COVID-19 : Planification en santé et sécurité pour les employeurs

Évaluations des risques et plans de mesures de contrôle pour la COVID-19

Tous les employeurs doivent prendre des mesures raisonnables afin de rendre leur lieu de travail sécuritaire. La mise en place d’une évaluation des risques constitue une façon de déceler des dangers qui peuvent blesser les personnes ou causer des dommages à la propriété et à l’équipement. La COVID­-19 est un danger biologique qui peut être transmis au travail. Les employeurs doivent mettre en place un plan qui décrit les mesures nécessaires pour prévenir l’exposition à la COVID-19 et sa transmission. Le plan doit prévoir des procédures pour surveiller l’exposition au virus et la santé, ainsi que des processus pour intervenir si un employé signale de façon proactive, ou présente, des signes ou des symptômes de la COVID-19.

Chaque personne dans le lieu de travail joue un rôle dans la sécurité des autres. Les employeurs et les superviseurs doivent tout faire dans les circonstances pour mettre en place les mesures de contrôle nécessaires, informer les travailleurs de ces mesures et s’assurer que les travailleurs respectent les procédures. Les travailleurs ont le devoir de suivre ces étapes pour se protéger eux-mêmes et protéger les autres.

Illustration d’une personne portant un masque qui regarde des ressources liées à la COVID‑19 sur un téléphone intelligent.

Sur cette page

Qu’est-ce que la COVID-19?

  • La COVID-19 est une nouvelle maladie sans précédent chez les humains
  • Un virus connu sous le nom de coronavirus
  • Ce n’est pas une bactérie
  • Ce n’est pas une influenza (grippe)

Symptômes de la COVID-19

Les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre et selon les différents groupes d’âge. Les adultes plus âgés, les personnes de tout âge atteintes de maladies chroniques, les personnes de tout âge immunodéprimées, ainsi que les personnes obèses, sont à risque de développer une forme plus grave de la COVID-19. Les symptômes les plus courants comprennent notamment ceux-ci :

  • Toux nouvelle ou qui s’aggrave
  • Essoufflement ou difficulté à respirer
  • Température égale ou supérieure à 38 °C
  • État fiévreux
  • Frissons
  • Fatigue ou faiblesse
  • Douleurs musculaires ou courbatures
  • Perte récente de l’odorat ou du goût
  • Maux de tête
  • Symptômes gastro-intestinaux (douleur abdominale, diarrhée, vomissements)
  • Importante sensation de malaise général
  • Éruptions ou changements cutanés (jeunes enfants)

Les symptômes peuvent prendre jusqu’à 14 jours pour apparaître après une exposition au virus chez d’autres personnes. Certaines personnes infectées par la COVID-19 peuvent n’avoir que de légers symptômes ou ne pas en présenter du tout. Certaines personnes doivent être hospitalisées. La plupart des personnes infectées par la COVID-19 se rétablissent, mais dans les cas graves, l’infection peut causer la mort.

Comment la COVID-19 se propage

  • La COVID-19 se transmet le plus souvent d’une personne à l’autre par des gouttelettes respiratoires (p. ex. générées lorsqu’une personne tousse, éternue, rit, parle ou chante) au cours d’interactions rapprochées (à moins de deux mètres).
  • Elle peut aussi se propager lorsque vous touchez une chose sur laquelle se trouve le virus et touchez ensuite votre visage (p. ex. la bouche, le nez, les yeux) avant de vous laver les mains.
  • N’oubliez pas que les personnes infectées par la COVID-19 peuvent ne présenter aucun symptôme et propager néanmoins la maladie.

Évaluations des risques liés à la COVID-19

Déterminez de quelle façon les employés peuvent être exposés à la COVID-19. Surveillez le taux de transmission dans votre collectivité locale, puisqu’un nombre plus élevé de personnes infectées par la COVID-19 dans votre collectivité peut accroître le risque de transmission dans votre milieu de travail.

  • Déterminez les zones de travail à évaluer
    • Stationnements, entrées et sorties de bâtiments, allées et couloirs, zones de réception, postes de travail, salles de réunion, salles à manger et salles de toilettes
  • Déterminez les postes à évaluer
    • Réception, bureau, ventes, production, entretien, nettoyage, expédition et transport par camion
  • Déterminez les facteurs de travail à évaluer
    • Travail à proximité des autres, travail avec des clients externes ou le public, fréquence des rencontres en personne, et travail à l’extérieur
  • Déterminez les facteurs personnels à évaluer
    • Employés atteints de problèmes médicaux préexistants connus, âgés de 60 ans et plus, ou qui prennent les transports en commun
  • Déterminez la façon de consigner les risques. Envisagez l’utilisation d’une liste de vérification pour l’évaluation des risques.
  • Déterminez les personnes qui vont procéder aux évaluations des risques
    • Consultez le comité de sécurité et de santé ou son représentant, les travailleurs qui exécutent les tâches visées par l’évaluation, et d’autres personnes compétentes dans l’exécution d’un processus d’évaluation des risques
  • Déterminez la fréquence des évaluations des risques
    • Toutes les zones de travail / tous les emplois où la transmission peut se produire doivent être évalués au départ
    • Déterminez un intervalle approprié pour réévaluer les risques
    • Lorsque les conditions du lieu de travail changent, ou le taux de transmission dans la collectivité augmente, il se peut que les évaluations des risques doivent être mises à jour

Établissez votre plan de sécurité relatif à la COVID-19

Directives générales

  • Utilisez les résultats de vos évaluations des risques pour déterminer les mesures de contrôle existantes et potentielles en vue de prévenir la transmission de la COVID-19.
  • Reportez-vous à la « hiérarchie des mesures de maîtrise des risques » pour déterminer les mesures les plus efficaces et optez pour une « approche multidimensionnelle » combinant de multiples stratégies.
  • Assurez-vous que les nouvelles mesures de contrôle ne créent pas de nouveaux dangers (p. ex. des portes coupe-feu entrouvertes pour améliorer la ventilation, blocage des sorties d’urgence lors de l’installation de barrières physiques).
  • Désignez une personne responsable de veiller à ce qu’une mesure de contrôle donnée soit mise en place.
  • Fixez un délai pour la mise en place des mesures.
  • Surveillez la façon dont les mesures de contrôle sont mises en place et respectées. Envisagez les mesures à prendre si des problèmes surviennent.

Éloignement physique, mesures d’ingénierie et administratives

  • Maintenez une distance de deux mètres entre les employés, y compris à leurs bureaux ou à leurs postes de travail, dans les toilettes ou dans les salles de réunion.
  • Dans la mesure du possible, permettez aux employés de travailler à domicile.
  • Limitez le nombre de personnes admises en même temps dans les espaces intérieurs et les aires communes.
  • Créez des voies à sens unique, et utilisez des affiches et autres inscriptions pour indiquer la façon de se déplacer dans les espaces partagés, comme les allées, les aires communes et les salles de toilettes.
  • Ajoutez des barrières physiques lorsque l’éloignement ne peut pas toujours être maintenu (p. ex. utilisation de plexiglas ou de cloisons plus hautes que la hauteur de la tête).
  • Réglez le système de ventilation afin d’augmenter le volume d’air frais et d’assurer une filtration efficace. Dans la mesure du possible, on peut autoriser l’ouverture des portes et des fenêtres afin d’améliorer la circulation de l’air.
  • Comprenez que certaines pratiques de travail peuvent être modifiées afin de réduire le nombre de personnes qui sont en contact les unes avec les autres et la période pendant laquelle elles sont en contact. Par exemple :
    • Étalez les heures ou les jours de travail pour réduire le nombre de contacts.
    • Modifiez la façon dont les services sont fournis (p. ex. limitez le nombre de clients présents en même temps, offrez des services à l’extérieur et la collecte en bordure de trottoir).
    • Limitez le contact entre les employés en formant des cohortes (également appelées bulles, cercles ou équipes sécuritaires). Il s’agit de petits groupes dont les membres – toujours les mêmes personnes – ne conservent pas toujours une distance de deux mètres entre elles. Si quelqu’un tombe malade, il est plus facile de retracer les contacts étroits des différentes personnes lorsque les membres de la cohorte sont connus. Les cohortes travaillent ensemble et prennent leurs pauses ensemble.
  • Envisagez aussi de créer des cohortes pour les travailleurs qui sont hébergés dans un même lieu ou qui utilisent le transport en commun.
  • Formez vos employés au sujet de la transmission de la COVID-19 et aux protocoles de sécurité.
  • Demandez aux employés, aux entrepreneurs, aux fournisseurs, aux visiteurs et aux membres du public de faire une autoévaluation de leur santé avant de se rendre sur le lieu de travail ou dans les bâtiments. Assurez-vous que tous ces gens comprennent et suivent votre protocole de sécurité.
  • Affichez, à l’extérieur des bâtiments, des avis dans lesquels vous demandez aux personnes de ne pas entrer dans le bâtiment si elles ont des symptômes ou peuvent avoir été exposées au virus.
  • Posez des affiches encourageant l’éloignement physique, l’hygiène personnelle, l’étiquette respiratoire et le port de masques non médicaux ou de couvre-visages.
  • Évaluez toute personne avant qu’elle entre dans le bâtiment. Ne laissez pas des personnes symptomatiques ou ayant été exposées au virus entrer dans le bâtiment. Conservez une trace écrite de chaque personne qui entre dans le bâtiment, y compris le numéro pour la joindre, afin de contribuer à réduire le taux d’occupation et de pouvoir contacter plus facilement les gens dans l’éventualité d’un cas confirmé. Encouragez les travailleurs à faire une autoévaluation de leur santé lorsqu’ils sont au travail et à signaler tout symptôme.
  • Préparez-vous à une augmentation de l’absentéisme pour cause de maladie chez les employés et leur famille ou à une éventuelle fermeture d’école. Ajustez et communiquez les politiques relatives aux congés pour raisons personnelles, aux congés de maladie et aux autorisations d’absence afin que les employés puissent rester à la maison s’ils sont malades, passer un test de dépistage de la COVID-19, se mettre en quarantaine (isolement), prendre soin de leurs enfants ou d’une personne malade, ou prendre un congé de maladie sans obtenir au préalable une note médicale.
  • Envisagez de ne pas exiger de certificat médical pour le retour au travail, car cela aiderait à réduire la charge d’un système de santé déjà très sollicité.
  • Élaborez un protocole pour les urgences médicales dans le cas où un employé pourrait avoir besoin de soins directs (tant pour les problèmes liés à la COVID-19 que pour les autres urgences de santé).
  • Fournissez des équipements de protection individuelle (EPI) supplémentaires si les premiers intervenants doivent donner des soins directs à une personne infectée ou symptomatique (p. ex. visière de protection et masque, blouse et gants).
  • Si les employés doivent utiliser les transports en commun pour venir travailler, envisagez des horaires flexibles pour leur permettre d’éviter les périodes de fort achalandage.
  • Pensez à des moyens de transport qui permettraient aux employés de rentrer chez eux sans utiliser les transports en commun s’ils développent des symptômes au travail.
  • Évitez tout voyage lié au travail non essentiel. Examinez les options possibles, y compris la participation virtuelle.
  • Si un voyage est nécessaire, les personnes doivent s’isoler volontairement pendant 14 jours lorsqu’elles reviennent au Canada.
  • Les personnes qui traversent régulièrement la frontière pour assurer la circulation continue des biens et des services essentiels, ou qui fournissent d’autres services essentiels aux Canadiens, sont exemptées de la quarantaine (isolement volontaire), dans la mesure où elles n’ont pas de symptômes. Ces personnes doivent continuer de pratiquer l’éloignement physique et surveiller elles-mêmes l’apparition des symptômes, demeurer dans leur lieu de résidence autant que possible, et suivre les consignes de leur autorité locale de santé publiqueCeci est un lien vers un site Web externe si elles se sentent malades.

Nettoyage et désinfection

  • Suivez l’horaire de nettoyage et de désinfection et consignez le moment où le nettoyage a eu lieu.
  • Nettoyez et désinfectez fréquemment les surfaces touchées, comme les ordinateurs, le matériel partagé, les tables, les chaises, les poignées de porte et de fenêtre, les interrupteurs, etc.
  • Surveillez et réapprovisionnez les salles de toilette et les espaces de travail afin qu’on y trouve du savon, des serviettes de papier et du désinfectant pour les mains.
  • Utilisez un désinfectant à usage domestique ou commercial pour détruire ou inactiver le virus.
    • Utilisez un désinfectant pour surfaces dures approuvé portant un numéro d’identification du médicament (DIN). Ce numéro indique que son utilisation est approuvée au Canada.
    • Il faut lire et suivre les instructions des fabricants afin d’utiliser de façon sécuritaire les produits de nettoyage et de désinfection (c.-à-d. porter des gants, utiliser les produits dans un endroit bien aéré, laisser le désinfectant suffisamment longtemps sur la surface pour qu’il tue les germes selon le produit utilisé).
    • Si les produits désinfectants à usage domestique ou commercial ne sont pas accessibles, les surfaces dures peuvent être désinfectées à l’aide d’une solution de 5 ml d’eau de Javel (concentration d’hypochlorite de sodium de 5 %) et de 250 ml d’eau. Testez les surfaces avant d’utiliser de l’eau de Javel, car l’eau de Javel peut être corrosive. Suivez les instructions d’utilisation sécuritaire de l’eau de Javel indiquées sur l’étiquette ou la fiche de données de sécurité.
    • Si les liquides ne risquent pas de les endommager, désinfectez les appareils électroniques fréquemment touchés (comme les écrans tactiles, les claviers, les tablettes, les tableaux électroniques) avec de l’alcool ou des lingettes désinfectantes.
  • Lors du nettoyage, utilisez des linges jetables et des gants appropriés pour le produit de nettoyage.
  • Éliminez les déchets de façon sécuritaire au moins une fois par jour. Assurez-vous qu’il y a un stock adéquat de fournitures, et qu’on a mis en place de la formation sur les protocoles de nettoyage et l’utilisation de l’EPI.

Hygiène des mains et étiquette respiratoire

  • Posez des affiches pour encourager les gens à se laver souvent les mains avec de l’eau et du savon pendant au moins vingt (20) secondes ou avec un désinfectant pour les mains à base d’alcool (contenant au moins 60 % d’alcool) lorsqu’il n’y a pas d’eau ni de savon sur place :
    • au début et à la fin de la journée, ou lorsqu’on entre à nouveau dans le bâtiment,
    • avant de manger ou de boire,
    • après avoir touché des articles partagés,
    • après avoir utilisé les toilettes,
    • après avoir manipulé des déchets.
  • Posez des affiches au sujet de l’étiquette respiratoire et mettez les fournitures nécessaires à la disposition des gens. Mettez des papiers-mouchoirs à la disposition des employés afin qu’ils puissent tousser et éternuer dans un mouchoir jetable ou dans le creux de leur bras. Fournissez aux employés des poubelles doublées d’un sac de plastique et ne nécessitant aucun toucher afin qu’ils puissent y jeter leurs papiers-mouchoirs usagés.
  • Découragez les employés de partager des articles comme les téléphones, les tablettes, les outils ou le matériel, à moins qu’ils puissent être nettoyés et désinfectés entre chaque utilisation.
  • Si possible, affectez à chaque travailleur un ensemble d’outils unique réservé à son usage personnel. Envisagez l’utilisation de méthodes de paiement sans contact, comme le prépaiement, les cartes de paiement sans contact ou le transfert électronique de fonds.
  • Demandez aux travailleurs d’apporter leur propre bouteille d’eau préremplie et leur propre nourriture. Les aliments et les bouteilles d’eau ne doivent pas être partagés.

Utilisation de l’équipement de protection individuelle (EPI)

  • Continuez à utiliser l’EPI pour les urgences et les risques existants en matière de sécurité au travail (c.-à-d. les activités non liées à la COVID-19), conformément aux lois applicables, aux pratiques de travail établies et aux directives de votre autorité locale de santé publique.
  • Voici des exemples de situations où on peut envisager d’utiliser un EPI pour se protéger contre la COVID-19 :
    • Portez des gants pendant le nettoyage, conformément aux instructions de travail sécuritaire ou à la fiche de données de sécurité du produit.
    • Dans un cas où des soins directs à une personne symptomatique ou infectée ne peuvent être évités.
    • Portez des gants jetables pour nettoyer du sang ou des liquides organiques (p. ex. vomissements, selles ou urine).
  • Si les travailleurs doivent porter un EPI, les employeurs doivent également participer à la séance de formation et de sensibilisation s’y rapportant, afin de savoir comment le mettre, l’enlever, le porter pour travailler, l’entretenir, et en comprendre les limites.
  • Nettoyez et désinfectez tout EPI partagé avant et après l’avoir porté, conformément aux recommandations du fabricant (on doit éviter le partage de l’EPI dans la mesure du possible).
  • Lavez-vous les mains avant de porter des gants et après en avoir porté, et suivez la méthode appropriée pour mettre et enlever l’EPI.

Port d’un masque non médical ou d’un couvre-visage

  • Le port d’un masque non médicalCeci est un lien vers un site Web externe ou d’un couvre-visage en tissu est une pratique personnelle supplémentaire qui peut contribuer à empêcher les gouttelettes respiratoires infectieuses d’une personne qui n’est pas consciente de son état d’entrer en contact avec d’autres personnes. Continuez à suivre les autres mesures de santé publique, ce qui assure une approche multidimensionnelle, afin de réduire le risque de devenir malade.
  • Reconnaissez que les personnes peuvent choisir de porter un masque, même s’il n’est pas obligatoire.
  • Les masques doivent être portés correctement, en veillant à ce que le nez et la bouche soient couverts. Les gens ne doivent pas toucher le masque lorsqu’ils le portent. Les gens ne doivent pas porter un masque s’ils ne sont pas en mesure de l’enlever sans aide.
  • On doit changer de masque s’il devient mouillé ou souillé. Par exemple, les employés peuvent apporter un deuxième masque et le ranger dans un sac de papier, une enveloppe ou un contenant propre qui ne retient pas l’humidité. Rangez les masques souillés réutilisables dans un sac ou un contenant distinct. On doit rappeler aux travailleurs qu’ils ne doivent pas toucher l’extérieur du masque lorsqu’ils l’enlèvent, et qu’ils doivent se laver les mains avant de mettre le masque et après l’avoir enlevé.
  • Dans certaines situations, le fait de ne pas voir clairement le visage et la bouche de la personne peut causer des difficultés. Envisagez d’utiliser un masque transparent.
  • Certains travailleurs peuvent avoir des préoccupations de santé liées au port d’un masque et doivent demander conseil auprès de leur professionnel de la santé.
  • Connaissez les différences entre les respirateurs, masques chirurgicaux et masques non médicaux et sachez quand les utiliserCeci est un lien vers un document PDF. Sachez comment utiliser les masques non médicaux de façon sécuritaireCeci est un lien vers un document PDF.
  • Il faut faire en sorte que le masque ne constitue pas un danger lorsque vous accomplissez d’autres tâches ou activités, notamment la possibilité qu’il puisse s’accrocher à un appareil ou à un équipement en mouvement.

Surveiller l’efficacité des mesures de contrôle

  • Les mesures de contrôle assurent-elles la sécurité des gens? Ajoutez ou modifiez des mesures de contrôle pour qu’elles soient plus efficaces.
  • Les mesures de contrôle nécessaires ont-elles été mises en place?
  • Les employés suivent-ils correctement les mesures de contrôle?
    • La mesure de contrôle pose-t-elle des problèmes logistiques?
    • La mesure de contrôle pose-t-elle des problèmes de conformité?
  • Demandez aux employés de vous donner de la rétroaction sur les mesures de contrôle et la façon de les améliorer.
  • Envisagez les étapes à suivre si des problèmes surviennent avec diverses mesures de contrôle.
  • Continuez à surveiller les communications de votre autorité locale de santé publique pour obtenir des conseils et des mises à jour.

Où puis-je obtenir plus d’information?

Selon votre profession, votre secteur d’activité, votre province ou territoire, votre convention collective, les conseils de votre association professionnelle, et en raison d’autres facteurs, les exigences s’appliquant à votre lieu de travail peuvent différer de celles décrites dans le présent document. Vérifiez souvent les conseils à propos de la COVID-19, car ils seront révisés et mis à jour à mesure que nous en apprendrons davantage sur le coronavirus.

Ressources

CCHST

Gouvernement du Canada

Gouvernement de l'Ontario

Dernière mise à jour du document le 1 octobre 2020

Plans d’intervention en cas d’urgence et de continuité des activités

Tous les employeurs canadiens doivent prendre des mesures raisonnables pour rendre leur lieu de travail sécuritaire. Les employeurs peuvent contribuer à éviter les blessures aux travailleurs et à prévenir les dommages aux biens et à l’équipement en établissant un plan clair pour faire face aux situations d’urgence. Ces directives aideront les milieux de travail à mettre à jour leurs plans d’intervention en cas d’urgence et de continuité des activités en réponse à la COVID-19. Des conseils sur la manière dont les employeurs peuvent aider à gérer le changement sont également fournis.

Illustration d’une personne portant un masque qui regarde des ressources liées à la COVID‑19 sur un ordinateur portable.

Sur cette page

Planification des interventions d’urgence dans le contexte de la COVID-19

Votre plan d’intervention en cas d’urgence comprend vos procédures à suivre pour faire face à des situations soudaines ou inattendues découlant de dangers technologiques et naturels.

  • Les dangers technologiques comprennent les incendies, les explosions, l’effondrement des bâtiments, les déversements, la perte d’énergie, la perte d’eau, la perte de communications, les attaques terroristes.
  • Les risques naturels comprennent les inondations, les tremblements de terre, les tornades, les vents violents, les tempêtes de neige ou de verglas, les maladies infectieuses, et les maladies pandémiques comme la COVID-19.

Éléments clés d’un plan d’intervention en cas d’urgence

Comprendre les dangers

Votre plan d’intervention en cas d’urgence commence par une compréhension des dangers en milieu de travail, des situations d’urgence possibles et des conséquences potentielles.

  1. Effectuez une évaluation des risques pour déterminer les dangers (p. ex., la COVID-19).
  2. Cernez toutes les situations d’urgence possibles (par exemple, un travailleur devient symptomatique).
  3. Déterminez les conséquences potentielles (p. ex., propagation de la COVID-19 parmi les travailleurs; besoin de soins directs pour les personnes symptomatiques).

Domaines communs à examiner

Bien que chaque organisation soit unique, il faut tenir compte des éléments suivants :

  • Nature de l’urgence
  • Gravité de la situation
  • Taille de l’organisation
  • Aménagement physique de l’organisation
  • Capacités de l’organisation de faire face aux situations d’urgence
  • Rapidité d’intervention des organismes d’aide externes
  • La capacité des autorités locales de santé publique et des hôpitaux de soins primaires.

Prendre des mesures

Documentez les mesures requises, les procédures écrites et les ressources à la disposition des employés.

  • Indiquez comment communiquer avec le personnel d’intervention d’urgence (lieu de travail, numéros de téléphone cellulaire et autres coordonnées).
  • Indiquez les ressources externes (le service d’incendie, l’organisme local de santé publique, l’organisme de santé et de sécurité au travail).
  • Tenez compte d’éléments particuliers comme les suivants :
    • endroit où les personnes symptomatiques peuvent s’isoler sur les lieux de travail;
    • disponibilité de l’équipement de protection individuelle si des soins directs sont nécessaires pour une personne symptomatique;
    • moyens de transport si la personne symptomatique rentre chez elle ou doit être hospitalisée;
    • nettoyage de l’environnement et désinfection des objets et des surfaces fréquemment touchés ainsi que des lieux fréquentés par la personne symptomatique;
    • procédures de notification aux autorités locales de santé publique si un cas est détecté;
    • activités susceptibles d’appuyer les efforts de recherche des contacts de l’unité locale de santé publique (par exemple, coordonnées, systèmes de connexion ou dossiers permettant d’identifier les contacts).
  • Fournissez des instructions écrites à chaque membre du personnel sur ses devoirs et responsabilités particulières en matière d’intervention.
  • Incluez des cartes à grande échelle montrant les voies d’évacuation et les conduites de service (comme les conduites de gaz et d’eau) et les plans d’étage. Envisagez des mesures pour que ces évacuations puissent se faire en toute sécurité, tout en respectant les directives d’éloignement physique.
  • Déterminez si les nouvelles mesures de contrôle liées à la COVID-19 ont une incidence sur les procédures d’intervention d’urgence et les réviser si nécessaire (p. ex., les issues de secours bloquées, les portes coupe-feu ouvertes pour la ventilation, la disponibilité des secouristes).
  • Veillez à ce que tous les employés soient au courant du plan.
  • Mettez le plan à l’essai pour vous assurer qu’il fonctionnera (p. ex., exercices d’évacuation, intervention auprès d’un travailleur symptomatique).
  • Révisez le plan au moins une fois par année ou lorsque les dangers changent.

Plan de continuité des activités

Votre plan de continuité des activités décrit de quelle manière vous poursuivrez vos activités pendant et après une situation d’urgence, un désastre ou un événement hors du commun. Il s’agit de prévoir de quelle manière vos principaux services et produits peuvent continuer d’être offerts, et comment les principales activités et les principaux systèmes pourront être rétablis. Bien que chaque organisation soit unique, les éléments suivants devraient être pris en compte pendant une pandémie comme la COVID­19 :

  • Prévoyez le fait que les personnes ne peuvent pas se présenter au travail pour les raisons suivantes :
    • elles sont malades, en attente des résultats des tests, en quarantaine ou en isolement (pour les cas confirmés, probables et soupçonnés et ceux identifiés comme des contacts);
    • elles font du bénévolat au sein de la collectivité, notamment en offrant de l’aide aux services d’urgence;
    • elles prennent soin d’enfants d’âge scolaire (si ces derniers sont malades ou si les écoles sont fermées), ou d’autres membres de la famille;
    • elles restent dans leur domicile par choix ou en raison d’une ordonnance émise par les autorités de santé publique;
    • elles évitent les espaces publics, y compris les rassemblements, et évitent les transports en commun;
    • elles peuvent être en invalidité de longue durée ou être décédées.
  • Respectez les mesures visant à ralentir la propagation de la maladie en suivant les conseils des responsables de la santé publique (limiter ou annuler les rassemblements sociaux et publics, fermer temporairement des entreprises).
  • Réfléchissez à la manière dont vos activités de base peuvent être maintenues pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois avec un personnel limité.
  • Envisagez des mesures d’adaptation pour les personnes susceptibles d’être gravement atteintes ou d’avoir des conséquences graves de la COVID-19 en raison de leur âge ou d’un problème de santé chronique (p. ex., options de travail à distance, si possible).

Éléments clés d’un plan de continuité des activités dans le contexte de la COVID-19

Comprendre votre organisation

Le niveau de détail nécessaire pour votre plan de continuité dépend de votre type d’organisation, de sa complexité et de sa taille.

  1. Définissez les opérations, les fonctions et les processus essentiels.
  2. Déterminez les principales dépendances internes et externes (les facteurs, les personnes ou les autres organisations sur lesquels vous comptez).

Domaines communs à examiner

Bien que chaque organisation soit unique, les considérations communes comprennent les suivantes :

  • Personnel
    • Désignez et formez des renforts (substituts) pour les fonctions essentielles (ou toutes les fonctions).
    • Prévoyez les éventuelles heures supplémentaires requises de la part du personnel disponible.
  • Équipement
    • Qu’est-ce qui est essentiel?
    • Avez-vous besoin de nouvel équipement?
    • Avez-vous besoin d’un équipement en double ou d’un équipement de secours?
  • Disponibilité des actifs
    • Assurez-vous d’avoir accès aux installations, aux services publics, aux matières premières, aux ordinateurs, aux machines ou à l’équipement, aux pièces de rechange, aux outils, aux véhicules, à l’équipement de communication sur place ou hors site. Vous devez également être capable d’accéder aux systèmes à partir d’emplacements éloignés ou à domicile.
  • Disponibilité d’autres ressources ou matériaux
    • Prévoyez d’autres éléments. Ces besoins peuvent concerner les supports papier ou électroniques, l’équipement (y compris les installations ou le stockage hors site), la sécurité, la production d’électricité, etc.
  • Engagements opérationnels
    • Faites des recherches sur les éventuelles implications contractuelles ou juridiques pour le niveau de services ou les dispositions relatives à la non-exécution des accords commerciaux, etc.
  • Chaîne de commandement
    • Veillez à ce que les employés sachent qui est le prochain responsable de la gestion et de la prise de décision si quelqu’un n’est pas disponible. Les remplaçants doivent être formés pour exercer leurs fonctions dans le cadre du plan.
  • Comptabilité
    • Veillez à la continuité des systèmes de paie, de finances et de comptabilité.
  • Liste des personnes-ressources en cas d’urgence
    • Tenez à jour une liste de personnes-ressources parmi les membres de votre personnel et vos clients.

Prendre des mesures

  • Déterminez vos objectifs de reprise ou de poursuite de l’activité.
  • Déterminez ce qui doit être fait à court et à long terme.
  • Déterminez comment vous allez surmonter les obstacles (entrepreneurs, installations, sur place ou hors site).
  • Choisissez des solutions souples. Par exemple, les pandémies arrivent par vagues et vous devrez peut-être prévoir des taux d’absentéisme plus faibles et plus élevés.
  • Documentez ce qui doit être fait et les ressources nécessaires.
  • Assurez-vous que tous les employés sont au courant du plan.
  • Mettez à l’essai le plan pour vous assurer qu’il fonctionnera (par exemple, permettre au personnel de renfort [substitut] d’exécuter les opérations).
  • Révisez le plan au moins une fois par année ou lorsque les besoins ou les risques de l’organisation changent.

Préparation aux scénarios possibles

Que se passera-t-il si un ou plusieurs employés tombent malades au travail?

Les employeurs et les travailleurs ont la responsabilité de signaler immédiatement tout symptôme, de s’isoler, de porter un masque (de préférence un masque chirurgical) et de quitter le lieu de travail dès que possible. Veuillez consulter l’onglet «  Intervention auprès des cas soupçonnés ou confirmés » pour obtenir des lignes directrices.

Que se passera-t-il si un employé ne peut pas ou refuse de porter un masque ou un couvre-visage non médical?

  • Le port d’un masque ou d’un couvre-visage non médical peut être imposé par les autorités locales de santé publique. En général, le port du masque non médical est recommandé lorsqu’il n’est pas possible de maintenir une distance physique constante de deux mètres par rapport aux autres, particulièrement dans des lieux bondés ou intérieurs.
  • Surveillez les directives des autorités locales de santé publique et les règlements des municipalités.
  • En vertu des lois sur la santé et la sécurité au travail, l’employeur est également tenu de prendre toutes les précautions raisonnables pour protéger la santé et la sécurité des employés. Si les directives des autorités locales de santé publique recommandent le port d’un masque non médical, il peut être raisonnable pour un employeur d’en faire une exigence sur le lieu de travail également, même si le lieu de travail n’est pas un espace public. Prenez des décisions en consultation avec le comité de santé et sécurité ou le représentant en santé et sécurité, et les autorités locales de santé publique. Des évaluations appropriées des risques doivent être effectuées pour s’assurer que cette exigence n’entraînerait pas d’autres dangers.
  • Les employés ayant des problèmes de santé liés au port d’un masque peuvent demander conseil à un professionnel de la santé. Les employeurs doivent collaborer avec leurs employés pour déterminer les mesures d’adaptation appropriées en milieu de travail.

Que se passera-t-il si un employé refuse un travail parce qu’il estime que le lieu de travail n’est pas sécuritaire?

Les travailleurs ont les droits suivants :

  1. Le droit d’être informé des questions de santé et de sécurité, y compris de l’exposition potentielle à la COVID-19, et d’obtenir les renseignements, les instructions, l’éducation, la formation et la supervision appropriés.
  2. Le droit de participer aux décisions susceptibles d’avoir une incidence sur leur santé et leur sécurité, notamment en participant au comité de santé et sécurité ou en agissant à titre de représentant en santé et sécurité, en signalant toute préoccupation ou en formulant des suggestions.
  3. Le droit de refuser un travail qui pourrait nuire à leur santé et à leur sécurité ainsi qu’à celles d’autrui. Ce droit n’est généralement exercé qu’après que d’autres mesures n’ont pas permis de régler la situation. Suivez le processus de refus d’un travail qui a été établi pour votre secteur de compétence.
  • Encouragez les travailleurs à signaler immédiatement tout problème de santé et de sécurité à leur superviseur ou à leur employeur.
  • L’employeur ou le superviseur doit répondre aux préoccupations des employés et, s’il est d’accord, prendre des mesures correctives pour résoudre le problème. Expliquez les raisons pour lesquelles vous êtes d’accord ou non avec l’employé.
  • Encouragez les travailleurs à parler également de leurs préoccupations à leur comité de santé et sécurité ou à leur représentant en santé et sécurité. Le comité et le représentant peuvent mener une enquête et rendre une décision sur leurs conclusions. Ils peuvent faire des recommandations à l’employeur.
  • Si un travailleur estime que le travail est dangereux pour lui-même ou pour les autres travailleurs, il a le droit de refuser le travail. Le travailleur doit immédiatement informer son superviseur ou son employeur qu’il refuse un travail dangereux et attendre dans un endroit sûr sur le lieu de travail.
  • L’employeur est alors tenu d’effectuer une enquête, en consultation avec le comité de santé et sécurité ou le représentant en santé et sécurité (le cas échéant).
  • S’il n’est pas satisfait de la résolution de l’enquête, il peut communiquer avec l’organisme de réglementation de la santé et de la sécurité au travail pour lui donner des conseils supplémentaires sur la situation.
  • L’employeur a le droit de réaffecter temporairement le travailleur à un autre travail pendant que l’enquête est menée.
  • L’employeur peut également confier le travail à un autre travailleur, mais seulement après l’avoir avisé du refus du travail par le premier travailleur et des raisons de ce refus.
  • En tout temps au cours d’un processus de refus de travailler, les travailleurs peuvent consigner leurs préoccupations concernant la situation ou l’état dangereux, les personnes à qui ils ont parlé et le résultat de toute conversation.
  • Il est important que les employeurs et les travailleurs suivent la procédure de refus de travailler mentionnée ci-dessus pour s’assurer que les mesures requises sont prises.

Que se passera-t-il si un employé ne peut pas ou refuse de venir travailler parce qu’il risque d’être gravement atteint ou d’avoir des conséquences graves de la COVID-19?

  • Il se peut que des employés ne veuillent pas se rendre au travail, quelles que soient les mesures de santé et de sécurité en place, parce qu’ils risquent d’être atteints gravement ou d’avoir des conséquences graves de la COVID-19.
  • Les employeurs ne peuvent pas supposer qu’ils connaissent l’état de santé de chaque employé et n’ont pas nécessairement droit d’obtenir cette information. Les employés peuvent choisir de divulguer confidentiellement leur état de santé à leur employeur et des mesures d’adaptation peuvent être prises en conséquence.
  • Les employeurs et les travailleurs doivent travailler ensemble pour déterminer les mesures d’adaptation possibles, y compris les modalités de travail souples, comme le travail à domicile.
  • S’il n’existe pas d’autres possibilités de travail, envisagez des options de congés de maladie, de congés autorisés, de congés avec protection de l’emploi ou d’autres types de congés.

Comment réagir à l’anxiété des employés? Adaptation et soins pendant la pandémie

Gestion du changement en matière de santé et de sécurité au travail

La pandémie de la COVID-19 oblige les organisations à mettre à jour leurs plans d’intervention en cas d’urgence et de continuité des activités. Cela peut signifier que les entreprises réorganisent leur façon de mener leurs activités. Les services peuvent passer à des modèles de livraison en ligne ou au client. De plus en plus de salariés peuvent travailler à domicile. Les entreprises peuvent réduire leurs effectifs. Malgré leur intention louable, les changements ne conduisent pas nécessairement à la réussite. Voici des façons de vous aider à mieux réussir la mise en œuvre du changement dans le contexte de la COVID­19 :

Définir clairement le changement et l’harmoniser avec les objectifs opérationnels

  • Que faut-il changer?
  • Pourquoi ce changement est-il nécessaire?
  • Ce changement reflète-t-il notre énoncé de valeurs ou de mission?

Déterminer ce qui est touché et qui est touché

  • Quelle est l’incidence à tous les niveaux de l’organisation et des unités opérationnelles?
  • Comment chaque personne est-elle touchée?
  • Qui est le plus touché?
  • Comment le changement sera-t-il reçu?

Élaborer une stratégie de communication

  • De quelle façon le changement sera-t-il communiqué?
  • Quels sont les principaux messages?
  • Comment la rétroaction sera-t-elle gérée?

Offrir une formation efficace

  • Quelles méthodes de formation seront les plus efficaces?
  • Enseignez les compétences et les connaissances nécessaires pour fonctionner aussi efficacement que possible au fur et à mesure de la mise en œuvre du changement.
  • Offrez une approche mixte (p. ex., formation virtuelle, modules en ligne, encadrement en cours d’emploi et mentorat).

Offrir du soutien

  • Aidez les employés sur le plan émotionnel et de façon concrète à s’adapter au changement.
  • Développez la maîtrise des comportements et des compétences techniques nécessaires pour atteindre les objectifs opérationnels.
  • Offrez des conseils lorsque le changement entraîne des licenciements ou des restructurations.
  • Prévoyez du temps pour que les employés puissent poser des questions au fur et à mesure qu’elles se présentent.
  • Tenez compte des ressources existantes (p. ex., le Programme d’aide aux employés et à leur famille).

Mesurer le processus de changement

  • Le changement a-t-il contribué à atteindre les objectifs opérationnels?
  • Dans quelle mesure la gestion du changement a-t-elle été fructueuse?
  • Que pouvons-nous ou pourrions-nous faire différemment?

Ressources

CCHST

Gouvernement du Canada

Dernière mise à jour du document le 1 octobre 2020

Intervention auprès des cas soupçonnés ou confirmés

Ces lignes directrices aideront les employeurs et les travailleurs à réagir à un cas soupçonné ou confirmé ou à une éclosion de COVID-19.

Illustration d’une personne portant un masque qui regarde des directives sur la COVID‑19 sur un téléphone intelligent.

Sur cette page

Directives générales à l’intention des gestionnaires et des superviseurs

  • Suivez les directives de santé publique pour aider à prévenir la propagation de la COVID-19.
  • Demandez aux employés, aux entrepreneurs, aux fournisseurs, aux visiteurs et au public de se soumettre à une auto-évaluation avant de venir travailler.
  • Affichez des avis à l’extérieur du bâtiment demandant aux gens de ne pas entrer s’ils présentent des symptômes ou ont été exposés à la COVID-19.
  • Contrôlez tout le monde avant d’entrer dans le bâtiment.
  • Tenez un registre de chaque personne et de ses coordonnées afin de faciliter la recherche des contacts si nécessaire.
  • Ne laissez pas entrer une personne symptomatique. Elle doit immédiatement s’isoler des autres, porter un masque facial (de préférence un masque chirurgical) et rentrer chez elle. Elle doit également éviter de prendre les transports en commun (p. ex., bus, train, taxi, covoiturage) si possible.
  • Veillez à ce que les entrepreneurs, les fournisseurs, les visiteurs et le public comprennent et respectent vos protocoles de sécurité.
  • Encouragez le signalement des symptômes le plus rapidement possible.
  • Communiquez les politiques de l’organisation sur les mesures d’adaptation en milieu de travail, les congés de maladie et les congés pour les travailleurs.
  • Fournissez des ressources sur la santé mentale ainsi que de l’information sur la prévention de la stigmatisation.
  • Affichez le plan d’intervention en cas d’urgence liée à la COVID-19 de votre organisation. Formez tous les employés, les entrepreneurs et les visiteurs.
  • Mettez à jour le plan opérationnel d’urgence de l’organisation. Formez tous les employés et informez les clients.
  • Fournissez de l’équipement de protection individuelle supplémentaire aux secouristes si des soins directs à une personne infectée ou symptomatique sont inévitables (masques, écrans faciaux, gants, blouses).
  • Si possible, prévoyez une salle d’isolement en cas de soupçon de COVID-19.
  • Effectuez des exercices d’urgence pour intervenir auprès d’un employé présentant des symptômes.
  • Mettez au point un processus de nettoyage de l’environnement et de désinfection des objets et des surfaces fréquemment touchés ainsi que des lieux fréquentés par un employé qui signale ou soupçonne avoir contracté la COVID-19 ou commence à ressentir des symptômes au travail.

Exigences de l’employeur : Planification des absences des employés

Les employés sont tenus de se mettre en quarantaine (isolement) pendant 14 jours dans les cas suivants

  • ils ont eu un contact étroit (à moins de deux mètres pendant plus de 15 minutes) avec une personne qui a contracté la COVID-19 ou qui est soupçonnée l’avoir contractée;
  • ils attendent les résultats du test de dépistage de la COVID-19;
  • ils ont été informés par un représentant de la santé publique qu’ils ont été exposés et qu’ils doivent se mettre en quarantaine;
  • ils reviennent d’un voyage à l’étranger pour des raisons non essentielles. Certaines provinces et certains territoires ont des restrictions de voyage supplémentaires (par exemple, aucun voyage non essentiel dans la province, accès limité à certaines régions de la province). Veuillez consulter la liste des sites Web des provinces et des territoiresCeci est un lien vers un site Web externe pour obtenir de plus amples renseignements.

Voyager dans le cadre d’un service essentiel

  • Les employés dont l’emploi est considéré comme un service essentiel à la chaîne d’approvisionnement du Canada sont exemptés de la quarantaine de 14 jours lorsqu’ils retournent au Canada et ne présentent aucun symptôme (p. ex., les chauffeurs de camion). Ces employés devraient :
    • continuer de surveiller les symptômes et de suivre d’autres pratiques de prévention personnelle (éloignement physique, hygiène fréquente des mains, étiquette respiratoire);
    • suivre les recommandations des autorités de santé publique locales, provinciales-territoriales et fédérales;
    • porter des masques ou des couvre-visages non médicaux lorsqu’ils traversent la frontière entre le Canada et les États-Unis;
    • vérifier les exigences provinciales et territoriales pour le retour au Canada, car cela pourrait avoir une incidence sur l’entrée.

Éléments à considérer lorsque les employés sont en isolement ou en quarantaine

  • Examinez les options qui s’offrent à un employé pour qu’il travaille à domicile. Les employés en bonne santé, capables de travailler, mais que les autorités de santé publique obligent à se mettre en quarantaine peuvent continuer de travailler à distance.
  • Suivez les politiques de l’organisation concernant les absences des employés (indemnisation des accidentés du travail, congés de maladie, invalidité de longue durée, etc.).
  • Renseignez-vous sur les congés approuvés par le gouvernement pour les employés et les employeurs (p. ex., emploi, maladie infectieuse).
  • Lorsque vous informez d’autres personnes, gardez l’identité et le diagnostic de l’employé confidentiels.
  • Selon la nature du travail de l’employé affecté et la nature des activités de l’employeur, vous devrez peut-être isoler un bureau entier, un étage d’un bureau ou des personnes se trouvant à proximité de l’employé affecté.
  • Consultez les autorités locales de santé publique pour obtenir de plus amples renseignements sur les meilleures mesures à prendre.
  • Examinez le plan de continuité des activités (p. ex., remplacement de travailleurs).

Lorsqu’un employé est exposé ou tombe malade

  • Informez les employés de ne pas se présenter au travail même si leurs symptômes sont légers.
  • Si l’employé malade est au travail, il faut lui fournir immédiatement un masque ou un couvre-visage (de préférence un masque chirurgical).
  • Isolez l’employé malade des autres (p. ex., dans une salle de premiers soins ou d’isolement).
  • Apportez les premiers soins à l’employé malade, au besoin. Si des soins directs sont inévitables, assurez-vous que la personne qui prodigue les soins dispose de l’équipement de protection individuelle approprié (masque, écran facial, blouse, gants).
  • Composez le 911 si l’employé malade a des difficultés à respirer ou d’autres symptômes nécessitant des soins médicaux immédiats.
  • Confirmez les coordonnées de l’employé malade.
  • Indiquez la date, la fréquence et le type d’interactions que l’employé malade a eus avec d’autres travailleurs, visiteurs ou clients, afin de les signaler à l’autorité locale de santé publique si nécessaire.
  • Laissez l’employé malade rentrer chez lui et encouragez-le à éviter les transports en commun, les taxis ou le covoiturage, si possible.
  • Suivez des protocoles complets de nettoyage et de désinfection, en mettant l’accent sur les objets et les surfaces fréquemment touchés et les lieux fréquentés par l’employé malade.
  • Communiquez avec l’employé pour définir les exigences en matière d’isolement et la date de son retour au travail.
  • Informez l’employé malade des politiques de l’organisation applicables (p. ex., congés de maladie, congés autorisés).
  • Veillez à ce que les autres employés continuent à faire une auto-évaluation de leur santé et à déclarer tout symptôme.
  • Augmentez la communication et la mise à disposition de ressources en santé mentale pour tous les employés.
  • Examinez et améliorez les mesures de santé publique en milieu de travail, au besoin.
  • Prévoyez d’autres modalités de travail et des congés pour l’employé malade, ainsi que pour tout autre membre du personnel qui a peut-être été exposé ou qui est à risque.
  • Surveillez l’augmentation du nombre de cas auprès des employés.

Exigences de l’employeur en matière de déclaration

Si un cas est détecté, les employeurs sont tenus d’en informer les personnes à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation, notamment :

  • les autres employés qui ont pu être en contact avec l’employé malade;
  • le comité de santé et sécurité ou le représentant en santé et sécurité;
  • le syndicat des travailleurs, le cas échéant;
  • les autorités locales de santé publique.

Si un employé déclare avoir contracté la COVID-19 au travail, l’employeur doit également soumettre des documents aux autorités compétentes, notamment aux suivantes :

Rôle des autres organismes

  • La Commission des accidents du travail déterminera si le diagnostic de COVID-19 d’un travailleur est lié au travail et déterminera les prestations appropriées (soins de santé, perte de revenus).
  • L’organisme gouvernemental de santé et sécurité :
    • enquêter sur les déclarations de sinistres liés à la COVID-19;
    • inspecter les lieux de travail pour vérifier la conformité aux lois sur la santé et la sécurité;
    • enquêter sur les pratiques de travail dangereuses, les blessures graves, les décès, les expositions dangereuses, les refus de travailler et les maladies professionnelles, tous liés à la santé et la sécurité des travailleurs. Cela comprend l’enquête sur les déclarations des employeurs et des employés sur la COVID-19 aux organismes gouvernementaux de santé et de sécurité.
  • Les autorités locales de santé publique :
    • enquêteront sur des grappes de cas associées aux lieux de travail;
    • fourniront des conseils et des recommandations sur les mesures à prendre en cas d’éclosion, les enquêtes et les tests;
    • détermineront si une éclosion existe et, le cas échéant, quand elle sera terminée.

Divulgation de renseignements médicaux

  • Les employeurs devraient faire preuve de souplesse et ne pas surcharger le système de soins de santé avec des demandes d’attestations médicales. Les visites inutiles dans les cabinets médicaux augmentent le risque d’exposition pour tout le monde.
  • Un employé n’est pas tenu de fournir une attestation médicale s’il doit prendre un congé lié à la COVID-19.
  • Il faut maintenir la confidentialité autant que possible. Les employeurs ne devraient pas divulguer de renseignements personnels, y compris le diagnostic médical des employés malades, à d’autres personnes.

Retour au travail

  • Déterminez si les employés sont tenus de fournir une preuve de résultat négatif au test pour pouvoir reprendre le travail.
  • Suivez les directives sur le retour au travail fournies par le fournisseur de soins de santé de l’employé, les autorités locales de santé publique et la Commission des accidents du travail, le cas échéant.
  • Les employeurs et les travailleurs doivent travailler ensemble pour déterminer les mesures nécessairesCeci est un lien vers un site Web externe à un retour au travail en toute sécurité.

Ressources

Gouvernement du Canada

Dernière mise à jour du document le 1 octobre 2020

Orientation et formation des employés sur la COVID-19

L’orientation et la formation aident les travailleurs à comprendre les dangers et les mesures de contrôles en place pour les aider à assurer leur sécurité et à maintenir l’équipement et les biens en bon état.

Illustration d’une personne portant un masque qui regarde des ressources de formation sur la COVID‑19 sur un ordinateur portable.

Sur cette page

Responsabilités de l’employeur

Les employeurs canadiens ont des responsabilités légales concernant ce qui suit :

  • Supervision, instruction, formation et éducation des travailleurs.
  • S’assurer que les employés et les superviseurs comprennent les dangers.
  • Collaborer avec le comité de santé et sécurité ou un représentant en santé et sécurité.
  • Prendre toutes les précautions raisonnables pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs.
  • Suivre les directives de santé publique pour aider à prévenir la propagation de la COVID­19.

Responsabilités des employés

  • Suivre les directives de santé publique pour aider à prévenir la propagation de la COVID­19.
  • Participer à des activités de formation à la demande de l’employeur.
  • Respecter les règles et les procédures de sécurité de l’organisation.
  • Porter l’équipement de protection individuelle comme l’exige l’employeur.
  • S’assurer de comprendre comment travailler en toute sécurité; en cas de questions ou de préoccupations, en discuter avec le superviseur.
  • Signaler immédiatement à l’employeur ou au superviseur les problèmes ou les dangers en matière de santé et de sécurité.
  • Surveiller l’apparition de symptômes de la COVID-19.

Objectifs de la formation, de la sensibilisation et de l’information des employés

Tenez compte des objectifs de votre plan de formation des employés. Une formation efficace aide les travailleurs à comprendre :

  • les caractéristiques et les effets du danger sur la santé. La COVID-19 est un virus qui cause des maladies respiratoires;
  • les mesures de contrôle mises en place pour aider à se protéger et à protéger les autres du danger (p. ex., évaluation des symptômes pour tout le monde avant d’entrer dans le bâtiment et autres procédures à suivre pour travailler en toute sécurité);
  • les points forts et les limites des mesures de contrôle (p. ex., l’éloignement physique est l’une des mesures de contrôle les plus efficaces; il est important d’avoir une « approche multidimensionnelle » avec de multiples stratégies d’atténuation);
  • comment bien mettre et enlever, porter et entreposer de manière appropriée un masque ou un couvre-visage non médical;
  • comment utiliser, porter, inspecter, nettoyer, entreposer et remplacer l’équipement de protection individuelle (les respirateurs, les gants, les blouses), en particulier dans les situations où les soins directs à une personne infectée ou symptomatique sont inévitables;
  • comment et quand signaler les dangers au superviseur;
  • quoi faire en cas d’urgence (p. ex., une personne au travail commence à ressentir des symptômes; façon de respecter les mesures de contrôle pendant une situation d’urgence non liée à la COVID-19, comme une évacuation en cas d’incendie).

Les travailleurs peuvent retenir ce qu’ils ont appris et mettre en pratique des procédures de travail sécuritaires avant d’effectuer le travail proprement dit.

Élaboration d’un programme de formation sur la COVID-19

Que voulez-vous que vos employés sachent? Comment voulez-vous qu’ils réagissent au danger de la COVID-19? La formation est-elle la même pour les travailleurs nouveaux, expérimentés, occasionnels ou temporaires? Comment le programme de formation s’intègre-t-il dans votre programme d’orientation des nouveaux employés? Il faut tenir compte des éléments suivants :

  • Ce qu’est la COVID-19
  • Comment la COVID-19 se propage
  • Facteurs de risque au travail
    • Certaines personnes peuvent être plus susceptibles d’être exposées à la COVID-19 parce que leur emploi ou leur profession les oblige à être en contact avec un grand nombre de personnes. Voici d’autres facteurs qui peuvent accroître le risque d’exposition :
      • travailler dans les espaces clos ayant une mauvaise ventilation;
      • travailler dans les lieux bondés dans lesquels un grand nombre de personnes se rassemblent;
      • travailler en contact étroit avec les autres, lorsqu’il n’est pas possible de respecter une distance de deux mètres.
  • Facteurs de risque en dehors du travail
    • Les lieux fermés, bondés et qui favorisent un contact étroit et prolongé avec d’autres personnes (p. ex., les transports en commun).
    • Vous (ou une personne avec qui vous vivez) êtes à risque de contracter une maladie plus grave ou d’en subir les conséquences :
      • si vous êtes un adulte âgé (le risque augmente par tranche de 10 ans, particulièrement après l’âge de 60 ans);
      • si, peu importe votre âge, vous avez des problèmes de santé chroniques, notamment une maladie pulmonaire, cardiaque, rénale ou du foie, si vous souffrez d’hypertension, de diabète ou de démence ou si avez eu un accident vasculaire cérébral;
      • si, peu importe votre âge, vous êtes immunodéprimé à cause d’un problème de santé sous-jacent ou d’un traitement qui affaiblit le système immunitaire;
      • si vous êtes atteinte d’obésité (indice de masse corporelle de 40 ou plus).
  • Recommandations de santé publique pour réduire la propagation de la COVID-19
    • éloignement physique, hygiène des mains et étiquette respiratoire, port de masques et de couvre-visages non médicaux.
  • Mesures de contrôle prises par l’employeur pour empêcher la transmission de la COVID-19. Exemples :
    • Mesures d’éloignement physique (travail à distance)
    • Mesures d’ingénierie (ventilation accrue, plexiglas entre les postes de travail)
    • Mesures administratives (formation)
    • Équipement de protection individuelle
    • Masques et de couvre-visages non médicaux
    • Exigences relatives au dépistage sur le lieu de travail
  • Plan d’intervention en cas d’urgence (pompiers, secouristes, lieux de réunion, ressources)
  • Façon de faire une auto-évaluation de la COVID-19. Suivre les mesures d’auto­évaluationCeci est un lien vers un site Web externe de l’Agence de la santé publique du Canada données ou utiliser un outil d’auto-évaluation produit par l’autorité de santé publique locale.
  • Symptômes de la COVID-19
    • Les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre et d’un groupe d’âge à l’autre. Les personnes souffrant de certaines maladies peuvent être plus à risque d’infection. Les symptômes peuvent prendre jusqu’à 14 jours pour apparaître après l’exposition au virus. Certaines personnes atteintes de la COVID-19 présentent des symptômes légers ou inexistants. Certaines personnes doivent être hospitalisées. La plupart des personnes atteintes de la COVID-19 se rétablissent, mais dans les cas graves, l’infection peut entraîner la mort.
    • Les symptômes peuvent changer en fonction de l’évolution des données probantes. Vérifiez souvent pour vous assurer que vos renseignements sont à jourCeci est un lien vers un site Web externe.
    • Les symptômes les plus courants sont les suivants :
      • Toux nouvelle ou qui s’aggrave
      • Essoufflement ou difficulté à respirer
      • Température égale ou supérieure à 38 °C
      • État fiévreux
      • Frissons
      • Fatigue ou faiblesse
      • Douleurs musculaires ou courbatures
      • Perte récente de l’odorat ou du goût
      • Maux de tête
      • Symptômes gastro-intestinaux (douleur abdominale, diarrhée, vomissements)
      • Importante sensation de malaise général
      • Éruptions ou changements cutanés (jeunes enfants)
  • Ce qu’il faut faire lorsque les travailleurs sont exposés ou tombent malades (porter un masque et s’isoler, informer son superviseur ou son employeur et communiquer avec les autorités locales de santé publique).
  • Quand s’isoler (lorsqu’on rentre au Canada; lorsqu’on présente des symptômes; selon les directives des autorités locales de santé publique).
  • Processus de retour au travail (suivre les directives des autorités locales de santé publique, pas besoin d’attestation médicale, procédures d’adaptation).
  • Ressources offertes aux employés (ressources en santé mentale, y compris les programmes d’aide aux employés et ressources communautaires).
  • Politiques de l’organisation (mesures d’adaptation en milieu de travail, congés de maladie et congés pour les travailleurs).
  • Déterminez comment vous saurez que les employés ont appris ce dont ils ont besoin (tests, observations, inspections).
  • Mise à jour de la formation à mesure que de nouveaux renseignements sur la COVID-19 sont disponibles ou que les mesures de contrôle ou les besoins opérationnels changent.

Autres considérations relatives à la formation

Les employés peuvent avoir besoin d’une formation supplémentaire en fonction de leurs rôles et responsabilités.

Gestionnaires et superviseurs

  • Comment surveiller soi-même et surveiller les autres pour détecter les symptômes de la COVID-19.
  • Comment réagir face à un travailleur qui signale des symptômes au travail.
  • Ce qu’il faut faire en cas d’éclosion.
  • Rôles et responsabilités dans les plans d’intervention en cas d’urgence et de continuité des activités.
  • Ressources offertes aux employés.

Les fournisseurs de services d’intervention d’urgence

  • Comment gérer les exercices d’évacuation pour favoriser l’éloignement physique.
  • Comment intervenir auprès d’un ou de plusieurs travailleurs qui tombent malades au travail.
  • Disponibilité d’équipement de protection individuelle (EPI) supplémentaire si des soins directs sont inévitables (écrans faciaux, blouses).
  • Formation sur l’utilisation, l’entretien, l’inspection, l’entreposage, le nettoyage, la désinfection et les limites de l’EPI.

Personnes responsables du nettoyage et de la désinfection

  • Quelles sont les procédures de nettoyage de routine, de nettoyage en profondeur et de désinfection?
  • Formation sur le SIMDUT pour ce qui est des produits utilisés pour le nettoyage et la désinfection.
  • Disponibilité de l’EPI supplémentaire (écrans faciaux, gants).
  • Formation sur l’utilisation, l’entretien, l’inspection, l’entreposage, le nettoyage, la désinfection et les limites de l’EPI.

Ressources

CCHST

Gouvernement du Canada

Dernière mise à jour du document le 1 octobre 2020