Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 6, No. 8 août 2008

Quoi de neuf?

Écoutez attentivement le bruit au travail - et comment il peut affecter votre santéprint this article

L'exposition au bruit a souvent des effets qui ne sont pas seulement contrariants ou perturbateurs. Le bruit peut causer des pertes auditives permanentes. Le bruit professionnel est un risque courant et complexe qui peut affecter les personnes à des degrés divers et de façon aléatoire - en fonction de leur sensibilité individuelle.

Des niveaux de bruit faibles ou modérés tels que ceux que l'on mesure dans les bureaux, les écoles ou les salles d'ordinateurs auront vraisemblablement des effets contrariants et stressants; ils peuvent faire en sorte que les gens aient de la difficulté à s'entendre les uns les autres et ainsi à communiquer. Les bruits plus forts, " appelés bruits industriels ", tels que ceux que l'on entend dans les établissements de fabrication, sur une ferme ou même dans une cafétéria, peuvent causer des pertes auditives permanentes.

À partir de quel niveau est-ce trop fort?

Les limites d'exposition en milieu de travail (LEMT) en ce qui concerne le bruit sont généralement exprimées sous la forme d'une durée d'exposition maximale admissible pour divers niveaux de bruit mesurés en décibels A (dBA). Au Canada, les limites d'exposition au bruit varient d'une sphère de compétence à une autre. Le CCHST a regroupé de plus amples renseignements sur les limites d'exposition en milieu de travail en vigueur au Canada sur son site Web.

Même sans le moindre instrument de mesure, certains signes éloquents peuvent vous aider à déterminer s'il y a un problème de bruit professionnel dans votre milieu de travail. Est-ce que les gens doivent hausser la voix pour se faire comprendre? Après un quart de travail, est-ce que les employés entendent des bourdonnements et doivent-ils augmenter le volume de la radio de leur automobile sur le chemin du retour à la maison? Après avoir travaillé dans un milieu bruyant pendant quelques années, est-ce que les employés ont de la difficulté à suivre la conversation lors d'une fête, au restaurant ou dans un endroit bondé?

Les effets sur la santé d'une exposition au bruit

Nous pensons immédiatement au bruit qui affecte notre capacité auditive, mais l'exposition au bruit a d'autres effets néfastes pour notre santé. Bien qu'il ne soit pas facile de désigner le bruit comme facteur causal dans certains cas, les chercheurs estiment que celui-ci peut constituer un agent stressant en général et peut causer divers symptômes n'ayant aucun rapport avec l'audition, tels que des modifications de la tension artérielle (hypertension par exemple) et de la fréquence cardiaque. Un environnement bruyant peut influer sur la façon de respirer et de dormir d'un travailleur et, de manière générale, peut avoir un effet négatif sur la santé mentale et physique du travailleur.

Les effets pour la santé liés à la capacité auditive varient d'un simple acouphène (une sonnerie ou un bourdonnement dans l'oreille) à des pertes auditives permanentes, sans oublier une perte auditive temporaire qui peut se résorber après un certain temps passé dans un endroit tranquille. Une personne exposée au bruit pendant de longues périodes, exposée de façon répétée ou encore exposée à des fréquences élevées peut subir des pertes auditives permanentes. Également appelée déplacement permanent de seuil, la perte auditive permanente s'aggrave tant et aussi longtemps que se poursuit l'exposition au bruit. La perte auditive permanente attribuable au bruit est un processus cumulatif. Initialement, la perte auditive causée par le bruit est plus marquée à une fréquence de 4000 Hz, mais elle s'étend à d'autres fréquences à la longue et au fur et à mesure que le niveau de bruit augmente.

Parfois, un seul bruit extrêmement fort tel un coup de feu peut causer un traumatisme acoustique qui endommage subitement l'audition.

Outre le bruit, les autres facteurs influant sur la capacité auditive d'un travailleur comprennent les vibrations (par. ex. celles engendrées par un marteau-perforateur), l'âge du travailleur, certains médicaments, certaines maladies et l'exposition à des produits chimiques ototoxiques tels que le toluène et le disulfure de carbone. Les expositions au bruit à l'extérieur des lieux de travail (p. ex, les activités récréatives telles que jouer dans un groupe rock ou pratiquer le tir au pigeon d'argile) contribuent également à l'exposition globale au bruit d'une personne.

Que peut-on faire?

Une évaluation du bruit et un sondage auprès des employés peuvent aider à déterminer l'origine des bruits, les niveaux sonores atteints sur les lieux, les personnes exposées et la durée de ces expositions. La solution la plus évidente et la plus efficace aux problèmes posés par le bruit consiste, bien entendu, à l'éliminer, mais ce n'est pas toujours possible en milieu de travail. La seconde solution prend la forme de mesures d'ingénierie permettant une maîtrise du bruit à la source en vue de réduire ce dernier à un niveau acceptable. Les mesures administratives et l'utilisation de protecteurs d'oreilles appropriés sont également très répandues.

Les mesures d'ingénierie remplacent ou modifient la source de bruit en soi, ou encore l'environnement de travail (p. ex. en isolant la source de bruit sous une enceinte, en posant des atténuateurs acoustiques sur certaines pièces d'équipement, etc.). Les mesures administratives englobent la rotation des quarts de travail et la modification des calendriers de production en vue de limiter l'exposition au bruit en deçà des limites acceptables. Lorsque la technologie ne permet pas de maîtriser efficacement le bruit, les travailleurs doivent porter l'équipement de protection individuelle approprié, soit un casque antibruit, des protecteurs d'oreilles ou des bouchons d'oreilles, en guise de mesure de protection provisoire jusqu'à ce que le bruit soit maîtrisé à sa source.

La maîtrise du bruit et la prévention des pertes auditives d'origine professionnelle sont essentielles. Lorsque votre ouïe est endommagée, elle ne peut être restaurée. Passez le message…mais ne le criez pas trop fort!

Vous pouvez obtenir des renseignements additionnels concernant le bruit sur les lieux de travail en consultant les Réponses SST.

Le CCHST présente plus de détails sur les limites d'exposition au bruit en milieu de travail au Canada.

Découvrez le cours en ligne du CCHST intitulé Prévenir la perte auditive causée par le bruit au travail.

Examinez les articles du NIOSH sur le bruit et la prévention des pertes auditives. (anglais seulement)

Alertes au danger

L'air en conserve peut vous blesserprint this article

Les produits dérivés d'air mis en conserve dont les gens se servent pour expulser l'air qui s'est introduit dans les ordinateurs, les déchiqueteuses et autres matériels électroniques sont assez sécuritaires lorsqu'ils sont employés correctement. Ils peuvent toutefois faire beaucoup plus que souffler de l'air s'ils ne sont pas utilisés selon les consignes ou s'ils servent a d'autres fins.

Au cours d'un récent incident, une employée travaillant dans une salle de quilles nettoyait une déchiqueteuse à papier avec un produit contenant de l'air en conserve. Lorsqu'elle a incliné le récipient, son contenu s'est répandu sous forme liquide. Le liquide s'est rapidement vaporisé, pour commencer à former un nuage de gaz inflammable hautement concentré. Le gaz a pris feu de façon spontanée et a infligé des brûlures au visage de l'employé.

Le ministère du travail et de l'industrie de l'État de Washington (Washington State Department of Labor and Industries) a émis une alerte au danger concernant la façon d'utiliser les produits contenant de l'air en conserve. Le présent article résume les conseils de sécurité présentés dans cette mise en garde.

Que trouve-t-on réellement dans " l'air en conserve "?

" L'air en conserve " n'est pas le même que celui que vous respirez. C'est simplement une expression utilisée pour désigner les gaz comprimés entrant dans la fabrication des produits servant à chasser la poussière, dont un bon nombre sont hautement inflammables. Ces gaz peuvent aussi être toxiques, selon la concentration à laquelle ils sont utilisés et le degré d'exposition de l'employé.

À l'intérieur du contenant, la couche de gaz repose sur une couche de la même substance demeurée à l'état liquide. L'utilisateur doit maintenir le contenant en position verticale pendant la vaporisation, afin d'expulser seulement les gaz par l'ajutage. L'inclinaison du contenant peut permettre au gaz liquéfié de s'échapper. Si cela se produit, particulièrement dans un endroit fermé ou mal ventilé, le gaz peut s'accumuler et atteindre une concentration très élevée formant une atmosphère inflammable. Toute source d'inflammation, telle qu'un interrupteur électrique, une flamme ou une étincelle produite à proximité, peut facilement mettre feu au gaz inflammable.

En plus de constituer un risque d'incendie, le liquide contenu dans un produit dérivé d'air en conserve peut également causer de graves engelures s'il entre en contact avec la peau. C'est pourquoi la plupart des produits contenant de l'air en conserve sont accompagnés d'une mise en garde indiquant de ne pas incliner ni secouer le contenant. Des concentrations élevées de ces gaz peuvent également réduire la teneur en oxygène de l'atmosphère et entraîner des problèmes respiratoires, mais ce, uniquement à de très fortes concentrations dans des locaux fermés et non ventilés. Les symptômes respiratoires semblent être observés seulement lorsque le produit est inhalé intentionnellement (abus de substances par exemple).

Les produits dérivés d'air mis en conserve se présentent sous diverses formes et se composent de différents gaz. Un gaz souvent utilisé et hautement inflammable est le 1,1-difluoroéthane. Vérifier toujours l'étiquette du produit ou sa fiche signalétique (FS) afin de savoir exactement ce qui se trouve dans le contenant.

Utilisation sécuritaire de l'air mis en conserve

Vous pouvez facilement protéger les employés présents dans votre milieu de travail des risques posés par les produits dérivés d'air en conserve en utilisant le produit conformément aux instructions du fabricant. Dans la mesure du possible, remplacer un produit inflammable par un produit de remplacement ininflammable. Maintenez le contenant en position verticale pendant son utilisation, et employez-le uniquement dans des locaux ouverts et bien ventilés.

Les utilisateurs de produits dérivés d'air en conserve doivent lire l'étiquette apposée sur les contenants, consulter la fiche signalétique afin d'obtenir des renseignements plus détaillés sur les risques qu'ils posent et suivre toutes les instructions.

Réponses SST

Enrayez la propagation : mesures d'hygiène à adopterprint this article

Si vous savez comment se propagent les germes, vous êtes plus en mesure de faire obstacle à leur multiplication. Les germes se propagent souvent par le toucher, lorsque vous entrez en contact avec un élément contaminé, puis du bout des doigts touchez à vos yeux, à votre nez ou à votre bouche. Certains germes sont très résistants et peuvent survivre longtemps (des heures ou même plus) sur des surfaces telles que les poignées de porte, les bureaux et les tables.

La meilleure façon de réduire la propagation des infections est de se laver souvent les mains avec du savon et de l'eau. Voici de simples consignes pour éviter de transmettre vos germes à d'autres personnes et d'entrer en contact avec ceux des autres - particulièrement pendant la saison des rhumes, des grippes et des quintes de toux.

9 habitudes à adopter pour réduire la propagation des infections


  1. Se laver souvent les mains avec soin avec de l'eau tiède et du savon, ou avec un produit désinfectant à base d'alcool.

  2. Obtenir le vaccin approprié (par exemple, le vaccin antigrippal).

  3. Rester à la maison si vous êtes malade (ainsi vous ne transmettez pas votre infection aux autres).

  4. Couvrir votre nez et votre bouche lorsque vous éternuez ou que vous toussez (ou tousser dans l'angle formé par votre bras replié).

  5. Utiliser des mouchoirs jetables pour vous assécher le nez et les jeter directement à la poubelle après usage.

  6. Se laver les mains après avoir toussé, après avoir éternué ou après avoir jeté votre mouchoir.

  7. Si vous avez de jeunes enfants ou travaillez avec de jeunes enfants, leur donner des jouets à surfaces dures qui peuvent facilement être nettoyés.

  8. Ne pas toucher à vos yeux, votre nez ou votre bouche à moins d'avoir lavé vos mains depuis peu (les virus peuvent migrer par vos mains et pénétrer dans votre organisme).

  9. Ne pas partager les aliments, les verres, les tasses, la vaisselle, la coutellerie ou toute autre chose qui pourraient être contaminés par des germes.


Votre employeur peut aussi aider en adoptant les mesures ci-après :

  • Établir un plan de prévention des infections (plan écrit décrivant la politique de l'organisation en matière de prévention des infections).

  • Fournir des installations appropriées pour le lavage des mains.

  • Fournir des désinfectants secs à base d'alcool pour les mains lorsqu'il n'y a pas d'installations de lavage pour les mains permanentes (ou aux employés travaillant sur la route).

  • Fournir des boîtes de mouchoirs jetables et favoriser leur utilisation.

  • Rappeler aux employés de ne pas partager les tasses, les verres, la vaisselle et la coutellerie.

  • Veiller à ce que la vaisselle soit lavée avec de l'eau et du savon après usage.

  • Retirer les journaux et les magazines des salles d'attente et des aires communes (telles que les salons de thé et les cuisines).

  • Inciter les employés à demeurer à la maison lorsqu'ils ne se sentent pas bien.

  • Nettoyer régulièrement les postes de travail, les aires de travail partagées et tout autre lieu de travail favorables à la propagation des germes.

  • Vérifier que les réseaux de ventilation fonctionnent adéquatement.


Pour plus de détails, lisez les Réponses SST ci-après :


Bonnes pratiques d'hygiène - Réduire la propagation des infections et des virus

Lavage des mains - Réduire les risques d'infections courantes

Nouvelles sur nos partenariats

Retroussez vos manches et attaquez-vous au virus de la grippe print this article

Octobre est le Mois de la sensibilisation à la prévention de la grippe


Tout commence par un mal de tête, quelques frissons et une quinte de toux. En un rien de temps, vous êtes fiévreux, vous avez les muscles endoloris, les yeux larmoyants et le nez qui coule, et vous êtes complètement vanné. Ces symptômes signalent l'arrivée de la grippe. L'influenza, ou " la grippe ", touche des millions de Canadiens chaque année, principalement au cours de l'hiver. Bien que les personnes atteintes vont pour la plupart bien récupérer, en moyenne 20 000 Canadiens seront hospitalisés et 4 000 perdront la vie à la suite d'une grippe. Le vaccin antigrippal - combiné à un lavage des mains régulier et à un comportement respectueux en cas de toux (se couvrir la bouche pour réduire la propagation des germes) - demeure la meilleure protection contre l'infection par le virus de l'influenza.

Le Mois de la sensibilisation à la prévention de la grippe est le mois d'octobre et cette campagne est parrainée par l'Agence de la santé publique du Canada et par la Coalition canadienne pour la sensibilisation et la promotion de la vaccination (CCSPV). Ce mois est une merveilleuse occasion de rappeler à tous les Canadiens qu'il est maintenant temps de retrousser leurs manches afin de recevoir le vaccin antigrippal.

La grippe est une maladie respiratoire contagieuse qui se transmet aisément sur les lieux de travail. Le vaccin constituant la meilleure façon de s'en protéger, les responsables d'un milieu de travail peuvent aider leurs employés ainsi que les membres de leur famille en organisant, cet automne, une clinique de vaccination contre la grippe sur les lieux de travail. C'est à la fois rentable et plus simple que nous le croyons généralement. Les recherches menées par l'entreprise Buffet Taylor ont révélé que les programmes de vaccination au travail peuvent offrir aux employeurs un rendement du capital investi de plus de 60 $ par travailleur vacciné.

Conseils utiles en vue de l'établissement d'une clinique de vaccination contre la grippe en milieu de travail


  • Examinez les données recueillies concernant l'influenza et ses répercussions sur la santé de vos employés. Informez-vous en visitant des sites Web crédibles tels que ceux des organismes suivants :
  • Étudiez les données avec les cadres supérieurs, les employés et les organisations syndicales. Si chacun comprend que la grippe est une maladie grave pour de nombreuses personnes et qu'elle peut facilement être évitée par une vaccination, l'organisation d'une clinique de vaccination en milieu de travail peut être plus facilement acceptée telle une activité importante en matière de santé.

  • Désignez une personne ou un petit groupe de personnes pour organiser la clinique de vaccination. Les lieux de travail réunissant de nombreux employés comptent souvent un personnel spécialisé en santé au travail qui peut organiser et superviser cette clinique. Vous pouvez aussi faire appel à un fournisseur de services de santé, tel qu'une agence privée de soins infirmiers, qui enverra une équipe sur place au moment qui vous convient le mieux. Consultez les pages jaunes de votre région sous " Infirmières ". Les agences privées offrent habituellement les vaccins, les renseignements pertinents et les formulaires de consentement à peu de frais, généralement pour moins de 20 $ par personne.

  • Faites la promotion de cette clinique auprès des employés et fournissez-leur les renseignements pertinents au sujet des méthodes de prévention de la grippe. Vous trouverez des renseignements fiables sur les sites Web énumérés ci-après. Votre centre de santé publique local pourrait également avoir des feuillets de renseignements à distribuer.

  • Choisissez un emplacement agréable en vue de la tenue de la clinique, et offrez quelques rafraîchissements si vous le pouvez. Vous pourriez décider de fixer un pourcentage d'employés vaccinés à atteindre et d'afficher les progrès accomplis en vue de l'atteinte de cet objectif. N'oubliez pas de compter les personnes qui ont été vaccinées au bureau de leur médecin, dans un établissement pharmaceutique ou dans un centre de santé local. Elles doivent toutes être prises en compte!


Si vous n'organisez pas de clinique en milieu de travail, prenez soin d'informer vos employés au sujet des cliniques publiques mises sur pied au sein de votre collectivité ou encore incitez-les à en parler à leur médecin. Dans certains cas, des frais minimes seront exigés, habituellement moins de 20 $ par personne. C'est bien peu pour se protéger contre la grippe!

Nouvelles du CCHST

Partez avec la santé et le bien-être au travail en poche! print this article

Nous sommes nombreux à passer la moitié de nos heures éveillées sur les lieux de travail; il ne faut donc pas se surprendre qu'il y ait un lien entre notre santé et notre bien-être général et notre milieu de travail. Lorsque nous nous sentons appréciés, respectés et valorisés au travail, et que nous travaillons dans un milieu sain et sécuritaire, nous sommes mieux en mesure de demeurer en santé, d'être plus productif et plus consciencieux. Il est donc parfaitement logique que les employeurs prennent des mesures concrètes en vue d'aider leurs employés à préserver ou à recouvrer leur santé, tant physique que mentale. Des employés en meilleure santé favorisent invariablement l'obtention d'un milieu de travail plus sain - chacun y gagne!

Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) a publié récemment la version révisée du guide de poche Santé et mieux-être en milieu de travail destiné à toute personne désireuse d'en apprendre un peu plus au sujet de la santé et du mieux-être en milieu de travail, et de la santé et sécurité au travail. Ce guide peut être très utile pour les responsables de l'élaboration et de la mise en application d'un programme de santé et de mieux-être au travail en les aidant à concevoir un programme satisfaisant aux besoins particuliers de leur organisation.

Ce guide de poche à reliure spirale a été mis à jour afin de refléter l'évolution observée en matière de santé au travail en réunissant les nouvelles lignes directrices et les dernières recommandations adoptées à ce sujet. Le guide présente les différentes étapes à suivre pour mettre sur pied un programme de promotion de la santé au travail qui vous convienne parfaitement.


  • Fournir un milieu de travail concrètement sain et sécuritaire.

  • Adopter des politiques organisationnelles assurant un équilibre entre les exigences de l'emploi et la maîtrise de son travail (pour éviter le stress excessif et la maladie).

  • Appuyer les modes de vie sains et favoriser le développement personnel.

  • Promouvoir une participation active de tous pour aider à améliorer la santé et le bien-être de chaque employé au travail.


Regorgeant de conseils, de listes de vérification, d'illustrations et d'idées, le guide constitue un exemple concret de programme de bien-être au travail et une source de référence dont vous pouvez tirer profit sur-le-champ. Bon nombre de conseils et de suggestions peuvent servir de modèle de documents à distribuer aux participants au cours des séances de formation des employés, ce qui fait de ce guide un outil précieux pour les comités conjoints de santé et de sécurité au travail, les comités de bien-être au travail et les responsables des ressources humaines.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail