Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 6, No. 6 juin 2008

Quoi de neuf?

Conditions météorologiques très humides? Restez au frais!print this article

À peine juin était-t-il arrivé que les stations météorologiques émettaient des avis de chaleur extrême. Environnement Canada prédit pour cette année un été plus chaud que la normale. Pour certains travailleurs, la chaleur est un risque professionnel grave. Que vous aimiez ou non travailler à l'extérieur, en plein soleil, ou dans la chaleur d'une fonderie, sachez que la chaleur peut se révéler dangereuse. Les Canadiens qui travaillent dans des milieux chauds, par exemple dans les mines, dans les champs, sur les toits, sur les chantiers de construction et dans les boulangeries, sont particulièrement vulnérables durant l'été. Risques et prévention
Saviez-vous qu'une hausse de la température du corps de seulement quelques degrés peut affecter vos fonctions mentales? Une augmentation de quelques degrés de plus peut entraîner des blessures graves, voire la mort. La chaleur peut également être la cause sous-jacente d'un accident sur le lieu de travail, d'une chute ou d'un infarctus. Le stress thermique dû à la chaleur est une accumulation de chaleur générée à l'intérieur de l'organisme (par l'utilisation des muscles) ou à l'extérieur de l'organisme (par le milieu environnant) qui perturbe le système de refroidissement naturel du corps. Si des précautions appropriées ne sont pas prises, il peut s'ensuivre des affections graves, parfois mortelles, par exemple l'épuisement par la chaleur ou le coup de chaleur. Au fur et à mesure que la température interne du corps augmente, la température et le rythme cardiaque du travailleur s'élèvent, et le corps ne parvient plus à rétablir l'équilibre. Lorsqu'il est question d'un malaise causé par la chaleur, la prévention est essentielle. Conseils pour les employeurs
Chaque année, des travailleurs canadiens décèdent au travail en raison de malaises causés par la chaleur. En tant qu'employeur, vous devez gérer ce risque - évaluer la situation et déterminer les mesures de protection appropriées. Selon le lieu de travail, la mise en œuvre d'un programme de contrôle du stress thermique peut être nécessaire. Vous pouvez aider à réduire le risque en gérant les activités liées au travail de façon à ce qu'elles correspondent à la condition physique des employés et à la température ambiante. Offrez une formation. Prenez le temps de former vos travailleurs sur les risques graves pour la santé liés aux malaises causés par la chaleur, sur la façon d'éviter ces derniers et d'en reconnaître les symptômes, et sur les mesures à prendre si un malaise survient. Soulagez les travailleurs. Montrez votre engagement envers la santé des travailleurs en assouplissant les conditions de travail durant les périodes de chaleur. Dans la mesure du possible, planifiez les tâches exigeantes physiquement et les travaux qui nécessitent le port d'un équipement de protection individuelle durant les périodes plus fraîches de la journée, par exemple tôt le matin ou tard le soir. Maintenez les aires de travail plus fraîches ou prévoyez des aires de repos climatisées. Fournissez de l'eau en quantité aux travailleurs qui exécutent des travaux dans un milieu chaud, encouragez-les à boire, même s'ils n'ont pas soif, et à prendre des pauses fréquentes. Conseils pour les travailleurs
Ne vous attendez pas à tolérer la chaleur immédiatement. Il faut jusqu'à deux semaines pour s'acclimater à un milieu de travail chaud. Adaptez votre travail et votre rythme selon la température ambiante et vos sensations. Prenez des pauses. Une pratique simple qui pourrait vous sauver la vie consiste à prendre une pause à l'ombre pour se refroidir afin de prévenir un échauffement excessif du corps. Essayez de prendre une pause à l'ombre ou dans un bâtiment ou un véhicule climatisé. S'il n'y a pas d'endroits frais ou ombragés, réduisez vos efforts physiques. Restez au frais. Éloignez-vous du soleil le plus possible. Si vos tâches exigent des efforts physiques intenses, essayez de planifier ces dernières tôt le matin ou tard l'après-midi, lorsque la chaleur du soleil est moins intense. Portez des vêtements légers. Le risque qu'un malaise causé par la chaleur survienne est plus grand si vous portez certains types d'équipement de protection individuelle. Songez à porter une veste de refroidissement, le cas échéant, pour aider à maintenir la température de votre corps à un niveau acceptable. Hydratez-vous. C'est essentiel. À titre d'indication générale, buvez une tasse d'eau toutes les 15 à 20 minutes. Évitez l'alcool et les médicaments. Les effets d'un malaise causé par la chaleur peuvent s'aggraver si vous prenez des médicaments ou de l'alcool. Si vous prenez des médicaments, lisez l'étiquette ou parlez-en à votre médecin pour comprendre comment ces derniers peuvent amener votre corps à interagir avec le soleil et la chaleur. Apprenez à reconnaître les symptômes du stress thermique chez vous et chez vos collègues de travail. Ces symptômes sont les suivants : éruptions cutanées, crampes, perte de connaissance, transpiration excessive, maux de tête et étourdissements. Il se peut que vous ne voyiez pas ou ne sentiez pas les effets. Par conséquent, ayez toujours recours au système de surveillance mutuelle. Premiers soins
Les signes d'avertissement d'un épuisement par la chaleur sont les suivants : transpiration excessive, peau moite et froide, étourdissements, nausées, vomissements, maux de tête, crampes musculaires, faiblesse ou fatigue extrême, perte de connaissance, et teint pâle ou rosé. Les personnes qui présentent ces symptômes doivent être déplacés vers un endroit frais pour se reposer. Enlevez ou desserrez les vêtements de la victime et refroidissez cette dernière à l'aide de cryosacs ou de linges humides, par exemple des serviettes ou des draps. Si la victime est consciente, faites-lui boire une tasse d'eau froide toutes les 15 minutes. Le coup de chaleur est l'un des types de malaises causés par la chaleur les plus graves. Si la victime n'est pas traitée rapidement et de façon appropriée, elle peut décéder à la suite d'une insuffisance cardiaque, d'une insuffisance rénale ou de dommages au cerveau causés par la chaleur excessive du corps. Les signes d'avertissement peuvent varier, mais comprennent ce qui suit : peau rouge, sèche, chaude (sans transpiration), température du corps très élevée (supérieure à 41 °C), étourdissements ou confusion, essoufflement et perte de connaissance complète ou partielle. Les personnes qui présentent ces signes ou ces symptômes sont en danger et doivent être hospitalisées. Demandez immédiatement des soins médicaux. En attendant l'arrivée du personnel médical, déplacez la victime vers un endroit frais. Enlevez-lui ses vêtements et appliquez des cryosacs ou des linges froids ou humides sur le cou, sous les aisselles, sur les poignets et les chevilles, puis ventilez vigoureusement son corps pour augmenter le refroidissement et réduire sa température. Les malaises causés par la chaleur présentent un risque grave pour la santé, mais on peut facilement les prévenir. En suivant ces règles élémentaires, vous pouvez profiter d'un été en santé, en toute sécurité. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les malaises causés par la chaleur, consultez les sites Web suivants : Réponses SST du CCHST
Best Practice - Working Safely in the Heat and Cold - Alberta (en anglais)
NIOSH (en anglais)
Ministère du Travail de l'Ontario

Alertes au danger

Administrer une décharge électrique pour réanimer le cœur - au travailprint this article

Défibrillateurs externes automatisés sur les lieux de travail
Selon la Fondation des maladies du cœur, plus de 35 000 Canadiens perdent la vie chaque année à cause d'un arrêt cardiaque. La défibrillation augmente jusqu'à 30 % les chances de survie si on l'administre au cours des premières minutes. Chaque minute, la probabilité de survie diminue de 7 à 10 %. Faciliter l'accès aux défibrillateurs peut sauver des milliers de vies. Un défibrillateur externe automatisé (DEA) est un appareil qui surveille le rythme cardiaque et qui peut déceler si le cœur a arrêté de battre. Au besoin, l'appareil peut administrer une décharge électrique au cœur, ce qui a, généralement, pour effet de le réanimer. Work Safe Alberta a publié un bulletin sur la santé et la sécurité au travail dans lequel l'organisme appuie l'utilisation de défibrillateurs externes automatisés (DEA) sur les lieux de travail, sous réserve que l'employeur veille à intégrer l'utilisation des DEA au programme de premiers soins. L'utilisation des DEA doit aussi être intégrée au plan d'intervention d'urgence sur les lieux. De plus, les DEA doivent pouvoir être utilisés sans danger dans le milieu de travail pour lequel il est prévu. Au Canada, les DEA sont réglementés à titre d'appareils médicaux par le Bureau des matériels médicaux de Santé Canada et nécessitent un permis. Le Règlement sur les instruments médicaux canadiens prévoit que les DEA doivent être dotés d'une étiquette décrivant les conditions et les instructions pour leur utilisation sécuritaire, notamment une exigence stipulant que seules les personnes qualifiées puissent l'utiliser. En Alberta, le règlement sur la santé et la sécurité au travail (AR 62/2003), article 13, prévoit que l'utilisation d'un DEA doit se faire par un travailleur qualifié ou sous la supervision d'un travailleur qualifié. Un travailleur qui utilise un DEA doit être " suffisamment qualifié, bien formé et posséder une expérience suffisante " pour utiliser le DEA en toute sécurité. La formation à l'utilisation d'un DEA est obligatoire dans le cadre du cours de premiers soins avancé. Si le prestataire de premiers soins est sous l'autorité d'un médecin possédant son permis de pratiquer, ce dernier doit se conformer aux lignes directrices du College of Physicians and Surgeons of Alberta concernant les responsabilités du praticien. La Fondation des maladies du cœur offre également des lignes directrices sur les DEA. Recommandations

  1. En étudiant la possibilité d'autoriser l'utilisation de DEA sur un lieu de travail, un employeur devrait évaluer les besoins particuliers de son lieu de travail, notamment les points suivants:
    • les DEA peuvent-ils être utilisés sans danger (p. ex. pas dans un milieu inflammable);
    • la population à risque (repérer les dangers du lieu de travail qui augmentent les risques d'arrêt cardiaque soudain);
    • les procédures et les plans d'intervention d'urgence déjà existants;
    • l'accès à des services médicaux d'urgence.
  2. L'employeur devrait s'assurer que les DEA sont intégrés aux programmes d'intervention d'urgence et de premiers soins.
  3. L'employeur doit s'assurer que toute personne utilisant un DEA a suivi une formation et est qualifiée pour utiliser le DEA présent sur le lieu de travail. Il doit aussi y avoir un système en place pour assurer la mise à jour des compétences et la recertification.
  4. L'employeur doit s'assurer qu'il existe un programme en matière de contrôle de la qualité qui comprend l'entretien régulier et l'inspection de l'équipement, la tenue de dossiers et l'évaluation du programme. Lire le bulletin intégral de Work Safe Alberta (en anglais seulement) Lire l'opinion de la Fondation des maladies du cœur du Canada concernant l'utilisation des DEA

Réponses SST

Travail à domicile - la sécurité d'abord! print this article

La technologie offre la possibilité d'effectuer de nombreux travaux à domicile, sans heurts. Un nombre croissant d'entreprises offre à leurs employés le " télétravail " en option, particulièrement dans la foulée de la demande croissante des formules de travail flexibles, du prix de l'essence qui augmente sans cesse et des préoccupations environnementales concernant le transport quotidien. Lorsque le travail à domicile est envisagé, il ne faut pas oublier de tenir compte de toutes les questions liées à la santé et la sécurité au travail. Voici quelques éléments à prendre en considération : Poste de travail - Un poste de travail installé à domicile doit être comparable à celui que l'on trouve au bureau. Il doit inclure une table de travail et un fauteuil de bonne qualité, adaptés à la taille du travailleur. Le clavier doit être placé à la bonne hauteur, de façon que les bras et les poignets soient dans une position naturelle. L'éclairage doit également être suffisant et ne doit pas réfléchir la lumière ni créer de reflets sur l'écran de l'ordinateur. Horaire de travail - Croyez-le ou non, le problème le plus fréquent en ce qui concerne le télétravail n'est pas lié à l'exécution du travail en soi. Au contraire. De nombreux télétravailleurs se rendent compte qu'ils oublient de prendre des pauses! Sans les pauses naturelles prises à l'occasion de rencontres informelles avec ses collègues de travail, ou les marches jusqu'à l'imprimante, le télétravailleur a tendance à passer de longues périodes dans la même position, effectuant des mouvements répétitifs qui peuvent entraîner des blessures musculo-squelettiques. Environnement de travail - L'environnement de travail ne doit présenter aucun risque, par exemple des cordons ou des câbles qui risquent de faire trébucher ou de l'équipement électrique qui n'est pas mis à la terre ou qui est surchargé. Mesures d'urgence - Les télétravailleurs, tout comme les employés qui travaillent dans les locaux de l'entreprise, doivent posséder des détecteurs de fumée, un passage dégagé jusqu'à l'extincteur d'incendie, un détecteur de monoxyde de carbone, un plan d'évacuation, des fournitures de premiers soins et d'autres mesures sur les lieux pour assurer leur sécurité. Responsabilités - La politique de votre entreprise en matière de santé et de sécurité au travail doit préciser qui est responsable des problèmes de santé et de sécurité ainsi que de l'indemnisation du télétravailleur en cas de blessure. Un représentant de l'entreprise doit s'assurer que le milieu de travail est sécuritaire et il doit maintenir un contact avec le travailleur. À l'instar des employés qui travaillent dans les locaux de l'entreprise, le télétravailleur doit signaler tout accident ou blessure à son superviseur. Ces renseignements doivent être consignés pour éviter toute confusion, particulièrement dans le cas d'une demande d'indemnisation. L'entente de télétravail doit établir également quelles pièces de la maison feront partie de la " zone de travail " et préciser que l'employeur ou un représentant du comité de santé et de sécurité ont accès à cette zone pour y effectuer une inspection de santé et de sécurité. Vous préférerez peut-être mettre en place une entente de télétravail à titre d'essai d'abord, afin de vous assurer que cette formule convient à l'employé et à l'entreprise. En vous attaquant immédiatement, de façon officielle et par écrit, à ces problèmes importants, vous pouvez aider votre personnel à travailler de façon sécuritaire et productive à domicile. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les Réponses SST du CCHST à l'adresse suivante : www.cchst.ca/reponsessst/hsprograms/telework.html

Nouvelles sur nos partenariats

Un grand coup de pouce pour la santé et la sécurité dans les petites entreprisesprint this article

L'exploitation d'une petite entreprise n'est pas une mince tâche. De la planification à la dotation en passant par le dressement du bilan, les tâches quotidiennes semblent n'en plus finir. Toutefois, comme tout autre élément de gestion fondamental, la santé et la sécurité au travail sont importantes au rendement et au succès globaux d'une organisation, quelle que soit sa taille. Les bonnes pratiques en santé et sécurité sont bonnes pour les affaires. Elles protègent les travailleurs des souffrances causées par les accidents et la mauvaise santé tout en aidant les entreprises à accroître la productivité, à minimiser l'absentéisme, à réduire les coûts, à maintenir le personnel en poste et à conserver une bonne image de marque. Par ailleurs, comme la Loi sur la santé et la sécurité du Canada s'applique à tous les employeurs, l'adoption d'un programme de santé et de sécurité efficace signifie non seulement que les organisations assurent la sécurité de leurs activités mais qu'elles se conforment à la loi. Pour aider les propriétaires et les gérants des petites entreprises à connaître les aspects essentiels d'un programme de santé et de sécurité, le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) et Vubiz, chef de file international en matière d'apprentissage en ligne, se sont associés pour élaborer le nouveau Programme de certificat en santé et sécurité des petites entreprises. Offert par l'entremise de la Coalition Apprentissage en ligne pour entreprises, le programme vise à fournir aux petites entreprises une formation en ligne accessible afin d'améliorer et d'élargir leurs connaissances en santé et en sécurité et de renforcer leur volonté d'assurer un milieu de travail sain et sûr à leurs employés. Le CCHST et Vubiz sont membres de la Coalition Apprentissage en ligne pour entreprises, au sein de laquelle on retrouve également la Banque Scotia, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), l'Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA), Exportation et développement Canada (EDC), l'Institut national de la qualité (INQ), la Société des comptables en management du Canada (CMA Canada), l'Université d'Athabasca, le Forum pour la formation en commerce international (FITT) et l'Association canadienne des conseillers en management (ACCM). " L'apprentissage en ligne est accessible aux petits entrepreneurs et à leurs employés tous les jours, 24 heures sur 24, ce qui représente un moyen économique d'assurer leur développement personnel et d'accroître la rentabilité de leur entreprise. Les petites entreprises doivent, en effet, se perfectionner continuellement afin de demeurer compétitives et de survivre ", explique Catherine Swift, PDG de la FCEI et co-présidente de la Coalition. Pour obtenir un certificat du programme, les participants doivent terminer avec succès huit cours sur les aspects fondamentaux de la santé et de la sécurité, notamment les comités de santé et de sécurité, l'ergonomie au bureau, la prévention des chutes par glissade et par trébuchement, les risques électriques et l'établissement d'un programme de prévention de la violence. La pierre angulaire du programme est le cours en ligne Santé et sécurité dans une petite entreprise. Les participants y découvriront pourquoi il est essentiel d'élaborer un programme de santé et de sécurité et d'y adhérer. Ils repartiront également avec des conseils pratiques sur la façon de faire démarrer le programme. Des liens vers des informations pertinentes sont fournis pour aider les participants à mieux comprendre les concepts. Il y aura également une section de ressources comprenant des sites Web nationaux, provinciaux et territoriaux sur la santé et la sécurité. Les participants suivent le cours en ligne à leur propre rythme et dans le confort de leur milieu habituel. À tout moment pendant le cours, des experts en la matière sont à leur disposition pour répondre à leurs questions. Comme pour tous les cours du programme, le contenu a été élaboré par des spécialistes du domaine puis examiné par des représentants des syndicats, des entreprises et des gouvernements. " Dans l'ensemble, le cours en ligne est bien présenté et facile à lire. Je le recommanderais aux employeurs ", commente Janice Whalen, spécialiste de la sécurité à la ferme de la Workers Compensation Board de l'Île-du-Prince-Édouard. La Coalition offre deux autres programmes de certificat, l'un en gestion des entreprises et l'autre en gestion des exportations, afin d'aider la collectivité des petites entreprises à exceller dans leurs activités. Tous les programmes sont offerts en français et en anglais.

Nouvelles du CCHST

Vous rafraîchir la mémoire... avec un cours sur le SIMDUTprint this article

Tous les travailleurs canadiens ont le " droit de connaître " les risques présents dans leur milieu de travail. Le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail ou SIMDUT contribue à l'exercice de ce droit en fournissant aux travailleurs des informations utiles sur les dangers de certains produits chimiques et d'autres matières dangereuses afin qu'ils puissent travailler en toute sécurité en présence de ces matières. L'éducation et la formation sur le SIMDUT sont nécessaires à toute personne qui entrepose, manipule, utilise un produit contrôlé ou qui en dispose ainsi qu'à la personne qui supervise son travail. En d'autres mots, toute personne qui travaille avec des matières dangereuses ou à proximité de celles-ci ou qui pourrait être exposée à ce risque doit recevoir une formation sur le SIMDUT. Le CCHST a créé un nouveau cours en ligne à l'intention de ceux ou celles qui ont déjà obtenu une certaine formation sur les notions élémentaires du SIMDUT. Le cours de recyclage sur le SIMDUT vous permet d'actualiser vos connaissances du SIMDUT et des risques chimiques au travail. Vous passerez en revue la loi sur le SIMDUT et son application, les étiquettes SIMDUT et les fiches signalétiques, les classes et les symboles de risques et apprendrez comment travailler en toute sécurité avec des produits contrôlés. Une fois le cours terminé, vous aurez renouvelé votre compréhension du programme SIMDUT et de son importance pour la sécurité dans les milieux de travail canadiens. Ce cours ne couvrira pas, cependant, certaines questions et exigences spéciales qui pourraient s'appliquer aux laboratoires ou aux milieux de travail où des produits chimiques sont fabriqués, préparés ou conditionnés. Ce cours d'une heure permet de renforcer l'apprentissage au moyen d'études de cas, de tests-éclairs et de résumés concis ainsi que de feuillets d'information imprimables et d'autres ressources. Avant de suivre ce cours de recyclage, vous devriez avoir suivi un cours en classe ou un cours en ligne sur le SIMDUT tels que Le SIMDUT pour les travailleurs ou Le SIMDUT pour les gestionnaires et les superviseurs. Pour obtenir des renseignements sur le coût et l'inscription, visitez le site Web suivant du CCHST : www.cchst.ca/products/courses/whmis_refresher/.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2015, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail