Coronavirus (COVID-19) - Conseils

Comité d'action sur l'administration des tribunaux en réponse à la COVID-19 - main content

Vaccins contre la COVID-19

Sur cette page

Introduction

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, une énorme quantité d’information a été communiquée au sujet du virus et de la façon d’assurer notre sécurité et celle de nos milieux de travail. Les vaccins contre la COVID-19 peuvent freiner la propagation du virus et vous aider à ne pas tomber malade. Voici quelques réponses aux questions les plus courantes sur les vaccins contre la COVID-19.

Quels sont les vaccins actuellement disponibles au Canada?

En date du 5 mars 2021, quatre vaccins sont autorisés au Canada. Le vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 a été autorisé le 9 décembre 2020 pour les personnes de 16 ans et plus. Le 23 décembre 2020, le vaccin Moderna contre la COVID-19 a été autorisé pour les adultes de 18 ans et plus. Le 26 février 2021, un troisième vaccin, AstraZeneca, a été autorisé pour les personnes de 18 ans et plus. À l’heure actuelle, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) ne recommande pas le vaccin d’AstraZeneca pour les adultes de 65 ans et plus en raison des données insuffisantes pour ce groupe. Le 5 mars 2021, le vaccin contre la COVID-19 de Johnson & Johnson a été autorisé pour les personnes âgées de 18 ans et plus. Voir les Recommandations du CCNI sur l’utilisation des vaccins contre la COVID-19 pour plus de détails. Santé Canada n’autorisera que les vaccins dont l’utilisation au Canada est sûre et efficace.

Ces vaccins causent-ils la COVID-19?

Non. Il est impossible d’être infecté ou de contracter la COVID-19 par les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna ou AstraZeneca. Ils ne contiennent pas de virus SRAS CoV 2 vivants.

Comment les vaccins fonctionnent-ils?

Les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna contre la COVID-19 sont des vaccins à ARNm (ARN messager). Ils donnent des instructions à vos cellules pour qu’elles fabriquent une protéine se trouvant dans le virus en cause dans la COVID-19.

Les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson contre la COVID-19 reposent sur un vecteur viral. Ils utilisent un virus inoffensif (par exemple, un adénovirus comme celui qui cause le rhume) comme système de distribution ou véhicule. Le virus vecteur contenu dans ce vaccin produit la protéine de spicule du SRAS-CoV-2. Cette protéine se trouve à la surface du virus qui cause la COVID-19. Cette protéine ne vous rendra pas malade; elle fait son travail, puis disparaît.

Les quatre vaccins fonctionnent de manière similaire. Notre système immunitaire sait que la protéine n’a pas sa place dans notre corps et commence à produire sa réponse immunitaire, y compris des anticorps. La réponse immunitaire vous aidera dorénavant à combattre le virus de la COVID-19 si vous êtes exposé à celui-ci.

Les vaccins fonctionneront-ils sur les nouveaux variants?

L’Agence de la santé publique du Canada surveille de près les nouveaux variants préoccupants de la COVID-19. Les fabricants de vaccins étudient l’incidence de ces variants sur leurs vaccins. D’autres recherches sont nécessaires, et les résultats seront communiqués dès qu’ils seront disponibles.

Les vaccins à ARNm contiennent-ils des agents de conservation, des adjuvants ou des produits d’origine animale?

Non. Certains vaccins peuvent contenir des adjuvants (par exemple, des sels d’aluminium) pour aider à stimuler la réponse de l’organisme au vaccin, des antibiotiques pour aider à prévenir la contamination pendant le processus de fabrication, ainsi que des agents de conservation et des stabilisateurs pour que le vaccin reste stable, efficace et sûr pendant sa fabrication, son expédition et son entreposage. Les vaccins à ARNm ne contiennent aucun de ces produits; ils ne contiennent aucune matière animale ou humaine, ni de latex.

Cliquez sur le lien correspondant pour en apprendre davantage sur le vaccin Moderna, le vaccin Pfizer-BioNTech et le vaccin AstraZeneca. Obtenez plus de détails sur les vaccins autorisés contre la COVID-19.

Qu’est-ce que le polyéthylène glycol (PEG)?

Les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna contiennent tous deux du polyéthylène glycol (PEG). Le PEG est un allergène potentiel. Il est également utilisé dans la préparation des intestins pour les coloscopies, les laxatifs, le sirop contre la toux, les cosmétiques, les solutions pour lentilles de contact, les produits de soins de la peau et comme additif dans certains aliments et certaines boissons.

Le vaccin d’AstraZeneca ne contient pas de PEG, mais contient un allergène potentiel, le polysorbate 80. Il est utilisé dans les cosmétiques et dans les préparations médicales (par exemple, des huiles vitaminées, des comprimés).

Consultez votre fournisseur de soins de santé ou votre allergologue pour savoir si la vaccination vous convient.

Puis-je quand même recevoir le vaccin si je suis allergique?

Vous ne devez pas recevoir le vaccin si vous avez une allergie grave à l’un des ingrédients du vaccin ou à l’un des matériaux présents dans l’emballage du vaccin (comme le bouchon du flacon en aluminium ou le bouchon en caoutchouc synthétique) ou si vous avez eu une réaction allergique grave (par exemple, une anaphylaxie) à une dose antérieure d’un vaccin contre la COVID-19. Consultez votre fournisseur de soins de santé si vous avez des inquiétudes avant de recevoir la vaccination COVID-19.

Y a-t-il d’autres troubles médicaux à prendre en compte avant de se faire vacciner?

Oui. La vaccination contre la COVID-19 pourrait être prioritaire pour les personnes présentant des affections médicales sous-jacentes et qui sont susceptibles d’être exposées à une maladie ou à un état plus grave lié à la COVID-19 (par exemple, les personnes âgées et les personnes obèses).

Toute personne ayant des questions ou des inquiétudes, y compris les femmes enceintes ou qui allaitent, ou les personnes immunodéprimées (en anglais seulement) (par exemple, une capacité réduite à combattre les infections ou d’autres maladies) doivent consulter leur fournisseur de soins de santé sur les risques et les avantages de la vaccination contre la COVID-19. Le Comité consultatif national de l’immunisation a préparé des recommandations sur l’utilisation des vaccins contre la COVID-19. L’Agence de la santé publique du Canada propose une trousse à outils pour les fournisseurs de soins de santé.

De combien de doses ai-je besoin?

Les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca nécessitent chacun deux doses. La première dose donne des instructions à vos cellules pour créer une réponse du système immunitaire contre le virus responsable de la COVID-19. La deuxième dose stimule et renforce cette réponse immunitaire. La deuxième dose doit être reçue lorsque votre fournisseur de soins de santé le recommande. Le vaccin de Johnson & Johnson ne nécessite qu’une seule dose.

Puis-je prendre un vaccin différent pour ma deuxième dose?

La recommandation actuelle du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) est de recevoir le même vaccin pour les deux doses. Si le premier produit n’est pas disponible, un type similaire de vaccin contre la COVID-19 (par exemple, le vaccin à ARNm) peut être utilisé. Voir les recommandations sur l’utilisation des vaccins contre la COVID-19 du CCNI pour de plus amples renseignements.

Quels sont les effets secondaires possibles de ces vaccins?

Des effets secondaires de légers à modérés sont très courants et ne durent pas plus de quelques jours. Une douleur au point d’injection, de la fatigue, des maux de tête, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, des frissons et de la fièvre font partie des effets secondaires courants.

Il est très rare qu’un événement indésirable grave après une vaccination se produise, comme une réaction allergique grave (par exemple, une anaphylaxie). Certains effets secondaires, comme la fièvre, surviennent plus souvent après la deuxième dose.

Demandez à votre fournisseur de soins de santé ce qu’il recommande pour aider à gérer les effets secondaires potentiels.

Combien de temps dois-je attendre avant de recevoir le vaccin?

Les vaccins contre la COVID-19 seront offerts à toutes les personnes au Canada qui sont admissibles pour recevoir un vaccin contre la COVID-19. À partir de décembre 2020, les doses de vaccins seront distribuées par phases.

Des populations prioritaires ont été identifiées pour une vaccination précoce en raison de l’arrivée limitée et échelonnée de l’approvisionnement en vaccins.

Dans un premier temps, le vaccin sera administré aux personnes vivant et travaillant dans des centres d’hébergement collectif qui fournissent des soins aux personnes âgées (par exemple, soins de longue durée, aide à la vie autonome, soins chroniques et maisons de retraite); aux adultes âgés de 70 ans et plus, en commençant par ceux âgés de 80 ans et plus; aux travailleurs de la santé et aux travailleurs de soutien personnel qui fournissent des soins directs aux patients; aux adultes des communautés autochtones.

À mesure que le vaccin sera disponible, il sera administré aux travailleurs de la santé non inclus dans le déploiement initial, aux résidents et au personnel de tous les autres lieux d’hébergement (par exemple, les travailleurs migrants, les établissements correctionnels, les refuges pour sans-abri) et aux travailleurs essentiels (par exemple, la police, les pompiers, la production alimentaire). La vaccination continuera de s’étendre à tous les Canadiens. En savoir plus sur le déploiement du vaccin.

Combien de temps serai-je protégé après avoir reçu le vaccin? Aurai-je besoin d’un vaccin chaque année?

Les experts ne le savent pas. Il est trop tôt pour savoir si des vaccins supplémentaires seront nécessaires. La protection à long terme est encore en cours d’évaluation. Pour cette raison, vous devez continuer à suivre les principales mesures de santé publique comme l’éloignement physique, le port d’un masque et le lavage des mains pour aider à réduire la propagation de la COVID-19.

Mon employeur peut-il rendre la vaccination contre la COVID-19 obligatoire?

Les employés du gouvernement fédéral, de secteurs réglementés par le gouvernement fédéral ou de sociétés d’État doivent être vaccinés : il s’agit d’une condition d’emploi (sauf pour les employés qui font l’objet d’une exemption médicale).

Pour ce qui est des autres milieux de travail, le Canada offre le vaccin contre la COVID-19 sur une base volontaire à toute personne au Canada qui est admissible et qui souhaite recevoir le vaccin. Il est possible que certains employeurs exigent une preuve de vaccination contre la COVID-19 (par exemple, si elle est requise pour un voyage international). Puisque la campagne de vaccination est en cours, certains lieux de travail ont des employés partiellement vaccinés, totalement vaccinés ou pas encore vaccinés. Les employeurs devront tenir compte des répercussions d’une main-d’œuvre partiellement vaccinée sur leur organisation. Votre employeur doit travailler avec votre comité ou représentant de santé et de sécurité pour évaluer les facteurs de risque de transmission de la COVID-19 et mettre en place des mesures de contrôle pour aider à arrêter la propagation. Discutez avec votre employeur, votre comité ou votre représentant, ou votre syndicat le cas échéant, de toute préoccupation que vous pourriez avoir concernant les exigences de vaccination contre la COVID-19 sur votre lieu de travail, y compris tout besoin d’adaptation.

J’ai eu la COVID-19. Dois-je toujours me faire vacciner?

On ne sait pas exactement combien de temps une personne est protégée contre une nouvelle infection par le SRAS-CoV-2. Bien que rare, une réinfection peut se produire. Il est toujours recommandé de se faire vacciner même si vous avez déjà eu la COVID-19.

Combien de personnes doivent se faire vacciner pour que l’immunité collective fonctionne?

On parle d’immunité collective (grégaire) lorsqu’un nombre suffisant de personnes sont immunisées contre une maladie infectieuse, de sorte qu’il est peu probable qu’elle se propage et provoque une maladie chez ceux qui ne sont pas immunisés. Le nombre de personnes qui doivent être protégées (par la vaccination ou l’infection naturelle) pour atteindre l’immunité collective varie selon la maladie. Pour l’instant, les experts ne savent pas combien de personnes doivent être vaccinées pour obtenir une immunité collective contre la COVID-19. Au fur et à mesure que de nouvelles recherches émergeront sur l’immunité contre la COVID-19 et que les vaccins seront plus largement distribués, les experts auront une meilleure compréhension de la manière dont nous pouvons atteindre l’immunité collective.

J’ai été vacciné(e). Dois-je toujours porter un masque?

Oui. Actuellement, il n’y a pas assez de preuves scientifiques pour affirmer si la propagation de la COVID-19 peut s’arrêter par la vaccination uniquement. Pour cette raison, il est essentiel que chacun continue à suivre les mesures de santé publique pour aider à freiner la propagation de la COVID-19.

Il est important d’éviter les foules et les espaces encombrés, de garder une distance d’au moins 2 mètres avec les personnes extérieures à votre foyer, de porter un masque bien conçu et bien ajusté qui couvre votre nez, votre bouche et votre menton, et de pratiquer une bonne hygiène des mains et des voies respiratoires. Lavez-vous les mains souvent avec de l’eau tiède et du savon pendant au moins 20 secondes ou utilisez un désinfectant pour les mains contenant au moins 60 % d’alcool.

Toussez et éternuez dans un mouchoir ou dans le creux de votre bras, et non dans votre main. Jetez immédiatement les mouchoirs utilisés dans une poubelle doublée d’un sac de plastique et lavez-vous les mains immédiatement. Évitez de vous toucher les yeux, le nez ou la bouche avant de vous être lavé les mains.

Devrais-je me faire vacciner contre l’influenza cette année?

La grippe est causée par un virus appelé influenza. Le virus de l’influenza est très contagieux et peut provoquer des symptômes respiratoires comme la toux et la pneumonie. En général, la grippe est une maladie saisonnière, et les taux d’infections sont plus élevés à l’automne, à l’hiver et au début du printemps.

La pandémie de COVID 19 a accaparé l’attention en raison de la grande transmissibilité et du taux de mortalité élevé du virus, qui sont tous deux plus élevés que pour la grippe. Certes, l’influenza ne doit pas être ignoré pour autant : la grippe figure parmi les 10 principales causes de décès au Canada depuis plus d’une décennie (on estime qu’elle est à l’origine d’environ 3500 décès par année au Canada, et plus d’un demi-million dans le monde). De plus, des pandémies d’influenza ont eu lieu dans un passé assez récent.

Même si la COVID 19 et l’influenza se manifestent par des symptômes similaires, ces maladies sont causées par deux virus distincts. Quelqu’un qui reçoit un vaccin pour l’un des deux virus n’est pas protégé pour les deux maladies, c’est pourquoi il est recommandé de recevoir le vaccin contre la COVID 19 de même que le vaccin annuel contre l’influenza. Avoir les deux vaccins peut permettre de prévenir des complications graves qui risquent de survenir si une personne est atteinte des deux maladies simultanément.

Il est recommandé à toutes les personnes âgées de 6 mois et plus de se faire vacciner contre la grippe chaque année puisque le virus de l’influenza change et que la protection obtenue grâce au vaccin de l’année précédente s’estompe avec le temps. Le vaccin annuel contre la grippe permet non seulement de prévenir des maladies graves, mais également de réduire le risque de propagation du virus. Pour obtenir de plus amples informations sur le vaccin contre la grippe, consultez le site Web de Santé Canada.

Reportez-vous à votre autorité locale de santé publique ou à votre fournisseur de soins de santé pour savoir comment recevoir les vaccins contre la COVID 19 et l’influenza. Ils pourront également préciser si les deux vaccins doivent être obtenus en même temps ou séparément après une période d’attente entre les deux vaccins.

Il est important de prévoir des ressources et des mesures de soutien en santé mentale pour tous les travailleurs, y compris l’accès à un programme d’aide aux employés, le cas échéant.

Pour en savoir plus sur la COVID-19, consultez le site de l’Agence de la santé publique du Canada.

Il convient de noter que la présente fiche de conseils n’aborde que certains changements pouvant être faits par les organisations au cours d’une pandémie. Adaptez la présente liste en ajoutant vos propres pratiques et politiques exemplaires pour répondre aux besoins particuliers de votre organisation.

Avis de non-responsabilité : Comme les renseignements sur la santé et la sécurité au travail sont appelés à changer rapidement, il est recommandé de consulter les autorités locales de santé publique pour obtenir des directives régionales précises. Ces renseignements ne remplacent pas les avis médicaux ou les obligations prévues par la loi en matière de santé et de sécurité. Bien que tous les efforts soient faits pour assurer que les renseignements sont exacts, complets et à jour, le CCHST n’offre aucune garantie et ne s’engage aucunement à cet effet. Le CCHST ne saurait être tenu responsable de toute perte, réclamation ou revendication pouvant résulter, directement ou indirectement, de l’utilisation de ces renseignements ou des conséquences de leur utilisation.

Dernière mise à jour du document le 10 mars 2021