieur et les instructions des fabricants. Formation sur la sécurité - Toute personne qui travaille avec des palettiers ou qui utilise l'équipement nécessaire au chargement des palettiers doit recevoir une formation adéquate sur les dangers possibles et sur les bonnes pratiques de travail. Entretien- Les palettiers ne sont pas conçus pour subir des chocs violents. Toute structure dont la surface présente d'importantes bosses doit être remplacée ou réparée. De nombreux palettiers subissent des dommages lors d'une utilisation normale, le plus souvent par des chariots élévateurs. Inspection - Les superviseurs et les travailleurs devraient inspecter les palettiers quotidiennement. Ils doivent chercher la présence de bosses mineures (un bon indicateur d'une atteinte à la structure des palettiers), de produits qui dépassent les bords des palettes, de palettes placées sur des lisses, de palettes endommagées et de palettes de mauvaise dimension, et s'assurer que l'équipement de manutention est utilisé correctement. La direction devrait effectuer une inspection une fois par mois, consigner les résultats par écrit et faire un croquis des changements par rapport aux mois précédents (dommages structuraux, éléments absents ou mal positionnés, etc.). Il est important de signaler les résultats des inspections quotidiennes et mensuelles et de s'assurer qu'il existe un mécanisme permettant de régler tous les problèmes décelés. Il incombe à l'employeur de s'assurer que les palettiers sont installés correctement, qu'ils sont utilisés de la manière prévue et qu'ils sont maintenus en bon état.

Réponses SST

Quelques conseils pour pelleter la neige en toute sécuritéprint this article

Vous entraînez-vous? Soulèveriez-vous des poids et haltères à des températures inférieures au point de congélation, sur un terrain inégal et glissant, tout en portant des vêtements épais? Lorsque vous pelletez de la neige, c'est essentiellement ce que vous faites. Pire encore, certaines personnes pellettent à la va-vite, soulèvent beaucoup trop de neige à la fois, plusieurs fois de suite, durant 20 à 60 minutes. D'autres font même des mouvements non naturels et dangereux pour déposer ou lancer la neige à la droite ou à la gauche. Il n'est pas surprenant, en hiver, que les salles d'urgence soient bondées de gens qui se sont blessés au dos en pelletant de la neige! Les chercheurs ont également constaté une augmentation du nombre de crises cardiaques mortelles chez les pelleteurs après une importante bordée de neige. Nous, Canadiens, connaissons bien la neige mais ne sommes pas toujours au fait des dangers associés au pelletage. Quelques rappels
Le pelletage peut comporter des risques, mais pas si vous le faites correctement.

  • Prévoyez suffisamment de temps. Les gens se blessent lorsqu'ils essaient de pelleter trop rapidement. En hiver, prévoyez du temps dans votre horaire pour pelleter. Vous éprouverez plus de plaisir et courrez moins de risques.
  • Devriez-vous vraiment pelleter? Comme pour tout exercice qui demande un effort important, parlez-en d'abord à votre médecin. Si vous êtes moins jeune, faites de l'embonpoint ou avez des problèmes de dos ou de cœur, ou encore si vous pensez tout simplement que c'est trop difficile pour vous, confiez la tâche à quelqu'un d'autre ou procurez-vous une souffleuse à neige. Par ailleurs, personne ne doit pelleter si le mercure descend sous la barre des -40 °C ou s'il fait plus froid que -25 °C à -30 °C par un temps venteux.
  • Prenez le temps de vous réchauffer avant de commencer. Marchez quelques minutes ou faites de la marche sur place. Faites quelques flexions et étirements de façon à préparer votre corps
  • .
  • Portez plusieurs couches de vêtements chauds et légers dans lesquels vous pouvez bouger confortablement. Portez des sous-vêtements thermiques ou à résille, qui absorbent la sueur. Couvrez-vous la tête, particulièrement les oreilles, ainsi que les pieds et les mains. Portez des bottes montantes imperméables résistant à l'eau et offrant une bonne adhérence. S'il fait très froid, couvrez-vous le visage le plus possible.
  • Si le sol est glissant, versez du sel, du sable ou de la litière pour chats pour accroître l'adhérence.
  • Utilisez une bonne pelle à neige. Celle-ci devrait être légère (environ 1,5 kg ou 3 lb), et la palette ne devrait pas être trop large. Le manche devrait être suffisamment long pour que vous n'ayez pas à plier le dos pour pelleter. La poignée devrait être en plastique ou en bois (le métal devient trop froid).
  • Bougez continuellement et travaillez à un rythme constant. Ne pelletez que de petites quantités de neige à la fois (1 à 2 pouces). Protégez votre dos en soulevant la neige correctement :
    • Écartez les pieds à la largeur des hanches pour assurer un bon équilibre
    • Tenez la pelle près de votre corps
    • Espacez suffisamment vos mains pour accroître l'effet de levier
    • Pliez les genoux et non le dos
    • Poussez la neige au lieu de la soulever
    • Contractez les muscles abdominaux lorsque vous forcez
    • Marchez et déposez la neige au lieu de la lancer
    • Si vous n'avez pas d'autre choix que de lancer la neige, ne pelletez que ce que vous pouvez soulever sans difficulté. Orientez vos pieds dans le sens du mouvement; NE pivotez PAS à la taille, et ne jetez pas la neige par-dessus une épaule ou vers le côté.
  • Sachez reconnaître les signes de danger. Cessez de pelleter et appelez les services d'urgence (911) si vous ressentez un malaise ou un serrement au niveau de la poitrine, des bras ou du cou, si vous ressentez un essoufflement inhabituel ou prolongé, si vous éprouvez une sensation de vertige ou de faiblesse, ou encore si vous suez abondamment, avez des nausées ou vomissez.
Souvenez-vous de ce que d'autres ont dû apprendre à leurs dépens : le pelletage est une activité qui demande un effort important et qui peut avoir d'importantes répercussions sur votre corps et votre bien-être. Lisez la Réponse SST sur le " pelletage " Conseils de sécurité sur le travail par temps froid dans la série Réponses SST

Nouvelles sur nos partenariats

Des peines novatrices pour aider les familles albertaines affectées par une tragédie survenue au travailprint this article

Des modifications ont été récemment apportées aux lois albertaines sur la santé et la sécurité au travail dans le but d'aider directement les familles qui ont perdu un membre dans une tragédie survenue au travail ou dont un membre a subi une lésion professionnelle ayant affecté sa qualité de vie de façon permanente. L'article 41.1 de l'Occupational Health and Safety Act de l'Alberta permet aux juges d'imposer des peines novatrices aux personnes reconnues coupables d'une infraction en matière de santé et de sécurité au travail, c'est-à-dire toute condition qu'ils jugent adéquate. Parmi les peines prononcées à ce jour, certaines prévoyaient le versement d'amendes servant à financer la formation sur la santé et la sécurité au travail, à améliorer les normes de l'industrie ou encore à aider les organismes sans but lucratif à soutenir les victimes et à prévenir de futurs décès et blessures. En août dernier, une société albertaine du secteur manufacturier s'est vue imposer une amende pour ne pas avoir protégé un travailleur qui a subi une lésion professionnelle ayant affecté sa qualité de vie de façon permanente. La peine novatrice prévoyait notamment le versement d'une somme de 95 000 $ à Threads of Life, un organisme caritatif national qui vient en aide aux familles ayant perdu un membre dans une tragédie survenue au travail ou dont un membre a contracté une maladie professionnelle ou subi une lésion professionnelle ayant affecté sa qualité de vie de façon permanente. L'argent recueilli par le jugement du mois d'août dernier servira à la préparation et à la diffusion de deux brochures destinées aux familles albertaines ayant perdu un membre dans une tragédie survenue au travail ou dont un membre a subi une lésion professionnelle ayant affecté sa qualité de vie de façon permanente. Threads of Life travaille également à la tenue d'un forum de trois jours pour aider les familles touchées par une tragédie survenue au travail à se rétablir en leur permettant de tisser des liens, de raconter leurs expériences et d'apprendre de saines techniques d'adaptation. Le forum aura lieu en Alberta au printemps 2008. " Aucune somme d'argent ne ramènera l'être cher perdu, mais chaque famille que j'ai rencontrée a dit vouloir faire quelque chose pour commémorer la mort de celui ou de celle qu'elle a perdu. Tout ce que veulent ces familles, c'est de faire en sorte que de telles situations ne se produisent plus jamais. Les peines novatrices nous permettent d'atteindre cet objectif, explique Shirley Hickman, directrice exécutive de Threads of Life, the Association for Workplace Tragedy Family Support. " En Alberta, au cours des cinq dernières années, l'imposition de peines novatrices a permis le versement de près de 2 millions de dollars à des organismes caritatifs qui appuient des programmes visant à prévenir de telles tragédies. Pour en savoir davantage sur Threads of Life, consulter le site Internet de l'organisme à l'adresse suivante : threadsoflife.ca (en anglais) Pour un aperçu des modifications apportées en 2002 à l'Occupational Health and Safety Act de l'Alberta, consulter le document suivant (en anglais)

Nouvelles du CCHST

Cours en ligne de préparation à une pandémie de grippeprint this article

À quelques décennies d'intervalle, le virus de la grippe subit une importante modification. Ce changement considérable signifie que beaucoup de gens seront touchés, ce qui mène souvent à une pandémie. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter pour le moment, mais les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada suivent les recommandations des scientifiques, selon lesquels une épidémie mondiale de grippe (influenza) risque de se déclarer relativement bientôt. Une pandémie aurait d'importantes répercussions sur la vie des gens, tant sur le plan personnel que professionnel. Pour aider les entreprises à comprendre le risque, à protéger leurs employés et à assurer le bon déroulement de leurs activités en cas de pandémie, le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) a préparé deux nouveaux cours en ligne sur les pandémies de grippe : La sensibilisation aux pandémies et La planification en prévision d'une pandémie. La sensibilisation aux pandémies est un cours d'introduction gratuit de 20 minutes. On y explique ce qu'est une pandémie, la façon dont le virus de la grippe se propage et les répercussions possibles d'une pandémie sur le plan du travail, de la famille et de la collectivité. Le cours souligne également l'importance de se préparer à une éventuelle pandémie de grippe et décrit ce qui pourrait se produire et ce à quoi il faut s'attendre. Fait le plus important, le cours décrit les mesures proactives que peuvent prendre les citoyens et les entreprises pour tenter d'éviter une situation de crise en se protégeant le plus possible contre le virus de la grippe. La planification en prévision d'une pandémie expose dans le détail le contenu du cours de sensibilisation et fournit de l'information plus poussée sur la préparation à une pandémie de grippe dans les lieux de travail, sur les absences qui pourraient en découler, sur la définition d'une pandémie, sur le mode de propagation du virus de la grippe et sur l'importance de la préparation. Le cours décrit également les mesures qui peuvent être prises tant sur le plan personnel qu'organisationnel. Afin de réduire les répercussions possibles d'une pandémie sur les employeurs, ce cours en ligne présente également les grandes lignes d'un plan de continuité des opérations. Il va au fond des questions de santé et présente des façons de freiner la propagation de la grippe. Les participants recevront de précieux conseils sur la façon de se préparer au travail, à la maison et dans la collectivité et sauront où trouver des renseignements supplémentaires. Tous, y compris les gestionnaires et les superviseurs, tireront profit de ce cours en ligne. La planification en prévision d'une pandémie dure environ une heure. Les modules du cours sont accompagnés d'études de cas et d'exercices de récapitulation et comportent un volet interactif permettant aux participants de poser des questions. Ceux qui obtiendront au moins 80 % à l'examen final pourront imprimer un certificat. Ces cours en ligne du CCHST sont destines aux travailleurs, y compris les gestionnaires et les superviseurs. Cependant, toute personne désirant en savoir davantage sur la planification en prévision d'une pandémie les trouvera utiles. Pour de plus amples renseignements ou pour vous inscrire, veuillez consulter les pages Web suivantes : La sensibilisation aux pandémies La planification en prévision d'une pandémie

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2015, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail