Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 11, No. 6

Sujet d'actualité

Pensez sécurité dans vos projets estivauxprint this article

La fin de semaine de la fête du Canada qui approche marque le début non officiel de l'été. Après avoir bravé le froid d'un long hiver, les Canadiens attendent avec impatience l'arrivée du temps chaud pour pratiquer des activités extérieures. Comme les enfants ne sont plus en classe, l'été est aussi une saison de choix pour prendre des vacances. Par contre, cette saison comporte également son propre lot de dangers : la chaleur extrême, les piqûres d'insectes et les orages.

Que vous travailliez à l'extérieur, pratiquiez le camping ou que vous vous adonniez à des activités à l'extérieur en famille, comme les pique-niques, vous devez prendre certaines mesures qui vous aideront à rester en sécurité cet été.

Salubrité des aliments pendant l'été

Le temps plus clément nous pousse à cuisiner et à manger à l'extérieur, mais on observe aussi un risque d'intoxication alimentaire accru. En effet, les bactéries nocives qui se trouvent sur nos aliments peuvent se multiplier rapidement, c'est-à-dire en seulement deux heures par temps chaud. Respectez les quatre règles de sécurité - propreté, séparation, cuisson et réfrigération - lorsque vous manipulez et faites cuire des aliments pour vous aider à prévenir les intoxications alimentaires au sein de votre famille cet été.

PROPRETÉ : Lavez-vous souvent les mains et nettoyez fréquemment les surfaces de travail pour prévenir la prolifération des bactéries. Lavez-vous les mains à l'eau chaude et savonneuse pendant 20 secondes avant et après la manipulation d'aliments. Nettoyez à l'eau chaude et savonneuse les planches à découper, la vaisselle, les ustensiles et les surfaces de travail après la préparation de chacun des aliments, de même qu'avant et après chaque utilisation pour prévenir la contamination croisée. Lavez et remplacez fréquemment les torchons, les éponges et les linges à vaisselle. Rincez les fruits et les légumes crus à l'eau claire et fraîche avant de les peler, de les faire cuire et de les manger.

SÉPARATION : Séparez la viande, la volaille et les fruits de mer crus et leurs jus des autres aliments afin d'éviter la propagation des bactéries nocives. Placez ces aliments dans des contenants ou des sacs de plastique étanches et déposez-les au fond de la glacière pour éviter que leurs jus ne s'écoulent sur les autres aliments.

CUISSON : Faites cuire les aliments jusqu'à la température appropriée afin de tuer les bactéries nocives. Pour pouvoir être mangés en toute sécurité, la viande, la volaille et les fruits de mer crus doivent être cuits jusqu'à ce que leur température interne atteigne les températures suivantes :


  • 70 °C (158 °F) pour le poisson

  • 71 °C (160 °F) pour la viande hachée

  • 74 °C (165 °F) pour les mollusques et crustacés, les restes et les morceaux de volaille

  • 85 °C (185 °F) pour la volaille entière



Servez-vous d'un thermomètre numérique pour aliments pour vérifier les températures et vous assurer que les aliments sont suffisamment cuits. Déposez les aliments cuits sur une assiette propre, et non sur une assiette qui a contenu de la viande, de la volaille ou des fruits de mer crus.

RÉFRIGÉRATION : Gardez les denrées périssables au froid. Placez-les dans une glacière contenant de la glace ou des blocs réfrigérants et dont la température est égale ou inférieure à 4 °C (40 °F). Gardez les glacières à l'abri de la lumière directe du soleil et évitez de les ouvrir trop souvent. Placez les aliments et les boissons dans des glacières distinctes afin d'éviter la contamination croisée et de garder les aliments au froid plus longtemps. Replacez les restes dans la glacière tout de suite après le repas et ne laissez pas les aliments à l'extérieur de la glacière pendant plus de deux heures.

Mesures de sécurité en cas de foudre

Il n'y a aucun abri sécuritaire à l'extérieur pendant un orage. Si vous entendez le tonnerre, mettez-vous immédiatement à l'abri, de préférence dans une maison ou dans un véhicule muni d'un toit rigide et non stationné sous des arbres ou à proximité d'objets de grande taille qui pourraient tomber et l'écraser. Remontez les vitres et évitez de toucher aux parties métalliques du châssis ou à tout dispositif câblé du véhicule (y compris le volant ou les prises de téléphone cellulaire). Ne sortez pas si des fils électriques tombés touchent le véhicule ou se trouvent à proximité de celui-ci.
Les abris de pique-nique, les abris à voitures, les tentes et les abris pour les joueurs de baseball sans électricité ni plomberie mise à la terre ne procurent aucune protection contre la foudre.

Si vous êtes surpris par la foudre à l'extérieur, loin d'un abri sécuritaire, vous pouvez prendre certaines précautions afin de réduire le risque d'être frappé par la foudre.

Tenez-vous à l'écart des objets de grande taille, comme les arbres, les mâts et les clôtures, ainsi que des objets qui conduisent l'électricité tels que les tracteurs, les voiturettes de golf, les bâtons de golf, les clôtures de métal et les tondeuses à gazon. Évitez d'être le point le plus haut - et donc une cible pour la foudre - dans un espace découvert, ou de tenir un bâton de golf ou un parapluie.

Réfugiez-vous à un endroit de faible élévation, comme un fossé ou une vallée. Si vous vous trouvez dans une forêt, abritez-vous sous une végétation dense formée de petits arbres ou de buissons. Soyez à l'affût des crues subites que peuvent produire les pluies fortes.

Restez loin de l'eau. Si vous êtes sur l'eau et que vous entendez le tonnerre, retournez le plus vite possible sur la rive et trouvez un abri sûr.

Si vos cheveux se dressent sur votre tête, il se pourrait que vous soyez sur le point d'être frappé par la foudre. Accroupissez-vous immédiatement sur la pointe des pieds et gardez vos pieds très rapprochés. Enroulez vos bras autour de vos genoux et penchez-vous en avant. Faites en sorte de constituer la cible la plus petite possible et réduisez votre contact avec le sol. Ne vous étendez pas de tout votre long.

Hydratez-vous lorsqu'il fait chaud

Le fait de travailler à l'extérieur ou de vous adonner à des activités intenses au soleil, à la chaleur et à l'humidité peut vous amener à transpirer et à perdre des fluides rapidement, et ainsi augmenter le risque de déshydratation.

Buvez amplement de liquides pour remplacer les fluides perdus, soit au moins une tasse toutes les 15 à 20 minutes, que vous ayez soif ou non. Vous pouvez boire de l'eau, du lait partiellement écrémé ou du jus de fruits, ou encore, de façon modérée, des boissons pour sportifs conçues pour remplacer les fluides et les électrolytes de l'organisme. Évitez les boissons caféinées et sucrées, et ne consommez JAMAIS d'alcool (p. ex. de la bière) pour vous hydrater. En moyenne, il peut être nécessaire de boire environ un litre d'eau toutes les heures pour compenser la perte de fluides.
Surveillez la couleur de votre urine, qui devrait être claire à jaune pâle. Si elle est foncée ou concentrée, vous pourriez être déshydraté : consommez plus de liquides.

Protégez-vous contre les piqûres d'insectes et le virus du Nil occidental

En plus de causer des démangeaisons, les piqûres de moustiques augmentent le risque d'infection par le virus du Nil occidental. La meilleure façon de réduire votre risque d'être infecté par le virus du Nil occidental est d'éviter les piqûres de moustiques.

Les moustiques sont les plus actifs au lever et au coucher du soleil. Si vous êtes à l'extérieur pendant ces heures, portez des chaussettes, des chaussures ainsi qu'un pantalon et une chemise à manches longues d'une couleur claire (qui attire moins les insectes). Vaporisez un insectifuge contenant du DEET sur vos vêtements pour empêcher les insectes de piquer à travers les vêtements minces. Avant d'utiliser un insectifuge, lisez l'étiquette attentivement et suivez les instructions.

Efforcez-vous d'éliminer les lieux de reproduction des insectes dans votre milieu de vie ou de travail en empêchant l'accumulation d'eau stagnante. Mettez les pataugeoires et les brouettes à l'envers après leur utilisation et, deux fois par semaine, éliminez l'eau des bâches de piscine, des plateaux de pots de fleurs, des poubelles et des autres contenants. Changez l'eau des bains d'oiseaux deux fois par semaine, couvrez les tonneaux d'eau de source ou mettez une moustiquaire sur ceux-ci, et ajoutez du chlore à l'eau des piscines ou des bassins décoratifs.

Ne laissez pas les blessures et les maladies évitables vous empêcher de profiter de l'été. Toute l'équipe du CCHST vous souhaite une joyeuse fête du Canada et un été agréable et sans danger.

Nouvelles sur nos partenariats

Outil « Sprains & Strains: Spot it. Fix it. »print this article

Outil d'enseignement interactif de la Nouvelle-Écosse pour repérer les risques de blessures musculo-squelettiques


Des symptômes comme des raideurs au dos et des douleurs aux poignets ou aux épaules peuvent, au fil du temps, évoluer en troubles musculo-squelettiques si vous ne consultez pas un médecin. Les blessures musculo-squelettiques ou les entorses et les foulures comptent pour 60 pour cent de toutes les blessures entraînant des jours de travail perdus en Nouvelle-Écosse, blessures découlant des risques liés aux méthodes de travail adoptées et pratiquées.

Parmi ces risques, on peut compter ceux auxquels sont exposés les travailleurs qui accomplissent un travail mal adapté, de même que des tables de travail trop hautes ou trop basses, des outils qui ne sont pas facilement accessibles, ou encore, un travail qui exige de soulever ou de transporter régulièrement de lourdes charges.

La Commission d'indemnisation des accidents du travail de la Nouvelle-Écosse a développé un outil interactif en ligne gratuit, « Sprains and Strains: Spot it. Fix it. » , qui vous met au défi de repérer les risques dans les scénarios de travail illustrés et de trouver des façons de les minimiser. Dans l'outil, vous devez repérer le risque, puis trouver le moyen de le contrer en faisant glisser le dessin correspondant sur le problème afin d'améliorer la méthode de travail.

Une fois que vous aurez appris à repérer les risques et les signes précurseurs de blessures, vous devriez avoir toutes les connaissances nécessaires pour prendre les mesures appropriées. Souvent, de simples changements peuvent réduire le risque de blessure. L'adoption d'une approche proactive préviendra ainsi de nombreuses blessures et réduira la gravité de celles qui surviennent.

Faites-en l'essai! « Sprains and Strains: Spot it. Fix it. »

Brochure « Sprains and strains: Preventing musculoskeletal injury through workplace design » PDF, WCB de la Nouvelle-Écosse

De la SST pour emporter

Balados : Mauvaises vibrations et virus du Nil occidentalprint this article

Ce mois-ci, les balados de la série De la SST pour emporter! traitent des risques liés aux vibrations et présentent une reprise du balado donnant des conseils pour aider à protéger les travailleurs contre le virus du Nil occidental.

Balado en vedette : De mauvaises vibrations


Le corps humain a été conçu pour être mobile, certes, mais il n'est pas fait pour vibrer. Quant elles sont faibles, les vibrations ne sont pas dangereuses. Malheureusement, la mécanisation a introduit sur les lieux de travail des risques importants liés aux vibrations. Bien que les problèmes ou les maladies causées par les vibrations puissent être évités, les effets d'une exposition régulière ou fréquente à celles-ci peuvent être invalidants ou permanents. Ce balado traite des causes et des symptômes des vibrations main-bras et des vibrations globales du corps, de même que des mesures que les employeurs et les employés peuvent prendre pour éliminer ce risque.

La durée du balado est de 9 min 32 s. Écoutez le balado maintenant.

Reprise du balado : Prévenir une infection par le virus du Nil occidental

Le CCHST diffuse des conseils concernant la protection des travailleurs contre le virus du Nil occidental.

La durée du balado est de 4 min 04 s. Écoutez le balado maintenant.

Le CCHST produit chaque mois des balados GRATUITS conçus pour vous informer des derniers renseignements, conseils, études et avis d'experts diffusés en ce qui concerne la santé, la sécurité et le mieux-être des travailleurs canadiens. Cette collection de balados que vous pouvez télécharger et écouter au moment et à l'endroit de votre choix vous offre vraiment De la SST pour emporter!

Parcourez la liste complète des sujets traités dans les balados. Mieux encore, abonnez-vous sur iTunes afin de ne pas manquer un seul épisode!

Nouvelles du CCHST

CANWrite adapté au SGHprint this article

Rédigez des FS/FDS qui respectent les exigences du SIMDUT canadien et de l'OSHA des États-Unis


Les fabricants et les fournisseurs de produits chimiques rédigent des fiches signalétiques (FS) afin d'aider les employeurs et les travailleurs à comprendre les dangers associés aux produits et les méthodes pour utiliser les produits de manière sûre. Le Système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques (SGH) est intégré à la norme sur la communication de renseignements à l'égard des matières dangereuses de l'OSHA des États Unis et l'application du SGH dans le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) au Canada est en cours. À la suite de la mise en œuvre du SGH, les FS seront appelées fiches de données de sécurité (FDS). En vue d'aider à répondre aux défis posés par la rédaction de fiches signalétiques conformes à la fois au SGH de l'OSHA et au SIMDUT actuel, le CCHST a lancé le logiciel CANWrite adapté au SGH, un logiciel de rédaction de FS/FSD.

La norme de l'OSHA de 1994 sur la communication de renseignements à l'égard des matières dangereuses était une
« norme de rendement », ce qui signifie que l'OSHA acceptait tous les formats de FS tant que l'ensemble des renseignements requis apparaissait sur la fiche. Les lois canadiennes actuelles exigent l'utilisation de FS à neuf rubriques associées à des exigences spécifiques en matière d'information. En outre, certains fabricants/fournisseurs s'alignent sur la norme de l'American National Standards Institute (ANSI) et rédigent des FS à seize rubriques.

En raison du manque d'uniformité entre les formats de FS, les utilisateurs ont de la difficulté à trouver et à comprendre l'information dont ils ont besoin pour travailler en toute sécurité. Le SGH exige l'utilisation de FDS normalisées à 16 rubriques associées à des exigences en matière d'information minimale. La FDS du produit doit présenter la classification du danger selon le SGH, le libellé de l'étiquette du SGH et des renseignements sur les autres dangers. Le libellé de l'étiquette du SGH correspond à des pictogrammes normalisés, des mots indicateurs, des mentions de dangers et, aux États-Unis, des mises en garde, qui sont tous fondés sur la classification des dangers. On s'attend à ce que ces changements aient des répercussions immédiates pour les employeurs et les employés parce qu'ils faciliteront l'accès à l'information contenue dans une FDS ainsi que sa compréhension. Par contre, ces changements poseront de nouveaux défis aux auteurs de FDS.

CANWrite adapté au SGH, le nouveau logiciel du CCHST, remédie à de nombreux défis posés par la rédaction des nouvelles FDS. Cette version du logiciel de rédaction de FS/FDS est fondée sur le HazCom de 2012 de l'OSHA et facilite la rédaction de FS/FDS à 16 rubriques qui respectent la norme sur la communication de renseignements à l'égard des matières dangereuses de 2012 des États-Unis ainsi que les exigences actuelles du SIMDUT canadien. Le logiciel contient une feuille de travail détaillée sur la classification du SGH de l'OSHA. Les libellés du SGH sont formulés d'après la classification du produit; un outil de vérification du SGH s'assure que l'information obligatoire selon l'OSHA et le SGH est présente sur la FDS. CANWrite comprend également une feuille de travail sur la classification SIMDUT et un outil de vérification du SIMDUT qui confirme la présence de l'information exigée par le SIMDUT.

Grâce à des pilotes de gestion des risques, le logiciel CANWrite adapté au SGH filtre les énoncés sur la prévention des risques afin de présenter les phrases les plus appropriées selon la classification des dangers associée au produit. Le logiciel comprend également des liens vers des données fiables et crédibles sur les dangers chimiques et la réglementation, y compris vers les bases de données du CCHST (CHEMINFO et RTECS®).

Informez-vous à propos du logiciel CANWrite adapté au SGH.

Dès cet automne, surveillez la série de webinaires conçue pour vous aider à attribuer les classifications des dangers du SGH et à préparer les étiquettes du SGH.

Autres ressources du CCHST sur le SGH :


Le SIMDUT après le SGH : introduction, cours en ligne offert gratuitement

Le SIMDUT après le SGH : comment les fournisseurs peuvent s'y préparer, cours en ligne offert gratuitement

« Global GHS for Workers », cours en ligne

« GHS: HazCom 2012 for Workers » cours en ligne

Fiches d'information sur le SIMDUT après le SGH, publication gratuite

Le SIMDUT après le SGH : se préparer au changement, publication

Affiche pour le passage des FS aux FDS

FDS du SGH et du SIMDUT : À utiliser conjointement avec prudence, affiche

Affiche des pictogrammes et des dangers du SGH

Signet des pictogrammes du SGH

Outil en ligne CANLabel : permet de créer des étiquettes du fournisseur et du lieu de travail conformes à l'OSHA et au SIMDUT

Mot de la fin

Enjeux en santé et sécurité au travailprint this article

Avez-vous eu l'occasion de consulter le blogue du CCHST? Les moyens de se brancher avec le CCHST sont encore plus nombreux maintenant.

Notre blogue Enjeux en santé et sécurité au travail est rédigé par le président et chef de la direction du CCHST, M. Steve Horvath, et il s'est donné pour objectif de partager avec vous sa vision de la santé et de la sécurité au travail de même que ses observations concernant ce que nous nous efforçons de réaliser ici même, au CCHST.

Si ce n'est déjà fait, pourquoi ne pas aller faire un tour et consulter ses derniers billets? N'hésitez pas à lui faire part de vos commentaires.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2015, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail