Le rapport sur la santé et la sécuritéJuillet 2010 - Vol. 8, No. 7

Quoi de neuf?

La berce du Caucase présente un grand dangerprint this article

La berce du Caucase est une ombellifère géante. Elle peut atteindre de 15 à 20 pieds (5 à 6 m) de hauteur et ses feuilles, jusqu'à 5 pieds (150 cm) de largeur. Si sa taille est impressionnante, le danger que présente la berce du Caucase pour la santé humaine est tout aussi grand. La peau d'une personne qui entre en contact avec la sève de la berce du Caucase peut devenir extrêmement sensible à la lumière du soleil, ce qui occasionne des cloques et des brûlures graves. Tout comme le persil et la carotte, la berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) fait partie de la famille des Ombellifères; mis à part sa taille, elle ressemble beaucoup à la berce laineuse. Ses tiges creuses, d'un diamètre de 2 à 4 po, portent des taches rouge violacé et de longs poils blancs. De juin à août, la plante produit de petites fleurs blanches, puis des fruits aplatis de forme ovale. Chacune de ses énormes ombelles peut produire jusqu'à 100 000 graines qui peuvent demeurer en dormance dans le sol pendant 15 ans. Dangers pour la santé
La tige et les poils de la berce du Caucase contiennent une sève claire et aqueuse. Le contact avec la sève elle-même n'est pas douloureux. Cependant, la peau qui entre en contact avec la sève peut devenir extrêmement sensible au rayonnement ultraviolet du soleil. Voici quelques précisions utiles :

  • La réaction peut se produire jusqu'à 48 heures après le contact.
  • L'irritation et les cloques qui en résultent peuvent produire des cicatrices noires ou violacées qui, parfois, persistent longtemps.
  • Selon la sensibilité de la personne, les effets peuvent durer plusieurs mois.
  • La peau peut demeurer sensible au rayonnement ultraviolet pendant des années.
  • Le contact de la sève avec les yeux peut provoquer une cécité temporaire ou permanente.
Habitat
Originaire des montagnes du Caucase et du sud-ouest de l'Asie, la berce du Caucase a été introduite en Europe, au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis en tant que plante ornementale. Avec le temps, elle s'est échappée et a envahi de nouveaux milieux dans plusieurs des régions où elle avait été initialement introduite, notamment l'Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, la Colombie-Britannique et Terre Neuve et Labrador. On continue de signaler la présence de la plante dans d'autres régions à mesure qu'elle se propage. Elle pousse souvent sur les berges de ruisseaux et de rivières, formant un couvert qui supplante les espèces indigènes. On trouve aussi la berce du Caucase le long des routes et des voies ferrées, dans les dépôts de déchets, les prés et les terrains vagues. Préférant les sols humides et les milieux partiellement ombragés, elle peut aussi croître en plein soleil ou en milieu totalement ombragé. Protégez-vous
Si vous travaillez dans un milieu où pousse cette plante, évitez tout contact de la sève avec votre peau. Couvrez-vous de la tête aux pieds de vêtements de protection non absorbants faits de matières synthétiques et étanches : manches longues, pantalon long, gants à longues manchettes, bottes et combinaison de protection. Protégez-vous les yeux et tout le visage. Pour éviter la contamination, retournez vos vêtements et vos gants à l'envers quand vous les enlevez. Évitez tout contact entre ces vêtements sales et d'autres objets ou vêtements, et lavez-les bien avant de les réutiliser. Que faire en cas de contact avec la sève?
  • Enlevez la sève le plus vite possible en évitant de l'étendre. Tamponnez la peau avec un tissu ou un papier absorbant, sans frotter.
  • Lavez soigneusement la région atteinte avec de l'eau et du savon, puis rincez la abondamment.
  • Ensuite, lavez-vous les mains et rincez-les.
  • Retirez vos vêtements et lavez-les pour éviter de vous contaminer ou de contaminer d'autres personnes.
  • Recouvrez les régions atteintes, le cas échéant, de vêtements de protection (gants, pantalon long, manches longues) afin d'éviter toute exposition à la lumière (solaire ou artificielle) pendant au moins 48 heures.
  • S'il y a une réaction sur votre peau, consultez un médecin le plus tôt possible.
Si les yeux sont atteints :
  • Rincez-vous les yeux abondamment à l'eau claire pendant au moins 10 à 15 minutes.
  • Portez des lunettes de soleil foncées pour éviter toute exposition à la lumière.
  • Consultez un médecin le plus tôt possible.
Élimination des plantes
Il vaut mieux confier l'élimination de la berce du Caucase d'un terrain privé à un exterminateur agréé. Si toutefois vous choisissez de l'éliminer vous-même, consultez un professionnel afin de vous protéger adéquatement. Ressources supplémentaires
La berce du Caucase, Ministère de la Santé et des Services sociaux La berce du Caucase : Un envahisseur toxique, Gouvernement du Québec Téléchargez l'affiche éducative gratuite à l'intention des travailleurs en plein air [en anglais] produite par le gouvernement de l'Ontario et l'Université de Guelph. Regardez la vidéo « Attack of the Giant Hogweed » produite par WorkSafeBC. Lisez la page sur la berce du Caucase sur le site Ontario Weeds [en anglais] et la page du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario Autres renseignements sur le site WeedInfo.ca [en anglais]

Conseils et outils

Conseils et outils : Les risques de la chaleur estivaleprint this article

L'été venait à peine d'arriver que les stations météorologiques diffusaient déjà des avertissements de chaleur intense. Pour certains travailleurs, la chaleur représente un risque professionnel grave. Le corps humain réussit habituellement à conserver sa température idéale de 37 ºC. À tout moment de l'année, dans diverses circonstances, le corps produit de la chaleur musculaire et génère de la sueur pour éviter de surchauffer. Toutefois, à des températures extrêmes, lorsque l'air est aussi chaud, sinon plus chaud que le corps, les mécanismes de refroidissement cessent de fonctionner. Lorsque le corps n'arrive plus à se rafraîchir adéquatement, la chaleur risque de provoquer un certain nombre de problèmes de santé. Le coup de chaleur et l'épuisement par la chaleur, les problèmes de santé les plus graves causés par la chaleur ambiante, constituent un véritable risque pour les gens qui travaillent à l'extérieur durant l'été. Pour ces travailleurs que l'on retrouve dans la construction, sur les routes, dans les mines à ciel ouvert ou en agriculture, le soleil est la principale source de chaleur. Dans les buanderies, les cuisines de restaurant et les conserveries, l'humidité s'ajoute à la chaleur. Dans tous ces cas, les tâches se déroulent dans une ambiance thermique qui risque de faire échec à la capacité de l'organisme à régler sa température centrale. Les coups de chaleur peuvent s'avérer mortels s'ils ne sont pas traités immédiatement. Dans les années passées, on a vu des travailleurs agricoles comme des joueurs de football mortellement atteints par un coup de chaleur. L'épuisement par la chaleur et la syncope constituent d'autres risques, moins dangereux pour la santé, mais responsables d'indispositions temporaires. Connaître les symptômes avant-coureurs
En général, les victimes d'un coup de chaleur ne reconnaissent pas leurs symptômes. Leur survie dépend donc de la capacité de leurs collègues à déceler les symptômes, à administrer les premiers soins et à demander une assistance médicale sans tarder. Les symptômes, variables d'une personne à l'autre, comprennent une peau sèche et chaude (en raison de l'absence de sueur), une température corporelle souvent supérieure à 41 ºC et l'évanouissement partiel ou complet. Parmi les symptômes de l'épuisement par la chaleur (causé par une perte d'eau corporelle par suite d'une sudation excessive), mentionnons une forte sudation, la faiblesse, les étourdissements, les troubles de la vue, une grande soif, les nausées, les maux de tête, les vomissements, la diarrhée, les crampes musculaires, l'essoufflement, les palpitations, les picotements, et l'engourdissement des mains et des pieds. Comment prévenir les problèmes de santé causés par la chaleur
Évitez de vous exposer au soleil. Réalisez certaines tâches à l'intérieur ou à l'ombre plutôt qu'au soleil. Si c'est impossible, dressez un abri temporaire. Prenez de nombreuses pauses à un endroit frais ou bien aéré pour vous reposer du soleil et de la chaleur. N'ayez pas peur de suer. La sudation est le mécanisme de refroidissement le plus efficace du corps. L'évaporation de la sueur rafraîchit la peau. Dans certains cas, on peut utiliser un ventilateur pour faire pénétrer de l'air frais dans la pièce et éviter de faire monter sa température corporelle. Prévoyez une période d'acclimatement. N'entreprenez aucune activité épuisante trop rapidement avant de vous habituer à la chaleur. Votre corps peut prendre de six à sept jours pour s'adapter complètement (ou s'acclimater) à de nouvelles conditions thermiques. Adaptez-vous graduellement et prenez des pauses loin de la chaleur, au besoin. Le jour où un employé commence à travailler ou revient de vacances ou d'un congé de maladie, on recommande de lui assigner environ la moitié de la charge de travail normale, puis d'augmenter graduellement de jour en jour. Restez hydraté. Lorsqu'il fait chaud, buvez beaucoup d'eau fraîche (en moyenne un litre par heure). Buvez à intervalles de 15 à 20 minutes, que vous ayez soif ou non, afin de remplacer l'eau que vous perdez en sueur. Évitez de consommer de la caféine ou de l'alcool, qui risquent de vous déshydrater. Couvrez-vous. Pour vous protéger du soleil et de la chaleur lorsque vous travaillez à l'extérieur, couvrez-vous le plus possible avec des vêtements amples faits de tissu léger qui " respire ". Lorsque vous travaillez au soleil sans chemise ni chapeau, le soleil assèche votre sueur trop rapidement et l'empêche de rafraîchir votre corps. Les vêtements donnent à la sueur le temps de rafraîchir le corps et aident à protéger la peau du rayonnement solaire nocif. Élaborez un plan d'action d'urgence. Le plan d'urgence doit prévoir des procédures pour la prestation de premiers soins et de soins médicaux aux victimes. Dans les milieux susceptibles de provoquer le stress dû à la chaleur, il faut surveiller les conditions de travail et veiller à ce que les travailleurs profitent de périodes de repos établies en fonction des niveaux de chaleur mesurés. L'ACGIH (American Conference of Governmental Industrial Hygienists) a établi des valeurs limites d'exposition pour éviter le stress thermique et les coups de chaleur, ainsi que des directives permettant de déterminer les conditions météorologiques qui n'ont aucune incidence sur les travailleurs en plein air, celles où on doit faire preuve de prudence et celles où on doit interrompre le travail. Pour en apprendre davantage sur les effets sur la santé du travail dans des ambiances thermiques chaudes, visitez la page du CCHST. Règlements provinciaux sur le travail à la chaleur
Guide santé sécurité du travail dans les environnements chauds Écoutez dès maintenant le balado du CCHST intitulé « Working in the Heat: How Hot is Too Hot? » Durée : 6:11 minutes

Nouvelles sur nos partenariats

Prendre en main les douleurs cervicales print this article

Les professionnels de la santé qui traitent les patients souffrant de douleurs cervicales allant des douleurs légères aux douleurs causées par un coup de fouet cervical voudront prendre connaissance du nouveau rapport publié par l'Institut de recherche sur le travail et la santé (Institute for Work & Health). Ce rapport intitulé
« Neck Pain Evidence Summary » est un sommaire des recherches rassemblées par le groupe de travail " Task Force on Neck Pain and Its Associated Disorders ", entre 1999 et 2008. Il fournit de l'information utile sur les différents degrés de douleurs au cou, les traitements pertinents et l'évaluation des patients. Les douleurs cervicales sont choses communes chez les travailleurs, qu'elles surviennent à la suite du soulèvement d'objets lourds, d'un accident au cours duquel l'arrière de la voiture a été embouti, de séances prolongées de travail de bureau en position assise ou d'un éventail d'autres situations. Bien que la guérison des douleurs cervicales ne soit pas toujours possible, un grand nombre de traitements sont offerts, encore faut il cerner les traitements les plus efficaces. Mis en place en 2000, le groupe de travail s'est attelé à trouver une réponse. Ce groupe de travail international, qui est composé de scientifiques et de cliniciens œuvrant dans des disciplines où l'on traite activement les patients souffrant de douleurs cervicales, a pour mandat de proposer des lignes directrices quant aux pratiques cliniques employées pour soulager les douleurs cervicales et les troubles connexes. Son travail a permis la réalisation d'un portrait exhaustif des douleurs cervicales, notamment de leurs causes, de leur évolution et du nombre de travailleurs en faisant état, et il a été publié dans plus de 20 études et examens systématiques des données les plus probantes. Pour réaliser ce sommaire, l'Institut de recherche sur le travail et la santé a collaboré avec le Canadian Memorial Chiropractic College, l'Ontario Chiropractic Association et les membres du comité de direction du groupe de travail « Neck Pain Evidence Summary ». Cliquez ici pour télécharger le rapport. [en anglais]

Nouvelles du CCHST

Naviguer à travers les modifications apportées au SIMDUT print this article

Le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) a entamé un processus d'harmonisation avec le nouveau Système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques (SGH). Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) a élaboré un nouveau guide visant à familiariser les Canadiens avec le SGH et à aider les milieux de travail à se préparer en vue d'éventuels changements. Le SGH a pour but d'établir des critères uniformes pour la classification des dangers, et d'uniformiser le contenu ainsi que le format des étiquettes et des fiches de données de sécurité utilisées partout dans le monde. Le guide intitulé Le SIMDUT après le SGH : se préparer au changement guidera les organisations au cours des changements anticipés, favorisera une meilleure compréhension des nouvelles exigences et facilitera leur transition au SIMDUT après le SGH. Les détails précis sur la réglementation révisée ne seront pas connus avant leur publication dans la Partie II de la Gazette du Canada. Cependant, les renseignements connus sont suffisants pour inciter les lieux de travail à se préparer aux changements. Ce survol couvre les fondements de la classification, les fiches de données de sécurité, les symboles et les pictogrammes, les étiquettes, les mentions de danger et les conseils de prudence. Les publications du CCHST se distinguent par le fait qu'ils sont créés par des spécialistes du domaine et qu'ils sont revus par des représentants des syndicats, des employeurs et du gouvernement qui s'assurent que le contenu et l'approche adoptée sont objectifs et crédibles. Voici des précisions additionnelles concernant Le SIMDUT après le SGH : se préparer au changement. Suivez les cours en ligne gratuitement offerts par le CCHST :

Mot de la fin

Écoutez et apprenez - Soleil, orages et gazouillis sur Twitterprint this article

Le CCHST offre maintenant plus de 20 balados dans le cadre du programme De la SST pour emporter! et de nouveaux balados gratuits s'ajoutent chaque mois. Les plus récents vous offrent des conseils sur la façon de se protéger contre la foudre durant un orage électrique, sur l'importance de se protéger du soleil et sur la façon d'utiliser le réseau Twitter pour améliorer les projets de santé et sécurité au travail que vous lancez à l'aide des médias sociaux. Vous pouvez écouter ces balados maintenant ou les télécharger dans votre lecteur MP3 et les écouter à votre convenance. Protection contre la foudre Écoutez-le immédiatement.
Le CCHST vous explique comment se protéger contre la foudre durant un orage électrique.
Durée: 6:49 minutes Sécurité au soleil Écoutez-le immédiatement.
Le CCHST discute de l'importance d'assurer sa sécurité lorsqu'on travaille au soleil et des mesures préventives à prendre pour se protéger contre les effets nocifs des rayons UV. Durée: 5:09 minutes « Twitter Tips » Écoutez-le immédiatement.
Krista Travers, agente de marketing et de communications pour le CCHST, présente 10 conseils concernant Twitter en vue d'améliorer les projets de santé et sécurité au travail que vous lancerez à l'aide des médias sociaux.
Durée: 6:51 minutes Obtenez a liste complète de tous les balados sur le site Web du CCHST.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2015, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail