Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 10, No. 10

Sujet d'actualité

Que faire pour éviter la grippe saisonnière?print this article

Maintenant que l'Action de grâce est derrière nous, une nouvelle saison est arrivée. Bientôt (si ce n'est pas déjà le cas), le son de la toux, les éternuements et la misère associée seront chose courante, à mesure que les gens contracteront la grippe. La saison de la grippe n'est malheureusement pas un moment de réjouissances. Toutefois, il s'agit d'une période pour se préparer et prendre les mesures de précaution qui s'imposent afin d'éviter que vous, votre famille et vos collègues de travail ne contractent et ne propagent la grippe.

À PROPOS DE LA GRIPPE

La grippe saisonnière est une infection courante du nez, de la gorge et des poumons causée par le virus de l'influenza. Elle touche des millions de Canadiens chaque année pendant les mois d'hiver (habituellement de novembre à avril); cependant, selon le service Surveillance de l'influenza, la saison de la grippe saisonnière 2012 2013 au Canada a débuté en octobre.

Les gens présentent habituellement des symptômes dans les quatre jours suivant l'infection. Les symptômes se manifestent assez soudainement, débutant d'ordinaire par un mal de tête soudain, des frissons et une toux, suivis de douleurs musculaires, de fièvre, de faiblesse extrême et de fatigue, d'un mal de gorge, de larmoiement des yeux, de congestion nasale et d'éternuements.

La plupart des gens guérissent de l'influenza en l'espace d'une semaine environ. Toutefois, la grippe affaiblit la capacité de l'organisme à combattre d'autres infections, ce qui peut mener à d'autres infections, comme la pneumonie et autres complications, et même la mort. Les nourrissons, les personnes âgées et les personnes qui souffrent de maladies chroniques, comme le diabète, l'anémie, le cancer, l'immunosuppression, le VIH et les maladies du rein sont particulièrement exposés à des risques de complications.

Les personnes infectées sont contagieuses pendant sept jours après le début des symptômes; toutefois, les enfants, les personnes aux systèmes immunitaires affaiblis et celles qui souffrent de maladies graves peuvent être contagieux plus longtemps.

La grippe peut se propager facilement d'une personne infectée à une autre personne, par des gouttelettes respiratoires répandues par la toux, les éternuements ou la parole. Elle se propage également lorsque vous touchez des surfaces, des objets ou des mains non lavées qui sont contaminées par le virus de l'influenza. Les virus peuvent survivre jusqu'à 48 heures sur des surfaces dures.

En moyenne, environ 200 000 personnes sont hospitalisées chaque année au Canada en raison de la grippe et de ses complications et, selon l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC), de 2 000 à 8 000 en meurent.

PRÉVENIR LA GRIPPE


Faites-vous vacciner annuellement contre la grippe.

Se faire vacciner contre la grippe tous les ans est l'un des moyens les plus efficaces d'éviter de contracter la grippe et de la transmettre. Chaque année, on met au point un nouveau vaccin pour conférer une protection contre de nouvelles souches du virus de la grippe - c'est pourquoi il faut se faire vacciner contre la grippe chaque année. Le meilleur moment pour se faire vacciner est au début de la saison grippale, entre octobre et décembre. Il est particulièrement important que les personnes particulièrement vulnérables aux complications de la grippe se fassent vacciner. Par exemple :


  • les adultes de 65 ans et plus;

  • es enfants de 6 à 23 mois qui sont en santé;

  • les femmes enceintes;

  • les personnes qui souffrent de maladies chroniques comme les troubles cardiaques ou pulmonaires, le diabète, le cancer, l'immunodéficience, les maladies rénales, l'obésité grave et l'anémie;

  • les travailleurs de la santé;

  • les résidents de centres de soins ou d'autres établissements de soins de longue durée;

  • les Autochtones.


Si vous offrez des services communautaires essentiels ou que vous travaillez, vivez ou entrez en contact avec des personnes des groupes à risque élevé, vous pourriez transmettre le virus de la grippe aux personnes de ce groupe à risque. Ainsi, assurez-vous d'obtenir le vaccin contre la grippe.

Couvrez-vous la bouche pour tousser et éternuez dans votre manche.

Toussez et éternuez dans le pli de votre coude, dans votre manche (et NON dans votre main) ou encore dans un mouchoir de papier. Jetez votre mouchoir immédiatement après l'avoir utilisé et lavez-vous les mains.

Lavez-vous les mains souvent, et de façon appropriée.

Le lavage des mains est la façon la plus efficace de prévenir la propagation des infections. Lavez-vous fréquemment les mains avec de l'eau chaude et du savon pendant au moins 20 secondes afin d'éliminer les bactéries et les virus. Assurez-vous d'enlever vos bagues et vos bijoux avant de vous laver, et de frotter vos mains, vos poignets et vos avant-bras, ainsi que vos doigts et le dessous de vos ongles.

Lavez-vous les mains avant et après avoir mangé, après être allé dans un lieu public, après avoir utilisé les toilettes, après avoir toussé ou éternué et après avoir touché des surfaces qui auraient pu être contaminées. Les nettoyants pour les mains à base d'alcool, quoique pas aussi efficaces que le savon, sont une solution de rechange pratique en l'absence de savon et d'eau.

Évitez de porter les mains au visage.

Vous pouvez attraper des germes si vous touchez des objets ou des surfaces contaminés et portez ensuite votre main à votre visage. Gardez vos mains loin de vos yeux, de votre nez et de votre bouche pour éviter que le virus de l'influenza ne pénètre dans votre corps.

Si vous êtes malade, restez à la maison et évitez les foules.

Si vous contractez la grippe, évitez de la propager à d'autres : restez à la maison plutôt que d'aller travailler ou d'aller à l'école, et évitez les grandes foules. Gardez vos distances jusqu'à ce que vos symptômes aient disparu. S'ils s'aggravent, communiquez avec un professionnel de la santé.

Maintenez votre environnement propre et désinfecté.

Nettoyez et désinfectez régulièrement les surfaces communes comme les poignées de porte, les interrupteurs, les téléphones, les claviers et autres surfaces qui pourraient être contaminées par des bactéries et des virus. Les virus peuvent survivre jusqu'à 48 heures sur des surfaces dures.

Des ressources pour vous aider à combattre la grippe


Trouvez tout ce que vous cherchez concernant la grippe sur le site Web Combattez la grippe Canada.

Obtenez de bons conseils auprès du CCHST concernant les bonnes pratiques d'hygiène pour réduire la propagation des infections et des virus.

Renforcez le message « Lavez-vous les mains! » grâce à ces grands autocollants faciles à décoller.

Regardez et partagez cette vidéo du CCHST sur la bonne technique de lavage des mains (en anglais seulement).

Téléchargez nos affiches gratuites sur le lavage des mains approprié et sur les bonnes habitudes d'hygiène qui permettent de prévenir la propagation des germes.

Alertes au danger

Le piège des piles de grainprint this article

Il s'agit de l'ingrédient principal dans vos céréales du matin et vos rôties. En fait, le grain est le principal aliment consommé par les humains et les animaux domestiques. Cependant, ces tout petits grains d'abondance peuvent également être périlleux pour les fermiers et les travailleurs agricoles. Au cours des trente dernières années, plusieurs centaines de personnes au Canada et aux États-Unis sont mortes par suffocation après avoir été trouvés piégés (pris ou ensevelis) dans des piles de grain.

La mort de trois travailleurs agricoles qui avaient été piégés dans des piles de grain, et la mort évitée de justesse d'un quatrième, ont forcé WorkSafe Saskatchewan à lancer une alerte au danger. Les personnes qui travaillent avec le grain - chargement, déchargement, déplacement - doivent connaître les risques associés au grain qui s'écoule et les moyens pour éviter d'être piégées ou ensevelies.

Il existe généralement trois différentes façons par lesquelles les travailleurs peuvent être pris ou piégés dans le grain :


  1. Effondrement d'un pont de grain

    Le grain moisi ou humide peut se grouper en masses et former un pont au-dessus d'une cavité qui peut s'effondrer sous le poids d'un travailleur. Le travailleur peut chuter dans le grain et être enseveli et étouffé sous une avalanche de grain. Toute personne se tenant sous une voûte de grain court également un grand risque d'être ensevelie et étouffée, puisque la voûte peut s'effondrer sur elle sans avertissement.


  2. Effondrement d'un mur de grain vertical

    Le grain pourri peut s'agglomérer en de grandes colonnes verticales contre les cloisons. Lorsque des travailleurs tentent de faire tomber le grain, ils peuvent par le fait même libérer une avalanche de grain et être ensevelis complètement. Le même sort peut attendre toute personne qui se tiendrait près d'une pile de grain qui s'effondre soudainement, à partir d'une cloison.


  3. Ensevelissement dans du grain qui s'écoule

    Le grain qui s'écoule - une expression utilisée pour décrire le mouvement (vers le bas et vers l'extérieur) du grain qui tombe d'une aire de stockage - peut piéger et ensevelir une personne en seulement quelques secondes. Lorsqu'il est déplacé par la base (d'une cellule à grain, par exemple), le grain peut réagir comme des sables mouvants, et piéger et tirer une personne vers le bas. Lorsqu'il s'écoule à partir du haut, le grain peut ensevelir une personne en quelques secondes, particulièrement dans le cas des systèmes de chargement à capacité élevée. De nombreux cas d'ensevelissement et de suffocation se sont produits dans de l'équipement de transport de grain à capacité élevée, les victimes ayant été ensevelies pendant le chargement à partir de la moissonneuse-batteuse ou de l'aire de stockage, ou tirées par le flot du grain au moment de décharger un véhicule.


Mesures de prévention

Parmi les mesures de prévention permettant de réduire le risque d'ensevelissement et de suffocation figurent les suivantes :

  • Ne jamais permettre à des individus d'entrer dans les cellules ou les chariots à grain au moment de charger ou de décharger le grain.

  • Utiliser des appareils comme un déchargeur de sacs de grain, une tarière ou un aspirateur pour permettre au grain d'être déchargé sans que nul ne soit tenu d'entrer dans l'espace.

  • Éliminer le besoin d'entrer dans les cellules en utilisant les techniques de stockage appropriées afin d'éviter que le grain ne pourrisse.

  • Utiliser des méthodes de rechange pour éviter d'entrer dans les cellules, comme l'emploi d'un long bâton à partir de l'extérieur de la cellule pour éliminer les ponts de grain potentiels.

  • Prendre les précautions nécessaires pour éviter de tomber dans les cellules. Ne pas s'étirer de façon excessive dans les ouvertures des cellules.

  • S'assurer que les travailleurs sont avisés de tous les risques liés au piège des piles de grain, et afficher des avertissements contre les blessures potentielles sur les espaces clos.

  • Verrouiller l'alimentation électrique de tout l'équipement de manipulation pour prévenir toute mise sous tension inattendue. Le grain ne doit pas être vidé ou déplacé dans la cellule ou hors de celle ci pendant que des travailleurs se trouvent à l'intérieur, car cela crée un effet de succion pouvant aspirer un travailleur dans le grain en seulement quelques secondes.

  • Prendre les mesures de précaution nécessaires pour éviter d'être pris au piège. Éliminer les ponts avant d'entrer. Ne jamais se tenir en-dessous ou à côté d'une pile de grain dans un espace clos.

  • Ne jamais permettre à des enfants d'entrer dans une aire de stockage à grain; verrouiller toutes les ouvertures donnant accès aux cellules à grain et disposer les échelles des cellules en hauteur et hors de la portée des enfants curieux.


Les cellules et les chariots à grain sont des espaces clos dangereux, et les employeurs et les entrepreneurs doivent prendre des précautions précises afin de protéger les individus qui travaillent à l'intérieur ou près de ceux-ci. Renseignez-vous sur les exigences en matière de santé et de sécurité au travail relatives à ces risques en vigueur dans votre province ou territoire et assurez-vous de vous y conformer en prenant entre autres les mesures de maîtrise des risques liés aux espaces clos suivantes :

  • Établir un plan d'évacuation par écrit et s'assurer que tous les employés sont formés et équipés pour la mise en œuvre du plan.
  • Former tous les travailleurs sur les opérations dangereuses précises qu'ils doivent effectuer pour entrer et travailler à l'intérieur des cellules à grain.

  • Vérifier la teneur en oxygène de l'air ainsi que la présence de gaz dangereux à l'intérieur de la cellule avant d'y entrer.

  • S'assurer de la disponibilité continue d'une quantité suffisante d'air pour les travailleurs au moment d'entrer; s'il est impossible d'éliminer la toxicité ou la carence en oxygène, demander aux travailleurs de porter des appareils respiratoires appropriés.

  • Poster une deuxième personne équipée pour offrir de l'assistance et formée sur les mesures d'urgence tout juste à l'extérieur de la cellule à titre d'observateur. S'assurer que la communication (visuelle, vocale ou par signes) est maintenue entre l'observateur et les travailleurs se trouvant à l'intérieur de la cellule.

  • Si l'entrée de l'espace clos se trouve à son sommet, la personne doit porter un harnais et un cordage de sécurité attaché à un dispositif mécanique de levage en mesure de soulever la personne jusqu'à l'extérieur.

  • Fournir aux travailleurs de l'équipement de sauvetage, comme des systèmes de treuils, qui sont particulièrement appropriés pour un sauvetage dans une cellule.


Les décès et les blessures peuvent être évités si les employés observent les pratiques de travail et que les employeurs fournissent de la formation et de l'équipement.

Ressources


« Hazard Alert: Agricultural Workers Suffocate In Grain », WorkSafe Saskatchewan

« Flowing Grain Entrapment » [PDF], Health and Safety Ontario

« Dangers of Engulfment and Suffocation in Grain Bins », OSHA

Le CCHST a produit deux cours en ligne sur les espaces clos :

Les espaces clos : les rudiments

La gestion des espaces clos

Nouvelles sur nos partenariats

Invitons nos jeunes au travailprint this article

Le 7 novembre, plus de 200 000 élèves de 9e année ou du 3e secondaire de partout au Canada se joindront à leurs parents pour la journée Invitons nos jeunes au travail. Ce programme national annuel de The Learning Partnership donne aux jeunes l'occasion de se jumeler avec un de leurs parents ou un autre adulte pour une journée de travail, afin de voir de près en quoi consiste la vie au travail. En outre, toute la collectivité des parents, des enseignants et des employeurs a la possibilité de participer au développement professionnel des jeunes Canadiens.

Assurez la sécurité des jeunes au travail

Il est important de donner aux jeunes de l'information sur la santé et la sécurité avant leur visite du lieu de travail. Ils doivent connaître et comprendre leurs droits et leurs responsabilités à l'égard des emplois qu'ils pourraient occuper aujourd'hui et dans l'avenir. Les parents ont aussi besoin de cette information; ils doivent être au courant du travail que font leurs enfants. Ils ont intérêt à poser des questions sur les enjeux en matière de santé et de sécurité au travail ainsi que sur la façon d'y faire face en milieu de travail.

Les enseignants doivent encourager tous les participants du programme Invitons nos jeunes au travail à s'engager à passer une journée en toute sécurité. Incluez dans le formulaire d'inscription une section où les élèves attesteront avoir lu des documents sur la santé et la sécurité au travail et en avoir discuté avant de participer au programme.

À titre de préparation à la journée Invitons nos jeunes au travail, les responsables des lieux de travail doivent mener une inspection préalable dans l'optique de la sécurité des jeunes sur les lieux de travail. L'une des premières choses que doit faire l'employeur au cours de la journée Invitons nos jeunes au travail est de présenter aux élèves une séance d'orientation axée sur les questions de santé et de sécurité pertinentes à l'environnement de travail. Les élèves doivent être sous supervision pendant toute la durée de leur séjour sur le lieu de travail et ils doivent être autorisés à exécuter uniquement les tâches et les expériences pour lesquelles ils ont reçu une orientation adéquate. Dans le milieu de travail, les élèves doivent être encouragés à exprimer leurs préoccupations en matière de santé et de sécurité, à poser des questions et à faire des commentaires sur les situations qu'ils observeront au cours de la journée.

Renseignements supplémentaires

Sur le site The Learning Partnership, vous pourrez vous inscrire, télécharger des documents de même que des affiches et obtenir un complément d'information sur le programme Invitons nos jeunes au travail.

La Zone des jeunes travailleurs du CCHST propose des ressources à l'intention des jeunes travailleurs, des parents, des employeurs et des enseignants afin d'aider les jeunes à assurer leur santé et leur sécurité au travail.

Trousse pédagogique sur la santé et la sécurité - maintenant en ligne.

De la SST pour emporter

Balados : Syndrome du travail sur écran, et glissades, chutes et trébuchementsprint this article

Ce mois-ci, les balados de la série De la SST pour emporter! explorent le syndrome du travail sur écran et présentent la rediffusion opportune de l'épisode sur les moyens pour éviter les glissades, les trébuchements et les chutes.

Balado en vedette : « Shedding Light on Computer Vision Syndrome »

Pour la plupart des Canadiens, les ordinateurs, les tablettes et les téléphones intelligents font partie de la vie quotidienne à la maison, à l'école et au travail. Cependant, malgré les avantages associés à l'utilisation de ces technologies, celle-ci comporte certains risques pour la santé. Mme Cheryl Zimmer, de l'Association canadienne des optométristes, parle du syndrome du travail sur écran. Découvrez comment reconnaître, traiter et éviter ce problème courant pouvant toucher les grands utilisateurs d'appareils informatisés et les personnes qui utilisent un ordinateur au travail.

La durée du balado est de 8 min 45 s. Écoutez le balado maintenant.

Reprise du balado : Éviter les chutes, les glissades et les trébuchements

Suivez-nous pendant que nous examinerons les façons d'éviter de tomber, de glisser et de trébucher sur les lieux de travail.

La durée du balado est de 3 min 44 s. Écoutez le balado maintenant.

Le CCHST produit chaque mois des balados GRATUITS conçus pour vous informer des derniers renseignements, conseils, études et avis d'experts diffusés en ce qui concerne la santé, la sécurité et le mieux-être des travailleurs canadiens. Cette collection de balados que vous pouvez télécharger et écouter au moment et à l'endroit de votre choix vous offre vraiment De la SST pour emporter!.

Parcourez la liste complète des sujets traités dans les balados. Mieux encore, abonnez-vous sur iTunes afin de ne pas manquer un seul épisode!

Nouvelles du CCHST

Octroi de bourses d'études aux étudiants en santé et sécurité au travailprint this article

Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) accepte à présent les candidatures pour les bourses d'études Dick Martin de 2012-2013. Attribuées tous les ans, ces bourses d'études nationales sont offertes aux étudiants inscrits à un cours ou un programme d'études en santé et sécurité au travail dans une université ou un collège agrée au Canada, qui mène à l'obtention d'un certificat, d'un diplôme ou d'un grade en SST.
« Au Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, nous croyons que chaque personne devrait recevoir la formation, avoir la capacité et être habilité afin de participer activement à un milieu de travail sain et sécuritaire », affirme Steve Horvath, président et chef de la direction du CCHST. « Grâce aux bourses d'études Dick Martin, nous sommes heureux de soutenir des étudiants méritants dans la poursuite d'études supérieures, dans l'espoir qu'ils deviendront de futurs chefs de file dans le domaine de la santé et de la sécurité. »

Deux bourses d'une valeur de 3 000 $ chacune seront accordées à un étudiant méritant d'une université et une autre à un étudiant d'un collège. Cette année, pour la première fois depuis la création du programme il y a 10 ans, une bourse de 500 $ sera également accordée à chaque institution d'enseignement des étudiants méritants.

Pour poser leur candidature à ces bourses, les étudiants de niveau postsecondaire sont invités à soumettre une composition de 1 000 à 1 200 mots sur un des sujets liés à la santé et la sécurité au travail. Les compositions seront jugées en fonction de leur contenu, de leur valeur pratique et théorique, et de la présentation et du style. La date limite pour s'inscrire aux bourses Dick Martin est le 31 janvier 2013.

Établie en 2002 par le Conseil des gouverneurs du CCHST, la bourse d'études Dick Martin a été créée en mémoire de la contribution de M. Martin au travail du CCHST, dont il était l'un des administrateurs, notamment ses interventions musclées en faveur des droits des travailleurs, son engagement à obtenir justice pour les hommes et les femmes, et ses actions pour protéger les environnements des personnes tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de leur lieu de travail.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la bourse d'études Dick Martin, y compris la demande d'inscription en ligne, visitez le site Web du CCHST.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail