Le rapport sur la santé et la sécurité
Vol 16, No. 08

Sujet d'actualité

Soyez alerte : Les facultés affaiblies au travailprint this article

N’attendez pas la légalisation du cannabis, le 17 octobre, pour commencer à vous préparer à ses effets possibles en milieu de travail. Il est maintenant temps de revoir vos politiques et vos procédures car, peu en importe la cause, l’altération des facultés peut nuire à notre concentration, à notre jugement ainsi qu’à notre capacité de faire notre travail de façon sécuritaire. Informez-vous sur les mesures que vous pouvez prendre pour réduire les effets des facultés affaiblies et sur le rôle des employeurs et des employés en matière de sécurité au travail.

Comprendre l’altération des facultés

Les facultés affaiblies en milieu de travail ne sont pas un nouveau problème. Il existe plusieurs causes possibles d’altération des facultés, comme la consommation de substances légales et illégales (alcool, cannabis, médicaments sans ordonnance ou sur ordonnance, drogues illicites) et d’autres médicaments, de même que des facteurs comme la fatigue, le stress et certains problèmes de santé. Ainsi, les employeurs doivent déjà gérer le risque d’altération des facultés au travail. La légalisation de la consommation de cannabis à des fins récréatives n’entraînera pas nécessairement un changement aux politiques et procédures en vigueur. Toutefois, un milieu de travail devrait saisir cette occasion de les revoir maintenant et de vérifier qu’elles abordent la consommation de cannabis à des fins thérapeutiques et récréatives.

Bien que la consommation de cannabis sera légale à partir du 17 octobre, les facultés affaiblies sont toujours inacceptables au travail, pour de bonnes raisons.

Comme d’autres facteurs d’altération des facultés, la consommation de cannabis ou d’un produit du cannabis peut nuire à votre capacité de vous concentrer, de réfléchir et de prendre des décisions. Votre coordination peut être altérée et votre temps de réaction ralenti. La consommation de cannabis peut nuire à vos habiletés motrices, notamment à votre capacité de conduire. Elle peut aussi accroître l’anxiété et causer des crises de panique et, dans certains cas, une paranoïa et des hallucinations. Lorsqu’une personne fume du cannabis, les substances chimiques contenues dans la fumée passent des poumons au sang, qui les transporte dans tout l’organisme, jusqu’au cerveau. Si le cannabis est ingéré plutôt que fumé, ses effets sont retardés parce que ces substances doivent d’abord passer par le système digestif.

Rôle de l’employeur et des employés

Les employeurs et les employés se partagent la responsabilité de la santé et de la sécurité au travail. Les employeurs sont responsables de l’élaboration, de la mise en œuvre et de la surveillance de programmes de prévention des dangers, qui devraient comprendre des politiques relatives aux dangers potentiels en milieu de travail, comme les drogues, l’alcool et d’autres substances. Les employés ont le devoir d’exécuter leur travail dans un cadre sécuritaire et de comprendre les effets de la consommation de substances sur leur sécurité et celle d’autrui.

Les employeurs, les gestionnaires et les superviseurs doivent être attentifs aux signes de facultés affaiblies par la consommation de cannabis. Pour exercer une diligence raisonnable, l’employeur devrait collaborer avec le comité de santé et sécurité au travail pour élaborer et mettre en œuvre un plan qui répertorie les dangers potentiels en milieu de travail, y compris les effets d’une altération des facultés, et qui définit les mesures correctives appropriées pour prévenir un incident ou une blessure. Les travailleurs ont le devoir, en vertu du Règlement sur la santé et la sécurité au travail, de déclarer tout danger sur le fait.

La loi

Les lois relatives au cannabis varient d’une administration à l’autre. Chaque province et territoire est habilité à établir ses propres règles en la matière, notamment en ce qui concerne l’âge légal minimum, les lieux d’achat et les lieux de consommation. Vérifiez auprès de votre administration la réglementation qui s’applique.

Mettre à jour vos politiques

Les employeurs devraient mettre à jour ou élaborer des politiques et des programmes en milieu de travail qui s’appliquent à l’altération des facultés, peu importe la cause.

Le fait d’élaborer une politique claire relative aux facultés affaiblies et à l’aptitude au travail, de communiquer cette politique aux travailleurs et de la faire appliquer de façon cohérente permet aux employeurs de répondre à leur obligation d’assurer la sécurité en milieu de travail. L’aptitude à travailler ou l’aptitude au travail est une évaluation médicale demandée par l’employeur qui veut s’assurer que l’employé peut exécuter un travail ou une tâche en particulier de façon sécuritaire. Cette évaluation vise à déterminer si, d’un point de vue médical, l’employé est apte à exécuter le travail ou la tâche en fonction des conditions de travail.

Syndicat et direction, y compris le comité de santé et sécurité au travail, devraient élaborer, ensemble, une politique relative à la consommation de substances qui aborde les risques associés aux facultés affaiblies au travail. La politique devrait utiliser des concepts généraux comme « facultés affaiblies » et « altération des facultés », puisqu’ils s’appliquent à toutes les causes, non seulement le cannabis.

Une politique efficace peut comprendre ces éléments :

  • une définition de l’altération des facultés ou des facultés affaiblies;
  • le traitement des problèmes associés à une altération des facultés par le cannabis consommé à des fins récréatives ou thérapeutiques et d’autres causes;
  • une interdiction ou une autorisation de possession sur place et, dans le dernier cas, dans quelles circonstances;
  • des renseignements à l’intention des travailleurs sur les politiques et les programmes et les façons dont le milieu de travail peut aider et fournir un soutien (ex. programme d’aide aux employés);
  • de la fomation à l’intention des travailleurs, des superviseurs et des gestionnaires sur l’identification des signes d’une altération soupçonnée des facultés et sur la façon d’intervenir de façon appropriée;
  • une description des conditions d’accommodement (ex. en ce qui concerne les travailleurs ayant un besoin médical ou un handicap);
  • une explication des mesures disciplinaires, s’il y a lieu.

Accommodements et analyses

Les employeurs ont le devoir d’évaluer chaque situation et d’en déterminer les effets en milieu de travail ainsi que la possibilité d’accommodements en ce qui concerne une consommation à des fins thérapeutiques et un handicap causé par une dépendance à une substance. Il faut élaborer les plans d’accommodements en fonction des évaluations médicales et en collaboration avec l’employé.

En général, une analyse permet de dépister la présence de la substance et non pas le degré d’altération des facultés. De plus, la législation sur les droits de la personne n’appuie pas les analyses. Les employeurs devraient consulter des services juridiques avant de demander des analyses aux travailleurs. Les superviseurs et les employés devraient obtenir de l’information et de la formation sur les politiques et programmes en vigueur et l’identification de l’altération des facultés.

Aborder l’altération des facultés par le cannabis fait partie du processus d’évaluation des dangers en milieu de travail.

Pour réduire les effets des facultés affaiblies au travail, il faut mettre en place des mécanismes appropriés, fournir des directives claires à toutes les parties (du milieu de travail) et faire appliquer les politiques et programmes en milieu de travail de façon juste et cohérente.

 

Ressources

Conseils et outils

En route vers le confortprint this article

Toute personne qui passe beaucoup de temps sur la route risque de développer différents maux qui sont associés à la position assise prolongée. Les conducteurs de longue distance et les personnes qui passent beaucoup de temps sur la route sont susceptibles de ressentir différentes douleurs en raison des longues périodes passées en position assise.

Les conducteurs sont nombreux à signaler un inconfort ou des douleurs au bas du dos. Parmi les autres symptômes courants, on retrouve les crampes au pied, les douleurs au dos, les raideurs au cou et les épaules endolories en raison d’une mauvaise posture, du stress, des tensions et du maintien prolongé d’une même position.

Une mauvaise posture peut être due aux habitudes personnelles ou à un mauvais ajustement du siège. La forme même du siège peut entraîner des pressions sur certaines parties des jambes, du dos et du postérieur. Ces points de contact peuvent causer de la douleur ou de l’inconfort en raison de la pression, ce qui peut nuire à la circulation dans les jambes et les pieds. Les vibrations à basses fréquences subies par le corps dans un camion en marche peuvent amplifier les douleurs ressenties dans le bas du dos.

Voici quelques conseils pour éviter les douleurs dorsales ressenties à la suite de longues périodes passées au volant.

  • Videz vos poches arrière avant de vous installer au volant, afin que votre dos ne penche pas d’un côté.
  • Ne courbez pas le dos dans votre siège.
  • Utilisez le soutien lombaire du siège – ajustez-le de façon à ce que votre dos au complet reste en contact avec le dossier. Au besoin, utilisez un soutien lombaire, un coussin ou une serviette roulée pour soutenir le bas de votre dos.
  • Réglez le siège et le volant de façon à pouvoir atteindre les pédales sans que le bas de votre dos ne s’éloigne du dossier. Vos bras doivent se trouver dans un angle confortable, sans être trop étirés.
  • Réglez le siège de façon à garder les genoux à la même hauteur ou légèrement plus bas que vos hanches.
  • Après avoir ajusté votre siège, réglez la position des rétroviseurs de façon à éviter tout mouvement de torsion et d’étirement.
  • Modifiez la position de votre siège de quelques degrés à toutes les 20 ou 30 minutes.
  • Prenez une pause – sortez du véhicule afin de vous lever, de vous étirer et de marcher pour faire circuler le sang dans vos jambes, et donner un repos bien mérité aux muscles sollicités en position assise. Une pause de cinq minutes par heure fera une grande différence.
  • Restez en forme – des muscles abdominaux forts aideront à soutenir votre dos et réduiront les risques de douleurs dorsales.

 

Ressources:

De la SST pour emporter

Balados : Éléments d’une politique sur les facultés affaiblies au travailprint this article

Les balados présentés ce mois-ci comprennent Éléments d’une politique sur les facultés affaiblies au travail et une présentation de L'arthrite en milieu de travail.

Balado en vedette : Éléments d’une politique sur les facultés affaiblies au travail

Chris Moore, Gestionnaire, Services de formation et d'éducation au Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST) explique ce qu’une politique sur les facultés affaiblies devrait couvrir et comment les employeurs devraient agir s’ils soupçonnent qu’une personne a les facultés affaiblies dans leur milieu de travail.

La durée du balado est de 5 min 30 s. Écoutez le balado maintenant.

Reprise du balado : L'arthrite en milieu de travail

L’arthrite est l’une des principales causes d’invalidité au Canada et se déclare habituellement au cours des meilleures années de travail, soit entre 35 et 50 ans. On prévoit que plus de sept (7) millions d’adultes canadiens obtiendront un diagnostic d’arthrite au cours des 20 prochaines années. Voyez ce que vous pouvez faire pour réduire les effets indésirables de l’arthrite en milieu de travail.

La durée du balado est de 7 min 7 s. Écoutez le balado maintenant.

 

Le CCHST produit chaque mois des balados GRATUITS conçus pour vous informer des derniers renseignements, conseils, études et avis d’experts diffusés en ce qui concerne la santé, la sécurité et le mieux-être des travailleurs canadiens. Cette collection de balados que vous pouvez télécharger et écouter au moment et à l’endroit de votre choix vous offre vraiment De la SST pour emporter!

Parcourez la liste complète des sujets traités dans les balados. Mieux encore, abonnez-vous sur iTunes afin de ne pas manquer un seul épisode.

Mot de la fin

Prise en charge de l'arthrite : Conseils pour protéger vos articulationsprint this article

L’arthrite touche plus de 2,5 millions de travailleurs canadiens (hommes et femmes) de tous âges. Les douleurs articulaires, l’inconfort et la perte de mobilité qui accompagnent la maladie peuvent rendre le travail difficile. La Société de l’arthrite vous propose quelques conseils qui vous aideront à gérer la maladie et à protéger vos articulations au travail.

Un poste ou un environnement de travail correctement ajusté peut accroître votre sécurité et votre efficacité, en plus de réduire vos douleurs articulaires et les entraves à vos activités. Il peut par ailleurs améliorer votre endurance, votre concentration, votre mobilité et votre agilité, ainsi que réduire vos niveaux d’anxiété, de stress et de fatigue.

Conseils pour vous aider à organiser votre environnement de travail :

  • Disposez votre aire de travail de façon à ce que les articles que vous utilisez souvent soient à portée de la main.
  • Placez un tapis sous votre chaise pour facilement glisser et tourner cette dernière.
  • Si vous êtes souvent debout, essayez de configurer votre aire de travail de façon à être placé directement devant votre poste et ainsi éviter de vous pencher ou de vous tourner.
  • Si vous devez demeurer debout pour une longue période sur un plancher dur, utilisez un tapis en caoutchouc ou un tapis anti-fatigue pour soulager la pression exercée sur le bas du dos et les jambes.
  • Essayez de varier votre position (alternez entre les positions assise et debout si possible) tout en gardant une bonne posture. L’utilisation d’un bureau assis/debout permet d’alterner entre les positions assise et debout.
  • Servez-vous d’un escabeau pour atteindre les articles placés en hauteur (ce qui permet de réduire la tension causée par les étirements excessifs et d’éviter de cambrer le bas du dos).
  • Lorsque vous vous agenouillez, portez des genouillères.
  • Assurez-vous que la température dans votre aire de travail vous convient.
  • Demandez à votre employeur de remplacer certaines poignées de porte par des leviers (abaisser un levier est moins stressant pour le poignet que tourner une poignée).

Une bonne posture est essentielle pour conserver son énergie toute la journée. Voici quelques conseils pour améliorer votre posture en position assise :

  • Lorsque vous travaillez à un bureau, veillez à ce que votre chaise soit confortable et soutienne le milieu et le bas de votre dos ainsi que vos cuisses et vos fesses. Le dossier doit être en contact avec le creux de votre dos.
  • La distance entre votre chaise et l’ordinateur doit être confortable afin d’éviter les étirements excessifs.
  • Asseyez-vous droit et redressez les épaules. Celles-ci doivent être détendues sans être courbées. Assis, vos hanches et vos genoux doivent former des angles de 90 degrés.
  • Si nécessaire, ajustez la hauteur de votre chaise afin que vos pieds reposent à plat sur le sol. Ne les laissez pas pendouiller. Si vous ne pouvez pas abaisser votre siège, utilisez un repose-pieds. Vos hanches doivent être légèrement plus élevées que vos genoux. Le repose-pieds ne doit donc pas être trop haut. Il peut être nécessaire d’ajuster aussi la hauteur du bureau.
  • Assurez-vous que le siège de votre chaise est à niveau ou incliné légèrement vers le haut, jamais vers le bas.
  • Vérifiez que les bras de votre chaise sont à la bonne hauteur. S’il vous faut voûter les épaules, ils sont trop hauts. En revanche, ils sont trop bas si vos coudes ne les atteignent pas. Vos coudes doivent être détendus et former un angle de 90 degrés par rapport au clavier, et votre dos doit être droit.
  • Changez souvent de position. Par exemple, si vous êtes assis depuis un certain temps, levez-vous ou faites des étirements. Au besoin, utilisez une minuterie ou un logiciel pour ne pas oublier de changer de position.

 

Renseignements supplémentaires

Faites-nous part de vos commentaires.
Votre rétroaction et vos idées de sujets sont les bienvenues.

Communiquez avec nous.

  • Trouvez-nous sur Facebook
  • Suivez-nous sur Twitter
  • Suivez-nous sur Instagram
  • Écoutez nos balados
  • Inscrivez-vous à notre compte YouTube
  • Suivez-nous sur LinkedIn
  • Suivez-nous sur Pinterest
  • Subscribe to our RSS feeds
  • Ajoutez-nous sur Google+

Préparé par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le Rapport sur la santé et la sécurité est un bulletin de nouvelles mensuel qui fournit des renseignements, des conseils et des ressources pour aider à maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, et assurer le mieux-être global des travailleurs.

Vous pouvez annuler votre inscription en tout temps. Si vous avez reçu ce bulletin de nouvelles par l’intermédiaire d’un ami, pourquoi ne pas vous inscrire vous-même?

Le respect de la vie privée vous préoccupe? Le CCHST ne vend pas et ne partage pas vos renseignements personnels. Consultez notre politique en matière de respect de la vie privée.

CCHST, 135, rue Hunter Est, Hamilton (Ontario) L8N 1M5
1-800-668-4284 serviceclientele@cchst.ca
cchst.ca

© 2018, Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail