Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 6, No. 4 avril 2008

Quoi de neuf?

Mettre fin au harcèlement moral au travail print this article

Les risques professionnels ne sont pas toujours attribuables à des matières, des appareils ou du matériel dangereux. Dans certaines situations, les personnes avec lesquelles nous travaillons peuvent nous causer un préjudice ou nous rendre malade. Lorsqu'une personne est régulièrement soumise à un traitement ou à un comportement visant à l'humilier, à la décourager ou à miner sa crédibilité, elle fait l'objet de harcèlement.

Comportements liés au harcèlement

Le harcèlement peut prendre diverses formes, notamment la propagation de commérages ou de mensonges, l'exclusion sociale ou l'isolement, l'intimidation; l'abus physique ou la menace d'abus physique, les cris et les blasphèmes, les blagues volontairement offensantes, l'établissement d'échéances impossibles à respecter, l'attribution d'une charge de travail irréaliste, la destruction ou le sapement délibéré du travail d'une personne, sans oublier les critiques à l'égard des habitudes, des comportements ou de la vie privée d'une personne. Ce ne sont là que quelques exemples des différentes formes que peut prendre le harcèlement.

En quoi le harcèlement est-il nocif?

Le harcèlement est de plus en plus reconnu comme un grave problème en milieu de travail, pouvant constituer une source abusive de stress pour les travailleurs. Le harcèlement ne porte pas seulement atteinte aux sentiments d'une personne. Un récent sondage sur le harcèlement en milieu de travail réalisé en 2007 aux États-Unis par le Workplace Bullying Institute (WBI) a permis de conclure que le harcèlement occasionnait des problèmes de santé liés au stress chez 45 % des victimes et que plus de 37 % des travailleurs américains avaient déjà été victimes d'une forme de harcèlement ou d'intimidation au travail.

Cette étude a aussi fait le constat selon lequel 77 % des victimes perdent ultérieurement leur emploi. De plus, 40 % des participants ayant indiqué que les actes de harcèlement avaient éventuellement pris fin ont signalé qu'ils y avaient mis un terme en quittant l'entreprise de leur propre chef.

De nombreux problèmes de santé ont été associés au harcèlement moral au travail, notamment les troubles liés au stress tels que l'hypertension, l'anxiété, les attaques de panique, la dépression et le syndrome de stress post-traumatique.

Le milieu de travail en subit également les conséquences. Le harcèlement affecte la santé globale d'une organisation, et il peut entraîner une augmentation de l'absentéisme attribuable au stress et du roulement du personnel. Le départ de certains employés entraîne à son tour une perte de savoir-faire et d'expérience ainsi que des coûts plus élevés en ce qui concerne le recrutement et le Programme d'aide aux employés (PAE). Lorsque le moral est bas, les employés sont moins productifs et l'entreprise est moins rentable.

Qui sont ces harceleurs?

N'importe quelle personne présente dans un milieu de travail peut devenir un harceleur. Toutefois, selon l'étude du WBI, 72 % des harceleurs étaient des patrons ou des employeurs. Les personnes n'ayant aucune tâche de supervision formaient le principal groupe de victimes et, dans 57 % des cas, les victimes étaient des femmes.

Que peut-on faire à ce sujet?

Les victimes de harcèlement doivent réagir rapidement en indiquant avec fermeté aux auteurs de ces gestes que ces comportements sont inacceptables et en leur demandant d'y mettre fin. Il est également judicieux de demander à un superviseur, un gestionnaire et/ou un représentant syndical en qui l'on a confiance d'être présent. La victime doit tout documenter en consignant chaque jour les comportements répréhensibles et en conservant les lettres, les notes de service, les courriels et toute autre correspondance provenant du harceleur. Ces renseignements sont importants parce que le harcèlement se définit non seulement par la nature des incidents signalés, mais aussi par le nombre, la fréquence et le schème de comportement signalés.

Si vous faites l'objet de harcèlement, ne ripostez pas. Il est important d'établir clairement qui est l'auteur du harcèlement (et ce ne doit pas être vous!). Prenez soin de signaler le harcèlement au gestionnaire ou au superviseur approprié ou, au besoin, à un membre du niveau hiérarchique suivant.

Toutes les réglementations portant sur la santé et la sécurité au travail attribuent aux employeurs la responsabilité générale de protéger les employés contre les risques qui peuvent affecter leur sécurité physique ou leur santé mentale. De plus, certaines sphères de compétence, dont les provinces du Québec, de la Saskatchewan et du Manitoba, se sont dotées d'une réglementation spécifique pouvant s'appliquer aux cas de harcèlement professionnel. L'engagement de la direction est clairement défini dans une politique écrite. Comme le harcèlement constitue une forme de violence au travail, les employeurs doivent élaborer et soumettre par écrit une politique exhaustive traitant de toute une gamme d'incidents, depuis le harcèlement jusqu'aux actes de violence physique.

Conseils généraux relatifs aux lieux de travail


  • Encourager toutes les personnes présentes au travail à traiter les autres avec respect et professionnalisme.

  • Établir une politique visant les lieux de travail, qui prévoit un système de déclaration des comportements inacceptables.

  • Traiter toutes les plaintes avec sérieux. Tenter de résoudre les problèmes avant qu'ils ne s'aggravent ou ne prennent des proportions démesurées.

  • Enseigner à tous les membres du personnel que le harcèlement constitue un problème grave, en précisant en quoi il consiste et quelles personnes peuvent offrir de l'aide à ce sujet.

  • Former les superviseurs et les gestionnaires concernant la façon de traiter les plaintes et les éventuels problèmes de harcèlement. Les inciter à s'occuper de ces situations rapidement et de manière confidentielle, qu'une plainte officielle ait été logée ou non.

  • Demande l'aide d'une tierce partie impartiale, au besoin, afin de résoudre le problème.


Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) décrit les éléments fondamentaux d'un programme de prévention de la violence au travail - y compris la prévention du harcèlement - sous l'onglet Réponses SST de son site Web.

Découvrez le guide santé sécurité Prévention de la violence en milieu de travail du CCHST.

Lisez le sondage intitulé " 2007 WBI-Zogby Survey " sur le site Web du Workplace Bullying Institute.


Et enfin, apprenez tout ce qu'il importe de savoir sur ce sujet en suivant les cours en ligne sur La violence en milieu de travail offerts par le CCHST.

Alertes au danger

Décharge mortelle et effondrement du toit print this article

Un travailleur expérimenté dans le travail sur équipement à très haute tension a été victime d'une décharge électrique mortelle en effectuant des travaux de réparation et d'entretien sur un appareillage de commutation primaire de 3,8 kV dans une sous-station. L'autorité locale responsable du réseau électrique avait fermé et étiqueté les deux alimentations principales à très haute tension. L'appareillage de commutation comportait deux compartiments principaux - un premier alimentait le transformateur en service et un autre, dont les fusibles avaient été retirés, était conçu pour alimenter le transformateur hors service. Tous tenaient pour acquis depuis longtemps que le second transformateur était hors service et avait été débranché du bus secondaire (interface physique du réseau électrique). Les travailleurs n'avaient accès à aucun schéma unifilaire à jour.

Les deux entrepreneurs travaillant sur le chantier ont vérifié que tous les équipements étaient hors tension. Les mises à la terre provisoires (celles réalisées entre le réseau de terre et les conducteurs) ont été reliées au bus primaire ainsi qu'à la terre du système dans l'appareillage de commutation associé au transformateur en service (conformément à la directive 119 du code de bonnes pratiques EUSA, édition 2004). Les travailleurs se conformaient aux marches à suivre de l'entreprise.

Les travaux de réparation ont été exécutés à cause d'une humidité excessive dans le compartiment de fusibles du primaire. Une génératrice devait fournir au client une alimentation secondaire de 575 volts pendant la durée des travaux. Les conducteurs secondaires ont été débranchés du transformateur principal et la génératrice a été raccordée au réseau secondaire à partir du transformateur principal de 1000 kVA. Les branchements à la génératrice avaient été effectués après la vérification de la tension et l'installation des mises à la terre provisoires.

Les conducteurs secondaires du transformateur hors service étaient toujours raccordés au bus de distribution depuis le local technique du bâtiment. Un interrupteur de jonction avait été installé dans ce local il y a très longtemps, par un ancien propriétaire. Cet interrupteur de jonction était placé à ON (circuit fermé).

Ce montage fournissait 575 volts aux lignes électriques secondaires auxquelles était relié le transformateur hors service. Ce dernier était donc alimenté et générait 13,8 kV aux boîtes d'extrémité des conducteurs, au compartiment de fusibles du transformateur. Le retrait des fusibles a eu pour effet de supprimer la connexion aux mises à la terre provisoires et de permettre l'accumulation de tension dans les conducteurs. Un travailleur a accédé au compartiment pour déplacer certains équipements, est entré en contact accidentellement avec un élément sous tension et a reçu une décharge mortelle.

Le ministère du Travail de l'Ontario a diffusé les recommandations qui suivent dans un bulletin d'alerte :

Toutes les tensions doivent être vérifiées avant et après le raccordement à une source d'alimentation temporaire. Les mises à la terre provisoires doivent être connectées du côté secteur et du côté charge de tous les fusibles, même si le circuit primaire N'EST PAS muni de fusibles. Ainsi, tout courant provenant de conducteurs pouvant accidentellement être mis sous tension à partir d'une source indéterminée sera acheminé à la terre en toute sécurité. Il faut également prendre soin de fournir des schémas unifilaires lisibles et à jour. Les travailleurs, les superviseurs et les employeurs doivent connaître les dispositions de l'alinéa 25(2)h) de la Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST) ainsi que les normes acceptées dans l'industrie, y compris le contenu des éditions à jour du code de bonnes pratiques de l'Association ontarienne de sécurité des services publics et électriques (Electrical & Utilities Safety Association) intitulé EUSA Rulebook et du Electrical Safety Code de l'Ontario.

Pendant ce temps, à l'Île-du-Prince-Édouard… deux travailleurs effectuaient des travaux de construction dans une nouvelle maison lorsque les fermes au-dessus d'eux se sont effondrées. Bien que le système de fermes ait été contreventé et qu'il était prêt pour la pose du revêtement, le poids des nombreuses piles de panneaux de revêtement excédait celui que pouvait supporter les fermes individuelles. Les fermes surchargées ont roulé sur le plan horizontal jusqu'à ce que l'ensemble du système s'effondre : les travailleurs ont malheureusement été blessés.

Les conditions relevées lors de l'accident ne respectaient l'alinéa 12(1)c) de la Occupational Health & Safety Act de l'Î.-P.-É., qui prescrit " qu' un employeur doit s'assurer que l'information, les directives, la formation, la supervision et les installations nécessaires soient fournies afin de garantir la protection de la santé et la sécurité des travailleurs " [traduction libre]. Cet accident ne se serait pas produit si les recommandations du fabricant - ne pas surcharger les fermes avec des matériaux de construction - avaient été suivies.

Pour prévenir de tels accidents, la Workers Compensation Board de l'Î.-P.-É. recommande que les employeurs vérifient que les travailleurs comprennent et suivent les consignes fournies par le fabricant des fermes en ce qui a trait à la manutention, au montage, à la mise en place et au contreventement des fermes. Selon la réglementation relative à la santé et la sécurité au travail, seule une personne " compétente " - ayant la formation, les connaissances et l'expérience appropriées - peut procéder au montage des fermes. Il incombe à l'employeur de faire en sorte que les fermes soient correctement contreventées, et qu'elles conservent leur stabilité et leur résistance structurale.

Lisez l'article complet dans le bulletin Alerte :

Réparation de l'appareillage de commutation à haute tension, publié par le ministère du Travail de l'Ontario : www.labour.gov.on.ca/english/hs/alerts/i27.html.

Effondrement des fermes d'un toit, publié par le Workers Compensation Board de
l'Î.-P.-É. : www.wcb.pe.ca/photos/original/wcb_rftrshazard.pdf.

Réponses SST

Travailler en solo - une affaire risquée!print this article

Tous les emplois comportent des risques. Le travailleur exposé à ces risques, qui ne peut compter sur personne d'autre en cas de problème, est de ce fait encore plus vulnérable. Que vous conduisiez un taxi ou que vous travailliez dans un hôpital, une station-service ou à la réception d'un édifice à bureaux, vous devez disposer d'un plan qui assurera votre sécurité en tout temps pendant vos heures de travail.

Quelles que soient leurs tâches, les travailleurs solitaires ont besoin de protection. Voici un survol des moyens permettant d'obtenir cette protection.

Comme pour tout autre travail, vous devez d'abord déterminer quels sont les risques. Discutez avec les employés des tâches qu'ils accomplissent et des mesures qu'ils peuvent prendre pour le faire en toute sécurité. Veillez à ce que les employés reçoivent la formation appropriée.

Dans la mesure du possible, trouvez un moyen d'éviter qu'un employé ne travaille seul. S'il n'y a pas d'autres solutions, établir une marche à suivre prévoyant que le travailleur joigne régulièrement un autre employé de l'entreprise. Votre organisation doit se doter d'une marche à suivre officielle permettant au travailleur de demeurer en contact avec un autre employé, par communication verbale ou visuelle. Cette méthode de vérification peut prévoir, par exemple, qu'un employé soit désigné point de contact au bureau et qu'un autre soit nommé suppléant, en cas d'absence du premier, et que la personne désignée point de contact soit tenue de visiter régulièrement le travailleur en isolement ou de communiquer avec lui. L'entreprise devrait aussi adopter un plan d'intervention en cas d'urgence qu'elle devra suivre si le travailleur en isolement ne se présente pas ou ne peut être rejoint au moment convenu. Ce plan doit être applicable tant durant les heures de travail régulières qu'en dehors des heures habituelles.

Si toutefois un incident survient, faites enquête et signalez-le aussi rapidement que possible. Prenez les mesures correctives nécessaires afin de vous assurer que cela ne se reproduise pas. Vous devez également signaler les quasi-accidents impliquant des travailleurs solitaires ou isolés. Analysez ce qui s'est produit et modifiez la politique de l'entreprise, au besoin, afin de garantir la sécurité de tous les employés.

Lorsque vous analysez les risques présents sur les lieux de travail, prenez en considération les personnes qui accomplissent le travail. Vous devez également tenir compte de la durée du travail en isolement, des facteurs inhérents à ce travail et de l'emplacement des lieux de travail. Planifiez le déroulement des activités de sorte que les tâches posant le plus de risques soient exécutées pendant les heures de travail régulières ou en présence d'un autre employé capable d'apporter son aide en cas d'urgence.

Des lois imposent la protection des employés qui travaillent en isolement. Prenez le temps de vérifier quelles exigences s'appliquent dans votre sphère de compétence. À cet égard, vous trouverez des renseignements détaillés dans la Réponse SST intitulée " Travail en isolement ". Elle décrit les aspects à prendre en compte dans votre programme de sécurité afin de protéger les employés travaillant seuls ou en isolement.

Lisez la Réponse SST sur le travail en isolement :
www.cchst.ca/reponsessst/hsprograms/workingalone.html.

Nouvelles sur nos partenariats

La SNASST - Un rendez-vous à ne pas manquer!print this article

Le rendez-vous est donc pris…

Enfin, chez la plupart d'entre nous, la neige a fondu, nos jardins commencent à renaître, les oiseaux chantent et le printemps est dans l'air. Et avec le printemps vient une semaine très spéciale que nous célébrons tous les ans - La Semaine nord-américaine de la sécurité et de la santé au travail. Comme c'est un nom assez long à se rappeler, l'événement est le plus souvent connu sous son acronyme, la SNASST, et il se déroule du 4 au 10 mai.

La SNASST est la période où nous tous - les employeurs, les employés, le grand public et les partenaires en santé et sécurité au travail - concentrons notre attention sur la santé et la sécurité des travailleurs. C'est le moment de renforcer l'importance de prévenir les blessures et les maladies au travail, à la maison et dans la collectivité. Le thème de cette année est " Chaque jour compte! ". CCHST ainsi que d'autres organismes dans tout le pays et le continent organisent des activités pour souligner cette semaine importante et pour encourager les Canadiens et les Canadiennes à y participer!

Les Webinaires du CCHST contribuent à répandre le message

Comme par les années passées, le CCHST célèbre la SNASST en présentant une série de Webinaires gratuits, en direct, sur des sujets d'actualité en matière de santé et sécurité. Ils sont présentés en anglais.

Travailler dans des conditions météorologiques exceptionnelles
Date : Lundi 5 mai 2008 Heure : De 13 h à 14 h (HNE)

Conférencier: Geoff Coulson, météorologue aux alertes,

Environnement Canada

Interventions en matière d'ergonomie participative
Date : Mardi 6 mai 2008 Heure : De 13 h à 14h (HNE)

Conférencier : Dwayne Van Eerd, kinésiologue/chercheur en santé,

Institute for Work & Health

La santé mentale en milieu de travail
Date : Mercredi, 7 mai 2008 Heure : De 13 h à 14 h (HNE)

Conférencier : Donna Hardaker, Association canadienne pour la santé mentale

Planification en cas de pandémie

Date : Jeudi 8 mai 2008 Heure : De 13 h à 14 h (HNE)

Conférencier : Jan Chappel, spécialiste technique principal,

Santé et sécurité au travail, CCHST

À propos de la SNASST
La SNASST est une initiative annuelle dirigée par la Société canadienne de la santé et de la sécurité au travail (SCSST) en collaboration avec le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) et Ressources humaines et Développement social Canada (RHDSC). La SNASST continue d'être une activité de portée transcontinentale, célébrée au Canada, de même que par nos partenaires nord-américains aux États-Unis et au Mexique.

Nouvelles du CCHST

Des cours en ligne sur la petite entreprise et les niveaux de bruit trop élevés print this article

Deux cours en ligne que vient tout juste de lancer le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) réunissent de précieux renseignements et de nombreux conseils sur ces questions importantes, mais souvent complexes. Le premier cours porte sur les problèmes spécifiques qui se posent dans une petite entreprise en matière de santé et de sécurité au travail. Le second vise à aider les personnes travaillant dans un milieu bruyant à prévenir la perte d'audition.

Le cours intitulé La santé et la sécurité dans une petite entreprise a été créé en pensant à l'exploitant d'une petite entreprise. En plus des tâches quotidiennes dont il devra s'acquitter, l'exploitant de l'entreprise doit assumer une foule de responsabilités afin d'assurer la sécurité des travailleurs. Cette dimension peut poser tout un défi pour les propriétaires de petites entreprises qui disposent de ressources limitées et qui ne possèdent pas toujours les connaissances spécialisées nécessaires pour identifier les risques présents sur les lieux de travail. Ce cours en ligne du CCHST peut aider les exploitants des petites entreprises en leur enseignant comment élaborer et comment mettre en œuvre un programme de santé et de sécurité au travail efficace.

Les participants se familiariseront avec des méthodes concrètes permettant de cerner les risques présents et de les maîtriser. Ils étudieront des directives décrivant, étape par étape, la façon de préparer un programme de santé et de sécurité au travail, traitant en outre de la mise sur pied d'un plan d'urgence et de la gestion des risques. Les experts du CCHST ont pris soin de réunir tous les renseignements essentiels concernant la santé et la sécurité en milieu de travail : l'analyse de rentabilisation de la santé et de la sécurité, les responsabilités juridiques en matière de santé et de sécurité au travail, le SIMDUT, l'hygiène professionnelle, la protection incendie, l'ergonomie, les inspections de sécurité, les enquêtes sur les accidents, et plus encore.

Pour bien mémoriser tous ces renseignements, les participants peuvent consolider leur apprentissage en lisant les études de cas et les exemples présentés, et en se soumettant aux tests-éclairs disséminés dans les cours.

Le cours Prévenir la perte auditive causée par le bruit au travail constitue une excellente introduction à la maîtrise des niveaux de bruit, mais porte essentiellement sur la façon de prévenir la perte d'audition en réduisant ou en éliminant l'exposition au bruit. Il est axé sur les contraintes avec lesquelles doit composer toute personne travaillant dans un milieu qui peut être bruyant - gestionnaires, superviseurs, travailleurs, responsables de la santé et de la sécurité au travail, membres du comité de santé et de sécurité au travail, professionnels des ressources humaines et personnel chargé de la gestion des limitations fonctionnelles.

En une heure environ, les participants apprendront comment le bruit peut causer des lésions auditives, en quoi consiste un bruit dangereux, de quelle façon il faut élaborer un programme de prévention des pertes auditives, quels protecteurs d'oreilles conviennent aux différentes conditions de travail et comment les utiliser, ainsi que les moyens précis de maîtriser l'exposition au bruit sur les lieux de travail. Le cours présente également des études de cas, des tests-éclairs, une section " Poser une question " et un examen final.

Tous les cours en ligne du CCHST sont offerts en français et en anglais. Ils sont élaborés par des spécialistes des différents domaines et ils sont revus par des représentants des travailleurs, des employeurs et des gouvernements.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail