Le rapport sur la santé et la sécuritéVol 19, No. 03

Sujet d'actualité

Une étude révèle que l’avenir du travail nécessitera de protéger les travailleurs vulnérablesprint this article

Des technologies avancées sont intégrées dans les processus de travail plus rapidement que jamais. Ces développements ont non seulement augmenté la productivité, mais aussi transformé la manière dont le travail est accompli. Selon une étude récente menée par l’Institut de recherche sur le travail et la santé, ces changements et d’autres tendances en milieu de travail devraient toucher toutes les industries et avoir des répercussions sur les conditions de travail, sur les emplois disponibles et sur les personnes embauchées. Par conséquent, les travailleurs vulnérables pourraient en souffrir de façon disproportionnée.

À propos de l’étude

L’étude définit les travailleurs vulnérables comme les personnes qui doivent travailler dans des conditions difficiles ou dangereuses, qui n’ont pas accès à une protection réglementaire ou à des avantages sociaux, qui n’ont pas la possibilité d’améliorer leurs conditions de travail, qui gagnent un salaire peu élevé ou qui occupent un emploi instable. Selon l’étude, le tiers des travailleurs canadiens sont vulnérables. Ils comprennent notamment les femmes, les populations racialisées, les immigrants, les Autochtones, les LGBTQ2+, les personnes qui ont un faible statut socioéconomique, et les personnes handicapées.

L’étude recense neuf tendances susceptibles d’exclure les travailleurs vulnérables des emplois de l’avenir si aucun effort délibéré et coordonné n’est fait pour valoriser et utiliser leurs compétences et assurer leur inclusion.

Effet de ces tendances sur les travailleurs vulnérables

La numérisation de l’économie, l’intelligence artificielle et les systèmes numériques qui reproduisent l’intelligence et les comportements de l’humain pourraient provoquer la disparition d’emplois répétitifs et peu spécialisés. Les emplois de premier échelon pourraient devenir plus précaires et exigeants sur le plan physique, tandis que l’apparition d’exigences en matière d’habileté numérique pourrait empêcher des travailleurs de se qualifier pour les nouveaux emplois. Le filtrage automatique des candidats pourrait amplifier des conditions sociales et des biais défavorables aux travailleurs qui ne correspondent pas à un modèle prédéterminé.

La mondialisation peut entraîner le déplacement des travailleurs, accroître la concurrence pour des emplois limités et favoriser l’exploitation des travailleurs. Le travail peut aussi être considérablement transformé par des chocs externes comme les récessions, les évènements météorologiques extrêmes ou une pandémie mondiale. Ces facteurs peuvent causer la suppression d’emplois, altérer les conditions de travail et engendrer une instabilité politique.

Par ailleurs, les jeunes travailleurs qui arrivent sur le marché du travail constituent une génération qui valorise et exige l’inclusivité, la diversité et la responsabilité sociale. Les cultures de travail peuvent, intentionnellement ou non, contribuer à la discrimination et accroître l’adversité.

Possibilités

Il y a lieu d’être optimiste. Les tendances ressorties dans l’étude s’accompagnent d’occasions d’appuyer et de protéger les travailleurs vulnérables.

L’utilisation des nouvelles technologies a facilité l’accès au travail pour les personnes qui en étaient exclues à cause de restrictions physiques ou d’un handicap. La connectivité accrue favorise la souplesse des conditions de travail. La transition vers le télétravail peut permettre d’accroître le nombre de candidats talentueux. Les travailleurs qui ne sont pas en mesure de déménager ou qui vivent avec un handicap peuvent participer au marché du travail. Les employeurs peuvent puiser dans un bassin diversifié de travailleurs et de candidats dont les compétences et les perspectives seront bénéfiques pour l’organisation.

Dans l’économie à la demande, caractérisée par les contrats à la pige et de courte durée, les travailleurs peuvent utiliser leur emploi comme un point d’entrée sur le marché du travail. La connectivité permanente implique d’être toujours disponible pour de nouvelles possibilités. L’utilisation de l’intelligence artificielle peut uniformiser les règles de la recherche d’emploi en automatisant les processus de sélection et en établissant des critères objectifs pour orienter les décisions en matière de ressources humaines et d’embauche. Les systèmes d’embauche automatisés qui ont le potentiel d’exclure des candidats peuvent aussi aider les employeurs à recruter des candidats autrefois ignorés qui possèdent des expériences diversifiées et des compétences générales solides.

Les jeunes travailleurs peuvent être considérés comme un facteur de changement. Cette génération s’attend à ce que les milieux de travail soient accessibles et inclusifs. Ils accordent la plus grande importance aux politiques progressives qui favorisent le télétravail et la conciliation entre le travail et la vie personnelle, ainsi qu’aux engagements envers la durabilité de l’environnement. Ils s’attendent à recevoir de la formation au travail et appuient la mise en œuvre de technologies numériques susceptibles d’accroître l’accessibilité et d’autres possibilités.

Les tendances présentées dans l’étude comme des menaces potentielles pour l’avenir professionnel des travailleurs vulnérables peuvent devenir des occasions d’accroître l’inclusivité et les possibilités. Face aux percées technologiques et aux changements rapides, nous avons la responsabilité collective d’assurer l’inclusivité et la sécurité des milieux de travail pour tous les travailleurs.

 

Référence :

Ressources du CCHST :

Conseils et outils

Vous travaillez en hauteur? Assurez votre sécurité avec des ancragesprint this article

De nombreux travailleurs sont confrontés à des risques liés au travail en hauteur. Les plans de protection contre les chutes sont importants pour aider à éliminer le danger ou à gérer les risques liés au travail près d’ouvertures ou en hauteur. Ces plans décrivent la politique et les procédures relatives au montage, à l’entretien, à l’inspection, à l’utilisation et au démontage de l’équipement ainsi que des ancrages, qui sont indispensables à tout système de protection contre les chutes.

Un ancrage est un dispositif spécialement conçu et installé, qui s’attache à un système de protection contre les chutes et assure un support complet.

Utilisez-vous un ancrage lors de travaux en hauteur? Voici ce que vous devez savoir :

  • Il n’y a pas de solution unique. Les ancrages ne sont pas tous identiques. Ils peuvent varier selon le secteur d’activité, le travail, le type de bâtiment, le type d’installation et la structure. Il faut utiliser le bon type d’ancrage pour le travail à effectuer et l’installer correctement en fonction de la structure et de la charge qu’il supporte. Vérifiez le plan de protection contre les chutes pour savoir quels points d’ancrage doivent être utilisés pendant le travail.

  • Apprenez à connaître vos ancrages. En matière de protection contre les chutes, il existe deux types fondamentaux de systèmes d’ancrage. Les ancrages permanents sont conçus en fonction d’une charge et de paramètres de conception précis et sont installés de façon permanente comme partie intégrante du bâtiment ou de la structure (p. ex. ancrages de toit sur les gratte-ciel). Les ancrages temporaires ou mobiles sont reliés à une structure suivant des instructions d’installation particulières (p. ex. ancrages à clouer utilisés par les couvreurs, élingues en câble métallique, glissières de poutres en I).

    Parfois, il faut envisager des ancrages improvisés. Ces ancrages ne sont pas fabriqués selon une norme particulière, mais peuvent nécessiter l’utilisation d’une poutre ou d’autres structures. Les structures telles que les cheminées métalliques, les antennes de télévision, les échelles d’accès permanentes et les évents de toit ne doivent jamais servir de points d’ancrage.

    CONSEIL : Demandez à un ingénieur ou à une personne compétente de vérifier tout ancrage improvisé et de s’assurer qu’il a la capacité suffisante pour servir de point d’ancrage. N’oubliez pas que lorsqu’une personne tombe, elle exerce une force beaucoup plus importante. Il est donc généralement préférable de choisir un ancrage capable de supporter le poids d’une voiture de taille moyenne (environ 16 kN ou 3 600 lb ou plus).
  • Soyez au courant des exigences. La résistance d’un point d’ancrage dépend, entre autres, de sa conception et de sa condition, ainsi que de la façon de l’attacher à la structure de soutien. La résistance de l’ancrage requis peut également varier selon qu’un dispositif dissipateur d’énergie est utilisé ou non. Il faut toujours essayer d’utiliser un point d’ancrage situé directement au-dessus du travailleur pour limiter le balancement en cas de chute. Assurez-vous de vérifier quelles sont les normes applicables en matière de protection contre les chutes dans votre administration pour obtenir des renseignements précis.

  • Sachez ce qu’il faut vérifier. Avant d’attacher l’ancrage à l’équipement de protection contre les chutes, il faut l’inspecter pour s’assurer qu’il n’est pas endommagé, qu’il est exempt de corrosion et qu’il est approprié. Est-ce qu’une chute est survenue? À la suite d’un tel incident, des tests de stabilité et de résistance devraient toujours être effectués par un ingénieur possédant des compétences en systèmes de protection des chutes ou par le fabricant.

La prévention des chutes est la meilleure façon de protéger les travailleurs contre les blessures. Il faut toujours s’assurer que l’équipement fonctionne comme il se doit et que les travailleurs suivent une formation sur la protection contre les chutes. Ces derniers doivent notamment savoir comment bien utiliser les ancrages et identifier le type d’ancrage approprié. Ils doivent également être en mesure de déterminer la résistance et la stabilité de l’ancrage ainsi que l’endroit où l’accrocher. Grâce à une formation adéquate ainsi qu’à de l’équipement et à des dispositifs fiables et appropriés, vous vous assurerez non seulement que le travail est fait, mais aussi que les travailleurs sont en sécurité.


Ressources du CCHST

 

De la SST pour emporter

« Women Leaders in Health and Safety »print this article

Bien que de nombreuses entreprises s’engagent en faveur de l’égalité des sexes, un fossé subsiste entre les hommes et les femmes dans les postes de direction. Apprenez-en davantage alors que nous discutons avec deux dirigeantes de leurs parcours dans le domaine de la santé et de la sécurité.

 

Conversations du CCHST : « Women Leaders in Health and Safety »

Si l’on estime que 87 % des entreprises s’engagent en faveur de l’égalité des sexes, il existe encore un écart notable entre les hommes et les femmes dans les postes de direction. Cet écart est constaté dans de nombreux secteurs, notamment la santé et la sécurité.

Joignez-vous à l’animatrice du CCHST, Sue Freeman, qui s’entretiendra avec Lee‑Anne Lyon‑Bartley (vice-présidente exécutive, Santé, sécurité, environnement et qualité chez Dexterra Group Inc.) et Janet Mannella (vice-présidente des opérations au CCHST), professionnelle en sécurité agréée du Canada, au sujet de leurs parcours dans le domaine de la santé et de la sécurité. Écoutez-les partager leurs réflexions sur les femmes occupant des postes de direction, discuter de ce qui est en train de changer et donner leur avis sur la manière de surmonter les difficultés et les obstacles dans un domaine dominé par les hommes.

La durée du balado est de 22 min 38s. Écoutez le balado maintenant.

 

Le CCHST produit chaque mois des balados GRATUITS conçus pour vous informer des derniers renseignements, conseils, études et avis d’experts diffusés en ce qui concerne la santé, la sécurité et le mieux-être des travailleurs canadiens. Cette collection de balados que vous pouvez télécharger et écouter au moment et à l’endroit de votre choix vous offre vraiment De la SST pour emporter!

Consultez la liste complète des sujets de balados, ou mieux encore, abonnez-vous à la série sur iTunes ou Spotify afin de ne pas manquer un seul épisode.

Nouvelles ressources COVID-19

Nouvelles fiches-conseils et ressources sur la COVID-19print this article

À mesure que la pandémie de COVID-19 évolue, le CCHST publie de nouvelles ressources et met à jour celles déjà offertes pour aider les milieux de travail à prévenir la propagation du virus. Obtenez des conseils sur les services de taxi et de covoiturage, la rédaction d’une lettre pour les travailleurs des services essentiels et les tests de dépistage rapides. Comme pour l’ensemble de nos ressources sur la COVID, ces fiches-conseils peuvent être téléchargées sans frais et sont faciles à partager.

De nouvelles fiches-conseils sont disponibles sur les sujets suivants :

Plus de ressources gratuites

Législation

Demeurer au fait des changements législatifprint this article

Les lois sur la santé et la sécurité au travail sont en constante évolution. Les faits saillants de ce mois-ci comprennent les modifications apportées aux lois sur les accidents du travail en Colombie-Britannique et au Nouveau-Brunswick, ainsi qu’aux lois du Québec sur les accidents du travail et les maladies professionnelles ainsi que sur la santé et la sécurité dans les travaux d’aménagement forestier.

Colombie-Britannique

Workers’ Compensation Act (B.C. Reg. 273/2020) : ajustement des montants en dollars dans divers articles.

Nouveau-Brunswick

Loi sur les accidents du travail, LN-B 2020, c 8 : entrée en vigueur de modifications au paragraphe 53(7) (sous l’article 53, État du montant des salaires) 

Québec

Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles, LQ 2020, c 29 : entrée en vigueur de modifications aux articles 11 et 81 concernant la personne qui exécute un travail ou rend service à la collectivité dans le cadre de mesures de rechange prises en vertu du Code criminel.

Règlement sur la santé et la sécurité dans les travaux d’aménagement forestier (Loi sur la santé et la sécurité du travail) – Décret 56-2021 : remplacement de l’article 27 (concernant les qualifications d’un travailleur qui effectue l’abattage manuel d’un arbre), ajout de l’article 43.1 et mise à jour des renvois aux normes dans les articles 44 à 46 et 48 concernant l’équipement de protection individuel.

 

Pour obtenir plus de renseignements sur les changements récents à la réglementation, le CCHST offre un service d’abonnement payant, Législation enviroSST canadienne plus Standards, qui regroupe en un seul endroit tous les textes législatifs dont vous avez besoin en matière de santé, de sécurité et d’environnement.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

Préparé par le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l'intermédiaire d'un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2021, Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail