Fiches d’information Réponses SST

Des fiches d’information faciles à comprendre, présentées sous forme de questions et de réponses, couvrent une vaste gamme de sujets liés à la santé et à la sécurité au travail, des dangers aux maladies, en passant par l’ergonomie et la promotion de milieux de travail sains. PLUS SUR >

Téléchargez l’application gratuite Réponses SST
Télécharger dans l’App Store Disponible sur Google Play

Recherche toutes les fiches d’information:

Vous pouvez taper un mot, une expression ou poser une question

Violence et harcèlement en milieu de travail - Violence familiale / conjugale

Qu'est-ce que la violence en milieu de travail?

La plupart des gens associent la violence et le harcèlement à une agression physique. Toutefois, la violence et le harcèlement en milieu de travail sont des problèmes beaucoup plus larges. Il s'agit de tout mauvais traitement, de toute menace, de toute forme d'intimidation ou de toute agression subie par une personne en cours d'emploi. La violence au travail peut prendre des formes aussi diverses que les rumeurs, les jurons, les insultes, les mauvais tours, le harcèlement, les disputes, les dommages matériels, le vandalisme, le sabotage, la bousculade, le vol, l'agression physique, le stress psychologique, les accès de colère, le viol, l'incendie volontaire et le meurtre.

REMARQUE : Dans le présent document, nous utilisons le terme violence pour désigner également le harcèlement et l'intimidation.

Veuillez consulter les fiches d'information Réponses SST suivantes pour plus d'information :


Qu'est-ce que la violence familiale?

La violence familiale se définit par toute forme de mauvais traitement ou de négligence infligée à un enfant ou à un adulte par un membre de la famille ou par quelqu'un avec qui la victime a une relation intime. Elle se manifeste aussi en abus de pouvoir dans les relations familiales, en abus de confiance ou en dépendance qui met en danger l'autre personne.

En général, la violence familiale est un comportement utilisé par une personne pour prendre le pouvoir ou le contrôle sur une personne avec laquelle elle entretient ou entretenait une relation intime. Cette violence peut se manifester par un ou plusieurs de nombreux comportements. D'autres formes de harcèlement et de violence en milieu familial sont particulières, par exemple :

  • l'utilisation de biens, d'animaux ou d'enfants pour menacer ou intimider,
  • ne pas se présenter pour prendre soin d'un enfant,
  • les menaces d'expulsion du pays, si la victime est parrainée,,
  • l'exploitation financière, en retenant ou en volant de l'argent, en empêchant un conjoint de se présenter au travail, ou d'obtenir ou de conserver un emploi, ou
  • l'abus ou la négligence sur le plan sexuel, spirituel ou émotionnel.

Qui peut devenir victime de violence familiale?

Toute personne est susceptible d'être victime de violence familiale, peu importe son âge, sa race, sa religion, son orientation sexuelle, sa situation économique ou son niveau d'éducation. L'agresseur peut être un conjoint ou un partenaire actuel ou ancien, un parent ou un ami. Les hommes comme les femmes peuvent subir des abus ou en faire subir dans leurs relations.


La violence familiale représente-t-elle un problème en milieu de travail?

Oui. Lorsque la violence familiale suit une victime au travail, la situation devient un problème dans ce milieu. Un agresseur peut représenter un risque pour la victime ou pour les gens de son lieu de travail. Selon une étude sur la violence familiale au Canada et sur ses répercussions dans le milieu de travail, plus d'un tiers des travailleurs de tout le pays ont vécu de la violence familiale au cours de leur vie, et dans plus de la moitié de ces cas, la violence a suivi les victimes au travail.

Vous avez probablement déjà entendu des gens dire, par exemple : « la violence familiale est un problème personnel », « ce n'est pas de mes affaires » ou « c'est entre un mari et sa femme ». Ces attitudes aggravent l'isolement des gens qui subissent de la violence familiale et créent une barrière entre la victime et ceux qui sont en mesure de lui fournir de l'appui et de l'aide grandement nécessaires. Le milieu de travail peut occuper un rôle important, car les victimes de toute sorte de violence peuvent y trouver des ressources pour obtenir l'aide nécessaire.


Quel est l'effet de la violence familiale sur le milieu de travail?

Les gens qui subissent de la violence familiale se sentent souvent isolés. Ils peuvent ressentir de la honte, ou craindre que leur situation compromette leur emploi, alors ils ont peur de s'exprimer. De façon similaire, ceux qui soupçonnent que la violence familiale touche un employé hésitent à approcher la personne ou à intervenir, pour plusieurs raisons. Cette isolation supplémentaire augmente le risque chez ceux qui subissent de la violence familiale. De plus, ces gens ont souvent de la difficulté à se rendre au travail et affirment que la situation nuit à leur rendement professionnel. Il existe d'autres répercussions sur le milieu de travail, notamment :

  • réduction de la productivité et de la motivation
  • baisse de moral des employés
  • danger potentiel pour les employés, collègues ou clients
  • augmentation des coûts liés au replacement, au recrutement et à la formation, si les victimes sont congédiées en raison d'un faible rendement ou pour absentéisme
  • relations tendues entre collègues de travail

Exemples de manifestation de la violence familiale au travail

  • Appeler ou envoyer des courriels à répétition à l'employé.
  • Se présenter au lieu de travail de l'employé et déranger les collègues (p. ex. en posant des questions sur les habitudes quotidiennes de l'employé).
  • Violence verbale à l'endroit de la victime ou de ses collègues.
  • Faire preuve de jalousie ou être contrôlant.
  • Endommager des biens appartenant à la victime ou au lieu de travail.
  • Etc.

Existe-t-il des lois pour protéger les travailleurs de la violence familiale en milieu de travail?

Certaines administrations tiennent expressément compte de la violence familiale dans leurs lois sur la santé et la sécurité au travail, d'autres non.

En Ontario, par exemple, la Loi sur la santé et la sécurité au travail comprend une disposition sur la violence familiale (article 32.0.4).

Au Manitoba, le Code des normes d'emploi prévoit un congé en cas de violence familiale, un congé de longue durée en cas de blessure ou de maladie grave, et la prolongation du congé de soignant, soit des congés payés et non payés qui permettent aux victimes de violence familiale de garder leur emploi pendant qu'elles assurent leur sécurité. Il peut s'agir de trouver un logement adéquat, recevoir des soins pour des blessures physiques ou psychologiques, recourir à des services juridiques pour, par exemple, obtenir une ordonnance préventive, etc.

De façon générale toutefois, l'employeur a l'obligation, dans toutes les administrations, de s'assurer que tous les employés sont dans un milieu de travail sûr et sécuritaire, ce qui comprend de les protéger contre toute forme de violence.


Que peut-on faire au travail?

Un milieu de travail solidaire et conciliant offre aux victimes l'occasion d'assurer leur indépendance financière et leur permet de trouver les ressources dont elles ont besoin pour leur situation particulière.

Tout en respectant la confidentialité et la vie privée, dans le cadre de leur politique sur la prévention de la violence et le harcèlement en milieu de travail, les employeurs doivent aussi assumer les responsabilités qui suivent.

Définir les signes précurseurs : Puisque les personnes qui subissent de la violence familiale sont plus susceptibles d'en parler à un collègue de travail plutôt qu'à d'autres personnes du même milieu, tous les employés devraient être formés et informés pour pouvoir reconnaître les signes précurseurs et les facteurs de risque de violence familiale, ainsi que les mesures à prendre lorsqu'un signalement est de mise.

Former un réseau de soutien : Divers intervenants du milieu de travail peuvent offrir du soutien et de l'aide aux employés qui subissent de la violence familiale. La collaboration d'une équipe, qui peut comprendre un superviseur, un collègue fiable, des agents des ressources humaines, des fournisseurs du programme d'aide aux employés et des représentants syndicaux, peut constituer une approche efficace pour former un réseau de soutien. L'employeur peut aussi pouvoir aider la personne à communiquer avec les services offerts dans la région.

Élaborer et soutenir un plan de protection : Dans les milieux de travail, il est possible de soutenir ou d'élaborer des plans de protection individuels et organisationnels pour aborder la situation. Il faut adapter les plans aux circonstances et les distribuer à tous ceux qui doivent être mis au courant de la situation, afin de garantir la sécurité. Ces plans peuvent prévoir ce qui suit :

  • Demander à la victime si elle a déjà obtenu une ordonnance préventive ou une injonction. Faire en sorte que toutes les instructions de ces documents soient respectées.
  • Discuter avec l'employé et collaborer pour trouver des solutions. Effectuer des suivis et se renseigner au sujet de son bien-être.
  • Obtenir une photographie récente ou la description de l'agresseur. Transmettre ces renseignements à d'autres agents, comme ceux de la sécurité et de la réception, afin qu'ils reconnaissent l'agresseur.
  • Si nécessaire, déplacez le poste de travail de la personne concernée afin que sa présence ne soit pas visible par les fenêtres ou à partir de l'extérieur.
  • Retirer les coordonnées de la personne des répertoires ou des sites Web de l'entreprise.
  • Changer le numéro de téléphone de la personne, demander à quelqu'un d'autre de filtrer ses appels, ou bloquer les appels et les courriels de l'agresseur.
  • Programmer le numéro 911 sur un téléphone ou un cellulaire. Installer un bouton de panique dans l'aire de travail, ou fournir des alarmes personnelles.
  • Attribuer à la personne un espace de stationnement bien éclairé, près de l'édifice, ou l'escorter à son auto ou sur les lieux des services de transport en commun.
  • Offrir des heures de travail flexibles, si cette solution existe.
  • Appeler la police si l'agresseur adopte un comportement criminel, comme le harcèlement ou la surveillance électronique non autorisée.
  • Si les circonstances le permettent, lorsque la victime et l'agresseur travaillent au même endroit, éviter de leur attribuer des quarts durant lesquels ils se croisent.
  • Si l'agresseur travaille au même endroit, appliquer des procédures disciplinaires afin de tenir l'agresseur responsable du comportement inacceptable en milieu de travail.

[Adapté de : Making It Our Business (2014) du Centre for Research & Education on Violence against Women & Children]

Consulter : Obtenir des conseils des experts du refuge pour femmes local ou de la police afin d'élaborer un plan de protection. Il faut signaler les menaces de violence et communiquer clairement les procédures d'urgence à tous les employés.


Où puis-je trouver plus de renseignements sur la violence familiale en milieu de travail?

(*Nous avons mentionné ces organismes à titre de référence pratique ultérieure. Communiquez directement avec eux pour obtenir de plus amples renseignements sur leurs services. Prenez note que la mention de ces organismes ne constitue pas une recommandation ou une approbation du CCHST par rapport à d'autres organismes que vous connaissez peut-être.)

Dernière mise à jour du document le 18 décembre 2020

Ajoutez un badge à votre site Web ou à votre intranet afin que vos travailleurs puissent trouver rapidement des réponses à leurs questions sur la santé et la sécurité.

Avertissement

Bien que le CCHST s’efforce d’assurer l’exactitude, la mise à jour et l’exhaustivité de l’information, il ne peut garantir, déclarer ou promettre que les renseignements fournis sont valables, exacts ou à jour. Le CCHST ne saurait être tenu responsable d’une perte ou d’une revendication quelconque pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation de cette information.