Le rapport sur la santé et la sécuritéVol 20, No. 09

Sujet d'actualité

Favoriser un milieu de travail multigénérationnelprint this article

Au Canada, l’espérance de vie est élevée, le taux de natalité est en baisse et la génération des baby-boomers vieillit. Par ailleurs, la répartition par âge de la main-d’œuvre et la taille de la population retraitée sont toutes deux en croissance. En effet, de 1996 à 2018, la proportion de travailleurs âgés de 55 ans ou plus au Canada est passée de 10 % à 21 %. Ce changement touche toutes les professions, malgré des différences quant à l’ampleur et au rythme du vieillissement dans divers secteurs. Le nombre de travailleurs âgés qui travaillent à temps partiel ou qui ont d’autres modalités de travail flexibles est également en hausse.

Comprendre les défis des travailleurs âgés

Certaines études montrent que les travailleurs âgés ont tendance à subir moins d’accidents et de blessures liés au travail, mais, lorsqu’ils se blessent, ils mettent parfois plus de temps à se rétablir. Les lésions dues à des mouvements répétitifs, par exemple, se développent avec le temps. Ainsi, un travailleur âgé présentera peut-être davantage de lésions musculosquelettiques, car celles-ci ont eu plus de temps pour se développer. Lorsque les exigences physiques du travail dépassent les capacités du travailleur, il y a un risque de blessure, quel que soit l’âge du travailleur.

Des changements dans les capacités mentales peuvent également se produire à mesure qu’une personne vieillit. Les personnes plus âgées ne pensent pas aussi rapidement et aussi clairement qu’elles le faisaient auparavant. En outre, l’apprentissage de nouvelles aptitudes peut exiger plus de temps. L’intelligence fluide (raisonnement inductif, attention sélective, activités à double tâche et traitement de l’information) diminue généralement avec l’âge, tandis que les fonctions verbales et le vocabulaire (parler et s’exprimer) restent constants ou s’améliorent.

Les tâches qui dépendent de la mémoire à court terme prennent généralement plus de temps à accomplir pour les travailleurs âgés, qui ont tendance à faire appel à leur expérience et à leur expertise pour travailler. Les travailleurs âgés peuvent également avoir du mal à accomplir des tâches dans lesquelles ils doivent faire beaucoup de choses différentes (ou penser à beaucoup de choses différentes) rapidement ou en même temps. Il est parfois plus difficile de travailler dans un environnement très occupé où différentes activités progressent simultanément. Parfois, les travailleurs âgés sont moins en mesure de concentrer leur attention uniquement sur les renseignements pertinents pour la tâche en cours, spécialement face à de nouvelles situations. Il peut y avoir tant d’aspects évoluant simultanément qu’ils ne seront pas certains de savoir ce qui doit être traité en priorité, ce qui doit retenir l’attention et ce qu’ils doivent ignorer.

Les avantages de faire appel à des travailleurs âgés

Bien que les travailleurs âgés puissent avoir besoin de certaines mesures d’adaptation pour faire leur travail en toute sécurité et s’épanouir dans leur poste, ces mesures d’adaptation peuvent être bénéfiques pour l’ensemble du milieu de travail. En plus d’apporter un éventail élargi de points de vue, les travailleurs âgés disposent généralement d’une grande expérience dans laquelle ils sont à même de puiser. Une fois leur formation ou leur période d’essai terminée, ils nécessiteront parfois moins de supervision que leurs collègues plus jeunes.

Étant donné qu’ils ont tendance à être fidèles à un employeur et à changer d’emploi moins souvent, les travailleurs âgés peuvent réduire la rotation du personnel et les cas d’absentéisme au travail. Ils apportent également une maturité émotionnelle à leur travail.

Comment le milieu de travail peut-il soutenir les travailleurs âgés?

Étant donné que l’apprentissage repose souvent sur l’expérience antérieure, la formation des travailleurs âgés devra peut-être être davantage axée sur la pratique. Expliquez les nouvelles compétences d’une manière qui s’intègre à ce qu’ils savent déjà. La justification et la logique derrière l’information, soit pourquoi vous faites ce que vous faites, sont importantes. La formation pourrait prendre plus de temps et nécessiter plus d’aide ou de pratique. Toutefois, plusieurs études montrent qu’une fois la courbe d’apprentissage atteinte, il n’y a pas forcément de différence dans le fonctionnement du travailleur.

Les fonctions cognitives, soit la façon dont une personne apprend et pense, dépendent de la personne et des expériences qu’elle a vécues au cours de sa vie. Les personnes qui ont obtenu beaucoup de formation, qui ont effectué de longues études ou qui ont été appelées à exécuter une grande variété de tâches sont des apprenants expérimentés. En général, elles sont en mesure de bien apprendre de nouvelles capacités et de parfaire celles qu’elles possèdent déjà. Les personnes qui peuvent opposer davantage de résistance à l’apprentissage en qualité d’adultes âgés englobent celles qui ont obtenu peu de formation structurée ou qui ont exécuté des tâches répétitives ou relativement simples durant de nombreuses années. Ces dernières sont habituées à faire la même chose de la même façon et peuvent éprouver de la difficulté à assimiler de nouveaux renseignements ou de nouvelles façons de procéder.

Comme les travailleurs âgés nécessitent généralement plus de temps pour se rétablir en cas de blessure, il importe d’en tenir compte dans votre programme de retour au travail et de procéder à des adaptations raisonnables de leur emploi ou de leur poste afin de rendre le travail aussi sûr que possible.

Quel que soit l’âge des travailleurs, favorisez leur réussite en leur offrant un milieu de travail sûr où les risques de blessure ou de maladie professionnelle sont réduits. Veillez à ce que l’équipement soit en bon état de marche, donnez une formation exhaustive et adaptable, établissez des méthodes de travail sûres, limitez l’exposition aux produits chimiques et aux dangers, adoptez des styles de gestion positifs et effectuez des évaluations des risques qui tiennent compte des facteurs de vieillissement. Avec un peu de considération et une bonne communication, vous récolterez les avantages d’un milieu de travail multigénérationnel.

 

Ressources

Conseils et outils

Soutenir la déconnexion du travail par l’adoption d’une politiqueprint this article

Selon un sondage* mené par le gouvernement du Canada en 2020, un travailleur sur trois répond à des courriels, à des appels ou à des textos professionnels en dehors du travail. Cette statistique corrobore des études récentes montrant que de nombreux travailleurs souffrent parce qu’ils ne peuvent pas « décrocher » du travail.

L’évolution de la nature du travail et la multiplication des formules de travail hybrides font que les travailleurs et les employeurs sont plus que jamais connectés, même lorsqu’ils ne partagent pas un lieu de travail physique. Certains travailleurs mentionnent que l’on attend d’eux qu’ils soient rapidement disponibles pour pouvoir communiquer avec leur employeur, même en dehors des heures de travail.

La déconnexion du travail peut se faire de plusieurs manières : à la fin de la journée, pendant la fin de semaine ou les jours de congé, et pendant les vacances. L’employeur peut encourager les employés à se déconnecter en établissant une politique qui précise quand et comment se désengager des activités professionnelles.

Chaque lieu de travail est unique, et les politiques doivent tenir compte des besoins du lieu de travail.

10 conseils pour élaborer une politique de déconnexion du travail

  1. Donnez une définition claire de ce qu’on entend par « se déconnecter du travail ».
  2. À qui la politique s’applique-t-elle? Des politiques distinctes peuvent être élaborées pour différents groupes d’employés dans divers lieux, divers niveaux de gestion ou diverses responsabilités professionnelles.
  3. Incluez une déclaration selon laquelle il n’y aura pas de représailles si les personnes respectent la politique.
  4. Précisez quelles tâches ou communications professionnelles peuvent ou ne peuvent pas être effectuées en dehors des heures de travail établies.
  5. Gardez à l’esprit que les heures de travail peuvent varier en fonction des conditions établies, du poste de la personne ou des tâches requises.
  6. Définissez les attentes en matière de temps de réponse aux courriels non essentiels envoyés en dehors des heures de travail établies. Par exemple, il n’est peut-être pas nécessaire de répondre à une communication d’un client en dehors des heures de travail, mais il est parfois indispensable de répondre à un type d’urgence défini.
  7. Définissez les attentes lorsque le travail exige une collaboration avec des personnes situées dans des fuseaux horaires différents.
  8. Tenez compte des commentaires de tous les employés, du comité de santé et de sécurité, du représentant en matière de santé et de sécurité, et du syndicat.
  9. Faites des essais pour déterminer si les heures de travail établies ou la politique et les processus actuels sont adéquats.
  10. Évaluez le programme et adaptez-le s’il y a lieu, en fonction des besoins du milieu de travail et des commentaires des employés.

*Sondage du Bureau du Conseil privé sur les questions d’actualité, du 17 au 30 août 2020

 

Ressources

Nouvelles sur nos partenariats

Aider les organisations à créer des milieux de travail respectueux des aidants naturels print this article

Plus de six millions de Canadiens, ou un Canadien sur trois, combinent un travail rémunéré et la prestation d’un certain niveau de soins non rémunérés. Pour ces aidants naturels qui ont un emploi, le rôle d’aidant représente carrément un autre emploi en plus de leur emploi régulier et de leurs autres engagements. De nombreux aidants sont forcés d’arrêter de travailler, de réduire leurs heures de travail, de changer d’emploi ou d’accepter des revenus moindres afin de concilier leurs responsabilités professionnelles et en matière de soins.

Les organisations peuvent aider à soutenir leurs employés qui jouent un rôle d’aidant en créant des milieux de travail souples et conciliants. Un nouveau rapport de Proches aidants au Canada et de l’Université McMaster, vise à mieux faire connaître les aidants qui ont un emploi et à fournir des suggestions pour répondre aux besoins des employés qui doivent concilier un travail rémunéré et des responsabilités liées à la prestation de soins sans rémunération.   

Liens

Balados

« Indigenous Perspectives on Health and Safety »print this article

Le CCHST diffuse chaque mois de nouveaux balados pour vous permettre de rester informés et au fait des questions de santé, de sécurité et de mieux-être en milieu de travail au Canada.

Balado en vedette : << Indigenous Perspectives on Health and Safety >>

Dans les communautés des Premières Nations, plusieurs facteurs sont pris en considération avant de lancer de nouvelles initiatives en matière de santé et de sécurité. Jeff Robert, un conseiller en ressources humaines autochtone, présente ses points de vue dans cet épisode.

La durée du balado est de 9 mins 59s.  Écoutez le balado maintenant

Reprise du Balado : Regard sur les incapacités invisibles

D'après l'Enquête canadienne sur l'incapacité de 2017, une personne sur cinq âgée entre 25 et 64 ans est atteinte d'au moins une incapacité. Cela signifie qu'environ quatre millions d'adultes ont des limitations (conditions physiques, douleur chronique, troubles cognitifs, maladie mentale), dont beaucoup ne sont pas immédiatement apparentes. Prendre des mesures d'adaptation pour ces travailleurs ayant une incapacité invisible n'est pas seulement une exigence législative, c'est aussi dans l'intérêt des employeurs.

La durée du balado est de 6 min 59s.  Écoutez le balado maintenant.

Parcourez la liste complète des sujets traités dans les balados. Mieux encore, abonnez-vous sur iTunes afin de ne pas manquer un seul épisode. Écoutez sur Spotify.

 

Législation

Demeurer au fait des changements législatifsprint this article

Les lois sur la santé et la sécurité au travail ne cessent d’évoluer. Les faits saillants du mois portent sur les modifications apportées au règlement sur la santé et la sécurité au travail (Occupational Health and Safety Regulation) de la Colombie-Britannique, au règlement sur la santé et la sécurité au travail (Workplace Health and Safety Regulations) de la Nouvelle-Écosse, à la Loi sur la santé et la sécurité au travail de l’Ontario, et au Règlement sur la santé et la sécurité au travail nouvellement rebaptisé au Yukon.

Colombie-Britannique

Des modifications au règlement sur la santé et la sécurité au travail (Occupational Health and Safety Regulation) de la loi sur les accidents du travail (Workers’ Compensation Act) de la Colombie‑Britannique, apportées au titre du règlement de la C.-B. 116/2022, sont entrées en vigueur le 22 août 2022. Ces modifications comprennent l’ajout d’un nouvel article (3.12.1) concernant la réaffectation des tâches refusées, la modification du paragraphe 3.13 (2), l’abrogation et le remplacement des définitions des expressions « professional engineer », « professional geoscientist » et « qualified registered professional » à la section 1.1, et l’ajout de modifications visant à retirer tout langage genré.

Nouvelle-Écosse

Deux modifications au règlement sur l’indemnisation des pompiers (Firefighters’ Compensation Regulations) de la loi sur les accidents du travail (Workers’ Compensation Act), apportées au titre des règlements de la N.-É. 53/2022 et 111/2022, sont entrées en vigueur le 1er juillet 2022. Ces modifications comprennent l’élargissement de la liste des cancers ou autres maladies qui sont présumées être des maladies professionnelles liées à l’emploi de pompier, qui figure dans le tableau de la section 2, ainsi que la modification du tableau de la section 2 afin de remplacer l’expression « 15 years » par l’expression « 10 years » dans la ligne qui commence par « Primary site pancreatic cancer », et l’expression « 15 years » par l’expression « 10 years » dans la ligne qui commence par « Primary site thyroid cancer ».

Ontario

Deux modifications ont été apportées à la Loi sur la santé et la sécurité au travail et sont entrées en vigueur le 1er juillet 2022. La première modification (L.O. 2021, chap. 34, annexe 15), comprend l’ajout des définitions des termes « ingénieur » et « ingénieur du ministère », l’abrogation de la définition du terme « ingénieur du ministère » dans le paragraphe 1 (1), et des révisions aux autres passages où il est fait mention des ingénieurs tout au long du texte. La seconde modification (L.O. 2022, chap. 7, annexe 4, paragraphes 2 et 4), comprend l’ajout de plusieurs nouveaux paragraphes à l’article 66 (Peines) ainsi qu’une révision à l’article 69 (Prescription).

Yukon

Règlement sur la santé et la sécurité au travail (Loi sur la santé et la sécurité au travail) : Au titre du décret 2022/118, l’expression « Règlement sur la santé et la sécurité au travail » a été remplacée par « Règlement sur Ia sante et Ia sécurité sur les lieux de travail », l’expression « directeur de Ia santé et de Ia sécurité au travail » a été remplacée par « commission de Ia sécurité et de l’indemnisation des travailleurs », l’expression « agent de sécurité » a été remplacée par « agent », et l’expression « constructeur » a été remplacée par « entrepreneur principal ». Des modifications ont été apportées à l’alinéa 16.26(1)(b) portant sur les essais du câble, de même qu’aux définitions des termes « directeur », « risque ou danger » et « lieu de travail ». À la section 1.04, l’expression « les blessures et les maladies professionnelles » a été remplacée par « les blessures ». Enfin, l’expression « Loi sur la santé et la sécurité au travail » a été remplacée par « Loi sur la sécurité et l’indemnisation des travailleurs ».

 

Pour obtenir plus de renseignements sur les changements récents à la réglementation, le CCHST offre un service d’abonnement payant, Législation enviroSST canadienne plus Standards, qui regroupe en un seul endoit tous les textes législatifs dont vous avez besoin en matière de santé, de sécurité et d’environnement.

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

Préparé par le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l'intermédiaire d'un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2022, Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail