Coronavirus (COVID-19) - Conseils

Comité d'action sur l'administration des tribunaux en réponse à la COVID-19 - main content

Camps d’été

Sur cette page

Introduction

Ce document s’adresse aux employeurs des camps d’été pour jeunes (camps de jour et colonies de vacances). Il donne un aperçu des contrôles recommandés pour réduire le risque de transmission de la COVID-19. Il peut également aider les travailleurs, les bénévoles, les participants au camp, leurs parents ou gardiens et les visiteurs à comprendre comment se protéger et protéger les autres contre la propagation de la COVID-19.

Dans tous les cas, il est primordial de respecter les directives des autorités locales de santé publique et celles de votre organisme de réglementation provincial ou territorial en matière de santé et de sécurité au travail. Restez au courant des exigences juridiques actuelles à mesure que la pandémie évolue. Remplissez vos obligations légales en matière de santé et de sécurité au travail en faisant tout ce qui est raisonnablement possible dans les circonstances pour protéger la santé et la sécurité des travailleurs.

Consultez les documents d’orientation actuels de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), notamment le document COVID-19 : Activités estivales organisées pour les enfants et les jeunes. Les associations de camps nationales et locales fournissent également des ressources d’information concernant la COVID-19.

Pour connaître les lignes directrices qui s’adressent aux employeurs et aux travailleurs dans tous les secteurs, veuillez consulter les ressources sur la COVID-19 du CCHST, notamment les documents suivants : Protégez-vous et protégez les autres contre la COVID-19, COVID-19 : Planification en santé et sécurité pour les employeurs, Prévention de la COVID-19 chez les travailleurs, et COVID-19 : Foire aux questions.

Les camps d’été varient considérablement les uns des autres sur le plan de la taille, de l’emplacement, des services et activités offerts et des personnes qui les fréquentent. Plusieurs autres considérations sont présentées dans cette fiche de conseils : évaluez vos installations et vos activités et mettez en œuvre ce qui vous semble le plus approprié.

Pensez aux risques

Chaque lieu de travail est unique. Les employeurs doivent effectuer une évaluation des risques liés à la COVID-19 pour leur lieu de travail, leurs rôles professionnels et leurs activités (tâches courantes et interactions en personne). Faites participer le comité ou le représentant en santé et sécurité au travail, le coordonnateur ou le gestionnaire de la SST et le syndicat (le cas échéant) au processus d’évaluation des risques.

Les éléments à examiner concernant les camps d’été comprennent notamment les installations communes des participants et des travailleurs, le dépôt et le ramassage, les activités de groupe et l’éducation, l’équipement de sport et d’athlétisme, les services d’alimentation, le logement collectif, le transport, les premiers soins d’urgence et médicaux et l’entretien du centre.

Voici les facteurs qui augmentent le risque de transmission de la COVID-19 :

  • La proximité (moins de deux mètres) et les interactions avec des personnes de l’extérieur du foyer immédiat, y compris les conversations rapprochées.
  • Le contact direct (p. ex. poignées de main, accolades, embrassades).
  • Les interactions en personne plus longues et plus fréquentes.
  • Les lieux bondés et les grands rassemblements, intérieurs et extérieurs.
  • La production de gouttelettes respiratoires et d’aérosols (p. ex. lorsque vous toussez, éternuez, parlez, chantez, criez et pratiquez des exercices physiques intenses qui augmentent le rythme respiratoire).
  • La mauvaise ventilation dans les espaces fermés (p. ex. accumulation de particules virales dans l’air).
  • Des pratiques ou installations d’hygiène personnelle inadéquates.
  • Les surfaces contaminées et les objets partagés (matières contaminées).
  • Le logement (p. ex. dortoirs) et le transport collectifs (p. ex. autobus)
  • Des niveaux élevés de cas de COVID-19 dans la communauté locale.
  • Les déplacements interrégionaux, y compris en provenance de régions où des variants préoccupants de la COVID-19 sont présents.

Le risque de transmission augmente encore plus lorsque plusieurs de ces facteurs de risque sont présents en même temps.

Voici des exemples de questions qui peuvent être posées pour déterminer les facteurs de risque de transmission de la COVID-19 et les contrôles appropriés pour votre lieu de travail :

  • Quels sont les principales zones de travail, les principaux rôles professionnels et les principales activités courantes?
  • Les activités du centre se passent-lles principalement à l’intérieur ou à l’extérieur?
  • Où et quand les travailleurs interagissent-ils avec d’autres personnes?
  • Quelle est la proximité des interactions? Y a-t-il des tâches où les personnes doivent être proches l’une de l’autre? (c.-à-d. noter quand et où l’éloignement physique n’est pas possible)
  • Quelles sont la fréquence et la durée des interactions en personne?
  • Le lieu de travail est-il surpeuplé?
  • Les travailleurs et les participants dorment-ils dans un logement partagé ou collectif?
  • Les travailleurs partagent-ils les véhicules du centre ou des véhicules privés? Transportent-ils les participants au camp?
  • Les activités du camp comprennent-elles des excursions ou des sorties?
  • Les activités nécessitent-elles un effort physique vigoureux qui accélère ou intensifie la respiration, et/ou qui est accompagné de musique et d’instructions verbales bruyantes (cris, chant)?
  • Les travailleurs restent-ils à un poste de travail ou se déplacent-ils dans les installations intérieures et les terrains extérieurs pendant leur quart de travail?
  • Les travailleurs ou les participants participent-ils à plusieurs programmes de camps de jour (p. ex. de plusieurs organisateurs de camps différents)?
  • Les participants viennent-ils d’une seule région géographique ou de plusieurs?
  • Les bâtiments sont-ils ventilés de façon passive (en ouvrant les fenêtres et les portes) ou mécanique (par les systèmes de ventilation)? La ventilation intérieure est-elle suffisante?
  • Les travailleurs et les participants ont-ils facilement accès aux installations d’hygiène personnelle (p. ex. eau courante, savon et désinfectant pour les mains)?
  • Comment l’équipement et les outils sont-ils utilisés au travail? Sont-ils partagés entre les travailleurs?
  • À quelle fréquence et selon quelle méthode les surfaces et les objets sont-ils nettoyés et désinfectés? Quelle est l’efficacité des produits désinfectants contre les coronavirus? Quels sont les dangers chimiques potentiels pour les travailleurs, les participants et l’environnement?
  • Les personnes ont-elles les connaissances et les ressources dont elles ont besoin?
  • Les barrières linguistiques ou le niveau de compréhension pourraient-ils avoir une incidence sur la capacité des personnes à comprendre les risques et à suivre les mesures de contrôle de la transmission?
  • Y a-t-il des facteurs personnels qui pourraient nuire à la mise en place des mesures de contrôle et à leur respect (p. ex. en fonction de l’état de santé, l’aptitude physique, l’âge et le niveau de maturité, ou d’autres facteurs socioéconomiques et démographiques)?
  • Pouvez-vous évaluer si une personne est malade ou a été exposée et prendre rapidement les mesures appropriées?
  • Y a-t-il des personnes qui sont susceptibles de présenter une forme grave ou des complications de la COVID-19?
  • Les politiques sur les congés de maladie sont-elles adéquates pour soutenir les travailleurs qui doivent s’isoler ou se mettre en quarantaine?

Mesures de contrôle

Une fois que les risques de transmission de la COVID-19 ont été identifiés et évalués, l’employeur doit mettre en œuvre plusieurs mesures de contrôle de la COVID-19 grâce à une approche multidimensionnelle, y compris les mesures de santé publique (mesures préventives communautaires et personnelles). La hiérarchie des mesures de prévention en matière de santé et de sécurité au travail (c.-à-d. l’élimination, la substitution, les contrôles techniques, les contrôles administratifs et l’équipement de protection individuelle) est un outil qui peut être utilisé pour évaluer l’efficacité d’un contrôle, du plus efficace au moins efficace. Comme aucune mesure de contrôle n’est complètement efficace, il est important d’en superposer plusieurs en même temps.

Un plan de sécurité COVID-19 au travail documente les mesures de contrôle que vous avez mises en place pour protéger les travailleurs et les participants au camp contre les risques de transmission de la COVID-19. Le plan de sécurité appuie les processus de continuité des activités existants, comme l’évaluation des risques, le contrôle des dangers, la gestion du changement et l’intervention d’urgence. Un plan écrit peut être exigé par la loi de la province ou du territoire où vous exercez vos activités. Il peut être nécessaire de l’afficher et d’y avoir accès sur demande d’un inspecteur. Communiquez avec les autorités régionales pour obtenir des détails sur ce qui doit être compris dans le plan.

Lorsque vous mettez en œuvre des mesures de contrôle de la COVID-19, évaluez les répercussions potentielles sur l’infrastructure et les activités en place, ainsi que sur la sécurité des travailleurs et des participants. Assurez-vous de ne pas créer de nouveaux dangers en milieu de travail. Mettez à jour les politiques et procédures en vigueur, au besoin, pour intégrer les mesures de contrôle des risques de transmission de la COVID-19. Communiquez les risques et les mesures aux travailleurs et aux participants. Continuez d’évaluer l’efficacité des mesures et modifiez-les au besoin.

Voir les sections ci-dessous pour les mesures de contrôle recommandées.

Communication et formation

La communication et la formation sont essentielles pour aider à prévenir la propagation de la COVID-19. Les travailleurs ont le « droit de connaître » les dangers potentiels de leur lieu de travail, y compris les risques de transmission de la COVID-19 et la façon de se protéger et de protéger les autres. Les participants ont besoin d’instructions pour comprendre ce que l’on attend d’eux au camp. Pour obtenir des recommandations sur ce qu’il faut communiquer au sujet de la COVID-19 et la façon de le faire, consultez la section « Communication et formation sur la COVID-19 » du CCHST.

Vaccination

  • Encouragez les travailleurs à se faire vacciner une fois que le vaccin sera offert dans votre province ou territoire.
  • Facilitez la prise de rendez-vous et offrez un soutien financier aux travailleurs afin qu’ils puissent se présenter à la clinique de vaccination locale si leurs rendez-vous ont lieu pendant les heures de travail.
  • Certains participants au camp sont peut-être trop jeunes pour se faire vacciner.
  • Continuez de suivre les précautions relatives à la COVID-19 dans votre province ou territoire, même si vous êtes entièrement vacciné.

Pour obtenir des renseignements détaillés sur la vaccination, consultez les documents du gouvernement du Canada : Vaccins contre la COVID-19, Les faits sur les vaccins contre la COVID-19, et le document Vaccins contre la COVID-19 du CCHST.

Dépistage et recherche des contacts

  • Avant d’entrer dans le centre, toutes les personnes, y compris les travailleurs, les participants, les parents et gardiens, les visiteurs, les inspecteurs ou les entrepreneurs, doivent répondre aux questions de dépistage.
  • Créez votre propre liste de questions ou utilisez un formulaire générique.
  • Recherchez les symptômes de la COVID-19 et les incidents d’exposition potentiels.
  • À l’arrivée des participants, demandez aux parents et aux gardiens d’attendre que leur enfant ait terminé le processus de dépistage et soit admis au centre avant de partir.
  • Envisagez d’imposer une période de quarantaine avant l’arrivée pour tous les travailleurs et participants. Prévoyez les procédures à suivre si un travailleur ou un participant doit quitter une colonie de vacances en milieu de saison. Ils devront peut-être se mettre à nouveau en quarantaine avant de rejoindre le centre.
  • S’il est possible de le faire sans difficulté, envisagez de soumettre à des tests rapides de dépistage tous les travailleurs et participants consentants (dans le cas des personnes de moins de 18 ans, après avoir obtenu le consentement des parents ou du gardien), en guise de mesure de dépistage actif supplémentaire. Soyez prêt à intervenir en fonction des résultats des tests rapides.
  • Informez les travailleurs de l’application nationale Alerte COVID.

Pour obtenir des renseignements détaillés sur la façon d’effectuer le dépistage et les questions à poser, consultez le document du gouvernement du Canada Test, dépistage et recherche de contacts contre la COVID-19 et le document du CCHST Le dépistage de la COVID-19.

Plan d'intervention pour les cas de COVID-19

Si vous constatez qu’un travailleur ou un participant sur le lieu de travail présente des symptômes de la COVID-19 ou y a possiblement été exposé :

  • Agissez en conséquence, même si les symptômes sont légers.
  • Si une personne échoue au processus de dépistage, ne la laissez pas entrer dans le centre.
  • Si elle est déjà au centre, ne lui permettez pas de poursuivre ses activités de groupe (travail ou jeu).
  • Si les symptômes sont potentiellement mortels, appelez le 911.
  • Avisez immédiatement le parent ou le gardien du participant.
  • Demandez à la personne malade et à quiconque lui prodigue des soins directs de porter un masque médical (chirurgical). En l’absence de masque, ils doivent correctement porter un masque non médical bien conçu et bien ajusté.
  • Mettez tout en œuvre pour les isoler dans un endroit bien ventilé jusqu’à ce qu’ils puissent rentrer chez eux en toute sécurité ou passer un examen médical.
  • Prévoyez comment une personne malade sera transportée chez elle en toute sécurité, idéalement dans un véhicule privé. Dissuadez-la d’utiliser le transport en commun, le taxi ou le covoiturage.
  • Les travailleurs ou les participants qui vivent sur place devraient être isolés dans une aire distincte et se faire livrer les fournitures nécessaires par l’employeur s’ils ne peuvent pas rentrer chez eux immédiatement.
  • Invitez ces personnes à communiquer avec leur prestataire de soins de santé ou l’autorité de santé publique locale si elles développent des symptômes ou que ceux-ci s’aggravent.
  • Nettoyez et désinfectez les zones, les surfaces et les objets que la personne malade pourrait avoir utilisés, et aérez ces pièces.
  • Établissez des procédures pour communiquer avec les autorités locales de santé publique afin d’obtenir des conseils supplémentaires face à un cas positif de COVID­-19.
  • Si le cas est lié au travail et concerne un travailleur, d’autres avis peuvent être requis; communiquez avec l’organisme de réglementation de la SST de votre province ou territoire et la commission des accidents du travail pour obtenir des conseils.
  • Remplissez un rapport d’incident et commencez une enquête.
  • Adoptez des politiques de congé flexibles qui permettent aux travailleurs malades de rester à la maison au besoin :
    • Avisez que les travailleurs malades ne devraient pas venir au travail;
    • Désignez un processus permettant aux travailleurs d’aviser immédiatement leur superviseur;
    • Offrez un soutien aux travailleurs qui sont en congé de maladie;
    • Ne pénalisez pas les travailleurs qui doivent prendre un congé pour s’isoler ou se mettre en quarantaine;
    • Accordez des avances sur les congés de maladie futurs;
    • Fournissez des renseignements sur les ressources de soutien économique du gouvernement.

En cas d’éclosion, on peut demander à l’employeur ou à l’administrateur du centre de transmettre à l’autorité locale de santé publique des renseignements pour la recherche des contacts. Pendant le dépistage, consignez le nom et les coordonnées de chaque personne au centre, ainsi que la date et l’heure de leur présence. Consultez le document du CCHST COVID-19 : Recherche des contacts pour savoir comment préparer et faciliter la recherche des contacts.

Consultez l’infographie du CCHST Répondre à la COVID 19 sur le lieu de travail pour obtenir de plus amples renseignements.

Éloignement physique

Modifiez l’endroit où le travail est effectué pour aider à éliminer les interactions en personne :

  • Les travailleurs dont les tâches peuvent être effectuées à distance doivent travailler à domicile, comme le personnel de bureau et de soutien qui ne participe pas directement aux activités sur place.
  • Accordez des mesures d’adaptation aux travailleurs qui sont à plus haut risque de présenter une forme grave de la COVID-19 s’ils la contractent ou d’avoir des complications en raison de leur étant de santé.
  • Utilisez les technologies de communication à distance, comme la vidéo ou la téléconférence, dans la mesure du possible.
  • Envisagez d’offrir des programmes de camp en ligne si des activités en personne ne sont pas possibles.
  • Gérez les réservations et les annulations en ligne ou par téléphone. Découragez les visites sans rendez-vous.
  • Limitez ou reportez les visites des entrepreneurs et fournisseurs externes sur votre lieu de travail.
  • Les mesures de confinement provinciales ou territoriales ou les conclusions de l’évaluation des risques pourraient exiger la fermeture temporaire de l’ensemble du centre ou de certains services et établissements. Planifiez en conséquence et préparez-vous à ces perturbations.

Modifiez les infrastructures physiques (bâtiments, meubles et équipements) :

  • Utilisez de grandes pièces bien ventilées lorsqu’il faut plus d’espace pour éloigner les gens les uns des autres.
  • Interdisez aux personnes d’entrer dans les zones où elles ne travaillent pas ou où elles n’ont pas besoin d’aller (cela ne s’applique pas dans les situations d’urgence). Verrouillez les portes et les barrières au besoin.
  • Établissez des voies piétonnières à sens unique pour réduire au minimum le risque que des personnes se croisent.
  • Utilisez des panneaux et des marques au sol (espacés d’au moins deux mètres dans toutes les directions) pour indiquer où les gens devraient se tenir et circuler.
  • Envisagez de fermer ou de limiter les salles de repas tout en agrandissant les aires de repas extérieures, en y espaçant bien les tables de pique-nique et les bancs.
  • Réaménagez, enlevez ou bloquez les postes de travail, le mobilier, les éviers et l’équipement.
  • Espacez les lits de camp et les matelas le plus possible. Placez les lits de camp ou les matelas « tête-bêche » pour éloigner les visages des enfants.
  • Orientez les bureaux et les stations d’activité dans la même direction.
  • Espacez suffisamment (d’au moins deux mètres) les aires d’activités et les endroits où s’asseoir à l’extérieur (terrains de sport, feux de camp, plages, quais, abris de pique-nique, amphithéâtres, etc.) si vous pouvez le faire en toute sécurité. Assurez-vous que chaque zone est suffisamment grande pour être utilisée de façon confortable et sécuritaire. Utilisez des matériaux résistants aux intempéries pour marquer les bords de la zone (p. ex. poteaux, piquets de couleur vive, poudre servant à marquer les terrains, cordes, rubans) en prenant soin de ne pas créer de dangers de trébuchement.

Modifiez la façon, le moment et l’endroit où les personnes interagissent :

  • Mettez en œuvre et faites appliquer une politique d’éloignement physique à l’intérieur comme à l’extérieur.
  • Limitez le nombre de personnes rassemblées en même temps, à l’intérieur comme à l’extérieur. Ne dépassez pas les limites d’occupation établies par votre province ou territoire.
  • Veillez à ce que les interactions soient peu nombreuses, brèves, et maintiennent la plus grande distance possible (au moins deux mètres).
  • Les tâches et les activités qui exigent que les travailleurs soient en contact étroit les uns avec les autres doivent être modifiées ou interrompues si possible.
  • Déconseillez tout contact physique inutile comme les accolades, les poignées de main et les « tope là ».
  • Déconseillez aux personnes de se regrouper pendant les pauses et entre les activités du programme, y compris dans les aires de repos et les abris extérieurs.
  • Décalez les heures de dépôt et de ramassage des participants afin de réduire l’achalandage aux entrées et sorties. Demandez aux gardiens de ne pas arriver tôt ou de se rassembler.
  • Découragez le covoiturage, le transport en commun et les services de covoiturage.
  • Planifiez la façon dont les travailleurs maintiendront l’éloignement physique pendant une évacuation ou un confinement sur place en cas d’urgence. Planifiez les exceptions aux directives d’éloignement, p. ex. lorsqu’il s’agit de prodiguer des premiers soins ou d’effectuer un sauvetage.

Modifiez les horaires des travailleurs :

  • Ajustez le nombre quotidien de travailleurs pour qu’il y ait le moins de personnes sur le lieu de travail, tout en veillant à ce que les tâches soient accomplies en toute sécurité et que les normes de service soient maintenues (ratios personnel-enfants).
  • Décalez les heures de début et de fin des quarts de travail et les pauses pour réduire l’encombrement aux heures de pointe et dans les salles de repos.
  • Afin de réduire le temps d’exposition quotidien potentiel des travailleurs, réduisez la durée des longs quarts de travail (p. ex. 10 heures et plus) ou transférez-les à des tâches où ils ne sont pas face au public.
  • Prévoyez du temps additionnel dans les horaires des travailleurs pour qu’ils puissent accomplir leurs tâches régulières en toute sécurité, tout en respectant l’éloignement physique, l’hygiène personnelle, le nettoyage et la désinfection (p. ex. sans les bâcler ou les faire de façon superficielle).

Envisagez de mettre en place un système de cohorte, c.-à-d. des groupes désignés de travailleurs ou de participants.

  • Le recours à des cohortes limite la gravité de toute éclosion potentielle de COVID-19, en plus de faciliter la recherche des contacts.
  • Les cohortes peuvent travailler, participer à des activités de programme, assister à des réunions et à de la formation, prendre des pauses et des repas, voyager en groupe et partager des logements ensemble.
  • Assurez-vous que les différentes cohortes ne se mélangent pas entre elles.
  • Pour les enfants en bas âge qui ont besoin d’aide pour respecter les précautions liées à la COVID-19, envisagez d’utiliser des cohortes de petite taille.
  • Prévoyez suffisamment de temps entre les activités du programme qui ont lieu à l’intérieur. Aérez l’espace avant que la cohorte suivante n’y entre, ce qui réduira également les interactions entre les cohortes qui arrivent et celles qui partent.
  • Réduisez au minimum la rotation des animateurs d’activités. Dans la mesure du possible, attribuez-leur une seule activité ou une seule cohorte à la fois.
  • Pour réduire la propagation communautaire, encouragez les travailleurs à ne travailler qu’à un seul lieu de travail et les participants à n’assister qu’à un seul programme de camp de jour.
  • Lorsqu’ils sont au centre, chez eux ou dans leur communauté, les travailleurs et les participants doivent réduire au minimum les interactions en personne avec des personnes de l’extérieur de leur foyer immédiat.

Modifiez les programmes du camp :

  • Organisez à l’extérieur les activités qui ont généralement lieu à l’intérieur, si les conditions météorologiques le permettent (p. ex. bricolage, cinéma).
  • Organisez chaque activité de groupe avec le plus petit nombre de participants possible. Envisagez d’offrir des groupes plus fréquents, mais plus petits, plutôt qu’un grand groupe.
  • Organisez des activités et des sports sans contact ou modifiez-les pour qu’ils soient sans contact.
  • Demandez aux enfants de se tenir dans la même direction autant que possible et évitez les activités qui impliquent que les enfants soient face à face.
  • Pour les périodes libres non structurées, réservez des plages horaires pour l’utilisation de l’équipement et des installations populaires afin de réduire les risques que les participants se rassemblent pendant qu’ils attendent.
  • Réduisez au minimum les sorties et les excursions. Si le transport collectif doit être utilisé, répartissez les passagers le plus possible (p. ex. sièges décalés, sièges assignés, sauts de rangées, etc.).
  • Découragez les cris et les chants, car ils peuvent faire voyager des particules respiratoires infectieuses sur de longues distances.
  • Le chant est une activité à haut risque qui peut projeter des particules respiratoires infectieuses sur de longues distances. Évitez le chant autant que possible. Réduisez le nombre d’interprètes ou faites appel à un interprète seul s’il n’est pas possible d’éloigner les interprètes ou de placer des barrières entre eux. Utilisez de la musique préenregistrée pour les activités musicales ou faites chanter les participants à l’extérieur, en les éloignant suffisamment les uns des autres.

Barrières physiques

  • Installez des barrières physiques de dimension adéquate et placez-les de façon appropriée dans les zones d’interaction en personne ou entre l’équipement fixe s’il n’est pas possible de maintenir un éloignement physique d’au moins deux mètres entre les personnes.
  • Tenez compte du fait que les jeunes enfants peuvent souvent toucher et heurter les barrières; ainsi, elles ne constituent peut-être pas une mesure de contrôle idéale dans certains endroits ou dans certaines situations. Il conviendra peut-être de limiter l’utilisation de barrières aux endroits où seuls des adultes interagissent, comme à la réception ou dans la salle de repos des travailleurs.

Consultez le document du CCHST Fiche de conseils sur la COVID-19 : Barrières physiques pour obtenir des renseignements détaillés sur l’utilisation et l’installation de barrières physiques (dimensions, matériaux).

Ventilation

  • Une mauvaise ventilation a été liée aux éclosions de COVID-19 en permettant l’accumulation et la transmission de particules respiratoires infectées dans les espaces intérieurs.
  • La ventilation continue des espaces intérieurs diluera et échangera l’air potentiellement contaminé.
  • Notez que les ventilateurs portatifs ou de plafond et les climatiseurs monobloc font circuler l’air sans l’échanger ni améliorer la ventilation.
  • Consultez un expert agréé en chauffage, ventilation et conditionnement d’air avant de modifier les systèmes de ventilation ou de bloquer le débit d’air dans les espaces intérieurs (p. ex. avant d’installer des barrières physiques ou de subdiviser des pièces).
  • Aérez les pièces entre les activités.
  • Veillez à ce que les ventilateurs assurant la circulation ou le refroidissement de l’air ne poussent pas l’air d’une personne vers une autre (p. ex. orientez le courant d’air dans une direction opposée aux personnes).
  • D’autres moyens peuvent être utilisés pour garder les espaces de travail au frais, comme éteindre les appareils générant de la chaleur lorsqu’ils ne sont pas utilisés, fermer les stores des fenêtres pour ombrager la pièce ou permettre à moins de personnes d’entrer en même temps dans des espaces fermés.
  • S’il faut utiliser un moyen de transport collectif, veillez à ce que la ventilation de l’habitacle soit réglée au débit maximal et permette l’admission d’air frais (pas de recirculation), et veillez à ce que les fenêtres demeurent ouvertes (si les conditions météorologiques sont favorables).

Consultez le site Web du gouvernement du Canada : COVID-19 : Guide de ventilation des espaces intérieurs pendant la pandémie et le document du CCHST Coronavirus (COVID-19) – Conseils : Ventilation intérieure pour obtenir des renseignements détaillés sur la ventilation.

Mesures d’hygiène

La COVID-19 peut être transmise lorsque des mains ou des objets contaminés touchent les muqueuses du visage (yeux, nez et bouche).

Encouragez de bonnes habitudes d’hygiène personnelle :

  • Encouragez un lavage des mains adéquat et l’étiquette respiratoire.
  • Affichez les infographies sur l’hygiène des mains dans les toilettes.
  • Certains participants peuvent avoir besoin d’une supervision et d’une assistance supplémentaires en matière d’hygiène et d’étiquette (p. ex. jeunes enfants ou personnes ayant des besoins spéciaux).
  • Installez un nombre suffisant de postes de lavage des mains et de distributeurs de désinfectant pour les mains afin que toutes les personnes puissent y avoir facilement accès.
  • En l’absence de plomberie (p. ex. à l’extérieur), louez un poste de lavage des mains portatif, ou utilisez un contenant d’eau à bec verseur et un bassin de récupération, ainsi que de l’eau, du savon et des serviettes en papier.
  • Envisagez de fournir une trousse d’hygiène de base à chaque travailleur et participant (selon son âge) contenant des articles comme des masques supplémentaires, un contenant individuel de désinfectant pour les mains, des mouchoirs et des lingettes désinfectantes.
  • Exigez que les travailleurs portent des uniformes ou vêtements fraîchement nettoyés pour chaque quart de travail.
  • Si vous offrez un service de blanchisserie (p. ex. pour les vêtements et draps des travailleurs et des participants), suivez les précautions recommandées pour manipuler le linge sale.

Minimisez le contact avec les objets et les surfaces partagés :

  • Installez des systèmes et objets automatiques sans contact dans la mesure du possible (p. ex. détecteurs de carte sans contact, dispositifs activés par le mouvement, munis d’une minuterie, actionnés par le pied, etc.) pour réduire le nombre de surfaces fréquemment touchées.
  • Interdisez aux personnes de partager l’équipement de protection individuelle, les uniformes, les masques faciaux, les téléphones cellulaires, les serviettes ou les articles d’hygiène personnelle (p. ex. brosses à dents).
  • Conservez les effets personnels de chaque campeur séparément. Si les travailleurs n’ont pas de casiers ou de bureaux, donnez-leur des bacs ou des sacs scellés pour leur permettre de ranger leurs effets personnels, leurs chaussures et leurs vêtements. Retirez les vestiaires communs.
  • Ne partagez pas d’instruments de musique comme les flûtes en bois ou les instruments en cuivre (ou tout instrument à vent), les anches et les becs, ou encore les microphones. D’autres instruments de musique peuvent être utilisés s’ils sont faits de matériaux durables pouvant tolérer le nettoyage et la désinfection, comme le métal, le plastique ou le bois franc solide ou scellé.
  • Si possible, fournissez à chaque personne ou cohorte ses propres outils, équipements et fournitures.
  • Si les articles doivent être partagés, nettoyez-les et désinfectez-les entre les utilisateurs et procédez à l’hygiène des mains.
  • Envisagez de créer des stations d’activité individuelles qui fournissent tout ce qui est nécessaire pour l’activité (p. ex. fournitures de bricolage) et qui peuvent être assignées à un seul participant.

Empêchez le partage de nourriture et de boissons :

  • Si vous offrez un service d’alimentation, fournissez des portions, des ustensiles et des condiments emballés individuellement. Ne servez pas les aliments et les boissons à la manière d’un buffet, dans des récipients communs. Ne partagez pas les ustensiles, les assiettes et les verres des salles à manger.
  • Les participants au camp de jour pourraient apporter leurs propres repas et collations dans un sac.
  • Les machines distributrices avec paiement sans contact peuvent offrir des aliments et boissons préemballés et prêts à emporter.
  • Fermez les fontaines à eau ou remplacez-les par des stations de recharge de bouteilles d’eau. Chaque personne doit avoir sa propre bouteille d’eau étiquetée. En cas d’arrêt prolongé des installations, assurez-vous que tous les systèmes d’approvisionnement en eau sont sécuritaires lors de la réouverture (p. ex. rincez l’eau stagnante et effectuez des analyses de la qualité de l’eau potable au besoin).

Nettoyage et désinfection

  • Assurez-vous que tous les désinfectants utilisés sont efficaces contre les coronavirus. Consultez les documents d’orientation de Santé Canada concernant les désinfectants pour surfaces dures et désinfectants pour les mains. Vérifiez que les produits désinfectants ont un numéro d’identification du médicament (DIN) de Santé Canada.
  • Les camps dans les zones rurales doivent aussi tenir compte des impacts environnementaux potentiels des produits chimiques sur les écosystèmes sensibles.
  • Nettoyez et désinfectez régulièrement les espaces publics et les surfaces fréquemment touchées.
  • Nettoyez et désinfectez l’équipement d’activité et les autres objets partagés entre chaque utilisateur (p. ex. outils, équipement de sport et de terrain de jeu, vélos, pagaies de bateau, instruments de musique, fournitures de bricolage, etc.).
  • Rappelez aux gens de nettoyer et de désinfecter également les appareils personnels, comme les téléphones portables.
  • Limitez l’utilisation de matériaux qui sont difficiles à nettoyer et à désinfecter.
  • Nettoyez et désinfectez les véhicules servant au transport de groupes (p. ex. clés, volant, levier de vitesse, commandes, ouvertures d’aération, ceintures, sièges, poignées de porte intérieures et extérieures, etc.) entre les utilisateurs.
  • Envisagez de créer des panneaux ou un code de couleur pour indiquer clairement si le matériel ou la salle est propre ou sale.
  • Effectuez un nettoyage en profondeur des logements entre les groupes de campeurs.
  • Assurez-vous que les toilettes sont nettoyées plus fréquemment, qu’elles ont l’eau courante et qu’elles sont pourvues de savon, de serviettes de papier et d’un contenant à déchets sans contact et doublé d’un sac en plastique.
  • Les douches (p. ex. espaces étroits fermés à haut niveau d’humidité et de chaleur) pourraient devoir demeurer fermées pour les camps de jour si elles ne peuvent pas être suffisamment aérées, nettoyées et désinfectées entre les utilisateurs. Si vous utilisez des douches, nettoyez-les et désinfectez-les entre chaque utilisation. Laissez suffisamment de temps aux gouttelettes et aux aérosols pour se déposer et aérez la cabine de douche avant d’y entrer.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le nettoyage et la désinfection, veuillez consulter le site Web du gouvernement du Canada Nettoyage et désinfection des espaces publics pendant la COVID-19 et les documents du CCHST Nettoyage et désinfection et Procédure opérationnelle normalisée : Désinfection des surfaces fréquemment touchées.

Masques non médicaux

  • Respectez les exigences sur le port du masque de votre autorité locale de santé publique et de votre province ou territoire, y compris celles qui concernent les enfants et les masques.
  • Il peut être nécessaire de porter un masque en tout temps, sauf pendant certaines activités (p. ex. manger, boire, faire de l’exercice, nager, prendre une douche ou dormir) si elles sont exemptées par l’autorité locale de santé publique.
  • Assurez-vous que le port d’un masque ne crée pas de nouveaux dangers, comme un risque d’enchevêtrement (avec de l’équipement en mouvement) ou encore un risque de brûlure en cas d’exposition à une flamme nue ou à des étincelles (feux de camp, bougies, BBQ).
  • Instaurez ou mettez à jour un programme relatif au stress thermique en milieu de travail, car le port du masque peut augmenter le stress physiologique lors des tâches exigeant un effort vigoureux.
  • Pour certains enfants, le fait de ne pas voir clairement le visage et la bouche d’un adulte peut entraîner des difficultés. Pensez à utiliser un masque transparent.
  • Le personnel peut également utiliser des accessoires de protection oculaire (comme des lunettes de sécurité ou un écran facial) en plus d’un masque lorsqu’il est en contact physique étroit avec des enfants ou d’autres personnes qui ne portent pas de masque.
  • Bien que les masques non médicaux soient utiles pour réduire la propagation de la COVID-19, ils ne sont pas considérés comme des équipements de protection individuelle, car ils ne répondent pas aux normes d’essai et de certification réglementées.
  • La qualité des masques offerts chez les détaillants varie considérablement. Envisagez de fournir aux travailleurs des masques médicaux (chirurgicaux) à usage unique ou des masques non médicaux en tissu réutilisables de qualité appropriée.

Consultez le document du gouvernement du Canada Masques non médicaux et le document du CCHST Obtiens les faits sur les masques pour avoir des renseignements détaillés sur le port et l’entretien adéquats des masques.

Équipement de protection individuelle (EPI)

Consultez le document Équipement de protection individuelle contre la COVID-19 : Aperçu et Conception d’un programme d’EPI efficace du CCHST pour obtenir de plus amples renseignements sur l’équipement de protection individuelle.

  • L’équipement de protection individuelle est une protection portable qui doit satisfaire aux normes d’essai et de certification réglementées.
  • L’équipement de protection individuelle comprend notamment des masques chirurgicaux et des respirateurs ayant fait l’objet d’un essai d’ajustement, des accessoires de protection oculaire (p. ex. lunettes, écran facial), des blouses, des gants, des chaussures de sécurité.
  • Continuez à utiliser l’équipement de protection individuelle pour les urgences et les dangers existants en matière de sécurité au travail, conformément aux lois applicables.
  • Les employeurs doivent évaluer les dangers et s’assurer que les travailleurs disposent de l’équipement de protection individuelle approprié pour les tâches et les activités qu’ils effectuent.
  • Les travailleurs peuvent avoir besoin d’équipement de protection individuelle dans les cas suivants :
    • s’ils accomplissent des tâches qui exigent qu’ils se trouvent à moins de deux mètres d’une autre personne sans barrière physique (p. ex. aider un enfant à accomplir une activité ou une tâche);
    • s’ils utilisent des produits de nettoyage ou de désinfection (voir les instructions de manipulation sécuritaire fournies par les fabricants);
    • s’ils prodiguent des soins d’urgence.
  • Les travailleurs doivent également être formés sur l’utilisation et l’entretien adéquats de leur équipement de protection individuelle.

Il est important de prévoir des ressources et des mesures de soutien en santé mentale pour tous les travailleurs, y compris l’accès à un programme d’aide aux employés, le cas échéant.

Pour en savoir plus sur la COVID-19, consultez le site de l’Agence de la santé publique du Canada.

Il convient de noter que la présente fiche de conseils n’aborde que certains changements pouvant être faits par les organisations au cours d’une pandémie. Adaptez la présente liste en ajoutant vos propres pratiques et politiques exemplaires pour répondre aux besoins particuliers de votre organisation.

Avis de non-responsabilité : Comme les renseignements sur la santé et la sécurité au travail sont appelés à changer rapidement, il est recommandé de consulter les autorités locales de santé publique pour obtenir des directives régionales précises. Ces renseignements ne remplacent pas les avis médicaux ou les obligations prévues par la loi en matière de santé et de sécurité. Bien que tous les efforts soient faits pour assurer que les renseignements sont exacts, complets et à jour, le CCHST n’offre aucune garantie et ne s’engage aucunement à cet effet. Le CCHST ne saurait être tenu responsable de toute perte, réclamation ou revendication pouvant résulter, directement ou indirectement, de l’utilisation de ces renseignements ou des conséquences de leur utilisation.

Dernière mise à jour du document le 19 juillet 2021