Coronavirus (COVID-19) - Conseils

Comité d'action sur l'administration des tribunaux en réponse à la COVID-19 - main content

Transformation de la viande

Sur cette page

Introduction

Cette fiche-conseil s’adresse aux employeurs et aux gestionnaires de l’industrie de la transformation de la viande, ce qui comprend les abattoirs, la transformation et l’emballage. Elle fournit un aperçu des risques et des dangers en milieu de travail liés à la COVID-19 et recommande des mesures de contrôle connexes. Ce document peut également être instructif pour les travailleurs et les fournisseurs.

Dans tous les cas, il est primordial de respecter les directives des autorités locales de santé publique et celles de votre organisme de réglementation provincial ou territorial en matière de santé et de sécurité au travail. Veuillez également vous reporter aux directives des organismes suivants :

Pour connaître les pratiques générales de prévention de la COVID-19, veuillez consulter les documents suivants du CCHST :

Les ressources suivantes sont utiles pour les travailleurs étrangers temporaires :

Tenir compte des risques

Les facteurs qui suivent augmentent les risques de transmission de la COVID-19 :

  • Les interactions longues et répétées entre les personnes, surtout lorsque celles-ci se trouvent à moins de deux mètres (p. ex. espaces de travail bondés, salles de repos, entrées, sorties, etc.);
  • Les lieux bondés ou mal aérés (faible taux d’échange d’air, recirculation continue de l’air intérieur, filtration insuffisante, etc.);
  • Un taux d’humidité très faible ou très élevé;
  • La pulvérisation de particules d’eau aéroportées;
  • Les activités qui génèrent des particules respiratoires (p. ex., parler, tousser, déployer un effort physique intense, etc.);
  • Une mauvaise hygiène des mains et une mauvaise étiquette respiratoire ou un accès inadéquat aux installations et aux produits de nettoyage;
  • Les surfaces et les objets fréquemment touchés par différentes personnes;
  • La désinfection et le nettoyage inadéquats ou non fréquents des surfaces (sachant que le coronavirus peut demeurer plus longtemps sur les surfaces non poreuses comme l’acier inoxydable ou le verre), des objets ou des substances biologiques contaminées (poils, plumes, fèces, etc.);
  • Une hausse des cas de COVID-19 ou des hospitalisations connexes dans la communauté;
  • De faibles taux de vaccination contre la COVID-19 chez les travailleurs, leurs familles ou au sein de la communauté locale;
  • Des travailleurs malades sont autorisés sur le lieu de travail.

Le risque de transmission augmente lorsque plusieurs de ces facteurs de risque sont présents en même temps. Tenez compte de tous les scénarios d’exposition possibles à la COVID-19 dans votre environnement et effectuez une évaluation des risques liés à la COVID-19. Utilisez une liste de vérification pour l’évaluation des risques existante (ou dressez-en une) pour consigner et évaluer toutes les caractéristiques du milieu de travail, les activités et les rôles professionnels. Effectuez des évaluations distinctes des risques propres à chacune de vos installations afin de tenir compte des différences entre celles-ci.

Exemples de questions à poser lors d’une évaluation des risques liés à la COVID-19 :

  • L’air ventilé dans les espaces clos provient-il de l’extérieur ou s’agit-il d’une recirculation de l’air intérieur?
  • Les travailleurs sont-ils en mesure de maintenir l’éloignement physique requis?
  • Quels sont les points de rassemblement des travailleurs (p. ex., cuisine, aires de repos, etc.)?
  • Quelles sont les activités qui augmentent le risque d’exposition au virus?
  • Peut-on modifier les activités augmentant le rythme respiratoire ou nécessitant la communication verbale?
  • Quelles sont les interactions auxquelles on peut s’attendre sur le lieu de travail (p. ex. collègues, personnel de livraison, inspecteurs, entrepreneurs, visiteurs, etc.)?
  • Quelles sont la fréquence et la proximité physique des interactions entre les personnes?
  • Quels sont les travailleurs les plus à risque (c.-à-d., personnes âgées, femmes enceintes ou autres personnes vulnérables)?
  • Quels sont les objets communs et les surfaces les plus souvent touchées (p. ex., toilettes, poignées de porte, outils, équipement, etc.)?
  • Des aliments et des boissons sont-ils préparés, servis et consommés sur place?
  • Y a-t-il des travailleurs qui vivent dans des habitations collectives et qui utilisent le transport collectif?

Remarque : Certains animaux (en particulier les mammifères comme les bovins et les porcs) sont susceptibles d’être infectés par la COVID-19. Si le risque que les animaux propagent la COVID-19 aux humains est actuellement jugé comme étant faible, la prudence demeure de mise. Les travailleurs qui manipulent, nourrissent, abattent le bétail ou interagissent autrement avec lui devraient être sensibilisés à cette préoccupation et prendre des précautions contre la propagation de la COVID-19, et ce, même s’ils travaillent avec du bétail qui semble être en bonne santé. Consultez votre association professionnelle pour obtenir des détails et des mises à jour à ce sujet.

Mesures de contrôle

Pour offrir le niveau maximal de protection aux travailleurs, utilisez plusieurs mesures de santé publique et mesures de prévention en milieu de travail dans le cadre d’une approche multidimensionnelle. En effet, aucune mesure, prise seule, n’est complètement efficace. Assurez-vous de ne pas créer de nouveaux dangers dans le milieu de travail et évitez d’entraver les mesures de sécurité existantes. Examinez et modifiez les mesures au besoin, en consultation avec le comité de santé et de sécurité au travail ou le représentant en matière de santé et de sécurité.

Élaborez un plan de sécurité relatif à la COVID-19 sous forme écrite s’appuyant sur votre évaluation des risques, et veillez à sa mise en œuvre. Un plan écrit peut être exigé par la loi de la province ou du territoire où vous exercez vos activités. Consultez les autorités locales pour savoir ce qui doit être inclus dans le plan, si celui-ci doit être affiché, etc.

Remplissez vos obligations légales en matière de santé et de sécurité au travail en faisant tout ce qui est raisonnablement possible dans les circonstances pour protéger la santé et la sécurité de vos employés. Mettez en œuvre des politiques et des programmes d’adaptation pour les travailleurs qui ont un risque élevé de présenter une forme grave de la maladie ou des complications (c.-à-d. immunodéprimés, souffrant de problèmes médicaux chroniques, incapables d’être vaccinés, ou personnes âgées) s’ils contractent la COVID-19.

Vaccination

  • Envisagez d’élaborer et de mettre en œuvre une politique de vaccination contre la COVID-19, et assurez-vous qu’elle respecte les exigences gouvernementales applicables en la matière.
  • Discutez de toute préoccupation concernant la politique de vaccination contre la COVID-19 avec le comité de santé et sécurité au travail, un représentant de ce comité ou le syndicat (le cas échéant).
  • Fournissez des mesures d’adaptation à tout travailleur ayant une exemption valide.
  • Envisagez d’offrir du soutien aux travailleurs :
    • Afin de leur permettre de se présenter à la clinique de vaccination locale en cas de rendez-vous pendant les heures de travail;
    • S’ils éprouvent des effets secondaires temporaires de la vaccination.
  • Continuez de respecter toutes les mesures de contrôle de la COVID-19 requises en milieu de travail ainsi que les mesures de santé publique, même si tous les travailleurs sont entièrement vaccinés.
  • Pour de plus amples renseignements sur la vaccination, veuillez consulter les liens suivants :

Communication et formation

Communiquez, dans un langage simple et à l’intention de tous les travailleurs, les contrôles en milieu de travail et les mesures de santé publique qui sont en place. Les recommandations et les exigences particulières en matière de formation peuvent varier d’une province ou d’un territoire à l’autre. Fournissez régulièrement des mises à jour concernant tout changement apporté, et donnez aux travailleurs la possibilité de soulever leurs préoccupations et d’obtenir de la rétroaction.

La formation des travailleurs en ce qui concerne la COVID-19 doit inclure ce qui suit :

  • Reconnaître les symptômes de la COVID-19 et connaître la façon de réagir lorsque les symptômes sont détectés;
  • Comment procéder en cas d’exposition au virus et comment passer un test de dépistage de la COVID-19;
  • Comment et quand signaler un cas de COVID-19;
  • L’information sur les vaccins et les options de vaccination;
  • Comment prévenir la propagation de la COVID-19 et se protéger au travail;
  • Comment rester informé en utilisant des sources fiables;
  • Les politiques, les plans et les procédures (dont la politique relative au port du masque, à l’éloignement physique, à la vaccination, aux congés de maladie, ainsi que le calendrier de nettoyage et de désinfection, etc.);
  • S’assurer que les travailleurs comprennent comment se protéger des produits qu’ils utilisent (y compris les produits de nettoyage).
  • Pour en savoir plus sur la communication et la formation, consultez la page :

Posez des affiches à des endroits où les travailleurs pourront les voir, par exemple les suivantes :

Dépistage et recherche des contacts

  • Demandez une preuve ou une attestation de vaccination pour autoriser l’entrée sur le lieu de travail ou le début des travaux, selon ce qu’exigent votre législation locale et votre plan de sécurité relatif à la COVID-19.
  • Mettez en œuvre une politique de dépistage qui décrit le type de dépistage – c’est-à-dire actif ou passif – qui est requis pour chaque lieu de travail. Des provinces ou territoires pourraient exiger un dépistage actif en réponse aux conditions pandémiques locales.
    • Le dépistage passif exige que les personnes pratiquent l’autosurveillance et déclarent volontairement toute infection ou exposition possible à la COVID-19. Les affiches aux entrées des installations devraient indiquer les symptômes à surveiller et la façon de produire cette déclaration volontaire. La personne peut aussi communiquer, à l’avance et par voie électronique, l’information issue du dépistage passif, avant de se présenter au lieu de travail.
    • Le dépistage actif exige que toute personne, avant d’entrer sur le lieu de travail, réponde à des questions concernant les symptômes de la COVID-19, déclare de récentes expositions possibles à la COVID-19 ou les voyages récents à l’extérieur du Canada. Les questionnaires de dépistage, sur papier ou en ligne, ou le dépistage verbal, où une personne désignée pose les questions de dépistage à la personne, peuvent faire partie du processus de dépistage actif.
  • Des tests de dépistage rapide peuvent être exigés en plus du questionnaire de dépistage. Ces tests peuvent être utiles pour diagnostiquer les personnes asymptomatiques.
  • Tenez une liste de toutes les personnes qui entrent dans le lieu de travail, y compris leur nom, leurs coordonnées et la durée de leur présence. Ces renseignements doivent, sur demande, être fournis à l’autorité locale de santé publique aux fins de la recherche des contacts. Tous les renseignements doivent être stockés et détruits en toute sécurité conformément aux lois sur la protection des renseignements personnels.
  • Les personnes qui réussissent le test de dépistage sont autorisées à entrer dans l’installation. Toute personne qui échoue au test de dépistage devrait se voir refuser l’entrée.
  • Les personnes qui ne satisfont pas aux critères doivent communiquer avec leur superviseur. Le superviseur devrait leur demander de rester (ou de retourner) à la maison et de surveiller leurs symptômes. Les travailleurs devraient communiquer avec leur fournisseur de soins de santé s’ils développent des symptômes ou que ceux-ci s’aggravent. Ils pourraient aussi devoir communiquer avec leur autorité locale de santé publique, au besoin.
  • Encouragez les travailleurs à installer l’application Alerte COVID sur leur téléphone. Cette application permet d’informer les Canadiens d’une possible exposition à la COVID-19.

Plan d’intervention pour les cas de COVID-19

  • Si une personne présente des symptômes de la COVID-19 alors qu’elle se trouve déjà dans l’installation :
    • Demandez-lui immédiatement de porter un masque (de préférence un respirateur ou un masque médical ou, en l’absence d’un tel masque médical, de porter un masque non médical bien conçu et bien ajusté). Il pourrait ne pas être nécessaire de s’assurer du bon ajustement d’un respirateur utilisé à de telles fins de contrôle de la source.
    • Demandez à la personne de partir aussitôt qu’il est sécuritaire pour elle de le faire. Au besoin, demandez-lui de s’isoler dans une zone désignée, loin des autres travailleurs, jusqu’à ce qu’elle puisse partir.
  • Composez le 911 pour obtenir des soins médicaux si les symptômes mettent sa vie en danger. Avisez la personne qui doit être jointe en cas d’urgence.
  • Si le cas est lié au travail et concerne un travailleur, des avis supplémentaires peuvent être requis. Communiquez avec votre organisme de réglementation de la SST et la commission des accidents du travail de votre province ou territoire pour obtenir des conseils. Remplissez un rapport d’incident et entamez une enquête.
  • Consultez les directives de votre autorité locale de santé publique pour déterminer à quel moment le travailleur pourra retourner au travail.
  • Assurez-vous que votre politique relative aux congés de maladie prévoit un soutien des travailleurs qui sont ou pourraient être malades. Ce soutien peut comprendre les congés de maladie payés ou non payés, l’invalidité de longue durée et les programmes gouvernementaux.
  • Pour en savoir plus sur ce que vous devez faire si une personne présente des symptômes de la COVID-19 ou pourrait avoir été exposée au virus, veuillez consulter le document suivant :

Ventilation

  • Ventilez adéquatement les espaces intérieurs.
  • Ouvrez les fenêtres et les portes du bâtiment (dans la mesure du possible).
  • Veillez à l’entretien des systèmes de ventilation et demandez conseil à un professionnel des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) quant aux améliorations possibles (p. ex., augmenter le taux d’échange d’air par heure, réduire ou éliminer l’air recirculé, ou améliorer la filtration et la désinfection de l’air).
  • Si possible, faites fonctionner les systèmes de CVC pendant deux heures à un débit d’air extérieur maximal avant et après l’occupation du bâtiment.
  • Activez les ventilateurs d’évacuation d’air des salles de toilettes et des cuisines, les faisant fonctionner à basse vitesse afin d’évacuer l’air contaminé vers l’extérieur.
  • Assurez-vous que les ventilateurs à circulation d’air ou de refroidissement ne dirigent pas le flux d’air d’une personne à l’autre.
  • Si la ventilation ne peut pas être améliorée, envisagez l’utilisation d’appareils portatifs de filtration de l’air dotés de filtres à haute efficacité contre les particules (HEPA).
  • Maintenez le taux d’humidité entre 30 % et 50 % dans les environnements intérieurs.
  • Assurez-vous que tout changement lié à la ventilation ne compromet pas les exigences en matière de salubrité alimentaire.
  • Pour obtenir de plus amples renseignements sur la ventilation intérieure, consultez les documents suivants :

Barrières physiques

Envisagez d’installer des barrières physiques transparentes permettant de prévenir la propagation des particules respiratoires. Les barrières devraient être placées entre les personnes susceptibles de propager des particules respiratoires les unes vers les autres (p. ex., en parlant, lors de travaux physiques qui accélèrent le rythme respiratoire, etc.), particulièrement si les interactions sont fréquentes et à une distance de moins de deux mètres. Nettoyez et désinfectez les barrières au moins une fois par jour.

Déterminez soigneusement l’emplacement des barrières. Assurez-vous que les barrières n’ont aucune incidence négative sur la ventilation du bâtiment et qu’elles ne bloquent pas les allées ou les sorties (par exemple, une sortie d’urgence). Évitez d’entourer entièrement les travailleurs à l’intérieur d’une barrière afin de ne pas nuire à la ventilation des espaces.

Pour en savoir plus sur les barrières physiques, consultez le document suivant :

Éloignement physique

L’éloignement physique exige que les gens :

  • maintiennent une distance sécuritaire les uns des autres (au moins deux mètres dans toutes les directions);
  • évitent les interactions en personne non essentielles;
  • limitent le plus possible le nombre de contacts et leur durée.

Mesures d’éloignement physique à considérer :

  • Respectez les limites en matière d’occupation et les exigences d’éloignement physique des autorités locales de santé publique ou autorités gouvernementales. Ajuster les limites en fonction de chaque espace (p. ex. salles de toilettes, ascenseurs, etc.) ou selon toute modification des exigences.
  • Maximisez la distance entre les personnes :
    • Éloignez les postes de travail; Évitez qu’il y ait plus d’un travailleur à la fois à un même poste de travail (dans la mesure du possible);
    • Maintenez l’éloignement physique durant les pauses, y compris dans les salles de repas et les salles de pause;
    • Limitez l’accès aux lavabos, urinoirs, etc. qui sont proches les uns des autres.
  • Modifiez les affectations des travailleurs pour réduire au minimum les contacts physiques étroits.
  • Évitez les rassemblements en personne, par exemple les activités sociales. Certaines réunions peuvent être effectuées à distance par vidéoconférence, si possible.
  • Réduisez la fréquence et la durée des interactions en personne.
  • Envisagez d’organiser les travailleurs par cohortes (équipes, etc.). Réunissez les membres d’un même ménage dans une même cohorte, si possible. Assurez-vous que les cohortes demeurent séparées. Assurez-vous que chaque cohorte compte sur un ou plusieurs superviseurs dûment formés et du personnel de premiers soins ou d’intervention d’urgence.
  • Prévoyez des exceptions aux consignes d’éloignement, par exemple pour quiconque vient au secours d’une personne en détresse, fournit les premiers soins ou effectue la réanimation cardiorespiratoire (RCR).
  • Pour en savoir plus sur l’éloignement physique, consultez le document suivant :

Mesures d’hygiène

  • Encouragez une hygiène des mains et une étiquette respiratoire adéquates.
  • Fournissez des postes de lavage des mains ou des distributeurs de désinfectant pour les mains (contenant toujours au moins 60 % d’alcool) dans les endroits très passants comme les entrées, les sorties, les salles de repos, les zones de chargement des véhicules, les salles de toilettes et à l’échelle de l’installation.
  • Encouragez tous les travailleurs à se désinfecter ou laver les mains avant de :
    • Commencer à travailler;
    • Boire ou manger;
    • Mettre un masque;
    • Quitter la zone de travail;
  • Et après :
    • avoir touché des objets en commun;
    • avoir utilisé les toilettes;
    • avoir retiré un masque
    • avoir procédé au nettoyage et à la désinfection.
  • Demandez aux gens d’éviter de se toucher les yeux, le nez ou la bouche avant de s’être d’abord lavé les mains.
  • Évitez que les travailleurs travaillent directement l’un en face de l’autre.
  • Demandez aux gens de ne pas avoir de contacts physiques inutiles, comme des poignées de main.
  • Assurez-vous de toujours remplir les distributeurs de savon ou de désinfectant.
  • Réduisez le nombre d’objets partagés. Évitez de partager des outils et de l’équipement avec d’autres personnes (dans la mesure du possible).
  • Ne permettez pas aux travailleurs de partager l’EPI, les masques, ou les ustensiles et verres des salles à manger.
  • Assurez le nettoyage et la désinfection des outils et de l’équipement partagés entre les utilisateurs.
  • Réduisez le nombre de surfaces fréquemment touchées grâce à :
    • Des systèmes d’activation par le mouvement (p. ex. portes, robinets, toilettes et urinoirs, éclairage).
    • Des systèmes d’activation par mouvement de la main ou pédale (p. ex. distributeurs de savon, d’essuie-tout et de désinfectant et poubelles doublées d’un sac de plastique).
    • Des méthodes de suivi des présences des travailleurs sans contact, comme les cartes-clés ou les messages électroniques.
  • Demandez aux gens de ranger leurs effets personnels (comme les vestes) dans des casiers distincts, dans des bacs ou sacs scellés et étiquetés ou dans des espaces qui ne permettent pas le contact physique entre les effets personnels de chacun.
  • Modifiez les tâches pour vous assurer de réduire au minimum les efforts physiques entraînant une accélération du rythme respiratoire.

Nettoyage et désinfection

Dressez un calendrier de nettoyage et de désinfection et suivez la procédure opérationnelle normalisée pour les surfaces fréquemment touchées. Le calendrier doit indiquer quand le nettoyage doit être effectué et quand il a eu lieu.

Réduisez au minimum le nombre de travailleurs dans la zone pendant le nettoyage intensif et allouez le temps nécessaire pour que les particules se déposent avant que les travailleurs recommencent à travailler. Gardez les particules solides rassemblées autant que possible pendant la collecte (balayage, râtelage, pelletage, essuyage). Les particules sèches peuvent être humidifiées pour réduire leur mouvement dans l’air et dans toutes les surfaces. Réduisez au minimum la puissance et la durée des jets d’eau pulvérisés qui peuvent causer l’aérosolisation.

Utilisez un désinfectant pour surfaces dures approuvé et suivez les instructions du fabricant ainsi que la fiche de données de sécurité (FDS). Assurez-vous que tous les désinfectants utilisés n’affectent pas la salubrité des aliments et sont efficaces contre la COVID-19. Nettoyez et désinfectez prioritairement :

  • Les lieux où les travailleurs passent la majeure partie de leur temps;
  • Les objets posant un risque élevé de transmission, dont les couteaux ou les stylos, ainsi que les surfaces comme les portes et les mains courantes (qui doivent être désinfectées plusieurs fois par jour);
  • Les outils de coupe et d’arrachage de la viande, les courroies transporteuses, les commandes de machinerie, les chariots, les bacs et autres outils et équipements souvent touchés;
  • Les toilettes, y compris les robinets et les mécanismes de chasse d’eau qui nécessitent un contact;
  • Les tables, chaises et surfaces de restauration (avant et après chaque utilisation);
  • Les barrières.

Après le nettoyage et la désinfection, envisagez les procédures suivantes :

  • Manipulez correctement les chiffons de nettoyage, les serviettes, les vêtements, etc., afin de prévenir la contamination, et assurez-vous de les laver ou les jeter après chaque utilisation.
  • Déposez les articles jetables ou fortement contaminés dans des contenants à déchets avec doublure de plastique.
  • Jetez les ordures au moins une fois par jour en vous assurant de vous laver les mains tout de suite après.

Pour en savoir plus sur le nettoyage et la désinfection, consultez les documents suivants :

Équipement de protection individuelle (EPI)

  • L’EPI comprend des articles tels que les respirateurs, les masques médicaux, les lunettes de protection, les blouses, les gants et des chaussures de sécurité.
  • Les travailleurs peuvent porter des lunettes de protection (comme des lunettes de sécurité ou un écran facial) lors de contacts physiques étroits avec d’autres personnes. Notez que les écrans faciaux n’offrent pas une protection respiratoire équivalente à celle des masques.
  • Continuez à utiliser l’EPI requis pour les risques et les situations d’urgence existants en matière de sécurité au travail. Les politiques en matière d’EPI liées à la COVID-19 ne doivent pas interférer lorsqu’un niveau de protection plus élevé est requis pour une tâche à accomplir.
  • Les environnements bruyants peuvent amener les travailleurs à devoir crier pour communiquer. Lorsqu’il n’est pas possible de réduire le niveau sonore, envisagez une protection de l’ouïe qui réduit les hautes fréquences tout en permettant au travailleur qui la porte d’entendre les autres parler.
  • Effectuez une évaluation des dangers et assurez-vous que les travailleurs disposent de l’équipement de protection individuelle approprié pour les tâches et les activités qu’ils effectuent.
  • Les travailleurs peuvent avoir besoin d’EPI pour se protéger contre la COVID-19 dans les cas suivants :
    • Ils effectuent des tâches où ils doivent se trouver à moins de deux mètres d’une autre personne;
    • Ils utilisent des produits de nettoyage et de désinfection (voir les instructions de manipulation sécuritaire des fabricants);
    • Ils prodiguent des premiers soins d’urgence.
  • Les travailleurs doivent aussi être formés sur l’utilisation et l’entretien adéquats de leur EPI.
  • Pour en savoir plus sur l’EPI, consultez les documents suivants :

Port du masque

  • Respectez les exigences relatives au port du masque de votre province ou territoire. Dans les cas où le port du masque n’est pas obligatoire, il devrait tout de même être encouragé comme mesure supplémentaire dans des situations qui posent un risque élevé de propagation de la COVID-19 ou lorsque l’éloignement physique n’est pas possible.
  • Les travailleurs devraient porter le masque à l’intérieur.
  • Les masques doivent être bien conçus et bien ajustés de façon à couvrir le nez, la bouche et le menton.
  • Pour certains, le fait de ne pas bien voir le visage et la bouche des autres travailleurs peut créer des difficultés (p. ex., difficulté à entendre, à lire sur les lèvres, besoin de voir les expressions faciales). Envisagez d’utiliser des masques transparents.
  • Instaurez ou mettez à jour un programme relatif au stress thermique en milieu de travail, sachant que le port du masque peut augmenter le stress physiologique lors des tâches exigeant un effort vigoureux.
  • Toute personne qui ne peut pas retirer son masque sans aide (p. ex. en raison de son âge, de ses capacités ou de son niveau de développement) ne devrait pas en porter.
  • Demeurez conscient que les masques non médicaux ont des limites et qu’une utilisation et une élimination inadéquates de ces masques peuvent accroître le risque d’infection.
  • Pour en savoir plus sur les masques, consultez le document suivant :

Il est important de prévoir des ressources et des mesures de soutien en santé mentale pour tous les travailleurs, y compris l’accès à un programme d’aide aux employés, le cas échéant.

Pour en savoir plus sur la COVID-19, consultez le site de l’Agence de la santé publique du Canada.

Il convient de noter que la présente fiche de conseils n’aborde que certains changements pouvant être faits par les organisations au cours d’une pandémie. Adaptez la présente liste en ajoutant vos propres pratiques et politiques exemplaires pour répondre aux besoins particuliers de votre organisation.

Avis de non-responsabilité : Comme les renseignements sur la santé et la sécurité au travail sont appelés à changer rapidement, il est recommandé de consulter les autorités locales de santé publique pour obtenir des directives régionales précises. Ces renseignements ne remplacent pas les avis médicaux ou les obligations prévues par la loi en matière de santé et de sécurité. Bien que tous les efforts soient faits pour assurer que les renseignements sont exacts, complets et à jour, le CCHST n’offre aucune garantie et ne s’engage aucunement à cet effet. Le CCHST ne saurait être tenu responsable de toute perte, réclamation ou revendication pouvant résulter, directement ou indirectement, de l’utilisation de ces renseignements ou des conséquences de leur utilisation.

Dernière mise à jour du document le 25 mars 2021