Le rapport sur la santé et la sécuritéVol. 9, No. 9

Sujet d'actualité

Mettre le doigt sur le syndrome du canal carpienprint this article

Qu'est-ce qu'un boulanger pétrissant la pâte, un travailleur se servant d'outils électriques sur une chaîne de montage et une infirmière en chirurgie saisissant et maniant des instruments très fins ont en commun? Leur travail exige l'exécution de mouvements répétitifs du poignet ou les soumet à des vibrations qui les exposent au risque de souffrir du syndrome du canal carpien.

Le tunnel carpien désigne un espace restreint situé à l'intérieur du poignet et entouré d'os et d'un ligament rigide recouvrant les tendons souples des doigts, du pouce et du nerf médian. Ce nerf qui s'étend de l'avant-bras à la paume de la main commande les mouvements du pouce, de l'index, du majeur et de l'annulaire. Si les tendons sont inflammés et appuient ou compriment le nerf médian, il se peut que vous souffriez du syndrome du canal carpien. Certaines tâches professionnelles, telles que les mouvements répétitifs du poignet, peuvent vous exposer à ce trouble douloureux.

Symptômes

Si vous ressentez des picotements dans le pouce, l'index, le majeur et l'annulaire, si vous avez des douleurs la nuit et de la douleur dans la main, le bras et l'épaule, il se peut que vous soyez atteint du syndrome du canal carpien. Si ce syndrome progresse, vous pourriez aussi ressentir un engourdissement, une perte de dextérité et une faiblesse dans la main, à la suite de quoi pincer ou saisir un objet fin peut être plus difficile. Il est possible que vous échappiez des objets ou que vous soyez incapable de décapsuler une bouteille, d'attacher des boutons ou de tourner des clés avec la main touchée. Vous pourriez aussi avoir la peau sèche en raison d'une diminution de la sudation.

Quelles sont les personnes les plus exposées?

Si vous êtes une femme, vous êtes trois fois plus exposées qu'un homme à souffrir du syndrome du canal carpien, peut-être à cause de la taille généralement plus petite du canal carpien. La grossesse, la présence de kystes ainsi que certaines maladies, notamment l'arthrite et le diabète, ont pour conséquence d'exposer des personnes à un risque plus élevé parce qu'elles affectent directement les nerfs et qu'elles font en sorte que ces derniers sont plus susceptibles d'être comprimés.

Les personnes plus exposées dans un milieu de travail englobent celles dont les tâches exigent l'exécution de mouvements répétitifs de la main ou du poignet, l'adoption de postures contraignantes pour les mains, l'application d'une grande force de préhension, le maintien d'une tension mécanique sur la paume et l'exposition à des vibrations. Les travailleurs les plus à risque de souffrir du syndrome du canal carpien comprennent les boulangers qui fléchissent les poignets en pétrissant la pâte de même que ceux qui utilisent des outils électriques ou qui travaillent sur une chaîne de montage de même que ceux qui effectuent des travaux de fabrication, de couture, de finissage, de nettoyage et de transformation de la viande, de la volaille ou du poisson. Le syndrome du canal carpien est trois fois plus courant chez les monteurs travaillant à la chaîne que chez les employés effectuant la saisie des données. Certaines études montrent que les facteurs psychosociaux (tels que le stress) peuvent contribuer à l'apparition du syndrome du canal carpien.

Prévention

Le facteur clé de la protection des travailleurs contre l'apparition du syndrome du canal carpien consiste à réduire les facteurs de risque, c'est-à-dire essentiellement la nécessité de fléchir les poignets et les doigts afin d'accomplir les tâches assignées, et l'utilisation excessive d'outils à main vibrants.
Cet objectif peut exiger de reprendre la conception des postes de travail, des outils ou même de la tâche en vue d'éliminer les risques présents; en outre, les travailleurs doivent être informés des facteurs de risques pouvant contribuer au syndrome du canal carpien.

Une conception adéquate du poste de travail assurant le réglage de cette dernière en fonction des besoins de chaque employé limite l'adoption de postures contraignantes pour les poignets et minimise les effets stressants des mouvements répétitifs.

Il est également important de redessiner les outils afin de limiter la nécessité de plier et de fléchir les poignets. Une étude menée dans une usine de transformation de la volaille a permis de constater que les travailleurs qui utilisaient un couteau à manche incurvé, avec lequel il n'est pas nécessaire de plier le poignet pour dépecer la volaille, plutôt qu'un couteau ordinaire étaient beaucoup moins souvent atteints du syndrome du canal carpien.

Une bonne conception des tâches permet au travailleur de maintenir les poignets dans une position naturelle, de réduire les tâches entraînant des mouvements répétitifs ainsi que l'application d'une grande force, et de varier les tâches à effectuer de manière à pouvoir prendre des pauses qui lui permettent de se soustraire aux vibrations associées à l'utilisation d'outils à main électriques. La conception des outils doit également viser à réduire la nécessité d'appliquer une grande force physique.

Une bonne conception des tâches comporte les éléments suivants :


  • analyse de la séquence des tâches afin de favoriser les changements de position du corps;

  • horaire alternant les périodes de travail et de repos pour détendre les muscles soumis à un stress mécanique et à des vibrations;

  • pauses pour éviter la monotonie et la répétitivité des tâches;

  • rotation des tâches pour permuter les travailleurs d'un poste à un autre.



La prévention du canal carpien doit aussi englober un programme d'éducation et de formation structuré et cohérent, offert de façon continue. Les travailleurs doivent être avisés des facteurs de risque existants et ils doivent obtenir la formation appropriée concernant les postures adéquates, notamment celle des poignets, qu'ils doivent conserver pendant l'exécution de leurs tâches, les diverses façons de réduire la fréquence des mouvements répétitifs, et l'importance d'une alternance adéquate entre périodes de travail et de repos.

Toutes les personnes présentes sur les lieux de travail, en outre les travailleurs, les gestionnaires et les représentants en santé et sécurité au travail, doivent participer activement à cet effort.

Renseignements additionnels


Alertes et bulletins

La sécurité dans les tranchées print this article

Le mois dernier, un travailleur a été rescapé après que la tranchée où il effectuait des travaux se soit effondrée autour de lui. Enseveli jusqu'à la taille, ce travailleur est demeuré au fond de la tranchée pendant quatre heures, mais il a survécu à cet incident et n'a subi que des blessures légères. Le dénouement de cet incident est nettement moins dramatique que celui que connaissent de nombreux travailleurs qui perdent la vie chaque année à la suite d'un effondrement de tranchée.

Le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) des États-Unis propose des mesures d'ingénierie, de l'équipement de protection et des méthodes de travail sécuritaires en vue de minimiser les risques et de protéger les travailleurs exposés à des risques de blessures et de décès à cause d'un effondrement au cours de fouilles en tranchée ou de l'excavation de tranchées.

Des travaux dangereux

Les sites d'excavation peuvent être dangereux et les travailleurs qui creusent les tranchées font face à des risques de blessures graves et de décès lorsque les parois des tranchées s'affaissent. Une tranchée peut s'effondrer subitement sans laisser aux travailleurs le temps de s'échapper. Les sols sont composés de matériaux très lourds. Une seule verge cube de terre peut peser plus de 1360 kilogrammes (3 000 livres) - soit plus qu'il n'en faut pour écraser un travailleur ou le faire suffoquer.

Les employeurs et les employés peuvent prendre certaines précautions afin de prévenir blessures et décès, et de faire face aux risques et dangers auxquels ils sont confrontés durant les fouilles et l'excavation de tranchées.

Que peuvent faire les employeurs


Avant de commencer les travaux :


  • Former et désigner une personne compétente pour garantir que les mesures de sécurité soient mises en place.

  • Communiquer avec les entreprises d'utilité publique avant de creuser afin que les canalisations d'utilité publique soient correctement marquées, puis creuser à la pelle à main des sondages ou des forages d'essai pour repérer les canalisations d'utilité publique et définir leur profondeur et leur emplacement exacts avant d'excaver.

  • Évaluer la qualité du sol pour déterminer sa stabilité, en gardant en tête que les conditions peuvent changer sensiblement en quelques jours.

  • Planifier l'aménagement des travaux en vue de définir les emplacements sécuritaires, à bonne distance de la tranchée, pour le transport des déblais et la circulation du matériel lourd.

  • Déterminer que type de systèmes de protection (étayage, blindage ou talutage) sera utilisé pour ces travaux et assurer sa mise en place avant la descente des travailleurs dans la tranchée.

  • Consulter un ingénieur dans le cas de tranchées complexes de plus de 20 pieds de profondeur afin de déterminer quel système de protection est le plus approprié.

  • Veiller à ce que tous les travailleurs en place dans la tranchée aient 18 ans ou plus.

  • Vérifier que les travailleurs participant à ces travaux aient reçu, dans une langue qu'ils comprennent, une formation appropriée à leur niveau d'alphabétisation en ce qui concerne les risques présents et les méthodes de travail applicables.

  • Établir un plan d'action d'urgence en cas d'incident en tranchée afin de décrire les mesures à prendre en cas d'urgence et s'assurer que les renseignements concernant les personnes à joindre en cas d'urgence y sont précisés.


Respecter les consignes de sécurité pendant l'exécution des travaux :

  • Inspecter chaque jour l'excavation, les zones voisines et les systèmes de protection mis en place avant de commencer les travaux, selon les besoins pendant le quart de travail et après chaque averse de pluie.

  • Aviser les sous-traitants de l'emplacement de la tranchée et des précautions à prendre, et vérifier que les véhicules demeurent à une distance sécuritaire de toute excavation. Veiller à ce que chaque travailleur ait toujours dans la tranchée une échelle ou autre moyen de sortie à 25 pieds de distance tout au plus.

  • Faire sortir les travailleurs de la tranchée dès la détection de la moindre situation pouvant causer un effondrement, la présence d'eau dans la tranchée ou des problèmes liés aux systèmes de protection en place par exemple.

  • Surveiller les autres types de risques associés aux tranchées pouvant se matérialiser, tels que les chutes aux abords des tranchées, les risques liés aux manœuvre et la présence de gaz combustibles ou toxiques.

  • Mettre en application des marches à suivre interdisant l'exécution de travaux dans une tranchée non protégée et s'assurer qu'elles sont respectées.


Que peuvent faire les travailleurs

  • Ne jamais entrer dans une tranchée non protégée.

  • Inspecter la tranchée munie d'un système de protection avant d'y entrer.

  • Sortir de la tranchée et appeler son superviseur si vous observez la moindre condition révélant un problème relatif au système de protection.

  • Ne jamais présumer qu'un indice ou une condition vous avertira du danger avant un effondrement ni que vous aurez le temps de vous éloigner. Il faut donc signaler immédiatement tout problème éventuel au premier signe de difficulté.


Renseignements additionnels


Renseignements additionnels concernant les fouilles en tranchée et l'excavation de tranchées (en anglais seulement), NIOSH

Preventing Worker Deaths from Trench Cave-ins, (en anglais seulement), NIOSH

Trenching -Construction Health and Safety Manual, (en anglais seulement), Infrastructure Health & Safety Association

Sécurité des travaux de tranchée et d'excavation (vidéo), Ministère du Travail de l'Ontario

Conseils et outils

Oublier les parfums en milieu de travail print this article

Pour faire de son lieu de travail un milieu sans parfum


Larmoiement ou irritation des yeux. Éternuement. Maux de tête. Nausée. Essoufflement. Respiration sifflante. Voici quelques-uns des symptômes ressentis par les personnes sensibilisées aux parfums lorsqu'elles sont exposées aux produits chimiques qu'ils contiennent.

Les réactions aux fragrances et aux parfums varient d'une personne à une autre; cependant, une fois sensibilisée aux parfums, une personne éprouvera vraisemblablement de plus en plus de malaises au fil du temps et des expositions répétées au parfum.

Un très grand nombre de produits que nous utilisons chaque jour sont parfumés, y compris les savons, les détergents, les produits de nettoyage domestiques et les produits de soin personnels tels que shampooing, savon liquide pour le corps et après-rasage. Bien que ces produits dégagent une odeur agréable, ils peuvent avoir des effets très désagréables pour vos collègues sensibilisés aux parfums.

La personne qui porte ou qui utilise un produit parfumé peut être affectée par ce produit de même que toute autre personne avec qui elle entre en contact. Cette réalité pose un véritable défi dans un lieu de travail où les employés travaillent les uns avec les autres ou sont assis très près les uns des autres. Certains lieux de travail recommandent la règle selon laquelle aucun parfum ne doit être perceptible à moins d'une " longueur de bras " de la personne. D'autres font un pas de plus et adoptent une politique transformant leur lieu de travail en un " milieu sans parfum ".

Le CCHST offre divers outils pouvant faciliter cette transition.

Webinaire : Découvrez les enjeux de la sensibilisation aux parfums

Écoutez le webinaire de 30 minutes pendant lequel un spécialiste technique principal du CCHST parlera de la sensibilisation aux parfums et des défis qu'elle pose dans les milieux de travail :


20 octobre 2011 13 h HNE Inscrivez-vous maintenant au webinaire.

Affiche : Pour parler de la sensibilisation aux parfums

Apposez l'affiche « Un milieu de travail sans parfum… » et informez vos employés des enjeux liés à la sensibilisation au parfum afin de les aider à comprendre comment les fragrances peuvent affecter la santé de leurs collègues. Ralliez tous les employés autour du même objectif en parlant de cet enjeu important pour la santé en milieu de travail.

Affiche : Faites de certaines zones ou du bâtiment complet un milieu « sans parfum »

Apposez l'affiche « Milieu sans parfum » dans les zones de travail ou les bâtiments désignés " milieux sans parfum » afin de rappeler cette consigne aux employés et aux visiteurs. L'affiche indique clairement aux gens de ne pas porter de parfum, d'eau de Cologne, d'après-rasage ou autres fragrances, et de ne pas utiliser de produits personnels parfumés.

Macarons : Diffusez le message

Distribuez à vos employés des macarons qui leur permettent d'afficher leur appui à un milieu sans parfum, en déclarant « J'appuie un milieu sans parfum ». Commandez-les maintenant.

Demandez l'aide de tous en vue de conserver un milieu de travail sans parfum - afin que chaque personne puisse respirer plus facilement.

Ressources additionnelles


Obtenez plus de précisions sur les effets sur la santé des parfums et la façon d'établir une politique concernant un milieu sans parfum avec l'aide du CCHST.

Familiarisez-vous avec les parfums et la qualité de l'air intérieur en consultant le site de l'Association pulmonaire.

Téléchargez l'affiche gratuite Un milieu de travail sans parfum… du CCHST.

Téléchargez l'affiche gratuite Milieu sans parfum du CCHST.

De la SST pour emporter

Éclairage adéquat sur les lieux de travailprint this article

Le CCHST produit chaque mois des balados GRATUITS conçus pour vous informer des derniers renseignements, conseils, études et avis d'experts diffusés en ce qui concerne la santé, la sécurité et le mieux-être des travailleurs canadiens. Cette collection de balados que vous pouvez télécharger et écouter au moment et à l'endroit de votre choix vous offre vraiment De la SST pour emporter!

Dans l'édition de ce mois-ci, De la SST pour emporter! propose un balado intitulé Éclairage adéquat sur les lieux de travail. Ce balado étudie les répercussions d'un mauvais éclairage sur la productivité des travailleurs et offre des conseils concernant l'exécution d'une vérification de l'éclairage.


La durée du balado est de 3 min 45 s. Écoutez le balado maintenant.

Reprise du balado : « Mentally Healthy Workplaces »

Dans ce balado, Mme Donna Hardaker, spécialiste en santé mentale en milieu de travail du Bureau de l'Association canadienne pour la santé mentale, Direction de la région de York, discute de la santé mentale en milieu de travail et de la façon d'éliminer le stress au travail.


D'une durée de 8 min 24 s, le balado est offert en anglais seulement. Écoutez le balado maintenant.

Parcourez la liste complète des sujets traités dans les balados. Mieux encore, Abonnez-vous à la série sur iTunes afin de ne pas manquer un seul épisode!

Nouvelles du CCHST

La santé mentale au travailprint this article

Préserver la santé mentale en milieu de travail


Lorsque les gens se rendent au travail, tous les aspects de leur vie les habitent, qu'il s'agisse de tensions familiales, de stress professionnel, de difficultés émotives ou de relations interpersonnelles problèmatiques. Pour certaines personnes, conserver son équilibre émotionnel tout en se dévouant à son travail peut constituer un réel défi. Étant donné le nombre d'heures d'éveil que les travailleurs consacrent à leur emploi, l'environnement de travail peut avoir un profond impact sur leur santé mentale et leur mieux-être.

La santé mentale de vos employés influe sur leur capacité de concentration et leur productivité de même que sur les interactions qu'ils auront avec les autres personnes présentes dans leur milieu de travail. Les travailleurs dont l'état mental est satisfaisant sont plus susceptibles de donner leur plein rendement et de faire face aux pressions quotidiennes émanant de leur milieu de travail. Les milieux de travail sains contribuent grandement à réduire le niveau de stress, à permettre d'aborder le travail de façon positive et à améliorer le mieux-être psychologique des employés.

Pour aider les responsables des milieux de travail à cerner, à comprendre et à tenter de résoudre les enjeux liés à la santé mentale, le CCHST a créé un nouveau portail Web désigné La santé mentale au travail. Cette collection de ressources en ligne d'une grande qualité contient des conseils sur la façon de créer un milieu de travail sain et positif, de promouvoir la santé mentale et de faire face aux éventuels enjeux liés à la santé mentale efficacement - en vue d'améliorer la santé mentale au travail de toutes les personnes intéressées.

Précisions additionnelles


Visitez le site Web La santé mentale au travail.

Téléchargez l'affiche gratuite intitulée La santé mentale au travail.

Commandez des macarons Bien travailler ensemble que vos employés pourront porter avec fierté.

Mot de la fin

Travailler en toute sécurité en présence de rayonnements print this article

Le webinaire du 18 octobre traite de la radioprotection en milieu de travail



Les Canadiens de tous les coins du pays sont exposés aux rayonnements. Ces derniers sont présents naturellement dans le sol, l'air, les aliments et l'eau, mais on s'en sert également dans les établissements de soins de santé, de production d'énergie, de construction, de fabrication et de recherche ainsi que dans d'autres lieux de travail. Plus de 150 000 Canadiens font l'objet chaque année d'une surveillance visant à mesurer les doses de rayonnement auxquelles ils sont exposés au travail. Beaucoup plus de personnes sont exposées à des rayonnements au cours d'interventions médicales thérapeutiques et de démarches diagnostiques.

Pour aider les travailleurs canadiens à mieux comprendre les effets des rayonnements, le CCHST s'est joint à l'Institut de radioprotection du Canada pour présenter un webinaire en direct intitulé


« Radiation Safety in the Workplace » :

Présentatrice: Claire Cohalan, chercheure scientifique, Institut de radioprotection du Canada

Date: Le mardi 18 octobre 2011

Heure: 13 h – 14 h 30 HNE


Cette séance en ligne permettra aux participants d'avoir une meilleure compréhension de ce que sont les rayonnements, des effets sur la santé qu'entraîne une exposition, et enfin de certains principes et méthodes pratiques associés à la radioprotection. Obtenez les connaissances requises pour vous faire une opinion et prendre des décisions éclairées concernant les enjeux en matière de radioprotection dans chaque industrie.

Le coût de chaque séance est de 39 $ et comprend un exemplaire des diapositives présentées, la possibilité de poser des questions en direct durant la séance et l'accès à la présentation enregistrée.

Obtenez plus de précisions et commandez en ligne.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Listen to our Podcasts
  • Subscribe to our YouTube channel
  • Follow us on LinkedIn
  • View our pins on Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Add us on Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2016, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail