Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

>Le rapport sur la santé et la sécurité

Vol. 9, No. 1

Sujet d'actualité
Imprimer cet article 

La bataille contre les bactéries

Vous avez peut-être aperçu, en entrant dans un établissement de soins prolongés, des affiches vous mettant en garde contre une éclosion de Clostridium difficile (C. difficile). Comme il s'agit de l'une des infections diarrhéiques les plus courantes dans les hôpitaux et les établissements de soins prolongés, cette bactérie pernicieuse peut causer de la diarrhée et des troubles intestinaux plus graves tels que des colites (ou inflammation du colon) chez les malades ou les résidents. Dans de rares cas, la bactérie C. difficile peut même entraîner un décès.

Les symptômes d'une infection à C. difficile comprennent la diarrhée aqueuse, la fièvre, la perte d'appétit, la nausée et la sensibilité abdominale ou les douleurs abdominales.

Quelles sont les personnes les plus susceptibles d'être infectées?
Les personnes en bonne santé ne sont généralement pas touchées par la bactérie C. difficile. Les personnes âgées, les gens qui ont des problèmes de santé graves (immunodéficience ou cancer p. ex.) ou encore qui suivent un traitement par antibiotiques sont plus susceptibles d'être infectées. Les antibiotiques peuvent modifier les concentrations de bactéries utiles présentes dans l'intestin. Lorsque ces bactéries utiles sont en moins grand nombre dans le colon et l'intestin, les conditions alors présentes favorisent la croissance de la bactérie C. difficile et génère des toxines entraînant l'infection.

Bien que la présence de la bactérie C. difficile soit souvent observée chez les malades et les résidents des hôpitaux et des établissements de soins prolongés, une étude récente a révélé un nombre de plus en plus important d'infections à C. difficile chez les enfants hospitalisés, particulièrement ceux qui souffrent d'une maladie intestinale inflammatoire ou de toute autre pathologie exigeant la prise d'antibiotiques ou un traitement immunosuppresseur.

La bactérie C. difficile peut aussi poser un risque d'infection pour les travailleurs en bonne santé du secteur médical s'ils se soumettent, même durant une brève période, à un traitement par antibiotiques. Les travailleurs des établissements de soins de santé qui sont immunodéficients ou atteints d'une maladie chronique sont davantage exposés à une infection à C. difficile.

Prévenir la propagation de l'infection à C. difficile
La bactérie C. difficile est décelée dans les matières fécales. Lorsqu'une personne est infectée, la bactérie présente dans les selles peut contaminer les surfaces telles que les toilettes, les poignées, les bassins hygiéniques (bassines) et les chaises d'aisance. Les gens peuvent s'infecter en touchant à du matériel, des surfaces ou des objets contaminés, puis en portant les mains à leurs yeux ou à leur bouche. Ils peuvent ensuite propager davantage la bactérie s'ils touchent à d'autres surfaces avec leurs mains souillées. Le transfert de la bactérie C. difficile aux malades s'effectue le plus souvent par les mains des travailleurs de la santé qui ont été en contact avec des selles ou des malades eux-mêmes contaminés.

Tout le monde peut prendre certaines précautions en vue d'empêcher ou tout au moins de limiter la propagation de la bactérie C. difficile dans les établissements de santé.

EMPLOYEURS (établissements de soins de santé)

  • En collaboration avec votre comité conjoint de santé et de sécurité, effectuer une évaluation des risques d'infection à C. difficile dans vos installations et prendre des précautions en vue de protéger les employés et les malades ou les résidents.

TRAVAILLEURS DE LA SANTÉ

  • Ne pas manger ni boire dans les aires où des soins sont donnés aux maladies.
  • Prendre des " précautions contre tout contact " appropriées tel que le précisent les lignes directrices de l'Agence de la santé publique du Canada, en plus des mesures de précaution usuelles contre l'infection qui s'appliquent dans le cas de malades qui manifestent des symptômes.
  • Se laver les mains fréquemment, particulièrement après avoir utilisé les salles de toilettes, avant de manger et avant d'entrer dans la chambre de chaque malade.
  • Enfiler des gants avant d'administrer des soins aux maladies.
  • Revêtir une chemise d'hôpital si un contact direct avec des malades, avec leurs vêtements souillés ou avec des surfaces de leur chambre vous semble probable.
  • Assigner le matériel requis en propre aux malades infectés pour éviter la contamination croisée entre malades.
  • Poursuivre la mise en application de ces précautions pendant 72 heures après la fin de l'épisode de diarrhée du malade.
  • Accorder le plus grand soin au nettoyage de toutes les surfaces et veiller à utiliser un désinfectant approuvé recommandé en milieu hospitalier.

VISITEURS

  • Utiliser le détergent pour les mains à base d'alcool fourni à cette fin.
  • Si vous avez les mains visiblement sales, les laver avec de l'eau et du savon.
  • Suivre les lignes directrices concernant la protection contre les infections spécifiées par l'établissement de soins de santé.

MALADES

  • Si des antibiotiques vous sont prescrits, il importe de suivre les consignes de votre médecin et de prendre la totalité des médicaments prescrits afin de détruire toutes les bactéries C. difficile - même après la disparition des malaises. Si quelques-unes de ces bactéries survivent, elles peuvent acquérir une résistance aux médicaments qui rendra le traitement de l'infection encore plus difficile!

Ressources

Réponses SST, CCHST

Fiche de renseignements sur le Clostridium difficile, Agence de la santé publique du Canada

« Clostridium difficile-Associated Diseases (CDAD): Infection Control Guidelines », Manitoba (PDF)

« Clostridium difficile Infection in Hospitalized Children in the United States », Archives of Pediatric and Adolescent Medicine, published online January 3, 2011

« FAQ's about Clostridium difficile for
Healthcare Providers
», Centers for Disease Control and Prevention

Guide de prévention des infections : Lavage des mains, nettoyage, désinfection et stérilisation dans les établissements de santé, Agence de la santé publique du Canada

Conseils et outils
Imprimer cet article 

Les FS : le meilleur équipement de sécurité!

Pour bon nombre de personnes, la manutention, l'entreposage ou l'utilisation de produits chimiques fait partie intégrante du travail. Connaître de quelle façon ces produits chimiques peuvent affecter la santé et la sécurité constitue non seulement un droit légal des travailleurs, mais peut également réduire les blessures et les dommages matériels, et sauver des vies.

Tous les produits contrôlés assujettis au Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) vendus directement aux consommateurs au Canada doivent être accompagnés d'une FS à jour. La FS doit viser précisément le produit ou la matière en question (les noms du produit et du fournisseur indiqués dans la FS doivent être ceux du produit ou de la matière en cours d'utilisation). Les employeurs ont pour responsabilité légale de rendre la FS accessible sur-le-champ aux employés.

Une FS est un document préparé par le fournisseur ou le fabricant, qui contient des renseignements importants au sujet des risques éventuels (santé, incendie et réactivité) posés par un produit chimique et de la façon de travailler sans danger avec ce produit. La FS décrit également comment utiliser, entreposer et manipuler le produit en toute sécurité, et ce qu'il faut faire en cas d'urgence. La FS indique comment reconnaître les symptômes d'une exposition et quels sont les premiers soins à administrer ainsi que les autres marches à suivre applicables. Dans le cas d'un produit contrôlé fabriqué sur les lieux de travail, l'employeur a l'obligation de préparer une FS pour le produit en question.

Aux termes de la réglementation associée au SIMDUT, la FS d'un produit contrôlé ne doit pas dater de plus de trois ans. Si vous utilisez encore un produit que vous avez acheté il y a plus de trois ans, vous devez communiquer avec le fabricant ou le fournisseur et lui demander une version plus récente de la FS de ce produit. S'il ne peut vous la fournir (par exemple, s'il ne fabrique plus ou ne vend plus le produit), vous devez obtenir ou préparer vous-même une FS à jour ou cesser d'utiliser ce produit.

Au Canada, les FS doivent obligatoirement fournir neuf (9) catégories précises de renseignements. Ces catégories sont spécifiées dans le Règlement sur les produits contrôlés et englobent ce qui suit :

  1. Identification du produit (p. ex. identificateur du produit (nom), nom et adresse du fabricant/fournisseur, et numéro de téléphone en cas d'urgence)
  2. Ingrédients dangereux
  3. Caractéristiques physiques (p. ex. état physique et seuil olfactif)
  4. Risques d'incendie ou d'explosion
  5. Données sur la réactivité (p. ex. le nom des substances avec lesquelles le produit peut entrer en réaction)
  6. Propriétés toxicologiques (effets sur la santé)
  7. Mesures de prévention (p. ex. mesures d'ingénierie et équipement de protection individuelle)
  8. Premiers soins
  9. Renseignements sur la préparation de la FS (p. ex. date de rédaction et auteur de la FS)

Le Règlement sur les produits contrôlés prescrit de façon plus détaillée encore quels renseignement doivent être fournis pour chacune des sections correspondant à ces catégories.

Il est important de toujours se familiariser avec les risques posés par un produit avant de commencer à l'utiliser. Vous devriez revoir la FS, harmoniser le nom de produit inscrit sur votre contenant avec celui qui figure sur la FS, connaître les risques présents, comprendre les instructions relatives à la manutention et à l'entreposage sans danger du produit, et ce que vous devez faire en cas d'urgence. De plus, votre employeur devrait compléter les données fournies dans la FS avec des renseignements propres au lieux de travail et une formation en matière de premiers soins, de maîtrise des risques (p. ex. les gants et les appareils de ventilation requis) et les mesures à prendre en cas d'urgence (p. ex. une fuite ou un déversement).

Si de nouveaux renseignements importants sont obtenus avant l'échéance de trois ans concernant la mise à jour de la FS, il incombe au fournisseur de mettre à jour l'étiquette et la FS du produit. Les employeurs doivent faire en sorte que tous les produits contrôlés qui entrent sur le lieu de travail soient accompagnés d'une FS à jour. La collection de FS de l'entreprise doit être facilement accessible pour tous les employés pouvant être exposés aux produits contrôlés de même que pour le représentant en santé et sécurité ou les membres du comité de santé et de sécurité au travail. Les FS imprimées peuvent être réunies dans un cahier à feuilles mobiles ou encore elles peuvent enregistrées en version électronique sur un ordinateur, à la condition que toutes les personnes présentes sur les lieux de travail y aient facilement accès à tout moment.

Ressources
Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) offre également d'autres sources de renseignements, d'autres outils et des services d'appui relativement à la façon de se servir des FS et de se conformer au Règlement sur les produits contrôlés, notamment :

De la SST pour emporter
Imprimer cet article 

Travailler par temps froid

Au fur et à mesure que les journées raccourcissent et que la neige s'accumule, l'hiver canadien peut nous apporter des températures glaciales sous zéro. Pour ceux qui travaillent à l'extérieur sans le confort et la protection d'un bâtiment tout chaud et bien au sec, une exposition au froid peut être dangereuse et présenter des risques de blessures. Comment vous protéger du froid quand vous travaillez à l'extérieur? Plusieurs couches de vêtements protecteurs secs et un bon rythme d'activité physique suivie de périodes de repos régulières peuvent vous aider à travailler en sécurité dans le froid et à vous défendre contre les éléments.

Les personnes qui travaillent au froid sont plus vulnérables aux blessures parce que la température influe sur la réalisation de tâches mentales complexes en plus de réduire la sensitivité et la dextérité des doigts. De plus, le froid amène aussi ses propres effets secondaires potentiellement mortels. Il est très important que les travailleurs et les surveillants puissent reconnaître les symptômes de la surexposition au froid et connaissent les habitudes vestimentaires appropriées, les pratiques de travail sûres et les conditions physiques du travail au froid, ainsi que les procédures d'urgence en cas de blessure due au froid. L'information est la première défense!

Afin de rester au sec et en sécurité, les travailleurs doivent s'isoler contre la température de l'air, les mouvements d'air (la vitesse du vent) et l'humidité. Une mesure de défense clé est de porter plusieurs couches de vêtements. S'habiller de manière appropriée aide à réguler la chaleur et la transpiration perdues pendant le travail. Si le rythme de travail est trop rapide ou si les vêtements ne sont pas appropriés, il peut arriver qu'on transpire trop et que le vêtement près du corps soit mouillé. Cette humidité nuira grandement à la capacité d'isolation des vêtements et augmentera le risque d'accidents dus au froid.

Hypothermie
La baisse de la température du corps (hypothermie) est ce qui arrive le plus fréquemment. Au cours d'une exposition prolongée au froid, le corps perd de l'énergie plus rapidement qu'il ne peut en produire, ce qui fait baisser la température corporelle. Les signes d'avertissement sont les suivants : engourdissement, rigidité, somnolence, faible coordination et même parfois le manque de volonté de sortir du froid. En cas de symptômes d'hypothermie, il faut immédiatement la service d'urgence (911).

Sortez la victime du froid et enveloppez-la dans des couvertures chaudes. Si vous ne pouvez pas aller à l'intérieur, mettez la personne à l'abri du vent, étalez une couverture par terre pour l'isoler du sol et couvrez sa nuque et sa tête pour l'aider à conserver sa chaleur corporelle. Une fois à l'intérieur, enlevez tous vêtements mouillés ou trop serrés et remplacez les par des vêtements secs. Réchauffez la personne en utilisant votre propre chaleur corporelle au besoin et appliquez des compresses chaudes sur sa nuque, sa poitrine et la région de l'aine. Restez avec la personne jusqu'à l'arrivée du personnel médical.

Engelures
Les engelures arrivent en deuxième place des blessures dues au froid. Le nez, les oreilles, les joues, les doigts et les orteils sont le plus souvent atteints. Le gel resserre les vaisseaux sanguins, ce qui réduit la circulation sanguine et peut causer des dommages permanents aux tissus. Quand seuls la peau et les tissus directement sous-jacents sont endommagés, les engelures peuvent guérir complètement. Toutefois, si les vaisseaux sanguins sont touchés, les dommages sont permanents et peuvent entraîner l'amputation des parties touchées.

Appelez de l'aide médicale. Si possible, transportez la victime dans un endroit chaud. Donnez-lui quelque chose de chaud à boire pour remplacer les fluides perdus. Enlevez tous vêtements mouillés ou trop serrés qui pourraient nuire à la circulation. Couvrez légèrement la région touchée avec un bandage stérile (en séparant les doigts ou les orteils) et transportez la victime aux urgences. N'ESSAYEZ PAS de réchauffer les parties touchées sur place (mais essayez de les empêcher de devenir plus froides). Sans les installations appropriées, les tissus réchauffés peuvent geler à nouveau et causer encore plus de dommages. NE FRICTIONNEZ PAS les parties touchées, N'APPLIQUEZ PAS de chaleur sèche et N'AUTORISEZ PAS la victime à boire de l'alcool ou à fumer.

Prévention
La prévention est le meilleur moyen de traiter le stress dû au froid. Voici une liste de choses à faire et à ne pas faire pour rester en sécurité par temps froid :

À NE PAS FAIRE

  • NE PAS consommer d'alcool, de nicotine ou d'autres drogues qui pourraient affecter la circulation sanguine.
  • NE PAS s'exposer au froid juste après avoir pris une douche ou un bain.

À FAIRE

  • Porter plusieurs couches de vêtements protecteurs amples et secs.
  • Veiller à bien couvrir mains, pieds, visage et yeux.
  • Rester en mouvement.
  • Prendre des pauses régulières dans un endroit chaud.
  • Manger fréquemment des mets appropriés pour conserver la chaleur corporelle et prévenir la déshydratation.
  • Établir un système de compagnonnage. Se protéger par une surveillance réciproque et ouvrir l'œil pour déceler les symptômes d'hypothermie.

Mais quand il fait tout simplement trop froid pour travailler? La législation ne prévoit pas de limite au Canada. Mais le bon sens de chacun et les lignes directrices suggérées dans le guide sur les *valeurs limites d'exposition au froid - Alternance travail-réchauffement (Threshold Limit Values For Cold Stress - Work/Warm Up Schedule), devraient être de bon conseil.

De la SST pour emporter!
Le CCHST produit chaque mois des balados gratuits traitant d'une vaste gamme de sujets en vue de vous tenir au fait des plus récentes données, des conseils et des avis éclairés formulés sur diverses questions touchant la santé, la sécurité et le bien-être des travailleurs canadiens. Vous pouvez télécharger le segment audio sur votre ordinateur ou votre lecteur MP3 et l'écouter au moment qui vous convient le mieux...ou en faisant n'importe quoi d'autre!

Accordez-vous 8 minutes et écoutez le balado « Working in the Cold » (en anglais seulement) ou consultez la liste complète des balados.

Gardez la santé et la sécurité bien en poche avec le Guide santé sécurité du travail au froid.

*Le tableau des temps de réchauffement élaboré par le Saskatchewan Department of Labour a été adopté par la American Conference of Government Industrial Hygienists (ACGIH) comme valeurs limites d'exposition pour le stress lié au froid.

Nouvelles du CCHST
Imprimer cet article 

Sur la voie de la sécurité…

Équiper les gens des connaissances dont ils ont besoin pour travailler en toute sécurité constitue un formidable défi. Le CCHST offre plus de 65 cours en ligne traitant de presque autant de sujets afin de vous aider à éduquer et à former votre personnel. Deux de nos plus récents cours portent sur l'identification, l'évaluation et la maîtrise des risques ainsi que sur le travail en hauteur.

L'identification, l'évaluation et la maîtrise des risques
Si l'on y réfléchit un peu, on trouvera des risques et des dangers dans tous les milieux de travail, mais comment savoir lesquels peuvent avoir les effets les plus néfastes sur les travailleurs? Ce cours de trois heures subdivisé en trois modules enseigne des techniques éprouvées en vue d'identifier, d'évaluer et de maîtriser les risques et les dangers de façon précise, chacun de ces aspects constituant une partie essentielle d'un programme de santé et de sécurité au travail efficace. Grâce à ce cours, les employeurs, les gestionnaires et les membres des comités de santé et de sécurité au travail pourront améliorer leur rendement en matière de santé et de sécurité. Ce cours traite de sujets clés tels que la cartographie des risques, l'inspection des lieux de travail, les méthodes d'évaluation des risques et la hiérarchie des mesures de maîtrise des risques.

Le travail en hauteur
De nombreux types d'emplois exigent un travail en hauteur, lequel peut comporter des risques importants puisque les chutes occasionnent souvent de graves blessures, voire des décès. Durant ce cours d'une heure, apprenez à évaluer les risques et les méthodes de travail sécuritaires associés au travail en hauteur, de même que les techniques de prévention des chutes, la préparation aux situations d'urgence ainsi que les règles de sécurité à respecter lors de l'utilisation des échelles, des échafaudages, des nacelles élévatrices et des plates formes. Ce cours d'introduction doit être appuyé par d'autres activités pédagogiques et pratiques précisément adaptées à votre emploi, au lieu de travail et au matériel utilisé.

Les cours du CCHST ont pour caractéristique distinctive d'avoir été créés sur le terrain par des spécialistes du domaine et d'être revus par des représentants des syndicats, des employeurs et du gouvernement qui s'assurent que la matière et la méthode d'enseignement sont objectives et crédibles.

Si vous avez un ordinateur et avez accès à Internet, vous êtes prêt à commencer! Ce cours en ligne vous permet d'apprendre à votre propre rythme, dans votre environnement et au moment qui vous convient.

Parcourez la liste complète des cours offerts par le CCHST.

Mot de la fin
Imprimer cet article 

Écoutez, regardez, apprenez et gagnez

Le CCHST offre ce mois-ci tout un lot de nouvelles primes pour vous aider à travailler en toute sécurité et à demeurer en santé au travail :

REGARDEZ nos nouvelles épinglettes et affiches Jour de deuil national qui vous aideront à commémorer ce jour désigné en vue de rendre hommage à tous ceux qui ont été blessés ou qui sont décédés au travail. Vous pouvez les télécharger gratuitement ou commander les versions imprimées sur papier glacé, qui seront du plus bel effet, une fois apposées dans votre lieu de travail.

ÉCOUTEZ les plus récents balados gratuits.
Chaque mois, de nouveaux balados gratuits s'ajoutent au programme De la SST pour emporter! Vous pouvez les écouter maintenant ou encore les télécharger sur votre lecteur MP3 et les écouter au moment qui vous conviendra le mieux.

« Working in the Cold » Écoutez-le immédiatement.
Durée: 8:13 minutes

Éviter Quelques conseils pour pelleter la neige en toute sécurité Écoutez-le immédiatement.
Durée: 5:38 minutes

APPRENEZ et GAGNEZ des crédits de formation continue grâce au webinaire en direct qui sera lancé sous peu : « A Guide to Challenging Return-to-Work Situations » le 16 février, de 13 h à 14 h 30 HNE, ainsi que les derniers webinaires préenregistrés :

« Manual Materials Handling: Risky Business »

« Best RTW Practices for Workers with Musculoskeletal and Mental Health Conditions »

Vous pouvez consulter une liste détaillée de tous les balados, affiches et webinaires offerts sur le site Web du CCHST.





Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2013, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail