Le rapport sur la santé et la sécuritéFévrier 2010 - Vol. 8, No. 2

Sujet d'actualité

Un coup d'oeil peu réjouissant à l'abus de substances en milieu de travail print this article

Ce n'est ni nouveau ni surprenant : certaines personnes consomment et abusent de l'alcool et d'autres substances. Selon une étude réalisée en 2004 par le Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT), environ 80 % des Canadiens consomment de l'alcool et 13,6 % des Canadiens sont considérés comme des buveurs à risque élevé. Si l'on ajoute le fait qu'environ 14 % des adultes canadiens consomment de la marijuana, il devient alors très probable que l'abus d'alcool et autres substances dans la population en général aura des répercussions dans les milieux de travail. Tout le monde peut avoir une mauvaise journée, mais un employé ayant un problème de toxicomanie présentera souvent des changements de comportement importants durant une certaine période. Cet employé peut arriver souvent en retard ou s'absenter fréquemment du travail. Sa productivité peut être réduite ou la qualité de son travail peut diminuer. L'abus de substances peut ralentir ses réflexes et réduire sa concentration et sa vigilance au travail, augmentant ainsi le risque d'accidents. Cet abus peut aussi influer sur sa capacité de prendre des décisions et sur son rendement global au travail. Combien en coûte-t-il aux entreprises?
Le CCLAT signale qu'en 2002, l'abus de tabac, d'alcool et de drogues illégales a coûté à l'économie canadienne plus de 39 milliards de dollars. Les coûts pour une entreprise sont centrés autour de quatre principaux effets : les décès prématurés (maladies liées à un abus d'alcool ou autres substances) et accidents mortels; les taux de blessures et d'accidents; l'absentéisme; et la perte de productivité. Il peut y avoir des coûts supplémentaires liés aux éléments suivants :

  • les retards fréquents;
  • le vol;
  • les mauvaises décisions;
  • une perte de l'efficacité;
  • une augmentation de la probabilité de conflits avec les collègues/superviseurs et de problèmes dans l'accomplissement des tâches;
  • un taux de roulement plus élevé et la formation des nouveaux employés;
  • les procédures disciplinaires;
  • les programmes de dépistage des drogues;
  • les programmes de soins médicaux, de réadaptation et d'aide aux employés.
De quelle manière le travail peut il contribuer à l'abus d'alcool et autres substances?
Quoique de nombreux facteurs personnels et sociaux différents puissent jouer un rôle dans l'abus d'alcool et autres substances, les emplois où les éléments suivants sont présents peuvent également contribuer au problème :
  • un niveau de stress élevé;
  • une faible satisfaction au travail;
  • de longues heures ou des quarts de travail irréguliers;
  • la fatigue;
  • des tâches répétitives;
  • des périodes d'inactivité ou d'ennui;
  • l'isolement;
  • la supervision éloignée ou irrégulière;
  • l'accès facile à l'alcool ou aux substances.
Ce qui peut être fait dans les milieux de travail
Les employeurs et les employés peuvent travailler de concert à mettre au point un programme complet de lutte contre l'abus d'alcool et autres substances comprenant une politique et une formation à l'intention des employés et des superviseurs. Le fait de se doter d'une politique sur l'abus d'alcool et autres substances qui soit bien appliquée crée une certaine uniformité au sein de l'organisation et permet aux employés de savoir ce que l'on attend d'eux. La politique doit énoncer clairement quelles sont les attentes, quelle aide est offerte et quelles sont les conséquences des infractions. En créant ou en promouvant des programmes tels qu'un Programme d'aide aux employés (PAE), les employeurs peuvent aider les employés en difficulté d'une manière plus directe ou les orienter vers des services communautaires. Il est important que les superviseurs et les gestionnaires disposent d'une ressource ou d'une procédure sur laquelle ils peuvent compter le moment venu. Les employés ont besoin de savoir qu'ils seront tous traités de la même manière. Comme pour de nombreuses questions de santé et de sécurité au travail, la planification préliminaire est la meilleure façon d'éviter la confusion et la frustration dans des circonstances qui sont déjà difficiles. Politique sur l'abus d'alcool et autres substances
La politique d'une entreprise sur l'abus d'alcool et autres substances doit mettre l'accent sur le fait que le programme est confidentiel et qu'il a été créé conjointement par les employés et la direction. La politique doit contenir les éléments suivants :
  • le but et les objectifs du programme;
  • la définition de l'abus d'alcool et autres substances;
  • les personnes visées par la politique ou le programme;
  • le droit à la confidentialité des employés;
  • le fait que les employés recevront de l'information au sujet de l'abus d'alcool et autres substances (p. ex. par un programme de sensibilisation à la vie sans alcool et autres substances);
  • le fait que les employés, les superviseurs et les autres membres du personnel seront formés sur la manière de détecter les problèmes de comportements et de toxicomanie;
  • le fait que de l'aide sera offerte à ceux qui font un abus chronique d'alcool ou autres substances;
  • la manière de réagir face aux travailleurs dont les capacités sont affaiblies;
  • les circonstances dans lesquelles le dépistage de drogues ou d'alcool sera effectué;
  • le type de mesures disciplinaires qui seront prises et les circonstances dans lesquelles elles le seront.
Ressources additionnelles :
Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT)
Centre de toxicomanie et de santé mentale (CTSM)
Abus de substances en milieu de travail (Réponses SST)

Alertes et bulletins

Sécurité sur le bord des chemins pour les intervenants d'urgence print this article

Risques présents sur le bord des chemins
Les feux clignotent, la circulation avance très lentement et vous pouvez voir une civière qu'on transporte vers une ambulance. Un policier se tient sur le bord de la route dirigeant la circulation près des lieux de l'accident et les pompiers replacent leur équipement dans leur camion. Beaucoup d'entre nous ont été témoins d'une telle scène dans les rues, les routes et les autoroutes. Ce que nous ne voyons pas ce sont les blessures et le décès des intervenants d'urgence heurtés par les véhicules qui se déplacent. SAFE Work Manitoba a émis un bulletin afin de sensibiliser les gens au risque auquel sont exposés les intervenants d'urgence - service de police, service d'incendie, travailleurs paramédicaux - qui fournissent une assistance d'urgence sur le bord des chemins et qui risquent d'être heurtés par des véhicules qui roulent sur les voies de circulation, tout près des lieux de l'accident. Pratiques de travail sécuritaires
Afin de réduire le risque lié au travail près de véhicules en mouvement, les employeurs doivent établir et mettre en œuvre des pratiques de travail sécuritaires. Ces pratiques doivent fournir des moyens efficaces de contrôle de la circulation pour assurer la sécurité des intervenants qui fournissent une assistance routière d'urgence. Les pratiques de travail sécuritaires doivent être appropriées à la tâche, par exemple effectuer le sauvetage d'une personne emprisonnée dans son auto, stabiliser une victime avant de la transporter en ambulance, répondre à un appel d'urgence, se stationner sur le bord du chemin et intervenir dans d'autres circonstances inhabituelles. Les intervenants d'urgence doivent recevoir une formation sur le respect de ces pratiques et doivent posséder les outils et les ressources nécessaires pour assurer leur protection. Protection des travailleurs
En plus des pratiques de travail sécuritaires qui doivent être mises en œuvre, les mesures de protection ci après peuvent être prises pour assurer la protection des travailleurs qui fournissent une assistance routière d'urgence.

  • Dispositifs d'avertissement pour les conducteurs qui approchent des lieux de l'accident :
    • panneaux d'avertissement, torches de sécurité ou cônes de signalisation
    • barrières;
    • dispositifs de contrôle des voies de circulation;
    • feux d'avertissement clignotants;
    • systèmes automatiques ou de contrôle à distance de la circulation;
    • signaleurs.
  • Équipement d'assistance routière d'urgence :
    • Les véhicules d'assistance routière peuvent fournir une protection aux travailleurs étant donné l'installation de marqueurs visuels (torches de sécurité ou cônes de signalisation) sur les lieux de l'accident. Il faut éviter de travailler entre les véhicules.
  • Équipement de protection individuelle :
    • Les intervenants qui fournissent une assistance routière d'urgence doivent porter, en tout temps, un vêtement de sécurité à haute visibilité qui satisfait aux exigences relatives à la réglementation en matière de santé et de sécurité au travail. Dans certaines circonstances, le vêtement à haute visibilité fera partie de l'uniforme des travailleurs ou de la tenue d'intervention. Sinon, les travailleurs doivent porter une veste à haute visibilité.
    • Les vêtements d'urgence, les chaussures et les casques de protection appropriés à la situation doivent être portés.
  • Équipement de télécommunication :
    • L'équipement de télécommunication, par exemple les radios mobiles ou les téléphones cellulaires, doit être maintenu en bon état et être accessible aux travailleurs qui fournissent une assistance routière d'urgence.
  • Autres mesures de précaution :
    • Faire appel aux autorités policières locales afin d'obtenir une assistance pour contrôler la circulation.
    • Dans le cas des intervenants d'urgence qui participent activement à la lutte contre l'incendie ou à une désincarcération, la tenue d'intervention peut être remplacée par un vêtement de sécurité à haute visibilité, à condition que des mesures de contrôle de la circulation aient été établies. Le personnel désigné pour effectuer le contrôle de la circulation doit porter un vêtement de sécurité à haute visibilité.
Pour en savoir davantage, consultez la norme CAN/CSA Z96, Vêtement de sécurité à haute visibilité. (en anglais) SAFE Work Manitoba Lisez le bulletin intégral de SAFE Work Manitoba sur le site Web. (en anglais)

Nouvelles du CCHST

Comme si vous y étiez! print this article

La diffusion Web est maintenant accessible pour le IIIe Forum
Dans quelques jours à peine, des professionnels et des experts en santé et en sécurité provenant de toutes les régions du Canada se réuniront dans la région de la capitale nationale afin de discuter de l'incidence du leadership concernant le milieu de travail en pleine évolution. Le IIIe Forum du CCHST, À l'avant-garde de l'évolution du milieu de travail, aura lieu le 8 et 9 mars 2010. Vous pouvez encore vous inscrire. Le CCHST offre aux personnes qui ne peuvent assister en personne au IIIe Forum la possibilité de regarder la diffusion Web en direct des exposés, des discussions de groupe et des séances sur les études de cas. Regarder la diffusion Web de cet événement, c'est comme si on y assistait en personne. Les personnes inscrites à la diffusion Web pourront regarder les exposés en direct accompagnés des diapositives synchronisées avec les présentations des conférenciers. Elles pourront profiter de l'expérience des experts réputés en santé et en sécurité sur des sujets tels que le leadership, la violence en milieu de travail, l'ergonomie participative, et la formation et le transfert des connaissances. Les exposés de la journée sont accessibles comme offres distinctes et incluent la possibilité de soumettre des questions et de télécharger les diapositives des présentations. De plus, l'inscription donne accès pendant 30 jours à l'enregistrement suivant la diffusion Web en direct des exposés. Enfin, des points en formation continue sont également offerts. Les présentations sont données en anglais, mais les personnes inscrites à la diffusion Web en direct ont la possibilité de les suivre en français grâce à un service d'interprétation simultanée. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la diffusion Web en direct et pour s'inscrire. Apprenez-en plus sur le IIIe Forum. Visitez le site Web www.cchst.ca/events/forumIII/.

Mot de la fin

Dates à retenirprint this article

Ne les oubliez pas! - 28 avril
Le 28 avril est le Jour de deuil national au Canada. Le drapeau canadien sera hissé à mi-mât sur la Colline du Parlement. Nous nous recueillerons en mémoire à ceux et celles qui ont perdu la vie ou qui ont été blessés au travail, et nous réfléchirons sur la façon de prévenir d'autres tragédies. Vous pouvez montrer votre appui grâce à l'épinglette du Jour de deuil national. Ou vous pouvez télécharger et installer dans votre lieu de travail notre affiche gratuite. Des affiches imprimées sont également offertes à prix modique. Pour recevoir vos articles à temps, vous devez commander d'ici le 31 mars. La marche " Steps for Life " - 2 mai
Le 2 mai, dans 28 villes au Canada, la marche de 5 km " Steps for Life " inaugurera la Semaine nord américaine de la sécurité et de la santé au travail (SNASST) 2010. L'événement est non seulement divertissant, mais il aide également à sensibiliser les gens sur le fait qu'il est possible de prévenir et d'éliminer les blessures en milieu de travail. La marche " Steps for Life " est la principale campagne de financement de " Threads of Life ", une organisation caritative nationale qui vise à aider les familles de victimes d'accidents de travail mortels, de blessures invalidantes ou de maladies professionnelles sur le chemin du rétablissement. Notre équipe du CCHST marchera encore une fois lors de cet événement qui aura lieu à Hamilton. Trouvez la marche qui aura lieu près de chez vous et formez votre équipe. Ce sera un dimanche inoubliable. Apprenez-en plus sur la façon de participer à cette marche sur le site Web Steps for Life. Pour obtenir de plus amples renseignements
Pour en savoir plus sur le Jour de deuil national. Téléchargez l'affiche du Jour de deuil national. Commandez des épinglettes du Jour de deuil national. Pour en savoir plus sur Threads of Life.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2015, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail