Coronavirus (COVID-19) - Conseils

Comité d'action sur l'administration des tribunaux en réponse à la COVID-19 - main content

Camps d’été

Sur cette page

Introduction

Le présent document s’adresse aux employeurs des camps d’été (camps de jour et camps de vacances). Il donne un aperçu des mesures de contrôle recommandées pour aider à réduire le risque d’exposition à la COVID-19 en milieu de travail. Il peut aussi aider les travailleurs, les bénévoles, les participants au camp et leurs parents ou les personnes qui en sont responsables, ainsi que les visiteurs à comprendre les responsabilités que doit assumer le secteur pour les protéger de la propagation de la COVID-19.

Dans tous les cas, vous devez respecter les directives des autorités de santé publique locales et de l’organisme compétent de réglementation en matière de santé et de sécurité au travail. Remplissez vos obligations légales en matière de santé et de sécurité au travail en faisant tout ce qui est raisonnablement possible dans les circonstances pour protéger la santé et la sécurité de vos travailleurs.

Consultez les documents d’orientation actuels de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) intitulés Outil d’atténuation des risques destiné aux établissements pour les enfants et les jeunes en activité pendant la pandémie de COVID-19 et Outil d’atténuation des risques liés aux activités et aux espaces récréatifs extérieurs pendant la pandémie de COVID-19. Les associations de camps nationaux et locaux fournissent également des ressources d’information concernant la COVID-19.

Pour connaître les pratiques générales de prévention de la COVID-19, les employeurs et les travailleurs peuvent consulter les documents de ressources sur la COVID-19 du Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST), dont les documents Protégez-vous et protégez les autres contre la COVID-19, Planification en santé et sécurité pour les employeurs et Prévention de la COVID-19 chez les travailleurs.

La taille, le milieu, les activités et les services des camps d’été varient beaucoup, tout comme les personnes qui y participent. Divers conseils généraux sont fournis dans le présent document. Appliquez ceux qui conviennent le mieux à votre lieu de travail.

Tenir compte des risques

Les lieux de travail ont tous leurs particularités. Les employeurs doivent effectuer une évaluation des risques liés à la COVID-19 adaptée à leur lieu de travail, à leurs rôles professionnels et à leurs activités (tâches courantes et interactions en personne). Voici quelques exemples d’éléments à examiner dans le cas des camps d’été : installations communes des participants et des travailleurs, marche à suivre pour aller porter et chercher les participants, services alimentaires, sensibilisation et activités de groupe, équipement de sport et d’athlétisme, premiers soins d’urgence et médicaux, et entretien du camp.

Le risque de transmission de la COVID-19 est accru par la proximité (moins de deux mètres) et les interactions en personne (conversations rapprochées, contacts tactiles), la production de gouttelettes respiratoires (lorsqu’on parle, tousse, éternue, chante, crie ou effectue des activités intenses qui augmentent le rythme respiratoire), les lieux bondés ou les espaces clos mal ventilés, les pratiques ou les installations d’hygiène personnelle inadéquates, et les surfaces contaminées (vecteur passif). Le risque de transmission est encore plus élevé quand plusieurs de ces facteurs de risque sont présents dans un même lieu.

Une fois les risques déterminés et évalués, l’employeur doit mettre en œuvre des mesures de contrôle des dangers appropriées en utilisant la hiérarchie des mesures de maîtrise (c.-à-d. élimination, substitution, mesures d’ingénierie, mesures administratives, équipement de protection individuelle), y compris diverses pratiques préventives personnelles dans une approche multidimensionnelle. Envisagez de mettre en œuvre un plan de sécurité en milieu de travail afin de trouver et d’appliquer des solutions aux risques associés à la COVID-19. Le plan doit intégrer autant d’aspects que possible, par ordre de priorité.

Lorsque vous mettez en œuvre des mesures de contrôle de la COVID-19, évaluez les effets possibles sur l’infrastructure et les activités existantes et sur la sécurité des travailleurs et des participants. Assurez-vous de ne pas créer de nouveaux risques en milieu de travail. Au besoin, mettez à jour les politiques et les procédures en vigueur pour y intégrer les mesures de contrôle des risques de transmission de la COVID-19. Continuez d’évaluer l’efficacité des mesures et d’apporter des changements au besoin.

Voici des exemples de questions qui peuvent être posées pour vous aider à déterminer les facteurs de risque liés à la COVID-19 et les mesures de contrôle adaptées à votre lieu de travail :

  • Quels sont les principales zones de travail, les principaux rôles professionnels et les principales activités courantes?
  • Où et quand les travailleurs interagissent-ils avec d’autres personnes lorsqu’ils travaillent?
  • À quelle distance se font les interactions? La proximité est-elle nécessaire pour certaines tâches professionnelles (dans quelles situations l’éloignement physique est-il impossible)? Le risque de transmission augmente en cas de contact rapproché et fréquent.
  • Quelle est la durée des interactions? Selon les données probantes, le risque de propagation augmente en cas de contact prolongé.
  • Le lieu de travail est-il surpeuplé? Le risque de propagation augmente lorsque les gens se rassemblent.
  • Les travailleurs et les participants dorment-ils dans un logement collectif? Plus les gens passent de temps ensemble à l’intérieur, plus le risque de transmission de la COVID-19 augmente.
  • Les travailleurs partagent-ils un camp ou des véhicules privés? Transportent-ils les participants au camp?
  • Les travailleurs restent-ils à un poste de travail ou se déplacent-ils dans les installations intérieures et les terrains extérieurs pendant leur quart de travail?
  • Les travailleurs et les participants prennent-ils part à plusieurs programmes de camps de jour différents? La participation à plusieurs programmes de camps de jour différents peut augmenter le risque de transmission communautaire.
  • Les participants proviennent-ils d’une seule région géographique ou de plusieurs? Les déplacements interrégionaux peuvent augmenter le risque de propagation de la COVID-19, y compris des variants préoccupants.
  • Les bâtiments sont-ils ventilés de façon passive (c.-à-d. par l’ouverture des fenêtres et des portes) ou mécanique (c.-à-d. par des systèmes de ventilation)? La ventilation intérieure est-elle suffisante? Dans les espaces clos, une mauvaise ventilation peut favoriser l’accumulation de particules de virus.
  • Les travailleurs et les participants ont-ils facilement accès aux installations d’hygiène personnelle (p. ex. eau courante, savon et désinfectant pour les mains)?
  • Comment l’équipement et les outils sont-ils utilisés au travail? Les travailleurs en font-ils une utilisation partagée? Le partage d’objets entre les personnes pourrait propager la maladie par transmission passive.
  • À quelle fréquence et selon quelle méthode les surfaces et les objets sont-ils nettoyés et désinfectés? L’efficacité des désinfectants sélectionnés contre le coronavirus et les dangers chimiques potentiels pour les travailleurs, les participants et l’environnement ont-ils été évalués?
  • Les travailleurs et les participants ont-ils les connaissances et les ressources nécessaires pour se protéger et protéger les autres contre la COVID-19?
  • Les barrières linguistiques pourraient-elles avoir une incidence sur la capacité des travailleurs et des participants à comprendre et à mettre en œuvre les mesures de contrôle de la transmission?
  • Y a-t-il des facteurs qui pourraient nuire à la mise en place des mesures de contrôle et à leur respect (p. ex. état de santé, âge, handicap, niveau de développement ou autres facteurs socioéconomiques et démographiques)?
  • Pouvez-vous évaluer si une personne est malade ou a été exposée à la COVID-19 et prendre rapidement les mesures appropriées?
  • Les politiques sur les congés de maladie favorisent-elles l’isolement et la quarantaine des travailleurs?

Élimination ou substitution

Les types de mesures de contrôle suivants éliminent l’exposition (sur le lieu de travail) :

  • Les travailleurs qui peuvent effectuer leurs tâches à distance doivent travailler à domicile (p. ex. le personnel de bureau et de soutien qui ne participe pas directement aux activités sur place).
  • Dans la mesure du possible, utilisez les technologies de communication à distance, comme la vidéoconférence ou la téléconférence. Envisagez d’offrir des programmes de camps en ligne si des activités en personne ne sont pas possibles.
  • Les mesures de confinement locales ou les résultats de l’évaluation des risques pourraient rendre nécessaire la fermeture temporaire de l’ensemble du lieu de travail, ou encore de certains services et de certaines installations.

Mesures d’ingénierie

Les types de mesures de contrôle suivants utilisent l’infrastructure physique pour réduire l’exposition en milieu de travail. Ils s’appuient sur la qualité de la conception et de l’entretien pour être entièrement efficaces.

Barrières physiques

  • Installez des barrières de taille appropriée et positionnées adéquatement aux endroits où un éloignement physique d’au moins deux mètres ne peut être respecté entre les personnes, comme aux bureaux de réception et aux barrières, aux comptoirs de services alimentaires, aux lavabos, aux tables de salle à manger et aux lits de couchage.
  • Les barrières doivent bloquer les gouttelettes respiratoires, dépasser la hauteur de la tête et permettre le déplacement libre et sécuritaire du travailleur ou du participant à l’intérieur de la zone qu’elles délimitent. Pour obtenir des consignes détaillées sur la conception et l’installation des barrières, veuillez consulter les directives locales de santé publique.
  • Utilisez du plexiglas, des rideaux en plastique ou d’autres matériaux imperméables (non poreux) qui sont durables et faciles à nettoyer et à désinfecter.
  • Mettez en place des couloirs de circulation pour les piétons et les files d’attente en utilisant des barrières qui assurent une distance d’au moins deux mètres dans tous les sens entre chaque personne.

Ventilation

Une mauvaise ventilation a été liée à des éclosions de COVID-19 du fait qu’elle permet l’accumulation et la transmission de particules respiratoires infectées dans les espaces intérieurs. La ventilation continue des espaces intérieurs permet de diluer et de remplacer l’air possiblement contaminé.

Assurez-vous de ce qui suit :

  • Tout travail intérieur se déroule dans un espace bien ventilé;
  • Les fenêtres et les portes sont laissées ouvertes lorsqu’il est possible de le faire en toute sécurité (ne laissez pas les portes coupe-feu ouvertes);
  • On consulte un expert agréé en systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) avant d’apporter des changements aux systèmes de ventilation ou de bloquer le débit d’air dans les espaces intérieurs (p. ex. avant d’installer des barrières physiques ou de subdiviser des pièces);
  • On ne fait pas recirculer l’air vicié dans un même espace intérieur ou d’un espace intérieur à un autre. La recirculation de l’air est souvent utilisée pour réduire les coûts de chauffage et de climatisation, mais elle peut nuire à la qualité de l’air;
  • Si le transport en groupe est requis, le débit de ventilation et l’apport d’air frais sont réglés aux valeurs maximales dans l’habitacle (aucune recirculation de l’air);
  • Les ventilateurs d’évacuation sont entièrement fonctionnels, tournent à leur capacité maximale et restent en marche;
  • Les systèmes de circulation d’air et les ventilateurs ne dirigent pas l’air d’une personne à l’autre;
  • Les ventilateurs portatifs et de plafond sont réglés à basse vitesse;
  • D’autres moyens peuvent être utilisés pour garder les espaces de travail au frais, comme fermer l’équipement générateur de chaleur lorsqu’il n’est pas utilisé ou permettre à moins de personnes d’entrer dans des espaces clos en même temps.

Pour de plus amples renseignements sur la ventilation, veuillez consulter le site Web du gouvernement du Canada intitulé COVID-19 : Guide de ventilation des espaces intérieurs pendant la pandémie et le document du CCHST intitulé Ventilation intérieure : directives pendant la pandémie de COVID-19.

Autres mesures d’ingénierie

  • Installez un nombre suffisant de postes de lavage des mains et de distributeurs de désinfectant pour les mains afin de garantir un accès facile à toutes les personnes sur le lieu de travail.
  • S’il n’y a pas d’installations de plomberie, fournissez un contenant d’eau à bec verseur et un bassin de récupération, ainsi que de l’eau, du savon et des serviettes en papier. Envisagez de fournir des distributeurs de désinfectant à usage personnel à chaque travailleur.
  • Réduisez le nombre de points de contact :
    • Installez des poignées de porte qui peuvent être actionnées à l’aide des poignets ou des coudes, ou laissez ouvertes les portes qui ne sont pas coupe-feu. Veillez à ne pas créer de nouveaux risques (trébuchement ou incendie);
    • Installez des portes, des dispositifs d’éclairage, des robinets d’eau, des fontaines à eau, des distributeurs de désinfectant, de leviers de chasse d’eau pour toilettes et urinoirs, ainsi que des distributeurs de serviettes en papier automatiques sans contact (p. ex. actionnés par le mouvement ou temporisés);
    • Remplacez les couvercles de bac à déchets manuels par des couvercles actionnés par le mouvement ou par le pied;
    • Utilisez des méthodes de paiement de factures sans contact, comme le prélèvement par carte de débit ou de crédit, le paiement par téléphone cellulaire ou les virements électroniques;
    • Utilisez des méthodes sans contact pour permettre aux travailleurs d’activer le suivi de leurs heures travaillées, comme des cartes-clés électroniques, des messages, des courriels ou des appels par un superviseur.
  • Remplacez les surfaces molles (tapis) par des surfaces dures (carrelage, bois, métal, plastique) qui sont plus faciles à nettoyer et à désinfecter;
  • Songez à réaménager les salles si de l’espace supplémentaire est nécessaire pour répartir les participants (p. ex. une salle d’activité pourrait être convertie en espace supplémentaire pour les lits de couchage).
  • Utilisez de grandes salles bien ventilées ou des espaces extérieurs (si le temps le permet) pour les réunions, les pauses et les activités de camp.
  • Réaménagez ou retirez les postes de travail et les meubles supplémentaires ou bloquez en l’accès pour favoriser l’éloignement physique.
  • Envisagez de fermer ou de limiter les aires de repos intérieures, tout en élargissant les aires de restauration extérieures avec des tables de pique-nique et des sièges bien espacés.
  • Interdisez aux personnes de pénétrer dans les zones où elles ne travaillent pas ou auxquelles elles n’ont pas besoin d’avoir accès (ne s’applique pas aux situations d’urgence). Sécurisez les portes et les barrières si nécessaire.
  • Établissez des voies piétonnes à sens unique dans les corridors, les escaliers et les sentiers en boucle pour réduire au minimum la possibilité que les personnes se croisent.
  • Utilisez des panneaux et des marques au sol (espacés d’au moins deux mètres dans toutes les directions) pour indiquer où les gens doivent se tenir et marcher.
  • Envisagez de marquer des zones dans les espaces extérieurs où les gens se rassemblent pendant de longues périodes, comme les plages, les aires de pique-nique, les cercles de feu de camp, les amphithéâtres, les quais et les terrains de sport. Espacez les zones le plus possible (au moins deux mètres) et assurez-vous que chaque zone est suffisamment grande pour permettre une utilisation pratique. Utilisez des matériaux résistants aux intempéries pour marquer les limites de la zone (p. ex. des ancrages de couleur vive, de la poudre de marquage de terrain, de la corde, des roches, des branches, du ruban de signalisation) en prenant soin de ne pas créer de risques de trébuchement.

Mesures administratives

Les types de mesures de contrôle suivants permettent de réduire les risques au moyen de politiques, de procédures et de formations. Ils reposent sur la gestion du personnel et la conformité pour être pleinement efficaces.

Plan de sécurité lié à la COVID-19

Le plan de sécurité lié à la COVID-19 appuie les processus de continuité des activités existants, comme l’évaluation des risques, le contrôle et l’atténuation des risques, la gestion des changements et l’intervention d’urgence. Un plan écrit peut être exigé par la loi sur le territoire où vous exercez vos activités. Il peut être nécessaire de l’afficher et de le rendre disponible à la demande d’un inspecteur. Communiquez avec les autorités régionales pour obtenir des détails sur les éléments à inclure dans le plan.

Il est recommandé que le plan :

  • soit propre à l’infrastructure, aux activités et aux rôles professionnels du lieu de travail;
  • dresse la liste de toutes les mesures mises en œuvre pour protéger les travailleurs et les participants;
  • décrive la marche à suivre en présence d’un cas soupçonné ou confirmé de COVID-19;
  • indique la marche à suivre si un grand nombre de travailleurs ou de participants doivent être isolés, mis en quarantaine ou ont besoin de soins médicaux (p. ex. transport du personnel et remplacement des travailleurs absents);
  • décrive la marche à suivre si une personne atteinte de la COVID-19 a besoin de premiers soins d’urgence;
  • soit mis en œuvre et tenu à jour par un administrateur ou un comité désigné;
  • soit évalué et mis à jour fréquemment afin de se conformer à l’évolution des mesures de santé publique en réponse à la pandémie;
  • soit communiqué aux superviseurs et aux travailleurs dans le cadre de leur formation.

Processus de dépistage

  • Le dépistage passif repose sur l’autosurveillance des travailleurs. Ils doivent avertir leur employeur s’ils se sentent malades ou s’ils ont peut-être été exposés à la COVID-19. Pour les participants et les autres personnes, l’auto-évaluation peut prendre la forme d’un avis affiché sur la porte, d’un message téléphonique automatisé, d’une trousse d’inscription ou d’un site Web énumérant les symptômes et les restrictions d’entrée.
  • Le dépistage actif exige que l’employeur pose aux travailleurs des questions sur les symptômes et sur toute exposition possible avant chaque quart de travail. Pour les participants et les autres personnes, le dépistage actif peut être effectué par un travailleur posté à l’entrée du camp ou par téléphone.
  • Avant leur entrée dans le camp, toutes les personnes, y compris les travailleurs, les participants et leurs parents ou les personnes qui en sont responsables, les visiteurs, les inspecteurs ou les entrepreneurs, doivent se soumettre à un dépistage.
  • Lors de l’arrivée des participants, demandez au parent ou à la personne responsable de l’enfant d’attendre que l’enfant ait terminé le processus de dépistage et qu’il soit admis au camp avant de partir.
  • Assurez-vous de poser des questions pertinentes. Créez votre propre liste de questions ou utilisez un formulaire générique.
  • Faites un dépistage des symptômes les plus courants de la COVID-19 et agissez en conséquence (même si les symptômes sont légers).
  • Posez des questions de dépistage concernant une exposition possible à la COVID-19 au cours des 14 derniers jours, notamment :
    • un voyage récent (à l’étranger ou au Canada);
    • un contact avec une personne qui a reçu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19;
    • des éclosions communautaires, comme dans un magasin, une école ou lors d’un événement.
  • En cas d’éclosion, il se peut qu’on vous demande de fournir les coordonnées des personnes concernées aux autorités locales de santé publique pour faciliter les efforts de recherche des contacts. Pendant le dépistage, prenez en note les noms, les coordonnées, les dates ou les heures auxquelles la personne était présente au camp et auxquelles elle a travaillé ou participé à des activités. Assurez-vous que les renseignements personnels sont protégés, et qu’ils sont stockés et détruits de manière sûre et sécurisée.
  • Si c’est possible, envisagez de mettre en place un test de dépistage rapide régulier pour tous les travailleurs et participants consentants comme mesure de dépistage actif supplémentaire. Réfléchissez à la manière dont vous allez gérer la réponse aux résultats de test de dépistage rapide (p. ex. intégration dans votre plan de contrôle).
  • Envisagez d’imposer une période de quarantaine avant l’arrivée pour tous les travailleurs et participants. Prévoyez la marche à suivre si un travailleur ou un participant doit quitter le camp de vacances à la mi-saison. Ils devront peut-être se mettre à nouveau en quarantaine avant de rejoindre le camp.
  • Informez les travailleurs et les participants des avantages de l’application nationale Alerte COVID.

Que faire si une personne est symptomatique ou a été exposée à la COVID-19?

  • Si une personne échoue au processus de dépistage, ne la laissez pas entrer dans le camp.
  • Si on constate qu’un travailleur ou un participant sur le lieu de travail présente des symptômes ou pourrait avoir été exposé à la COVID-19 :
    • Composez le 911 si les symptômes mettent la vie en danger;
    • Faites porter un masque médical (chirurgical) à la personne. S’il n’y a pas de masque médical de disponible, la personne doit porter un masque non médical bien conçu et bien ajusté;
    • Ne permettez pas au travailleur ou au participant de prendre part à des activités communautaires (travail ou jeu); le travailleur ou le participant doit commencer immédiatement son auto-isolement;
    • Faites tout votre possible pour isoler la personne avant de la renvoyer à la maison;
    • Communiquez immédiatement avec le parent ou la personne responsable du participant pour prendre les dispositions nécessaires pour le transport de retour chez lui;
    • Prévoyez la façon dont les travailleurs malades retourneront à la maison en toute sécurité. Dissuadez-les d’utiliser le transport en commun, le taxi ou le covoiturage;
    • Invitez les personnes à communiquer avec leur fournisseur de soins de santé ou les autorités locales de santé publique si elles développent des symptômes ou que ceux-ci s’aggravent;
    • Les travailleurs qui habitent sur place doivent être isolés dans une aire distincte et se faire livrer les fournitures nécessaires par l’employeur;
    • Désignez également une aire de vie distincte pour les participants qui doivent être isolés s’ils ne peuvent pas retourner immédiatement à la maison;
    • Nettoyez et désinfectez les zones, les surfaces et les objets que la personne malade pourrait avoir utilisés, et purifiez l’air de ces pièces.
  • Établissez des procédures pour communiquer avec les autorités locales de santé publique afin d’obtenir des conseils si un cas positif à la COVID-19 se présente.
  • Si le cas est lié au travail et concerne un travailleur, vous devrez peut-être le déclarer à d’autres instances; communiquez avec l’organisme de réglementation en matière de santé et de sécurité au travail et la commission des accidents du travail de votre administration pour obtenir des conseils. Remplissez un rapport d’incident et lancez une enquête.

Éloignement physique

  • Mettez en œuvre une politique d’éloignement physique à l’intérieur et à l’extérieur, et assurez vous qu’elle est respectée.
  • Veillez à ce que les interactions en personne soient peu nombreuses, brèves et à la plus grande distance possible (au moins deux mètres).
  • Les tâches qui exigent que les travailleurs soient en contact étroit avec les autres doivent être modifiées dans la mesure du possible.
  • Envisagez de mettre en place un système de cohorte, c’est-à-dire des groupes désignés de travailleurs ou de participants. Assurez-vous que les différentes cohortes ne se mélangent pas entre elles. Le recours à des cohortes limite la gravité d’une éventuelle éclosion de COVID-19, en plus de faciliter la recherche des contacts.
  • Les cohortes peuvent travailler, participer aux activités du programme, assister à des réunions et à de la formation, prendre des pauses et des repas, se déplacer en groupe et habiter ensemble.
  • Pour les enfants en jeune âge qui ont besoin d’aide pour respecter les précautions liées à la COVID-19, envisagez d’utiliser des cohortes de petite taille.
  • Prévoyez suffisamment de temps entre les activités du programme réalisées à l’intérieur. Les bâtiments doivent être complètement ventilés avant l’arrivée de la cohorte suivante, ce qui réduit également les interactions entre la cohorte qui entre dans le bâtiment et celle qui en sort.
  • Les travailleurs et les participants doivent réduire au minimum les interactions en personne avec les gens de l’extérieur de leur ménage immédiat ou de la cohorte dont ils font partie.
  • Pour réduire la propagation communautaire, encouragez les travailleurs à ne travailler qu’à un seul lieu de travail, et les participants, à ne prendre part qu’à un seul programme de camp.
  • Gérez les réservations et les annulations en ligne ou par téléphone; évitez les contacts en personne.
  • Tant pour les participants que pour les travailleurs, demandez qu’une seule personne (parent, personne responsable ou membre du ménage immédiat) aille porter et chercher le participant ou le travailleur.
  • Limitez le nombre de personnes réunies en même temps, à l’intérieur et à l’extérieur. Ne dépassez pas les limites d’occupation établies par votre administration.
  • Décalez les heures auxquelles les gens vont porter et chercher les participants ainsi que les heures de début et fin de quart et de pause des travailleurs afin de réduire l’achalandage aux entrées et aux sorties.
  • Découragez le covoiturage et le transport en commun.
  • Découragez les gens de se réunir pendant les pauses et entre les activités du programme, y compris dans les aires de pause extérieures et les abris météorologiques.
  • Pour les périodes libres non structurées, réservez des plages horaires pour l’utilisation de l’équipement et des installations populaires afin de réduire les risques que les participants se rassemblent pendant qu’ils attendent.
  • Envisagez d’augmenter la fréquence des activités et de diminuer la taille des groupes, ce qui laisserait plus d’espace entre les participants.
  • Organisez à l’extérieur les activités qui ont habituellement lieu à l’intérieur, si le temps le permet (p. ex. bricolage, cinéma).
  • Découragez tout contact physique inutile comme les accolades, les poignées de main et les tapes dans la main.
  • Organisez des activités et des sports sans contact ou modifiez-les pour qu’ils soient sans contact.
  • Demandez aux enfants de dormir et de faire la sieste le plus loin possible les uns des autres. Placez les lits ou les matelas en tête-bêche pour éloigner les visages et envisagez d’utiliser des barrières physiques entre les enfants.
  • Placez les enfants dans la même direction pour le plus grand nombre d’activités possible et évitez les activités dans lesquelles les enfants doivent se tenir face à face.
  • Le chant est une activité qui présente un risque élevé, car la personne qui chante peut projeter des particules respiratoires infectieuses sur de longues distances. Évitez le chant autant que possible. Réduisez le nombre d’interprètes ou faites appel à un artiste solo si l’éloignement physique ou les barrières entre les interprètes ne peuvent être utilisés. Choisissez des options préenregistrées pour les activités musicales ou pratiquez le chant à l’extérieur en maintenant une distance suffisante entre les participants.
  • Réduisez au minimum les sorties et les excursions. Si le transport en groupe est requis, espacez le plus possible les passagers (sièges décalés, sièges assignés, sauts de rangées, etc.).
  • Planifiez la façon dont les travailleurs maintiendront l’éloignement physique si une urgence qui nécessite une évacuation ou une mise à l’abri sur place survient. Prévoyez les exceptions aux consignes d’éloignement physique (p. ex. lorsqu’il s’agit de fournir les premiers soins ou des secours d’urgence).
  • Limitez ou reportez les visites à votre lieu de travail par des entrepreneurs et des fournisseurs externes, réduisez au minimum les contacts avec les travailleurs et ne permettez pas les contacts avec les participants au camp.
  • Les méthodes de livraison des marchandises peuvent varier selon le fournisseur. Envisagez de planifier des livraisons importantes pendant les heures où l’achalandage est réduit ou organisez un ramassage en bordure de rue.

Bonnes pratiques d’hygiène

  • Favorisez l’hygiène des mains fréquente pour toutes les personnes sur le lieu de travail : à l’entrée et à la sortie d’un bâtiment, avant et après le quart de travail, entre les activités du programme, lors de la manipulation et de la préparation d’aliments, après avoir touché des objets partagés, après avoir utilisé de l’équipement et des outils, après avoir toussé et éternué, après avoir touché son masque, après avoir utilisé les toilettes, etc.
  • Il faut se laver les mains avec de l’eau et du savon pendant au moins 20 secondes. S’il n’y a pas d’eau ni de savon, il faut utiliser un désinfectant pour les mains (contenant plus de 60 % d’alcool). Si les mains sont visiblement sales, il faut les laver avec de l’eau et du savon.
  • Certains participants peuvent avoir besoin d’une supervision supplémentaire et d’une aide pour l’hygiène (p. ex. jeunes enfants ou personnes ayant des besoins particuliers).
  • Envisagez de fournir à chaque travailleur et à chaque participant (selon l’âge) une trousse d’hygiène de base contenant des articles comme des masques supplémentaires, un contenant individuel de désinfectant pour les mains, des mouchoirs et des lingettes désinfectantes.
  • Encouragez une bonne étiquette respiratoire, et demandez aux travailleurs et aux participants de tousser et d’éternuer dans leur manche ou dans un mouchoir et non dans leurs mains.
  • Découragez les cris et les chants, qui peuvent favoriser le transport des particules respiratoires infectieuses sur de longues distances.
  • Si vous offrez des services alimentaires, ne servez pas les aliments et les boissons de type buffet à partir de contenants collectifs. Ne partagez pas les ustensiles et les verres des salles à manger. Fournissez des portions, des ustensiles et des condiments alimentaires emballés individuellement. Les participants au camp de jour pourraient apporter leurs propres repas et collations en sac. Empêchez le partage de nourriture et de boissons.
  • Ne permettez pas aux gens de partager l’équipement de protection individuelle (EPI), les uniformes, les masques, les téléphones cellulaires, les outils d’aide à l’apprentissage et les bouteilles d’eau.
  • Ne partagez pas les instruments de musique tels que les flûtes en bois ou les instruments en cuivre (ou tout instrument à vent), les anches et les embouchures ou les microphones. D’autres instruments de musique peuvent être utilisés s’ils sont faits de matériaux durables pouvant tolérer le nettoyage et la désinfection, comme le métal, le plastique ou le bois franc solide ou scellé.
  • Envisagez de fournir à chaque personne ou à chaque cohorte son propre ensemble d’équipement et de fournitures pour les activités. Si les articles doivent être partagés, nettoyez et désinfectez-les entre les utilisateurs et procédez à l’hygiène des mains.
  • Limitez l’utilisation de matériaux qui sont difficiles à nettoyer et à désinfecter ou dont le nettoyage peut les endommager. La mise en quarantaine de certains articles (p. ex. dispositifs de flottaison personnels, livres, jeux, jouets mous et marionnettes) peut être nécessaire pour laisser le temps aux particules de virus de devenir inactives.
  • Fournissez un service de buanderie pour les uniformes ou exigez que les travailleurs portent des uniformes ou des vêtements fraîchement lavés avant chaque quart de travail. Les vêtements doivent être mis dans un sac et lavés après chaque quart de travail.
  • Si vous êtes responsable de la lessive des participants, assurez-vous que leurs draps et leurs vêtements sont lavés fréquemment. Ne secouez pas le linge sale. Portez des gants jetables pour manipuler le linge et lavez-vous les mains par la suite. Nettoyez et désinfectez les paniers et les bacs.
  • Conservez les effets personnels de chaque campeur séparément. Si les travailleurs n’ont pas de casiers ou de bureaux, fournissez des bacs ou des sacs scellés pour leur permettre de ranger leurs effets personnels, leurs chaussures et leurs vêtements. Retirez les vestiaires communs.

Nettoyage et désinfection

  • Assurez-vous que tous les désinfectants utilisés sont efficaces contre le coronavirus. Consultez les directives de Santé Canada concernant les désinfectants pour surfaces dures et les désinfectants pour les mains. Vérifiez que les produits sélectionnés portent un numéro d’identification de médicament (DIN) de Santé Canada. Tenez également compte des effets environnementaux que les produits chimiques peuvent avoir sur les écosystèmes fragiles.
  • Suivez les directives du fabricant afin de manipuler et d’utiliser les produits chimiques de manière efficace et sécuritaire. Portez un EPI au besoin.
  • Élaborez un programme de nettoyage et de désinfection comportant un horaire et des listes de vérification pour chaque zone de travail et chaque zone assignée aux participants. Tenez compte du nombre d’utilisateurs et du risque de transmission lors de la planification de l’horaire.
  • Nettoyez et désinfectez au moins une fois par jour les espaces de travail et les espaces de vie partagés en priorisant les surfaces fréquemment touchées.
  • Nettoyez et désinfectez les objets partagés entre les utilisateurs, comme l’équipement de sport et de terrain de jeu, les vélos, les pagaies, les instruments de musique et les fournitures d’artisanat (bâtons de colle, crayons et marqueurs, manches de pinceaux).
  • Envisagez de créer des panneaux ou un code de couleur pour indiquer clairement si le matériel ou la salle est propre ou sale.
  • Rappelez aux gens de nettoyer et de désinfecter également les appareils personnels, comme les téléphones portables.
  • Nettoyez et désinfectez les véhicules servant au transport en groupe (clés, volant, levier de vitesse, commandes, bouches d’air, ceintures, sièges, poignées de porte intérieures et extérieures, etc.) entre chaque utilisation.
  • Effectuez un nettoyage en profondeur des logements entre les groupes de campeurs.
  • Assurez-vous que les toilettes et les douches (si elles sont ouvertes) sont nettoyées fréquemment, ont l’eau courante et sont pourvues de savon, de serviettes de papier et d’une poubelle sans contact doublée d’un sac de plastique.
  • Assurez-vous que les toilettes portatives sont nettoyées fréquemment et qu’elles sont pourvues de vaporisateur désinfectant, de serviettes de papier et de désinfectant pour les mains à base d’alcool que les visiteurs pourront utiliser.
  • Si un entrepreneur externe doit visiter les lieux (p. ex. pour des travaux de construction ou de réparation), nettoyez et désinfectez sa zone de travail avant et après sa visite.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le nettoyage et la désinfection, veuillez consulter le site Web du gouvernement du Canada intitulé Nettoyage et désinfection des espaces publics pendant la COVID-19 et le document du CCHST intitulé Nettoyage et désinfection.

Communication et formation

  • Utilisez des formats accessibles (écrits, infographiques, verbaux) et un langage adapté au public afin de vous assurer qu’il peut comprendre les instructions.
  • Utilisez de multiples plateformes de communication (p. ex. système d’inscription, médias sociaux, signalisation des terrains de camping, publications du camp, rappels verbaux du personnel et des superviseurs du camp).
  • Songez à préparer une trousse d’information sur la COVID-19 que les parents ou les responsables pourront lire et expliquer aux enfants avant leur réservation ou leur arrivée au camp. Soyez disponible afin de répondre aux questions et d’offrir du soutien.
  • Communiquez les changements, par exemple les nouvelles pratiques, politiques et limites de service, qui auront une incidence sur les participants. Informez-les que leur expérience pourrait être différente de leur expérience passée ou prévue. Rappelez-leur de faire preuve de considération envers le personnel du camp, les autres participants et l’environnement (p. ex. jeter les lingettes et les masques usagés dans une poubelle).
  • Utilisez des panneaux et des barrières pour indiquer clairement les installations et les sentiers fermés.
  • Donnez à tous les travailleurs une formation sur la COVID-19 qui traite notamment des éléments suivants :
    • Les pratiques et les politiques de travail nouvelles ou mises à jour;
    • Une description de la COVID-19 et des symptômes courants;
    • Quoi faire s’ils se sentent malades ou ont été exposés à la COVID-19;
    • Quoi faire si un participant se sent malade ou a été exposé à la COVID-19;
    • Comment le virus se propage;
    • Comment se protéger et protéger les autres en utilisant de multiples mesures de contrôle des risques et pratiques préventives personnelles;
    • Comment porter, manipuler et entretenir correctement l’EPI et les masques;
    • Comment utiliser en toute sécurité les produits chimiques de nettoyage et de désinfection (Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail, ou SIMDUT);
    • Comment se tenir informé sur la COVID-19 en utilisant des sources fiables;
    • Comment reconnaître quand un participant est bouleversé par la pandémie ou par les changements qu’elle entraîne et comment le conseiller;
    • Les avantages de la vaccination.
  • Surveillez la conformité et répétez la communication et la formation aussi souvent que nécessaire.
  • Encouragez les travailleurs à signaler toute préoccupation liée à la COVID-19 à leur employeur, à leur superviseur, à leur comité de santé et de sécurité, à leur représentant en matière de santé et de sécurité ou à leur syndicat, s’il y en a un.
  • Assurez-vous que les gestionnaires et les superviseurs comprennent les risques, les mesures de contrôle et les politiques. Les gestionnaires et les superviseurs doivent se tenir au courant des exigences juridiques actuelles à mesure que la pandémie évolue.
  • Avant leur visite, communiquez avec les fournisseurs de services externes au sujet des mesures de contrôle de la COVID-19 que vous avez mises en place et travaillez avec eux pour les aider à prendre leurs précautions relativement à la COVID-19.

Masques

  • Appliquez les exigences en matière de port du masque établies par les autorités locales de santé publique et par votre administration, y compris pour les enfants et les masques.
  • Envisagez d’exiger le port du masque en tout temps, sauf pour manger, boire, se baigner, prendre une douche ou dormir (enfants en bas âge).
  • Assurez-vous que le port du masque ne crée pas de nouveaux dangers, comme des risques d’enchevêtrement (équipement en mouvement) ou d’inflammabilité (flamme nue ou étincelles).
  • Les masques non médicaux sont utiles pour réduire la propagation de la COVID-19, mais ils ne constituent pas de l’EPI, car ils ne répondent pas aux normes d’essai et de certification réglementées. Continuez d’utiliser l’EPI pour les dangers et les urgences en matière de sécurité au travail, conformément aux lois applicables.
  • Mettez en place un programme de stress thermique en milieu de travail ou, si vous en avez déjà un, mettez-le à jour, car le port du masque peut augmenter le stress physiologique dans les situations d’effort intense.
  • Les masques doivent être bien conçus, bien ajustés et portés correctement.
  • Les masques doivent être remplacés lorsqu’ils sont mouillés, visiblement sales ou contaminés par des liquides respiratoires. S’ils sont endommagés, les masques à usage unique doivent être éliminés et les masques réutilisables doivent être réparés. Les masques réutilisables doivent être nettoyés et séchés entre les utilisations.
  • La qualité des masques disponibles dans le commerce varie considérablement. Envisagez de fournir des masques médicaux (chirurgicaux) appropriés à usage unique ou des masques non médicaux en tissu réutilisables aux travailleurs et aux participants.
  • Pour certains enfants, le fait de ne pas voir clairement le visage et la bouche de l’adulte peut entraîner des difficultés. Pensez à utiliser un masque transparent.
  • Le personnel peut également utiliser une protection oculaire (comme des lunettes de sécurité ou un écran facial) en plus d’un masque lorsqu’il est en contact physique étroit avec des enfants.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les masques, veuillez consulter le site Web du gouvernement du Canada intitulé Masques non médicaux et le document du CCHST intitulé Obtiens les faits sur les masques.

Politiques en matière de ressources humaines

  • Modifiez les horaires de travail de manière à soutenir à la fois les activités régulières et les mesures de contrôle de la COVID-19 :
    • Afin de réduire le temps d’exposition quotidien potentiel de chaque travailleur, réduisez la durée des longs quarts de travail (p. ex. 10 heures et plus) ou veillez à ce que les tâches effectuées n’exigent pas toujours des contacts avec les participants;
    • Prévoyez davantage de temps dans les horaires des travailleurs pour qu’ils puissent accomplir leurs tâches régulières en toute sécurité, tout en respectant les exigences d’éloignement physique, d’hygiène personnelle et de nettoyage et désinfection (p. ex. sans se précipiter ni bâcler leur travail);
    • Ajustez le nombre quotidien de travailleurs pour qu’il y ait le moins de personnes possible sur le lieu de travail, tout en vous assurant que les tâches peuvent être accomplies en toute sécurité et que les participants bénéficient d’une supervision suffisante.
    • S’il y a moins de travailleurs disponibles, assurez-vous que les titulaires de fonctions essentielles, comme les superviseurs formés ou les membres des équipes de premiers soins ou d’intervention d’urgence, sont présents pendant chaque quart de travail. Assurez-vous que les travailleurs ont reçu une formation pour travailler en toute sécurité, y compris lorsqu’ils doivent s’acquitter des tâches de collègues.
    • Offrez un soutien en matière d’établissement d’horaire et de financement pour permettre aux travailleurs de se rendre à leurs rendez-vous dans les cliniques de vaccination locales, si ceux-ci ont lieu pendant les heures de travail.
  • Adoptez des politiques souples en matière de congés, qui permettent aux travailleurs malades de rester à la maison :
    • Expliquez que les travailleurs malades ne doivent pas se rendre au travail;
    • Établissez un processus permettant aux travailleurs malades d’aviser immédiatement leur superviseur;
    • Offrez un soutien aux travailleurs qui sont en congé de maladie;
    • Ne pénalisez pas les travailleurs qui doivent prendre congé pour s’isoler ou se mettre en quarantaine;
    • Accordez des avances sur les congés de maladie futurs;
    • Fournissez des renseignements sur les ressources de soutien économique du gouvernement.
  • Offrez des mesures d’adaptation aux travailleurs qui ont un risque élevé de présenter une forme grave de la maladie ou des complications s’ils contractent la COVID-19 en raison de problèmes de santé préexistants.
  • Offrez un soutien et des ressources en matière de santé mentale.

Il est important de prévoir des ressources et des mesures de soutien en santé mentale pour tous les travailleurs, y compris l’accès à un programme d’aide aux employés, le cas échéant.

Pour en savoir plus sur la COVID-19, consultez le site de l’Agence de la santé publique du Canada.

Il convient de noter que la présente fiche de conseils n’aborde que certains changements pouvant être faits par les organisations au cours d’une pandémie. Adaptez la présente liste en ajoutant vos propres pratiques et politiques exemplaires pour répondre aux besoins particuliers de votre organisation.

Avis de non-responsabilité : Comme les renseignements sur la santé et la sécurité au travail sont appelés à changer rapidement, il est recommandé de consulter les autorités locales de santé publique pour obtenir des directives régionales précises. Ces renseignements ne remplacent pas les avis médicaux ou les obligations prévues par la loi en matière de santé et de sécurité. Bien que tous les efforts soient faits pour assurer que les renseignements sont exacts, complets et à jour, le CCHST n’offre aucune garantie et ne s’engage aucunement à cet effet. Le CCHST ne saurait être tenu responsable de toute perte, réclamation ou revendication pouvant résulter, directement ou indirectement, de l’utilisation de ces renseignements ou des conséquences de leur utilisation.

Dernière mise à jour du document le 11 mai 2021