Le rapport sur la santé et la sécurité
Vol. 14, No. 03

Sujet d'actualité

Les dangers de la poussièreprint this article

Cecilia a commencé à travailler dans le domaine de la construction. Ses tâches comprennent l’utilisation d’outils électriques pour couper des cloisons sèches, des planchers de bois et des blocs de ciment. Bien qu’elles ne représentent qu’une petite partie de son travail quotidien, toutes ces tâches exposent Cecilia à la poussière en suspension dans l’air. Même lorsque les tâches sont brèves, une courte exposition répétée à la poussière de construction peut entraîner des problèmes de santé et endommager les poumons de Cecilia. Renseignez-vous sur les dangers de la poussière et sur la façon dont Cecilia et d’autres travailleurs comme elle peuvent se protéger contre une telle exposition.

La poussière de construction est une expression générale qui est utilisée pour décrire les différents types de poussière que l’on retrouve sur les chantiers de construction. Il existe principalement trois types de poussière :

  • la poussière de silice, qui est créée lorsque les travailleurs utilisent des matériaux qui contiennent de la silice comme le béton, le mortier et le grès (que l’on nomme aussi la silice cristalline inhalable),
  • la poussière de bois, qui est créée lorsque les travailleurs utilisent du bois tendre, du bois dur et des produits dérivés du bois comme le MDF et le contreplaqué,
  • les poussières à plus faible toxicité, qui sont créées lorsque les travailleurs utilisent des matériaux contenant très peu ou aucune quantité de silice, par exemple le gypse (dans les cloisons sèches), le calcaire, le marbre et la dolomie.

Chacun de ces types de poussière peut être nuisible à la santé.

La poussière n’est pas toujours un danger évident puisque les particules qui sont les plus nuisibles ne sont pas visibles à l’œil nu, et les effets sur la santé peuvent prendre des années à se manifester.

Les principales maladies associées à la poussière qui touchent les travailleurs de la construction sont les suivantes :

  • le cancer du poumon;
  • la silicose;
  • la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC);
  • l’asthme.

Certaines maladies pulmonaires comme l’asthme ou la silicose à un stade avancé peuvent faire leur apparition très rapidement. Toutefois, la plupart de ces maladies prennent du temps à se développer. La poussière peut s’accumuler dans les poumons et les endommager graduellement avec le temps. Souvent, les effets ne sont pas immédiatement observables. Malheureusement, lorsque la plupart des gens remarquent qu’ils ont un problème, les dommages peuvent déjà être graves et leur vie peut en être changée; ils peuvent alors souffrir d’une invalidité permanente et même mourir de façon prématurée.

LE DÉFI

La gestion et le contrôle de l’exposition à la poussière représentent un défi de tous les jours pour l’industrie de la construction. De nombreux travailleurs sont exposés chaque jour, mais souvent pendant de courtes périodes et sur divers chantiers où les employeurs changent fréquemment.

La quantité de poussière inhalée chaque jour peut sembler faible et négligeable. Dans certains cas, les effets de cette exposition peuvent être immédiats, mais, plus souvent, il faut des années avant que les premiers symptômes d’un problème de santé ne fassent leur apparition. Par conséquent, les risques de troubles respiratoires sont souvent négligés, mal compris et sous-évalués.

Les tâches qui posent un risque pour les travailleurs lorsque des contrôles appropriés ne sont pas mis en place sont les suivants :

  • l’utilisation d’une tronçonneuse pour couper des bordures, des blocs, des dalles de pavage, des tuiles de couverture et d’autres produits de béton;
  • le ciselage, le smillage ou la fragmentation du béton;
  • le perçage ou le carottage pendant de longues périodes, particulièrement à l’intérieur;
  • le sablage à haute pression à l’aide de produits abrasifs;
  • la coupe et le sablage du bois avec des outils électriques;
  • le sablage des joints de placoplâtre;
  • le balayage à sec;
  • la démolition.

PRENDRES DES MESURES ADÉQUATES

Lorsque vous accomplissez des tâches qui produisent de la poussière, vous avez l’obligation de vous protéger et de protéger ceux qui travaillent près de vous. Si vous êtes un employeur, vous devez mettre en place des programmes efficaces de contrôle de la poussière et améliorer le niveau de sensibilisation de vos travailleurs.

Évaluer les risques

La tâche, le lieu de travail, le nombre d’heures travaillées et la fréquence à laquelle la tâche est accomplie peuvent tous engendrer des niveaux élevés de poussière. Plus un travail nécessite de l’énergie, plus le risque est grand. Les outils qui consomment beaucoup d’énergie comme les tronçonneuses, les meuleuses et les appareils de décapage par projection produisent tous une très grande quantité de poussière en très peu de temps. Plus un espace est fermé, plus la poussière s’accumulera. Toutefois, il ne faut pas supposer que les niveaux de poussière resteront bas parce que le travail est effectué à l’extérieur. Plus une tâche est longue, plus il y aura de la poussière. Les travailleurs qui accomplissent la même tâche jour après jour courent de plus grands risques.

Contrôler le risque

Vous devriez toujours avoir comme priorité de ne pas produire de poussière. En éliminant la poussière, vous éliminez le danger. Vous devrez peut-être utiliser divers contrôles pour gérer la poussière, dont les contrôles indiqués ci-dessous.

  • Élimination et réduction de la poussière : déterminez des façons d’éliminer la poussière que vous produisez ou d’en réduire la quantité avant le début des travaux. Parfois, vous pouvez obtenir les mêmes résultats et produire moins de poussière en apportant des modifications techniques, en utilisant d’autres matériaux ou en utilisant des méthodes ou des outils de travail différents.
  • Contrôle à la source : lorsqu’il n’est pas possible d’éliminer ou de réduire la poussière, il est important d’empêcher celle-ci d’être rejetée dans l’air ambiant. Vous pouvez utiliser un système de contrôle de la poussière par l’eau ou un système d’extraction de la poussière intégré aux outils. L’eau peut être utilisée pour humidifier la poussière et l’extraction intégrée aux outils extrait la poussière à mesure qu’elle est produite. Vous devez éviter le balayage à sec et vous devez maintenir vos outils et votre équipement en bon état de fonctionnement.
  • Protection des voies respiratoires : certaines tâches produisent tellement de poussière que la suppression par l’eau et l’extraction intégrée aux outils ne suffisent pas. Dans de telles situations, les travailleurs doivent utiliser des masques protecteurs ou d’autres appareils de protection respiratoire. Comme tout équipement de protection individuelle, les appareils de protection respiratoire constituent la dernière ligne de protection et ils devraient toujours être utilisés en combinaison avec d’autres contrôles.
  • Formation : veillez à ce que les travailleurs connaissent les risques pour la santé découlant de la présence de poussières de construction et sachent quelles sont les procédures à suivre. Donnez-leur de la formation sur l’utilisation et l’entretien de toute nouvelle pièce d’équipement, ainsi que sur le port adéquat, l’entretien et le nettoyage du masque protecteur.
  • Autres contrôles : dans certains cas, vous devrez peut-être combiner ces contrôles à d’autres mesures, par exemple en restreignant l’accès aux lieux, en empêchant la poussière de s’échapper à l’aide de toiles, en assurant une rotation des travailleurs ou en ventilant le chantier.

Portez le masque protecteur

Ce sont les particules les plus fines, celles que vous ne voyez pas, qui posent le plus grand risque pour vous. Ce n’est pas parce que vous ne les voyez pas qu’elles n’existent pas. Même si vous maintenez la poussière vers le bas, vous devriez probablement porter un masque protecteur.

Vous pouvez facilement utiliser votre masque de la mauvaise façon, c’est-à-dire d’une façon qui ne vous assure AUCUNE protection. Premièrement, vérifiez si vous avez le masque qui convient à la tâche à effectuer. Puis, faites un essai d’ajustement pour vérifier si le masque vous convient. Informez-vous sur la façon de le porter correctement pour que la poussière très fine ne puisse pas s’infiltrer, sur la façon de le ranger adéquatement et sur le moment auquel il doit être remplacé.

La poussière de construction n’est pas qu’une nuisance. Elle peut avoir de graves conséquences sur votre santé et changer votre vie au quotidien. Certains types de poussière peuvent même vous tuer. Intégrez le contrôle de la poussière à vos pratiques de travail quotidiennes.

 

Autres ressources

‹‹ Construction Dust ›› (PDF), Health and Safety Executive

‹‹ Injury Prevention Resources for Construction Hazardous Materials ››, WorkSafeBC

Quels sont les effets de la poussière sur les poumons?  Fiche d'information, CCHST

Choix des appareils respiratoires Fiche d'information, CCHST

L'équipement de protection individuelle : les rudiments cours en ligne, CCHST

Votre travail vous laisse à bout de souffle? : L'asthme lié au travail et les moyens pour le prévenir, Le rapport sur la santé et la sécurité Vol.8 No. 3, CCHST

Silice cristalline, quartz Fiche d'information, CCHST

‹‹ CITB – The Construction Dust Partnership (http://www.citb.co.uk/health-safety-and-other-topics/health-safety/construction-dust-partnership/), The Construction Industry Training Board ››

Nouvelles sur nos partenariats

Dates à retenir print this article

Jour de deuil national, 28 avril

Le 28 avril est désigné Jour de deuil national au Canada. À cette occasion, le drapeau sur la Colline du Parlement sera en berne. Nous prendrons un temps d'arrêt pour nous souvenir des personnes ayant perdu la vie ou s'étant blessées en milieu de travail, et pour réfléchir à la façon dont nous pouvons éviter d'autres tragédies. Le Jour de deuil national a été reconnu officiellement par le gouvernement fédéral en 1991, huit ans après l'adoption du Jour du Souvenir par le Congrès du travail du Canada. Le Jour de deuil national a depuis été adopté dans près de 80 pays et est reconnu par la Fédération américaine du travail et le Congrès des organisations industrielles (FAT-COI) et la Confédération internationale des syndicats libres.

Vous pouvez témoigner de votre appui sur Facebook en insérant une image de couverture du Jour de deuil national ou en portant une épinglette commémorative du Jour de deuil national. Pour favoriser une plus grande sensibilisation, vous pouvez aussi télécharger et installer les affiches gratuites dans votre lieu de travail. Des affiches imprimées, des épinglettes et des autocollants sont également offerts à un prix modique.

 

La marche « Steps for Life » 2016


Débutant le samedi 30 avril et se poursuivant tout le mois de mai dans 35 villes partout au Canada, les activités associées à la marche de 5 kilomètres « Un pas pour la vie » contribueront à lancer la SNASST de 2016 (1er au 7 mai 2016). En plus d'être amusantes, ces activités permettront de diffuser le message selon lequel les maladies et les blessures au travail sont évitables. La marche « Un pas pour la vie » est la principale activité de financement de l'organisme Fil de vie, un organisme de bienfaisance national qui soutient dans leur parcours de guérison des familles qui ont été éprouvées par un décès en milieu de travail, une maladie entraînant une incapacité ou une maladie professionnelle.

Le 30 avril, l'équipe du CCHST marchera de nouveau à l'événement de Hamilton. Trouvez la marche la plus près de chez vous et formez une équipe de marcheurs. Ce sera une journée mémorable.

Pour en apprendre davantage sur la façon dont vous pouvez participer, visitez le site Web de l'activité Un pas pour la vie.

 

Pour obtenir de plus amples renseignements

Pour en savoir plus sur le Jour de deuil national.

Téléchargez l'affiche du Jour de deuil national.

Commandez des épinglettes du Jour de deuil national. 

Pour en savoir plus sur « Threads of Life » 

Visitez le site Web de la SNASST.

De la SST pour emporter

Balados : Conseils sur la visibilité en milieu de travail et Milieux de travail sécuritaires : ce que les responsables des milieux de travail doivent savoirprint this article

Ce mois-ci, dans les balados de la série De la SST pour emporter!, obtenez des conseils sur la visibilité en milieu de travail et écoutez en rappel les quatre éléments qu’une organisation doit garder à l’esprit pour créer et maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire.

 

Balado en vedette : Conseils sur la visibilité des travailleurs
Il est dangereux de travailler dans la pénombre, que ce soit sur une autoroute la nuit ou dans un quai de chargement à la brunante. Le manque de lumière et une mauvaise visibilité peuvent faire en sorte qu’il est difficile de voir les travailleurs, qui sont alors exposés à un risque de blessure grave ou de décès. Le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) fournit des conseils sur l’utilité des vêtements de sécurité de haute visibilité pour que les travailleurs puissent être vus – et soient en sécurité.

La durée du balado est de 7 min 21 s. 

Écoutez le balado maintenant.

 

Reprise du balado:   « Safe Work Environments: What Workplaces Need to Know »
Gerry Culina, gestionnaire, Services généraux de santé et de sécurité au Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST), parle des quatre éléments qu'une organisation doit garder à l'esprit pour créer et maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire.

La durée du balado est de 5 min 57 s.

Écoutez le balado maintenant.

 

Le CCHST produit chaque mois des balados GRATUITS conçus pour vous informer des derniers renseignements, conseils, études et avis d’experts diffusés en ce qui concerne la santé, la sécurité et le mieux-être des travailleurs canadiens. Cette collection de balados que vous pouvez télécharger et écouter au moment et à l’endroit de votre choix vous offre vraiment De la SST pour emporter!

Parcourez la liste complète des sujets traités dans les balados. Mieux encore, abonnez-vous sur iTunes afin de ne pas manquer un seul épisode.

Nouvelles du CCHST

Webinaire gratuit: « Emotional Intelligence at Work »print this article

Notre capacité à gérer nos propres émotions, ainsi que notre capacité à réagir aux émotions des autres sont deux aspects importants de notre intelligence émotionnelle. Le docteur Reuven Bar-On définit l'intelligence émotionnelle comme « un éventail d'habiletés, de compétences et d'aptitudes cognitives qui influencent notre capacité de composer avec les exigences et les pressions du milieu ». Au moyen d'exemples pratiques, Sue Freeman expliquera ce que représente l'intelligence émotionnelle sur le plan de la croissance personnelle et professionnelle, de la constitution d'équipes qui réussissent et de la satisfaction des clients.

Réunissez-vous avec vos collègues de travail dans votre salle de réunion pour l'occasion, ou visionnez le webinaire par vous-même à votre ordinateur.

Vous ne pouvez participer à la séance en direct? Inscrivez-vous afin de recevoir par courriel un lien qui vous donnera accès à l'enregistrement de la séance que vous pourrez regarder sur demande au moment de votre choix.

Au sujet de la présentatrice

Sue Freeman est membre principale de l'équipe des Communications du CCHST, où elle conçoit du matériel éducatif et de marketing, administre le Bureau des conférenciers et le programme de conférences, et donne des conférences sur la santé mentale en milieu de travail pour le groupe de santé mentale au travail du CCHST. Psychothérapeute expérientielle accréditée et coach en intelligence émotionnelle, elle apporte une perspective unique à la promotion des causes sociales au profit de la santé, de la sécurité et du mieux-être des travailleurs canadiens. Sue est titulaire d'une maîtrise en marketing de la London School of Business and Finance et de l'Université du pays de Galles (Cardiff).

 

Présentatrice : Sue Freeman, CCHST

Date : Le mardi 3 mai 2016

Heure : De 13 h à 13 h 30 HNE

Durée : 30 minutes

Coût : gratuit

Ce webinaire est disponible en anglais seulement. Inscrivez-vous à ce webinaire.

Mot de la fin

Faites-vous entendre et vous pourriez gagner une haut-parleur Bluetoothprint this article

C'est le temps de l'année où nous vérifions auprès de nos lecteurs notre performance. Nous apportons assidûment des améliorations au Rapport à partir des commentaires reçus de nos lecteurs. Le Rapport est maintenant envoyé par courrier électronique chaque mois à plus de 28 000 lecteurs dans plus de 100 pays.

Nous avons besoin de votre aide
Prenez quelques minutes pour répondre à notre Sondage sur le Rapport sur la santé et la sécurité auprès des lecteurs et dites-nous ce que vous pensez. Vous pourriez gagner une mini haut-parleur SoundLink® Bluetooth® de Bose.

Voici l'occasion de nous dire ce que vous désirez voir dans le bulletin et ce dont vous avez besoin pour vous aider et aider les autres à travailler de façon sécuritaire.

Inscrivez-vous au tirage
N'oubliez pas d'inclure votre nom/adresse de courrier électronique pour vous inscrire au tirage. Les renseignements fournis demeureront confidentiels et ne serviront à aucune autre fin. Le tirage aura lieu le 22 avril 2016.

Merci - grâce à votre aide, nous pourrons améliorer davantage le Rapport sur la santé et la sécurité.

Sondage sur le Rapport sur la santé et la sécurité auprès des lecteurs.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Trouvez-nous sur Facebook
  • Suivez-nous sur Twitter
  • Suivez-nous sur Instagram
  • Écoutez nos balados
  • Inscrivez-vous à notre compte YouTube
  • Suivez-nous sur LinkedIn
  • Suivez-nous sur Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Ajoutez-nous sur Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2018, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail