Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 6, No. 5 mai 2008

Quoi de neuf?

Protégeons nos jeunes!print this article

Vous rappelez-vous comment vous vous sentiez lorsque vous aviez moins de 25 ans? Les jeunes d'aujourd'hui ne sont pas différents. Ils croient que rien ne peut leur arriver. N'êtes-vous pas de cet avis? Au Canada, plus de 40 travailleurs âgés de moins de 19 ans se blessent au travail chaque jour.

Selon les statistiques de l'Association des Commissions des Accidents du Travail du Canada, 14 787 travailleurs de 15 à 19 ans ont subi des blessures ayant entraîné une perte de temps de travail en 2006 au Canada et 10 d'entre eux sont décédés. Dans le groupe d'âges de 20 à 24 ans, 35 976 jeunes travailleurs ont subi des blessures et 41 autres sont décédés.

Si vous embauchez des étudiants ou de jeunes travailleurs, gardez à l'esprit qu'une personne qui manque d'expérience et dont le jugement n'est pas tout à fait exercé risque davantage de subir des blessures. Les jeunes travailleurs comptent sur vous pour obtenir de bons conseils et de l'information, pour être supervisés et, finalement, pour que vous assuriez leur sécurité.

QUE DOIT FAIRE UN EMPLOYEUR POUR AIDER LES JEUNES TRAVAILLEURS?

Assurer la santé et la sécurité des jeunes dans le lieu de travail débute par un bon système de gestion de la santé et de la sécurité qui vise à protéger tous les travailleurs.

Les jeunes travailleurs peuvent se sentir nerveux et sous pression, particulièrement s'il s'agit de leur premier emploi. Ils peuvent chercher à vous plaire et à ne pas décevoir leurs parents. Ils sont tellement centrés sur cet objectif - fournir un excellent travail - que cela peut les amener à travailler de façon dangereuse. La meilleure chose que vous pouvez faire en tant qu'employeur est de bien faire comprendre aux jeunes travailleurs qu'ils doivent avant tout travailler en toute sécurité et les encourager à poser des questions.

Confiez-leur un travail approprié. Il vaut mieux réserver certaines tâches à des travailleurs plus expérimentés. Avant même de procéder à l'embauche, évaluer l'emploi et les difficultés que celui-ci comporte. Quels sont les risques auxquels le travailleur sera exposé? Certaines situations présenteront-elles de nouveaux risques? Le travailleur aura-t-il à se déplacer dans un espace clos, un endroit difficile à atteindre ou un autre lieu présentant un risque? Le travailleur devra-t-il souder ou effectuer certaines autres tâches qui pourraient le blesser ou blesser d'autres personnes se trouvant à proximité?

Évitez de confier à une jeune travailleur des tâches qui nécessitent un haut niveau de compétence, une longue formation ou de trop grandes responsabilités. Un jeune travailleur n'est pas censé travailler seul ou exécuter des tâches critiques ou qui présentent un risque, comme la manipulation de produits chimiques dangereux.

Prenez le temps de les former. Avant que les jeunes commencent à travailler, ils doivent recevoir une orientation et une formation efficaces sur la santé et la sécurité. Cette formation peut porter sur les points suivants : la politique de l'entreprise en matière de santé et de sécurité, leurs propres responsabilités, les risques présents dans leur lieu de travail, la façon d'assurer eux-mêmes leur protection dès le premier jour d'embauche, les personnes ressources auxquelles ils peuvent s'adresser pour demander conseil et la marche à suivre pour signaler des situations qui leur semblent présenter un risque.

Demandez aux jeunes travailleurs de ne pas exécuter de tâches pour lesquelles ils n'ont pas encore été formés. Encouragez-le à poser des questions en tout temps, particulièrement des questions touchant la sécurité. Expliquez-leur comment exécuter chaque tâche de façon sécuritaire et répétez les explications à plusieurs reprises. Soyez disponible. Restez dans les parages, surveillez la façon dont ils exécutent les tâches et corrigez leurs erreurs. Les jeunes travailleurs peuvent se soumettre à beaucoup de pression afin de bien exécuter une tâche pour la première fois. Vous pouvez les aider en faisant preuve de patience, en leur répétant les consignes et en leur montrant les marches à suivre aussi souvent que cela est nécessaire. Continuez à les superviser.

Fournissez-leur l'équipement de sécurité et l'équipement de protection individuelle adéquats. Donnez aux jeunes travailleurs une formation pratique sur la façon appropriée d'utiliser l'équipement. Lorsque vous leur montrez comment effectuer une tâche, rappelez-vous d'inclure des renseignements sur les dispositifs de sécurité et les systèmes de contrôle. Les jeunes travailleurs doivent apprendre, par exemple, à garder les issues libres de tout obstacle, à s'assurer que les gardes de sécurité sur les machines demeurent en place et à déconnecter ou à mettre hors tension l'équipement après chaque quart de travail, le cas échéant.

Fournissez aux jeunes travailleurs tout l'équipement de protection individuelle (EPI) dont ils ont besoin ou assurez-vous qu'ils possèdent un tel équipement, par exemple des chaussures de sécurité, un casque de protection, des gants, selon les exigences de l'emploi. Assurez-vous qu'ils savent où trouver l'équipement, comment l'utiliser et comment l'entretenir.

Supervisez-les. Tout superviseur doit posséder les connaissances, la formation et l'expérience pour organiser le travail et veiller au rendement. En raison de son manque de compréhension, un jeune travailleur peut décider d'apporter certaines modifications à son travail de façon inattendue et probablement dangereuse. Assurez-vous que ce dernier est supervisé de près et insistez pour qu'il utilise des pratiques de travail reconnues et sécuritaires. Renseignez-vous sur les lois et les règlements qui s'appliquent pour assurer la sécurité des travailleurs et pour connaître les situations qui présentent - ou pourraient présenter - un risque dans le lieu de travail.

CONSEILS AUX JEUNES TRAVAILLEURS

Si vous êtes un jeune travailleur, sachez que vous avez également la responsabilité d'assurer votre propre sécurité au travail. Si vous n'obtenez pas l'information nécessaire, vous pouvez protéger votre santé et votre sécurité ou même sauver votre vie en posant les questions suivantes :



  • Quelles sont les exigences physiques liées à l'emploi?

  • Est-ce que je devrai travailler très tard le soir ou très tôt le matin?

  • Est-ce que je vais parfois travailler seul?

  • Quel type d'équipement de sécurité devrais-je porter?

  • Cet emploi présente-t-il des risques (bruit, produits chimiques ou autres)?

  • Une formation sur la sécurité me sera-t-elle donnée?

  • Quand cette formation aura-t-elle lieu?

  • Où se trouvent les trousses de premiers soins et les extincteurs d'incendie?

  • Avez-vous une politique sur la sécurité des travailleurs ainsi qu'un plan en cas d'urgence?

  • Pouvez-vous me donner un exemple de l'importance que vous accordez à la santé et à la sécurité au sein de votre entreprise?


Faites en sorte que cet été soit inoubliable. Assurez-vous que les jeunes travailleurs vivent une expérience de travail positive et sécuritaire.

Consultez la ainsi que le site Web Zone des jeunes travailleurs du CCHST


RoSPA - www.youngworker.co.uk, de la G.-B.

Alertes au danger

Pris par surprise! print this article

Si vous voyez la boucle d'une corde sur le sol, à vos pieds, une lumière ne devrait-elle pas s'allumer dans votre tête? Le site Web WorkSafeBC a émis une alerte pour prévenir les travailleurs de l'industrie de la pêche d'un risque qui a entraîné récemment des blessures graves à un matelot de pont sur un crabier.

Alors qu'il enroulait une amarre autour d'un pieu, le matelot de pont a passé l'autre extrémité de l'amarre à travers le chaumard jusqu'au taquet de la proue, créant ainsi une boucle dans l'amarre qui se trouvait à ses pieds. Le matelot ne s'est pas aperçu que cette boucle - appelée également le " mou " - constituait une zone de risque et a marché dessus. Lorsqu'on a mis le moteur en marche arrière pour tendre solidement l'amarre de l'arrière, l'amarre de la proue s'est resserrée autour de la jambe gauche du matelot, s'est tendue fermement, puis lui a amputé le pied. Le matelot de pont qui ne portait pas de dispositif de flottaison a perdu l'équilibre et est tombé par-dessus bord dans l'eau qui était à 13 °C. Il a été secouru par les autres membres d'équipage et soigné à l'hôpital pour des blessures mettant sa vie en danger.

On aurait pu empêcher cet incident si tous les membres d'équipage avaient reçu une formation sur la façon d'amarrer le navire et d'éviter les mous dans les amarres. Les personnes qui se trouvent sur un navire de pêche devraient toujours porter un vêtement de flottaison individuel (VFI) ou un gilet de sauvetage lorsqu'elles travaillent sur le pont. Celui-ci doit être muni d'un équipement de sécurité et de sauvetage approprié et bien entretenu, y compris des combinaisons d'immersion et de l'équipement pour secourir une personne qui tombe par-dessus bord.

Se tenir prêt au pire des scénarios exige d'effectuer régulièrement des exercices d'urgence afin que les membres d'équipage sachent comment secourir quelqu'un qui tombe par-dessus bord et comment donner les premiers soins à quelqu'un qui a plongé dans l'eau froide.

Dans un autre incident survenu en Colombie-Britannique, un risque mortel a surpris deux nettoyeurs de tapis. Leur unité de nettoyage monté sur camion était stationnée dans le garage attenant à la maison en rangée où il travaillait. La porte principale du garage était fermée, mais la porte du garage qui donnait dans la maison était ouverte pour laisser passer les tuyaux.

Les nettoyeurs de tapis ont travaillé pendant plusieurs heures alors que l'unité de nettoyage fonctionnait dans le garage. Les travailleurs se sont-ils aperçus du risque que présentait un moteur à essence tournant dans un espace clos? Ils auraient dû savoir que le monoxyde de carbone (CO) produit par le moteur pouvait s'accumuler. Il s'avère que les travailleurs ne pouvaient ni voir ni sentir le gaz et ne savaient pas combien de monoxyde de carbone s'était accumulé. Le gaz toxique est entré dans la maison par la porte ouverte et a sournoisement tué les deux nettoyeurs de tapis.

Une personne peut être exposée à une quantité mortelle de monoxyde de carbone sans rien soupçonner. Il existe cependant des signes indicateurs d'exposition, notamment maux de tête, yeux larmoyants ou qui piquent, jouent rosées, nausées, faiblesse et étourdissements. La personne qui éprouve ces symptômes doit se rendre immédiatement dans un endroit bien aéré pour respirer de l'air frais et elle doit obtenir des soins médicaux.

Personne, pas même un sauveteur, ne doit entrer dans une aire soupçonnée de contenir des niveaux élevés de monoxyde de carbone. Il est arrivé que des sauveteurs aient perdu connaissance à la suite d'une exposition au monoxyde de carbone, et ce, avant qu'ils aient eu le temps de venir en aide à la victime.

On ne doit jamais laisser tourner un moteur à essence, un moteur diesel ou un moteur au propane à l'intérieur d'un bâtiment ou dans un endroit clos. Les unités de nettoyage montées sur camion doivent être stationnées à l'extérieur.

Pour obtenir de plus amples renseignements, cliquez sur les liens du site de WorkSafeBC donnant accès aux alertes de danger.

Le pied d'un jeune travailleur est amputé après avoir été coincé dans une amarre ( en anglais )


Des nettoyeurs de tapis meurent à la suite d'une intoxication au monoxyde de carbone ( en anglais )

Réponses SST

Les pouces verts et la sécuritéprint this article

Le printemps est arrivé, ce qui signifie que les paysagistes et les ouvriers chargés de l'entretien des terrains sont occupés à creuser, à labourer et à planter. Pour chaque pétunia qu'un paysagiste plante ou pour chaque plaque de gazon qu'il met en place, il existe un risque professionnel.

Les paysagistes doivent être bien formés et connaître tous les risques liés à leurs tâches avant d'entreprendre des travaux. Ils doivent savoir comment manipuler les outils et l'équipement de façon sécuritaire, comment éviter l'épuisement par temps chaud et obtenir d'autres renseignements qui peuvent sauver leur vie et leurs membres.

Connaître les risques courants

Les paysagistes avisés connaissent les risques à maîtriser ou à éliminer. Ils identifient et détruisent le sumac vénéneux (herbe à puce) et autres plantes nuisibles. Ils utilisent des insectifuges et portent des vêtements de protection au besoin. Lorsqu'ils nettoient des déjections d'animaux ou d'oiseaux ou d'autres déchets, ils portent un équipement de protection individuelle parce que certaines substances biologiques présentent un risque pour la santé. Ce ne sont là que quelques-unes des règles de sécurité à observer lorsqu'on exécute des travaux d'aménagement paysager.

Ce ne sont pas tous les paysagistes qui connaissent ces règles. Beaucoup d'entre eux ont encore des choses à apprendre. Quoi qu'il en soit, que vous soyez un paysagiste débutant ou expérimenté, assurez-vous d'observer ces pratiques de travail sécuritaires.

Conseils sur la manipulation des outils

Les travaux d'aménagement paysager peuvent nécessiter l'emploi d'un très grand nombre d'outils. Utilisez l'outil approprié à la tâche, gardez les outils en bon état et évitez qu'ils ne s'émoussent ou ne subissent des dommages.

L'endroit où vous utilisez les outils est aussi important que la façon dont vous les utilisez. Dans le cas d'outils tranchants ou d'outils mécaniques en particulier, il est plus sécuritaire de travailler dans un endroit bien éclairé et dégagé, et sur une surface stable. Posez les pieds bien à plat sur le sol et restez en équilibre. Dirigez les lames des scies ou les couteaux loin des personnes qui travaillent à proximité.

Assurez-vous que votre posture de travail est confortable et sécuritaire. Évitez les mouvements de flexion, d'extension et de torsion, et évitez de lever des objets lourds.

Avant d'utiliser un outil mécanique, lisez le manuel d'utilisation et assurez-vous que les outils satisfont aux normes CSA ou à toute autre norme pertinente. Assurez-vous de savoir comment utiliser l'outil de façon sécuritaire. Demander conseil si vous avez des doutes ou si vous ne vous sentez pas à l'aise.

Conseils sur l'approvisionnement en essence

Si vous devez remplir le réservoir d'essence d'un équipement, prenez certaines précautions. Remplissez le réservoir d'essence avant de commencer à travailler. Faites le plein seulement lorsque le moteur est éteint et refroidi. Ne fumez pas pendant que vous faites le plein!

Pour en savoir davantage

Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) offre des renseignements détaillés, gratuits, sur son site Web Réponses SST. Pour en savoir davantage sur ces précautions et sur d'autres consignes de sécurité concernant les travaux d'aménagement paysager, visitez les sites Web suivants :

Précautions générales à prendre lors des travaux d'aménagement paysager


Découvrez le Guide santé sécurité de l'entretien des terrains du CCHST!


La sécurité relative aux outils :
Outils portatifs à moteur - Sécurité élémentaire

D'autres renseignements de l'OSHA: Teen Workers - Landscaping: Plant Your Feet on Safe Ground (en anglais)

Nouvelles sur nos partenariats

Un cours en ligne qui aide les fournisseurs de soins de santé à reconnaître et à prévenir le cancer d'origine professionnelle print this article

Que ce soit à la maison ou au travail, nous sommes exposés à beaucoup plus de matières dangereuses que nous ne l'imaginons. Lorsque l'exposition à un risque entraîne un diagnostic de cancer, il peut être difficile de déterminer la cause de la maladie. Personne ne sait exactement dans quelle mesure le milieu de travail en est responsable. Au Canada, cependant, nous savons qu'une personne sur trois développera un cancer au cours de sa vie et qu'une personne sur quatre en mourra.

Que le cancer soit causé par une exposition à un cancérogène présent dans le milieu de travail (cancer d'origine professionnelle) ou dans l'environnement général (cancer d'origine environnementale), les cancérogènes sont les mêmes. Le radon, considéré traditionnellement comme un cancérogène " professionnel " ayant causé le cancer du poumon chez les travailleurs des mines d'uranium, peut s'infiltrer dans le sous-sol de certaines maisons et causer le cancer du poumon chez ses occupants. Par ailleurs, la fumée du tabac, considérée traditionnellement comme un cancérogène " environnemental ", est maintenant reconnue comme cause du cancer du poumon chez les personnes qui travaillent dans les restaurants et les bars enfumés.

Afin d'aider les professionnels de la santé à mieux comprendre les cancérogènes professionnels ou environnementaux et leur rôle dans le développement de la maladie, le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) a lancé un nouveau cours en ligne intitulé Cancer d'origine professionnelle et environnementale : reconnaissance et prévention. Ce cours a été élaboré par le National Committee on Environmental and Occupational Exposures (NCEOE) ou Comité national sur les expositions environnementales et professionnelles, en collaboration avec le CCHST. Les fonds proviennent du Partenariat canadien contre le cancer (PCCC) par le biais du Groupe d'action sur la prévention primaire (GA-PP). Ce cours est offert gratuitement et peut être suivi sur le site Web du CCHST.

Ce cours en ligne s'adresse aux médecins, aux médecins spécialistes, aux infirmiers/infirmières autorisées et aux infirmiers/infirmières praticiennes, aux autres fournisseurs de soins de santé et à toute personne intéressée à prévenir et à reconnaître les cancers d'origine professionnelle et environnementale.

En 90 minutes environ, ce cours en ligne montre aux participants les agents qui causent le cancer et la façon de reconnaître un cancer d'origine professionnelle ou environnementale chez une personne qui a été exposée antérieurement. Chose plus importante encore, des conseils sont donnés afin de se protéger contre des expositions actuelles ou des expositions continues. Ce cours présente des listes faisant autorité qui énumèrent les différentes substances cancérogènes par produit chimique, par type d'emploi ou par siège dans l'organisme. Les fournisseurs de soins de santé apprendront comment établir et interpréter les antécédents d'exposition, et comment effectuer un suivi à la suite de leurs conclusions. Ce cours inclut également des études de cas sur des personnes qui ont été exposées au radon ou à l'amiante et fournit des conseils sur la façon d'aborder la question des " grappes de cancers ".

Le cours Cancer d'origine professionnelle et environnementale : reconnaissance et prévention répond aux mêmes normes rigoureuses que celles appliquées à tous les cours du CCHST. Des représentants syndicaux, des représentants d'entreprises et des membres du gouvernement se sont assurés que le contenu et la méthode ne sont pas biaisés, et qu'ils sont fiables et précis sur le plan technique.

Pour suivre ce cours en ligne offert gratuitement, visitez le site Web du CCHST à l'adresse suivante : www.cchst.ca/products/courses/prevent_cancer/.

Nouvelles du CCHST

Des conseils à revendre en matière de sécurité dans les bureaux print this article

Même s'il n'y a pas d'équipement lourd et d'autres dangers évidents dans les bureaux, les personnes qui y travaillent représentent une partie importante des demandes d'indemnisation pour accident de travail au Canada. Le simple fait d'être assis à un ordinateur peut comporter des risques, notamment des troubles musculo-squelettiques, de la fatigue oculaire et l'exposition à un air intérieur malsain.

Le nouveau guide de poche du Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail s'adresse particulièrement aux personnes qui travaillent dans un bureau. Le guide La santé et la sécurité au bureau montre aux travailleurs, aux professionnels des ressources humaines et aux représentants en santé et sécurité comment identifier les risques présents dans un bureau et comment assurer la sécurité des travailleurs.

Ce guide illustré, à reliure spirale, présente les règles essentielles en matière de santé et de sécurité au travail et fournit des conseils aux nouveaux employés et superviseurs. Il contient des renseignements détaillés sur la façon d'élaborer et de mettre en œuvre un programme et une politique sur la santé et la sécurité. Le lecteur apprendra tout ce qu'il faut savoir sur les inspections des lieux de travail, les analyses des tâches, les pratiques sécuritaires, les enquêtes sur les accidents, les préparatifs d'urgence et plus encore.

Chaque catégorie principale de risques présents dans un bureau fait l'objet d'un chapitre. Ce guide constitue notamment une bonne introduction à l'ergonomie dans les bureaux et à l'importance de bien concevoir les tâches et les postes de travail. Il explique également l'importance que présentent les risques chimiques, la qualité de l'air intérieur, les risques liés aux moisissures, les risques de glissades, de trébuchements et de chutes, et les autres risques courants qui peuvent toucher les employés de bureau. Le lecteur apprendra également à connaître ses droits et ses responsabilités en vertu de la réglementation en matière de santé et de sécurité au travail.

Le guide La santé et la sécurité au bureau contient environ 145 pages de texte rédigé dans un langage clair, accompagné de tableaux, de diagrammes et de listes de vérification. Il répond aux mêmes normes rigoureuses que celles qui sont appliquées à la vaste collection de documents du CCHST. Chaque publication fait l'objet de plusieurs révisions effectuées par des membres du gouvernement, des employeurs et des représentants syndicaux. Le produit final est toujours précis sur le plan technique, convivial et pertinent pour la clientèle visée.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail