Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 9, No. 6

Sujet d'actualité

Préservez sa sécurité malgré le soleil, la chaleur et les piqûres d'insectesprint this article

La fête du Canada marque le début non officiel de l'été et l'occasion de passer plus de temps à l'extérieur. Si vous travaillez ou jouez à l'extérieur, vous êtes plus susceptible d'éprouver un malaise ou d'être atteint d'un trouble attribuable à une exposition excessive au soleil, à la chaleur extrême et aux piqûres d'insectes. Vous pouvez prendre certaines précautions pour ne courir aucun risque cet été.

Évitez le soleil

L'exposition aux rayons ultraviolets (UV) du soleil peut causer des coups de soleil, le vieillissement prématuré de la peau, des lésions oculaires, le cancer de la peau et l'affaiblissement du système immunitaire. Lorsque l'indice UV (intensité des rayons UV du soleil) se situe à 3 ou plus, prenez les précautions suivantes :


  • Évitez de vous exposer inutilement au soleil, particulièrement aux rayons plus intenses du soleil, entre 11 h et 16 h, et sachez que vous n'êtes pas à l'abri des coups de soleil même sous un ciel couvert.

  • Recherchez, dans la mesure du possible, des endroits ombragés pour réaliser vos activités extérieures. Si cela est impossible (p. ex. pour le travail), érigez des structures créant une zone ombragée, utilisez des parasols ou placez-vous à l'ombre d'un immeuble ou d'un arbre ou sous un auvent pour vous protéger des rayons directs du soleil.

  • Protégez votre peau en portant un chapeau à larges bords, une chemise légère à manches longues et des pantalons. Protégez vos yeux en portant des lunettes de soleil qui bloquent les rayons UV.

  • Appliquez un écran solaire hydrofuge sur toutes les parties de votre corps exposées au soleil. Veillez à ce que le facteur de protection solaire (FPS) soit d'au moins 30 et qu'il offre une protection contre les rayons UVA et UVB. Appliquez de nouveau l'écran solaire toutes les deux heures et après vous être baigné ou avoir sué abondamment.


Combattez la chaleur

Les personnes qui travaillent à l'extérieur ou dans des environnements chauds, tels les mines, les terres agricoles, les toitures, les chantiers de construction et les boulangeries-pâtisseries, sont particulièrement susceptibles d'éprouver un malaise potentiellement grave causé par la chaleur et doivent savoir comment prévenir ce risque. Le stress thermique est une accumulation de chaleur qui peut entraîner l'épuisement par la chaleur ou un coup de chaleur, un état potentiellement mortel, si des précautions adéquates ne sont pas prises. Au fur et à mesure que la température interne du corps s'élève, la fréquence cardiaque augmente et le corps ne parvient plus à rétablir l'équilibre.

Si vous êtes un employeur, prenez les mesures suivantes pour assurer la sécurité de vos employés :

  • Évaluez la situation et mettez en œuvre, au besoin, un programme de maîtrise du stress thermique.

  • Gérez les activités professionnelles de façon à ce qu'elles correspondent à la condition physique des employés et à la température ambiante.

  • Formez les travailleurs sur les risques graves pour la santé liés aux malaises causés par la chaleur, sur la façon de les éviter et d'en reconnaître les symptômes, et sur les mesures à prendre si de tels malaises surviennent.

  • Prenez les mesures requises pour permettre aux employés de se rafraîchir. Assouplissez les conditions de travail durant les périodes de chaleur. Dans la mesure du possible, planifiez les tâches exigeantes physiquement et les travaux qui nécessitent le port d'un équipement de protection individuelle durant les périodes plus fraîches de la journée, par exemple tôt le matin ou tard le soir.

  • Maintenez les aires de travail plus fraîches ou prévoyez des aires de repos climatisées.

  • Fournissez de l'eau en quantité aux employés qui exécutent des travaux dans un environnement chaud. Encouragez-les à boire même s'ils n'ont pas soif et à prendre des pauses fréquentes.


Si vous êtes un travailleur, voici également des mesures que vous pouvez prendre pour prévenir les malaises causés par la chaleur :

  • Prenez le temps de vous acclimater. Il faut parfois jusqu'à deux semaines pour s'habituer à un milieu de travail chaud. Adaptez votre travail et votre rythme selon la température ambiante et votre capacité d'acclimatement.

  • Prenez des pauses à l'ombre ou dans un bâtiment ou un véhicule climatisé afin de prévenir une hausse excessive de votre température corporelle. S'il n'y a pas d'endroits frais ou ombragés, réduisez vos efforts physiques.

  • Restez au frais. Évitez le soleil le plus possible. Si vos tâches exigent des efforts physiques intenses, essayez de planifier ces dernières tôt le matin ou tard l'après-midi, lorsque la chaleur du soleil est moins intense. Portez des vêtements légers et songez à porter une veste de refroidissement, le cas échéant, pour aider à maintenir la température de votre corps à un degré acceptable.

  • Hydratez-vous. C'est essentiel. À titre d'indication générale, buvez une tasse d'eau toutes les 15 à 20 minutes.

  • Évitez l'alcool et les médicaments. Si vous prenez des médicaments, tentez de savoir s'ils sensibilisent votre organisme au soleil et à la chaleur.

  • Apprenez à reconnaître les symptômes du stress thermique chez vous et chez vos collègues de travail. Ces symptômes sont les suivants : éruptions cutanées, crampes, perte de connaissance, transpiration excessive, maux de tête et étourdissements. Il se peut que vous ne soyez pas en mesure de relever ou de déceler ces effets vous-même. Par conséquent, ayez toujours recours au système de surveillance mutuelle.


Évitez les piqûres

Les insectes piqueurs peuvent causer chez certaines personnes une légère douleur temporaire et de la rougeur, mais ils peuvent gravement menacer la vie d'autres personnes. Les insectes piqueurs peuvent causer des effets potentiellement mortels selon l'endroit où ils vous ont piqué et les allergies dont vous souffrez. Bien qu'elle survienne rarement, la réaction allergique la plus grave à une piqûre est l'anaphylaxie (aussi appelée choc anaphylactique). Du nombre de personnes qui meurent à la suite d'une réaction allergique grave à une piqûre, la moitié décède dans les 30 minutes après avoir été piqué, et les trois quarts, dans les 45 minutes suivant la piqûre. Cette réaction peut se produire la première fois que vous êtes piqué ou après plusieurs piqûres.

Les symptômes d'une réaction allergique apparaissent généralement dans les 30 minutes suivant la piqûre et comprennent l'urticaire, les démangeaisons et l'enflure à des endroits autres que le point de piqûre, l'enflure des yeux et des paupières, la respiration sifflante, le serrement de poitrine et de la difficulté à respirer, une voix rauque ou l'enflure de la langue, les étourdissements, une diminution marquée de la pression artérielle, l'état de choc, la perte de connaissance ou l'arrêt cardiaque.

Prenez les mesures suivantes pour éviter les risques associés aux abeilles, aux guêpes et aux autres insectes piqueurs, particulièrement si vous travaillez à l'extérieur :

  • Demeurez à bonne distance des zones où ces insectes sont présents en grand nombre, plus particulièrement des contenants à déchets, des bennes à rebuts, des fruits tombés, de la nourriture pour animaux de compagnie et autres sources de résidus alimentaires.

  • N'agacez pas les insectes, n'essayez pas de les écraser et ne faites pas de mouvements brusques. Laissez-les s'envoler d'eux-mêmes ou éloignez-vous lentement ou encore soufflez doucement sur l'insecte.

  • Soyez vigilants lorsque vous utilisez des outils électriques, tels les tondeuses à gazon, les coupe-herbes et les tronçonneuses, qui peuvent agacer les insectes.

  • Informez votre employeur si vous êtes allergique aux piqûres d'insectes, particulièrement si vous travaillez à l'extérieur. Les collègues de cet employé devraient recevoir une formation en secourisme d'urgence, connaître les premiers signes d'une réaction grave et savoir comment utiliser une trousse de soins pour piqûre d'abeille (seringue d'épinéphrine auto-injectable).

  • Ayez toujours en votre possession votre seringue d'épinéphrine auto-injectable et votre cellulaire au cas où vous auriez besoin d'une aide médicale d'urgence.

  • Réduisez le risque de vous faire piquer en portant des vêtements clairs (p. ex. kaki, beige ou bleu), plus précisément une chemise à manches longues, des pantalons et des chaussures fermées. Évitez d'utiliser des produits parfumés et assurez-vous que les insectes ne peuvent pas s'empêtrer dans vos cheveux ou se glisser dans les plis de vos vêtements ou des serviettes.

  • Si vous devez travailler à proximité d'abeilles ou de guêpes, portez un chapeau avec un filet qui recouvre la tête, le cou et les épaules. À l'aide de ruban adhésif, fixez les jambes de votre pantalon à vos bas ou à vos bottes, et vos manches à vos gants.

  • Portez un bracelet d'alerte médicale si vous êtes allergique aux piqûres.


La période estivale comporte certains risques graves pour la santé, qui peuvent toutefois être prévenus. En prenant certaines précautions élémentaires, vous pourrez profiter de l'été en santé et en toute sécurité.

Pour en savoir davantage, lisez les Réponses SST :

Obtenez le Guide santé sécurité du travail dans les environnements chauds.

Écoutez le fichier balado de CCHST : Working in the Heat: How Hot is Too Hot?

Nouvelles sur nos partenariats

Établir la norme en matière de santé mentale au travail au Canadaprint this article

Les maladies et les problèmes liés à la santé mentale constituent la principale cause d'incapacité au travail au Canada et ils entraînent de lourdes conséquences pour les travailleurs et les milieux de travail canadiens. Les employeurs canadiens pourront bientôt compter sur un support accru et sur les outils dont ils ont besoin pour améliorer la santé mentale de leurs employés grâce à une norme nationale sur la santé et la sécurité psychologiques.

La Commission de la santé mentale du Canada chapeaute l'élaboration de la Norme nationale sur la santé et la sécurité psychologiques au travail (la " norme "), en collaboration avec le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) et la CSA (Association canadienne de normalisation). En vue de l'élaboration de la norme, le BNQ et la CSA ont créé un comité réunissant des professionnels de la santé et de la sécurité, des représentants de syndicats, des cadres dirigeants, des représentants des gouvernements, des spécialistes des lois et des politiques, et des membres de certains autres groupes. L'objectif consiste à préparer une norme conviviale et facile d'accès pour les employeurs et autres parties intéressées au Canada.

La norme sera élaborée sous forme de norme nationale du Canada " indépendante " et d'application volontaire. Elle devrait offrir une solution gagnante tant pour les employés que pour les employeurs. Elle proposera une méthodologie qui conduira à des améliorations mesurables sur les plans de la sécurité et de la santé psychologique des travailleurs canadiens. Les employés évolueront dans des milieux de travail qui favorisent une bonne santé mentale et préservent cette dernière, tandis que les employeurs tireront avantage d'un rapport coût-efficacité amélioré, d'une meilleure gestion des risques, d'un recrutement et d'un maintien en poste plus intéressants à l'échelle de l'organisation, et enfin d'un meilleur statut sur le plan des responsabilités sociales de l'organisation.

Le projet est financé par Ressources humaines et Développement des compétences Canada, Santé Canada, l'Agence de la santé publique du Canada et la société Bell.

La norme fera l'objet d'un processus de consultation publique d'une durée de 60 jours au cours de l'automne et la version finale devrait être publiée en 2012.

Cliquez ici pour lire le communiqué de presse de la CSMC.

De la SST pour emporter

La sécurité nautique et les travailleurs vieillissants print this article

Le CCHST produit chaque mois des balados GRATUITS conçus pour vous informer des derniers renseignements, conseils, études et avis d'experts diffusés en ce qui concerne la santé, la sécurité et le mieux-être des travailleurs canadiens. Cette collection de balados que vous pouvez télécharger et écouter au moment et à l'endroit de votre choix vous offre vraiment De la SST pour emporter!

Dans l'édition de ce mois-ci, De la SST pour emporter! propose des balados sur les défis associés aux travailleurs vieillissants et la sécurité nautique en été.

Les défis liés au vieillissement de la population active examine les enjeux relatifs au vieillissement de la main d'œuvre et les moyens mis en œuvre par les différents milieux de travail pour répondre aux besoins des travailleurs âgés. Apprenez ce que vous pouvez faire en écoutant le balado, dont la durée est de 4 min 48 s. Écoutez-le immédiatement!

Au cours de l'entrevue, Shelley Dalke de la Société canadienne de la Croix-Rouge explique de quelle façon vous pouvez assurer votre sécurité tout en travaillant et en vous amusant sur l'eau durant vos vacances cet été.
D'une durée de 5 min 27 s, le balado est offert en anglais seulement. Écoutez le balado maintenant.

Parcourez la liste complète des sujets traités dans les balados. Mieux encore, abonnez-vous sur iTunes afin de ne pas manquer un seul épisode!

Nouvelles du CCHST

Pour que la transition FS à FDS se fasse en douceur print this article

Avec la mise en œuvre du Système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques (SGH), de nombreux fournisseurs délaisseront le format de la fiche signalétique (FS) de l'ANSI pour adopter celui de la fiche de données de sécurité (FDS) du SGH. Cette transition ne s'effectuera pas aussi facilement qu'on pourrait le croire, car il ne suffit pas d'ajouter un " D "!

Pour vous aider à vous préparer à ces changements, le CCHST a produit une nouvelle affiche intitulée FS -> FDS : il ne suffit pas d'ajouter un " D ", constituant un tableau de référence qui permet de voir rapidement ce à quoi ressemblera la FS, une fois devenue une FDS du SGH. Cette affiche colorée est conçue pour instruire, former et informer les fabricants et les fournisseurs de produits chimiques ainsi que les employeurs et les employés travaillant au sein des industries où des produits chimiques sont utilisés.

Le CCHST a analysé de quelle façon les champs de données de la FS conformes à la norme ANSI Z400.1-2004 peuvent être intégrés à une FDS en tenant compte des données qui sont conservées, des données élaguées, des nouvelles données fournies, de celles qui sont déplacées ou renommées, et de celles qui demeurent inchangées. Cette affiche vous aidera à vous préparer en vue de ces changements en illustrant graphiquement les résultats de cette analyse et en proposant quelques conseils judicieux visant à assurer une transition sans heurt de la FS à la FDS.

Note : Les renseignements figurant sur cette affiche ne peuvent être considérés comme définitifs ou immuables, puisque les dernières modifications apportées aux textes réglementaires n'ont pas encore été publiées.

Obtenez plus de précisions sur l'affiche FS -> FDS : il ne suffit pas d'ajouter un " D ".

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail